Référence :4423

Vie de Gabriel Aubaret par sa femme, entiéremenrt écrite de sa main.

AUBARET (Thérèse)

[Poitiers, circa 1895-1897] 1895 1 vol. in folio (354 x 260 mm)36 cahiers de texte manuscrit, 868 pp. (Cf liste des titres des cahiers). Chemise cartonnée demi-percalline bleue à coins d'époque, lacets noirs, titrage à l'encre noire sur le premier plat, trace d'étiquette au dos.

Manuscrit original relatant la vie remarquable du marin, orientaliste polyglotte et diplomate Gabriel Aubaret (1825-1894), en 36 cahiers de texte manuscrits retraçant ses évènements les plus marquants par sa femme Thérèse Aubaret. Né en 1825 à Montpellier dans une famille de juristes, il développe une double attirance : la marine et lorient. Reçu à lÉcole Navale en 1841, il se passionne pour les langues et dialectes de lOrient dont il apprend le turc et établit des répertoires de divers dialectes. Il obtient un congé de deux ans pour participer à une expédition en Égypte confiée à Ferdinand de Lesseps par Saïd Pacha afin délucider lépineuse question des sources du Nil. A la suite de complexes conflits de personnes, Gabiel Aubaret devient - sur le terrain - le véritable chef de cette expédition. Gabriel Aubaret reprend la mer pour la Cochinchine, son navire relâche à Singapour et il sinitie à lannamite (dont il commence un dictionnaire) quil juge plus simple que le chinois. La Guerre de Crimée rappelle Aubaret en Turquie où sa parfaite connaissance de la langue le rend très utile : lamiral Ferdinand Hamelin, commandant en chef des opérations conjointes, lenvoie sur le Mahmoudié afin de coordonner les manuvres de la flotte turque avec les unités françaises. Il décide de quitter la Marine et reste en Orient pour contribuer à la solidification de la présence française en Asie. Sous légide du Ministre de la Marine et des colonies Prosper Chasseloup-Laubat, Gabriel Aubaret débarque à Saïgon avec le titre dInspecteur des Affaires Indigènes. Son dernier commandement est celui de laviso qui lamène en Indochine. Il devient diplomate chargé des relations avec les Annamites pour le Ministère des Affaires étrangères et est chargé de la négociation de nombreux accords, notamment commerciaux, avec lAnnam dont il reçoit une délégation à Paris, en 1865. Il joue un rôle dans limplantation de la religion catholique mais il déplore certaines méthodes coloniales dégradantes. En 1868, il épouse Thérèse Granier, fille dun financier montpelliérain fort avisé qui habite un hôtel au 10 rue de Valfère. Un temps Consul à Bangkok, il est rappelé pour le démantèlement de lEmpire Ottoman : Aubaret est successivement nommé en Albanie, puis à Smyrne et en Bulgarie en tant que consul, enfin il préside la Commission de délimitation des frontières de la Serbie à la suite du Traité de Berlin signé en juillet 1878. Sa connaissance du turc, de lalbanais, du serbe et dautres dialectes le rendent très efficace sur le terrain. A la fin de sa brillante carrière, Aubaret, en visionnaire, augure de « la nécessité dÉtats Unis dEurope » (lettre privée de 1885). Il décède en 1894 à Poitiers. Le récit poignant et détaillé de cette vie mémorable de la main de sa femme Thérèse Aubaret. Ce manuscrit a été publié à très quelques exemplaires à Poitiers, par H. Oudin en 1898 sous le titre de "Gabriel Aubaret", et est présent dans quelques bibliothèques d'Europe et des Etats Unis. Sa femme, Thérèse Aubaret, n'est pas citée comme auteur mais uniquement le Baron de Lassus (1829-1897), auteur de la préface. (1 vol. 1n-8°, 1 p. l., (i) viii, vi, 540 p., portrait frontisp). Liste des cahiers: -« Sa naissance Premières années, 1825 1841 » -« Lécole Navale, 1841 1843 » -« Aspirant de Marine La Corvette La Diligente » -« La Corvette La Diligente, 1843 1847, Suite » 5 -« Enseigne de Vaisseau, Le Dauphin Alger Le Vauban Gaëte, 1848 1849 » -« J.M.J Congé à Montpellier Voyage à Florence, 1852 » -« Beïkoss Le Choléra de Varna, 1853 1854 » -« Le Friedland Kamiesh, 1854 1855 » -« Projets dexpédition scientifique aux sources du Nil Séjour au Caire Montpellier Paris Cannes et Toulon, 1856 1858 » 10 -« Le Du Chayla La Mer Rouge Djieddah, 1858 1859 » -« Capitaine de Frégate, 1862 1867 » -« Prise de Possession du Consulat de France à Bangkok Mission à Hué, janvier 1864 juillet 1864 » -« Fin de la mission à Hué Bangkok, juillet 1864 novembre 1865 » -« Congé en France Retour à Bangkok, 9 he 1865 Mars 1867 » 15 -« Chensabun Adieux à lextrême Orient, Son Mariage, Mars 1867 Février 1868 » -« Seconde Partie, Consul de France à Scutari dAlbanie et au Monténégro Février 1868 Mai 1869 » -« Suite du Consulat de France à Scutari, Mai 1869 8 he 1870 » -« Dernier mois de 1870 Fin de la Guerre, La Commune Attente dun Poste, 9 he 1870 Mai 1872 » -« Gérance du Consulat Général de Smyrne, Juin 1872 Mars 1873 » 20 -« Consulat de France à Roustchouk, 1873 1875 » -« Consulat de France à Roustchouk, Suite, Mars 1876 Août 1877 » -« Installation à Poitiers, 1878 » -« Consul Général, Commissaire pour la Délimitation de la Serbie, 7 he 1878, Mars 1879» -« Délimitation de la Serbie, Suite, Mai 1879 Août 1879 » 25 -« Retour à Poitiers Maladie Grave, Août 1879 Janvier 1880 » -« Commission pour lorganisation de la Roumélie Orientale, 1880 » -« Voyage en Russie et en Bulgarie, 8 he 1881 Février 1882 » -« Ministre Plénipotentiaire, Président du Conseil dadministration de la Dette publique Ottomane, Mars 1882 Mars 1883 » -« 1882 Suite » 30 -« Dette Ottomane, Suite, Avril 1883 X he 84 » -« 1885 » -« Dette Ottomane, Deuxième Période, 1887 1891, 1887 » -« 1888 » -« 1890 1891, Mars 1892 » 35 -Sans titre -« Dernières journées Sa mort ! » 1 vol. in folio. 36 manuscript notebooks, 868 pp. ( list of titles of the notebooks on request). Half blue percalline cardboard, black ink on the first cover. Original manuscript tracing the remarkable life of the sailor, polyglot orientalist and diplomat Gabriel Aubaret (1825-1894), in 36 handwritten text books tracing his most outstanding events by his wife Thérèse Aubaret. Born in 1825 in Montpellier in a family of jurists, he developed a dual passion : the navy and Orient. Received at the Naval School in 1841, he became passionate about languages and dialects of Orient, from which he learned Turkish, and established repertoires of various dialects. He obtained a two-year leave to participate in an expedition to Egypt entrusted to Ferdinand de Lesseps by Saïd Pasha to elucidate the thorny issue of the sources of the Nile. As a result of complex conflicts, Gabiel Aubaret becomes - on the ground - the true leader of this expedition. Gabriel Aubaret set the sea for Cochin China, his ship made a call in Singapore and he started learning annamite (from which he wrote a dictionary) wich he considers simpler than Chinese. The Crimean War forced Aubaret to leave for Turkey where his perfect knowledge of the language made him very useful: Admiral Ferdinand Hamelin, commander-in-chief of the joint operations, sent him to the Mahmoudié to coordinate the maneuvers of the Turkish fleet with the French units. He decided to leave the Navy and stay in the East to help solidify the French presence in Asia. Under the aegis of Minister of Marine and Prosper Chasseloup-Laubat, Gabriel Aubaret arrived in Saigon with the title of Inspector of Indigenous Affairs. His last command was that of the Aviso which brought him to Indochina. He became a diplomat in charge of relations with the Annamites for the Ministry of Foreign Affairs and was in charge of the negotiation of numerous agreements, notably commercial, with Annam, of which he received a delegation in Paris in 1865. He played a role in the implementation of the Catholic religion but he deplored some degrading colonial methods. In 1868, he married Thérèse Granier, the daughter of a wealthy Montpellier financier who lived in a hotel at « 10 rue de Valfère ». A time Consul in Bangkok, he was recalled for the dismantling of the Ottoman Empire: Aubaret was successively named in Albania, then in Smyrna and in Bulgaria as consul, finally he chaired the Commission of delimitation of the borders of Serbia following the Treaty of Berlin signed in July 1878. His knowledge of Turkish, Albanian, Serbian and other dialects makes him very effective on the ground. At the end of his brilliant career, Aubaret, as a visionary, foresaw the "need of the United States of Europe" (private letter of 1885). He died in 1894 in Poitiers. The poignant and detailed account of this memorable life written in his wifes hand Thérèse Aubaret. This manuscript was published in very few copies in Poitiers, by H. Oudin in 1898 under the title of "Gabriel Aubaret", and can be found in some libraries in Europe and the United States. His wife, Thérèse Aubaret, is not mentioned as author but only the Baron de Lassus (1829-1897), author of the preface. (1 vol. 1n-8°, 1 p. l., (i) viii, vi, 540 p., portrait frontisp.).

6,000.00 €