Référence :4350

Journal dun voyage à Temboctou et à Jenne, dans lAfrique Centrale, précédé dobservations faites chez les Maures Braknas, les Nalous et dautres peuples, pendant les années 1824, 1825, 1826, 1827, 1828. Avec une carte itinéraire et des remarques géographiques par M. Jomard, membre de linstitut.

CAILLIE (René).

Paris, Imprimerie Royale, 1830. 1830 3 vol. in-8° (217 x 135 mm.) de : [3] ff (dont Fx.T, T et 1 portrait frontispice de l'auteur), XII, 475 pp. ; [4], 426, 12 pp. (Catalogue) ; [4], 404, [2] pp. ; et 1 atlas in-4° (315 x 266 mm.) comprenant 1 grande carte dépliante imprimée sur vélin épais et 5 planches non coupées numérotées de 2 à 6. Brochages éditeur, cartonnage rose non relié pour l'atlas. (Rousseurs, exemplaire à grandes marges, rogné seulement en tête.)

Édition originale de ce captivant récit relatant le périple du premier explorateur européen revenu vivant de Tombouctou, cité interdite aux chrétiens située sur les rives du Niger. Embarqué comme mousse à bord de lescadre de cinq Navires (dont la frégate La Méduse vouée à une tragique célébrité) ayant pour mission de reprendre Saint-Louis-du-Sénégal restitué à la France par le Traité de Paris (1815), René Caillié (1799-1838) échappe au naufrage et atteint les rives du Sénégal. Mais démuni et épuisé, il doit renoncer provisoirement à son projet dexploration et rentre à Bordeaux. En 1824, il peut enfin retourner au Sénégal pour réaliser son rêve de jeunesse. Il rejoint alors un groupe de Maures parmi lequel il apprend l'arabe et s'initie à l'islam. Il quitte Saint-Louis en 1827 avec une petite caravane, se faisant passer pour un enfant d'Alexandrie enlevé par les Français de Bonaparte et désireux de revenir chez lui. Il arrive enfin à Tombouctou le 20 avril 1828. Aucun européen avant lui n'avait tenté cette aventure sans y laisser sa vie. Tombouctou a une réputation de sainteté dans l'islam noir dont lhistorien Léon lAfricain évoque les mosquées recélant de précieux manuscrits arabes ainsi que les palais aux toits revêtus d'or. Le 5 décembre 1828, à Paris, en présence de l'illustre Cuvier, la Société de Géographie fête René Caillié et lui remet la somme de 10.000 francs promise au premier Européen qui ramènerait une description de Tombouctou. Mais de nombreux savants européens, dont l'éminent et influent John Barrow, contestèrent le bien-fondé des allégations du Français, l'accusant d'avoir volé les papiers du major Laing assassiné quant à lui, le jour de son départ de Tombouctou pour avoir transgressé l'interdit des chefs religieux. Louvrage est illustré dun atlas contenant notamment une carte détaillée de son itinéraire et une vue de la ville. Rare et passionnant : Caillié est considéré comme « le plus intrépide des voyageurs des temps modernes » (Jules Verne, Cinq semaines en ballon, 1867). Exemplaire en brochage éditeur de ce fabuleux récit. Gay, 2748. 3 vols. 8vo + 1 atlas 4to, 1 folded map, 5 plates, 1 portrait. Publisher covers. Original edition of this scarce account. Rene Caillie was presented with the Legion of Honor as the first European to return alive from Timbuktu. "He set out from Sierra Leone, reached the Niger, and followed it to Kabara, the port of Timbuctoo. Then he went to the mysterious city, saw something of its real character, and crossed the Sahara to Morocco, reaching the west coast of Fez. For this journey he was rewarded by the Geographical Society of Paris" (Baker).

5,000.00 €