Référence :4808

Album amicorum de plus de 100 dessins à l'encre, certains aquarellés, gouachés ou au pastel.

[album AMICORUM] KUWASSEG (Charles) ; IWILL ; CLAVEL (Emile)...

Circa 1880-1900. 1880 1 vol. oblong (358 x 249 mm.) de : [101] ff. (dont 2 bl.). 112 dessins (de 55 x 34 mm. à 432 x 292 mm.) de divers artistes, la plupart signés. Certains exécutés directement sur le carnet mais la plupart contrecollés. La moitié sont de Charles Kuwasseg, 8 dEmile Clavel et 11 de son frère: Marie Joseph Léon Clavel alias IWILL. Contient une lettre de Charles Kuwasseg à Emile Clavel et un poème dOscar H.. Initiales E.C. sur le premier plat. Reliure recouverte d'un papier rouge imitant du cuir, dos à nerfs titré en lettres dorées, initiales "E.C." dorées sur le premier plat.

Remarquable album amicorum réunissant plus de 110 dessins et aquarelles exécutés par une quinzaine dartistes de lentourage du peintre Emile Clavel (1848 - 1932) dont les initiales dorées E.C. ornent le premier plat. Une émouvante lettre de son maître et ami Charles E. Kuwasseg (1833 - 1904) débute lalbum où figurent une soixantaine duvres de ce célèbre peintre de la mer et des paysages maritimes qui fut marin au long cours. La lettre manuscrite bordée de noir datée du 18 juin 1897 placée par Clavel au début de son album nous renseigne sur le fort lien damitié fraternel qui lunissait à son maitre. Dans ce touchant courrier illustré dun dessin à lencre noire représentant deux voiliers, Kuwasseg évoque dabord son quotidien: la perte très récente de son épouse (Ernestine Caroline Chavaroche (1832-1897)), les sorties, la difficulté à se mouvoir, les projets de voyage et de travail entravés par son état... Viennent ensuite les précieux conseils prodigués à son ami et élève: Travaillez bien toujours et encore et toujours. Largement et sûrement, ne faites pas en deux coups ce que vous pouvez faire en un seul. Finissez bien les premiers plans. Cest là le côté faible et difficile. Je vous écrirai aussi souvent que le Barbillon me donnera le plaisir de causer avec vous. Mais je vous le dis encore, en vérité, en vérité, ne négligez pas les premiers plans de vos études. Cest là, la science. Pas de sciences, pas de vérité. Votre vieil ami que vous devez croire. C. Kuwasseg. Cette lettre est suivie dun poème introductif: Lalbum est cette galerie, Où chacun suspend son portrait, En jabot lesprit y paraît, Cest un cours de coquetterie. Mais lâme sy montre pourtant, Car il nest besoin dun volume, Pour trahir lartiste content, De son crayon ou de sa plume. De lencrier, les hannetons, Sortant pour sessuyer la patte, Viennent dérouler à tâtons, Un trait où leur bêtise éclate. Un bon cur sy livre dun mot, Un fat en dix lignes sétale, Un sage reluit plus quun sot, Et lor pur, que le chrysocale. Pour moi, comme un humble tambour, Je conduis ici la colonne!.. Je me tais : car le clairon sonne, Et la musique attend son tour! Paris 31 mars 1874. Oscar h. Peintre académique dans la mouvance de l'école de Barbizon, Charles Euphrasie Kuwasseg (1833 - 1904) est le fils du peintre autrichien Karl Joseph Kuwasseg, qui lui prodigue les bases du métier d'artiste. Avant de poursuivre dans la voie de son père, le jeune homme sembarque pour quelques années comme marin au long cours et parcourt le Monde. Cette expérience lui donne une parfaite connaissance des navires et du milieu maritime, talent qui le distingue de ses contemporains. De retour à terre, il devient lélève de Jean-Baptiste Henri Durand-Brager (1814 - 1879) et d'Eugène Isabey (1803 - 1886). A partir de 1855, Kuwasseg expose régulièrement au Salon de Paris où il obtient de nombreux prix. Soucieux de transmettre son savoir, il devient professeur d'art. Il tisse ainsi une forte relation avec ses élèves, parmi lesquels le plus proche sera Emile Clavel (1848 - 1932) avec lequel il entretiendra une abondante relation épistolaire. L'uvre de Kuwasseg est considérable. Maîtrisant à la perfection l'art du contraste et faisant preuve d'une finesse exceptionnelle, il demeure l'un des peintres français les plus admirés du XIXe siècle. Ses uvres sont exposées dans de nombreux musées, dont les musées des beaux-arts de Rouen, de La Rochelle, de Pontaise, Digne, Périgueux et de Rennes, le Musée maritime de Tatihou, le British Museum ainsi que le Maltwood Art Museum de l'Université de Victoria (Canada). Ses sujets de prédilection sont les rivages, les habitants et les bateaux de Bretagne, de Normandie et de la Mer du Nord. Des thèmes récurrents ressortent des uvres hyperréalistes de ce peintre qui fut marin avant d'être artiste: naufrages, tempêtes, marins pêcheurs au travail (ff. 4, 23, 27, 44). Les nombreux dessins et esquisses de Kuwasseg dont Clavel a garnis son album nont pas été choisis par hasard: ils nous offrent une palette très complète de l'uvre de son maître. Parmi ces dessins, nous avons pu identifier une ébauche dune de ses uvres emblématiques: Le retour des pêcheurs (1862) représentant des marins poussant leur embarcation sur une gréve (f. 44). Cette embarcation est un élément présent dans un grand nombre de ses uvres. Outre sa passion pour la peinture, Clavel poursuit une carrière politique. Il sera entre autres administrateur de la chambre des députés. 6 de ses dessins sont présents dans cet album (ff. 35, 45, 60, 62, 88, 91). Ils représentent des paysages et des scènes maritimes. Le dessin au f. 88 est très proche du style de son frère, Léon Iwill Clavel (1850 - 1923), artiste peintre et mari de Pauline Lacher Ravaisson-Mollien (1856 - 1910). Dans lalbum, une dizaine de dessins sont de la main dIwill (ff. 7, 11, 14, 48, 51, 52, 53, 54, 59, 61 et 64) et deux croquis portent la signature F. Ravaisson-Mollien (ff. 18 et 24), le beau-père dIwill: Félix Ravaisson-Mollien. Il y a également 3 caricatures au crayon gris (ff. 29, 33 et 34) de la main de Paul de Laubadère (1859 - 1931), artiste peintre, graveur, dessinateur et illustrateur chez Larousse ; 2 dessins (ff. 5 et 8) dAdrien Louis Bruneau (1831 - 1884), artiste peintre et aquarelliste français ; 1 portrait (f. 15) de Fanny Geefs (1807 - 1883), portraitiste et peintre de scènes de genre et de sujets historiques ainsi que lépouse du grand statuaire Guillaume Geefs (1805 - 1883) ; 1 dessin (f. 17) du peintre de marine français Jean Marie Auguste Jugelet (1805 - 1874). Le reste des dessins est signé par les artistes suivants: M. R. Clavel ; Z. Waterman ; Elmer Keene (1853-1929) ; Benzahal et de Longpérier. Superbe témoignage sur lunivers artistique de l'entourage dun peintre du 19e siècle. NB: Transcription de la lettre de Kuwasseg et liste des uvres disponibles pour lacquéreur. Transcription de la lettre: Vendredi 18 Juin 1897 Mon cher Ami, Jai diné hier soir avec ma soeur Madame Monthiers et ma nièce rue de Solférino. Alors, il est convenu, bien entendu, que je dois partir à Montigny les rejoindre lundi prochain 21 Juin. Cest un peu court pour moi car jai bien à faire pour être en mesure dexécuter ce projet là pour Lundi. Je nai rien de prêt et étant donné que ma machine à de la peine à se mouvoir! Il me faudrait au moins une semaine pour préparer mes paquets. Cependant, je vais faire tout mon possible pour partir Lundi, vers dix heures du matin. Demain matin, Samedi, je vais aller au cimetière dire au revoir à ma chère morte! Le tantôt je ne sais pas si je serai à latelier ou à la maison. Dimanche vous rentrez à Suresnes, par conséquent je ne vois pas que je puisse vous revoir avant mon départ. Aujourdhui, je suis allé déjeuner avec mon ami O. Moggier au Cercle de la vie de Wolney dont il est membre. Il ma fait un peu trop marcher dautant que javais déjà pas mal trotté dans la matinée aussi ai-je été malade en route. Ca va toutefois mieux heureusement. Il y a des limites que je ne peux pas dépasser et ça va toujours très bien quand je me borne à user mes fonds de Culottes, limmobilité! Jemporte ma boîte à couleurs. Je ne sais si je louvrirai mais jai lintention de bien pêcher. Je vais rentrer à Montigny tout le mois de Juillet. Je viendrais passer huit jours à Paris et ensuite terminer mes vacances à La Croix jusqu'à fin Septembre. Jemporte le portrait de ma chère femme et ses derniers vêtements comme je fais toujors quand je quitte Paris. Cest une faible consolation mais cen est une. Au revoir cher Ami. Je vous embrasse bien fraternellement avec mes sentiments affectueux pour vos parents. Travaillez bien toujours et encore et toujours. Largement et sûrement, ne faites pas en deux coups ce que vous pouvez faire en un seul. Finissez bien les premiers plans. Cest là le côté faible et difficile. Je vous écrirai aussi souvent que le Barbillon me donnera le plaisir de causer avec vous. Mais je vous le dis encore, en vérité, en vérité, ne négligez pas les premiers plans de vos études. Cest là, la science. Pas de sciences, pas de vérité. Votre vieil ami que vous devez croire. C. Kuwasseg."

12,000.00 €