Référence :4682

[MANUSCRITS AUTOGRAPHES /AUTOGRAPH MANUSCRIPTS] I. Commencé, du 16 janvier 1765 fait par moy Jean-Leonard Billard, de-meurant à Quille Beuf. II. Commencé, du 29 janvier 1765 fait par moy Jean-Leonard Billard, de-meurant à Quille Beuf.

BILLARD (Jean-Léonard).

Quille Boeuf, janvier 1765. 1765 2 cahiers in-4° (310 x 190 et 325 x 225 mm.) entièrement manuscrits de : I. [1] f. (titre calligraphié en lettres capitales) ; 96 pp. ; [1] f. ; 69 schémas et instruments scientifiques aquarellés dans le texte ; 22 tables mathématiques dans le texte ; nombreux calculs ; II. [23] ff. (dont titre calligraphié en lettres capitales) ; [1] f. bl. ; 62 illustrations au lavis dont 1 à pleine page. Soit un total de 131 illustrations et de 22 tables. Cartonnages de ff. contrecollés recouverts de papier à la colle jaune d'époque, reliés avec du fil de lin fixé avec des oeillets. Inscriptions manuscrites au dos du premier plat du second cahier: "Jean Léonard Billard". Taches d'aquarelle de couleur sur le second plat du second cahier.

Ensemble de deux carnets manuscrits illustrés vraisemblablement exécutés à bord dun navire par un officier de marine normand, le premier traitant de questions relatives à la navigation, et le second consacré à ses exercices de dessin. Le niveau des connaissances en sciences de la navigation et la forme du premier cahier laissent à penser que son auteur était un officier, probablement instructeur, originaire du port de Quillebeuf dans lestuaire de la Seine. Ainsi introduit-il son manuscrit, Commencé, du 16 janvier 1765 fait par moi Jean-Leonard Billard, demeurant à Quillebeuf. In fine, ce dernier indique avoir achevé ce travail le 1er mars 1765. Ce cahier dexercices pratiques portant sur des calculs de navigation est donc le fruit de 3 mois de travail et détude. Les problèmes portent sur la détermination ou la correction de routes maritimes, les variations introduites par les vents et la dérive d'un navire, la manière de trouver l'accroissement des degrés de latitude comme sur les cartes réduites". Extrait: Exemple 3. Étant parti de l'équateur et de 6 degrés de longitude, on a cinglé, par estimation, sur la route de l'ouest quart sud-ouest 80 lieues, & par la hauteur on est arrivée par 30 minutes de latitude sud : on demande la route et la distance corrigées, & la longitude arrivée. (p.13). Billard consacre une partie de son manuscrit à lexplication de méthodes de navigation, par exemple, pour estimer le chemin dun navire: On se sert encore du Lik qui est un morceau de bois taillé en forme de petit bateau et chargé de plomb, auquel on attache une petite ficelle marquée précédemment de 6 en 6 toises, et présentement de 8 en 8 toises un peu moins par des noeuds dont voicy l'usage, on laisse filer cette ligne pendant lécoulement d'un sable d'une demie minute ou 30 secondes, et autant de noeuds quil sécoule, ce sont autant de quart de lieues par heure que le navire fait si la distance entre les noeuds est de 6 toises, et si les noeuds sont distants de 8 toises le navire fera un tiers de lieues par heure pour chaque noeud filé. Cette méthode est fort en usage dans les voyages de long cours mais il faut de temps en temps répéter cette opération de peur que le vent ne devienne plus fort ou plus faible ce qui ferait marcher le navire plus ou moins vite. Si enfin lorsqu' un pilote a beaucoup d' expérience et qu'il connaît bien son navire il peut juger du chemin qu'il a fait en voyant passer l'eau le long du bord sous le vent. (pp.50-51). Lauteur traite également de la construction dinstruments astronomiques et de propositions sur les logarithmes, sinus, tangentes et sécantes. Lillustration de ce premier cahier se compose de 69 schémas et instruments astrologiques aquarellés et soigneusement exécutés dans le texte. Parmi eux se trouvent le sextant, lastrolabe, larbalestrille, le "quartier anglois et le quartier astronomique. Le second cahier, Commencé, du 29 janvier 1765 fait par moi Jean-Leonard Billard, demeurant à Quillebeuf, est un recueil dexercices comportant 62 dessins au lavis dencre noire et brune avec quelques rehauts de gouache. Fruit des observations en mer et sur terre de ce marin, il débute par des croquis multiples dexercice figurant des bateaux, des maisons au bord de la mer et des profils de côtes. Billard dessine ensuite les différents types de navires militaires et de commerce dont deux en proie à une tempête: vaisseaux armés de canons à un et plusieurs ponts portant un à trois mâts et un navire marchand de la mer du Nord. S'ensuivent des dessins légendés de poissons et mammifères marins particulièrement réalistes, certainement dessinés sur le vif : églefin, lieu, mouchette, lalamie, moline, marsouin, colac et diable de mer. Extrait: Diable de mer tetard que lon pêche sur les roches de Haute Normandie de 5 pouces œ de long. On relève aussi des représentations doiseaux marins (pleupleu, frégatte et battemar), dun chien de ferme et de bâtiments: le château de Montbron, une maison de campagne et le couvent des filles à Baye. A noter en outre le dessin quant à lui visiblement imaginaire dune baleine dune taille extraordinaire prise à la côte de Biscayie de 200 pieds de long en 1710 soit 61 mètres de long! La particularité de ces cahiers réside dans la façon peu commune dont ils ont été reliés: cousus à une couverture sommaire de feuillets contrecollés avec une ficelle de lin retenue par des illets à chaque extrémité, travail damateur réalisé avec les moyens du bord... En outre, des traces daquarelles de couleur sur le second plat du second cahier suggèrent que notre marin avait un attrait pour la peinture. Précieux et rare ensemble superbement illustré montrant létendue des connaissances en navigation et capacités artistiques dun officier de marine du milieu du XVIIIe siècle. 2 vol. in-4° entirely handwritten of : I. [1] f. ; 96 pp. ; [1] f. ; 69 diagrams and scientific instruments watercolored in-text ; 22 mathematical tables in-text ; numerous calculations ; II. [23] ff. ; [1] f. bl. ; 62 ink wash drawings, including 1 full page. A total of 131 illustrations and 22 tables. Cardboard of ff. laminated covered with contemp. yellow glue paper bound with linen thread fixed with eyelets. Set of two illustrated manuscript notebooks, probably executed on board a ship by a Norman naval officer, the first dealing with navigational matters, and the second devoted to his drawing exercises. The level of knowledge in navigational sciences and the form of the first notebook suggest that its author was an officer, probably an instructor, originally from the port of Quillebeuf in the Seine estuary. Thus he introduces his manuscript, "Begun, of January 16, 1765 made by me Jean-Leonard Billard, residing in Quillebeuf" [translated from French]. In fine, the latter indicates having completed this work on March 1, 1765. This practical workbook on navigational calculations is therefore the result of 3 months of work and study. The problems concern the determination or correction of maritime routes, the variations introduced by the winds and the drift of a ship, the way to find the increase in degrees of latitude "as on reduced charts" [translated from French]. Excerpt: "Example 3. Starting from the equator and 6 degrees of longitude, by estimation, on the route from west to southwest 80 leagues, & by height we have arrived by 30 minutes of south latitude: we ask for the corrected route and distance, & the longitude arrived." [translated from French] (p.13). Billard devotes part of his manuscript to the explanation of navigation methods, for example, to estimate the path of a ship: "One still uses the Lik, which is a piece of wood carved in the shape of a small boat and loaded with lead, to which one attaches a small string previously marked with 6 in 6 toises, and presently 8 in 8 toises a little less by knots, the use of which is voicy, this line is allowed to run for half a minute or 30 seconds during the flow of a sand, and as many knots as it flows, it is as many quarters of leagues per hour that the vessel makes if the distance between the knots is 6 toises, and if the knots are 8 toises apart the vessel will make one third of leagues per hour for each knot spun. This method is widely used in long distance voyages, but it is necessary to repeat this operation from time to time for fear that the wind will become stronger or weaker and the ship will run faster or slower. Finally, when a pilot has a lot of experience and knows his ship well, he can judge the path he has taken by seeing the water passing along the leeward edge." [translated from French] (pp.50-51). The author also deals with the construction of astronomical instruments and proposals on logarithms, sine, tangents and secants. The illustration of this first manuscript is composed of 69 watercolored astrological diagrams and instruments carefully executed in the text. Among them are the sextant, the astrolabe, the arbalestrille, the "English quarter" and the "Astronomical quarter". The second notebook, "Commenced, of January 29, 1765 made by me Jean-Leonard Billard, residing at Quillebeuf [translated from French], is a collection of drawing exercises comprising 62 drawings in black and brown ink wash with some gouache highlights. The result of the sailor's observations at sea and on land, it begins with multiple exercise sketches depicting boats, seaside houses and coastal profiles. Billiard then draws the different types of military and merchant ships, two of which are in the grip of a storm: vessels armed with single and multi-deck cannons carrying one to three masts and a North Sea merchant ship. This is followed by captioned drawings of particularly realistic fish and marine mammals, certainly drawn on the spot: haddock, pollock, "lalamie", "moline", porpoise, colac and sea devil. Excerpt: "Tetard sea devil fished on the rocks of Upper Normandy, 5 inches long œ" [translated from French]. There are also representations of sea birds ("pleupleu", "frégatte" and "battemar"), a farm dog and buildings: the castle of Montbron, a country house and the convent of the girls in Baye. Note also the visibly imaginary drawing of a whale of an extraordinary size "taken at the coast of Biscayie of 200 feet long in 1710" [translated from French] or 61 meters long! The peculiarity of these notebooks lies in the unusual way in which they were bound: sewn to paperboards glued with a linen string held by eyelets at each end, amateur work done with the means at hand... In addition, traces of colored watercolors on the second cover of the second notebook suggest that our sailor had an attraction for painting. Precious and rare set superbly illustrated showing the breadth of navigational knowledge and artistic abilities of a mid eighteenth century naval officer.

8,500.00 €