164 results

[DESSIN AU LAVIS D'ENCRE / SCENE DE VIE D'ARSENAL VERS 1800].

s.l.n.d., circa 1800. 1800 1 feuille (192 x 270 mm.), dessin au lavis d'encre noire. (Quelques taches claires ou rousseurs).

Superbe dessin au lavis d'encre représentant une scène de vie d'un arsenal vers 1800.

[MANUSCRIT / MANUSCRIPT] TRAITE MATHÉMATIQUES - Traité de la marine en forme de thèse - Traité des Cadrans qui se tracent sur de[s] plans arrestés. -Et Traité des cadrans portatifs.

S.l.n.d. [début XVIIIe siècle]. 1 vol. in-8° (166 x 120 mm.) de : [8] ff. (dont 1 aquarelle ronde de 7cm de diamètre dans un encadrement doré représentant 3 navires, 5 pp. avec 7 problèmes de géométrie avec schémas, 9 pp. de table) ; 90 pp. ; [1] f. bl. ; 100 pp. (dont 6 vierges) ; [7] ff. bl ; [6] ff. (table) ; 39 schémas à la plume (dont 20 aquarellé et 1 dépliant) dans le texte ou à pleine page et 3 tables. Pleine basane brune mouchetée d'époque, dos à cinq nerfs orné et titré à l'or "traité mathématique", roulette dorée sur les coupes, tranches jaspées. (Usures et défauts d'usage, intérieur très frais).

Remarquable recueil manuscrit titré Traité mathématique, composé dun traité de marine suivi de deux autres relatifs aux cadrans solaires, ensemble finement calligraphié et abondamment illustré de schémas et diagrammes exécutés à lencre et à laquarelle. Son auteur, demeuré anonyme, a placé en frontispice de son ouvrage une jolie aquarelle miniature dans un encadrement circulaire doré, représentant une scène de bataille navale avec trois vaisseaux. Le manuscrit débute par "Traité de la marine en forme de Thèse" contenant quatre chapitres. Le premier chapitre: "De lArmemant des vaisseaux de Guerre et de lordre des Combats de mer" explique la disposition des batteries et des vaisseaux ainsi que la division des armées en escadres durant les batailles navales. Le second chapitre: "De la construction des vaisseaux et de leurs différentes espèces" décrit toutes les étapes nécessaires à la construction dun navire, du plan jusquà lassemblage. Le troisième chapitre: "De la mateure, de la voileure, du jeu du goüvernail, et de la force des rames" traite de l'utilisation de la rose des vents et de la boussole; de la maîtrise du vent contre la voilure; du jeu du gouvernail ainsi que de la force des rames. Le quatrième et dernier chapitre: "De la manière de régler la navigation par des observations géographiques et astronomiques explique comment naviguer en utilisant des repères tels que le méridien, lhorizon, léquateur, les tropiques, les pôles, le soleil. Ce dernier livre se finit par une explication de la cause des éclipses. Les deux traités suivants sintéressent aux cadrans et notamment aux différentes méthodes permettant de trouver la ligne méridienne sur un plan horizontal ainsi que les diverses approches permettant de mesurer la hauteur dun pôle ou encore de trouver la déclinaison dun plan vertical ou de tracer un cadran équinoxial. Ces traités fournissent également des informations sur les manières de construire différents types de cadrans (polaire, méridional, portatif...), dy marquer les axes et les lignes et sont agrémentés de tables présentant les déclinaisons du soleil. Lensemble est illustré de 39 schémas pour la plupart rehaussés à laquarelle ainsi que de 3 tables, dont des dessins des parties des navires, des roses des vents, des instruments de navigations, évolutions des navires, ainsi que toutes sortes de cadrans solaires muraux, sur pied ou portatifs et divers instruments. Aucune date nest indiquée, cependant la reliure, le papier ainsi que le style et le niveau technique des matières traitées permettent de le situer entre 1700 et 1720. Ouvrage conservé dans sa reliure dorigine en bel état. 1 vol. in-8 ° of : [8] ff. (including 1 round watercolor 7cm in diameter in a gilded frame representing 3 ships), 5 pp. with 7 geometry problems with diagrams, 9 pp. table; 90 pp. ; [1] f. bl. ; 100 pp. (including 6 bl.); [7] ff. bl; [6] ff. (table); 39 pen drawings (including 20 colored and 1 leaflet in the text or full page and 3 tables. Full sheep binding made around 1700. Remarkable manuscript work in French named "Traité mathématiques" composed of a marine treatise followed by two others relating to sundials, finely calligraphed set and abundantly illustrated with diagrams executed with ink and watercolor. Its author, who remains anonymous, placed in frontispiece of his work: a pretty miniature watercolor in a gilded circular frame, representing a scene of a naval battle with three ships. The manuscript begins with "Traité de la marine en forme de Thèse" (translated: "Treaty of the Navy in the form of a Thesis" containing four chapters. The first chapter: "De lArmemant des vaisseaux de Guerre et de lordre des Combats de mer" (translated: "On the Armament of Warships and the Order of Sea Battles") explains the arrangement of batteries and vessels as well as the division of armies into squadrons during naval battles. The second chapter "De la construction des vaisseaux et de leurs différentes espèces" (translated: "Construction of ships and their different kinds") describes all the stages necessary for the construction of a ship, from the plan to the assembly. The third chapter: "De la mateure, de la voileure, du jeu du goüvernail, et de la force des rames" (translated: "On the masts, the sails, ruder, and the strength of the oars") deals with the use of the wind rose and the compass; control of the wind against the canopy; the rudder play and the strength of the oars. The fourth and last chapter: "De la manière de régler la navigation par des observations géographiques et astronomiques (translated: How to regulate navigation by geographical and astronomical observations") explains how to navigate using landmarks such as the meridian, the horizon, the equator, the tropics, the poles, the sun. This last chapter ends with an explanation of the cause of eclipses. The following two treatises focus on dials and in particular on the various methods allowing to find the meridian line on a horizontal plane as well as the various approaches allowing to measure the height of a pole or to find the declination of a vertical plane or to draw an equinoctial sundial. These treatises also provide information on how to construct different types of dials (polar, southern, portable ...), mark the axes and lines on them, and are decorated with tables showing the variations of the sun. The set is illustrated with 39 diagrams mostly enhanced with watercolor as well as 3 tables, including drawings of the parts of a ship, wind roses, navigation instruments, the evolution of ships, all kinds of dials: wall, standing or portable solar panels and various instruments. No date is indicated, however the binding, the paper as well as the style and technical level of the materials processed allow it to be placed between 1700 and 1720. Book preserved in its original binding in good condition.

[PÊCHEURS DEVANT LE PALAZZO DONN'ANNA/FISHERMEN IN FRONT OF THE PALAZZO DONN'ANNA].

[Naples] (circa 1830). 1830 1 feuille (155 x 225 mm.), dessin à la gouache et à l'aquarelle exécuté dans un cadre à l'encre noire ( 104 x 170 mm.) Marie-louise ancienne avec encadrement cartonné à l'or et à l'encre noire.

Très fin dessin exécuté à la gouache et à laquarelle, représentant une scène de vie dans la baie de Naples. Au premier plan, à terre, 2 pêcheurs halent leurs bateaux tandis qu'un troisième se tient à côté de filets à sécher sur des tréteaux de bois. Face à eux, se dresse la façade du Palazzo Donn'Anna construit en 1642 pour l'épouse du vice-roi de Naples. Un panache de fumée semble s'en échapper. Dans la baie naviguent quelques embarcations et une cote est visible en arrière-plan. Le sujet, la forme des bateaux, la finesse et les couleurs vives de ce dessin le rapprochent d'uvres similaires de l'école napolitaine de la première moitié du XIXe siècle. A noter que c'est à côté de ce palais que se trouvait la maison de Lady Hamilton (1765 - 1815), femme du diplomate William Hamilton (1730 - 1803) et maitresse du célèbre Horatio Nelson (1758 - 1805). 1 sheet (155 x 225mm.), gouache and watercolor drawing. Very fine drawing executed in gouache and watercolor, representing a scene of life in the Bay of Naples. In the foreground, on land, 2 fishermen tow their boats while a third is standing next to nets to be dried on wooden trestles. In front of them stands the facade of Palazzo Donn'Anna, built in 1642 for the wife of the Viceroy of Naples. A plume of smoke seems to escape from it. In the bay are sailing a few boats and a coast is visible in the background. The subject, the shape of the boats, the delicacy and the vivid colors of this drawing bring it closer to similar works of the Neapolitan school of the first half of the 19th century. Interesting fact: next to this palace was the house of Lady Hamilton (1765 - 1815), wife of diplomat William Hamilton (1730 - 1803) and mistress of the famous Horatio Nelson (1758 - 1805).

Album de photos d'Egypte.

Egypte, s.d. (circa 1870). 1870 1 vol. in-folio oblong (279 x 362 mm.) de : [73] ff. contenant 146 tirages albuminés (de 222 x 279 mm.) et un bouquet dedelweiss séché avec inscription à lencre noire Au. Dermaff Le 20 juillet 96. Étiquette de la papeterie Maison Martinet, Albert Hautecoeur, bd des Capucines, 12, Paris au dos du premier plat. (Certaines images sont passées, une trace de déchirure sur un tirage). Demi chagrin brun à coins d'époque, plats recouvert de percaline violine, dos à nerfs muet, gardes de papier moiré blanc.

Remarquable ensemble de 146 tirages albuminés (222 x 279 mm.) représentant des paysages et des scènes animées dEgypte signés par les plus grands photographes locaux de lépoque: les frères Zangaki, Bonfils, Arnoux, Beato, Fiorillo, Béchard et Sébah. Actifs dans la seconde partie du XIXe siècles, ces photographes dorigines diverses (français, italien, britannique, ottoman, grec) ont tous établi un studio ou une succursale en Egypte (Alexandrie, Port-Saïd, le Caire). Ils ont capturé ses paysages, habitants, lieux historiques et évènements importants tels que les travaux de percement du canal de Suez. Certains ont collaboré ensemble tels que Hippolyte Arnoux et Antonio Beato ou encore Constantin et Georges Zangaki, Félix Bonfils et Arnoux. Spécialistes de lhistoire de lÉgypte, leurs uvres devinrent célèbres grâce aux touristes européens qui rapportaient ces photos en souvenir. De nos jours, ces tirages se trouvent à lunité et beaucoup plus rarement sous forme dalbum. Elles sont très prisées par les historiens et les collectionneurs. Le propriétaire du présent album se lai procuré Paris dans la papeterie parisienne Maison Martinet (étiquette au dos du premier plat) puis la garni des nombreuses photos collectées durant son voyage en Egypte. Les 146 tirages albuminés présentent une très large vision de la haute et basse Egypte: Le Caire, Alexandrie, Suez, Beni Hassan, Louxor, Port-Saïd, Ismailia, El Férdanne, Héliopolis, Assouan, Thèbes et l'île de Gezira. On découvre des mosquées, des temples, des portraits degyptiens (hommes, femmes et enfants), des chameaux, des pans entiers de temples truffés de hiéroglyphes, des felouques, des oasis, des vues diverses du Nil, les pyramides... Liste non-exhaustive des tirages: "Récolte des dattes ; Pont de Qasr al-Nil, Caire ; Bateau Olandais passant la courbe dEl Guiroh ; Rue du Caire, Quartier Toulon ; Ruines du temple Amenaphis ; Caire, Porte de la mosquée Sallam Hassan ; Louxor, pigeonniers sauvages ; Rade de Suez ; Fontaine de Moïse" ; Phare de Port-Saïd" ; Ouverture du port de Qasr al-Nil ; Panorama de Port-Saïd" ; Lac Timsah ; Quai de Port-Saïd" ; Vue generale dIsmailia ; Gare dEl Férdanne ; Canal deau douce et écluse, amont dIsmailia ; Karnak. 1er pylône du grand Temple. Egypte ; Les ruines du phare ; Alexandrie. Colonne de Pompée ; Alexandrie. Le Palais de Ras-el-Tin ; Citernes dAden ; Vue de Kantara ; Alexandrie. Statue de Mohammed Ali ; Mosquée de Mohammed Ali. Caire ; Kom el-Dick ; Campement Bedouin ; Pyramides et village arabe ; Le Caire pris du Mokatan ; Obélisque de Héliopolis ; Vue du canal ; Ville de Suez ; Les arabes remplissent leurs cruches dans le Nil ; Grand Bazar au Kasr el-Nil ; "Dîner arabe ; Le pont de Kasr el-Nil ; Assouan vue panoramique ; Port et ville de Port-Saïd ; Kiosque de Choubra - Galleries ; Oasis des Fontaines Moïses ; Bassin de Radoub. Suez ; Thèbes. Colosses de Memnon. Egypte ; Vue générale dAlexandrie ; Curiosités Égyptiennes" ; Karnak. Colonne inclinée dans la salle hypostyle. Egypte ; Panorama de Suez ; Palais de Gezirah. Magnifique album dune réelle importance pour lhistoire du patrimoine culturel egyptien.

Heures des Jeunes Chrétiens.

Paris, Marcilly, ca. 1815. 1815 1 vol. in-24° (68 x 46 mm) de : [1] f. (faux titre) 128 pp. (dont titre gravé); 5 planches gravées. Annotations à l'encre noire au début et in-fine. Cartonnage recouvert de papier imitant du maroquin à grain long, encadrement doré sur les plats avec frises étoilées, dos lisse orné, tranches dorées, étui dans le même style.

Charmant petit livre d'heures destiné aux jeunes chrétien contenant l'Ordre de la Messe et divers services en français ainsi que des hymnes et prières en latin. Ce minuscule se termine par le service du mariage, plutôt que par le service des morts, comme c'était la coutume dans les anciens livres d'heures. Lillustration se compose dun titre gravé et cinq planches, la plus charmante montrant David dansant et jouant de la harpe, alors qu'il dirige la procession de l'Arche. On peut aussi y apercevoir la Sainte-Vierge entourée de deux anges. Le début et la fin de louvrage sont annotés à lencre. Ces annotations sont des prières: une prière pour une communion au début de louvrage et deux prières destinés aux parents défunts à la fin. Bel exemplaire.

LETTERA RARISSIMA DI CRISTOFORO COLOMBO ripro- dotta e illustrata dal Cavaliere Ab. Moelli Bibliotec. Regio in Venezia. Morelli.

In Bassano, Nella stamperia Remondiniana, 1810. 1810 1 vol in-8° (220 x 140 mm.) de : XVI (titre et préface) ; 66 pp. (rousseurs, exemplaire non rogné). Cartonnage rose d'époque muet. (Défauts d'usage et taches).

Réimpression de la version italienne de la lettre à Ferdinand et Isabella, écrite de Jamaïque par Christophe Colomb le 7 juillet 1503. Édition réalisée à partir de l'exemplaire unique conservé à la Marciana à Venise. Harrisse, Bibl. amer. vet., addit. 17; Fumagalli, 73. 1 vol in-8°. xvi, 66 pp. Comtemp. Cardboard. Reprint of the Italian version of the letter to Ferdinand and Isabella, written from Jamaica, July 7, 1503, ed. from the unique copy in the Marciana, Venice. Reprint of the Italian version of the letter to Ferdinand and Isabella, written from Jamaica, July 7, 1503, ed. from the unique copy in the Marciana, Venice.

LIVRE DES SIGNAUX DE JOUR, à l'usage des vaisseaux de guerre français.

Paris, De l'Imprimerie Royale, 1819. 1819 1 vol in-4° (270 x 220 mm.) de : [3] ff. (titre, avis au relieur, titre) ; 92 pp. ; [1] f. (titre) ; 227 pp. (selon la pagination, numérotation de 0 à 91 en ff., numérotation de 92 à 227 en pp., dont la table) ; [1] f. (titre, interruption dans la pagination) ; 22 planches (dont 9 dépliantes). Languettes de vélin à onglet repliées. Demi-basane blonde d'époque, dos lisse orné, plats ezcouverts de papier à la colle maron (défauts d'usage à la reliure, corps d'ouvrage trés frais).

Ouvrage de signaux de jour à lusage de la flotte française publié en 1819, après la chute de lempire. Ce traité présente les pavillons et signaux utilisés pour le combat et les batailles navales. Il se réfère aux signaux développés dans louvrage de Du Pavillon (voir Signaux de jour, 1778) et il fait aussi mention de Livre de Signaux » édité en 1786 par M. le Comte de Missiessy. Se distinguent : les Pavillons, les Guidons (et triangles) et les Flammes. Ces signes servent à élaborer 3 types de signaux, soit : 1) Aires de vent (un triangle et un pavillon), 2) Numéros des bâtiments et signaux numéraires (une flamme et un pavillon). 3) Ordres généraux et particuliers, à la voile et à lancre. 4 planches aquarellées permettent de les visualiser et 9 planches dépliantes, reliées in fine, présentent les types de manuvres et divers ordres de bataille et de marche dune flotte. Bel exemplaire. 1 vol. in-4 ° 22 boards (4 colored and 9 fold.). Contemp. half sheep. Day signals treaty for the use of the French fleet published in 1819, after the fall of the empire. The work presents the flags and signals used for combat and naval battles. It refers to the signals developed in Du Pavillon's work (Signaux de jour, 1778) and also refers to the book of signals published by the Count de Missiessy (1786). It gives: Pavilions, Handlebars (and triangles) and Flames. These signs are used to develop 3 types of signals, namely : 1) Wind areas (a triangle and a pavilion), 2) Building numbers and numeric signals (a flame and a flag). 3) General and private orders, sailing and anchor. 4 watercolor plates allow to visualize them and 9 folding plates, bound in fine, present the types of maneuvers and various orders of battle and march of a fleet. Fine fresh copy.

Ordonnances et règlements concernant la marine.

Nantes, de l'imprimerie de Brun (seul imprimeur-libraire ordinaire du Roi et de la Marine), 1786. 1786 1 vol in-8° (220 x 140 mm.) de : 356 pp. ; 18 tableaux dont 3 repliés. (Taches et petites mouillures, exemplaire à toutes marges). Cartonnage de papier à la colle rouge d'origine, non rogné.

Rare impression Nantaise de ces ordonnances qui réorganisèrent la Marine Royale après la fin de la guerre dindépendance ce Américaine. Le Maréchal de Castries, ministre de la Marine, avait été chargé par le Roi de remettre de l'ordre dans les finances et le désordre administratif de la Marine française à la sortie du conflit Nord-Américain. De nombreux officiers de Marine avaient en outre appelés à une réforme. Ces ordonnances reconsidèrent presque tous les aspects de la vie marine. Publication officielle contenant 14 ordonnances et 11 règlements et 18 tableaux et modèles de documents, dont 3 dépliants dont. Édition parue à Nantes la même année que l'originale de Paris. 1 vol in-8°. 18 tables, 3 fold. Publisher paper cover. Rare edition printed in Nantes of these ordinances that reorganized the French Royal Navy after the end of the war of independence this American. The maréchal de Castries, Minister of the Navy, was in charge to restore order in the finances and administration disorder of the French Navy at the end of the North American conflict. Many French Navy officers had also called for a reform. These ordinances reconsider almost every aspect of marine life. Official publication containing 14 ordinances and 11 regulations and 18 tables and models of documents, including 3 folded. Edition published in Nantes the same year as the original of Paris.

Pavillons des Puissances Maritimes.

S.l.n.d. [1838]. 1838 1 vol. in-4° oblong. (305 x 239 mm.) de : [2] ff. (titre et table lithograhiées), [59] ff. (planches lithographiées de drapeaux, aquarellés à la main). Demi-basane havane, dos lisse orné, titre de maroquin noir, plats recouverts de papier marbré. (Petite mouillure marginale; taches sur la planche 21).

Très rare tirage lithographié et aquarellé à la main détaillant les pavillons des puissances maritimes de l'époque. Exemplaire portant en page de garde cette inscription manuscrite de l'époque: «Ce cahier à été ennvoyé au Bureau de l'Inscription maritime de La Seyne par dépêche du 27 janvier 1838 de M. le Contre Amiral, Directeur général du Dépôt de la Marine, Baron Hamelin (fait reçu le 1er mars 1838). 104. Cent-quatre cartes et plans de la Méditérannée envoyées par la même dépeche du 23 avril 1838 (ft reçu le 1er mai)». Le baron Jacques Félix Emmanuel Hamelin (1768 - 1839), contre-amiral français, fut nommé nommé directeur des cartes et plans de la marine en 1833. Document interne à la marine publié à très petit nombre d'exemplaires destinés aux amirautés, comme en atteste l'inscription manuscrite sur la page de garde. Une édition similaire en chromolithographie paraitra en 1858. Les pavillons sont mis en couleur avec grand soin et une remarquable précision des détails permettant ainsi aux commandants des navires de les identifier. Ouvrage composé d'un titre, d'une table et de 59 planches lithographiées par LETRONNE et MOTTE de drapeaux aquarellés à la main. 1 à 12 pavillons sont représentés par planche des puissances maritimes suivantes: France, Angleterre, Belgique, Pays-Bas, Allemagne (Hannovre, Oldenbourg, Brême, Mecklembourg, Rostok, Wismar, Lubeck, Hambourg, Francfort), Prusse, Danemark, Suède, Norvège, Russie, Espagne, Portugal, Sardaigne, Monaco, Toscane, Etats Romains, Naples, Sicile, Autriche, Iles Joniennes, Tunis, Grèce, Turquie, Etats-Unis d'Amérique, Mexique, Haïti, Brésil, Buenos Ayres, Montevideo, Pérou, Sud Peruano et Bolivie.

VOYAGES DE DECOUVERTES AU CANADA, entre les années 1534 et 1542, par Jacques Quartier (Cartier), le sieur de Roberval, Jean Alphonse de Xanctoigne, &c., suivis de la description de Québec et de ses environs en 1608, et de divers extraits relativement au lieu de l'hivernement de jacques Quartier en 1535 ET 1536. (Avec gravures en fac-similé) Réimprimés sur d'anciennes relations, et publiés sous la direction de la société littéraire et historique de Quebec.

Quebec, William Cowan et fils, 1843. 1843 1 vol. in-8° (220 x 130 mm.) de iv, 130 pp., 2 pl. dépliantes. Demi chagrin à coins caramel, plats de papier marbré vert, dos à nerfs orné.

Jolie édition donnant les premiers voyages de découverte au Canada au XVIe siècle, dont ceux de Jacques Cartier, Jean Alphonse de Xantoigne et Jean-François Roberval. Publié par la Société littéraire et historique de Québec, première société savante du pays. Le récit du troisième voyage de Cartier est traduit de la collection de voyages, de voyages et de découvertes de Hakluyt en 1810. Les deux cartes dépliantes sont des réimpressions de lédition de Champlain de 1613. 1 vol. in-8°. 2 fold. maps. Half chagrin binding. Nice edition giving the first voyages of discovery in Canada in the sixteenth century, including those of Jacques Cartier, Jean Alphonse de Xantoigne and Jean-Francois Roberval. Published by the Literary and Historical Society of Quebec, the country's leading scholarly society. The story of Cartier's third voyage is taken from Hakluyt's collection of travels, travels and discoveries in 1810. The two folding maps are reprints of the 1613 Champlain edition.

[album AMICORUM] KUWASSEG (Charles) ; IWILL ; CLAVEL (Emile)...

Album amicorum de plus de 100 dessins à l'encre, certains aquarellés, gouachés ou au pastel.

Circa 1880-1900. 1880 1 vol. oblong (358 x 249 mm.) de : [101] ff. (dont 2 bl.). 112 dessins (de 55 x 34 mm. à 432 x 292 mm.) de divers artistes, la plupart signés. Certains exécutés directement sur le carnet mais la plupart contrecollés. La moitié sont de Charles Kuwasseg, 8 dEmile Clavel et 11 de son frère: Marie Joseph Léon Clavel alias IWILL. Contient une lettre de Charles Kuwasseg à Emile Clavel et un poème dOscar H.. Initiales E.C. sur le premier plat. Reliure recouverte d'un papier rouge imitant du cuir, dos à nerfs titré en lettres dorées, initiales "E.C." dorées sur le premier plat.

Remarquable album amicorum réunissant plus de 110 dessins et aquarelles exécutés par une quinzaine dartistes de lentourage du peintre Emile Clavel (1848 - 1932) dont les initiales dorées E.C. ornent le premier plat. Une émouvante lettre de son maître et ami Charles E. Kuwasseg (1833 - 1904) débute lalbum où figurent une soixantaine duvres de ce célèbre peintre de la mer et des paysages maritimes qui fut marin au long cours. La lettre manuscrite bordée de noir datée du 18 juin 1897 placée par Clavel au début de son album nous renseigne sur le fort lien damitié fraternel qui lunissait à son maitre. Dans ce touchant courrier illustré dun dessin à lencre noire représentant deux voiliers, Kuwasseg évoque dabord son quotidien: la perte très récente de son épouse (Ernestine Caroline Chavaroche (1832-1897)), les sorties, la difficulté à se mouvoir, les projets de voyage et de travail entravés par son état... Viennent ensuite les précieux conseils prodigués à son ami et élève: Travaillez bien toujours et encore et toujours. Largement et sûrement, ne faites pas en deux coups ce que vous pouvez faire en un seul. Finissez bien les premiers plans. Cest là le côté faible et difficile. Je vous écrirai aussi souvent que le Barbillon me donnera le plaisir de causer avec vous. Mais je vous le dis encore, en vérité, en vérité, ne négligez pas les premiers plans de vos études. Cest là, la science. Pas de sciences, pas de vérité. Votre vieil ami que vous devez croire. C. Kuwasseg. Cette lettre est suivie dun poème introductif: Lalbum est cette galerie, Où chacun suspend son portrait, En jabot lesprit y paraît, Cest un cours de coquetterie. Mais lâme sy montre pourtant, Car il nest besoin dun volume, Pour trahir lartiste content, De son crayon ou de sa plume. De lencrier, les hannetons, Sortant pour sessuyer la patte, Viennent dérouler à tâtons, Un trait où leur bêtise éclate. Un bon cur sy livre dun mot, Un fat en dix lignes sétale, Un sage reluit plus quun sot, Et lor pur, que le chrysocale. Pour moi, comme un humble tambour, Je conduis ici la colonne!.. Je me tais : car le clairon sonne, Et la musique attend son tour! Paris 31 mars 1874. Oscar h. Peintre académique dans la mouvance de l'école de Barbizon, Charles Euphrasie Kuwasseg (1833 - 1904) est le fils du peintre autrichien Karl Joseph Kuwasseg, qui lui prodigue les bases du métier d'artiste. Avant de poursuivre dans la voie de son père, le jeune homme sembarque pour quelques années comme marin au long cours et parcourt le Monde. Cette expérience lui donne une parfaite connaissance des navires et du milieu maritime, talent qui le distingue de ses contemporains. De retour à terre, il devient lélève de Jean-Baptiste Henri Durand-Brager (1814 - 1879) et d'Eugène Isabey (1803 - 1886). A partir de 1855, Kuwasseg expose régulièrement au Salon de Paris où il obtient de nombreux prix. Soucieux de transmettre son savoir, il devient professeur d'art. Il tisse ainsi une forte relation avec ses élèves, parmi lesquels le plus proche sera Emile Clavel (1848 - 1932) avec lequel il entretiendra une abondante relation épistolaire. L'uvre de Kuwasseg est considérable. Maîtrisant à la perfection l'art du contraste et faisant preuve d'une finesse exceptionnelle, il demeure l'un des peintres français les plus admirés du XIXe siècle. Ses uvres sont exposées dans de nombreux musées, dont les musées des beaux-arts de Rouen, de La Rochelle, de Pontaise, Digne, Périgueux et de Rennes, le Musée maritime de Tatihou, le British Museum ainsi que le Maltwood Art Museum de l'Université de Victoria (Canada). Ses sujets de prédilection sont les rivages, les habitants et les bateaux de Bretagne, de Normandie et de la Mer du Nord. Des thèmes récurrents ressortent des uvres hyperréalistes de ce peintre qui fut marin avant d'être artiste: naufrages, tempêtes, marins pêcheurs au travail (ff. 4, 23, 27, 44). Les nombreux dessins et esquisses de Kuwasseg dont Clavel a garnis son album nont pas été choisis par hasard: ils nous offrent une palette très complète de l'uvre de son maître. Parmi ces dessins, nous avons pu identifier une ébauche dune de ses uvres emblématiques: Le retour des pêcheurs (1862) représentant des marins poussant leur embarcation sur une gréve (f. 44). Cette embarcation est un élément présent dans un grand nombre de ses uvres. Outre sa passion pour la peinture, Clavel poursuit une carrière politique. Il sera entre autres administrateur de la chambre des députés. 6 de ses dessins sont présents dans cet album (ff. 35, 45, 60, 62, 88, 91). Ils représentent des paysages et des scènes maritimes. Le dessin au f. 88 est très proche du style de son frère, Léon Iwill Clavel (1850 - 1923), artiste peintre et mari de Pauline Lacher Ravaisson-Mollien (1856 - 1910). Dans lalbum, une dizaine de dessins sont de la main dIwill (ff. 7, 11, 14, 48, 51, 52, 53, 54, 59, 61 et 64) et deux croquis portent la signature F. Ravaisson-Mollien (ff. 18 et 24), le beau-père dIwill: Félix Ravaisson-Mollien. Il y a également 3 caricatures au crayon gris (ff. 29, 33 et 34) de la main de Paul de Laubadère (1859 - 1931), artiste peintre, graveur, dessinateur et illustrateur chez Larousse ; 2 dessins (ff. 5 et 8) dAdrien Louis Bruneau (1831 - 1884), artiste peintre et aquarelliste français ; 1 portrait (f. 15) de Fanny Geefs (1807 - 1883), portraitiste et peintre de scènes de genre et de sujets historiques ainsi que lépouse du grand statuaire Guillaume Geefs (1805 - 1883) ; 1 dessin (f. 17) du peintre de marine français Jean Marie Auguste Jugelet (1805 - 1874). Le reste des dessins est signé par les artistes suivants: M. R. Clavel ; Z. Waterman ; Elmer Keene (1853-1929) ; Benzahal et de Longpérier. Superbe témoignage sur lunivers artistique de l'entourage dun peintre du 19e siècle. NB: Transcription de la lettre de Kuwasseg et liste des uvres disponibles pour lacquéreur. Transcription de la lettre: Vendredi 18 Juin 1897 Mon cher Ami, Jai diné hier soir avec ma soeur Madame Monthiers et ma nièce rue de Solférino. Alors, il est convenu, bien entendu, que je dois partir à Montigny les rejoindre lundi prochain 21 Juin. Cest un peu court pour moi car jai bien à faire pour être en mesure dexécuter ce projet là pour Lundi. Je nai rien de prêt et étant donné que ma machine à de la peine à se mouvoir! Il me faudrait au moins une semaine pour préparer mes paquets. Cependant, je vais faire tout mon possible pour partir Lundi, vers dix heures du matin. Demain matin, Samedi, je vais aller au cimetière dire au revoir à ma chère morte! Le tantôt je ne sais pas si je serai à latelier ou à la maison. Dimanche vous rentrez à Suresnes, par conséquent je ne vois pas que je puisse vous revoir avant mon départ. Aujourdhui, je suis allé déjeuner avec mon ami O. Moggier au Cercle de la vie de Wolney dont il est membre. Il ma fait un peu trop marcher dautant que javais déjà pas mal trotté dans la matinée aussi ai-je été malade en route. Ca va toutefois mieux heureusement. Il y a des limites que je ne peux pas dépasser et ça va toujours très bien quand je me borne à user mes fonds de Culottes, limmobilité! Jemporte ma boîte à couleurs. Je ne sais si je louvrirai mais jai lintention de bien pêcher. Je vais rentrer à Montigny tout le mois de Juillet. Je viendrais passer huit jours à Paris et ensuite terminer mes vacances à La Croix jusqu'à fin Septembre. Jemporte le portrait de ma chère femme et ses derniers vêtements comme je fais toujors quand je quitte Paris. Cest une faible consolation mais cen est une. Au revoir cher Ami. Je vous embrasse bien fraternellement avec mes sentiments affectueux pour vos parents. Travaillez bien toujours et encore et toujours. Largement et sûrement, ne faites pas en deux coups ce que vous pouvez faire en un seul. Finissez bien les premiers plans. Cest là le côté faible et difficile. Je vous écrirai aussi souvent que le Barbillon me donnera le plaisir de causer avec vous. Mais je vous le dis encore, en vérité, en vérité, ne négligez pas les premiers plans de vos études. Cest là, la science. Pas de sciences, pas de vérité. Votre vieil ami que vous devez croire. C. Kuwasseg."

[ALMANACH LITTERAIRE].

La France Littéraire ou Almanach des Beaux Arts, Contenant Les Noms & les Ouvrages des Gens de Lettres, des Sçavans & des Artistes célèbres qui vivents actuellement en France.

A Paris, Chez Duchesne, Libraire rue S. Jacques, au-dessous de la Fontaine S. Benoit, au Temple du Goût. M. DCC. LIV. 1754 1753 1 vol. in-18° (118 x 65 mm.) de : [4] ff. (titre, les Festes Mobiles, les Quatre Tems, les Quatre Saisons, Calendrier) ; 171 pp. ; [5] pp. (Fautes à Corriger, Approbation, Privilège du Roi, Almanach Nouveaux) Plein veau d'époque, dos lisse orné, pièce de titre de maroquin rouge, filet en encadrement des plats estampé à froid, filet doré sur les coupes, tranches rouges, gardes de papier marbré. (Petites marques d'usures sur les coupes, les mors et les coins. ff. 125-126 comblés en marge sans perte de texte).

Joli exemplaire de cet almanach peu courant consacré aux arts et aux artistes contemporains de sa rédaction. Une première partie est essentiellement consacrée aux différentes académies (Française, Royale, des Sciences), à la Censure, au dessin, à la gravure, à la musique, à la peinture et à la sculpture : avec la liste des uvres des auteurs (classés par ordre alphabétique) ainsi que la localisation des peintures et des sculptures. Dans la seconde partie, se trouvent par ordre alphabétique les noms et les ouvrages "des historiens, jurisconsultes, orateurs, philologues, philosophes, poètes, théologiens etc."

[ANAIS EUGENIE LE CAMUS, EPOUSE DEROME].

LA MESSE DE MARIAGE. OEUVRE COMMENCEE EN L'AN DE GRACE MDCCCLXXXVI POUR L'HONEUR PROFIT DE NOBLE DAME ANAIS EUGENIE LE CAMUS PAR MESSIRE CHARLES ALEXANDRE DEROME EPOUX D'ICELLE. FUT ACHEVE AVESQUE L'AN MDCCCLXXXIX.

SL, 1886-1889. 1886 1 vol. in-8° (163 x 120 mm) de : [1] f. (titre) ; 1 frontispice ; [21] ff. de texte manuscrits à l'encre brune et enluminés ; [1] p. de dédicace enluminés in-fine. Reliure de velours violet foncé, dos lisse muet, premier plat brodé des initiales "AD" au fil de soie jaune et or, fermoires de métal et cordelette.

Somptueux livre de messe de mariage, manuscrit exécuté sur vélin, entièrement enluminé et illustré à lencre et à laquarelle. Cet ouvrage a vraisemblablement été exécuté par la jeune femme qui se marie. Au XIXe siècle, les femmes dun certain rang ne pouvant travailler, il était courant quelles sadonnent à des passe-temps tels que la calligraphie ou lart de lenluminure. Ce livre de messe de mariage en est un très bel exemple et la technique ancienne de lenluminure et des miniatures qui est ici remarquablement appliquée. On y décèle clairement les méthodes utilisées au Moyen-Age ainsi que linspiration de lauteur pour cette époque. Néanmoins, le style, lexécution, la palette de couleurs utilisée ainsi que la calligraphie est typique du XIXe. Le décor artistique très vivant et coloré est caractéristique de cette époque, et se trouve même à la limite de lart déco. Texte sur deux colonnes, à lencre brune et rouge, agrémenté de lettrines et denluminures représentant la faune et la flore. La majorité des enluminures est consacrée aux fleurs parmi lesquelles sont représentées des coquelicots, des pensées, des immortelles et des jonquilles. On y trouve également des insectes, tels que des scarabées, des coccinelles ou des papillons ainsi que des poissons, des crabes, des crevettes et autres crustacés. La dernière enluminure représente une multitude dangelots et célèbre les époux Anaïs Eugénie Le Camus et Charles Alexandre Gerome pour lesquels ce livre de messe de mariage a été conçu. Le titre, encadré par des fleurs, est superbement calligraphié en lettres bleues, insérées dans des frises à lencre rouge. Quant au frontispice, il illustre la scène de mariage au sein dune cathédrale, les deux époux se donnant la main devant lévêque qui sapprête à les unir. Inscriptions AD brodées au fil jaune sur le premier plat. Travail exceptionnel. Exemplaire très frais. 1 vol. in-8° of : [1] f. (title) ; 1 frontispiece ; [21] ff. handwritten text in brown ink and illuminated; [1] p. of dedication illuminated in-fine. Dark purple velvet binding, smooth silent spine, front cover embroidered with the initials "AD" in yellow and gold silk thread, metal clasps and cord. Sumptuous wedding mass book, manuscript executed on vellum, fully illuminated and illustrated in ink and watercolor. This work was probably executed by the young woman who is getting married. In the 19th century, since women of a certain rank were unable to work, it was common for them to engage in hobbies such as calligraphy or the art of illumination. This wedding mass book is a very good example of this art and the ancient technique of illumination and miniatures is remarkably applied here. It clearly reveals the methods used in the Middle Ages as well as the author's inspiration for that time. Nevertheless, the style, the execution, the color palette used as well as the calligraphy are typical of the 19th century. The very lively and colorful artistic decor is characteristic of this period, and even borders on art deco. Text in two columns, in brown and red ink, embellished with lettrines and illuminations representing flora and fauna. The majority of the illuminations are devoted to flowers among which are represented poppies, pansies, immortelles and daffodils. There are also insects, such as beetles, ladybirds or butterflies, as well as fish, crabs, shrimps and other crustaceans. The last illumination represents a multitude of angels and celebrates the couple Anais Eugenie Le Camus and Charles Alexandre Gerome for whom this wedding mass book was designed. The title, framed by flowers, is beautifully calligraphed in blue letters, set in friezes in red ink. As for the frontispiece, it illustrates the wedding scene in a cathedral, the two spouses holding hands in front of the bishop who is about to unite them. "AD" inscriptions embroidered with yellow thread on the front cover. Exceptional work. Very fresh copy.

[ATLAS COMPOSITE] FER (Nicolas de).

Atlas itineraires de France dItalie et des Pays Bas.

Paris, de Beaurain Geographe du Roy, 1728. 1728 1 vol. In-4° (273 x 250 mm) de : 1 titre manuscrit avec lettres caligraphiées en rouge, bleu et or dans un encadrement de frises ; [188] ff. (dont 50 ff. de texte sur double page, 5 ff. de texte sur page simple, 133 cartes et planches sur double page dont 13 dépliantes). (Corps d'ouvrage très frais). Plein maroquin brun d'époque, dos à nerfs orné, triple encadrement de filets dorés sur les plats avec fleurons angulaires, roulette dorée sur les coupes, dentelles intérieures tranches dorées.

Bel atlas composite, très bien relié, composé dun titre manuscrit, de 35 cartes, 65 plans, 31 vues et 52 feuillets de texte gravés, la plupart sur double page, monté sur onglets (17 dépliants), dont 41 sont entièrement coloriés à la main, 40 et 33 partiellement. Nicolas de Fer fut un cartographe français très prolifique, actif du début des années 1690 jusqu'à sa mort en 1720. LAtlas est consacré à la France, à l'Italie et aux Pays-Bas. Il comporte 107 cartes ou vues de de Fer, 15 par Jean Baptiste Nolin (1657-1708) graveur et éditeur français ou son fils (1686-1762) du même nom. 1 vol. in 4°. Contemp. green morocco. Beautiful composite atlas, nicely bound, composed of a manuscript title, 35 maps, 65 plans, 31 views and 52 engraved sheets of text, mostly on double page, mounted (17 fold.), of which 41 are entirely colored by hand, 40 and 33 partially. Nicolas de Fer was a very prolific French cartographer, active from the early 1690s until his death in 1720. The Atlas is devoted to France, Italy and the Netherlands. It contains 107 maps or views of de Fer, 15 by Jean Baptiste Nolin (1657-1708) French engraver and publisher or his son (1686-1762) of the same name.

[BOISYVON (Charles de)].

Éclaircissement de l'abyme du flux et reflux de la mer, contre deux nouvelles opinions de leur cause, amplement réfutées au commencement de ce livre. Avec un agréable portrait géographique en général. Par F.C.D.B.

Avranches, Philippes Motays, 1665. 1665 1 vol. in-12° (164 x 109 mm.) de : [16] ff. (titre, epistre, préface, explications, corrections); 184 pp. (paginées par erreur 183); [4] ff. Vignette gravée sur cuivre au titre figurant 1 cube en perspective contenant un globe surmonté d'une représentation schématique du Mont Saint-Michel et de l'ilôt de Tombelaine, visant à illustrer le mouvement des marées ; lettrines gravées sur bois. Deux extraits de catalogues sur la première garde. Ex-libris manuscrit D. Virgue 1713 au dos du second plat. [Joint à l'ouvrage: article consacré au livre publié dans Ouest France en Décembre 1950 dEugène Deprez (professeur honoraire à la Faculté des Lettres de Rennes)]. Plein vélin d'époque, tranche fil traversant les coiffes, dos lisse avec titrage à l'encre estompé, tranches jaspées rouge. (Taches, griffures, et défauts d'usage aux plats avec petit manque au coin inférieur du premier plat ainsi que sur la coupe inférieure du second plat, contres-gardes tachées par un ancien collage.)

Edition originale de la plus grande rareté de cet ouvrage sur les marées composé par un moine capucin normand, Charles de Boisyvon. Imprimé dans la ville d'Avranches, proche du Mont Saint-Michel et mondialement célèbre pour l'ampleur de ses marées de plus de 14 mètres, cet ouvrage curieux est une tentative d'explication de ce phénomène. L'étonnante gravure figurant sur la page de titre vise à illustrer le mouvement des marées : elle montre la sphère terrestre inscrite dans un cube en perspective, et au-dessus, la grève et la baie, avec le Mont Saint-Michel et l'îlot de Tombelaine. Lauteur indique que sur le côté du cube se trouve lécusson des Armoireries (écu pâlé dargent et dazur) de ceux qui se ne nomment Boisyvon que Dieu veuille toujours les assister et conserver. Avant de donner son explication, lauteur réfute deux opinions communément répandues pour expliquer la cause des marées. La première expliquait les marées par un mouvement rectiligne et alternatif de la terre le long de laxe du monde dun pôle vers lautre en six heures et en autant de temps pour son retour. Et cela en raison dune vertu magnétique à chaque pôle qui, alternativement, attire la terre soixante pieds de six heures en six heures. La seconde opinion assurait que le flux et le reflux se faisaient par les rayons du soleil réfléchis de dessus le corps de la lune et quà mesure quelle croît et décroît, la mer fait de même régulièrement. De Boisyvon qualifie la première théorie de grotesque car les vertus magnétiques lui semblent impertinentes tandis quil qualifie la seconde dun conte à dormir debout. Par la suite, l'auteur livre sa propre explication pseudo-scientifique du phénomène qu'il attribue aux mouvements internes de la terre, dotée de fissures et de cavernes répondant à une mystérieuse influence lunaire. Puis, dans une deuxième partie beaucoup plus longue, l'auteur développe, au gré de sa prose sinueuse, sa représentation de la physionomie de la terre, offrant un "Portrait Géographique" composé de plusieurs chapitres: "De la Terre et des Principes de la Géographie", "Description exacte des Figures Géographiques, tant généralles que particulières, pour la correction des deffauts de celles dont on se sert habituellement", "Divisions du Globe Terrestre", "L'Europe", "L'Asie", "L'Afrique", "La Mexicane", "La Perüane", et "La Magellanique". Les 8 dernières pages, absentes de la plupart des exemplaires, contiennent des citations de Saint François d'Assise et des compositions religieuses en vers. Dans lune delles, on y apprend que de Boisyvon vint au monde dans la septième année de mariage de ses parents et quil était frère de lOrdre Saint-François, et parle ainsi de son ouvrage: "Jespère que les lieux et la Mer et la Terre Payront de leurs secrets ma curiosité, Et quaucun deformais nen fera point accroire A la stupidité. Mes écrits ne sont pas de recherches sublimes, Mais leur diversité contente le désir." Il est difficile de dire quels mobiles ont déterminé ce religieux à tenter une explication personnelle des phénomènes physiques des marées, plus difficile de connaître létendue de ses connaissances mathématiques. Il nétait certes pas au courant des découvertes de la science et ne devait pas lire le Journal des Savants qui paraissait à Paris à cette époque. L'ouvrage est dédié "à très noble et très illustre messire Pierre de Boisyvon, chevallier, seigneur, baron et patron de Boisyvon, des Essarts, de Saint-Martin, de Fontenermon, de Saint-Pierre Langer, de Coulange, de la Réauté, de Thievile et de Brecé...". La dédicace contient des informations sur la famille de Boisyvon: leurs aieux étaient aux Croisades avec Godefroy de Bouillon; dautres étaient conseillers à la cour souveraine de Rouenet ceux qui sappelaient de Boisyvon ne jouissaient pas tous des caresses de la fortune. Il y ajoute, avec humour :Si la mer avait de lintelligence comme elle montre de la régularité dans son mouvement, elle avouerait que sabaissant à vos pieds; son élévation serait dautant plus fameuse que vous ferez un plus favorable accueil à ce divertissement hydro-géographique que je vous dédie. Ouvrage rarissime: à notre connaissance seulement deux exemplaires sont répertoriés en bibliothèque dans le monde (B.N.F. et Bibliothèque Mazarine) dont un est incomplet des 4 derniers feuillets. Bel exemplaire conservé dans sa reliure en parchemin dorigine. 1 vol. in-12 ° of : [16] ff. (title, epistle, preface, explanations, corrections); 184 pp. (pagination error on p.183); [4] ff. Title with a vignette engraved representing 1 cube in perspective which contains a globe surmounted by a schematic representation of Mont Saint-Michel and the islet of Tombelaine, aiming to illustrate the movement of the tides; initial letters engraved on wood. Two extracts from catalogs on the first guard. Handwritten ex-libris D. Virgue 1713 on the back of the second cover. [Attached to the book: loose article devoted to the book published in Ouest France in December 1950 by Eugène Deprez (honorary professor at the Faculty of Letters of Rennes).] Full contemporary vellum. Very rare first edition of this work on the tides composed by a Norman Capuchin monk, Charles de Boisyvon. Printed in the town of Avranches, near Mont Saint-Michel, world famous for the magnitude of its tides of more than 14 meters, this curious work is an attempt to explain this phenomenon. The astonishing engraving on the title page aims to illustrate the movement of the tides: it shows the terrestrial sphere inscribed in a cube in perspective, and above, the beach and the bay, with Mont Saint-Michel and the islet of Tombelaine. The author indicates that the coat of arms of his family is located on the side of the cube: lécusson des Armoireries (écu pâlé dargent et dazur) de ceux qui se ne nomment Boisyvon que Dieu veuille toujours les assister et conserver. Before giving his explanation, the author refutes two commonly held opinions to explain the cause of the tides. The first explained the tides by a rectilinear and reciprocating motion of the earth along the axis of the world from pole to pole in six hours and in just as much time for its return. The underlying mechanism of this motion was said to be a magnetic virtue at each pole which attracts, in turns, the earth sixty feet by six hours in six hours. The second view asserted that the ebb and flow was due to the rays of the sun reflected from the moon's body and that, as it grew and fell, the sea followed its movements. De Boisyvon qualifies the first theory as grotesque because the magnetic virtues seem impertinent to him, while he calls the second a ludicrous tale. Subsequently, the author delivers his own pseudo-scientific explanation of the phenomenon that he attributes to the internal movements of the earth, endowed with cracks and caverns responding to a mysterious lunar influence. Then, in a much longer second part, the author develops, according to his sinuous prose, his representation of the physiognomy of the earth, offering a "Portrait Géographique" ("Geographical Portrait") composed of several chapters: "De la Terre et des Principes de la Géographie", "Description exacte des Figures Géographiques, tant généralles que particulières, pour la correction des deffauts de celles dont on se sert habituellement", "Divisions du Globe Terrestre", "L'Europe", "L'Asie", "L'Afrique", "La Mexicane", "La Perüane", et "La Magellanique". The last 8 pages, absent from most of the copies, contain quotes from Saint Francis of Assisi and religious compositions in verse. In one of them, we learn that de Boisyvon was born in the seventh year of his parents' marriage and that he was a brother of the Order of Saint Francis, and thus speaks of his work: "Jespère que les lieux et la Mer et la Terre payront de leurs secrets ma curiosité, et quaucun deformais nen fera point accroire à la stupidité. Mes écrits ne sont pas de recherches sublimes, mais leur diversité contente le désir." It is difficult to say what motives determined this religious to attempt a personal explanation of the physical phenomena of the tides, more difficult to know the extent of his mathematical knowledge. He was certainly not aware of the discoveries of science and was not to read the Journal des Savants which appeared in Paris at that time. The work is dedicated "à très noble et très illustre messire Pierre de Boisyvon, chevallier, seigneur, baron et patron de Boisyvon, des Essarts, de Saint-Martin, de Fontenermon, de Saint-Pierre Langer, de Coulange, de la Réauté, de Thievile et de Brecé...". The dedication contains information on the Boisyvon family: their ancestors were at the Crusades with Godefroy de Bouillon; others were advisers to the sovereign court of Rouen, and not all of those called de Boisyvon enjoyed the caresses of fortune. He adds, with humor: Si la mer avait de lintelligence comme elle montre de la régularité dans son mouvement, elle avouerait que sabaissant à vos pieds; son élévation serait dautant plus fameuse que vous ferez un plus favorable accueil à ce divertissement hydro-géographique que je vous dédie. (translated : "If the sea had intelligence as it shows regularity in its movement, it would confess that lowering itself at your feet; its elevation would be all the more famous as you will give a more favorable reception to this hydro-geographical entertainment that I dedicate to you.) Extremely rare book: to our knowledge only two copies are listed in libraries around the world (B.N.F. and Mazarine Library), one of which is incomplete from the last 4 pages. Beautiful copy preserved in its original parchment binding.

[BRITISH EAST-INDIA COMPANY].

A complete and authentic detail of the several debates in the House of Commons, on the East-India Bill, on Thursday the 27th of November, on Monday the 1st of December, and on Monday, the 8 th of December. Together with authentic copies of the two East-India Bills [...] Together with Authentic copies of the two east India bills; the arguments of Counsel against one of them ; the several papers, containing a true statement of the Company's affairs ; lists of the divisions, of the absentees, and of those who retired before the divisions commenced [From November 1783 to March 1784].

London, J. Stockdale, 1784. 1784 6 vol. in-8° ( 213 x 130 mm.) de: I: [1] ff., ii, 282 + 22 pp. reliées entre les p 102 et 103 ("List of the Members": numérotées 103* à 122*) , 38 pp.; II: [2] ff., iii, [1 bl.], 212 pp., [1] ff., 7 pp. ( "List of Members" num 109* à 122*), 101, [1] pp.; III: [1] ff., ii, 234 pp.; IV:[2] ff., 267, [1 bl.] pp.; V: [3] ff., ii, 330 pp.; VI: [4] ff., 370, 15, [1] pp. (Annotation signée, à l'encre brune, sur la p. de garde du vol 1, rares salissures ou taches, sinon frais). Pleine basane fauve ép, dos lisses orné de filets dorés, titres de maroquin rouge, roulette dorée sur les coupes. (épidermures, petits défauts d'usage.)

Rare série complète des débats tenus à la Chambre des Communes et à celle des Lords de novembre 1783 à Mars 1984 concernant cette compagnie. A lépoque, les britanniques viennent de perdre une partie de leurs colonies Nord Américaines, ainsi, lactivité de la « East India Company » devient un enjeu stratégique accru pour le commerce de lempire. Ces volumes contiennent dimportantes informations sur les affaires de cette compagnie, ses comptes, son volume daffaire Lancien propriétaire de lexemplaire mentionne en outre (inscription à lencre en page de garde du vol 1) le style remarquable de léloquence Britannique des orateurs de la chambre dont il site quelques noms : « Fox, Whitbread, Kenyon, Pitt, Jenkinson, Mansfield, Grenville Bel exemplaire, frais, conservé dans sa reliure dorigine. 6 vol. in-8°. Comtemp. calf. Rare complete set of debates held in the House of Commons and the Lords from November 1783 to March 1984 about this company. At the time, the British have lost part of their North American colonies, so the activity of the "East" India Company " becomes an increased strategic stake for the empire's trade. These volumes contain important information on the business of this company, its accounts, its volume of business ... The former owner of the copy mentions in addition (inscription in ink on cover page of the flight 1) the style remarkable of the British eloquence of the speakers of the room of which he names some names: "Fox, Whitbread, Kenyon, Pitt, Jenkinson, Mansfield, Grenville ... Fine copy, fresh, preserved in its original binding.

[COMPAGNIE DES INDES HOLLANDAISE/DUTCH WEST INDIA COMPANY].

Ordonnances, privileges, franchises, et assistances octroyez & concedez. Par les tres-hauts & puissans Seigneurs, les Estats Generaux des Prouinces unies du Pays-bas. A la Compagnie des Indes Occidentales, par leurs Edicts du 9. Iuin 1621. 10. Iuin 1622. & lAmpliation du 21. Iuin 1623.

Paris, Jean Anthoine Joallin, 1623. 1623 1 vol in-12 (150 x 92 mm). 36 pp. Cartonnage de papier marbré moderne.

Première édition en français traduite du néelandais de cette charte de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, une société commerciale et colonisatrice, affrétée par les États généraux de la république hollandaise en 1621 et organisée en 1623. Aux termes de cette charte, aucun citoyen des Pays-Bas ne pouvait commercer avec n'importe quel point sur la côte africaine entre le tropique du Cancer et le cap de Bonne-Espérance ou sur la côte américaine entre Terre-Neuve et le détroit de Magellan sans la permission de la compagnie. La compagnie était responsable devant les États généraux dans des affaires plus vastes, comme la déclaration de guerre, mais disposait par ailleurs d'un pouvoir administratif et judiciaire presque complet sur son territoire. 1 vol in-4°. 36 pp. Modern marbled boards. First edition in French of this charter of the Dutch West India Company: trading and colonizing company, chartered by the States-General of the Dutch republic in 1621 and organized in 1623. By the terms of the charter no citizen of the Netherlands could trade with any point on the African coast between the Tropic of Cancer and the Cape of Good Hope or on the American coast between Newfoundland and the Straits of Magellan without the companys permission [see p.3]. The company was responsible to the States-General in larger matters, such as declaring war, but otherwise had almost complete administrative and judicial power in its territory.

[DE LA BIBIOTHEQUE DE FERNAND COLOMB : "Colombina Biblioteca"] - [GAUTIER DE METZ (f. 13th century)].

[Image du monde. Nouvellement imprimée a Paris par Alain Lotrian]. Sensuyt lymaige du monde contenant en soy tout le Monde mis en III parties, cestassavoir , Asie, Affrique et Europe. Avec les pays, provinces et citez et les merveilleuses et diverses creatures qui sont dedans...

Paris, [Lotrian], [circa 1520-1530. 1530 1 vol in-8° (187 x 140 mm.) de: [26] ff. (dont titre gravé et 1 blason gravé sur le dernier f.). Plein maroquin rouge XIXe, dos à faux nerfs orné et titré à l'or, encadrements de frises dorées sur les plats avec le navire de Christophe Colomb dans chaque angle, encadrement intérieur, emboitage moderne en demi maroquin rouge et toile (Reliure signée par Chambolle-Duru pour le Baron Pichon). (étiquette "288" de la bibliothèque de Charles Fairfax Murray; ex-libris à l'or sur maroquin rouge du Baron Pichon avec sa devise "MEMOR FVI DIERVM ANTIQVORV PS. CXLII."; inscription en page de garde à l'encre "exemplaire de Fernand Colomb mort en 1539, fils de Christophe Colomb. Acheté en 1885. hez. Edition non citée.")

Rare exemplaire de cet ouvrage géographique populaire constitué dun recueil médiéval de géographie, d'astronomie et d'autres sciences physiques, texte qui a circulé sous forme de vers et de prose depuis le 13ème siècle. Il est attribué à Gautier de Metz, poète et prêtre français qui laurai produit (vers 1246), se basant sur le texte latin médiéval « Imago mundi » d'Honorius Inclusus. Le poème de Gautier est l'un des nombreux ouvrages médiévaux «encyclopédiques» qui décrivent la création, la géographie et l'astronomie avec des passages factuels et imaginaires. Des monstres, des trésors et des terres lointaines sont évoqués dans ce poème pseudo-scientifique, qui a été traduit en plusieurs langues au moyen âge et magnifiquement illustré dans de nombreux manuscrits. Le poème "Mappemonde", attribué à Gautier de Metz, fut probablement transformé en prose par Maistre Gossouin en 1265. La présente édition reproduit celle de 1485 due Cailant, mais avec quelques ajouts à la fin. Un exemplaire similaire est présent dans les collections de la NY public library. Ferdinand Columbus (1488-1539), fils du découvreur du Nouveau Monde, accompagna son père lors de son quatrième voyage en Amérique entre 1502-1504. Après sa mort, Il rentra en Espagne, puis voyagea dans toute l'Europe et constitua une bibliothèque de plus de 15 000 livres. Il semble avoir eu un intérêt particulier pour les éditions de l'Image du Monde. Ce livre et d'autres tels que l'Imago Mundi de Pierre d'Ailly ont inspiré les premiers plans de découverte de son père. La bibliothèque de Ferdinand fut confiée à la bibliothèque de la cathédrale Saint-Paul de Séville. Pendant les XVIe et XVIIe siècles la bibliothèque, comme d'autres bibliothèques de la Renaissance, elle fut négligée. Ainsi, Lorsque la bibliothèque fut inventoriée en 1684, son contenu avait diminué à 5000 volumes. Les livres de la bibliothèque de Ferdinand Columbus sont extrêmement rares sur le marché. Daprès nos recherches, aucun autre volume de la « Colombina Biblioteca » nest passé en salle des ventes ces cinquante dernières années. Provenance: de la bibliothèque de Ferdinand Columbus (ex-libris, "Colombina Biblioteca"), puis du baron Pichon ("acheté en 1885") avec son ex-libris de cuir rouge au dos du premier plat, puis de Charles Fairfax Murray (avec l'étagère "288" au verso du premier plat). Selon Murray, c'est le seul exemplaire connu de cet ouvrage de cosmographie. 1 vol in-8°. 2 wood cuts. 19th cent morroco. Scarce copy of this popular geographical work consisting of a medieval collection of geography, astronomy and other physical sciences, a text that has circulated in the form of verse and prose since the 13th century. The work is attributed to Gautier de Metz, French poet and priest who produced it around 1246, based on the Medieval Latin text "Imago mundi" by Honorius Inclusus. Gautier's poem is one of the many "encyclopedic" medieval works that describe creation, geography and astronomy with factual and imaginary passages. Monsters, treasures and distant lands are evoked in this pseudo-scientific poem, which has been translated into several languages during the Middle Ages, and beautifully illustrated in numerous manuscripts. The poem "Mappemonde", attributed to Gautier de Metz, was probably transformed into prose by Maistre Gossouin in 1265. This edition reproduces that of 1485 due Cailant, but with some additions at the end. A similar copy is present in the collections of the NY public library. Provenance: from the library of Ferdinand Columbus (ex-libris, "Colombina Biblioteca"), then from Baron Pichon ("bought in 1885") with his ex-libris in red leather on the front, then Charles Fairfax Murray (with shelf "288" on the back of the cover). According to Murray, this is the only known copy of this edition. Ferdinand Columbus (1488-1539), son of the discoverer of the New World, accompanied his father during his fourth voyage to America between 1502-1504. After his death, he returned to Spain, then traveled all over Europe and set up a library of more than 15,000 books. He seems to have had a particular interest for the editions of the Image du Monde. This book, and others such as Imago Mundi by Pierre d'Ailly, inspired his father's first discovery plans. Ferdinand's library was entrusted to the library of St. Paul's Cathedral in Seville. During the 16th and 17th centuries the library, like other Renaissance libraries, was neglected. Thus, when the library was inventoried in 1684, its contents had decreased to 5000 volumes. The books of the Ferdinand Columbus Library are extremely rare on the market. According to our research, no other volume of the Colombina Biblioteca" has been sold in auction for the last fifty years.

[ENGELMANN et GRAF]

Livre d'Heures d'après les Manuscrits de la Bibliothèque Royale.

Paris, Engelmann et Graf, 1846. 1846 1 vol. in-12° (155 x 115 mm.) de : CLXXXIV (texte enluminé et réhaussé l'or, dont titre et table) ; 17 Illustrations à pleine page (comprises dans la pagination). Plein chagrin noir d'époque, dos et plats orné de croix dorées et à froid, titre en plein, tranches dorées, dentelle dorée sur les chasses, gardes doublées de moire rouge avec monograme frappé à l'or.

Magnifique exemplaire de cette édition classée parmi les « incunables de de la chromolithographie », exemple des possibilités dimpression offertes par cette technique. Texte en rouge, bleu, or et noir, illustrations et riches ornements à lor et couleurs vives. Principalement lithographié par H. Moulin d'après A. Ledoux et H. Soltau & Coffetier. Pour l'invention de la chromolithographie, Godefroy Engelmann reçut le prix "Société d'Encouragement" en 1838. Chromolithographies à pleine page, lettrines et encadrements inspirés des enluminures médiévales. 1 vol. in-12 ° of: CLXXXIV (illuminated text enhanced with gold, title and table); 17 Full-page illustrations. Full black chagrin of time, spine and covers adorned with gilded crosses, golden hedges, guards lined with red moire. Beautiful copy of this edition classified among the "incunabula of chromolithography", an example of the printing possibilities offered by this technique. Text in red, blue, gold and black, illustrations and rich gold ornaments and bright colors. Mainly lithographed by H. Moulin after A. Ledoux and H. Soltau & Coffetier. For the invention of chromolithography, Godefroy Engelmann was awarded the "Société d'Encouragement" prize in 1838. Full-page chromolithographs, initials and frames inspired by medieval illuminations.

[GUERRE D'INDEPENDANCE AMERICAINE / AMERICAN WAR OF INDEPENDENCE] LE BRETON, OFFICIER.

« Ligne de Bataille de larmée combinée de France et dEspagne sous le commandement de Mr le Cte dOrvilliers. Chassent larmée Angloisse dans la Manche le 26 Aoust 1779. »

s.l.n.d. [1779]. 1779 Panorama sur papier contrecollé sur toile (605 x 2000 mm.), constitué de 2 larges feuilles juxtaposées et d'une découpe de papier portant le titre, dessin à l'encre et à l'aquarelle (craquelures, jaunissement, restaurations anciennes). Toile montée sur cadre de bois, baguette d'encadrement de bois moulé.

Remarquable vue panoramique, exécutée à lencre et à laquarelle par lofficier de marine le Breton, représentant le face à face de la flotte britannique et de la flotte franco-espagnole devant Plymouth, le 26 août 1779, alors engagée aux côtés des américains. Exceptionnel document original resté inconnu des historiens. La France s'engage d'abord dans la guerre d'indépendance américaine par la fourniture de matériel et d'aides en faveur des insurgés, puis officiellement en 1778. L'aide française navale et terrestre et le soutien de ses alliés contribue de façon décisive à la victoire américaine, notamment par ses victoires sur mer et à la bataille de Yorktown, et se conclut par le traité de Paris de 1783 qui reconnaît l'indépendance des États-Unis d'Amérique. Louis Guillouet, comte d'Orvilliers (1710-1792) est nommé lieutenant général des armées navales le 6 février 1777. Il est chargé du commandement de l'armée navale, forte de 32 vaisseaux de ligne et divisée en trois escadres, qui était réunie au port de Brest pour engager la Marine royale dans l'océan Atlantique. Lors de la bataille d'Ouessant, en juillet 1778, il défait la flotte britannique de l'amiral Keppel. Au mois de mai 1779, d'Orvilliers sort à nouveau du port de Brest avec 30 vaisseaux de ligne, et se rend à la hauteur de La Corogne où la flotte espagnole doit se rallier à son pavillon. Mais trois mois dattente sécoulent et la moitié des équipages français est décimée par le scorbut, dont le fils unique de lamiral. Forte de 65 vaisseaux, la flotte franco-espagnole rassemblée remonte alors dans la Manche avec l'intention de débarquer en Angleterre près des ports de Portsmouth et Plymouth. Cependant, le déficit déquipages et des vents contraires ne permettent pas ce débarquement. Laffrontement des flotte se réduit donc à quelques combats individuels (dont la prise de l« Ardent » par 2 frégates Françaises le 17 août) et au face à face du 26 août 1779, représenté par notre panorama, qui aboutit au décrochage de la flotte britannique mais ne permet pas un débarquement. Exécuté sur papier à lencre et à laquarelle, notre gigantesque panneau figurant ce face à face, long de deux mètres, est luvre dun officier français présent sur les lieux : En haut à gauche, on peut lire en partie linscription « fait par Le Breton, officier sur le vaisseau le » Le titre, exécuté sur une pièce contrecollée placée en haut au centre de la scène, est Intitulé « Ligne de Bataille de larmée combinée de France et dEspagne sous le commandement de Mr le Cte dOrvilliers. Chassent larmée Angloisse dans la Manche le 26 Aoust 1779». Il est surmonté des armes de France (blason polychrome portant 3 fleurs de lys, entouré dun feuillage, coiffé de la couronne royale et flanqué de 6 pavillons, dune ancre de marine et dun canon). Les panoramas représentant des batailles navales sont peu communs. Gravés ou dessinés à la main, ils représentent rarement plus dune quarantaine de navires, sur une largeur nexcédant pas un 1,20 mètre de largeur. Lambition de lofficier Le Breton était ici de représenter ici la totalité des 2 flottes. Ainsi, près de 150 vaisseaux de toute taille sont représentés. Il a en outre inscrit la plupart des noms des navires de la flotte coalisée et indiqué le nombre des canons quils portaient. Pour la plupart de ces navires engagés dans la guerre dindépendance américaine, cette représentation est la seule iconographie subsistante. Ainsi, ce document sans équivalent pour ses détails, sa dimension et limportance historique de son contenu iconographique est dun intérêt majeur pour lhistoire maritime de la France, de lEspagne, de lAngleterre et de la jeune Amérique dont le sort est alors lié aux engagements maritimes. Le panorama a malheureusement subit les outrages du temps, avec des parties devenues illisibles et un jaunissement du papier. Cependant, voici ce que nous avons pu observer et déchiffrer : Sur la partie centrale et à gauche est représentée la Flotte franco-Espagnole, avec une centaine de bateaux, dont : LEscadre légère commandée par Latouche Tréville (a gauche) comprenant : Le St Michel de 64 canons, LExpania de 64 canons, La Couronne de 80 canons, Le Mignon de 64 canons, Le Triton de 64 canons, La Magiciene de 44 canons, La Catarina de 18 canons, Le Delocermel de 36 canons, Le Mutin de 18 canons, Le Senegal de 18 canons, Le navire hopital le Santa Vita, La Diane de 40 canons. Une autre petite escadre, au milieu, légèrement sur la gauche) : LEmerada, Le Jupiter, La Santa Rosa, Le London, Le Daswood, Le Menage, LEtourdy de 22 canons, La Concorde de 40 canons, La Junon de 40 canons, La Tartante de 40 canons, LEspiegle de 8 canons, La Curieuse de 42 canons, Le Chabbeau de 40 canons, Le Pluvieu, Le Saumon, LHorizon de 40 canons, La Grana de 18 canons. Sur une seule ligne, plus bas, sont représentés 45 navires Français reconnaissables à leurs pavillons et flammes mais dont les noms apparaissent en négatif ou sont illisibles. Au centre, on distingue le vaisseau Amiral, à côté dun vaisseau surmonté dune étoile rouge. A lextrémité à droite, une vingtaine de navires, la plupart espagnols, sont rangés sur une ligne oblique remontant vers la côte : Le St Nicolas de 74 canons, Le Monarque de 74 canons, Le St Pascal, Le Eugenie de 74 canons, Le Prince de 74 canons, LAtlante de 64 canons, Le Gertrudia de 40 canons, Le St Eusina de 40 canons, La Ste Trinidade de 110 canons, Le Velasco de 64 canons, Le St Depaula, La Galice de 74 canons, LYsidao de 64 canons, LEgalle de 52 canons, Le Sybilosa de 74 canons, LAsilto de 74 canons. Sur la droite est représentée La flotte anglaise denviron 45 navires semble fuir devant la flotte franco-espagnole. La légende et les noms des bateaux nest pas inscrite mais on peut voir les pavillons et flammes britanniques. Au-dessus, La ligne dhorizon est marquée sur toute la longueur gauche par la cote anglaise sur laquelle est représentée un port fortifié avec le drapeau britannique (Portsmouth). Un autre port fortifié est visible sur la partie droite ainsi quune cité sur les hauteurs des falaises. Panorama on paper laminated on canvas (605 x 2000 mm.) consisting of 2 large juxtaposed sheets and a cutout of paper bearing the title, drawing in ink and watercolor (cracks, yellowing, old restorations). Remarkable panoramic view, executed in ink and watercolor by the naval officer Le Breton, representing the face to face between the British and the Franco-Spanish fleet working alongside the Americans in front of Plymouth, August 26, 1779. Exceptional original document remaining unknown to historians. France first engaged in the American War of Independence by supplying equipment and aid to the insurgents, then officially in 1778. The French naval and land aid as well as the support of its allies contributed significantly to the American victory, in particular by its victories at sea and at the battle of Yorktown. The war ends with the Treaty of Paris of 1783 which recognizes the independence of the United States of America. Louis Guillouet, count of Orvilliers (1710-1792) was appointed lieutenant general of the naval armies on February 6, 1777. He was in charge of the command of the naval army, made up of 32 ships and divided into 3 squadrons, which was based at the port of Brest to engage the Royal Navy in the Atlantic Ocean. At the Battle of Ouessant in July 1778, he defeated Admiral Keppel's British fleet. In May 1779, d'Orvilliers left the port of Brest with 30 ships, and went to La Coruña where the Spanish fleet had to rally to its flag. Three months passed by and half of the French crews were decimated by scurvy, including the admiral's only son. With 65 vessels, the assembled Franco-Spanish fleet went back to the English Channels with the intention of landing in England near the ports of Portsmouth and Plymouth. However, the shortage of crews and headwinds did not allow this landing. The confrontation of the fleets is, therefore, reduced to a few individual fights (including the capture of the "Ardent" by 2 French frigates on August 17) and the face-to-face meeting of August 26, 1779, represented by our panorama, which results in the stalling of the British fleet but does not allow for a landing. Executed on paper in ink and watercolor, our gigantic panel of two meters long is the work of a French officer present on the scene: At the top left, we can read in part the inscription "fait par Le Breton, officier sur le vaisseau le " The title, executed on a laminated piece of paper placed at the top center of the scene, is Entitled "Ligne de Bataille de larmée combinée de France et dEspagne sous le commandement de Mr le Cte dOrvilliers. Chassent larmée Angloisse dans la Manche le 26 Aoust 1779". It is surmounted by the arms of France (polychrome coat of arms bearing 3 fleurs-de-lys, surrounded by foliage, wearing the royal crown and flanked by 6 flags, a naval anchor and a cannon). Panoramas depicting naval battles are unusual. Engraved or drawn by hand, they rarely represent more than forty ships, with a width not exceeding four feet in width. Officer Le Breton's ambition was to represent all of the two fleets here. Thus, nearly 150 vessels of all sizes are represented. He also recorded most of the names of the ships of the coalition and indicated the number of guns they carried. For most of these ships engaged in the American War of Independence, this depiction is the only iconography remaining. Thus, this unparalleled document for its details, size and the historical importance of its iconographic content is of major interest for the maritime history of France, Spain, England and America whose fate is then linked to maritime engagements. The panorama has unfortunately suffered the ravages of time, with parts becoming illegible and the light-induced yellowing of paper. However, we were able to observe and decipher: On the central part and on the left is represented the Franco-Spanish Fleet, with a hundred boats, including: The Light Squadron commanded by Latouche Tréville (on the left) comprising: The St Michel with 64 cannons, L'Expania with 64 cannons, La Couronne with 80 cannons, Le Mignon with 64 cannons, Le Triton with 64 cannons, La Magiciene with 44 cannons, La Catarina with 18 cannons, Le Delocermel with 36 cannons, Mutineer with 18 guns, Senegal with 18 guns, the hospital ship the Santa Vita, La Diane with 40 guns. Another small squadron (in the middle, slightly to the left): L'Emerada, Le Jupiter, La Santa Rosa, Le London, Le Daswood, Le Menage, L'Etourdy de 22 cannons, La Concorde de 40 cannons, La Junon de 40 guns, La Tartante of 40 guns, L'Espiegle of 8 guns, La Curieuse of 42 guns, Le Chabbeau of 40 guns, Le Pluvieu, Le Saumon, L'Horizon of 40 guns, La Grana of 18 guns. On a single line, below, are represented 45 French ships recognizable by their flags and flames but whose names appear in negative or are illegible.

[HERBIERS/HERBALS] /LAMARCK (Jean-Baptiste de) /CANDOLLE (Augustin-Pyramus de).

I. Herbier disposé suivant la methode Lamarck. II. [Herbier]. III. Synopsis plantarum in flora Gallica descriptarum.

s.l. (France), s.d. (circa 1810) / Paris, H. Agasse, J.G.A. Stoupe, 1806. 1810 2 vol. in-folio et 1 vol. in-8° de : I. 138 ff. + 2 chemises de spécimen en attente dinsertion ; II. [1] f. (titre) ; 103 ff. ; [3] ff. (Table des plantes). Les spécimens sont collés, et pour la plupart nommés à lencre noire par leur nom vulgaire et scientifique. III. XXIV-432 pp. (Ensemble en bon état de conservation, quelques manques à certains spécimens). Cartonnages d'époque de parchemin et papier à la colle rouge avec lacets de maintien. Vol. 1 non relié ; vol. 2 relié, avec onglets de parchemin saillants correspondant à la table ; vol. 3: cartonnage d'attente rose de l'époque, pièce de titre imprimée. (Salissures, taches et défauts d'usage).

Remarquable ensemble comprenant un important herbier en deux volumes disposé suivant la méthode de Lamarck, renfermant plus de 250 spécimens, aggrémenté dun exemplaire de labrégé de sa flore en latin paru en 1806. Le naturaliste français Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) est un des premiers, avant Darwin, à avoir compris la nécessité théorique de l'évolution des êtres vivants. André Pichot (1950), chercheur au CNRS en épistémologie et histoire des sciences, va jusqu'à dire quil faudrait inverser les qualificatifs concernant les théories de ces deux scientifiques : le transformisme lamarckien est une véritable théorie de lévolution, tandis que lévolutionnisme darwinien est surtout une transformation adaptative des espèces. Avant de se consacrer à la zoologie des insectes et de vers, Lamarck est dabord botaniste. Il est lauteur de très nombreux articles parus dans « L'Encyclopédie botanique » entre 17831796 et dune « Flore française » (3 vol., 1779). Dans la troisième édition de cet ouvrage (dont un exemplaire fait partie du présent ensemble), pour laquelle Augustin Pyrame de Candolle apporte des échantillons de Suisse, Lamarck porte à la connaissance des plantes nouvelles. Son but est d'ordonner les végétaux selon leurs structures réelles et en même temps fournir au public une manière commode et sûre d'identifier les plantes. Lamarck adopte la classification binaire par genre et espèce, et surtout, il invente la méthode dichotomique qui consiste à mettre celui qui cherche à déterminer une plante successivement en présence de deux termes contraires entre lesquels il doit se décider avant de passer à un autre alinéa, où il retrouve une alternative plus restreinte jusqu'à ce qu'au terme de l'opération on trouve le nom de la plante, publiant ainsi la première clé de détermination. Ce procédé s'adresse aux non-spécialistes et est encore utilisé de nos jours dans les ouvrages de botanique. Lamarck ordonne les végétaux en une série qui comporte six degrés : polypétalés, monopétalés, composés, incomplets, unilobés et cryptogames. Le présent herbier est constitué de 2 volumes présentant plus de 250 spécimens de plantes et fleurs. Chacun dentre eux est séché, soigneusement collé au recto dune page, numéroté (pour le second volume) et, pour un très grand nombre, nommé par son nom vulgaire et Latin. La numérotation et la dénomination est faite à lencre brune, tout comme lencadrement de chaque page au recto. Le nombre de spécimens par page varie de 1 à 4 en fonction de leur grandeur. On retrouve notamment des spécimens tels que le « Pied-de-veau commun, Arum maculanum », la « Violette sauvage, Viola sylvestria » ou encore la « Digitale pourprée, Digitalia purpurea ». Le volume 1 est constitué de feuillets non reliés maintenus par un cartonnage à lacets. Pour le volume 2, lauteur a réemployé un registre militaire, visible au recto de chaque page, et calligraphié la page de titre de titre à lencre noire. Les feuillets sont enchâssés dans un encadrement de papier avec cadre tracé à lencre. Lensemble est relié dans un cartonnage papier dépoque avec lacets. Lexemplaire de « Synopsis plantarum in flora Gallica descriptarum » présent dans cet ensemble présente le même type de cartonnage typique du début du XIXe siècle. Édition originale de ce résumé en latin de la Flore française parue en 1779, augmentée en 1805 par Candolle de 2000 espèces. Remarquable travail, dans un bel état de conservation. Aperçu de la composition de lherbier : Vol 1 : 1 « Verge doz lanceolée, Solidago lancéolata » ; 2 « Epilobe de montagne, Epilobium montanum » ; 3 « Tussilage vulgaire, Tussilago farfara » ; 4 « Colchique dautomnal, Colchicum autumnali » ; 5 « Pied-de-veau commun, Arum maculanum » ; 7 « Violette sauvage, Viola sylvestria » ; 8 « Renoncule blonde, Rananculua Ouricomua » ; 9 « Lichen pixide, Lichen pixidatua » « Lichen proliféré, Lichen prolifer » « Lichen diffua, Lichen diffusua » « Lichen du rannu, Lichen rangiferinua » « Lichen entrelacé, Lichen implexua » « Clavaire digitée, Clavaria digitata » ; 10 « Orchis à feuilles tachées, Orchis Maculata » ; 12 « Bry de montagne, Bryum montanum » « Hypne fourgon, Hypnum Rutabulum » « Hypne fougère, Hypnum filicium » « Jungermane fourchue, jungermania fureata » « Lichen froncé, Lichen capratua » « Lichen de terre, Lichen Terrestria » ; 13 « Spirea filpendula, Spirée filpendule » ; 14 « Geranium sangineum » ; 15 « Potentilba verna » ; 17 « Polemonium Caruleum » ; 18 « Lamieer Blanc, Lamium album » ; 19 « Hêtre forestier, Fagua sylvaticus » ; 20 « Réxséda Glauque, Rexda glauca » ; 21 « Grémil officinal, Lithoperunum ott » ; 23 « Bouillon mitier, Verbascum blataria » ; 24 « Gui vulgaire linn, Viscum album » ; 25 « houx piquant, ilex quifolium » ; 26 « Acer pesundo-platanoïda » ; 27 « Asculus Pavia » ; 30 « Saponaria officinale, Saponaire officinalis » ; 36 « Hellaire graminée, Hellaria graminea » ; 37 « Sherardia arvesir, Sherard du champs » ; 41 « Osmonde royale, Osmonda regalia » ; 42 « Turbit de montagne, Libanotis montana » ; 47 « Mercuriale vivace, Mercurialia perennia » ; 54 « Scorsonnere nerveuse, Scorsonera nervosa » ; 60 « Patience du pré, Lapathum pratense » ; 63 « Rosier à feuille de pimprenelle, Rosa pimpinellli folia » ; 66 « Polytrie commun » « Bry à balais » « Bryum scoparium » « Bry glauque, Bryum glaucum » ; 67 « Lichen prunelius, Lichen prunastri » « asplenium, Ruta muraria » « Celerach officinal, Celerach officinalis » « Equisetum biemale, Prêle dhiver » ; 68 « Phlomis kuticosa,, Phlomide sous-ligneuse » ; 69 « Renoncule petite-douve, ranunculus flamula » ; 70 « Renoncule des champs, Ranunculua arvensia » ; 71 « renoncule flotante, ranunculua fluitana » ; 72 « Berle nodiflore, Sium nodiflorum » ; 79 « Berle aromatique, Sium aromatiqum » ; 80 « Cochlearia off » ; 81 « Veronica chamodou » ; 82 « Veronica orientalia » ; 88 « Aristoloche, Aristolochia » ; 89 « Piganion jaunâtre, Talichum flavum » ; 90 « Sysimbrium sophia » ; 91 « Violette pensée, Viola bicolor » ; 92 « Pommette épineuse, Datura stramonium » ; 97 « Patte-dou foetide, Chenopodium » ; 98 « Curritus hirsuta » ; 103 « Attramanta mahioli » ; 105 « Cercia siliquastrum » ; 110 « Aerostique des bois, Aerosticum nenorale » ; 112 « Véronique agreste, Veronica agrestia » « Véronique des champs, veronica arvensia » ; 114 « Scorsonnère automnale, Scorsonera autumnalia » ; 117 « Vélèze rigide, Velezia rigida » ; 122 « illet velu, Dianthua hirsutua » ; 123 « Renoncule lierré, Ranunculua hederaceua » ; 124 « Fumeterre bulbeuse, fumaria bulbosa » ; 126 « Hyacinthe des prés, Hyacinthua non scriptua » ; 128 « Calament champêtre, Calamintha arvensia » ; 129 « Jonc velu, juncua pilosua » ; 130 « Serophuloria orientalis » ; 131 « Oruithogalum autumnale, Oruithogale dautomne » ; 132 « Verge-dor à feuilles de saule, Solidago salicifolia » ; 134 « Aclepiade blanche, Asclepia alba » ; 136 « Roquette barbarée, Eruca barbarea » ; 137 « Epiaire dAllemagne, Stachya germanica » ; 138 « Solidago Rigida, Verge-dor rude + quelques-uns non encadrés. Vol. 2 : 1 « 1. jasion ondulé, jasioue undalata » « 2. Carthame laineux, carthamos lanatua » ; 2 « 3. Chardon marie, Cardus marianus » « 4. Cirsénain, cirsim acauloes » « 5. Bardane glabré, Lappa glabza » ; 3 « 6 Jacée scabicuse, Jacea scabiosa » « 7. Jacée des prés, Jacea pratensis » ; 4 « 8. Jacée des blés, Jacea vegetum » « 9. Cotonière des champs, Filago arvensis » « 10. Cotonière multicaule, filago multicaule » ; 5 « 11. Tanaisie baumière, Tanacetum balsamita » « 12. Arnoise vulgaire, artemisa vulgaria » ; 6 « 13. Conyza vulgaire, Conyza vulgaria » ; 7 « 14. Cupatoire chanvrin, Cupatorium canabium » ; 8 « 15. Epervière amplexicaule, Hieracium amplexicale » « 16. Epervière piloselle, Hieracium pilosela » ; 9 « 17. Audriale parviflore, Audryala parviflora » « 18. Souci des champs, Calendula arvensia » « 19. Solidago grave-dens » ; 10 « 20. Sençon jacobe, senecio jacobea » « 21. Leucanthème vulgaire, Leucanthèmum vulgare » « 22. Leucanthème camomillier, Leucanthèmum camomilum » ; 11 « 23. Verge doz commune, Solidago vulgaria » « 24. Inule pulicaire, Inula pulicaria » ; 12 « 26. Achilière millefeuille, Achillae millefolium » « 27. Comomille odorante, Authemia odorata» ; 13 « 28. Rubanier redressé, Sparganium erectum » « 29. Brioine blanche, Bryonia alba » ; 14 « 30. Fléchière aquatique, Sagittaria aquatica » ; 15 « 31. Houblon grimpant, Lupulua scandena » ; 16. « 32. Tamue commun, Tamus communia » ; 17 « 33. Plumeau aquatique, Bottania palustria » « 34. Primevère officinale, Primulaveria officinalia » ; 18 « 35. Primevère grandiflore, Primula grandiflora » « 36. Coqueret Alkekenge, Physalia Alkekengi » « 37. Mozelle grimpant, Solanum scandena ; 19 « 38. Mozelle noire, Solanum nigrum » ; 20 « 39. Bouillon ailé, Verbascum alatum » ; 21 « 40. Bouillon lychuité, Verbascum lychuitia » « 41. Menianthé flotam, Menianthea natana » « 42. Menianthé tréflé, Menanthea trifoliata » ; 22 « 43. Liseron des haies, Convolvulua sepium » « 44. Liseron des champs, Convolvulua arvenia » ; 23 « 45. Pulmonaire élancée, Pulmonaria angustifolia » « 46. Grémil officinal, Lithoapermum officinale » ; 24 « 47. Gremil violet, Lithospeunum violaceum » « 48. Consonde officinale, Symphytum officinale » ; 25 « 49. Cynoglosse officinale, Cynoglossum officinale » ; 26 « 50. Buglose officinale, Buglossum officinale » « 51. Bourache officinale, Borago officinalia » « 52. Héliotrope redressé, Heliotropium erectum » ; 27 « 53. Scopionnedea maraia, Myosotia Palustria » « 54. Scorpionne des champs, Myosotia arvensia » ; 28 « 55. Mouron rouge, Anagallia phanicea » « 56. Lisimaque monoyere, Lisimachia nummularia » ; 29 « 57. Lisimaque vulgaire, Lysimachia vulgaria » ; 30 « 58. Gentiane Centauriette, Gentania centaurium » « 59. Pervenche mineure, pervenca minor » « 60. Pervenche majeure, Pervenca major » ; 31 « 61. Troene commun, Ligustrum vulgare » « 62. Chlore perfeuillée, Chlora perfoliata » « 63. Bruyere commune, Erica vulgaria » ; 32 « 64. Bruyere purpurine, Erica purpurescena » « 65. Oronbanche majeure, Orobanche major » « 66. Clandestine à fleures droites, Clandestina rectiflora » ; 33 « 67. Digitale pourprée, Digitalia purpurea » ; 34 « 68. Serophulaire aquatique, Serophularia aquatica » « 69. Muflier lierré, Autirrhinum hederaceum » « 70. Muflier Bâtard, Autinhinum spurium » ; 35 « 71. Muflier commun, Autirrhinum commune » « 72. Muflier pallidiflore, Autirrhinum pallidiforum » ; 36 « 73. Muflier pelliserien, Autirrhinum pelisserianum » « 74. Muflier rubicond, Autirrhinum Oruntium » « 75. Eufraise tardive, Eufrasia serotina » « 76. Eufraise officinale, Eufrasia officinalia » ; 37 « 77. Cocriste glabre, Rhinanthua glaber » « 78. Cocriste des Alpes, Rhinanthua alpina » « 79. Melampire des bois, Melampyzum sylvaticum » ; 38 « 80. Pediculaire des bois, Pedicularia sylvatica » « 81. Verveine officinale, Verben officinalia » ; 39 « 82. Brunelle commune, Brunella vulgaria » « 83. Toque tertianaire, Scutellaria galericulata » « 84. Toque mineure, Scutellaria minor » « 85. LAmion pourpré, Laminium Purpureum » ; 40 « 86. Lanion Embrassant, Lanium amplexicaule" 2 vol. fol. + 1 vol. in-8°. vol. 1: 138 ff. + 2 specimen folders waiting for insertion; Vol. 2: [1] f. (title); 103 ff. ; [3] ff. (Table of plants). Vol 3: in-8, XXIV-432 pp. Contemp. cardboard bindings. Remarkable set comprising a large herbarium in two volumes arranged according to the method of Lamarck, containing more than 250 specimens, together with a copy of the abstract of his flora in Latin published in 1806. The French naturalist Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) was one of the first, before Darwin, to have understood the theoretical necessity of the evolution of living beings. André Pichot (1950 - ...), a CNRS researcher in epistemology and the history of science, goes so far as to say that the qualifiers concerning the theories of these two scientists should be reversed: Lamarckian transformism is a true theory of evolution, whereas that Darwinian evolutionism is mostly an adaptive transformation of species. Before devoting himself to the zoology of insects and worms, Lamarck was first a botanist. He is the author of numerous articles published in "The Botanical Encyclopedia" between 1783-1796 and "French Flora" (3 vols., 1779). In the third edition of this work (of which a copy is part of this set), for which Augustin de Candolle brings samples from Switzerland, Lamarck brings to the attention of new plants. Its purpose is to arrange plants into categories according to their actual structures and, at the same time, provide the public with a convenient and safe way to identify plants. Lamarck adopts the binary classification by genus and species, and, above all, he invents the dichotomous method of putting the one who seeks to determine a plant successively in the presence of two contrary terms between which he must decide before moving on to another, where he finds a narrower alternative until he eventually finds the name of the plant, thus publishing the first key of determination. This process is for the non-specialist and is still used today in botany.

[HUET (Pierre-Daniel )].

Les origines de la ville de Caen. Seconde édition, revûës, corrigées, & augmentées.

Rouen, Maurry, 1706. 1706 1 vol. in-8° ( 200 x 120 mm.) de : [17] ff., 442 pp., [24] pp. (titre, Table, Approbation, Privilège, Corrections et Additions) et 1 grande planche dépliante: "Plan de la ville et du chateau de Caen". Pleine basane mouchetée d'époque, dos à nerfs titré, tranches rouges.

Bel exemplaire de cette seconde édition (EO : 1702), la première à comporter le plan de la ville et du Château de Caen par N. de Fer 1705. Natif de Caen, Pierre-Daniel Huet (1630-1721) fut successivement évêque de Soissons, évêque d'Avranches, et abbé d'Aulnay. Cest au cours de sa retraite d'Aunay, sur les bords de l'Orne quil rédigeat le présent ouvrage qui donne les changements successifs de la ville, des documents inédits ainsi quune biographie des hommes illustres de la cité.

[HULIN (Gabriel)].

Les nobles coustumes ou Guidon, stile et uzances des marchands qui mettent à la mer. Traictant des asseurances, polices, avaries, lamenages, pilotages, jet de marchandise a la mer,... ; [Suivi du : Traité de la nature et usage des marches separantes les provinces de Poitou, Bretagne et Anjou. Par M. Gabriel Hulin,...]

Rennes, Jean Gaisne, [s.d.] circa 1651. 1651 1 vol. petit in-18° (113 x 56 mm.) en 2 parties avec pagination continue numérotées : 1 à 74 pp. (dont titre première partie) puis 75 à 156 pp. (dont titre deuxième partie). Bois gravés sur les titres dont marque du libraire et figure de la justice. Provenance: initiales "P.L.T" en bas de la dernière page. Plein vélin ancien, dos lisse avec traces de titrage à l'encre brune. (Taches, salissures et défauts d'usage aux coins des plats et des feuillets).

Très rare exemplaire de ce recueil publié à Rennes, contenant un guide du droit maritime sans nom dauteur, suivi dun Traité de la nature et usage des marches séparantes les provinces de Poitou, Bretagne, et Anjou dû à Gabriel Hulin, juriste et procureur fiscal rennais, traitant des conflits de législation relatifs à ces territoires indivis. Le droit maritime tient son origine à lépoque des croisades et du développement du commerce avec lOrient. Vers la fin du XIIe siècle, Aliénor d'Aquitaine (1122 - 1204) ordonne la compilation des textes relatifs à sa région particulièrement tournée vers la mer: les rôles d'Oléron. Ce texte reste à la base de nombreuses législations maritimes. Au XIVe siècle, le Guidon de la mer, rédigé à Rouen, sy ajoute. Il est consacré spécifiquement à la question de lassurance maritime. La découverte de lAmérique à la fin du XVe siècle et le développement croissant des échanges avec ce nouveau continent na fait qu'accroître limportance du droit maritime. La présente édition, conçue dans un très petit format permettant aux marins et commerçants de lavoir toujours à portée de main, comporte en première partie ce texte fondamental sous lintitulé: Les nobles coustumes ou Guidon, stile et uzances des marchands qui mettent à la mer, contient les droits de taxes, les assurances et les lois régissant le transport de marchandises sur les mers et sur les rivières. Il explique à son possesseur les démarches à suivre pour assurer sa marchandise, son navire, ses équipements et son équipage. Il indique également les obligations du capitaine et les peines encourues en cas de baraterie: fautes commises volontairement par le capitaine ou le propriétaire d'un navire. Il traite en outre des fameuses lettres de marque, véritables ordres de mission des corsaires, par lesquelles un souverain permet à un capitaine et son équipage de rechercher, attaquer, saisir et détruire les navires ou les équipements d'une nation adverse. Il indique enfin les règles dattribution et de répartition sappliquant aux prises: Si les maistres des navires combattent contre les mores, pirates, et éscumeurs de mer, ou contre les ennemis de leur prince, pour se défendre et éviter le péril, et en se défendant, ils conquièrent par force navires ou marchandises; ou sils trouvent quelque marchandises flottant aux rivages de la mer, comme ambres, pierres précieuses, pierres, baleines, marcouins ou autres poissons Le second livre, Traité de la nature et usage des marches séparantes les provinces de Poitou, Bretagne, et Anjou, explique la juridiction applicable aux marches. Ces territoires avaient la particularité dappartenir à la fois à deux provinces tant pour la justice que pour les usages de la féodalité. Elles servaient de frontières entre le Poitou et lAnjou dune part et le Poitou et la Bretagne dautre part. Helin distingue trois sortes de marches: les communes ou præventionnelles, pour lesquelles la prévention a lieu pour ce qui est du débat de jurisdiction entre lesdites provinces ; les avantagères ou fiancères, parce qu'il faut que le seigneur ou prince qui n'est pas avantagé se fie du paiement de ses droits aux vassaux, après qu'ils les ont payés au prince ou seigneur avantager ; et les contr'hostées. Il y a aussi la marche anomale, qui est un lieu de tierce province, cest-à-dire d'Anjou, enclavé en une marche de deux autres provinces de Poitou et Bretagne. Ainsi, ces territoires sont sujets à des conflits administratifs et forment une véritable zone indivisée dotée de conditions juridiques très particulières que lauteur explique en détail dans son traité. Jolie édition rennaise due au libraire Jean Gaisne ornée de lettrines et de bois gravés, dont sa marque portant les armes de Bretagne sur les titres et la figure de la justice in-fine. Nous navons trouvé aucun exemplaire de cette édition sans date dans les fonds publics, mais seulement une édition à la date de 1651 (Vatar et Gaisne, Rennes) comportant uniquement le Traité des marches, avec un format et une pagination différente. Le libraire Gaisne a sans doute voulu réunir ces deux textes dans cette édition spécifique destinée aux marins et commerçants voyageurs. Emouvant exemplaire de ce traité de toute rareté portant les stigmates de son utilisation par son ancien propriétaire qui a apposé ses initiales en bas de la dernière page: "P.L.T"." 1 vol. small in-18 ° in 2 parts with continuous numbered pagination: 1 to 74 pp. (including title first part) then 75 to 156 pp. (including title second part). Wood engraved on the titles including the bookseller's mark and the figure of justice. Provenance: initials "P.L.T" at the bottom of the last page. Full contemporary vellum. Very rare copy of this collection published in Rennes, containing a guide of maritime law without the author's name, followed by a Traité de la nature et usage des marches séparantes les provinces de Poitou, Bretagne, et Anjou due to Gabriel Hulin , lawyer and tax attorney from Rennes, dealing with conflicts of law relating to these undivided territories. Maritime law finds its origins in the days of the Crusades and the development of the trade with the East. Towards the end of the 12th century, Aliénor d'Aquitaine (1122 - 1204) ordered the compilation of texts relating to her region which is particularly oriented towards the sea: the rôles dOléron. This text remains the basis of many maritime legislation. In the 14th century, the Guidon de la mer, written in Rouen, was added to this. It is devoted specifically to the issue of maritime insurance. The discovery of America at the end of the 15th century and the growing development of trade with this new continent only increased the importance of maritime law. The present edition, designed in a very small format allowing sailors and traders to always have it at hand, includes in the first part this fundamental text under the title: Les nobles coustumes ou Guidon, stile et uzances des marchands qui mettent à la mer, contient les droits de taxes, les assurances et les lois régissant le transport de marchandises sur les mers et sur les rivières. He explains to his owner the steps to follow to insure his merchandise, his ship, his equipment and his crew. It also indicates the captain's obligations and the penalties incurred in the event of baraterie: faults committed voluntarily by the captain or the owner of a vessel. It also deals with the famous lettres de marque, mission orders from privateers, by which a sovereign allows a captain and his crew to search, attack, seize and destroy the ships or equipment of an opposing nation. Finally, he indicates the rules of attribution and distribution applying to the catches: Si les maistres des navires combattent contre les mores, pirates, et éscumeurs de mer, ou contre les ennemis de leur prince, pour se défendre et éviter le péril, et en se défendant, ils conquièrent par force navires ou marchandises; ou sils trouvent quelque marchandises flottant aux rivages de la mer, comme ambres, pierres précieuses, pierres, baleines, marcouins ou autres poissons. The second book, Traité de la nature et usage des marches séparantes les provinces de Poitou, Bretagne, et Anjou, explains the jurisdiction applicable to marches. These territories had the particularity of belonging to two or more provinces, for justice and for the purposes of feudalism. They served as borders between Poitou and Anjou on the one hand and Poitou and Brittany on the other. Helin distinguishes three kinds of marches: communes or preventive, for which prevention takes place in terms of the jurisdiction debate between the said provinces; the advantagères or fiancères, because it is necessary that the lord or prince who is not advantaged trust the payment of his rights to the vassals, after they have paid them to the prince or lord adviser; and the counter-hosts. Thus, these territories are subject to administrative conflicts and form a true undivided zone endowed with very specific legal conditions that the author explains in detail in his treaty. Pretty Rennes edition due to the bookseller Jean Gaisne adorned with initials and engraved woods, including its mark bearing the arms of Brittany on the titles and the figure of justice in-fine. We have found no copy of this undated edition in public funds, but only one dated 1651 (Vatar and Gaisne, Rennes) with only the Traité des marches, with a different format and pagination. The bookseller Gaisne undoubtedly wanted to bring these two texts together in this specific edition intended for sailors and traveling traders. Touching copy of this very rare treaty bearing the marks of its use by its former owner who affixed his initials at the bottom of the last page: "P.L.T".

[ILES DU ROYAUME UNI /FRAGMENT D'UN PILOTE]

[BRITISH ISLANDS / FRAGMENT OF A PILOT GUIDE]

[Circa 1780] 1 vol in-folio (435 x 270 mm.) de: 65 pp. numérotées 695 à 760 et 2 planches gravées dépliantes donnant 5 cartes. Cartonnage moderne recouvert de papier marbré style xiiiéme.

Fragment d'un pilote anglais donnant la description et les instructions nautique pour: les Lesser Islands, l'ile de Man, les Hebrides, Orkneys, Fortunate, Thule, Zetland, Alderney, Jersey, Guernesey et Scilly. L'ensemble est illustré de 2 planches gravées dépliantes donnant 5 cartes. 1 vol in-folio. Modern cardboard binding. Fragment of an English pilot giving nautical description and instructions for: Lesser Islands, Isle of Man, Hebrides, Orkneys, Fortunate, Thule, Zetland, Alderney, Jersey, Guernsey and Scilly. The set is illustrated with 2 folded plates giving 5 maps.

[J. B. CHARCOT, L. HAFFNER, A. GALLAND, A. THEUNISSEN.]

Livre d'or du yachting.

Paris, Edilux, 1934. 1934 1 vol. in-fol° (390 x 290 mm.) de : LXXVII, [1], 122 pp. ; 72 + 12 planches hors-texte dont de nombreuses reproductions photographiques de yachts ; préface du Docteur J. Charcot ; illustrations de Léon Haffner, André Galland et A. Theunissen. Un des 40 exemplaires sur japon (tirage total à 200 exemplaires + 120 de propagande). Plein vélin à décors aquarellé reprenant le motif de la couverture brochée (laquelle est reliée en début d'ouvrage).

Rare exemplaire de tête sur japon de cette somptueuse publication sur le Yachting, superbement illustré de photos et de dessins au pochoir. La première partie de louvrage comporte les chapitres : « Le yachting avant le yacht », « Le yacht avant le yachting », « La vie à bord », « La navigation à moteur », « Le yachting sur le le lac Léman », « Des fêtes nautiques parisiennes », « Le Yacht-Club de France », « Cercle nautique de Chatou », « Société nautique de Genève », « Le Motor-Yacht-Club de la Côte d'Azur », « Cercle de la voile d'Arcachon », « Canot-club de Paris », « Les clubs belges » etc. Les 122 pages suivantes dressent le portrait des personnalités du yachting et armateurs de yachts de lépoque, tels que Virginie Hériot, Robert André, Louis Aubert, Louis Breguet, le Baron Empain, Albert Lartigue, Charles Martin du Pan etc. Les illustrations photographiques sont d'une grande qualité ainsi que les dessins, dus au célèbre peintre et illustrateur Léon Haffner ( 1881-1972). Les en-têtes de chapitres sont ornés des fanions des navigateurs exécutés au pochoir (aquarelle et gouache originale). La reliure est une création unique: un artiste a reproduit à l'aquarelle le décor de la couverture de l'éditeur. Exceptionnel exemplaire de l'un des plus beaux ouvrages de l'époque sur le sujet. 1 vol. in-folio. 72 + 12 illustrations including many photographic reproductions of yachts; preface by Dr. J. Charcot; illustrations by Léon Haffner, André Galland and A. Theunissen. One of 40 copies on Japan (total 200 copies). Rare copy of Japan paper of this sumptuous publication on Yachting, beautifully illustrated with photos and stencil drawings. The first part of the book contains chapters: "Yachting before the yacht", "The yacht before yachting", "Life on board", "Motor navigation", "Yachting on Lake Geneva" , "Parisian Nautical Festivities", "The Yacht-Club of France", "Nautical Circle of Chatou", "Nautical Society of Geneva", "The Motor-Yacht-Club of the French Riviera", "Cercle de la sail of Arcachon "," Canot-club of Paris "," The Belgian clubs "etc. The following 122 pages gives the portrait of yachting personalities and yacht owners of the time, such as Virginie Hériot, Robert André, Louis Aubert, Louis Breguet, Baron Empain, Albert Lartigue, Charles Martin of Pan etc. The photographic illustrations are of a high quality as well as the drawings, due to the famous painter and illustrator Léon Haffner (1881-1972). The chapter headers are adorned with stenciled browsers' pennants (watercolor and gouache). The binding is a unique creation: an artist has reproduced with watercolor the decor of the of the publishers cover. Exceptional copy of one of the most beautiful books of the time on the subject.

[MACKENZIE (Murdoch)].

Description nautique des côtes occidentales de la Grande-Bretagne; traduite de l'anglais, et publiée par le Dépot général de la Marine, d'après les ordres du Contre-amiral Decrès, Ministre de la Marine et des colonies.

Paris, Imprimerie de la République, Nivose An XII (1804). 1804 1 vol in-4° (262 x 198 mm.) de : xii, 153 pp. Plein veau bleu d'époque, dos lisse richement orné, titre de maroquin rouge, encadrement de filets et frises dorées sur les plats, roulette dorée sur les coupes. Provenance: Ex-libris gravé du Duc de Montebello.

Première édition en français (édition anglaise: 1776) de ces instructions nautiques de la côte ouest de la Grande Bretagne, du canal de Bristol au cap Wrath. Cet ouvrage contient « des renseignements sur l'heure des marées, sur la direction et la vitesse des courans, une description des rochers, des bancs, des canaux, des mouillages et des ports, et des instructions pour naviguer sur la côte, et pour diriger la route dans les passes qui conduisent aux différens mouillages ». Provenance: Ex-libris gravé du Duc de Montebello. Bel exemplaire. 1 vol. in- 4°. Contemporary blue calf gilt, fat spine gilt, red morocco lettering-piece. Provenance: Ducis Montebello (armorial bookplate). FIRST EDITION IN FRENCH, translated from the original text of 1776, describing the west coast of Great Britain from Bristol Channel to Cape-Wrath.

[MANUSCRIPT / PIRACY / MEDITERRANEEN] LOUIS XV / ROUILLE (Antoine-Louis).

Mémoire du Roy pour servir d'instructions au Sr du Revest, capitaine de Vaisseau.

Versailles, le 24 avril 1752. 1752 1 cahier in-folio (365 x 250 mm) de : [13] pp. manuscrites à l'encre brune et [1] f. Bl., cachet de cire et signature du roi Louis XV et d'Antoine-Louis Rouillé. Brochage d'origine maintenu par un ruban de soie bleu.

Ordre de mission rédigé sous forme de mémoire fixant le cadre de lexpédition dune escadre française auprès du Pacha de Tripoli afin de faire cesser les attaques des pirates locaux, document signé de la main du roi Louis XV (1710-1774) et du ministre de la Marine, Antoine-Louis Rouillé (1689-1754) , adressé au capitaine de vaisseau du Revest, commandant les vaisseaux La Junon et La Flore en partance de Toulon. [La Junon était un vaisseau de 44 canons construit au Havre en 1747]. Les « corsaires barbaresques » de la méditerranée ont représenté un véritable fléau pour le trafic maritime jusquau 19éme siècle, capturant des milliers de navires, attaquant les localités côtières et alimentant un trafic desclaves avec les équipages capturés. Certains des capitaines des galères de ces corsaires les plus reconnus, étaient ce qu'on appelait à l'époque des « renégats » : des européens convertis à l'islam pour échapper à l'esclavage, comme John Ward et Zymen Danseker ou le capitaine renégat français Sicard nommé dans le présent mémoire. Si les attaques des pirates de Barbarie ont culminé au début du milieu du XVIIe siècle, elles restent au milieu du 18eme une menace constante pour le trafic maritime. Ainsi les flottes Françaises, Espagnoles et Italiennes effectuent encore régulièrement des missions de représailles ou de diplomatie auprès des souverains locaux dAlger, Tunis et Tripoli, commanditaires ou complices des corsaires des cotes dAfrique du Nord. Dans le présent mémoire, le roi Louis XV fixe le cadre dune mission envoyée auprès du Pacha de Tripoli en avril 1752 afin de faire cesser des attaques et pillages de navires français. Suite au bombardement de Tripoli par les français en juillet 1728 contre la ville actuelle de Tripoli, le traité du 9 juin 1729 est censé protéger les navires français des actes de piraterie des tripolitains. Cependant, depuis 3 ans, les corsaires de Tripoli se livrent à des agressions et pillages contre des navires et équipages français : « Tous les capitaines français qui avaient le malheur de rencontrer en mer des corsaires de Tripoli étaient exposés à se voir enlever tous leurs effets et provisions qui étaient à la bienséance de ces corsaires, et à être maltraités, quelques-uns même ont reçu la bastonnade au risque de leur vie, et il nétait pas possible dabandonner plus longtemps la navigation aux violences des Tripolitains ». Or, malgré diverses actions diplomatiques, ces actes de piraterie nont pas cessé. Le roi Louis XV décide donc denvoyer une escadre devant Tripoli pour obtenir du Pacha le rétablissement du traité, une compensation financière et la punition des corsaires ayant été identifié. Avant larrivée de cette flotte, le capitaine du Revest est envoyé en éclaireur pour remettre au Pacha le courrier du roi précisant les dommages causés par les corsaires et les exigences du souverain français. Le roi exige du pacha quil châtie ces souffrir le même traitement quils ont fait aux français, de faire dédommager tous les capitaines français des pillages qui leur ont étaient faits, et de prévenir efficacement à leur sureté pour lavenir, en ajoutant au traité un article qui prononce a peine de mort contre les « Rais » qui oseront piller ou insulter un bâtiment français de quelque manière que ce soit ». Le roi exige en outre « la tête des principaux coupables, nommément dun renégat français nommé Sicard, qui est lauteur de brigandages des Tripolitains » et il joint à sa lettre au Pacha la liste des « Rais » qui doivent être punis. En outre, il fixe à 5 à 6000 sequins minimum le montant de lindemnité exigée. Le capitaine de Revest est au final chargé de faire connaitre au Pacha que « sa majesté le soupçonne de mauvaise foi ou de connivence avec sa corsairerie, sil hésitait à les châtier ». Et pour que ses exigences soient satisfaites, le roi précise que « le sieur du Revest ne cachera point au Pacha quil doit être suivi immédiatement de plusieurs vaisseaux de force destinés à appuyer les justes prétentions de sa majesté » Remarquable document original signé de la main du roi et de son ministre, précieuse source historique pour la connaissance de lhistoire de la piraterie en Méditerranée.Ordre de mission rédigé sous forme de mémoire fixant le cadre de lexpédition dune escadre française auprès du Pacha de Tripoli afin de faire cesser les attaques des pirates locaux, document signé de la main du roi Louis XV (1710-1774) et du ministre de la Marine, Antoine-Louis Rouillé (1689-1754), adressé au capitaine de vaisseau du Revest, commandant les vaisseaux La Junon et La Flore en partance de Toulon. [La Junon était un vaisseau de 44 canons construit au Havre en 1747]. Les « corsaires barbaresques » de la méditerranée ont représenté un véritable fléau pour le trafic maritime jusquau XIXe siècle, capturant des milliers de navires, attaquant les localités côtières et alimentant un trafic desclaves avec les équipages capturés. Certains des capitaines des galères de ces corsaires les plus reconnus, étaient ce qu'on appelait à l'époque des « renégats » : des européens convertis à l'islam pour échapper à l'esclavage, comme John Ward et Zymen Danseker ou le capitaine renégat français Sicard nommé dans le présent mémoire. Si les attaques des pirates de Barbarie ont culminées au début du milieu du XVIIe siècle, elles restent au milieu du XVIIIe une menace constante pour le trafic maritime. Ainsi les flottes Françaises, Espagnoles et Italiennes effectuent encore régulièrement des missions de représailles ou de diplomatie auprès des souverains locaux dAlger, Tunis et Tripoli, commanditaires ou complices des corsaires des côtes dAfrique du Nord. Dans le présent mémoire, le roi Louis XV fixe le cadre dune mission envoyée auprès du Pacha de Tripoli en avril 1752 afin de faire cesser des attaques et pillages de navires français. Suite au bombardement de Tripoli par les français en juillet 1728 contre la ville actuelle de Tripoli, le traité du 9 juin 1729 est censé protéger les navires français des actes de piraterie des tripolitains. Cependant, depuis 3 ans, les corsaires de Tripoli se livrent à des agressions et pillages contre des navires et équipages français : « Tous les capitaines français qui avaient le malheur de rencontrer en mer des corsaires de Tripoli étaient exposés à se voir enlever tous leurs effets et provisions qui étaient à la bienséance de ces corsaires, et à être maltraités, quelques-uns même ont reçu la bastonnade au risque de leur vie, et il nétait pas possible dabandonner plus longtemps la navigation aux violences des Tripolitains ». Or, malgré diverses actions diplomatiques, ces actes de piraterie nont pas cessés. Le roi Louis XV décide donc denvoyer une escadre devant Tripoli pour obtenir du Pacha le rétablissement du traité, une compensation financière et la punition des corsaires ayant été identifiés. Avant larrivée de cette flotte, le capitaine du Revest est envoyé en éclaireur pour remettre au Pacha le courrier du roi précisant les dommages causés par les corsaires et les exigences du souverain français. Le roi exige du pacha quil châtie ces souffrir le même traitement quils ont fait aux français, de faire dédommager tous les capitaines français des pillages qui leur ont étaient faits, et de prévenir efficacement à leur sureté pour lavenir, en ajoutant au traité un article qui prononce a peine de mort contre les « Rais » qui oseront piller ou insulter un bâtiment français de quelque manière que ce soit ». Le roi exige en outre « la tête des principaux coupables, nommément dun renégat français nommé Sicard, qui est lauteur de brigandages des Tripolitains » et il joint à sa lettre au Pacha la liste des « Rais » qui doivent être punis. En outre, il fixe à 5 à 6000 sequins minimum le montant de lindemnité exigée. Le capitaine de Revest est au final chargé de faire connaitre au Pacha que « sa majesté le soupçonne de mauvaise foi ou de connivence avec sa corsairerie, sil hésitait à les châtier ». Et pour que ses exigences soient satisfaites, le roi précise que « le sieur du Revest ne cachera point au Pacha quil doit être suivi immédiatement de plusieurs vaisseaux de force destinés à appuyer les justes prétentions de sa majesté ». Remarquable document original signé de la main du roi et de son ministre, précieuse source historique pour la connaissance de lhistoire de la piraterie en Méditerranée. 1 vol. folio hold with a silk ribbon. [13] pp. handwritten in brown ink and [1] f. Bl., wax seal and signature of King Louis XV and by the Minister of the Navy. Order of mission fixing the framework of the expedition of a French squadron to the Pasha of Tripoli in order to stop the attacks of the local pirates, document signed by the hand of the king Louis the XVth ( 1710-1774) and Antoine-Louis Rouillé (1689-1754), Minister of the Navy, [The Junon was a 44-gun ship built in Le Havre in 1747]. The "Barbary corsairs" of the Mediterranean represented a real scourge for maritime traffic until the 19th century, capturing thousands of ships, attacking coastal towns and supplying slave traffic with captured crews. Some of the captains of the galleys of these corsairs were what were called at the time "renegades» : Europeans converted to Islam to escape slavery, like John Ward and Zymen Danseker or French captain Sicard, named in this memoir. Although the attacks of the Barbary pirates peaked in the early mid-seventeenth century, they remained in the middle of the 18th century a constant threat to maritime traffic. Thus, the French, Spanish and Italian fleets still regularly carry out retaliation or diplomacy missions to local rulers of Algiers, Tunis and Tripoli, sponsors or accomplices of privateers of the North African coasts. In this memoire, King Louis XV sets the framework for a mission sent to the Pasha of Tripoli in April 1752 to stop attacks and looting of French ships. Following the bombing of Tripoli by the French in July 1728 against the city of Tripoli, the Treaty of 9 June 1729 is supposed to protect French ships from the acts of piracy of Tripolitans. However, for the past three years, the corsairs of Tripoli have engaged in aggression and looting against French ships and crews: "All the French captains who had the misfortune to meet at sea corsairs of Tripoli were exposed to be removed all their effects and provisions which were in the propriety of these corsairs, and to be abused, some even received the bastarding at the risk of their life, and it was not possible to give up the navigation to the violence of the Tripolitans any longer ". Despite various diplomatic actions, these acts of piracy have not ceased. King Louis XV therefore decided to send a squadron in front of Tripoli to get Pacha the restoration of the treaty, financial compensation and the punishment of corsairs having been identified. Before the arrival of this fleet, the captain of Revest is sent to deliver to the Pacha the King's courier detailing the damage caused by the corsairs and the requirements of the French sovereign. The King requires the Pasha to punish those suffering the same treatment they have done to the French, to have all the French captains compensated for the looting done to them, and to effectively prevent their safety for the future, by adding to the treaty of 1729 an article that barely pronounced death against the "Rais" who will dare to plunder or insult a French ship in any way whatsoever ". The king also demands "the heads of the principal culprits, namely of a French renegade named Sicard, who is the author of thieves of the Tripolitans" and he adds to his letter to the Pacha the list of "Rais" to be punished. In addition, he sets the amount of the required indemnity at between 5 and 6,000 sequins. The captain de Revest is ultimately responsible for making known to the Pasha that "his majesty suspects him of bad faith or collusion with his « corsairerie », if he hesitated to chastise them ...". And so that his demands are satisfied, the king specifies that "the captain de Revest will not hide from the Pasha that he must be immediately followed by several vessels of strength designed to support the just pretensions of his majesty ..." Remarkable original document signed by the king's hand, precious historical source for the knowledge of the history of piracy in the Mediterranean.

[MANUSCRIPT ON VELLUM]

AGENDA 1874.

[France, 1873] 1873 1 vol. in-16° (123 x 100 mm.) de : [8] ff. de vélin: titre mignature à l'aquarelle dans un encadrement floral, 2 pp. d'introduction et calendrier des 12 mois à l'encre bleue, rouge et or finement calligraphiés dans un encadrement polychrome dans le style du 15éme; [141] ff. Avec chaque jour de l'année caligraphié à l'encre noire pleine ou demi-page et [15] ff. vierges. Demi-maroquin noir, dos à nerfs titré doré à l'or, plats ecouverts de percaline noire, tranches dorées, triples signets de soie, stylet de bois inséré dans la goutiére.

Adorable agenda manuscrit, calligraphié et enluminé par une jeune femme, à son usage personnel ou destiné à son amoureux : deux curs sont placés au-dessus du titre, dans un encadrement de ruban bleu et de fleurs. Vers 1850 renait en France un vif intérêt pour les livres dheures du XVe siècle. Léditeur Engelmann et le relieur Gruel produisent de somptueuses répliques de ces ouvrages et le public féminin sinitie à lart de la calligraphie et de lenluminure. Cest une véritable renaissance de ces techniques médiévales dune extrême minutie. Ce petit agenda, dont 15 pages sont exécutées à lencre et à lor sur vélin, véritable travail dartiste, est un magnifique exemple du niveau de perfection alors retrouvé. 1 vol. in-16 °. [16] pp. on vellum: watercolored miniature title in a floral frame, 2 pp. of introduction, calendar for 12 months in blue, red and gold ink finely calligraphed in a polychrome frame in 15th century style; [282] pp. with each day of the year caligraphed on full or half-page black ink, [15] ff. bl. Half Black morocco, back with nerves titled gilded in gold, black percaline on covers, golden edges, triple silk bookmarks, wooden stylus inserted in the gutter. Adorable handwritten diary, calligraphed and illuminated by a young woman, for her personal use or intended for her lover : two hearts are placed above the title, in a frame of blue ribbon and flowers. Around 1850 there was a revival of interest in France for middle age books of hours. Publisher Engelmann and bookbinder Gruel produced sumptuous replicas of these works and the female audience was introduced to the art of calligraphy and illumination. It is a real renaissance of these extremely detailed medieval techniques. This small diary, of which 15 pages are executed in ink and gold on vellum, a true work of artist, is a magnificent example of the level of perfection then found.

[MANUSCRIT / MANUSCRIPT] Sieur Cassaigne.

La Journée du Chrétien Sanctifié par la Prière & la Méditation appartenant au Sieur Cassaigne [...]

1758 1 vol petit In-12 (136 x 82 mm) de : 232 pp. (dont titre) ; [8] ff. (dont prière pour le roi et table) ; texte encadré d'un double filet. Plein maroquin rouge de l'époque, plats encadrés d'1 large frise dorée et richement ornés de 4 angelots angulaires avec coeur central, frise à froid aux coupes, tranches bleues mouchetées.

Splendide recueil de prières entièrement manuscrites portant la mention de son auteur sur la page de titre: Sieur Cassaigne. Louvrage débute par des prières (du matin, du soir, pour la confession et pour la communion) suivies des pratiques de dévotion pour tous les jours de la semaine et de prières diverses pour honorer le Saint ou la Sainte. Le recueil continue avec les pensées chrétiennes pour tous les jours du mois, les vêpres du dimanche et les litanies de la Sainte Vierge. Il se termine par les commandements de Dieu et de l'Église et dune prière en latin dédiée au Roi. Bel exemplaire conservé dans sa luxueuse reliure dorigine de maroquin rouge richement ornée de décors inhabituels et originaux: quatre angelots aux angles et un cur au centre. 1 vol. small in-12° of : 232 pp. (including title); [8] ff. (including prayer for the king and table); text framed by a double rule. Full red contemporary morocco. Splendid collection of handwritten prayers bearing the mention of its author on the title page: Sieur Cassaigne. The work begins with prayers (for the morning, evening, confession and communion) followed by devotional practices for all days of the week and various prayers to honor the Saint. The collection continues with Christian thoughts for every day of the month, Sunday vespers and the litanies of the Blessed Virgin. It ends with the commandments of God and of the Church and a prayer in Latin dedicated to the King. Beautiful copy preserved in its luxurious original binding of red morocco richly adorned with unusual and original decorations: four angels at the corners and a heart in the center.

[MANUSCRIT ENLUMINE A LA MAIN]. L. H. S.

Actes et Prières pour la Communion.

S.l.n.d. (circa 1880). 1880 1 vol in-8° (173 x 140 mm.) de: [20] ff., dont [3] bl. et [32] pp. avec texte lithographié dans un encadrement et enluminé à l'aquarelle et à l'or de motifs et sujets divers et d'une miniature représentant la communion. Plein maroquin violine d'époque, dos à faux nerfs orné de fleurs de lis et d'un titre dorés, triple encadrement à froid sur les plats avec fleurs de lys dorées dans les coins et initiales "CM" entrelacées frappé à l'or au centre du premier plat, double filet doré sur les coupes, large frise dorée et soie rouge intérieure, tranches dorées.

Superbe manuscrit consacré à la cérémonie de la communion. Travail exécuté à la main dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle, dans le style des manuscrits du moyen âge. Vers 1820 renaît en France un vif intérêt pour les livres dheures et psautiers médiévaux. Des éditeurs tels quEngelmann produisent alors de somptueuses répliques de ces ouvrages et le public féminin sinitie à lart de la calligraphie et de lenluminure. Cest une véritable renaissance de ces techniques médiévales dune extrême minutie. Lartiste, certainement une main féminine aux initiales in finé "L. H. S., a ici enluminé à laquarelle et à lor un texte lithographié des prières et actes de cette cérémonie. Une miniature représentant la communion est placée en frontispice, nombreuses lettrines ornées, texte encadré d'un décor composé de fleurs, animaux, ange et de motifs géométriques... L'ensemble est magnifiquement exécuté et somptueusement relié. Bel exemple de cet art retrouvé. 1 vol in-8 ° of [3] ff. bl. and [32] pp. with lithographed text illuminated. Superb manuscript devoted to the ceremony of communion. Work executed by hand in the second half of the nineteenth century, in the style of manuscripts of the Middle Ages. Around 1820 there was a renewed interest in France for medieval books and psalters. Publishers such as Engelmann produced sumptuous replicas of these works and the female audience was introduced to the art of calligraphy and illumination. It is a real renaissance of these extremely detailed medieval techniques. The artist, certainly a feminine hand with innate innate "L. H. S., has here illuminated in watercolor and gold a lithographed text of the prayers and acts of this ceremony. A miniature representing communion is placed as a frontispiece, numerous ornate letters, text framed with a decoration composed of flowers, animals, angel and geometric patterns ... The whole is beautifully executed and sumptuously bound. Fine example of this re-found art.

[MANUSCRIT ORIGINAL / AQUARELLES/ MARINE].

Recueil des bâtiments dans lesquels a navigué Jean Jaubert de Marseille de 1776 jusquà [1815].

[Londres, 1814-1817]. 1814 1 vol. in-folio (340 x 210 mm.) de : 73 pp. de texte manuscrit. 45 aquarelles ou gouaches et 1 lavis dencre représentants des navires de diverses nations et une prison. Reliure dorigine en parchemin doublée, reliure intérieure renforcée de manuscrits sur papier en italien, au dos desquels se trouvent des aquarelles de navires. (Reliure conservée « dans son jus », avec ses défauts dusage et traces de salissures diverses, quelques restaurations de papier ou comblements anciens. Daprès la numérotation manuscrite, 7 ff. seraient absents).

Précieux « livre de bord » personnel dun marin de Marseille couvrant une période dune quarantaine dannées, relatant ses embarquements successifs au commerce et dans la « Royale », de 1776 jusqu'à sa capture le 3 novembre 1805, sa détention sur les pontons et à la prison de Dartmoor jusquau 27 mai 1814, et ses derniers embarquements de juin 1814 au 5 novembre 1817. Document dune valeur considérable pour la connaissance du milieu maritime de la fin du XVIIIe siècle, de limportant trafic en Méditerranée et au-delà, avec en outre des récits de première main des batailles dAboukir et de Trafalgar et de la vie des matelots français prisonniers sur les pontons britanniques. Ainsi nous pouvons articuler le manuscrit comme suit : Première partie : Du premier embarquement à Trafalgar (1776-1805) ; Deuxième partie : Captivité sur les pontons et à Dartmoor (1805-1814) ; Troisième partie : Liberté retrouvée. Derniers embarquements. (Mai 1814-Novembre 1817). La première partie (du premier embarquement à Trafalgar 1776-1805) comporte 31 embarquements, avec un texte indiquant, pour chaque navire, le récit détaillé de la navigation et une aquarelle le représentant. Ces navigations « au commerce », toutes en Méditerranée, sauf deux aux Antilles, deviennent à partir du 18ème embarquement (1792) des navigations descadre au service du Roi, de la République, puis de lEmpereur, dont la première, après un combat contre les Anglais, sachève par une désertion et un emprisonnement. La lecture de ce pittoresque et émouvant document laisse limpression dune vie tout entière dévouée à laction. À peine débarqué et malgré toutes les péripéties, Jaubert recherche immédiatement un autre navire, comme si le sol lui brulait les pieds ; attitude qui nest pas sans rappeler celle de lillustre Duguay Trouin. Les aventures vécues par Jaubert sont innombrables : il se retrouve passager clandestin sur un brigantin italien ; conduit le Pacha de Constantinople en Crète, le Grand Vizir de Crète à Constantinople et des femmes grecques dîle en île ; amène dAlger à Marseille 280 esclaves français capturés à Corfou ; charge des figues à Calamata, des oranges, du beurre, du fromage et du bétail à Cire (Skyros ?) ; transporte du café et du sucre de Guadeloupe jusquà Marseille ; vend des raisins de Corinthe et du tabac de Trieste à Gênes ; prend de lorge à Bizerte quil négocie à Malte ; poursuit des corsaires et des pirates « Mahomains » ; livre du blé à Bône pour le bey dAlger; échappe de peu à une épidémie de peste ; fait de la contrebande de Livourne à Barcelone ; est à deux doigts de tomber, comme il dit « en esclavitude » près de Hydra ; affronte maintes tempêtes ; est attaqué par des vaisseaux anglais, etc Cette première partie, trépidante, se termine en 1803, après la 38ème navigation, par une incarcération « menottes et chaîne au cou » au Fort Saint-Nicolas de Marseille, puis à Toulon. Elle est illustrée de 31 aquarelles, représentant avec une remarquable précision les coques et gréements des tartanes, barques, bricks, corvettes, bombardes, chebecks, seneaux, vaisseaux, brigantins, polacres, boulichous, frégates, goélettes, etc sur lesquels il embarque. Deux de ces aquarelles sont signées : lune « Degun fecit in Gange » (n°10), lautre « Degun fecit in nave Gange 1812 » (n°11). Or, Jaubert indique plus loin quil fut emprisonné 27 mois à bord du ponton anglais Le Gange, commandé par le « Capitaine Le Roux, Face de Feu » à partir de 1811. Il est donc possible que Degun, aquarelliste de talent, détenu lui-même sur le Gange, ai dessiné les navires que lui décrivait son compagnon dinfortune à partir de notes conservées de ses navigations. La qualité de ces aquarelles est proche des travaux des portraitistes de navires comme les « Roux » de Marseille. La variété des navires de toutes origines sur lesquels séjourne Jaubert constitue une remarquable source dinformations sur le trafic maritime de lépoque en méditerranée, et des acteurs : français, italiens, espagnols, grecs, arabes et même américains. De même la nature des cargaisons et les ports descales cités sont autant de détails précieux (Marseille, Toulon, Barcelone, Livourne, Mahon, Alger, Constantinople, Salonique, Corfou, Malte, Messine, Gènes, Cire, Cadix, Malaga, Trieste, Minna...). Jaubert relate aussi son enrôlement à bord de plusieurs navires de la « Royale », dont le vaisseau le Scipion qui participe à la bataille dAboukir en 1793 (figure la liste des navires de lescadre française). Après divers embarquements au commerce, notre marin retrouvera la Royale en 1805 : Jaubert est nommé gabier de hune sur le vaisseau Le Formidable, armé de 80 canons, qui part pour Gibraltar et gagne les Antilles, dans lescadre de lAmiral Villeneuve. Son récit relate diverses fortunes de mer et donne le détail des opérations militaires victorieuse de lAmiral contre les anglais en Martinique, puis en Guadeloupe, ainsi que des prises effectuées: Au retour de la Guadeloupe, au large des Açores le navire fait «prise dun bâtiment marchant anglais, [d]un corsaire idem avec une prise dun bâtiment marchand espagnol qui venoit de lIndes chargé de marchandises sèches de lIndes et [de] huit millions dargent monnoyes que nous avons pris à la remorque et le même soir nous avons bruler le batiment marchand pris anglais ainsi que le corsaire qui avoit fait la prise espagnole » (Fin juin 1805). Après avoir pris part à la bataille navale du Cap Finisterre du 22 juillet 1805, le Formidable le 20 octobre quitte Cadix et participe à la bataille de Trafalgar le 21 octobre, dont il parvient à réchapper, malgré de nombreuses avaries. Le récit de la bataille de Trafalgar est dune grande richesse et apporte des détails tant sur le déroulement de laction que sur les raisons du succès de la flotte anglaise. Il se termine par la remarque suivante : « Je noublieray pas de vous dire que avant de commencer le dernier combat que nous avons eu et que nous avons été pris après, le Général Dumanoir nous dit : « allons courage mes enfants je men vais vous amener dans un endroit que vous serez bien en repos. ». Il avoit fort bien raison car me voilà en prison dans ma 9ème année sans savoir quand est-ce que jen sortirai ». Ainsi, le 3 novembre, Jaubert et tout léquipage du Formidable sont faits prisonniers par les Anglais, et conduits sur le ponton « Le Généreux » à Plymouth. Suivent les tableaux détaillés des flottes française, espagnole et anglaise avec leur armement. En outre, un lavis dencre intitulé « Le Formidable pris par le vaisseau le Namur le 4 novembre 1805 » illustre le récit de la bataille. Cette première partie est dun style enjoué, populaire, et sans souci orthographique. Il est de toute évidence de la main de Jaubert. Deuxième partie : Captivité sur les pontons et à Dartmoor (1805-1814). Les récits qui suivent concernent les conditions de détention de J. B. Jaubert et de ses camarades sur les pontons de Plymouth, et dans la terrible prison de Dartmoor. Ils sont illustrés de 3 gouaches représentant, la première, les trois pontons où Jean Jaubert fut prisonnier (« Le ponton le généreux Capitaine Lanyon Resté 9 mois. Le ponton lhector capitaine Lépine resté 65 mois. Le ponton le ganges capitaine le roux resté 27 mois »), la seconde « le ponton Leptune [Le Neptune], capitaine Lorence, 1814 », et la dernière la « Dartmoor prison of war le 25 de mai 1809 » ou, (en pied de page « la prison de français dartimor gardé par le commandant kotgrave »). Le style et lorthographe étant plus châtiés, il est probable quun compagnon ait assisté Jaubert dans sa rédaction. Cette seconde partie constitue une somme précieuse dinformations sur les conditions de détention et la vie des marins français sur les pontons. Il existe un certain nombre de récits sur les pontons, parfois écrits sur le mode romanesque, et pour la grande majorité publiés après 1845, le plus ancien étant probablement « Histoire du sergent Flavigny, ou dix ans de ma captivité sur les pontons anglais » (par L. Chomel), avec notes de Louis Garneray, Paris, Nepveu, 1821. Cependant, le présent journal est à notre connaissance le seul exemple de manuscrit redirigé sur place par un prisonnier : comme sur tout navire, les marins sentraident et participent ensemble aux maigres distractions du bord. Jaubert sait raconter, Degun dessine pour lui ; et un codétenu, plus instruit, écrit pour lui quand il faut témoigner, à partir de sa propre expérience, de la condition générale des prisonniers des pontons anglais. Troisième partie : Liberté retrouvée. Nouveaux embarquements. (Mai 1814- novembre 1817). 10 gouaches aquarellées légendées, la première représentant le navire malouin qui ramena Jaubert en France : « la frégate la prujelle de sein malo capitaine fouge sorti de prison le 17 de mai 1814 ». Jaubert, à peine libéré, est aussitôt repris par sa frénésie de navigation et les embarquements se succèdent rapidement : notons en hommage au courageux gabier, sans trahir son orthographe, les légendes des 9 dernières gouaches aquarellées, figurant ses ultimes navigations : « Le sloop la marie Anne capitaine Boiton du Suquet le 27 de mai 1814 » [soit 10 jours après avoir quitté le ponton]» ; « La Marie henriette capitaine François thomas de brest 1814 » ; « Le brick lalliances de Dieppe Capitaine Michel Courbet de Dieppe le corsaire de Tripoli capitaine Halli le 15 aout 1815 prit é conduit à Tripoli » ; « Le trois mats danois capitaine Temonnen de Tripoli de barbarie anbarqué le 1 ? 1815 » ; « La corvette la Henriette de Toulon capitaine jean Viau de Bordeaux le 18 8bre 1815 » ; « La corvette la Catherine capitaine Charles Cimont de saint Malo 1816 parti de Maltes pour Marseille le 14 février 1816 » ; « La marie Elizabeth capitaine Bernabo de Marseille 1816 » ; « La bombarde la j[e]une Cécile capitaine Gantome de La Ciotat 1817 ; « [le jules c]èsar capitaine marquis de Marseille pri pour lé ein surget [pris par les insurgés ?] le 5 novembre 1817 ». Ces aquarelles se distinguent par lexactitude absolue apportée au dessin des gréements. Aucune dentre elles nest signée. Dune main différente, il est tout à fait probable que Jaubert en soit lauteur, ses 9 années de captivité lui ayant laissées tout le temps de se faire la main avec laide de Degun. Le document sachève par le récit dune quarantaine due à la peste, il est probable que le marin ait succombé à cette épidémie. Addenda : Epidémie de peste (1817) Cette épidémie doit être celle de 1817, qui sétendait du Proche Orient au Maghreb. Le récit, très correctement écrit, sachève au milieu dune phrase, en pleine épidémie. Lauteur, qui critique à juste titre les chirurgiens qui contestaient lépidémie, alors que les décès de porte-faix (dockers) sajoutaient à ceux des marins, laisse entrevoir son rôle pendant cette période : « Le 2, veille de St Jean Baptiste M. le grand prieur arrive de Gènes avec les galères du Roi ; M M. les échevins ont lhonneur de laller saluer et jai celui de les haranguer au nom de la ville. » Il sagit probablement de Valvielle, 1er juge du tribunal civil de Toulon, qui a signé sur la garde volante. 1 vol. in-folio. 73 pp. manuscript, 45 watercolors + 1 ink lavis. Original Velum binding. A precious personal "logbook" of a Marseilles sailor covering a period of forty years, recounting his successive embarkations in the trade and in the "Royale", from 1776 until his capture on November 3, 1805; his detention on the pontoons and at the Dartmoor Prison until May 27, 1814; and his last embarkations from June 1814 to November 5, 1817. Document of considerable value for the knowledge of the maritime environment of the end of the 18th century, the heavy traffic in the Mediterranean and beyond, with first-hand accounts of the battles of Aboukir and Trafalgar and the lives of French sailors trapped on British pontoons. The manuscript includes: Part One: From the first embarkation to Trafalgar (1776-1805); Part two: Captivity on the pontoons and at Dartmoor (1805-1814); Third part: freedom refound. Latest boarding. (May 1814-November 1817). First part: from the first embarkation to Trafalgar (1776-1805): it includes 31 embarkations, with a text indicating, for each ship, the detailed account of the navigation and a watercolor representing it. These navigations "to trade", all in the Mediterranean, except two in the Antilles, become from the 18th embarkation (1792) squadron sailing in the service of the King, the Republic, then the Emperor, whose first, after a fight against the English, ends with desertion and imprisonment. The reading of this picturesque and poignant document leaves the impression of a whole life devoted to action: Scarcely arrived and despite all the vicissitudes, Jaubert immediately seeks another ship, as if the ground burns his feet; attitude that is not unlike that of the illustrious Duguay Trouin. The adventures experienced by Jaubert are innumerable: he finds himself a stowaway on an Italian brigantine; led the Pasha of Constantinople to Crete, the Grand Vizier of Crete to Constantinople, and Greek women from island to island; brings from Algiers to Marseille 280 French slaves captured in Corfu; Loads of Calamata figs, oranges, butter, cheese and wax cattle (Skyros?); transports coffee and sugar from Guadeloupe to Marseilles; sells currants and tobacco from Trieste to Genoa; takes barley in Bizerte to negotiate in Malta; pursue privateers and pirates "Mahomains"; wheat in Bône for the bey of Algiers; scarcely escapes an epidemic of plague; smuggles Livorno to Barcelona; is on the verge of falling, as he says "in slavery" near Hydra; face many storms; is attacked by English ships, etc.This first part, hectic, ends in 1803, after the 38th navigation, by incarceration "handcuffs and chain neck" Fort Saint-Nicolas of Marseille, then Toulon. It is illustrated with 31 watercolors, representing with remarkable precision the hulls and rigging of tartanes, boats, brigs, corvettes, bombards, chebecks, seneaux, vessels, brigantines, polacres, boulichous, frigates, schooners, etc ... on which it embarks. Two of these watercolors are signed: one "Degun fecit in Gange" (n ° 10), the other "Degun fecit in nave Gange 1812" (n ° 11). However, Jaubert further indicates that he was imprisoned for 27 months aboard the English pontoon « Le Gange », commanded by "Captain Le Roux, Face of Fire" from 1811. It is therefore possible that Degun, talented watercolorist, detained himself on the Ganges, drew the ships that his companion of misfortune described him from preserved notes of his navigations. The quality of these watercolors is close to the work of the portraitists of ships like "Roux" of Marseille. The variety of ships of all origins on which Jaubert resides constitutes a remarkable source of information on maritime traffic of the time in the Mediterranean, and actors: French, Italian, Spanish, Greek, Arab ... and even American. In the same way the nature of the cargoes () and the ports of call mentioned are so many precious details (Marseilles, Toulon, Barcelona, Livorno, Mahon, Algiers, Constantinople, Thessaloniki, Corfu, Malta, Messina, Genoa, Wax, Cadiz, Malaga , Trieste, Minna ... Jaubert also relates his enlistment on several ships of the "Royal", including the ship Scipio which participates in the Battle of Aboukir in 1793 (figure the list of French squadron ships) . After various embarkations to trade, our sailor will join the French Navy in 1805: Jaubert is named gabier of hune on the ship The Formidable, armed with 80 guns, which leaves for Gibraltar to the Antilles, in the squadron of Admiral Villeneuve. His account relates various adventures of sea and gives the detail of the victorious military operations of the Admiral against the English in Martinique, then in Guadeloupe, as well as made catches. On the return from Guadeloupe, off the Azores, the ship "takes an English marching ship, (a) a corsair ditto with a catch of a Spanish merchant ship coming from India loaded with dry goods of the 'Indies and (of) eight million silver coins we took in tow and the same evening we burn the merchant ship taken English and the privateer who had made the Spanish catch (End of June 1805). After taking part in the Cape Finisterre naval battle of July 22, 1805, the Formidable October 20 leaves Cadiz and participates in the battle of Trafalgar October 21, which he manages to escape, despite many damage. The story of the Battle of Trafalgar is extremely rich and provides details of both the course of action and the reasons for the success of the English fleet. It ends with the following remark: "I will not forget to tell you that before starting the last fight, General Dumanoir told us:" let's go and fight my children I will take you to a place where you will be well rested. ". He was very right because I am in prison in my 9th year without knowing when I will come out. Thus, on the 3rd of November, Jaubert and all the crew of the Formidable were taken prisoner by the English, and conducted on the pontoon "The Generous" at Plymouth. Following are the detailed tables of the French, Spanish and English fleets with their armament. In addition, an ink wash titled "The Formidable taken by the ship Namur November 4, 1805" illustrates the story of the battle.This first part is of a playful style, popular, and without orthographic concern. It is obviously from Jaubert's hand. Part 2: Captivity on the pontoons and Dartmoor (1805-1814). The stories that follow relate to the conditions of J. B. Jaubert and his comrades on the Plymouth Pontoons and in the terrible Dartmoor Prison. They are illustrated with 3 gouaches representing, first, the three pontoons where Jean Jaubert was a prisoner ("The pontoon the generous Captain Lanyon Remained 9 months The pontoon the hector captain The thorn remained 65 months The pontoon the ganges captain the red remained for 27 months "), the second" the Neptune pontoon [The Neptune], Captain Lorence, 1814 ", and the last the" Dartmoor prison of war the 25 of May 1809 "or, (at the foot of the page" the prison of French dartimor guarded by the commander Kotgrave "). The style and the spelling being more chastised, it is probable that a companion assisted Jaubert in his writing. (1: "Arrival of JB Jaubert aboard the Le Généreux pontoon ... November 16, 1805"), sometimes is the spokesperson of all the prisoners of the pontoons, in a classic style, and even literary, with an excellent spelling ( 2, 4, 5). He goes so far as to compose a poem on the extreme harshness of the conditions of detention (3), and write a play (rather a skit) narrating the arrival of the English Roger (perhaps the commander of the pontoon " The Cato ") in Hell. This second part constitutes a precious sum of information on the conditions of detention and the life of the French sailors on the pontoons. There are a number of stories about pontoons, sometimes written in a novelistic way, and for the most part published after 1845, the oldest probably being "Sergeant Flavigny's story, or ten years of my captivity on the English pontoons" ( by L. Chomel), with notes by Louis Garneray, Paris, Nepveu, 1821. However, this journal is to our knowledge the only example of manuscript redirected by a prisoner on the spot: As on every ship, the sailors help each other and participate together in the meager distractions of the edge. Jaubert knows how to tell, Degun draws for him; and a more educated fellow-prisoner writes for him when it is necessary to testify, from his own experience, of the general condition of the prisoners of the English pontoons. Third part: refound freedom. New embarkments. (May 1814 - November 1817). 10 captioned watercolored gouaches, the first representing the Malouin ship that brought Jaubert back to France : "the frigate the breast preacher malo captain left prison on 17 May 1814". Jaubert, barely released, is immediately resumed by his frenzy of navigation and shipments follow one another quickly: Note in tribute to the brave gabier, without betraying his spelling, the legends of the last 9 watercolor gouaches, appearing his ultimate sailing: "The sloop marries Anne Captain Boiton du Suquet 27 May 1814" [ie 10 days after leaving the pontoon] "; "Marie henriette captain François thomas de brest 1814"; "The brig the alliances of Dieppe Captain Michel Courbet of Dieppe the corsair of Tripoli Captain Halli on August 15, 1815 took e led to Tripoli"; "The three Danish mats Captain Temonnen of Tripoli of barbarity anbarquered » « ; "The corvette Henriette from Toulon captain jean Viau of Bordeaux, 1815"; "The corvette Catherine captain Charles Cimont of Saint Malo 1816 left Maltes for Marseille on February 14, 1816"; "Marie Elizabeth Captain Bernabo of Marseille 1816"; "Bombs her (e) a Cécile Captain Gantome of La Ciotat 1817; "(Julius c) To Captain Marquis of Marseilles prayed for the ein surget [taken by the insurgents?] November 5, 1817". These watercolors are distinguished by the absolute accuracy of the design of the rigging. None of them are signed. by a different hand, it is quite likely that Jaubert is the author, his 9 years of captivity having left all the time to make the hand with the help of Degun. The document ends with the story of a quarantine due to the plague, it is likely that the sailor is succumbing to this epidemic (Plague epidemic of 1817, , which extended from the Middle East to the Maghreb. The author, who rightly criticizes the surgeons who contested the epidemic, while the deaths of porter-faix (dockers) added to those of the sailors, suggests his role during this period: "On the 2nd, eve of St. John the Baptist The High Priest arrives from Genoa with the King's galleys; M. the aldermen have the honor of going to greet him, and I have the honor to address them in the name of the city. " This is probably Valvielle, the first judge of the Civil Court of Toulon, who signed on the hand paper.

[MARAT (Jean-Paul)].

Mémoires académiques ou Nouvelles découvertes sur la lumière relatives aux points les plus importants de l'optique.

Paris, chez N.T. Méquignon, 1788. 1788 1 vol. in-8° (200 x 130 mm.) de : XIV pp. (titre, avis du libraire, introduction) [sur XVI: ex relié sans faux titre], ; 323 pp. ; [1] p. (approbations) ; 10 planches dépliantes gravées (dont 5 en couleur) ; exemplaire relié sans le feuillet de faux-titre. Ex-libris "C.M. Gariel 1872" (cachet humide en bas du titre). Demi-basane fauve à coins d'époque, dos lisse orné de fers dorés, titre doré de maroquin vert "Mémoire de Newton" (avec w à l'envers), tranches marbrées (défauts d'usage à la reliure, mors sup. fendu, coupes, coiffes arasées, coins usés).

Rare édition originale de cet ouvrage scientifique majeur du célèbre Jean-Paul Marat portant sur les divers phénomènes de la lumière et de loptique. Marat (1743-1793) est un célèbre physicien, médecin, journaliste et homme politique français. Cest une figure emblématique de la Révolution Française et il mène un combat virulent contre le roi. Il est élu en 1792 député de la Seine à la Convention et meurt tragiquement dans sa baignoire en 1793, assassiné par une royaliste, Charlotte de Corday dArmont, après avoir été longtemps malade. Son ouvrage se compose de quatre mémoires : le premier contient un « examen géométrique et phyfique des principales expériences que Newton donne en preuve du fyftème de la différence réfrangibilité » que Marat réfute ; le second présente cinq classes dexpériences nouvelles dont les résultats démontrent que « les rayons hétérogènes ne se séparent jamais quen paffant le long des corps » ; le troisième « attaque lexplication que Newton donne de larc-en-ciel » et démontre que les rayons hétérogènes « ne peuvent former ni arcs féparés, ni teintes marquées » et invalide ainsi deux théories, celle du « fyftème de la différence réfrangibilité » ainsi que celle du « fyftème des accès de facile réflexion et de facile tranfmiffion » ; le quatrième et dernier mémoire traite des corps minces et diaphanes (tels que les plaques de verre et les bulles de savon) et démontre que leur couleur « ne viennent point de leur différente ténuité » puisquils « ne font jamais irisées ». Dans cet ouvrage novateur, Marat révolutionne le domaine de loptique en démontrant, à travers un nombre très important dexpériences, que les théories établies par Newton, notamment sa doctrine de la différente réfrangibilité, sont invalides. Le présent traité constitue ainsi une découverte majeure en physique de loptique. Lillustration se compose de 10 planches dépliantes gravées (dont 5 en couleur) qui représentent minutieusement ses expériences ainsi que leurs résultats et permettent dexpliquer les divers phénomènes doptique présentés. Provenance : Charles-Marie Gariel (1841-1924), ingénieur, enseigna la physique et la chimie à l'Ecole des Ponts et Chaussées (cachet et étiq. ex-libris). Exemplaire dans sa reliure d'origine d'époque révolutionnaire, intérieur frais. 1 vol. in-8°. Half contemporary sheep. Rare first edition of this major scientific work by the famous Jean-Paul Marat on the various phenomena of light and optics. Marat (1743-1793) is a famous French physicist, doctor, journalist and politician. He is an emblematic figure of the French Revolution and he leads a fierce fight against the king. He was elected deputy for the Seine at the Convention in 1792 and tragically died in his bathtub in 1793, assassinated by a royalist, Charlotte de Corday dŽArmont, after having been ill for a long time. His work is made up of four memoirs: the first contains a "geometrical and physical examination of the main experiments which Newton gives in proof of the system of the refrangibility difference" which Marat refutes; the second presents five classes of new experiments, the results of which demonstrate that "heterogeneous rays never separate except by patting along bodies"; the third "attacks Newton's explanation of the rainbow" and demonstrates that heterogeneous rays "cannot form either separate arcs or marked colors" and thus invalidates two theories, that of the "system of difference. refrangibility as well as that of the system of the fits of easy reflection and easy transfer ; the fourth and final memoir deals with thin and diaphanous bodies (such as glass plates and soap bubbles) and demonstrates that their color "does not come from their different tenacity" since they "never make iridescent". In this groundbreaking work, Marat revolutionized the field of optics by demonstrating, through a very large number of experiments, that the theories established by Newton, in particular his doctrine of different refrangibility, are invalid. The present treatise thus constitutes a major discovery in the physics of optics. The illustration consists of 10 engraved folding plates (including 5 in color) which meticulously represent his experiments as well as their results and help explain the various optical phenomena presented. Provenance: Charles-Marie Gariel (1841-1924), engineer, taught physics and chemistry at the Ecole des Ponts et Chaussées (stamp and label ex-libris). Copy in its original revolutionary period binding, fresh interior.

[MINUSCULE / MINIATURE BOOK].

Chansons joyeuses de Piron, Collé, Gallot etc.

Paris, Aubry, s.d. (c. 1810). 1810 1 vol. in-32 (63 x 50 mm) de : [2] ff. (frontispice et titre gravé); 255 pp.; [1] p. bl. (rousseurs, salissures, défaut dusage au texte). Pleine basane brun d'époque, dos lisse orné. (Rousseurs, salissures, défaut dusage au texte).

Édition originale minuscule de ce recueil de textes de trois chansonniers du XVIIIe siècle, tous trois représentés en gravure de profil sur la page de titre. Ces petits volumes étaient très recherchés pour les chansons coquines qu'ils renfermaient. Lexemplaire présente un frontispice gravé représentant une scène galante titrée « Ma pinte et ma mie » et servant dillustration à la première chanson intitulée : « Lheureuse médiocrité » sur lair de « La Bonne Aventure, ô gai ! ». Alexis Piron (1689-1773), Charles Collé (1709-1783) et Pierre Gallet (1698-1757), dramaturges et auteurs de chansons populaires, étaient tout trois membres de la célèbre Société du Caveau. Cette dernière fût créée en 1729 à Paris par Pierre Gallet lui-même et réunissait des auteurs et amateurs de chansons, de livres et de vin deux fois par mois dans la salle basse d'un cabaret rue de Buci. Table non-exhaustive des chansons: L'heureuse médiocrité, Conseil aux belles, Le bouquet, A une jolie soeur du pot, Le chasseur aux abois, Le réveil-matin, La leçon maternelle, Entendons-nous, Le curé de Pomponne, L'ami complaisant, Chanson historique, Avis à une cruelle, A une dame déguisée en homme, L'amant consolé, La paix du ménage, L'hirondelle de carême, L'heureux caractère, Manon Frelu, Le petit écot de la Grand'Pinte, Chanson érotico-bachique, Sur l'entrée d'un ambassadeur turc dans Paris, L'heureux savetier, La friande, Agnès épelant, Leçon de trictrac, Vaudeville, Robin turelure lure, A Suzon, Le meâ culpâ, La sagesse à la mode, Les raretés, La craintive rassurée, L'âge d'or, La vendangeuse, Chacun à son tour, Le sommeil profond, Le grand chorus de Cythère, Ronde à danser, Branle à danser, Vaudeville d'une farce parade, Le sommeil de Vénus, Jugement de Pâris, Les mirlitons, Le bonnet de Lise, Les couples assortis, L'enfant précoce, La fausse prude, Le jaloux dupé, La veuve consolée, Cantique sur Saint Roch, Couplet à madame***, qui s'appeloit Barbe, L'instant critique, Où allez-vous M. l'abbé?,Du Prévôt des Marchands, Philis demande son portrait, De tous les capucins du monde, Berger qu'as-tu fait de mon coeur?, Vous voulez me faire chanter, Que ne suis-je la fougère!, Ca n'durera pas toujours, Du Carillon de Dunkerque, Du haut en bas, Portrait du diable, Air particulier, La meunière, Rondeau, Vaudeville, Autres couplets, Air à faire, [...] 1 vol. in-32° (63 x 50 mm). Contemporary sheep. First miniature edition of this collection of texts by three 18th century chansonniers, all three represented in profile in an engraving on the title page. These small volumes were much sought after for the suggestive songs they contained. The copy has an engraved frontispiece depicting a gallant scene titled "Ma pinte et ma mie" and serving as an illustration for the first song entitled: "Lheureuse médiocrité" to the tune of "La Bonne Aventure, ô gai!" ". Alexis Piron (1689-1773), Charles Collé (1709-1783) and Pierre Gallet (1698-1757), playwrights and authors of popular songs, were all three members of the famous Société du Caveau. The latter was created in 1729 in Paris by Pierre Gallet himself and brought together authors and lovers of songs, books and wine twice a month in the lower room of a cabaret rue de Buci. Non-exhaustive table of songs: L'heureuse médiocrité, Conseil aux belles, Le bouquet, A une jolie soeur du pot, Le chasseur aux abois, Le réveil-matin, La leçon maternelle, Entendons-nous, Le curé de Pomponne, L'ami complaisant, Chanson historique, Avis à une cruelle, A une dame déguisée en homme, L'amant consolé, La paix du ménage, L'hirondelle de carême, L'heureux caractère, Manon Frelu, Le petit écot de la Grand'Pinte, Chanson érotico-bachique, Sur l'entrée d'un ambassadeur turc dans Paris, L'heureux savetier, La friande, Agnès épelant, Leçon de trictrac, Vaudeville, Robin turelure lure, A Suzon, Le meâ culpâ, La sagesse à la mode, Les raretés, La craintive rassurée, L'âge d'or, La vendangeuse, Chacun à son tour, Le sommeil profond, Le grand chorus de Cythère, Ronde à danser, Branle à danser, Vaudeville d'une farce parade, Le sommeil de Vénus, Jugement de Pâris, Les mirlitons, Le bonnet de Lise, Les couples assortis, L'enfant précoce, La fausse prude, Le jaloux dupé, La veuve consolée, Cantique sur Saint Roch, Couplet à madame***, qui s'appeloit Barbe, L'instant critique, Où allez-vous M. l'abbé?,Du Prévôt des Marchands, Philis demande son portrait, De tous les capucins du monde, Berger qu'as-tu fait de mon coeur?, Vous voulez me faire chanter, Que ne suis-je la fougère!, Ca n'durera pas toujours, Du Carillon de Dunkerque, Du haut en bas, Portrait du diable, Air particulier, La meunière, Rondeau, Vaudeville, Autres couplets, Air à faire, [...]

[MINUSCULE / MINIATURE BOOK].

Le bijou des enfans pour l'année 1817.

Paris, Chez Janet Libraire Rue St Jacques N°59. 1816 1 vol. in-32° (28 x 19 mm) de : 64 pp. (dont titre et table) ; 8 planches. Reliure en maroquin rouge grain long à décors dorés, tranches dorées, étui dans le même style imitant un livre.

Charmant almanach minuscule destinés aux enfants contenant 8 chansons accompagnées de leur gravure suivi des devises pour les demoiselles ainsi que pour les garçons: Sans les doux plaisirs de lamour, le printemps na pas de beaux jours p. 20; Que mon destin serait heureux si jétais votre amoureux p.25; Peut-on garder sa liberté lorsque lon voit votre beauté? p. 26. Louvrage se termine par un calendrier de lannée 1817. Lillustration se compose de 8 planches à pleine page illustrant chacune des chansons présentes dans la première partie de louvrage. L'un des plus petits formats jamais publié pour un livre d'enfant. Exemplaire superbement relié. 1 vol. in-32° (28 x 19 mm). 8 engr. plates. Long grain red morocco binding with richly gilded, golden edges, housed in a case in the same style imitating a book. Charming tiny almanac intended for children containing 8 songs accompanied by their engraving followed by the mottos for the young ladies as well as for the boys: Sans les doux plaisirs de lamour, le printemps na pas de beaux jours" p.20 (translated : "Without the sweet pleasures of love, spring has no good days"); Que mon destin serait heureux si jétais votre amoureux p.25 (translated : "How happy would my fate be if I were your lover") ; Peut-on garder sa liberté lorsque lon voit votre beauté? p. 26 (translated : "Can we keep your freedom when we see your beauty?"). The book ends with a calendar for the year 1817. The illustration consists of 8 full-page plates illustrating each of the songs in the first part of the book. One of the smallest formats ever released for a children's book. Superbly bound copy.

[NOX]

[MODELES DE CARTES POSTALES /AQUARELLES] [POST CARDS MODELS / WATERCOLOURS

SLSD (début 20éme). 255 dessins au lavis, photographies et ébauches allant de 54 x 116 mm à 288 x 184 mm. Rangés dans une boite.

Important lot de modèles originaux de cartes postales réalisées au lavis sur papier fort. Quelques-unes portent la signature "Nox", sans doute le pseudonyme de l'artiste. Ils représentent en majorité des paysages de campagne, villages, églises, maisons sous la neige, des lacs, des rivières, des ponts et parfois quelques villageois. La collection comporte aussi des fleurs, des chats, et une série sur Venise. Sont présents aussi des clichés préparatoires et des encadrements peuvent être ronds, ovales, carrés ou en trou de serrure. Rare témoignage de cet art aujourd'hui disparu. 255 wash drawings, photographs. 54 x 116 mm to 288 x 184 mm. Important set of original models of postcards made with watercolor on strong paper. Some bear the signature "Nox", probably the pseudonym of the artist. They mostly represent country landscapes, villages, churches, houses under the snow, lakes, rivers, bridges and sometimes some villagers. The collection also includes flowers, cats, and a series on Venice. Also present: preparatory clichés and frames may be round, oval, square or keyhole. Rare testimony of this art today disappeared.

[OZANNE (Nicolas ou Pierre).]

[Amsterdam - Scène dactivité maritime / Maritime scene].

SLND [Amsterdam circa 1780]. 1780 1 feuille de papier vergé 18éme (145 x 215 mm.) Dessin à l'encre et lavis d'encre en 3 tons (noir, bleu, sépia). Cadre en bois doré. Etiquette d'exposition au revers.

Beau lavis d'encre en 3 tons, finement exécuté, représentant un quartier dAmsterdam, uvre de Pierre ou Nicolas Ozanne vers 1780. Placé face à lintersection de deux voies de navigation, lartiste a représenté au premier plan deux marins en habits de pêche, à bord d'une petite embarcation, accostant un pieu d'amarrage. Sur la gauche, des " tjalks " ( navires fluviaux aux formes arrondies à l'avant et à l'arrière) sont stationnés au pied dune rangée de bâtiments bordant un canal. Les façades sont typiques des étroites maisons à étages de la cité, avec leur potence en bois fixée au faîte permettant le chargement des marchandises dans les greniers. Au pied des maisons, des marins circulent sur des passerelles de bois sur pilotis donnant accès aux bateaux. Au fond, au-dessus des toits, on distingue à peine la silhouette du clocher de la " Westerkerk ". Édifice caractéristique par sa structure pyramidale à étages qui demeure l'un des points de repère de la ville dAmsterdam depuis sa construction achevée en 1631. Au centre, une chaloupe manuvrée à 4 avirons s'engage dans le canal aux eaux tranquilles. Sur la droite, un navire arborant le pavillon des Pays-Bas est accosté le long d'un quai de bois. À terre, des dockers actionnent une machine de charge constituée d'une poutre horizontale pivotant sur un mât central et équipée de poulies et d'une roue à rayons. Daprès nos recherches, le quartier de la ville qui correspond le mieux à ce dessin est lintersection de la rivière Amstel avec le canal Zwanenburgwal. (Position du clocher, largeur du canal, habitations sur la gauche, quai dégagé sur la droite, architecture des maisons subsistant). Le papier vergé utilisé est datable de la seconde moitié du 18éme siècle. Travaillant en 3 tons (encres noire, bleue et sépia), lartiste a saisi chaque détail de cette scène dactivité portuaire avec un il de marin, proportionnant avec exactitude chaque élément de la dizaine de navires et embarcations représentés. En bas à gauche subsiste les traces dune signature ou légende devenues illisibles. Cependant, le sujet, le souci du moindre détail (forme des coques, gréements, accastillage) ainsi que les encres utilisées et le style typique permettent didentifier un travail de Pierre Ozanne (1737-1813) (ou de son frère Nicolas), célèbres pour leur uvre maritime et les "60 vues des ports de France" (1775) réalisées à la demande du roi. A notre connaissance, aucune représentation de la célèbre cité hollandaise par Pierre Ozanne ou par son frère Nicolas (1728-1811) nest connue. Cependant, parmi les gravures de navires publiées par Pierre Ozanne figurent des navires hollandais. 1 laid paper sheet (145 x 215 mm). Ink and wash drawing with 3 tones (black, blue and sepia). Beautiful ink wash drawing of Pierre or Nicolas Ozanne, finely executed, representing a district of Amsterdam. Facing the intersection of two shipping lanes, the artist has represented two sailors in the foreground in fishing clothes, aboard a small boat, docking a mooring stake. On the left, some "tjalks" (river vessels with rounded shapes at the front and rear) are stationed at the foot of a row of buildings bordering a canal. The facades are typical of the city's narrow two-storey houses, with their wooden gallows fixed to the ridge allowing the loading of goods in the attics. At the foot of the houses, sailors are passing by on wooden walkways on stilts giving access to the boats. In the background, above the roofs, you can barely make out the silhouette of the bell tower of the "Westerkerk". Characteristic building by its pyramidal structure with stages which remains one of the landmarks of the city of Amsterdam since its construction which was completed in 1631. In the center, a rowboat maneuvered with 4 oars engages in the canal. On the right, a ship flying the flag of the Netherlands is docked alongside of a wooden quay. On the land, dockworkers operate a loading machine consisting of a horizontal beam pivoting on a central mast and equipped with pulleys and a spoke wheel. According to our research, the part of town that best matches this drawing is the intersection of the Amstel river with the Zwanenburgwal canal. (Position of the bell tower, width of the canal, houses on the left, open quay on the right, architecture of the remaining houses). The laid paper used in this drawing can be dated back to the second half of the 18th century. Working with 3 tones (black, blue and sepia inks), the artist captured every detail of this maritime scene with a sailor's eye, accurately proportioning each element of the ten ships and boats represented. At the bottom left, there are traces of a signature or legend which have become illegible. However, the subject, the attention to the smallest detail (shape of the hulls, rigging, fittings ...) as well as the inks used and the typical style allow to identify a work of Pierre Ozanne (1737-1813) (or his brother Nicolas) , famous for their maritime work and the "60 views of the ports of France" (1775) produced at the request of the king. To our knowledge, no representation of the famous Dutch city by Pierre Ozanne or by his brother Nicolas (1728-1811) is known.

[P. L'EPLATTENIER].

Carnet de dessins d'un voyageur en Suisse et en Italie.

Suisse et Italie, s.d. circa 1930. 1930 1 vol. in-4° oblong (226 x 300 mm.) de : [15] ff. comportant 41 dessins légendés de paysages Suisses et Italiens (à pleine page, à demi-page ou à quart de page) exécutés à lencre de chine et à laquarelle dont un autoportrait de lartiste (1 à 3 dessins par page) ; 20 photos signées par "P. Le Plattenier" (de 65 par 71 mm. à 95 par 65 mm.); 1 carte dépliante in-fine. Inscription au crayon gris sur la page de garde Mlle. Vannereau. Étiquette de la papeterie Baumann-Jeanneret au dos du premier plat. Reliure d'époque à la japonnaise en tissu bleu orné de fleurs relié avec un cordon de soie, papier bristol épai.

Charmant carnet de dessins à lencre de chine et à l'aquarelle et de tirages photographiques signés, travail original réalisé par un artiste voyageur au cours de son périple en Suisse italienne et au nord de lItalie dans les années 1930. Le carnet est composé de 41 dessins légendés et de 20 photos doeuvres en noir et blanc, représentant des villes et villages de la Suisse italienne: Tessin, Lausanne, Brig, Ascona, Lugano, Brissago, Locarno, Sogogno, Losone, Ponte Brolla, Brissago et Centovalli ainsi que des villes dItalie du Nord: Domodossola et San Roco. Les dessins (1 à 3 par page) sont exécutés directement sur le papier. Certains sont commentés avec humour: Et le Tessin eut plus de poid et Ma petite attraction, mais il y a le Paris Calais. Lauteur maîtrise parfaitement la technique du dessin à lencre de chine ce qui laisse penser quil sagit dun illustrateur professionnel. Il représente des paysages, des villages, ainsi que des scènes animées quil dessine parfois avec humour: habitants au travail ou assis à la terrasse dun café, femmes sur une balançoire, scène de marché, balade sur leau à bord dun vaporetto, lavandière affairée au bord dun ruisseau... Parmi ces dessins figure un autoportrait de lartiste, pipe à la bouche, boite de couleurs et carnet de croquis sur un genou, pinceau à la main, sous le regard dune femme et de deux enfants. Les tirages photographiques contrecollés sur les pages correspondent aux lieux visités et leur style est similaire aux dessins. Certains sont totalement imbriqués dans le sujet. Ils portent la signature P. L'Eplattenier, suggérant quil sagit du même auteur que ceux des dessins. La famille LEplattenier, originaire de Neuchâtel (Suisse), compte notamment un artiste célèbre: Charles LEplattenier (1874 - 1946) connu pour avoir travaillé avec larchitecte Le Corbusier (1887 - 1965). Une carte en couleur recto-verso montée sur onglet représentant la Suisse et l'Italie est placée à la fin du carnet permet de localiser les lieux visités par lartiste. Aucune date nest visible, mais des indices nous permettent de situer la réalisation de ce carnet vers le milieu des années 1930: habits, train, voiture, bateau... Au dos du premier plat est apposé létiquette de la papeterie Baumann-Jeanneret, fondée à Genève en 1910, chez qui lartiste sest procuré ce joli carnet relié à la japonaise, recouvert de toile bleue à décor floral. Pittoresque témoignage dune époque et de sa joie de vivre.

[PLAUTIUS (Caspar)].

Nova typis transacta navigatio Novi orbis Indiae Occidentalis... nunc primum e variis scriptoribus in unum collecta...

[Linz], 1621. 1621 1 vol in-folio (315 x 197 mm) de: 1 titre gravé ; [3] ff. ; 102 pp. ; [3] ff. (dont 1 schéma gravé sur bois à pleine page) ; 18 planches gravées à pleine page numérotées et 1 à demi page. La planche représentant Christophe Colomb avec une carte du monde est signée Wolfgang Kilian. (Traces de mouillures, quelques comblements discrets de galeries de vers). Plein vélin d'époque, dos à nerfs titré à l'encre, encadrement de filets à froid sur les plats avec, frappés à l'encre noire, un médaillon central représentant l'insigne de l'abaye Benedictine de Michaelbeuern (diocèse de Salzbourg) sur le premier plat, et un autre de leurs armes sur le second, tranches rouges, traces de lacets.

Édition originale, deuxième tirage de cette fameuse relation des missionnaires bénédictins qui ont accompagné Christophe Colomb lors de son second voyage vers les Amériques. Bien que jalonné de récits miraculeux, à commencer par la messe célébrée par saint Brendan sur le dos d'une baleine (pl. 2), le récit est plein de détails authentiques des coutumes, de la flore et de la faune des Caraïbes et de ses produits agricoles. Un spécimen de musique est donné aux pages 35-36. L'auteur accuse les récits du protestant de Brys d'être remplis de mensonges, et il insiste sur les cruautés barbares des indigènes à l'appui de la notion que Satan aurait régné sur les religions amérindiennes. Seule la première gravure est signée, par Wolfgang Kilian (1581-1662), maître-graveur d'Augsbourg, mais les autres sont de style comparable et ont probablement été également exécutés par lui. La planche de Kilian montre un portrait complet de Colomb sous un globe ou une carte circulaire, avec l'inscription "Almirante de nauios par las Indias". Bel exemplaire. 1 vol in-folio. 19 leaves of plates. Engraved emblematic title, 19 folding, woodcut diagrams in text. Plate of Columbus with a map of the world, signed by Wolfgang Kilian. Contemp. vellum. First Edition, second issue of this famous relation of the Benedictine missionaries who accompanied Columbus on his second voyage to the Americas. Although laced with miraculous accounts, beginning with the mass celebrated by St. Brendan on the back of a whale (pl. 2), the narrative is full of authentic details of Caribbean customs, flora and fauna, and agricultural products. A specimen of music is given on pp. 35-36. The author accuses the Protestant de Brys' accounts of being filled with lies, and dwells on the barbaric cruelties of the natives in support of the notion that Satan ruled the native American religions. Only the first engraving is signed, by Wolfgang Kilian (1581-1662), Augsburg master-engraver, but the others are comparable in style and were probably also executed by him. Kilian's plate shows a full length portrait of Columbus under a globe or circular map, with the inscription Almirante de nauios par las Indias.

[PRESTET, (Jean)].

Elémens de mathématiques ou principes généraux de toutes les sciences qui ont les grandeurs pour objet. Contenant une méthode courte et facile pour comparer ces grandeurs et pour découvrir leurs rapports par le moyen des caractères des nombres et des lettre de l'alphabeth. Dans laquelle les choses sont démontrées selon l'ordre geometrique, et l'annalyse rendue beaucoup plus facile, et traittée plus à fonds que l'on a fait jusqu'ici.

Paris, André Pralard, 1675. 1675 1 vol. in-4° (250 x 180 mm.) de : [8] ff. ; 418 pp. ; 2 tableaux dépliants. Pleine basane d'époque, dos à nerfs orné et titré à l'or, tranche jaspées rouge. (Rares rousseurs ou taches, petites restaurations de papier).

Édition originale de ce texte dû à Jean Prestet (1648-1691), dans lequel ce mathématicien qui fut lélève de Nicolas Malebranche (1638-1715) donne la première démonstration (page 368) de la "règle des signes" que Descartes avait énoncé sans justification dans sa Géométrie en 1637. Leibnitz avait bien indiqué un élément de démonstration, mais il ne la donna pas réellement. Prestet reconnu que sa propre démonstration était insuffisante et il fallut attendre 1828 et les travaux de Gauss avant d'en avoir une démonstration plus poussée. Jean Prestet originaire de Chalon-sur-Saône, était un prêtre oratorien et mathématicien. Dans ses « Éléments de mathématiques », son uvre majeure, il cherche à fonder les mathématiques sur larithmétique et lalgèbre plutôt que sur la géométrie. Prestet a passé sa jeunesse à composer son ouvrage, sous la direction de Malbranche (de 1670 à 1675). Le Privilège est daté du 27 septembre 1672, l'enregistrement du 21 octobre 1675 et l'achevé d'imprimer du 20 novembre 1675. L'ouvrage est dédié au Supérieur général de l'Oratoire, A. de Sainte- Marthe, et la dédicace signée J. P., alors que le titre ne comporte aucun nom d'auteur. Louvrage est divisé en deux parties : la première traite des opérations arithmétiques et algébriques sur les nombres entiers, les fractions, les puissances, les radicaux, ainsi que les proportions et certaines de leurs applications (comme la règle de compagnie), et les logarithmes. La seconde partie explique ce que Prestet appelle les fondements de l'analyse, c'est-à-dire la théorie algébrique des équations, l'analyse diophantienne, et contient aussi un chapitre de combinatoire. Le texte est illustré de 2 tableaux dépliants. Prestet produisit une seconde édition en 1689, puis une troisième en 1701. Son uvre manuscrite est totalement disparue. On a mention d'un traité de géométrie par la correspondance entre Malebranche et Charles René Reyneau (1656-1728). Le seul autographe de sa main connu des historiens est sa lettre à Leibniz de 1675. Bel exemplaire de cet important traité, conservé dans sa reliure dépoque. 1 vol in-4°. 2 fold. tables. Contemp. sheep.Original edition of this work due to Jean Prestet (1648-1691), in which this mathematician who was the student of Nicolas Malebranche (1638-1715) gives the first demonstration (page 368) of the "rule of signs" that Descartes had stated without justification in his Geometry in 1637. Leibnitz had clearly indicated a demonstration element, but he did not really give it. Prestet recognized that his own demonstration was insufficient and it was not until 1828 and Gauss's work before having a further demonstration. Jean Prestet native of Chalon-sur-Saone, was an oratorian priest and mathematician. In his "Elemens de Mathematiques", his major work, he seeks to base mathematics on arithmetic and algebra rather than geometry. Prestet spent his youth composing his work, under the direction of Malbranche (from 1670 to 1675). The Privilege is dated September 27, 1672, the recording of October 21, 1675 and the completed printing of November 20, 1675. The work is dedicated to the Superior General of the Oratory, A. de Sainte-Marthe, and the dedication signed JP, while the title has no author name. The work is divided into two parts : the first deals with arithmetic and algebraic operations on numbers, integers, fractions, powers, radicals, as well as proportions and some of their applications (such as the rule of companionship), and logarithms. The second part explains what Prestet calls the foundations of analysis, that is to say the algebraic theory of equations, the Diophantine analysis, and also contains a chapter of combinatorics. The text is illustrated with two fold. tables. Prestet produced a second edition in 1689, then a third in 1701. His manuscript work has totally disappeared. There is mention of a treatise on geometry by him in the correspondence between Malebranche and Charles Rene Reyneau (1656-1728). The only autograph of his hand known to historians is his letter to Leibniz of 1675. Fine copy of this important treatise, preserved in its period binding.

[PÉZENAS (Esprit)]

Astronomie des marins, ou Nouveaux élémens d'astronomie a la portée des marins [...].

Avignon, Chez la Veuve Girard, Imprimeur-Libraire, 1766. 1766 1 vol. in-8° (201x 130 mm.) de : [2] ff. (f.t., t.), xx, 366 pp., [1] ff., 35 pp. de tables, [1] pp., et 8 planches gravées dépl. in fine. Pleine basane mouchetée d'èpoque, filet doré encadrant les plats avec fleurons aux angles, dos lisse orné de motifs floraux et titre dorés, tranches rouges, roulette sur les coupes, gardes de papier marbré.

Édition originale de cet ouvrage consacré à l'astronomie nautique. Né à Avignon, le père jésuite Esprit Pézenas (1692-1776) professa d'abord la philosophie et les mathématiques à Aix-en-Provence, puis se rendit à Marseille où il enseigna l'hydrographie de 1728 à 1749 et y dirigea l'observatoire. Il était membre correspondant de l'Académie des sciences de Paris. 1 vol. in-8°. Contemp. Sheep. Original edition. Born in Avignon, Father Jesuit EspritPézenas (1692-1776) first professed philosophy and mathematics at Aix-en-Provence, then went to Marseille where he taught hydrography from 1728 to 1749 and directed the local observatory. He was corresponding member of the Academy of Sciences of Paris.

[RELATIONS DE JESUITES EN ORIENT COELHO (Gasparo)]

Lettera annale portata di novo dal Giapone da i Signori Ambasciatori delle cose iui successe lanno MDLXXXII.

Venice, Gioliti, 1585. 1585 1 vol in-8° (152 x 102 mm) de: 103 pp. (Vignettes, bandeaux et lettrines gravés). (Quelques salissures et infimes traces de mouillures). Plein vélin ancien de réemploi, dos lisse muet, tranchefils traversant les coiffes, tranches rouge.

Première édition d'une lettre écrite par Gasparo Coelho, datée du 13 février 1582. Coelho était vice-provincial de la mission jésuite au Japon, basée à Nagasaki. Streit décrit une autre édition imprimée par le même éditeur la même année, mais avec le titre suivant: "Lettera annale scritta di novo dal Giapone, delle cose iui succese l'anno MDLXXXII". La présente édition n'est pas listée dans Streit. Louvrage a été publié la même année à Rome (par Francesco Zannetti) et à Milan (Appresso Pacifco Pontio). Une édition française, traduite par Michel Coyssard, a été publiée à Paris en 1586, et une traduction allemande a été publiée à Dilingen en 1586. Cordier Japonica 78; De Backer & Sommervogel II, 1267; voir Streit IV: 1637. 1 vol in-8°. Re-used vellum. First edition of a letter written by Gasparo Coelho, dated 13 February, 1582. Coelho was Vice-provincial of the Jesuit mission in Japan, based in Nagasaki. Streit describes another edition printed by the same publisher in the same year, but with the following title: Lettera annale scritta di novo dal Giapone, delle cose iui successe lanno MDLXXXII. The present edition is not recorded in Streit. This work was also published that same year in Rome (by Francesco Zannetti) and Milan (Appresso Pacifco Pontio). A French edition, translated by Michel Coyssard, was published in Paris in 1586, and a German translation was published in Dilingen in 1586.

[SIMOND (Louis)].

Voyages d'un français en Angleterre pendant les années 1810 et 1811.

A Paris, chez Treuttel et Würtz, libraires, rue de Bourbon, n° 17, 1816. 1816 2 vol. in-8° (224 x 137 mm) de : 1 frontispice ; [2] ff. (faux-titre, titre), xi pp., 525 pp. ; 1 frontispice ; [2] ff. (faux-titre, titre), 450 pp., 15 planches hors texte (13 gravurées à l'aquatinte et 2 tableaux) et 13 vign. dans le texte. Cartonnage de papier rose d'époque.

Edition originale de cette intéressante relation de voyage au Royaume Uni au début du 19ème siècle rédigée anonymement et sous la forme d'un journal, comportant de nombreuses informations sur les moyens de transport, les institutions, la politique, la culture, l'agriculture ou encore le commerce. Avec des précisions dignes d'une véritable étude ethnographique, agrémentée de savoureuses anecdotes sur la cuisine anglaise mais aussi la pratique de la boxe. Louvrage présente également un ntéressant petit texte sur les Etats unis (p. 329 à 347 du T. 1) ainsi que délégantes illustrations dans et hors texte. Curieux ouvrage peu commun regorgeant dinformations dintérêt sur la culture anglaise. inconnu de Barbier. Et de Tulard et Garnier. 2 volumes, 8°. Engraved frontispieces, engraved plates and tables. Original pink boards, spines gold-stamped. First edition in French, translated by the author, with plates engraved by Tiringer, after Müller and Simond.

[TUCKER (John Goulston Price)]. [AMÉRIQUE du SUD / URUGUAY].

A NARRATIVE OF THE OPERATIONS OF A SMALL BRITISH FORCE, UNDER THE COMMAND OF BRIGADIER-GENERAL SIR SAMUEL AUCHMUTY, EMPLOYED IN THE REDUCTION OF MONTE VIDEO, ON THE RIVER PLATE, A.D. 1807. By a Field Officer on the Staff. Illustrated with a Plan of the Operations.

London, Printed for John Joseph Stockdale,1807. 1807 1 vol. in-4° (262 x 210 mm.) de: 60 pp., 1 carte gravée en frontispice avec serpente d'origine. (carte rognée court par le relieur à gauche touchant une lettre). Cartonnage demi-vélin de lépoque, dos lisse titré à l'encre brune.

Rare exemplaire de cette relation rédigée par un officier sur le terrain, attribuée à John Goulston Price Tucker, de la prise de Montevideo par Samuel Auchmuty en 1807. Cette attaque sinscrit dans une série d'incursions britanniques en Amérique du Sud au début du XIXe siècle. Auchmuty avait initialement pour mission de reprendre Buenos Aires, qui avait été brièvement sous contrôle britannique. Tenu en échec dans sa mission, il décide dattaquer à proximité de Montevideo, ville beaucoup moins fortifiée que Buenos Aires. Louvrage contient le récit des opérations et le texte de l'ordre général d'Auchmuty déclarant la victoire. Une annexe donne la version d'Auchmuty des événements, avec les noms des Britanniques blessés et tués, les prises faites à Montevideo et les procédures connexes devant le Parlement. Le plan gravé placé en frontispice montre la région géographique, avec la délimitation des mouvements de troupes britanniques. Sabin, 51819 ; Alberich, 1248. 1 vol. in-4°. 1 engr. map. Contemp cardboard binding. Rare copy of the first and only édition of this work written by a field officer, attributed to John Goulston Price Tucker, of the capture of Montevideo by Samuel Auchmuty in 1807. Auchmuty (1758-1822) was born in New York, from a family of loyalists, was the son of the Rector of Trinity Church. This attack is part of a series of British incursions in South America in the early Nineteenth century. Auchmuty's initial mission was to retake Buenos Aires, which had been briefly under British control. Held in check in his mission, he decides to attack near Montevideo, a city much less fortified than Buenos Aires. The book contains the narrative of the operations and the text of Auchmuty general order of declaring the victory. An appendix gives Auchmutys version of the events, with the names of the British employed in the attack and those who were killed, the catches made at Montevideo and the related proceedings in Parliament. The engraved plan placed as a frontispiece shows the geographical area, with the delimitation of the movements of British troops.

ACOSTA (Emmanuel d').

Histoire des choses memorables, sur le faict de la religion chrestienne, dictes & executées és pays & royaumes des Indes Orientales. Par ceux de la Co[m]pagnie du nom de Iesus, depuis lan 1542. jusques à présent. Avec certaines epistres notables, & concernant es l'estat des affaires du pays Japon. Traduit du Latin de Jean Pierre Maffeo, en François: Par M. Edmond Auger de la Compagnie du nom de Jésus.

Lyons, Benoist Rigaud, 1571. 1571 1 vol. in-8° (168 x 110 mm.) de : [20] ff. (titre, privilége, epistre, au lecteur, table, ff. blanc avec motif gravé), 91 ff., [1] f. (errata). Plein vélin ancien, dos lisse titré à l'encre, traces de lacets. (Tache d'encre en haut de la 1ere garde, petite mouillure à l'angle inférieur des ff. 1 à 8, quelques ff. roussis).

Edition originale en français d'une insigne rareté de « Historia da missões do Oriente » du père jésuite portugais Emmanuel d' Acosta (1541-1604). Lauteur rassembla les lettres de religieux non encore publiées relatant les premiers contacts entre les civilisations occidentale et orientale, dont celles du père François Xavier qui introduisit le christianisme au Japon en 1549. A partir de ces récits épistolaires, il produisit le premier travail historique sur le sujet que constitue le présent ouvrage. Le texte original en portugais ne fut jamais publié. Cependant, une traduction en latin faite à Rome par le père Maffei (1536 -1603), sous le titre « Rervm a Societate Iesv in oriente gestarvm ad annvm vsqve à Deipara Virgine M.D.LXVIII » fut publié à Dillingen par Sebald Mayer, la même année que la présente édition Lyonnaise en Français due au père Emond Auger (1530- 1591, confesseur du roi Henri III). L'ouvrage du père dAcosta est divisé en 4 parties contenant une quarantaine de lettres de missionnaires d'Orient rédigées entre 1548 et 1564, concernant majoritairement le Japon. Sy trouvent notamment deux lettres de François Xavier, l'une de Malacca datée de juin 1549, l'autre de Kagoshima du mois de novembre de la même année, relatant les premiers contacts entre les missionnaires et la population locale japonaise. D'autres lettres parlent de façon détaillée de la religion et du gouvernement japonais, ainsi que de la manière qu'avaient les missionnaires d'instruire et de convertir les japonais. Exemplaire très désirable, conservé dans son vélin dorigine en parfait état. Cordier Japonica, 61. 1 vol. 8vo. Contemp. vellum, ink title. Original edition in French of utmost rarity of Historia da missões do Oriente » by the Portuguese Jesuit Emmanuel d 'Acosta (1541-1604). The author collected the unpublished letters relating the first contacts between Western and Eastern civilizations (including those of Father Francis Xavier, who introduced Christianity to Japan in 1549) These letters gaves him the matérial to produce this first historical work on the subject. The original Portuguese text was never published, but a Latin translation made in Rome by Father Jean-Pierre Maffei (1536-1603), under the title "Rervm a Societate Iesv in oriente gestarvm ad annvm vsqve at Deipara Virgine MDLXVIII" was published at Dillingen by Sebald Mayer, the same year as the present Lyon edition in French by Father Emond Auger (1530-1591, confessor to King Henry III). DAcosta's work is divided in four parts containing about forty letters of Eastern missionaries written between 1548 and 1564, mostly concerning Japan. It includes two letters from father François Xavier, one from Malacca dated June 1549, the other from Kagoshima in November of the same year, recounting the first contacts between the missionaries and the Japanese population. Other letters discuss in detail the religion and government of Japan, as well as the missionaries' way of instructing and converting the Japanese.

ACOSTA (Jose de).

Historia naturale, e morale delle Indie; scritta dal R.P. Gioseffo di Acosta Della Compagnia de Giesù; Nellaquale si trattano le cose notabili del Cielo, & de gli Elementi, Metalli, Piante, & Animali di quelle: i suoiriti, & ceremoni: Leggi, & governi, & guerre degli Indiani. Novamente tradotta della lingua Spagnola nella Italiana da Gio. Paolo Galucci Salodiano Academico Veneto.

In Venetia [Venise], Presso Bernardo Basa, All'Insegna del Sole. M D XCVI [1596]. 1596 1 vol. in-4° (227 x 163 mm.) de : [24] ff. (Titre, Dédicace, Au lecteur, Table), 173 ff. (f. 168 noté 167, sans incidence sur le texte). Nombreux ornements de bois gravé. Plein vélin ancien à recouvrement, dos lisse titré à l'encre. (Petite mouillure d'angle interne sur les tous premiers ff., rares rousseurs, quelques comblements de trous de vers marginaux).

Première édition italienne de ce rare ouvrage dû à l'un des premiers véritables américanistes, Jose de Acosta (Medina, 1539 Salamanque, 1600). Lédition originale espagnole fut publiée à Séville en 1590. Il sagit du premier travail important sur les Indes occidentales : le Nouveau Monde. En 1569, Acosta quitte l'Espagne pour le Pérou, où les Jésuites s'étaient établis l'année précédente et où il devait occuper la chaire de théologie de Lima. En 1571, il se rend à Cuzco en tant que visiteur du collège des Jésuites qui venait d'y être fondé. Il retourne à Lima, trois ans plus tard, pour occuper de nouveau la chaire de théologie, et y est élu provincial en 1576. Il fonde un certain nombre de collèges, dont ceux d'Arequipa, de Potosí, de Chuquisaca, de Panama et de La Paz. À son retour en Espagne en 1588, il gagne les bonnes grâces de Philippe II en l'entretenant de ce qui regardait le Nouveau Monde. Le présent ouvrage, qui traite de l'histoire naturelle et philosophique du Nouveau Monde, acquit rapidement une grande popularité qui lui valut des traductions dans de nombreuses langues européennes, une version latine fut intégrée à la collection des Voyages de De Bry (Frankfort, 1602). Provenance : ex-libris gravé. Bel exemplaire. JCB I, p.339; Palau 1991; Sabin 124. 1 vol. 4to. Antique full vellum, ink title. First Italian edition, translated by Giovanni Paolo Galucci Salodiano. Acosta was one of the first Europeans to provide a detailed image of the physical and human geography of Latin America; his studies of the Indian civilizations of the New World were a major source of information for several centuries. He may, indeed, be called the first of the true Americanists. Fine copy.

APRES DE MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste d').

Instructions sur la navigation des Indes Orientales et de la Chine, pour servir au Neptune Oriental, Dédié au Roi, Par M. D'Après de Mannevillette, Chevalier de l'Ordre du Roi, Capitaine des Vaisseaux de la Compagnie des Indes, Correspondant de l'Académie Royale des Sciences, & Associé de l'Académie Royale de Marine. [Suivi de / With] Supplément au Neptune Oriental, par feu M. D'Après de Mannevillette.

A Paris, chez Dezauche, Géographe, Successeur des Srs Del'Isle & Phil buache, premiers Géographes du Roi a de l'Académie Royale des Sciences ; seul chargé de l'Entrepôt général des Cartes de la Marine du Roi, rue des Noyers. 1775 (Instructions) ; A Paris, Chez Demonville, Imprimeur-Libraire de l'Académie Françoise, rue Christine ; et à Brest, Chez Malassis, Libraire & Imprimeur de la Marine, 1781. (Supplément). 1775 2 parties en 1 vol. in-4° (260 x 211 mm.) de : [2] ff. (Titre, Au Roi) ; XV (Table, Extraits des Registres de l'Académie Royale de Marine) ; LVIII (Préface) ; 574 pp. ; [7] ff. (Tables de variations, Avis au relieur pour l'ordre des cartes du Neptune Oriental) ; XX pp. (Titre, Avis de l'édteur, Vie de l'auteur) ; 52 pp. Pleine-basane d'époque, dos à nerfs orné, titre de marroquin rouge, tranches rouges. (Coiffes et épidermures du dos discrètement restaurées. Traces de mouillure à l'angle supérieur gauche au début du livre et aux derniers ff.).

Édition originale in-quarto de ces Instructions couplée avec le Supplément, du célèbre géographe du roi, Après de Mannevillette (1708-1780). Ouvrage de la première importance pour son époque, ces « Instructions » sont écrites en complément au « Neptune Oriental », et plus précisément de sa seconde édition enrichie. Elles diffèrent du « Supplément au Neptune », et sont indépendantes du routier, publié pour la première fois en 1745. DAprès de Mannevillette était le fils dAprès de Blangy, qui fut chargé par la Compagnie des Indes française détablir ses premiers comptoirs à Pondichéry et au Bengale en 1720, et son fils laccompagna dans son voyage et témoignant très tôt un grand intérêt pour la navigation et lhydrographie. Il marqua également une grande curiosité pour les nouvelles techniques, comme loctant qui lui permit de faire des relevés beaucoup plus précis. Il ne cessa jamais denrichir ces deux ouvrages (Instructions et Neptune), rapportant dans un premier temps les corrections quil réalisa à partir des relevés quil fit lors de ses voyages, puis celles auxquelles il eût accès en tant que responsable du Dépôt des Cartes et Plans de la Compagnie des Indes (à partir de 1762). Il joint (pp. 563-574) un très intéressant : "Mémoire sur la carte des Mers de la Chine par M. Alexandre Dalrymple, écuyer." 2 parts in 1 vol. 4to. Contemporary sheep (water stains). Capital work for its time, these Instructions completes the Neptune Oriental, a coastal pilot, by the same author, first published in 1745. Après de Mannevillette never stopped enhancing these two works, transferring the corrections first due to his own observations, then to the one reported by other sailors (being from 1762 in charge of the Dépôt des Cartes et Plans of the East India Company). Fine copy. Polak, 130.

AUBUISSON DE VOISINS (Jean-François d').

Traité de Géognosie, ou exposé des connaissances actuelles sur la constitution physique et minérale du globe terrestre.

Paris, Chez F. G. Levrault, 1828-35. 1828 3 vol. in-8° (212 x 130 mm.) de : I. XLVII (dont faux titre, titre et discours préliminaire) ; 524 pp. (dont table) ; 1 planche en couleur dépliante et 1 tableau dépliant ; II. VII ; 650 pp. (dont table) ; 8 planches dépliantes ; III. [2] ff. (faux titre, titre) ; 672 pp. (dont table) ; 9 planches dépliantes. Demi-veau brun d'époque, dos lisse orné et estampé, pièces de titre noir, tranches peintes en jaune.

Édition la plus complète de cet ouvrage fondamental dû au géologue français Jean-François d'Aubuisson de Voisins (1769-1841), avec lajout dun volume et de 15 planches supplémentaires à son édition de 1819. Premier " Wernerien français ", Aubuisson avait adopté la théorie de son professeur et maître, le minéralogiste et géologue allemand Abraham Gottlob Werner (1749-1817). Werner prône la stratification de la formation de la Terre, en particulier de la croûte terrestre, théorie connue sous le nom de neptunisme, basée sur la généralisation d'observations et de conceptions minières connues sur les dépôts en veines hydrothermales. Premier ouvrage français sérieux consacré à la géologie, le présent traité marque la transition du neptunisme vers des théories scientifiquement plus fondées : Aubuisson sécarte des théories de Werner pour se rallier à une origine volcanique du basalte. En récompense pour ses travaux, il est nommé en 1821 correspondant de l'Académie des sciences pour la section Minéralogie. Liconographie de louvrage est composée de cartes géologiques détaillées, de vues et de coupes stratigraphiques, dont : 1 tableau dépliant pour la mesure des hauteurs à l'aide du baromètre, 1 grande planche aquarellée dépliante, 1 planche montrant la coupe du sol de l'Angleterre depuis le pays de Galles jusqu'à Londres, 1 vue géologique gravée par Ch. Ransonnette fils. Bel exemplaire, très frais. 3 vol. in-8°. 17 plates (one hand colored). Contemp. half calf. Fine fresh copy of the most complete edition of this major work by the French geologist Jean-François d'Aubuisson de Voisins (1769-1841), with the addition of 1 volume and 15 plates to his 1819 edition. First "French Wernerian", Aubuisson adopted the theory of his teacher and master, the German mineralogist and geologist Abraham Gottlob Werner (1749-1817). Werner advocated the stratification of the Earth's formation, in particular of the Earth's crust, known as neptunism, a theory based on the generalization of observations and known mining designs on deposits in hydrothermal veins. First serious French work devoted to geology, the present treatise marks the transition from neptunism to more scientifically founded theories: Aubuisson departs here from Werner's theories to rally to a volcanic origin of basalt. As a reward for his work, in 1821 he was appointed correspondent of the Academy of Sciences for the Mineralogy section. The iconography of the work is made up of detailed geological maps, views and stratigraphic sections, including: 1 folding table for the measurement of heights using the barometer, 1 large folding watercolor board, 1 board showing the section of the soil of England from Wales to London, 1 geological view engraved by Ch. Ransonnette fils.

BECQUEY (Louis).

Rapport au Roi sur la navigation intérieure de la France.

Paris, imprimerie royale, 1820. 1820 1 vol. in-4 (266 x 210 mm) de : [4] ff. (faux titre sur cartonnage éditeur conservé, 2 ff. blancs, titre); 75 pp. (dont 22 tableaux à pleine page); 1 grande carte dépliante colorisée à la main. Demi-veau postérieur à coin, plats recouverts de papier marbré, dos à nerfs, pièces de titre de maroquin rouge.

Edition de 1820 de ce rapport très complet de Louis Becquey (1760 - 1849), ouvrage recherché pour sa très belle carte de France dépliante et coloriée. Magistrat, parlementaire et haut-fonctionnaire sous la Restauration, Becquey est un des acteurs majeurs de la création dun système de navigation intérieur visant à procurer à la France un réseau complet de communication par voie navigable, le « Plan Becquey ». Les ports maritimes, les phares, les mines sont également l'objet de son action comme directeur général des Ponts & Chaussées et des Mines. Par ses différentes actions novatrices, il participe à la réindustrialisation du pays. Bel exemplaire très frais et complet de sa carte. Edition of 1820 of this very detailed report by Louis Becquey (1760 - 1849), sought-after work for its very beautiful fold-out and colored map of France. Magistrate, parliamentarian and senior civil servant under the Restoration, Becquey was one of the major players in the creation of an inland navigation system aimed at providing France with a complete inland waterway communication network, the "Plan Becquey". Seaports, lighthouses and mines are also the object of his action as general manager of Bridges & Roads and Mines. Through its various innovative actions, he participated in the reindustrialization of the country. Beautiful, very fresh and complete copy of his card.

BERCHERE (Narcisse).

Bateaux de pêcheur et voiliers à marée basse, Ile de Majorque, environs de Valldemossa.

1847. 1847 1 feuille (315 x 285 mm.), dessin au crayon et à l'aquarelle signé et daté. Cadre doré moderne, inscription manuscrite au dos.

Joli dessin figurant une scène maritime, exécuté au crayon et à l'aquarelle par le peintre Narcisse BERCHERE (1819-1891) en 1847. Cet artiste orientaliste, formé par l'école des beaux-arts de Paris, effectue de longs voyages en Provence et en Espagne (1847). Spécialisé dans les paysages, il visite l'Égypte, l'Asie mineure et l'Archipel grec en 1849-1850 et expédie alors de Grèce ses premières toiles au Salon de Paris. En 1856, il revient en Égypte et traverse le désert du Sinaï avec son ami Léon Belly. Les deux hommes, accompagnés de Jean-Léon Gérôme et d'Auguste Bartholdi, remontent ensuite la vallée du Nil (juillet-octobre 1856). Ferdinand de Lesseps confie à Berchére en 1860 la mission de retracer en peinture les différentes étapes du percement du canal de Suez. C'est à cette époque qu'il expédie à Eugène Fromentin de nombreuses lettres qui seront publiées en 1863. En 1869, il est invité à l'inauguration du canal de Suez. Certaines de ses uvres sont conservées au musée municipal d'Étampes (Essonne). La présente aquarelle représente des bateaux de pêcheurs et leurs équipages sur une plage aux environs de Valldemossa (inscription manuscrite au dos de lencadrement), village portuaire situé sur la côte ouest de l'île de Majorque (Baléares). La scène nous montre les marins afférés autour dun foyer, au pied de leurs navires échoués, dont les voiles sont en partie carguées. 1 sheet (315 x 285 mm.), Pencil and watercolor drawing signed and dated. Nice drawing depicting a maritime scene, executed in pencil and watercolor by the painter Narcisse BERCHERE (1819-1891) in 1847. This orientalist artist, trained by the School of Fine Arts in Paris, made long trips to Provence and Spain (1847). Specializing in landscapes, he visited Egypt, Asia Minor and the Greek Archipelago in 1849-1850 and then sent his first paintings from Greece to the Paris Salon. In 1856, he returned to Egypt and crossed the Sinai desert with his friend Léon Belly. The two men, accompanied by Jean-Léon Gérôme and Auguste Bartholdi, then went up the Nile valley (July-October 1856). Ferdinand de Lesseps entrusted Berchére in 1860 with the task of retracing in painting the different stages of the boring of the Suez Canal. It was at this time that he sent Eugène Fromentin many letters which were published in 1863. In 1869, he was invited to the inauguration of the Suez Canal. Some of his works are kept at the municipal museum of Etampes (Essonne). This watercolor represents fishing boats and their crews on a beach around Valldemossa (handwritten inscription on the back of the frame), a port village on the west coast of the island of Mallorca (Balearic Islands). The scene shows the sailors affixed around a hearth, at the foot of their stranded ships, the sails of which are partly loaded.

BERTIUS (Petrus).

Tabularum geographicarum contractarum libri septem.

Amsterdam: Jodocus Hondius. 1616 7 parties en 1 vol in-8° oblong (130 x 200 mm.) de : [8] ff. (titre gravé et 7 ff. préliminaires) ; 829 pp. (dont 220 cartes et planches coloriées à la main pour la plupart) ; [10] pp. (table et f. de privilèges). (Léger brunissement, taches occasionnelles). Plein vélin d'époque, dos lisse muet, traces de lacets. (Marques de pliures aux plats, accident à un coin, reliure non restaurée conservée dans un emboitage recouvert de toile brune avec pièce de titre de cuir noir).

Première édition due à Hondius de cet exemplaire provenant de la collection de trois générations de cartographes français : GILLES ROBERT DE VAUGONDY (1688-1766) et DIDIER ROBERT DE VAUGONDY (1723-1786), importants cartographes français; André-Charles-François Mercier du Rocher (1753-1816), avocat français, révolutionnaire, homme politique (bon d'achat daté de 1782). L'ouvrage comprend 220 cartes gravées pour la plupart coloriées à la main, dont 4 cartes du monde et 15 relatives aux Amériques. «Sous le nom de cet obscur imprimeur de Middelburg (c'est-à-dire Barent Langenes) tombe une série d'atlas, de loin le meilleur de cette bibliographie. Parce que le Caert-Thresoor a été imprimé pour la première fois par Barent Langenes et que cet atlas de petit format a eu une histoire intéressante, les éditions ultérieures, publiées par Cornelis Claesz et Jodocus Hondius, sont toutes regroupées sous une seule rubrique: Langenes. Des graveurs célèbres comme Petrus Kaerius et Jodocus Hondius j'ai découpé les plaques. Des érudits comme Petrus Bertius et Jacobus Viverius ont édité le texte. Les petites cartes ont servi à de nombreuses autres fins dans d'autres livres publiés à Amsterdam. Leur contenu reflète le niveau de la cartographie à Amsterdam au tournant du siècle, où des informations à jour sur les régions nouvellement découvertes étaient facilement disponibles »(Koeman p. 252). «Après la mort en 1609 de Cornelius Claesz, le [sic] publié du Caert-Thresoor, l'uvre de Bertius fut entièrement remodelée. Il a ensuite été publié par Jodocus Hondius II, avec toutes les cartes nouvellement gravées, de taille légèrement plus grande. De toute évidence, Hondius n'avait pas acquis les planches originales. Il a également dû faire un nouveau frontispice. L'ouvrage était divisé en sept «livres», dédiés au roi Louis XIII de France Avec les nouvelles planches, l'uvre était certainement améliorée et jouissait d'une demande croissante du public, qui avait le choix entre l'Atlas mineur de Mercator et le Tabularum Geographicum de Bertius » (Koeman II, p. 258). Provenance: NICOLAS SANSON (1600-1667), «le fondateur de lécole française de cartographie», avec son ex-libris sur la page de titre : «Ex Libris Nicolas Sanson dAbbeville». Au-dessus de cette inscription, Sanson a écrit «Livre quy mest deffendu dinterpreter». Une note ultérieure en latin par A.C.F. Mercier note lachat de ce livre lors de la vente des effets ménagers de Didier Robert de Vaugondy en 1782. 1 vol. in-8° oblong. 220 maps in text, most maps coloured in outline by a contemporary hand. Contempoary vellum. 7 parts in 1 vol. First Hondius edition with a distinguished provenance from the collection of three generations of French cartographers: GILLES ROBERT DE VAUGONDY (1688-1766) and DIDIER ROBERT DE VAUGONDY (1723-1786), important French cartographers; André-Charles-François Mercier du Rocher (1753-1816), French lawyer, revolutionary, politician (purchase note dated 1782). The work includes 220 engraved maps mostly handcolored in outline including 4 world maps and 15 relating to the Americas. (Some light browning and occasional staining.) Under the name of this obscure printer of Middelburg (i.e. Barent Langenes) falls a series of atlases, easily the best in this bibliography. Because the Caert-Thresoor was first printed by Barent Langenes and because this small-size atlas has had an interesting history, the later editions, brought out by Cornelis Claesz and Jodocus Hondius, are all listed together under one heading: Langenes. Famous engravers like Petrus Kaerius and Jodocus Hondius I cut the plates. Scholars like Petrus Bertius and Jacobus Viverius edited the text. The small maps served many other purposes in other books published in Amsterdam. Their contents refect the level of cartography in Amsterdam at the turn of the century, where up-to-date information on newly discovered regions was readily available (Koeman p. 252). After the death in 1609 of Cornelius Claesz, the published [sic] of the Caert-Thresoor, the work of Bertius was entirely reshaped. It was then published by Jodocus Hondius II, with all the maps newly engraved, slightly larger in size. Obviously Hondius had not acquired the original plates. He also had to make a new frontispiece. The work was divided into seven books, dedicated to King Louis XIII of France With the new plates, the work was certainly improved and enjoyed an increasing demand by the public, which had the choice between Mercators Atlas Minor and Bertiuss Tabularum Geographicum (Koeman II, p. 258). Provenance: NICOLAS SANSON (1600-1667), the founder of the French school of cartography, with his ex-libris inscriptions on title-page and front free endpaper Ex Libris Nicolas Sanson dAbbeville. Above the inscription on the free endpaper Sanson has written Livre quy mest deffendu dinterpreter. A later note in Latin by A.C.F. Mercier notes his purchase of this book at the sale of the household effects of Didier Robert de Vaugondy in 1782.

BETHENCOURT (Jean de) / [BERGERON, Pierre].

I. Histoire de la Premiere Descouverte et Conqueste des Canaries. Faite des l'an 1402 per Messire Jean de Bethencourt . . . plus Un Traicte de la Navigation et des Voyages de Descouverte & Conqueste modernes, & principalement des Francois. Paris, Michel Soly, 1630. II. Traicte de la Navigation et des Voyages de Descouverte & Conqueste modernes, & principalement des Francois. Avec une exacte et particuliere description de toutes les Isles Canaries, les preuues du temps de la conquests d'icelles, & la Genealogie des Bethencourts & Braquemons. Le tout receuilly de divers

Paris, Michel Soly, 1629. 1629 2 parties reliées en 1 vol. in-8° (175 x 115 mm.) de : [10] ff. ; 208 pp. (dont 1 portrait gravé en p. 4) ; [6] ff. de table ; II. [6] ff. dont 1 blc. ;303 pp. Plein vélin d'époque, dos lisse titré à l'encre, traces de lacets. (Taches et défauts d'usage, manques en bordure des contre-gardes).

Bel exemplaire de cet Americana de toute rareté, bien complet de ses deux parties, unique édition de la toute première publication française consacrée à lhistoire des explorations maritimes. Ce remarquable ouvrage, aussi rare sur le marché que ses contemporains « Champlain » ou « Lescarbot », est méconnu de nombreux bibliophiles. Le premier texte, qui relate la conquête des Canaries par Jean de Béthencourt, en 1402 [-22], fut rédigé par 2 chapelains de la famille : Pierre Bontier et Jean le Verrier. Le second est consacré essentiellement aux premiers navigateurs et explorateurs français, réunis par léditeur Pierre Bergeron. Béthencourt, normand, originaire de Grainville en pays de Caux sembarque en 1402 pour La Rochelle, puis lEspagne avant de cingler vers les Canaries avec deux navires. Louvrage relate dans le détail, par de courts chapitres, chaque étape du voyage et de la conquête de larchipel par lintrépide aventurier. Un très joli portrait gravé de lexplorateur, avec son blason, fait face au premier chapitre et une large table analytique achève louvrage. Bien quoccasionnellement mentionné comme un travail séparé (notamment par Penrose and Borba de Moraes), il est évident que le Traicté des Navigations », tant par son propos que par son contenu, est lié au premier ouvrage, lequel le mentionne expressément dans son titre. Le traité des navigations et des voyages de Pierre Bergeron est un remarquable historique du monde de lexploration aux premiers temps des découvertes, surtout focalisé sur les périples des français. Il souvre sur une étude détaillée des différentes méthodes de navigation : compas, quadrant, longitudes se référant à Gilbert, Plancius et Stevin ainsi quà dautres sources anciennes. Des chapitres traitent en détail des expéditions en Nouvelle France du Sieur de Mont, Lescarbot, Poutrincourt, Champlain, Cartier, Alfonce... sont aussi relatées les voyages français en Floride de Sebastien Gavot et Jean Ribaut ainsi que la funeste expédition de Laudonnière. Dautres explorateurs européens sont traités, dont les plus connues des expéditions espagnoles, portugaises et anglaises, ainsi que celles des russes, des suédois et des hollandais, pas seulement aux Amériques mais aussi en Chine, au Japon, au Tibet et dans des parties de lEurope... sont ainsi relatées les relations telles [que] la découverte du Brésil, les explorations de Vespucci, et plus tard les expéditions de Villegagnon... Exemplaire conservé dans sa reliure en vélin, non restaurée. 2 parts in 1 vol. 12mo. Jean de Bethencourt's portrait by Balthasar Moncornet. Original velum. Fine copy of this scarce Americana, complete with the 2 parts and portrait, only edition of the very first French publication dealing with the history of maritime explorations. The texts of the first part were compiled by Pierre Bergeron: it's a very complete history of world exploration at the age of discovery, concentrated on French' voyages, including Jacques Cartier du Mont, Lescarbot, Poutrincourt, Champlain... The work also includes the discovery of Brazil, the voyages of Vespucci, and the French settlements in Guanabara and Maranhão. The second part, written by Pierre Bontier and Jean le Verrier, is an account of the conquest of the Canary Islands by Jean de Bethencourt. With an amazing portrait.

BEUDANT (F.-S.).

Traité élémentaire de minéralogie.

Paris, Chez Verdière, 1824. 1824 1 vol. in-8° (213 x 135 mm.) de : [2] ff. (faux titre, titre) ; VI (préface) ; 856 pp. ; un tableau dépliant des minéraux et 10 planches dépliantes. Plein veau marbré de l'époque, dos orné de couronne surmontant deux C entrelacés, pièce de titre rouge, filets sur les plats, plats aux armes royales de France, tranches peintes, cachet rouge de la Bibliothèque royale sur la page de titre (coins discrètement restaurés).

Édition originale rare de ce traité devenu très rapidement un classique de la minéralogie (autre édition: 1830). François Sulpice Beudant (17871850) est un éminent géologue et chimiste. Il succède à son maître Haüy à la chaire de minéralogie et géologie de la faculté des sciences de Paris en 1822. En 1824, date à laquelle paraît son traité, il est élu membre de l'Académie des sciences. Cet ouvrage traite en détail des formes, structures et propriétés des minéraux. Lillustration se compose dun tableau périodique dépliant répertoriant les espèces minérales en 3 classes distinctes : Gazolytes, Leucolytes et Chroïcolytes et de 10 planches dépliantes illustrant, avec beaucoup de précision, les formes des minéraux ainsi que les instruments de mesures utilisés à lépoque. Provenance : bibliothèque du Roi (blason doré armorié sur les plats et cachet rouge de la bibliothèque royale sur la page de titre). Bel exemplaire. 1 vol. in-8°. Full contemporary calf. Rare first edition of this treatise which very quickly became a classic of mineralogy (other edition: 1830). François Sulpice Beudant (1787 - 1850) is an eminent geologist and chemist. He succeeded his master Haüy at the chair of mineralogy and geology at the Paris Faculty of Sciences in 1822. In 1824, the date on which his treaty appeared, he was elected a member of the Academy of Sciences. This book deals in detail with the shapes, structures and properties of minerals. The illustration consists of a folding periodic table listing the mineral species in 3 distinct classes: Gazolytes, Leucolytes and Chroïcolytes and 10 folding plates illustrating, with great precision, the shapes of minerals as well as the measuring instruments used at the time. Fresh interior, some rare freckles or spots. Provenance: King's library (golden coat of arms on the covers and red stamp of the royal library on the title page). Beautiful copy.

BIGOT DE MOROGUES (Sébastien-François).

Tactique Navale ou Traité des Evolutions et des Signaux.

A Paris, Chez H. L. Guérin & L. F. Delatour, 1763. 1763 1 vol. in-4° (298 x 225 mm.) de: [2] ff. (faux-titre, titre en rouge et noir), x pp. (dédicace, table des chapitres, Rapport de messieurs les Commissaires), 481 pp., (1) ff. ("Figures de la tactique navale"), 49 planches hors-texte contenant 133 figures. 2 bandeaux gravés. Plein veau glacé d'époque, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin havane, triple encadrement de filets dorés sur les plats, double filet doret sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées. (Coiffes et mors discrétement restaurés).

Édition originale de cet important ouvrage qui recense en détail tous les signaux de nuit et de jour utilisés dans la marine de guerre. Cet ouvrage fit lobjet dune deuxième édition à Amsterdam en 1764 (en français). Avant de le publier, Bigot de Morogues a utilisé son manuscrit pendant quelques années pour instruire les gardes de la marine de Brest. Sébastien-François Bigot de Morogues (1705-1781), fils d'un commissaire de la marine, entre en 1723 dans le régiment royal dartillerie. Il passe ensuite dans la marine en 1736, sert sur le "Bourbon" (qui périt en 1746 sur les côtes de la Martinique), et devient capitaine de vaisseau en 1756. En 1759, il commande le "Magnifique", formant l'arrière-garde de l'escadre du maréchal de Confians destinée à un débarquement en Écosse, et soutient seul, le 20 novembre, jour de la bataille de Quiberon, le choc de trois vaisseaux anglais. Les solides connaissances dont il fait preuve, tant dans l'artillerie que dans la marine, le font pressentir à plusieurs reprises pour le ministère de la marine ; mais cette nomination n'aboutit jamais. Nommé inspecteur d'artillerie de marine en 1771, il finit ensuite sa vie sur ses terres. Ses capacités lui permirent de composer des ouvrages pratiques de conception et d'exposition claires, qui firent longtemps autorité ; de même, il est à l'origine de l'Académie de Marine constituée définitivement en 1752, et dont il fut le premier directeur. Louvrage se divise en deux parties : la première traite des évolutions navales et la seconde des signaux et ordres généraux (de jour, de nuit, par temps de brume) qu'une armée navale doit connaître et exécuter. Empreint du formalisme de la tactique navale européenne, louvrage est caractéristique des techniques de combat de lépoque. Résultat dune volonté de prudence, on a voulu éviter les manuvres de débordement aléatoires. Les tentatives de concentration contre la flotte adverse deviennent de plus en plus rares et lon impose la rigidité de la ligne de file et la discipline du feu. Les batailles se résument en dinterminables évolutions pour profiter du vent, suivies dune canonnade stérile entre deux lignes parallèles. Ce formalisme règne surtout en France depuis le traité de 1696 du père Hoste, mais aussi en Espagne et, dans une moindre mesure en Angleterre. Il conduit à une déviation stratégique, la « non-bataille » qui contribue à développer la passivité des officiers. Un des exemplaires imprimé sur grand papier, très frais. 1 vol. 4to. 49 engraved plates. Title in red and black. Contemporary full calf. First edition of this important treatise with a detailled list of the all day and night signals used in Navy. Fresh copy in a fine contemporary binding. Polak 826 - Scott 316 - Brunet VI, 8517. 1 vol. in-4 °. 49 plates with a total of 133 figures. 2 engraved headbands. Contemp. Calf. First edition of this important work which lists in detail all the night and day signals used in the navy. Before publishing it, Bigot de Morogues used his manuscript for a few years to instruct the naval guards of Brest. Sébastien-François Bigot de Morogues (1705-1781), son of a naval commissioner, entered the Royal Artillery Regiment in 1723. He then went to the navy in 1736, served on the "Bourbon", and became captain in 1756. In 1759, he commands the "Magnifique", forming the rear guard of the squadron of the marshal of Confians destined for a landing in Scotland, and supports alone, November 20, day of the battle of Quiberon, the shock of three English ships. His solid knowledge of both the artillery and the navy has made him think several times about the ministry of the navy; but this nomination never succeeds. Appointed Inspector of Marine Artillery in 1771, he ended his life on his land. His abilities enabled him to compose practical works of clear design and exposition, which for a long time were authoritative; he is also at the origin of the Academy of Marine formed definitively in 1752, and of which he was the first director. The work is divided in two parts: the first deals with naval evolutions and the second general signals and orders (by day, by night, by fog) that a naval army must know and execute. Impressed by the formalism of European naval tactics, the work is characteristic of the technical fights of the time. As a result of a desire for prudence, we wanted to avoid random overflow maneuvers. Attempts to concentrate on the opposing fleet are becoming increasingly rare, and rigidity of the line and discipline of fire is imposed. The battles can be summed up in endless evolutions to take advantage of the wind, followed by a barren cannonade between two parallel lines. This formalism reigns especially in France since the treaty of 1696 of Father Hoste, but also in Spain and, to a lesser extent, in England. It leads to a strategic deviation, the "non-battle" which contributes to developing the passivity of the officers. One of the rare copies printed on large paper, very fresh.

BOITE (Gaston).

[Récit dun émigrant au Chili]. [Chili - French imigrant manuscript journal].

Ca. 1909. 1909 1 vol. in-8° (210 x 166 mm.) de 129 pp. manuscrites très lisible à lencre noire et brune numérotées, 1 cahier dérelié de [19] ff., [1] f. détaché. Carnet truffé de 3 billets de trolley pour aller de Valparaiso à Vina del Mare, 1 document de la municipalité de Santiago du 29 mai 1909 « Limpia de Acequia », 1 vignette publicitaire du quotidien Zigzag, 1 document de location au nom de Don BOITE Gaston daté du 29 juillet 1909, 1 « Telegrafo commercial », 13 timbres de poste, 5 timbres dimposition sur le tabac. 2 dessins et 1 plan dépl. Pleine toile dépoque grise, premier plat imprimé : « Notes ».

Passionnant récit de Gaston Boite, émigrant français qui part de la Rochelle pour le Chili au début du XXe siècle. Le journal commence ainsi : « Nous étions donc décidés à émigrer en Amérique et étions ce jour là logés à la Police, en face le bureau de la Pacific Stream Company, moi, ma femme et les deux filles, Hélène et Berthe, en compagnie de ma belle-mère ; et le samedi 14 Septembre, dès le matin, nous avons pu voir savancer majestueusement le paquebot « Orita » de 10.000 tonnes qui devait nous emmener. » Au début du siècle, se rendre au Chili tenait encore véritablement de laventure à la fois dans la traversée et dans linstallation au pays, et ce journal en donne une vision à la fois vivante, haute en couleurs et détaillée. La première partie est consacrée au voyage : Gaston Boite retrace les escales en sattachant aux différentes ambiances, dépeint les paysages et les conditions de vie à bord, rend compte des flux de passagers et de marchandises, dans une peinture où se mêlent les scènes plus ou moins rocambolesques à bord et dans les ports, notamment des scènes de vente à la sauvette, et des éléments plus précis sur les prix des différentes marchandises et les nationalités et milieux sociaux des passagers, le tout formant un témoignage précieux sur ces traversées au début du siècle. . Le bateau prend des passagers jusquau Portugal, fait escale en Afrique pour atteindre Valparaiso le 19 octobre 1908. En quittant le bateau, notre auteur laisse une marque de sa présence : « Naturellement, il va falloir en partant, laisser une petite méchanceté à notre brave cuisinier qui nous avait préparé de si bonnes purgations pendant notre voyage. Je clouais sur la porte un dessin représentant un cochon faisant la cuisine, accompagné de remerciements en espagnol au cuisinier. Et sur la porte de ma cabine, je crayonnais ladieu suivant : Ici, dans cette cellule Qui me paraît tant minuscule Se sont donné rendez-vous Les puces, les punaises et les poux Et ces maudites bestioles Sans doute de mon sang raffole Et ne me laissent de répit Pas plus le jour que la nuit Puis je reçois la visite De rats gros comme des lapins Qui viennent et sen vont bien vite Après avoir mangé mon pain Adieu, sans regret je te quitte A Valparaiso samedi, Ce jour, ce sera la fuite Adieu, paquebot maudit On nous invite à descendre, ce que nous faisons avec une joie non dissimulée. Nous donnons en passant nos noms aux délégués du gouvernement Chilien et nous nous traversons le pont volant Nous sommes au Chili !!! » (p. 42). De Valparaiso, où les passagers sont enregistrés selon leur nationalité, statut familial et éducation, Boite se rend à Santiago pour trouver du travail. Engagé très rapidement, il sinstalle donc avec sa famille dans la capitale. « Nous allons à Santiago commencer une vie nouvelle au milieu dune population dont nous ne connaissons ni la langue, ni les habitudes et bien souvent hostile aux étrangers ». Dans la deuxième partie, lauteur donne un aperçu du pays à sa manière à la fois précise - apportant des données concrètes et objectives, et très personnelle - sattachant à rendre les ambiances et donnant son point de vue qui nest pas toujours très nuancé. Il décrit les villes, Valparaiso et Santiago (système dégout, types de transport, habitations, etc.), et les habitants : « Insouciant, imprévoyant, il vit absolument au jour le jour et sans un sou à la maison. Ses vêtements déchirés, usés jusquà la corde, ses souliers au mont de piété, il trouve encore la force dêtre gai pourvu quil ait son allulla et quil puisse boire au robinet une gorgée deau fraîche. Et pour attendre le samedi, on trouvera bien un copain qui prêtera une chaucha (pièce de 20 centanos) pour acheter lallulla ou la sandia (pastèque) nécessaire à la vie. Il est orgueilleux et croit son pays et lui-même supérieur à tous. Il est hospitalier, et bandit, vous attaquera au coin dune rue pour vous dépouiller et si vous frappez à sa porte vous serez toujours accueilli et sous son toit serez sacré. Jen ai vu souvent mordre à belles dents un morceau de pain et donner ce qui reste à un passant ou mordre au même morceau chacun leur tour. ». Il passe en revue les industries et les commerces de tous types, sattardant longtemps sur les marchands itinérants qui proposent diverses sortes de nourriture, du tissu et autres peaux, du bambou, des billets de théâtre, des pierres pour paver les rues, des oiseaux, des fleurs, du café, des dindons, des meubles, etc. Il évoque également la place quoccupent dans la vie des Chiliens les fêtes de tous ordres, les pratiques religieuses et les superstitions, ainsi que limportance économique et sociale du clergé. On trouve des indications sur les autres administrations et services : concernant les habitations, la police et les pompiers, la Poste, les impôts, etc. Lensemble permet de se figurer la vie dans ce pays dadoption, et plus encore de connaître un point de vue et la manière dont les Européens pouvaient vivre lémigration. Intéressant témoignage de première main. p. 83-84 : « Le Chilien aime beaucoup les fêtes, il fête tout, tout est pour lui prétexte à fête. Toutes les fêtes religieuses sont pour lui prétexte à repose. () mais la fête nationale du 18 septembre est encore la mieux. Ces jours là, la populace se porte au parc Cousino, le bois de Boulogne de Santiago. Sont déjà arrivés, les marchands de bouffe naturellement (). » p. 92 : « Au Chili, il règne la liberté de conscience la plus absolue, mais la religion la plus répandue, on pourrait dire la seule pratiquée par les indigènes est le catholicisme. Les processions sont nombreuses et très suivies. » On distingue une nette hostilité contre la religion, qui sexplique peut-être par limportance que celle-ci occupe comme il lexplique : p. 100 : « Ces pauvres curés, ces pauvres moines, ces pauvres religieuses, possèdent je pense la moitié de Santiago, ou plutôt la moitié de la République. On ne pourrait marcher cent mètres sans rencontrer une église et annexés à léglise dimmenses corps de bâtiments servant décoles, douvroirs, dateliers ou de maisons de rapport. () Pauvres curés, et leur règne est loin dêtre fini si lon en juge quand on voit au-dessus de beaucoup de portes une image en tôle émaillée de Dieu, derrière chaque porte clouée un scapulaire et sur le meuble le plus en vue, souvent le seul, une emplâtre de Dieu ou dun Saint plus ou moins quelconque, encadrée de deux bougies quon tient toujours allumées. » Superstition : « Un Chilien qui souffre nest presque jamais malade, cest un sort quon lui a jeté : alors rien à faire, il est inutile de se soigner. » p.127 : « Un genre de commerce qui ma beaucoup plu est le suivant. Un lousitc coiffé dune moitié de lanterne vénitienne, se ballade sur lAlamenda en criant sa marchandise. Un client larrêtait et après des pourparlers , le marché conclu, le commerçant débite sa marchandise sous forme dune danse () se fait payer et sen va recommencer plus loin. » 1 vol. 8vo. 129 handwritten pp. [19] ll. 3 trolley tickets, stamps, official papers, etc. Contemporary cloth binding. Spirited narrative by Gaston Boite, French emigrant to Chile in the beginning of the 20th century. The journey from France to South America still was an adventure, for the crossing and the installation and this log gives a vivid picture of it. A fascinating story by Gaston Boite, a French emigrant who left La Rochelle for Chile at the beginning of the 20th century. The diary begins: "We were therefore determined to emigrate to America and that day were housed at the Police, across the Pacific Stream Company office, me, my wife, and the two girls, Hélène and Berthe, in the company of my step mother ; and on Saturday the 14th of September, in the morning, we were able to see majestically the "Orita" liner of 10,000 tons which was to take us. At the beginning of the century, traveling to Chile was still truly adventurous both in crossing and settling in the country, and this newspaper gives a vision that is both lively, colorful and detailed. The first part is devoted to the journey: Gaston Boite retraces the stops by focusing on different atmospheres, depicts the landscapes and living conditions on board, reports the flow of passengers and goods, in a painting where the scenes are mixed more or less incredible on board and in the ports, including scenes of sale on the sly, and more precise elements on the prices of the various goods and the nationalities and social backgrounds of the passengers, all forming a precious testimony on these crossings at the beginning of the century.

BOTTA (Charles).

Histoire de la Guerre d'Indépendance des Etats-Unis d'Amérique.

Paris, J.G. Dentu, 1812-1813. 1812 4 vol. in-8° (206 x 133 mm.) de : I. [3] ff., xc, 409 pp., [1] f. ; II. [2] ff., 593 pp. ; III. [2] ff., 603 pp. ; [2] ff., 550 pp. 1 portrait, 12 cartes. Demi veau d'époque, plats recouverts de papier marbré, tranches marbrées, dos à faux nerfs orné, pièces de titre et de tomaison de cuir bleu nuit.

Édition originale en français considéré comme l'un des travaux majeurs de l'époque sur la guerre d'indépendance américaine. Cet ouvrage constitue luvre la plus connue de Charles Botta. Cet historien piémontais, né en 1766 à St-Georges en Piémont, mort à Paris en 1837, est dabord médecin (il travailla notamment en tant que médecin militaire dans larmée italienne), puis mène une carrière politique en France (il fait partie du Corps législatif pendant les Cent jours) avant de se voir décerner le poste de recteur de lAcadémie de Nancy. Il remplit les mêmes fonctions à Rouen jusquen 1822. Cest parce que son approche de lhistoire était influencée par son expérience dhomme politique et la connaissance des enjeux de son temps que lon a pu le comparer à son illustre prédécesseur, Guichardin pour lequel écrire lhistoire revenait à comprendre les enjeux du présent. " LIndépendance des colonies que possédaient lAngleterre sur le continent américain, est sans contredit, après la révolution française, lévénement le plus mémorable du dix-huitième siècle. Il a exercé la plume dun grand nombre décrivains " (Cf : Introduction de L. De Sevélinges). Bel exemplaire dans sa jolie reliure d'époque, intérieur très frais. 4 vols. in-8°. 1 portrait, 12 maps. Contemporary half calf. First French edition of this treatise considered as one of the most important of this time dealing with American Revolution. It is Charles Botta's (1766-1837) famous work. This historian was a physician before having a political career in France. Because he was influenced as an historian by his political experience, he has been compared with Guichardin, the famous Italian historian and politician, contemporary of Machiavel. Fine copy in a nice contemporary binding.

BOUCHER de PERTHES.

De l'Homme antédiluvien et de ses oeuvres.

Paris, 1860. 1860 1 vol in-8° de : [2] ff., 99 pp., [1] ff. 3 planches. Envoi manuscrit de l'auteur à l'encre brune sur la p. de garde. (Rousseurs éparses). Broché (couverture imprimée éditeur).

Édition originale de ce texte fondateur de la science Préhistorique, dû à Jacques Boucher de Perthes (1788-1868), prononcé lors de la séance du 7 juin 1860 de la Société impériale d'émulation. Elle est illustrée de 2 planches représentant des outils : « Emmanchement probable des haches et autres outils de silex antédiluviens » et d'une coupe géologique : « coupe réduite du terrain de Menchecourt près Abbeville » lithographiées dans le texte. Avec sa théorie de l'existence d'un homme antédiluvien, lauteur s'attire les foudres de la communauté scientifique. Il faudra attendre 1866 et les découvertes d'Henry Testot Ferry pour que les scientifiques commencent alors à se rendre compte de l'importance de l'oeuvre de Boucher de Perthes, malheureusement très peu de temps avant son décès. Exemplaire enrichi d'un envoi de l'auteur à M. Cornuau, Préfet de la Somme. Bel exemplaire dans son brochage éditeur. Petit tirage, rage sur le marché. 1 vol in-8°. 3 plates. Presentation copy. Unbound. First edition of this founding text of the prehistoric science, due to Jacques Boucher de Perthes (1788-1868), pronounced during the session of June 7th, 1860 of the Imperial Society of emulation. The work is illustrated with two plates representing tools: "Probably out of axes and other tools of antediluvian flints" and a geological section: "reduced cut of the Menchecourt ground near Abbeville" lithographed in the text. With his theory of the existence of an antediluvian man, the author attracts the wrath of the scientific community. It was not until 1866 and the discoveries of Henry Testot Ferry that scientists began to realize the importance of Boucher de Pertheswork, unfortunately very shortly before his death. Nice copy in its publisher cover. Provenance: Mr Cornuau, prefect of the Somme (handwriting of the author). Published at a few copies. Rare on the market.

BOUGAINVILLE (Hyacinthe Yves Philippe Potentien, Baron de)

Journal de la navigation autour du globe de la frégate la Thétis et de la corvette l'Espérance, pendant les années 1824, 1825 et 1826. Publié par ordre du Roi sous le auspices du Département de la Marine...

Paris, Arthus Bertrand, 1837. 1837 2 vol in-quarto (305 x 235 mm) de: viii, 742 pp., xvi, 351, 165 pp., [1] ff. (errata). + 1 atlas in-plano (540 x 375 mm) de: [1] ff. (titre) et 56 planches montées sur onglet, dont 34 lithographies sur chine contrecollées, 12 planches d'histoire naturelle aquarellées (oiseaux, kangourou, papillons, plantes et animaux divers), 8 cartes et profils des côtes sur double page, 1 grande carte dépliante du voyage, 1 planche de navires aquarellée, [1] ff. (table des planches). Plein maroquin violine dépoque, dos lisses ornés et titrés à lor, frises dorée encadrant les plats, « Donné par le Roi au capitaine de corvette H. Paquet » inscrit en lettres dor dans un losange sur les premiers plats des 3 volumes. (Défauts d'usage, coiffes discrètement restaurées et une arrasée, coins supérieurs du faux titre du tome 2 restaurés et quelques mouillures).

Édition originale de cette relation de voyage du baron de Bougainville, fils du célèbre Antoine-Louis de Bougainville. Elle est due au navigateur Edmond Bigot de la Touanne, au naturaliste Lesson. Cette relation est l'une des plus intéressante du début du XIXe siècle car elle contient le premier itinéraire français de Valparaiso à Buenos Aires et de longues descriptions de l'Océanie. Latlas comporte 56 planches lithographiées, dont 34 vues, 10 plans et cartes à double page et 12 planches en couleurs représentant oiseaux, papillons et plantes ainsi que le fameux « Hétéradelphe Ake ». Borba de Moraes I, p. 115. Ferguson II, 2236. 2 quarto vol. of text + 1 folio atlas. 56 plates, maps and plans mounted on guards, comprising 34 lithographed views and portraits, 12 hand-colored engraved natural history plates after, double-page hand-colored aquatint of various native vessels, folding engraved map, 2 double-page coastal profiles and 6 double-page engraved maps and charts. Contemp. blue calf, upper covers with central on laid presentation calf label gilt-lettered Donné par le Roi au Capitaine de Corvette H. Paquet, fat spines gilt-lettered, blind-stamped anchor tools. Provenance: Lieutenant Commander H. Paquet (binding). First edition of this nicely illustrated work on the French circumnavigation under command of Baron De Bougainville, son of the greatexplorer Louis de Bougainville. His orders were to re-establish diplomatic tieswith Cochin China, and call on Bourbon Island (Réunion), Pondicherry,Manila, and Macao. Other places visited were Singapore, Batavia, Port Jackson,Valparaiso, and Rio de Janeiro. The lithographed views were made by Bichebois,Sabatier, and Bayot after designs by E.B. de Touanne, and produced by the Parisfirm Bernard et Frey. They show views and costumes of India, the Philippines,China (3), Cambodia (4), Java, Sidney and Australia (7), Chile (8), Rio de laPlata (3), and Brazil (6). The fine colour-printed engraved plates by H.Legrand, Massard, Coutant, and Dumesnil, after designs by Prêtre, and P.Bessa, show plants and animals, including a curious case of Siamese twins, theAustralian kangaroo, two beautiful plates of the Australian parrot, and a finecolour-plate with butterflies. The double-page maps and plates were all engravedby Amboise Tardieu, mostly after designs by E.B. de la Touanne, and include afolding double-page map of the world, comprising the route of the voyage of Bougainville as well as the earlier route of the voyage by La Perouse, 2 double-page plates with views of the coast-lines of the Maldives and the Philippines, and a beautiful hand-coloured plate with sailing ships and rowingboats in use in the Chinese Sea and Indian Ocean by China, Manilla, the Dutch East-Indies, and Japan. Fine copy.

BOUGUER (Pierre).

Entretiens sur la cause de linclinaison des orbites des planètes. Où l'on répond à la Question proposée par l'Académie Royale des Sciences, pour le sujet du Prix des années 1732. & 1734. Seconde édition dans laquelle on a saisi l'occasion d'examiner quelle est l'étendue du méchanisme ou des lois de physique.

Paris, Jombert, 1748. 1748 1 vol. in-4° (246 x 194 mm.) de : [2] ff. (titre, privilège) ; 140 pp. ; 2 planches dépliantes, culs de lampe, bandeau et vignette sur le titre. Brochage d'époque de papier marbré, dos lisse muet.

Seconde édition (1ère: 1734), actualisée, des théories sur la cause linclinaison des orbites des planètes exposées par Pierre Bouguer devant lAcadémie des Sciences. Pierre Bouguer (1698-1758), nommé hydrographe royal au Havre en 1730, puis attaché à l'Académie en qualité d'associé géomètre, fut envoyé en 1735 au Pérou avec Godin et La Condamine pour mesurer un degré du méridien sous l'équateur. Maupertuis, Clairaut, Camus et Lemonnier étaient chargés de la même mission en Laponie. Bouguer est lauteur de nombreuses publications scientifiques, dont «La Figure de la Terre, déterminée par les Observations de Messieurs Bouguer, & de La Condamine » (1749) . Bouguer est le premier à constater la déviation que l'attraction des montagnes fait éprouver au pendule. On lui doit, en outre, l'invention de l'héliomètre, servant à mesurer le diamètre et les distances des corps célestes. Enfin, il est le créateur de la photométrie, partie de la physique qui enseigne à mesurer l'intensité de la lumière. La présente seconde édition des « entretiens sur linclinaison des planètes » donne loccasion à Bouguer dactualiser ses théories sur le sujet et de les confronter à son expérience et aux publications intervenues depuis 1734. Extrait : « il est toujours très-certain que tout est actuellement disposé comme si la matière avait d'abord été mue selon une infinité de divers sens. Les parties qui forment chaque couche sphérique, ont dû s'obliger aisément par le choc à suivre exactement le même chemin ; c'est pourquoi toutes ces parties ont décrit presque dès le commencement, des cercles exactement parallèles. Mais il est évident que les couches n'ont pas pu assujettir de la même manière leurs voisines à prendre la même direction : Car elles ne peuvent agir que très-peu les unes sur les autres ; elles ne peuvent agir que par voie de friction, et que parce qu'il y a toujours entre elles, malgré l'extrême fluidité de l'éther, quelque espèce d'engrainement. Ainsi, quoique le mouvement des unes influe toujours un peu le mouvement des autres, et que leurs directions deviennent : continuellement plus conformes, il n'est point étonnant que nous remarquions encore aujourd'hui une grande obliquité dans tous les mouvements célestes ». Bouguer illustre son propos de démonstrations et équations mathématiques. Bel exemplaire, très frais. 1 vol in-4°. 2 fold. plates. Contemp. marlbled cover. Second edition (1st: 1734), updated, of the theories on the cause the inclination of the orbits of the planets exposed by Pierre Bouguer at the French Academy of Sciences. Pierre Bouguer (1698-1758), appointed royal hydrographer in Le Havre in 1730, then attached to the Academy as associate surveyor, he was sent in 1735 to Peru with Godin and La Condamine to measure a degree of the meridian under the equator. Bouguer is the author of numerous scientific publications, including "The Figure of the Earth, determined by the Observations of Messrs. Bouguer and La Condamine ..." (1749). Bouguer is the first to notice the deviation that the attraction of the mountains causes to pendulum. He is also credited with the invention of the heliometer, which is used to measure the diameter and distances of the celestial bodies. He is also the creator of the photometry, part of physics that teaches to measure the intensity of light.This second edition of the "Conversations on the Inclination of the Planets" gives Bouguer the opportunity to update his theories on the subject and to compare them with his experience and the publications that have been made since 1734. Extract: "... it is always very certain that everything is now arranged as if matter had first been moved according to an infinity of various senses. The parts which form each spherical layer, had to be easily forced by the shock to follow exactly the same path; that is why all these parts have described almost exactly from the beginning exactly parallel circles. But it is evident that the layers could not subjugate their neighbors in the same way in the same direction: for they can only act very little on each other; they can only act by friction, and because there is always between them, in spite of the extreme fluidity of the ether, some kind of engrainment. Thus, although the motion of some always influences the movement of others, and their directions become continually more conformable, it is not surprising that we still observe a great obliquity in all celestial movements. " Bouguer illustrates his subject of demonstrations and mathematical equations. Fine copy, very fresh.

BOURDET (M.).

Traité pratique des digues le long des fleuves et des rivières, auquel on a joint des regles touchant les épis, fascinages & réservoirs, &c. par M. Bourdet, éléve de l'Academie royale d'architecture de Paris, inspecteur général des hydrauliques de S.M. le Roi de Prusse.

Berlin, Paris, Ch. Ant. Jombert, 1773. 1773 1 vol in-12° (172 x 102 mm.) de : 164 pp., [2] ff. (table) et 9 planches dépliantes. Plein veau glacé d'époque, dos à nerfs orné, encadrement de filet doré sur les plats, roulette sur les coupes. (Coiffes discrétement restaurées, corps d'ouvrage frais).

Rare traité sur la construction des digues du à M. Bourdet (17191799), ingénieur et hydraulicien français de lAcadémie Royale dArchitecture de Paris, qui exerça surtout en Allemagne. Louvrage est dédicacé au Comte Othon de Podexils (17191781), ambassadeur Prussien. De tout temps, lhomme a cherché à retenir leau, la dériver, ou sen protéger, que ce soit pour naviguer, augmenter les surfaces agricoles ou bâtir, utiliser la force motrice de leau.... Ce traité aborde les questions de lintérêt des digues, le pourquoi de leur construction, leurs réparations en cas de rupture, les inconvénients et surtout les bénéfices pour lhomme autre que de sauver des vies, tous ces sujets sont détaillés dans les 19 chapitres, avec lappui de 9 planches de schémas dune grande précision. Provenance : Bramshill (ex-libris armorié au dos du 1er plat). Bel exemplaire, frais. 1 vol in-12°. 9 folded plates. Contemporary calf. Rare treaty on the construction of dikes by Mr. Bourdet (1719 - 1799), French engineer and hydraulician of the Royal Academy of Architecture of Paris, who practiced mainly in Germany. During his whole life, Bourdet has sought to retain water, divert it, or protect itself from it, whether it is for sailing, increasing agricultural surfaces, building or using the driving force of water. This work deals with the issues of interest relating to dikes: the reasons for their construction, repairs in case of breakage, disadvantages and benefits for humans other than saving lives. All these topics are detailed in 19 chapters along with 9 diagrams of a great precision. The book is dedicated to Count Othon of Podexils (1719 - 1781), Prussian ambassador.

BREARD (Charles).

Journal du Corsaire Jean Doublet de Honfleur, Lieutenant de Frégate sous Louis XIV, publié daprès le manuscrit autographe par Ch. Bréard

Paris, Perrin, 1887. 1887 1 vol. in-8° (220 x 155 mm) de : première de couverture brochée ; 302 pp. (dont faux titre, titre, introduction, au lecteur, table des chapitres et table des noms cités) ; [1] p. Demi percaline bordeau postérieure, dos lisse titré, plats recouverts de papier marbré.

Édition originale du journal du corsaire français Jean-François Doublet, contemporain de Duguay Trouin, du comte de Forbin et de Jean Bart, récit rédigé sous forme de journal de voyage tiré du manuscrit original du marin. La « Course » joue un rôle majeur dans laction menée par les marins français sous le règne de louis XIV. Leurs « prises » rapportent des sommes considérables au trésor de la couronne et le nom de plusieurs corsaires Français restent célèbres. Cependant, peu de journaux de corsaires sont connus. Celui du Normand Jean-François Doublet (1655 1728), conservé aux archives de Rouen et objet de la présente édition, est donc un témoignage de première importance. Son auteur est l'un des seize enfants de François Doublet, apothicaire devenu capitaine marchand, armateur et entrepreneur aventureux. En 1663, c'est à l'âge de sept ans que Jean Doublet effectue son baptême de mer en se cachant sur le bateau de son père en partance pour les Îles de la Madeleine dans le golfe du Saint-Laurent au Canada pour le compte de la Compagnie de la Nouvelle-France. Ainsi débute sa longue carrière en mer de quarante-huit ans. Reconnu comme un excellent pilote, il est le témoin privilégié de l'ensemble de l'histoire maritime de l'époque de Louis XIV. Il reste, avec Duguay Trouin, le corsaire le plus prolixe, ayant laissé des mémoires rédigées avec soin et minutie. Voici un aperçu de ses faits darmes en tant que capitaine corsaire : En 1693, Jean Doublet prend le commandement d'une frégate corsaire de Granville, le « Jeune Homme » (160 tonneaux, 16 canons et 25 hommes), puis de la frégate corsaire de Saint-Malo de 350 tonneaux, le « Comte de Revel », avec laquelle il capture un garde-côte anglais de 300 tonneaux et 40 canons. En 1695, il croise avec le Comte de Revel le long des côtes irlandaises et aide Saint-Malo à tenir tête à l'amiral John Berkeley venu bombarder la ville. En 1696, il arme au commerce vers les Açores et Salé et pratique la guerre de course. En 1697, il est capturé en Manche par les Anglais et reste prisonnier trois mois et demi à Plymouth. En 1707, il commande le Saint-Jean Baptiste (500 tonneaux et 36 canons) pour piller les mers du Sud : Montevideo, Valparaíso, Coquimbo, Cobica, Chipana, Arica, Callao et Lima. Il dresse des cartes des rades quil visite. Le 22 avril 1711, Il rentre à Port-Louis chargé dun butin de 635 000 piastres d'or et d'argent ! Jean Doublet se retire ensuite définitivement à Honfleur, occupant ses dernières années à la rédaction de son journal. Comme Duguay Trouin, il rédige ses mémoires à lintention de sa famille et de ses amis désireux de connaitre ses aventures de mer. Le journal du corsaire est accompagné dune introduction, dun arbre généalogique, dune série de pièces et documents et dune table des noms et des navires cités. 1 vol. in-8°. Contemp. half cloth. First edition of the French privateer Jean-François Doublet's diary, contemporary of Duguay Trouin, the Comte de Forbin and Jean Bart, written in the form of a travel diary from the sailor's original manuscript. Privaters plays a major role in the action led by French sailors during the reign of Louis XIV. Their "catches" bring considerable sums of money to the treasure of the crown, and the names of several French corsairs remain famous. However, few privateers' journals are known. That of Normand Jean-François Doublet (1655 - 1728), kept in the archives of Rouen and the subject of this edition, is therefore a testimony of utmost importance. Its author is one of sixteen children of François Doublet, apothecary turned merchant captain, owner and adventurous entrepreneur. In 1663, at the age of seven, Jean Doublet made his baptism at sea by hiding on his father's boat bound for the Îles de la Madeleine in the Gulf of St. Lawrence in Canada on behalf of of the Company of New France. Thus begins his long career at sea of forty-eight years. Recognized as an excellent pilot, he is the privileged witness of the whole maritime history of the time of Louis XIV. He remains, with Duguay Trouin, the most prolific corsaire, having left memories written with care and meticulousness. Here is an overview of his feats of arms as captain corsair: In 1693, Jean Doublet takes command of a frigate corsair from Granville, the "Jeune Homme" (160 barrels, 16 guns and 25 men), then the 350-ton corsair frigate of Saint-Malo, the "Comte de Revel", with which he captured an English coastguard of 300 barrels and 40 guns. In 1695, he met with Count Revel along the Irish coast and helped Saint-Malo to stand up to Admiral John Berkeley bombing the city. In 1696, he leaved for the Azores and Salé for trade and as a privater. In 1697 he was captured by the British in the Channel and remained a prisoner for three and a half months in Plymouth. In 1707, he commanded the St. Jean Baptiste (500 barrels and 36 guns) to loot the South Seas: Montevideo, Valparaiso, Coquimbo, Cobica, Chipana, Arica, Callao and Lima. He draws maps of the places he visits. On April 22, 1711, he returned to Port-Louis with a booty of 635,000 piastres of gold and silver! Jean Doublet then retired in Honfleur, occupying his last years in the drafting of his journal. Like Duguay Trouin, he writes his memoirs for his family and his friends who want to know his sea adventures. The corsair's diary is accompanied by an introduction, a family tree, a series of pieces and documents and a table of names and vessels cited. Fine copy.

BRISSOT DE WARVILLE DE BANQUEROUTE.

Point de Banqueroute ou Lettre à un créancier de l'État, Sur l'impossibilité de la Banqueroute Nationale, & sur les moyens de ramener le Crédit & la Paix.

Londres. 1787 1 vol. in-8 (220 x 140 mm.) de : [2] ff. (faux titre, page de titre) ; 151 pp. Broché à toutes marges, couverture de papier dominoté.

Rare édition de cet ouvrage rédigé pendant la guerre dindépendance américaine par Brissot de Warville dressant un état des lieux de la situation financière de la France et proposant des solutions pour sortir létat de la crise financière qui sévissait durant la seconde moitié du XVIIIe siècle. Journaliste et homme politique français, Jacques-Pierre Brissot de Warville (1754 - 1793) est le chef de fil des Girondins durant la Révolution. Admirateur des États Unis, il part pour le jeune état indépendant en 1788 en compagnie du financier E. Clavière et muni dune lettre d'introduction du Général Lafayette destinée à George Washington. A son retour, il publie Nouveau Voyage dans les Etats-Unis de l'Amérique Septentrionale fait en 1788, par J.P. Brissot (Warville), Citoyen Français. ( Paris, Buisson, 1791). Cette même année 1788, les deux hommes avaient fondé " La Société des Amis Noirs " qui avait pour but labolition de la Traite. Il sagissait donc détudier aux Etats-Unis les moyens démanciper cette population que lon voulait rendre libre, mais surtout digne de la liberté. Les deux hommes sont en outre co-auteurs de " De la France et des États-Unis, Ou de limportance de la Révolution de lAmérique pour le bonheur de la France " (1787). Ils y exposent notamment les avantages commerciaux dont la France bénéficie depuis la Révolution Américaine, et promeuvent à ce titre une amplification et une intensification du commerce franco-américain. Attaqué par les girondins pour ses idées, Brissot meurt guillotiné à Paris en 1793. Dans le présent ouvrage, Brissot démontre son intérêt et ses compétences pour léconomie et les finances. Notre édition est augmentée de trois lettres par rapport à lédition précédente de 1782 (un seul exemplaire trouvé en bibliothèque) qui nen contenait quune, est composée de quatres lettres sur la dette nationale adressées aux créanciers de lEtat. Les deux premières lettres présentent les raisons qui rendent la banqueroute de lEtat Français impossible (notamment grâce à l'impôt) et les conséquences de la révocation des deux impôts sur la dette Nationale. Les deux dernières lettres traitent des moyens pour soutenir le crédit au milieu de cette crise financière qui touche autant lEurope que la France et sur limpact de la guerre russo-turque sur la dette nationale due à limportance des échanges commerciaux avec la Turquie. Bel exemplaire à toutes marges conservé dans son cartonnage de papier dominoté dorigine. 1 vol. in-8°. Copy in perfect condition, very well bound. Paperback on all margins, domino paper cover. Rare edition of this work written during the American War of Independence by Brissot de Warville taking stock of the financial situation in France and proposing solutions to get out the state out of the financial crisis that was raging during the second half of the 18th century. French journalist and politician, Jacques-Pierre Brissot de Warville (1754 - 1793) was the leader of the Girondins during the Revolution. Admirer of the United States, he left for the young independent state in 1788 in the company of the financier E. Clavière and provided with a letter of introduction from General Lafayette intended for George Washington. On his return, he published Nouveau Voyage dans les Etats-Unis de d'Amérique Septentrionale made in 1788, by J.P. Brissot (Warville), Citoyen Français. (Paris, Buisson, 1791). That same year 1788, the two men had founded " La Société des Amis Noirs " which aimed to abolish the slave trade. It was therefore a question of studying in the United States the means of emancipating this population that we wanted to make free, but above all worthy of freedom. The two men are also co-authors of " De la France et des États-Unis, Ou de limportance de la Révolution de lAmérique pour le bonheur de la France " (1787). In particular, they expose the commercial advantages that France has enjoyed since the American Revolution, and as such promote an amplification and intensification of Franco-American trade. Attacked by the Girondins for his ideas, Brissot died guillotined in Paris in 1793. In this book, Brissot demonstrates his interest and skills in economics and finance. Our edition is increased by three letters compared to the previous edition of 1782 (a single copy found in the library) which contained only one, is composed of four letters on the national debt addressed to state creditors. The first two letters present the reasons which make the bankruptcy of the French State impossible (in particular thanks to the tax) and the consequences of the revocation of the two taxes on the national debt. The last two letters deal with the means to support credit in the midst of this financial crisis which affects both Europe and France and the impact of the Russo-Turkish war on the national debt due to the importance of trade with Turkey. Beautiful copy with all margins preserved in its original domino paper box.

BROSSES (Charles de).

Histoire des Navigations aux Terres Australes contenant ce que l'on sçait des moeurs et des productions des Contrées découvertes jusqu'à ce jour; & où il est traité de l'utilité d'y faire de plus amples découvertes & des moyens d'y former un Établissement.

Paris, Durand, 1756. 1756 2 vol. in-4° (255 x 195 mm) de: [1] ff. (titre), xiv, 463 pp.; [1] ff, 513-[1] pp., 7 cartes repliées (Ex relié sans errata (comme lex Kroepelien). Plein veau marbré d'époque, dos à nerfs ornés, titres et tomaisons de maroquin rouge et vert, tranches rouges. (Défauts d'usage, petits manques de cuir aux coins et à une coiffe, corps d'ouvrage très frais).

Édition originale cet important travail du à Charles de Brosses (1709-1779), considéré comme l'un des ouvrages majeur traitant des premiers voyages dans le Pacifique, destiné stimuler lexploration française et la colonisation des mers du Sud. Cette publication est luvre majeure de Brosses, magistrat de formation, historien, linguiste et écrivain. La dénomination des "terres australes" ne désigne pas, au XVIIIe siècle, uniquement les glacials continents de l'Arctique et de l'Antarctique, elle renvoie à une région plus vaste et plus indéterminée de l'hémisphère sud allant du Cap de Bonne-Espérance jusqu'au Détroit de Magellan en passant par l'Océan Indien et le Pacifique Sud, trois régions distinctes que l'auteur nomme respectivement : l'Australasie, la Polynésie et la Magellanie (cette dernière appellation reposant sur la croyance en l'existence d'un continent situé au delà de la pointe de l'Amérique du Sud). Louvrage contient le récit de tous les voyages vers le sud, en commençant par la deuxième expédition Vespucci de 1502 et jusqu'à 1747, dont les voyages de Magellan, Drake, Schouten, Tasman... Le texte fut plus tard utilisé comme base pour la très influente « Terra Australis Cognita » de Callander de 1766-1766 (sous cette forme, elle avait beaucoup à voir avec les plans britanniques pour l'expansion coloniale par le transport). Brosses suggère que la France devrait coloniser l'Australie (prédisant ainsi pratiquement son destin final !), en soutenant que la colonisation devrait être faite par les «enfants trouvés, mendiants et criminels» de la France. Le texte est illustré de 7 cartes dues à Robert de Vaugondy qui témoignent de la représentation géographique du monde du milieu du XVIIIe siècle. La première donne l'ensemble de l'hémisphère sud avec au centre sur l'Australie. On y trouve aussi des cartes particulières de la "Polynésie Australe", du détroit de Magellan et des îles Malouines, de l'Australie, de "La Terre des Papous" (Nouvelle-Guinée), et les Iles Carolines. Exemplaire trés frais. 2 vol. in-4°. 7 fold. maps. First Edition of this important work by Charles de Brosses (1709-1779), considered as one of the major works dealing with the first voyages in the Pacific, intended to stimulate French exploration and colonization of the South Seas. This publication is the major work of Brosses, French magistrate, historian, linguist and writer. In the eighteenth century, "Terres Australes" does not refer only to the glacial continents of the Arctic and Antarctic, but refers to a larger and more indefinite region of the southern hemisphere from the Cape of Good- Hope to the Strait of Magellan via the Indian Ocean and the South Pacific, three distinct regions that the author names respectively: Australasia, Polynesia and Magellania (this last name based on the belief in existence from a continent beyond the tip of South America). The book contains the story of all journeys to the south, starting with the second Vespucci expedition from 1502 to 1747, including trips to Magellan, Drake, Schouten, Tasman ... The text was later used as base for Callander's highly influential "Terra Australis Cognita" of 1766-1766 (in this form it had much to do with British plans for colonial expansion through transportation). Brosses suggests that France should colonize Australia (thus virtually predicting its ultimate destiny!), Arguing that colonization should be done by France's "found, beggars and criminals". The text is illustrated with 7 maps by Robert de Vaugondy, which gives the geographical representation of the mid-eighteenth century world. The first represent the whole of the southern hemisphere with Australia in center. There are also detailed maps of "Southern Polynesia", the Strait of Magellan and the Malvinas Islands, Australia, "Papuan Land" (New Guinea), and the Caroline Islands. Fine fresh copy.

BROUGHTON (Thomas Duer).

Les Marattes.

Paris, Nepveu, 1817. 1817 2 vol. in-16° (140 x 90 mm) de : Vol. 1 ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice colorié dépliant ; XV (préface, avis au relieur, introduction) ; 202 pp. (dont table) ; 5 gravures hors texte coloriées (dont 2 dépliantes) ; Vol. 2 ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice colorié ; 3 ; 3 ; 238 pp. (dont table) ; 3 gravures coloriées déplantes. Un total de 2 frontispices et 8 gravures coloriées (dont 5 dépliantes). Plein veau glacé d'époque, dos lisses ornés, titres et tomaisons de maroquin vert, frise florale encadrant les plats, dentelle intérieure, tranches dorées. (Discrètes restaurations aux mors et aux coiffes, quelques rousseurs ou brunissures).

Première édition française. Broughton arriva en Inde en 1795, comme Cadet de l'Établissement du Bengale. En 1799, après le siège de Seringapatam, dans lequel il s'investit activement, il est nommé commandant du Corps des Cadets. Il écrit le présent ouvrage alors quil est résident militaire chez les Marathes et le dédicace au marquis de Wellesley. Des gravures finement aquarellées, huit sont reproduites daprès les dessins originaux dun artiste indien. Bel exemplaire, coloris frais. 2 vols. in-16°. 10 engraved plates, 6 folding. Original card-board bindings. First French edition. Broughton first arrived in India in 1795 as a cadet in the Bengal establishment. Following the siege of Seringapatam in 1799, in which he was actively engaged, he was appointed commandant of the cadet corps. At the time he wrote the present work he was a military resident with the Mahrattas. His book is dedicated to the Marquis of Wellesley, "the acute detector of Mahratta wiles, the firm repeller of their insolent pretensions, and the formidable barrier to their ambitious projects; their vigorous opponent in time of war, and their generous pacificator in the hour of victory. " Eight of the ten finely watercolored plates are after original drawings by a native artist. Fine copy. Abbey, Travel, 433; Tooley, 114; Colas, 454.

BROWN (Robert James Reid).

Lifes Echoes by Tis True ! A Possible Elucidation of the Mysteriously Cryptic Tessellations made mostly by Byron, Fitzgerald and others from Omar Qayyams Rubaiyat.

Paris, Groves & Michaux (éditeur), Bishop & Garrett (imprimeur), 1926. 1926 1 vol. petit in-4° (272 x 225 mm) paginé de droite à gauche de : [1] f. bl. ; [66] ff. (paginés 1 à 62 et avec deux feuillets 24: 24a et 24b); [69] ff. (paginés 127 à 63 avec deux feuillets 127 et deux fois le feuillet 125 dont loriginal) ; [1] f. bl. (reproductions de miniatures persanes, photographies, croquis anciens et divers documents avec encadrement chromolitographiés rehaussé à lor). Montage du papier à lorientale avec impression dun seul côté et pliage. Prospectus joint, non relié. Signé par l'auteur p. 24b et dédicacé à sa femme la Princesse de mon Coeur! et la Reine de ma vie! dont son nom figure dans la table des acquéreurs " Berthe G. Plas p. 126." Maroquin bleu nuit, double filet doré, dos lisse, tête dorée, double signet en soie et nacre, couverture, étui. (Reliure de l'époque).

Rare et mystérieuse version richement illustrée du Rubaiyat publiée en 1926 à compte dauteur par Robert J. R. Brown (1863 - 1930), exceptionnel exemplaire de tête, un des 30 sur vélin impérial japonais, truffé de documents originaux et dédicacé à lépouse de lauteur. Le Rubaiyat, traduit en français par Quatrains, est une collection de poèmes écrits en persan entre le XIe et XII siècle par le poète et savant Omar Qayyam (dates approximatives 1048 - 1131) et fut notamment traduite en 1878 par le poète britannique Edward FitzGerald (1809 - 1883), traduction qui inspira Brown pour son curieux ouvrage. Ce colonel de l'armée indienne se retire à Houilles au début des années 1920 où il écrit ce qui restera son oeuvre majeure: Life's Echoes by 'Tis True! publiée à Paris en édition limitée tirée à 600 exemplaires en raison de son contenu légèrement érotique: for the private amusement of philosophical bibliophiles only (p. 125). Il n'y a pas d'uvre plus particulière que celle-ci dans le domaine des études Rubaiyat, à la fois en raison de sa structure et de son contenu. En effet, louvrage, imprimé à lorientale, est déroutant par sa composition: le titre est au milieu du volume et les deux parties de part et d'autre du titre (pp. 1-62 et pp. 63-127), se lisent de droite à gauche. Les raisons du colonel Brown pour cette étrange pagination sont liées à son concept de révolution: il voulait que son livre soit, comme l'univers, un cycle sans fin, ce qu'il pense avoir réalisé en mettant les deux extrémités du livre au milieu! Quant à son contenu, le livre commence par une préface que Brown appelle sa "Tessalated Preface" (pp. 1-24b+), suivie par sa version du Rubaiyat (pp. 2590). Les feuillets des pages 91 et 92 présentent des poèmes du XVIIe siècle sur la boisson, le destin et la philosophie. Vient ensuite un glossaire alphabétique utile des mots clés et de leur symbolisme, généralement sexuel (pp. 93-105+), suivi de ce que Brown appelle son "Vocabulary", et de ce que d'autres appelleraient simplement l'index général du livre (pp. 116-118.) Les deux sections suivantes sont particulièrement utiles à la compréhension de louvrage. La section "Echoes" (pp.118-119) est essentiellement un index d'illustrations avec, le cas échéant, la première ligne correspondante de leur Byronics (citations essentiellement poétiques pertinentes pour les illustrations et leur Rubaiyat associé). La seconde section, "Quatrains" (pp.120-123+), est une liste des versets de la version de Brown du Rubaiyat, ainsi que leurs sources d'inspiration, suivie d'une courte liste des auteurs et des citations diverses utilisées dans la préface et le glossaire. Chaque feuillet comporte de magnifiques reproductions polychromes persanes. Le tout est somptueusement encadré par des chromolithographies de même inspiration, les originaux ayant été exécutées spécialement par le célèbre caligraphe, peintre et miniaturiste algérien Mohammed Racim (1896 - 1975), fondateur de l'École algérienne de miniature. Parmi ces illustrations, on trouve des reproductions de dessins, de photographies ou de peintures répresentant des personnes, des batiments (The Taj Mahal at Agra p. 39) ou des objets (Combs p. 42), certaines a caractère érotique tel que la reproduction dune peinture représentant une jeune femme aux seins nus (p. 36). Lauteur sélectionne ses illustrations avec soin à travers ses voyages et ses rencontres, comme en atteste la reproduction dun dessin dOmar Qayyam à la page 2 (surement son seul portrait connu) que Brown acquiert non sans difficulté au célèbre libraire londonien Maggs, qui accepte de lui vendre à un prix très raisonnable au nom de leur passion commune pour le poète persan. Autre curiosité de cet ouvrage: lauteur a laissé des espaces vierges en regard des pages 33, 35, 40, 49, 60, 65, 66 et 81. Or, dans les années qui ont suivies, il expédiera certaines de ces illustrations à quelques souscripteurs privilégiés. Notre exemplaire en comporte trois destinées aux pages 60, 66 et 81 ainsi que deux des originaux des illustrations du livre. Le premier, reproduit aux pp. 9-12, est un fragment manuscrit de 91 vers des poèmes dOmar Qayyam ( Omar MS., signed and dated 1704 ). Le second, certainement la plus somptueuse des illustrations de cet ouvrage, mariant parfaitement le style oriental et indien, est composé dune miniature figurant une indienne en habits traditionnels placée dans un encadrement enluminé de style persan, calligraphié et signé par Racim (p. 125). La version chromolithographiée reliée à la page suivante permet de juger de la qualité du travail de limprimeur Bishop & Garrett. Pour cet exemplaire spécifiquement conçu pour son épouse et portant le numéro 5 sur les 30 de tête imprimés sur vélin impérial japonais (le reste du tirage est sur un papier ordinaire très fin), Brown joint trois illustrations supplémentaires: un lavis dencre représentant une fleur et un oiseau, une photo dune sculpture dune femme et dun taureau et un portrait de Sufi Sheik Abu Said Abu Khair avec au verso Two lovers. Lightly drawn Indian miniature in pencil and colours. India. About 1650. Touchant exemplaire de ce véritable chef d'uvre dun bibliophile, superbement relié en maroquin bleu nuit, portant la signature de Brown et cette dédicace à sa femme: la Princesse de mon Coeur! et la Reine de ma vie!. 1 vol. small in-4° of : [1] f. bl. ; [66] ff. (pages 1 to 62 and with two ff. 24: 24a and 24b); [69] ff. (pages 127 to 63 with two ff. 127 and twice f. 125 including the original); [1] f. bl. (reproductions of Persian miniatures, photographs, old sketches and various documents with chromolitographed framing enhanced with gold). Oriental paper mounting printed one side and folded. Loose prospectus. Signed by the author p. 24b and dedicated to his wife the Princess of my Heart! and the Queen of my life! whose name appears in the table of buyers "Berthe G. Plas" p. 126. Contemporary midnight blue morocco, double gilt thread, smooth spine, gilded head, double bookmark in silk and mother-of-pearl, cover, case. Rare and mysterious richly illustrated version of the Rubaiyat published in 1926 by Robert JR Brown (1863 - 1930), exceptional leading copy, one of 30 on imperial Japanese vellum, stuffed with original documents and dedicated to the wife of the author. The Rubaiyat, translated into French as Quatrains, is a collection of poems written in Persian between the 11th and 12th centuries by the poet and scholar Omar Qayyam (approximate dates 1048 - 1131) and was notably translated in 1878 by the British poet Edward FitzGerald (1809 - 1883), a translation that inspired Brown for his curious work. This colonel of the Indian army retired in Houilles in the early 1920s during which he wrote what will remain his major work: Life's Echoes by 'Tis True! published in Paris in a limited edition of 600 copies due to its slightly erotic content: for the private amusement of philosophical bibliophiles only (p. 125). There is no work more particular than this in the field of Rubaiyat studies, both because of its structure and its content. Indeed, the work, printed in the oriental style, is confusing by its composition: the title is in the middle of the volume and the two parts on either side of the title (pp. 1-62 and pp. 63-127 ), both read from right to left. Colonel Brown's reasons for this strange pagination are linked to his concept of "revolution": he wanted his book to be, like the universe, an endless cycle, which he thinks he achieved by putting the two ends of the book between! As to its content, the book begins with a preface that Brown calls his "Tessalated Preface" (pp. 1-24b +), followed by his version of the Rubaiyat (pp. 2590). The leaves on pages 91 and 92 feature 17th-century poems on drink, fate and philosophy. Next is a useful alphabetical glossary of key words and their symbolism, usually sexual (pp. 93-105 +), followed by what Brown calls his "Vocabulary", and what others would simply call the general index of the book (pp. 116-118.) The following two sections are particularly helpful in understanding the book. The "Echoes" section (pp.118-119) is essentially an index of illustrations with, where applicable, the corresponding first line of their Byronics (mostly poetic quotes relevant to the illustrations and their associated Rubaiyat). The second section, "Quatrains" (pp.120-123 +), is a list of verses from Brown's version of the Rubaiyat, along with their sources of inspiration, followed by a short list of the authors and various quotes used in the preface and glossary. Each leaf features magnificent Persian polychrome reproductions sumptuously framed by chromolithographs of the same inspiration, the originals having been specially executed by the famous Algerian caligrapher, painter and miniaturist Mohammed Racim (1896 - 1975), founder of the Algerian School of Miniature. Among these illustrations, we find reproductions of drawings, photographs or paintings depicting people, buildings (The Taj Mahal at Agra p. 39) or objects (Combs p. 42), some of them erotic such as the reproduction of a painting of a young woman with bare breasts (p. 36). The author selects his illustrations with care through his travels and encounters, as evidenced by the reproduction of a drawing by Omar Qayyam on page 2 (probably his only known portrait) that Brown acquires not without difficulty from the famous London bookseller, Maggs, who agrees to sell him at a very reasonable price in the name of their common passion for the Persian poet. Another curiosity of this book: the author left blank spaces next to pages 33, 35, 40, 49, 60, 65, 66 and 81. However, in the years that followed, he sent some of these illustrations to a few privileged subscribers. Our copy has three of them on pages 60, 66 and 81 as well as two of the original illustrations from the book. The first, reproduced at pp. 9-12, is a 91-verse manuscript fragment of poems by Omar Qayyam (Omar MS., Signed and dated 1704). The second, certainly the most sumptuous of the illustrations in this work, perfectly combining the oriental and Indian style, is composed of a miniature depicting an Indian woman in traditional clothes placed in an illuminated Persian style frame, calligraphed and signed by Racim (p. 125). The chromolithographed version linked to the next page is a gauge of the quality of the work of the printers Bishop & Garrett. For this copy specifically designed for his wife and bearing the number 5 of the top 30 printed on Imperial Japanese vellum (the remaining prints are on very thin plain paper), Brown attaches three additional illustrations: an ink wash drawing depicting a flower and bird, a photo of a sculpture of a woman and a bull as well as a portrait of Sufi Sheik Abu Said Abu Khair with written on the back Two lovers. Lightly drawn Indian miniature in pencil and colors. India. About 1650. Touching copy of this veritable masterpiece by a bibliophile, superbly bound in midnight blue morocco, bearing Brown's signature and his dedication to his wife: la Princesse de mon Coeur! et la Reine de ma vie! (translated : the Princess of my Heart! and the Queen of my life!).

CHAMBERS, [Sir William].

Traité des édifices, meubles, habits, machines et ustensiles des Chinois, gravés sur les originaux dessinés à la Chine. Compris une description de leurs temples, maisons, jardins, &c.

Paris, Le Rouge, 1776. 1776 1 vol in-4° (280 x 234 mm) de: 30 pp. (titre, table et préface) ; 20 planches doubles gravées et numérotées. Ex-libris armorié et inscription manuscrite au dos du premier plat. (rares rousseurs ou salissures) Cartonnage bleu d'origine. (Défauts d'usage et taches, coupes et coins usés).

Seconde édition en français. Larchitecte écossais William Chambers, né en Suède en 1723, voyage en Inde et en Chine, séjourne quelques années à Rome et suit les cours de Blondel à Paris. Installé en Angleterre, il est larchitecte de Somerset House et de la pagode des jardins de Kew. Dans cette suite de dessins réalisés sur place, Chambers vise à arrêter les productions extravagantes purs ouvrages de fantaisie résultant de lengouement européen de lépoque pour les chinoiseries. Parmi les planches se trouvent: pavillon de jardin de Canton, pagode de Cochinchine, temples chinois, tour près de Canton, pont dans un jardin de Canton, maison chinoise, meubles, vases de porcelaine, vaisseaux en cuivre, bateaux, vêtements Un chapitre est consacré à la distribution des jardins chinois. Une première édition ne comportant que 19 p. de texte fut publiée en 1757, celle-ci est donc la seconde édition mais avec approbation et privilège datés respectivement août et novembre 1776. Millard, 50. 1 vol in-4°. 20 plates. Orig. cardboard binding. Second edition in French. The Scottish architect William Chambers, born in Sweden in 1723, traveled to India and China, stayed in Rome for a few years, and attended Blondel in Paris. Based in England, he was the architect of Somerset House and the Kew Gardens Pagoda. In this set of drawings made on site, Chambers aims to stop the "extravagant productions ... pure fantasy" resulting from the European craze of the time for chinoiserie. The plates include: Canton Garden Pavilion, Cochin China Pagoda, Chinese Temples, Canton Tower, Canton Garden Bridge, Chinese House, Furniture, Porcelain Vases, Copper Vessels, Boats, Clothes ... A Chapter is devoted to the distribution of Chinese gardens. A first edition containing only 19 p. of text was published in 1757, this one is thus the second edition but with approval and privilege dated respectively August and November 1776.

CHAPMAN (Frédéric-Henri de) / VIAL DU CLAIBOIS (Honoré, Sébastien) [Traducteur]

Traité de la construction des vaisseaux, avec des Eclaircissements & Démonstrations touchant lOuvrage intitulé : Architectura Navalis Mercatoria, &c. Traduit du Suédois par M. Vial du Clairbois.

A Brest, Chez R. Malassis ; A Paris, Chez Durand, Chez Jombert, 1781. 1781 1 vol. in-4° (254 x 195 mm) de : xxv pp. ; [3] pp. (privilége, avertissement du traducteur, table) ; 219, [1] pp. ; 20 planches dépliantes + 40 ff. manuscrits en anglais à l'encre insérés au début et à la fin du texte, avec shémas, intitulées " Carlsunds elucidation of Chapmas, Parabolic System". Pleine basane racinée d'époque, dos lisse orné, titre de maroquin rouge. (Défauts d'usage, mors discrétement restaurés, petite découpe en marge supérieure du titre et ff. suivant, corps d'ouvrage frais).

Édition française, traduite de lÉdition suédoise, dun des plus célèbre traité darchitecture naval produit au XVIIIe siècle. Exemplaire truffé de 80 pages de notes et schémas additifs manuscrits en anglais. Au XVIIIe siècle, larchitecture navale est léquivalant de ce que sera au XXe lindustrie aéronautique et spatiale. Cependant, en 1750 elle demeure un art empirique reposant sur les connaissances et lil de quelques maîtres charpentiers exceptionnels : la plupart des navires militaires et marchands sont construits sans plan précis, daprès de simples esquisses et maquettes darsenaux. Louvrage du français Duhamel Du Monceau « Eléments de l'Architecture navale.. », publié en 1752, est ainsi une véritable révolution. Il aborde pour la première fois la construction navale de manière scientifique et accessible à tous. Dès lors, les chantiers civils et militaires adoptent un travail rationnel sappuyant sur les sciences physiques et mathématiques et des plans parfaitement établis. Le présent ouvrage du Suédois Frédéric Henry de Chapman, (1721-1808) parait pour la première fois en 1775. Traduit dans plusieurs langues, il ne connaitra quune édition en en anglais publiée en 1820 (Smith, Cambridge). La présente édition française est due à Sébastien Vial de Clairbois, (1733-1816), ingénieur naval et un historien de la Marine, qui y ajoute ses propres notes. Ce traité est luvre dun marin qui connaît parfaitement la construction des vaisseaux. Frédéric Chapman est né à Göteborg, le grand port suédois de la mer du Nord. A l'âge de 15 ans, il part pour Stockholm afin d'y apprendre l'art de la construction navale. Il ouvre avec un associé un chantier naval à Göteborg dès 1744. Cela ne l'empêche pas de voyager beaucoup et même d'être brièvement arrêté en 1741, alors qu'il visite sans autorisation un chantier anglais. En 1750, il suit les cours de mathématiques de l'anglais Thomas Simpson (1710-1761). Il va ainsi utiliser la méthode de Simpson (calcul numérique d'une intégrale) pour déterminer de façon mathématique les différentes caractéristiques d'un navire (volumes, surfaces, centre de gravité). En 1757, il est engagé par les chantiers royaux suédois. Il en prend la direction sur ordre du roi Gustave III (1771-1792) qui l'anoblit en 1772. Il est alors chargé de relever la flotte suédoise tombée quelque peu en décrépitude. Il construira au total 24 vaisseaux de ligne. Nommé au grade de vice amiral en 1791, il cesse son activité en 1793, alors âgé de 72 ans. L'ouvrage se divise en IX chapitres traitant de chaque aspect de la construction : déplacement, stabilité, centre de gravité, résistance, voiles, proportions des bâtiments et des gréements et pratique de la construction. Il est illustré de 8 tableaux hors texte dont 2 dépliants et de 11 planches hors texte dont 3 dépliantes de schémas de navires en coupe. Exemplaire ayant été utilisé par un chantier de construction britannique : il est truffé dune quarantaine de feuillets manuscrits à lencre dadditions et notes, schémas, tableaux de calcul ainsi que dannotations dans les marges, le tout rédigé en anglais. Ainsi, alors quune édition anglaise était disponible à partir de 1820, des architectes britanniques ont continué à utiliser le présent exemplaire et lont complété par de larges ajouts manuscrits. Provenance : James Ronalds, London (ex-libris manuscrit) et « Institution of Naval Architects, Scott Library Collection, 1930 (étiquette imprimée). 1 vol. in-4 °. 20 fold. Plates + 40 ff. manuscripts inserted at the beginning and at the end of the text, with diagrams, entitled "Carlsunds Elucidation of Chapmas, Parabolic System". Contemp. sheep. French edition translated from the Swedish, of one of the most famous naval architecture treatises produced in the 18th century. Copy with 80 pages of notes and handwritten addendum diagrams in English. In the 18th century, naval architecture is the equivalent of what will be the 20th aerospace industry. However, in 1750 it remains an empirical art based on the knowledge and the eye of some exceptional master carpenters: most military and merchant ships are built without a specific plan, based on simple sketches and arsenal models. Duhamel Du Monceau's work "Elements darchitecture navale" published in 1752, is a revolution. It addresses shipbuilding for the first time in a scientific way and accessible to all. From then, the civil and military shipyards adopt a rational work based on the physical and mathematical sciences and perfectly established plans. This work by Sweden Frederick Henry of Chapman, (1721-1808) appeared for the first time in 1775. Translated into several languages, he will not know an edition in English until 1820 (Smith, Cambridge). This French edition is due to Sébastien Vial de Clairbois, (1733-1816), naval engineer and a naval historian, who adds his own notes. This treatise is the work of a sailor who knew perfectly the construction of the vessels. Frederic Chapman was born in Gothenburg, the great Swedish port of the North Sea. At the age of 15, he left for Stockholm to learn the art of shipbuilding. With a partner he opened a shipyard in Gothenburg from 1744. This did not prevent him from traveling a lot and even being briefly arrested in 1741, when he visited an English shipyard without authorization. In 1750 he took the mathematics classes of English Thomas Simpson (1710-1761). He will thus use Simpson's method (numerical calculation of an integral) to determine mathematically the different characteristics of a ship (volumes, surfaces, center of gravity ...). In 1757, he took the charge of the Swedish royal shipyards for King Gustav III (1771-1792). He was then relieving the Swedish fleet, which had fallen somewhat into decay. He built a total of 24 ships. Appointed Vice Admiral in 1791, he ceased his activity in 1793, when he was 72 years old. The work is divided into IX chapters dealing with every aspect of the construction: displacement, stability, center of gravity, resistance, sails, proportions of buildings and rigging, and construction practice. It is illustrated with 8 out-of-text tables and 11 out-of-text plates, including 3 folding cutaway schematics. Copy used by a British construction site: it is riddled with forty sheets of manuscripts in ink of additions and notes, diagrams, tables of calculation as well as annotations in the margins, all written in English . Provenance: James Ronalds, London (ex libris manuscript) and "Institution of Naval Architects, Scott Library Collection, 1930 (printed label). Thus, while an English edition was available from 1820, some British architects continued to use the present copy and supplemented it with large manuscript additions.

CHAUDRON (François) [Géomêtre Arpenteur du Roi].

Arpentage du territoire dEssertenne.

Gray, 8 janvier 1780. 1780 1 vol in-folio (436 x 300 mm.) de : 75 ff. numérotés en lettres dont [93] pp. manuscrites à l'encre brune, [3] pp. bl., [28] plans aquarellés tracés à l'encre rouge et noire dont 26 à pleine page et 2 sur une page; [4] ff. bl. Plein veau granité d'époque, dos lisse orné et titré sur piéce de maroquin brun, titre de maroquin rouge au centre du premier plat, double filet doré sur les coupes, tranches rouges. (Taches, salissures et défauts d'usage).

Remarquable travail de cartographie des terres dun village de Bourgogne, exécuté par un arpenteur du roi à la fin de lancien régime, époque où la France est engagée dans la guerre dindépendance Américaine. L'arpentage est la technique de la mesure de la superficie des terres, en particulier des terrains agricoles. À l'origine du développement de la géométrie, l'arpentage est né en Égypte ancienne pour permettre le relevé des surfaces agricoles après les crues du Nil. Investi d'une signification quasi religieuse, sa pratique était tenue en haute estime dans la Rome antique ou ces « géomètres » sont appelés, selon les époques : decempedator, finitor, metator, mensor castrorum... À partir du XVIe siècle, le terme d« arpenteur », provenant de l« arpent » qui est lunité de mesure utilisée dans la région de Paris, simpose progressivement. Il sera graduellement remplacé par celui de « géomètre », jusqu alors synonyme de « mathématicien ». Lordonnance Royale de 1669 sur les Eaux et Forêts fixe létat de l« arpenteur royal », lui imposant de vérifier tous les ans par un récolement, la matérialisation des périmètres des forêts royales. LEncyclopédie (1756) et son supplément (1776-1780) définissent larpenteur comme celui qui est capable de mesurer les terrains, les reconnaître, les partager, évaluer un champ et en marquer la position, le mesurer et le diviser. Le travail de larpenteur est matérialisé par des registres constitués de relevés et de plans, dont le présent document est un exemple. Larpenteur observe, récolte des informations, établit des relevés, mesure et fait des calculs à l'aide d'outils spécifiques, comme le sextant, le théodolite, l'alidade, le compas d'arpentage, la toise et la chaîne d'arpenteur. Exécuté de la main de larpenteur du roi François Chaudron, il porte son paraphe à chaque page. En préambule, celui-ci indique : « Arpentage et déclaration des fonds qui composent le territoire dEssertenne avec les plans à la suite sur 27 feuilles, extrait de la minute et du plan général du finage fait en vertu darrêt de la chambre et cour des comptes aides et domaines et finances du Comté de Bourgogne du 12 mars 1766 de lagrément de messire Claude Lambert Du-Val, chevalier Seigneur dudit Essertenne, par moi François Chaudron, géomètre arpenteur du Roy à la maitrise des Eaux et Forêts et Baillage de Gray y résidant ». Et au bas du feuillet 47, Chaudron précise : « La présente déclaration et plans à la suite ont étés extraits des minutes darpentage du finage et territoire dEsserienne par moy, arpenteur du Roy, soussigné, à linvitation du seigneur et des habitants pour valoir et servir ce quil appartiendra, à Gray, huit janvier mil sept cent quatre-vingt ». Lobjet de son travail sont les terres entourant Essertenne, village de lEst de la France situé aujourdhui dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté. Les 47 premiers feuillets donnent la microtoponymie des lieux, la description et la superficie des parcelles ainsi que le nom de leur exploitant ou possesseur : bois, friches, terrains agricoles, vignobles, jardins « Champ du Moulin », « Vigne au bas des montants », « Champs Millot », « Marnière de la Combe de la Cour », « Epie ou saison des Brosses », « les Communaux », « La Varenne », « Le Vaché sauvage », « Les Charbonniéres » « Saisons », « climats », « journaux », « perches » sont les unités de mesures employées : « La Veuve de Nicolas Menetrier, trois huitiemes de journal trente-cinq perches », « La cure dEssertenne, un quart de journal vingt-quatre perches ». Au total, ce sont 1 077 + 93 parcelles qui sont ici nommées et mesurées, colossal ouvrage en temps et en énergie avec les instruments et les moyens de lépoque ! Chaudron consacre ensuite les feuillets 46 et 47 à ses « Observations », qui détaillent les unités de mesure utilisées pour son arpentage : « Douze pouces pour 1 pied, neuf pieds six pouces anciens pour 1 perche, et trois cent soixante perches superficielles pour le journal de terre ». Il présente ensuite 3 exemples darpentages et indique que : « Pour lintelligence et vérification du présent arpentage, on a joint à la suite 27 feuilles de plans qui composent la totalité du territoire et prairie dEssertenne ». Ces feuilles comportent 28 plans finement tracés à l'encre rouge et noire, aquarellés et présentant une échelle graduée et lindication de lorientation du « Septentrion » (Nord). Les parcelles représentées sont dune forme et dune superficie extrêmement variable. À noter la forme démesurément allongée des parcelles de jardins et les bois : à lépoque, ils permettaient aux habitants des campagnes de produire une part essentielle de leur alimentation, de cuisiner et de se chauffer. Précieux témoignage du travail dun « géomètre » de la fin de lancien régime, manuscrit superbement exécuté et illustré, dune grande valeur historique pour la richesse de son contenu technique, toponymique et économique. 1 vol in folio handwritten in brown ink. [28] watercolor plans traced in red and black ink including 26 at full page and 2 on one page. Contemp. calf. Remarkable work of mapping the land of a village in Bourgogne, carried out by a surveyor of the king at the end of the old regime, when France was involved in the American War of Independence. Surveying consists of measuring the area of land, especially agricultural land. The technique is at the origin of geometry and was invented in Ancient Egypt in order to survey agricultural areas after the flooding of the Nile. Invested with a quasi-religious significance, its practice was held in high esteem in ancient Rome where these "geometers" were called, depending on the period: decempedator, finitor, metator, mensor castrorum... From the 16th century onwards, the french term "arpenteur", derived from the "arpent" which is the unit of measurement used in the Paris region, gradually came to be used. Even though It was gradually replaced by the term "géometricien", which until then was synonymous with "mathématicien". The Royal Order of 1669 on Eaux et Forêts set the status of the "arptenteur royal", requiring him to verify every year, by means of a survey, the materialization of the perimeters of the royal forests. The Encyclopedia (1756) and its supplement (1776-1780) define the surveyor as one who is capable of measuring land, recognising it, sharing it, evaluating a field and marking its position, measuring it and dividing it. The surveyor's work is materialized in registers made up of surveys and plans, of which this document is an example. The surveyor observes, collects information, makes surveys, measures and makes calculations using specific tools such as a sextant, a theodolite, an alidade, a survey compass, a survey meter and a surveyor's chain. Carried out by the hand of King François Chaudron's surveyor, the work bears his initials on each page. In the preamble, it reads: "Arpentage et déclaration des fonds qui composent le territoire dEssertenne avec les plans à la suite sur 27 feuilles, extrait de la minute et du plan général du finage fait en vertu darrêt de la chambre et cour des comptes aides et domaines et finances du Comté de Bourgogne du 12 mars 1766 de lagrément de messire Claude Lambert Du-Val, chevalier Seigneur dudit Essertenne, par moi François Chaudron, géomètre arpenteur du Roy à la maitrise des Eaux et Forêts et Baillage de Gray y résidant". And at the bottom of sheet 47, Chaudron specifies: " La présente déclaration et plans à la suite ont étés extraits des minutes darpentage du finage et territoire dEsserienne par moy, arpenteur du Roy, soussigné, à linvitation du seigneur et des habitants pour valoir et servir ce quil appartiendra, à Gray, huit janvier mil sept cent quatre-vingt ". The object of his work are the lands surrounding Essertenne, a village in the East of France, today located in the department of Saône-et-Loire, in the Burgundy-Franche-Comté region. The first 47 sheets give the microtoponymy of the places, the description and the surface area of the plots of land as well as the name of their holder or owner: woods, wasteland, farmland, vineyards, gardens... Champ du Moulin, Vigne au bas des montants, Champs Millot, Marnière de la Combe de la Cour, Epie ou saison des Brosses, les Communaux, La Varenne, Le Vaché sauvage, Les Charbonniéres Saisons, Climats, journaux, perches sont les unités de mesures employées: La Veuve de Nicolas Menetrier, trois huitiemes de journal trente-cinq perches, La cure dEssertenne, un quart de journal vingt-quatre perches. In total, 1,077 + 93 plots of land are named and measured here, a colossal work in time and energy with the instruments and means of the time! Chaudron then devotes sheets 46 and 47 to his "Observations", which detail the units of measurement used for his survey: "Douze pouces pour 1 pied, neuf pieds six pouces anciens pour 1 perche, et trois cent soixante perches superficielles pour le journal de terre". He then presents 3 examples of surveys and states that "Pour lintelligence et vérification du présent arpentage, on a joint à la suite 27 feuilles de plans qui composent la totalité du territoire et prairie dEssertenne ". These sheets consist of 28 finely drawn plans in red and black ink, watercolored, with a graduated scale and an indication of the orientation of the "Septentrion" (North). The plots shown are extremely variable in shape and size. Note the inordinately elongated shape of the garden plots and the woods: at the time, they allowed the country dwellers to produce an essential part of their food, to cook and to heat their houses. Precious testimony to the work of a "géométricien" of the end of the old regime, a superbly executed and illustrated manuscript of great historical value for the richness of its technical, toponymic and economic content.

CHOPART (M.).

Essais sur les évolutions navales, suivis de quelques tables destinées à faciliter l'exécution et a en apprecier la durée. Par M. Chopart, Lieutenant de vaisseau, chevalier de la légion d'honneur, ancien élève de l'école polytechnique.

Paris, Imprimerie Royale, 1839. 1839 1 vol. in-4° (260 x 205 mm.) de: [2] ff. ( t, f.t.); viii pp. (dédicace, présentation, introduction); 310 pp.; 4 planches dépliantes. (Tableaux dans le texte). Demi-basane violine d'époque, papier marbré sur les plats, tranches marbrées.

Édition originale, rare, de ce traité dû au lieutenant de vaisseau Chopart, qui fut animé par la volonté de diffuser à tous les officiers de la Marine les connaissances inhérentes aux manuvres de la Flotte, lacunes considérées comme désastreuses par Chopart puisqu'il n'existait qu'un manuel à bord des bâtiments, la "Tactique", destiné au seul capitaine. Provenance : Jacques Lapierre, enseigne de vaisseau (dédicace manuscrite de lauteur). 1 vol. in-4°. Contemp. half sheep. Scarce original edition of this treaty by naval Lieutenant Chopart, which was animated by the desire to disseminate to all officers of the Navy knowledge inherent in the maneuvers of the Fleet, deficiencies considered disastrous by Chopart since it existed at the time only a manual on board the ships, the "Tactic", intended for the captain alone. Provenance: Jacques Lapierre, navy officer (handwritten dedication by the author).

CLEIRAC (Estienne).

Us et coutumes de la mer. Divisés en trois parties. I. De la navigation. II. Du commerce naval, & contrats maritimes. III. De la juridiction de la marine. le tout revu, corrigé et augmenté par lautheur en cette dernière édition.

Rouen, Jean Viret, 1671. 1671 1 vol. in-4° (235 x 163 mm.) de : [4] ff. (faux titre, titre, epitre, extrait du privilège du roi) ; 581 pp. (dont indice des matières) ; 87 pp. (déclarations du roi, ordres) ; [2] pp. (table des déclarations du roi). Plein vélin ancien, dos lisse titré à l'encre, tranches jaspées rouge. (Rares traces de mouillures et rousseurs).

Troisième édition (après 1647 et 1660), la plus complète, de cet ouvrage dEstienne Cleirac (1583-166?), jurisconsulte, maître des requêtes puis procureur du roi, originaire de Bordeaux. Son ouvrage traite des anciennes lois maritimes, dont les fameuses «lois d'Oléron» ou «jugements de la mer» et il contient également quelques commentaires sur la pêche à la baleine. Il est divisé en trois parties : I. « De la navigation », II. « Du commerce naval & contracts maritimes », III. « De la juridiction de la marine : avec un Traicté des termes de marine & reglemens de la navigation des fleuves & rivières ». Deux curieux chapitres sont consacrés à ses compatriotes basques (« Expédition ou Voyage des Basques dans la mer de Groetland », et « Première découverte de l'Amérique par les Basques ») où l'auteur affirme que les Basques ont découvert Terre-Neuve et le Canada cent ans avant Colomb. Il ajoute : « Le pilote, lequel porta la première nouvelle à Christophe Colomb et lui donna la cognaissance et ladresse de ce monde nouveau, fut un de nos basques terreneuvier » ! L'ouvrage est abondamment commenté dans l'Encyclopedia Britannica (11 e éd.), dans le chapitre Sea Laws: «La version de Cleirac tient toutefois probablement au style supérieur dans lequel il a été édité et à l'importance des autres traités sur les questions maritimes qu'il avait proposés. réunis pour la première fois en un seul volume, semble avoir obtenu une préférence en Angleterre par rapport au texte de Garcie et une traduction en anglais de celui-ci a été introduite dans le "Livre noir de l'amirauté" ». Bel exemplaire, conservé dans sa reliure en vélin dorigine, de ce rare traité. Seuls quelques exemplaires sont passés en vente publique ces 30 dernières années. Catalogue général des livres composant les bibliothèques du Ministère de la Marine et des colonies : 875 - D279; Alden & Landis 671/76 ; Brunet V: 1020; JCB (1919) III, p. 213; Kress 1286. 1 vol. in-4°. Contemp. velum. Third edition (after 1647 and 1660), the most complete, of this work of Estienne Cleirac (1583-166?), Jurisconsult, master of the requests then prosecutor of the king, native from Bordeaux. His work deals with the old maritime laws, including the famous "laws of Oléron" or "judgments of the sea" and it also contains some comments on whaling. It is divided into three parts: I. "Of navigation", II. "Naval Trade & Maritime Contracts", III. "Of the jurisdiction of the navy: with a Traicté of the terms of marine & regulations of the navigation of the rivers & rivers". Two curious chapters are devoted to his Basque compatriots ("Expedition or Voyage of the Basques in the Sea of Greenland", and "First discovery of America by the Basques") where the author claims that the Basques discovered Newfoundland and Canada one hundred years before Columbus. He adds: "The pilot who brought the first news to Christopher Columbus and gave him the cognition and the address of this new world, was one of our Basque terreneuvier"! The book is extensively commented on in the Encyclopedia Britannica (11th ed.), In the Sea Laws chapter: "The version of Cleirac, however, is probably due to the higher style in which it was published and the importance of the other treatises on the maritime issues he had proposed. For the first time, in a single volume, it seems to have obtained a preference in England over Garcie's text, and an English translation of it has been introduced in the "Black Book of the Admiralty". Fine copy, preserved in its original vellum binding, of this rare treat: Only a few copies have gone on sale in the last 30 years.

CLEMENT DAFFINCOURT [Pierre Clément, ingénieur du roi].

Plan de Dunkerque avec la flotte des Ennemis.

A Dunkerque, le 22 septembre 1694. 1694 1 f. (485 x 345 mm.) manuscrit à l'encre brune et aquarellé. (Traces de pliures, onglet au dos, quelques restaurations marginales, rousseurs et brunissement du pigment, légère trace de mouillure).

Rare carte manuscrite établie par Pierre Clément Daffincourt (1652-1704), Ingénieur ordinaire du Roy, Directeur des fortifications des places maritimes de Flandre qui a participé à la construction du port de Dunkerque. Document établis par cet officier lors de lattaque du port par la flotte anglo-hollandaise en septembre 1694, repoussée par Jean Bart (1650-1702), considérée comme la dernière victoire du célèbre corsaire. Acteur majeur de lhistoire navale française de la fin du 17ème siècle, Jean Bart a vu ses exploits récompensés par Louis XIV qui lui accorde, ainsi quà ses descendants, des lettres de noblesse. Sa renommée est telle que les Grands du royaume participent à l'armement de ses vaisseaux en contrepartie d'un tiers des prises. Réalisé sur le vif le 22 septembre 1694, le présent plan représente la dernière grande victoire du célèbre corsaire qui repousse alors une attaque anglo-hollandaise contre sa ville natale. Il est fait chef d'escadre deux ans plus tard et meurt en service le 27 avril 1702 à la veille de la guerre de succession dEspagne. La guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697) est marquée par une intense activité navale, et lannée 1694 est une succession de sièges et de batailles entre la flotte française et la coalition anglo-hollandaise. Louis XIV décide de porter son effort de guerre sur la Méditerranée et l'Espagne. Afin de soutenir le maréchal de Noailles pour la prise de Barcelone et de contraindre l'Espagne à signer la paix, Tourville quitte Brest le 24 avril avec 71 vaisseaux et l'escadre de Châteaurenault le suit le 7 mai. Renseignés sur ces mouvements, les Anglais et les Hollandais projettent de s'emparer de Brest, pensant que l'absence de Tourville et de sa flotte rendrait aisé le débarquement d'une armée d'occupation forte de sept à huit mille hommes. Le 18 juin, la flotte anglo-hollandaise, commandée par l'amiral John Berkeley, essuie un échec lors dune tentative de débarquement à Camarés. Après cette défaite, la flotte fait demi-tour et remonte la Manche en bombardant à titre de représailles plusieurs ports français dont Dieppe et Le Havre, provoquant des dégâts importants. Au mois de septembre, cette même flotte attaque Dunkerque et Calais. Le présent plan représente lattaque du port de Dunkerque par la coalition qui se déroule du 22 au 26 septembre. Réalisé sur le vif, comme latteste la date du 22 septembre, ce remarquable document porte la signature de lofficier Clément. Des traces de pli et le titrage à larrière indiquent quil a été soit rangé provisoirement dans des papiers militaires, soit plus probablement expédié aux autorités de commandement. La présence dun onglet au dos de la pliure centrale et une numérotation (86) attestant quil fut ensuite inséré dans un registre. Etabli par un professionnel le premier jour de lattaque, il est dune grande précision, offrant la position des 2 flottes avec lemplacement de chaque vaisseau et des batteries. Une table située en haut à droite, titrée « Explication des lettres » et numérotée de A à L précise tous les éléments représentés : types de navires (vaisseaux, galliottes, barques, chaloupes, machines infernales, forteresses, batteries, etc.). Sont aussi indiquées les hauteurs deau ainsi que léchelle du document. Lattaque fut repoussée. Rare document historique représentant le dernier grand fait darme de ce célèbre corsaire français. 1 manuscript l. (485 x 345 mm.), brown ink and watercolour. Rare manuscript map realized by Pierre Clément Daffincourt (1652-1704), "Ingénieur Ordinaire du Roy", who took part to the construction of Dunkirk. These plan was made by this officer when English and Dutch fleets attacked the city in 1694. They were repelled by Jean Bart (1650-1702) in a battle which is considered as the last victory of the famous sailor. Important figure of the French Naval history of the end of 17th century, Jean Bart was ennobled by Louis XIV. The date of 22th of september attests the plan was realised during the attack, by Pierre Clément d'Afficourt, who signed it. Some marks of folding, and the title on the verso of the document show it was either classify with military papers, or send to the authorities. Drawn by a professionnel on the first day of the attack, it shows many accurate details, offers the position of both fleets, with the name and place of both ships and batteries. Up on the right, a table gives the explanation for the depicted elements: kind of ships, batteries, fortifications. The attack was repelled. Rare and precious historical document, depicting the last victory of the famous French corsair.

CLEYER (Andreas).

Specimen medicinae sinicae, sive opuscula medica ad mentem sinensium.

Frankfurt, Johann Peter Zubrodt, 1682. 1682 1 vol in-4° (190 x 155 mm) de: [2] ff. (titre et privilège) ; 48 pp. (de nombreux schémas dans le texte) ; 99 pp. (3 schémas dans le texte) ; [11] pp. (dont une planche gravée sur pleine page) ; 54 pp. ; [1] f. blanc ; 16 pp. (de nombreux schémas dans le texte) ; 29 planches gravées sur pleine page. (Manque un titre gravé, quelques feuillets rognés courts avec atteintes au texte, rousseurs et feuillets roussis). Plein vélin ancien à recouvrement, dos lisse titré à l'encre, tranchefils traversant les coiffes, titre manuscrit, boitier de rangement de demi chagrin brun en toile.

Edition originale du premier ouvrage illustré sur la médecine chinoise publié en Europe. Ces traductions du latin résultent d'une version médiévale tardive du Mo cheh (Instructions relatives au pouls) et d'autres courts textes sont l'uvre du jésuite polonais Michael Boym (1612-1659). Ils ont été publiés, sans mention de Boym, par Andreas Cleyer (1634-1697), un médecin de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales qui uvrait à Java dans les années 1660 et plus tard au Japon. Le seul ouvrage occidental imprimé antérieurement sur la médecine chinoise était une courte collection non illustrée de traductions jésuites d'uvres chinoises similaires intitulées : « Secrets de la médecine chinoise » (Grenoble 1671). Les textes traduits ici, dont plusieurs sont de Vam Xo Ho (ou Wang Shu-ho), traitent principalement des théories relatives au pouls, et le lien étroit avec l'acupuncture est largement discuté. Lun des chapitres donne des remèdes pour différents types de troubles du pouls, tandis quun autre sur la matière médicale énumère et décrit 289 plantes, avec des transcriptions phonétiques de leurs noms chinois, et leurs noms latins où les plantes ont été identifiées. La dernière section contient 36 descriptions de divers symptômes pathologiques tels que l'apparence de la langue, illustrés par des gravures sur bois de langues avec des légendes décrivant la décoloration localisée, etc. Les curieuses gravures, copiées d'une source chinoise, probablement Lei ching de Chang Chieh-Pin (1624) comprennent plusieurs gravures anatomiques d'organes ainsi que "les premières cartes d'acupuncture publiées en Occident, malheureusement qualifiées « danatomiques » par les écrivains occidentaux, provoquant beaucoup de confusion et de mauvaises critiques" (Norman). Une partie de la traduction de Boym de la section sur le pouls a été abrégée et paraphrasée en anglais dans le deuxième volume de la montre dimpulsion du Médecin de John Floyer (1707-10). Floyer, vraisemblablement influencé par les théories chinoises, est le premier médecin européen à préconiser des observations régulières du pouls. Choulant-Frank, pp. 362-369; Cordier Sinica II, 1470-71; Garrison-Morton 6492; Lust 1183; Morrison II, 438; NLM/Krivatsy 1734-35; Norman 489; Pfister pp. 274-75; Waller 9107; Wellcome II, p. 359. 1 vol in-4°. 30 engraved plates, and numerous woodcut text. Ancient vellum. First edition of the first illustrated work on Chinese medicine published in Europe. These Latin translations of a late medieval version of the Mo cheh (Instructions relating to the pulse) and other short texts were the work of the Polish Jesuit Michael Boym (1612-1659). They were published, with no mention of Boym, by Andreas Cleyer ( 1634-1697), a physician with the Dutch East India Company who served in Java in the 1660s and later in Japan. The only earlier printed Western work on Chinese medicine was a short unillustrated collection of Jesuit translations of similar Chinese works entitled Secrets de la medicine chinoise (Grenoble 1671). The texts translated here, of which several are by Vam Xo Ho (or Wang Shu-ho), deal primarily with theories relating to the pulse, and the closely related subject of acupuncture is discussed extensively. One chapter gives remedies for various types of disorders of the pulse, while the chapter on materia medica lists and describes 289 plants, with phonetic transcriptions of their Chinese names, and their Latin names where the plants have been identified. The final section contains 36 descriptions of various pathological symptoms as manifested in the appearance of the tongue, illustrated by woodcuts of the tongue with captions describing localized discoloration, etc. The curious engravings, copied from a Chinese source, probably Chang Chieh-Pin's Lei ching (1624) include several anatomical engravings of organs as well as the first acupuncture charts published in the West; unfortunately, these were dubbed 'anatomical' by Western writers, causing much confusion and misguided criticism. A portion of Boym's translation of the section on the pulse was abridged and paraphrased in English in the second volume of John Floyer's Physician's pulse-watch (1707-10). Floyer, presumably influenced by Chinese theory, was the first European physician to advocate regular observations of the pulse.

COLUMBUS (Fernando).

La vie de Cristofle Colomb, et la decouverte quil a faite des Indes occidentales, vulgairement appellées le Nouveau monde. Traduite en François. [par Charles Cotolendy].

Paris: Claude Barbin et Christophe Ballard, 1681. 1681 2 parties reliées en 1 vol. in-12° (167 x 96 mm.) de: (12) ff. ; 262 pp. ; (1) f. bl. ; (12) ff., 260 pp. (Salissures, défauts d'usage, 2 ff. restaurés, divers ex-libris et cachets humides anciens sur les p. de titre). Pleine basanne 18 ème, dos lisse, titre de maroquin brun, tranche-fils de papier bleuté. (Dos discrétement restauré).

Première édition française, traduite de l'original italien (1571, Venise) de cette biographie de Christophe Colomb par un de ses contemporains qui le connaissait le mieux : son fils Ferdinand. Henry Vignaud, critique sévère des origines de la soi-disant légende de Columbus, l'a jugé "la plus importante de nos sources d'information sur la vie du découvreur de l'Amérique", et Washington Irving l'a honoré comme "la pierre angulaire". de l'histoire du continent américain. " Un historien plus récent, Benjamin Keen, traducteur et éditeur de Historie de Ferdinand - publié sous le titre « The Life of Admiral Christopher Columbus by his sohn Ferdinand (1959) la considère comme «une uvre de grande autorité» et continue: « L'Histoire de Ferdinand est plus ... qu'une source riche et fidèle d'informations sur Christophe Colomb, c'est aussi un document personnel émouvant qui recrée l'atmosphère morale et intellectuelle du monde de Colomb et les passions tourbillonnantes dont il était le centre ». « Pour le reste, le livre de Ferdinand a les vertus irrésistibles d'une histoire d'aventure splendide : c'est en grande partie un récit d'action direct ... le moment haletant de découverte, naufrage, tempête, bataille avec des mutins ou Indiens, ou marronnage. » Ferdinand accompagna son père, Amiral de la Mer Océan, lors de son quatrième voyage en Amérique en 1502-1504, l'aventure la plus difficile et la plus désastreuse de toutes. Il écrit donc pour partie de son expérience, du récit de son père concernant les autres voyages et de l'accès unique à ses papiers. Que la première édition de l'Historie n'ait été publiée que plus de trente ans après la mort de son auteur, et en italien plutôt qu'en espagnol, est expliquée dans ce passage de la vie de Columbus par l'amiral Samuel Eliot Morison (1942) : «Ferdinand commença très tôt la biographie que nous ne connaissons pas, mais elle ne fut achevée que peu de temps avant sa mort: le manuscrit, disparu depuis, fut emmené par D. Luis Colon, petit-fils de l'amiral, en Italie en 1568 avant qu'une édition espagnole est pu été imprimée, et le seul texte qui subsiste est une traduction italienne d'Alfonso Ulloa imprimée à Venise en 1571. » Don Luis, fils de Diego, était le «petit-fils playboy du découvreur» (Keen), qui s'intéressait à des sujets plus vivants que les papiers de famille. Ainsi, il cédat le manuscrit de l'Histoire de Ferdinand à un riche médecin génois, Baliano de Formari, qui a assuré la traduction et la publication, et à qui l'ouvrage est dédié. A noter : au cours du siècle dernier, l'Américain Henry Harrisse a émis des doutes quant à la paternité de Ferdinand sur la base de preuves qui semblaient impressionnantes à l'époque. La découverte de preuves ultérieures tend à réfuter fortement la conclusion de Harrisse et démontre les pièges de la conjecture bibliographique, même quand faite par des experts.) Quand Ferdinand Columbus (né en 1488) était un jeune garçon il est devenu page auprès de l'héritier espagnol, le prince Juan, et plus tard de la mère du prince, la reine Isabelle. À treize ans, en 1602, il se rendit en Amérique avec son père, puis de nouveau, en 1609, avec son frère aîné, Diego, qui était gouverneur d'Hispaniola (St Domingue). Par la suite, il voyagea beaucoup en Europe, servit le gouvernement espagnol avec sa connaissance des colonies et de la géographie, et agit comme conseiller juridique de Diego dans ses différends avec la Couronne sur les droits des héritiers du Découvreur. Il est probable que son historique basé en partie sur des documents rassemblés pour servir sa défense en cas de litige. La part de Ferdinand dans la succession de son père comprenait les revenus du travail de 400 esclaves à Hispaniola, ce qui, avec plusieurs sinécures royales, en fit un homme riche. Une grande partie de son argent qu'il a dépensé pour les livres et les manuscrits et la collection est devenue sa dépense la plus importante. Sa bibliothèque de plus de 15 000 volumes a été léguée au chapitre de la cathédrale de Séville. En raison de siècles de négligence, la collection s'est réduite à environ 2.000 volumes, mais la « Bibliotheca Colombina », comme on l'appelle, reste néanmoins l'un des grands trésors des livres. 2 parts in 1 vol. in-12°. 18th cent. sheep. First French edition, translated from the original Italian (1571, Venise), of the first biography of Christopher Columbus, by one of his contemporaries who knew him best, his portside son, Ferdinand. Henry Vignaud, severe critic of the origins of the so-called Columbus Legend, judged it to be "the most important of our sources of information on the life of the discoverer of America," and Washington Irving honored it as "the corner-stone of the history of the American continent." A more recent historian, Benjamin Keen, translator and editor of Ferdinand's Historie - published as The Life of Admiral Christopher Columbus by His Son Ferdinand, New Brunswick, N. J. (Rutgers University Press), 1959 - calls it "a work of great authority," and continues: "Ferdinand's Historie is more than a rich and faithful source of information about Columbus. It is also a moving personal document that vividly re-creates the moral and intellectual atmosphere of Columbus's world and the swirling passions of which he was the center. . . .."For the rest, Ferdinand's book has the irresistible virtues of a splendid adventure story. It is in large part a straightforward narrative of action . . . the breathless moment of discovery, shipwreck, storm, battle with mutineers or Indians, or a marooning." Ferdinand accompanied his father, Admiral of the Ocean Sea, on his fourth voyage to America in 1502-1504, the most difficult and disastrous adventure of them all. He wrote, therefore, from participation, from verbal narrative from his father's lips concerning the other voyages, and from unique access to his father's papers. That the first edition of the Historie was not published till more than thirty years after its author's death, and in Italian rather than the Spanish in which it was written, is accounted for in this passage from Admiral Samuel Eliot Morison's life of Columbus (1942). "How early Ferdinand began the biography we do not know, but it was not finished until shortly before his death. The manuscript, which has since disappeared, was taken by D. Luis Colon, the Admiral's grandson, to Italy in 1568, before any Spanish edition had been printed; and the sole surviving text is an Italian translation by Alfonso Ulloa printed at Venice in 1571." Don Luis, son of Diego, was the "playboy grandson of the Discoverer" (Keen), who was interested in livelier matters than family papers. He sold the manuscript of Ferdinand's Historie to a wealthy Genoese physician, Baliano de Formari, who underwrote the translation and publication, and to whom the work is dedicated. (Parenthetically, in the past century doubt of Ferdinand's authorship was cast by the able Americanist, Henry Harrisse, on the basis of evidence which seemed impressive at the time. Discovery of subsequent evidence strongly tends to refute Harrisse's conclusion and demonstrates the pitfalls of bibliographical conjecture, even when made by experts.) When Ferdinand Columbus (born in 1488) was a young boy he became a page to the Spanish heir apparent, Prince Juan, and later to the Prince's mother, Queen Isabella. At thirteen, in 1602, he went to America with his father, and again, in 1609, with his elder brother, Diego, who was Governor of Hispaniola (Espafiola). Thereafter, he traveled widely in Europe, served the Spanish government with his knowledge of the colonies and of geography, and acted as Diego's legal adviser in the latter's disputes with the Crown over the rights of the heirs of the Discoverer. It is likely that his Historic based in part upon documents gathered to present his case, grew naturally out of this litigation. Ferdinand's share of his father's estate included the income from the labor of 400 slaves in Hispaniola, which, along with several royal sinecures, made him a wealthy man. Much of his money he spent for books and manuscripts and collecting became his most important pursuit. His library of more than 15,000 volumes was bequeathed to the cathedral chapter of Seville. Because of centuries of neglect the collection has shrunk to about 2,000 volumes, but the Bibliotheca Colombina, as it is known, nevertheless remains one of the great treasure-houses of books.

COMBLES (Charles-Jean, de).

L'ecole du jardin potager. Contenant la description exacte de toutes les plantes potageres [...] Troisieme edition, augmentee du Traite de la Culture des Pêchers.

Paris, Didot le jeune, Delalain, 1780. 1780 2 vol. in-12° (171 x 104 mm.) de : I. 1 frontispice gravé, vi, 512 pp., 120 pp. (traité de la maniére de semer); II. [1] f. (t.), 396 pp.; xii, 167 pp. (traité de la culture des pêcher). Pleine basanne d'époque, dos à nerfs orné, titre et tomaison de maroquin rouge et noir. (Défauts d'usage aux coins et coiffes).

Nouvelle édition augmentée de cet ouvrage de référence sur le jardinage de lagronome et écrivain français Charles-Jean de Combles (1741-1803). Né à Lyon il publie plusieurs traités sur son passe-temps favori quil développe à Naples, le jardinage. Plus tard, il se lance dans la publication douvrages historiques et érotiques. Il meurt sans doute vers 1770. Dans ces deux volumes, explication est faite de tout ce quil est bon de savoir pour pratiquer le jardinage : « les plantes potagères, leur culture, les terres, leur situation, les climats qui leur sont propres, leurs propriétés, les différents moyens de les multiplier, le temps de recueillir leurs graines, leurs durée etc. ». Sont ainsi expliquées, les cultures de la laitue, la capucine ou encore du fenouil. Lécole du jardin potager est considérée comme son ouvrage le plus abouti. Bel exemplaire. 2 vol. in-12°. Contemp. sheep. New expanded edition of this reference book on gardening by the French agronomist and writer Charles-Jean de Combles (1741-1803). Born in Lyon he published several treatises on his favorite pastime he developed in Naples: gardening. Later, he starts publishing historical and erotic books. This work gives explanations of all that is good to know to practice gardening: "the vegetable plants, their culture, the lands, their situation, the climates, the different ways of multiplying them, the time to collect their seeds, their duration, and so on... The school of the vegetable garden is considered as his most successful work. Fine copy.

CORNIL (Gaston).

[Carnet de croquis et de dessins].

Paris, 1918-1919 1918 1 vol. in-folio (270 x 220 mm.) de : [59] ff. (regroupant 32 croquis, esquisses, dessins en noir ou en couleurs utilisant différentes techniques : mine de plomb, fusain, crayon, gouache, aquarelle, paste) ; certains dessins légendés ; un dessin signé. Pleine toile écrue, dos lisse muet, lacet de maintien et foureau pour crayon, pointillets de prédécoupage à la base des feuillets dont une partie ont été détachés par l'artiste.

Charmant carnet dartiste composé de croquis et dessins exécutés vers 1918-1919. Son auteur, le peintre Gaston Cornil, né en 1883, figure dans le « Dictionnaire des peintres de Montmartre ». Artiste paysagiste, portraitiste, illustrateur, il est aussi lauteur de séries de cartes postales et daffiches publicitaires. Dans les années 1910, Cornil expose au « salon de lécole Française », salon dont il deviendra le président après la guerre 14-18. Ce salon de prestige, créé en 1903 par le peintre Paul de Plument de Bailhac proposait un art classique : post-paysagiste dans la lignée de l'école de Barbizon et l'art du portrait mondain. Organisé pendant des décennies au Grand Palais, puis au Musée du Luxembourg, ce salon se tient aujourdhui dans les salles royales de la Madeleine. A lépoque ou Gaston Cornil en devient le président, le salon présente de nombreux peintres postimpressionistes. D'autres artistes les rejoignent dont certains du groupe "Montparnasse" réunis sous le vocable de "la Horde". Ont également participé à ce salon des membres de l'Institut et autres grands artistes reconnus tels que : Boudin, Landowsky, Grange, Cheyssial, Decaris, Belmondo, Lartigue, Cocteau, Marais, Mac Avoy, Deplanque, Terzieff, Falcucci, Poirier, Ciry, de Solère, Tchepik, Coquillay... Les uvres de Gaston Cornil, assez rares sur le marché, figurent dans les ventes publiques en Europe et aux EU depuis les années 1960. Par deux fois, en 1955 et 1960, lÉtat Français s'est porté acquéreur de ses uvres. Le présent carnet est, daprès nos recherches, le seul connu de cet artiste disparu sans ayant-droits. Il se compose de croquis, dessins au crayon noir, dessins en couleurs utilisant différentes techniques (mine de plan, fusain, crayon, gouache, aquarelle, pastel). Outre des paysages de Paris et de sa région joliment exécutés et représentatifs de luvre connue de lartiste, ce carnet est garni de nombreux portraits pris sur le vif : dont une quinzaine de personnages féminins, un ouvrage à la main, en tenue de sortie ou de soirée ou dans leur intimité. Ces dessins sont particulièrement réussis, de la simple esquisse au dessin en couleur parfaitement achevé. Dans dautres dessins, lartiste exprime son humour : 2 officiers anglais marchand sur les Champs Elysées en aout 1918, soldats français, personnages burlesques A noter une étude préparatoire dune affiche similaire à celle quil a produit pour la « Compagnie Hypmobile », ainsi quune carte postale de sa série consacrée à la grande crue de la Seine de 1909. Emouvant témoignage sur Paris à lorée des « années folles ».

CORROYER (E.).

Description de l'abbaye du Mont Saint-Michel et de ses abords.

Paris, Dumoulin, 1877. 1877 1 vol. in-8° (225 x 140 mm.) de : XVI-434 pages ; [3] ff. ; 1 grand plan dépliant hors-texte rehaussé en couleurs ; 1 frontispice ; 5 eaux-fortes gravées par L. Gaucherel d'après l'auteur ; plus de 130 figures gravées sur bois dont deux dépliantes. Index. Demi-veau à coins d'époqe, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, tranche supérieure dorée, gouttière et tranche de queue non-rognées, corps d'ouvrage et reliure trés frais ainsi que la reliure).

Edition originale de cet ouvrage du à l'architecte français Édouard-Jules Corroyer (1835-1904), qui reçu en 1878 la mission de restaurer le Mont-Saint-Michel. Son ouvrage constitue la premiere publication technique sérieuse consacrée au Mont-Saint-Michel. Somptueux travail typographique et un des rares exemplaires tirés sur papier de Hollande.

COTTEAU (Edmond).

Six mille lieues en soixante jours.

Auxerre, Imprimerie de Gustave Perriquet, 1877. 1877 1 vol. in-8° (247 x 158 mm) de : 138 pp. (dont titre) ; [1] f. (table) ; 1 carte dépliante. Brochage éditeur. (Traces de mouillures claires et rousseurs).

Journaliste et photographe, Edmond Cotteau (1833-1896) devient collaborateur pour Le Temps et Le Tour du monde, menant une vie de globe-trotter et prenant des clichés d'une rare qualité pour son époque. Il voyage dans les Amériques en 1876-1877, les Indes en 1878-1879, en Europe centrale, au Japon et revient en Chine et en Indochine en 1881-1882. Il réalise un tour du monde par la mer en 1883-1884, en 364 jours, largement couvert par la presse française. Il est aussi agent secret au service de la France. I fournit dans ses récits de voyages de nombreux détails sur larchitecture et les murs des peuples rencontrés.

CRAPELET (Georges Adrien).

Souvenirs de Londres en 1814 en 1816, suivis de l'histoire et de la description de cette ville dans son état actuel.

Paris, Crapelet, 1817. 1817 1 vol in-8° (210 x 133 mm.) de: VI -281 (1) pp., [1] ff., 1 plan dépliant de Londres gravé par Moisy et de 12 planches hors-texte. Cartonnage de papier à la colle bleu d'époque, étiquette de titrage éditeur au dos, non rogné, emboitage moderne de protection.

Intéressante description de Londres et de ses habitants, inspirée dauteurs anglais tels que : Fitzstephen, Maitland ou encre Clarendon. Exemplaire dans son brochage éditeur dorigine, publié en 1817 par la célèbre imprimerie Carpelet à Paris et illustré par Jean-Jérôme Baugean. Cet ouvrage est un récit pittoresque de la capitale anglaise, ses monuments et son économie, sa qualité de vie, la mentalité des anglais à cette époque et surtout l'ambiance qui y régnait à deux périodes différentes. Lensemble comporte 12 planches illustrant la capitale ainsi quun plan dépliant de cette dernière. 1 vol. in-8°. Publisher rappers. Interesting description of London and and its inhabitants, inspired by English authors such as: Fitzstephen, Maitland or Clarendon ink. Copy in original publisher rappers, published in 1817 by the famous printing press Carpelet in Paris and illustrated by Jean-Jérôme Baugean. This book is a picturesque account of the English capital, its monuments and its economy, its quality of life, the mentality of the English at that time and especially the atmosphere that reigned there at two different periods. The work includes 12 plates illustrating the capital and a folding map in-fine.

DALIDO (Pierre)

Jersey, Ile Agricole Anglo-normande. Etude de sociographie. Préface de Lucien Febvre.

Vannes, Imprimerie A. Chaimeron, 1951. 1951 1 vol. In-8°. Papier éditeur.

Précieuse étude, remarquablement détaillée et documentée sur lile de Jersey, réalisée au milieu du 20éme siècle, à lépoque ou la plus vaste des iles anglo-normandes avait encore une importante activité agricole.

DE LA HUERTA (Jose Lopez).

Examen de la Posibilidad de fixar la significacion de los Sinonimos de la Lengua Castellana.

Valencia, Jose Estevan, 1811. 1811 2 parties en 1 vol in-8° ( 153 x 105 mm.) de: xxxii pp., [2] ff., 216 pp.; 224 pp. Pleine basanne marbrée, dos lisse orné.

Fourth edition, first published in 1789, providing synonyms and antonyms in Catalan, arranged by word pairs. 1 vol. in-8°. Contemporary marbled sheep, spine gilt. Provenance: J.M. Guardia (signature). Fourth edition, first published in 1789, providing synonyms and antonyms in Catalan, arranged by word pairs. '

DELESSERT (Adolphe).

Souvenirs d'un voyage dans l'Inde exécuté de 1834 à 1839.

Paris, imp. Bétrune et Plon pour Fortin, Masson et Cie & Langlois et Leclerq, 1843. 1843 2 parties en 1 fort vol. in-8° (250 x 176 mm) de : [3] ff. (faux titre, titre, hommage) ; III ; 134 pp. ; 107 pp. (dont table) ; [1] f. (titre deuxième partie) ; 27 planches dont 24 coloriées et 1 carte repliée. Demi-maroquin à coins noir dépoque, dos à cinq nerfs, pièce de titre de maroquin blond, plats recouverts de papier marbré. (Quelques feuillets fragiles).

Rare unique édition de la relation du voyage en Inde dAdolphe Delessert. Louvrage est composé de deux parties : Delessert décrit dabord la route de lexpédition scientifique, avant dentrer dans le cur de son sujet, lhistoire naturelle de lInde, illustrée de 27 planches (24 aquarellées) qui représentent des animaux, oiseaux et insectes parmi lesquels 11 sont consacrées aux lepidoptera (papillons). 2 parts in 1 vol. in-8°. 35 lithographs (24 hand-coloured), 1 large folding outline hand coloured lithographed map. Original black quarter morocco. Scarce only edition of the memories of Adolphe Delessert of his voyage to India. Dividing his work into two parts, Delessert first describes the route taken by his scientific expedition, and then the more important natural history of India, including 27 (24 beautifully hand coloured) plates of animals, birds and insects, in which 11 are devoted to lepidoptera. Fine copy.

DESMAREST (Nicolas).

Dissertation sur lancienne jonction de lAngleterre à la France.

Amiens et Paris, Godart, Ganeau, 1753. 1753 1 vol. in-8° de : [4] ff., 157 pp. [1] pp. et 1 carte gravée dépliante aquarellée in fine. Cartonnage XIXe recouvert de de papier beige, dos lisse titré.

Édition originale de cet ouvrage de Desmarest, décrivant la côte ouest de la Grande-Bretagne du canal de Bristol au cap-Wrath. Dans cet ouvrage, Nicolas Desmarest (1725-1815), géographe français, poursuit son propos sur de la jonction entre lAngleterre et la France. Afin de permettre au lecteur de suivre son raisonnement, il joint une carte des côtes ainsi quune carte topographique remarquablement précise du fond de la mer de la Manche et de la mer dAllemagne, elle-même dressée par Philippe Buache. Bel exemplaire. 1 vol in-8 °. [4] ff., 157 pp. [1] pp. and 1 colored map. Contemp. cardboard binding. First edition of this work describing the west coast of Great Britain from the Bristol Channel to Cape Wrath. In this book, Nicolas Desmarest (1725-1815), a French geographer, goes on about the junction between England and France. To allow the reader to follow his reasoning, he joins a chart of the coast and a remarkably accurate topographic map of the bottom of the Channel Sea and the German Sea, itself drawn by Philippe Buache. Fine copy.

DESNOS (Louis Charles), BRION de la TOUR (Louis), ZANNONI.

[ATLAS] Coup dil général sur la France [] pour servir dintroduction au Tableau analytique et géographique de ce Royaume.

A Paris, chez Grangé, imprimeur-libraire, au Cabinet Littéraire, Pont Notre-Dame, près la Pompe ; chez Guillyn, Libraire, Quai des Augustins ; chez Despilly, Libraire, rue Saint-Jacques, à la Croix d'or ; chez Durand Neveu, Libraire, rue Saint Jacques, à la Sagesse ; chez Rozet, Libraire, au coin de la rue Zacharie : chez Delalin, Libraire, rue Saint-Jacques ; chez Desnos, Ingénieur-Géographe, rue Saint Jacques, à l'Enseigne du Globes & de la Spère, 1765-(1766-1767). 1765 1 vol. in-4° (298 x 217 mm.), 15 pp. (titre, av. Propos et division du Royaume), (2) ff. (état des cartes) puis 3 parties: - DESNOS. Tableau analytique de la France []. Paris, 1766. Un titre gravé, un « Plan trigonométrique de la France » replié, 29 cartes générales ou partielles de la France, coloriées ou rehaussées de couleurs, et 2 « Carte [s] odographique [s] » circulaires (datés 1763 et 1766), dont un « Tableau des distances des principales villes du Royaume ». - RIZZI-ZANNONI. Le Petit Neptune français, ou Carte des côtes maritimes du Royaume. Paris, 1767. Un titre gravé et colorié, une carte de la France gravée et repliée et trois cartes coloriées. - MICHEL & DESNOS. LIndicateur fidèle ou Guide des voyageurs qui enseigne toutes les routes royales et particulières de la France []. Paris, 1767. Un titre et une dédicace gravés et 19 cartes gravées et coloriées, dont 10 repliées. Relié in fine : le « Prospectus du Guide des voyageurs », suivi du « Catalogue alphabétique des routes royales et particulières, que contiennent toutes les feuilles de lIndicateur Fidèle. » (6 et 10 pp). (Quelques taches au verso de certaines cartes, occasionnés par les pigments). Demi-veau dépoque, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, tranches rouges.

Bel ensemble réunissant ces 3 publications cartographiques. Louis Brion de la Tour fut ingénieur-hydrographe du Roi, actif de 1756 à sa mort en 1803, il servit donc l'ancien et le nouveau régime. Ses cartes présentent l'intérêt de montrer l'état du réseau routier français avant la Révolution ; elles sont très détaillées et précises. Cette importante réunion de travaux géographiques, topographiques, administratifs et maritimes dus aux cartographes Rizzi Zannoni (1736-1814, géographe de la ville de Venise, chef hydrographe du dépôt de la Marine), Michel par L. Brion de la Tour et Louis-Charles Desnos(1725-1805, ingénieur géographe pour les Globes et les Sphéres) constituent un précieux document présentant la situation de la France à la fin de l'ancien régime. Le travail de gravure (encadrements des cartes...) est très soigné ainsi que la mise en couleurs. Provenance : Ex libris armorié non identifié. Exemplaire très frais et en condition d'époque. Phillips 2990-2993, Tooley's dictionary of mapmakers. 1 vol. in-4°. Contemp. half sheep. Fine set bound together of these 3 cartographic publications. Louis Brion de la Tour was the King's hydrographer-engineer, active from 1756 to his death in 1803, then he served the old and new regimes. His maps shows the state of the French roads before the Revolution; they are very detailed and precise. This important set of geographical, topographical, administrative and maritime works by cartographers Rizzi Zannoni (1736-1814, geographer of the city of Venice, head hydrographer of the Navy depot), Michel by L. Brion de la Tour and Louis-Charles Desnos (1725-1805, geography engineer for Globes and Spheres) gives the situation of France at the end of the old regime. The engraving work (map frames ...) is very nicely done and colored. Provenance: unidentified armored ex-libris . Very fresh copy in period condition.

DESNOS (Louis Charles).

Atlas chorographique, historique, et portatif des élections du royaume.

Paris, Desnos, 1763. 1763 1 vol in-4° (277 x 210 mm) de : VIII, XXXIV pp., 122, XI pp., [1] ff. (errata et avis) 27 cartes sur double-pages, dont 1 titre et 1 frontispice. Plein maroquin rouge d'époque, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, armes dorées (non identifiées) sur les plats et encadrement de filets dorés, tranches dorées. Ex-libris sur cuir "Jacques Lacour Gayet".

Première édition de cet atlas chorographique par Louis Charles Desnos (1725-1805). L'ingénieur, géographe et libraire parisien, fut nommé « ingénieur géographe pour les globes et les sphères de Sa Majesté Danoise » pour le Roi du Danemark. Il tenait une boutique rue Saint-Jacques, au Globe. Cependant, il a passé la plus grande partie de sa vie en tant que fabricant de globe et éditeur de cartes à Paris. Il travailla avec les plus importants cartographes de son temps et collabora souvent avec Brion de la Tour. Dans cet ouvrage, Desnos fait la description des : « Paroisses et des feux, la position des villes, des bourgs, des villages, des hameaux et Abbayes, des bois, des prairies, des montagnes, des étangs », le tout accompagné de renseignements pertinents quant à : « lhistoire particulière de chaque ville, sa situation, ses embellissements, ses principaux édifices ». Bel exemplaire bien conservé en maroquin rouge dépoque. 1 vol in-4 °; 27 double-page maps, including 1 title and 1 frontispiece. Full red morocco period, back with ornate nerves, gilded arms. First edition of this chorographic atlas by Louis Charles Desnos (1725-1805). This Parisian engineer, geographer and bookseller was named "geographer for the globes and spheres of His Danish Majesty" for the King of Denmark. He ran a shop on Rue Saint-Jacques. However, he spent most of his life as a globe maker and map publisher in Paris. He worked with the most important cartographers of his time and often collaborated with Brion de la Tour. In this work, Desnos describes the "Parishes and fires, the position of towns, villages, hamlets and abbeys, woods, meadows, mountains, ponds ...", all accompanied by relevant information: "the particular history of each city, its location, its embellishments, its main buildings ...". Great copy, well preserved red morocco period.

DHARCOURT (R. & M.).

La Musique des Incas, et ses survivances.

Paris, Librairie orientaliste Paul Gueuthner, 1925. 1925 1 fort vol. in-4° (260 x 195 mm) de : [3] ff. (faux titre, du même auteur, titre, dédicace) ; VII (avant-propos) ; 575 pp. (musique dans le texte ; index bibliographique) ; [1] p. (errata) ; 1 planche ; 1 vol. datlas in-4° (270 x 200 mm) de : [2] ff. (faux titre, du même auteur, titre) ; 23 pp. (table descriptive des planches) ; 39 planches. Texte broché ; atlas sous chemise demi-percaline brune avec lacet dattaches (reliures de léditeur).

Édition originale de ce remarquable travail consacré à la musique et aux instruments de musique des incas. Ce travail dû au couple de musicologue M, et Mme d'Harcourt marque une date dans l'histoire de l'américanisme. La bibliographie très complète qui termine l'ouvrage permet de se rendre compte que c'est là le premier travail d'ensemble sur la musique indienne sud-américaine, la première synthèse sur un art indigène qui jusqu'alors n'avait pas retenu l'attention des ethnologues. L'étude de la musique incasique forme le centre du présent travail, leurs recherches s'étendant à un domaine beaucoup plus vaste comprenant le Mexique, l'Amérique centrale et toutes les régions sud-américaines sur lesquelles subsistent des documents. La première partie même, qui traite des instruments utilisés tant à l'époque précolombienne que depuis la découverte, est une élude ethnographique qui- englobe le Nouveau Monde tout entier. Elle est composée d'une série de véritables monographies incluant une description technique et très poussée de chaque instrument, l'étude de sa répartition dans l'Amérique entière. Ainsi sont passés successivement en revue les sonnailles et les bruiteurs, les tambours et les xylophones, la trompe, la syrinx, la flûte verticale et le flageolet, les sifflets et les ocarinas et les instruments à cordes. La seconde partie de louvrage est entièrement consacrée aux fêtes et aux danses de lancien Pérou et du Mexique. Le 3e chapitre traite de la musique indienne et tout particulièrement de la musique péruvienne au point de vue technique. Y sont répertoriées 204 mélodies, la plupart notées sur place ou recueillies auprès de personnes natives dAmérique du sud. Les auteurs parviennent ainsi à distinguer ce qui est vraiment indien de ce qui a subi l'influence européenne, la musique précolombienne de la musique métissée. À noter encore un chapitre sur la poésie incasique, et un autre sur les chanteurs et instrumentistes. Louvrage est accompagné d'un superbe album de 39 planches en phototypie, dont plusieurs en couleur. Bel exemplaire, très frais. 1 vol. in-4° + 1 atlas in-4° of 39 plates. Publisher binding. First edition of this remarkable work devoted to music and musical instruments of the Incas. This work, due to the couple of musicologist M, and Mrs. d'Harcourt, marks a date in the history of Americanism. The complete bibliography that completes the book makes it possible to realize that this is the first overall work on South American Indian music, the first synthesis on an indigenous art that until then had not retained the attention of ethnologists. The study of Incaic music forms the center of the present work, their research extending to a much larger field including Mexico, Central America and all South American regions on which documents remain. The first part, which deals with the instruments used both in the pre-Columbian period and since the discovery, is an ethnographic study that encompasses the entire New World. It is composed of a series of real monographs including a technical and very detailed description of each instrument, the study of its distribution in the whole of America. Thus, bells and noisemakers, drums and xylophones, trumpet, syrinx, vertical flute and flageolet, whistles and ocarinas and stringed instruments were successively reviewed. The second part of the book is entirely devoted to the festivals and dances of ancient Peru and Mexico. The third chapter deals with Indian music and especially Peruvian music from a technical point of view. There are 204 melodies recorded, mostly noted on the spot or collected from people native of South America. The authors thus manage to distinguish what is truly Indian from what has undergone European influence, the pre-Columbian music of mixed music. There is another chapter on Incasic poetry, and another on singers and instrumentalists. The set includes a superb album of 39 collotype plates, many in color. Fine copy, very fresh.

DOUBILLE.

[Alguier de la Martinique]/[Seaweeds herbarium of the Martinique]. La Martinique, 1856-1863.

1856 1 vol. in-folio (501 x 342 mm.) de : [63] ff. (avec 1 à 3 spécimens pour un total de 112); [27] ff. bl. Pleine percaline d'époque, dos coins renforcés par une toile noire. (Défauts d'usage).

Important alguier comportant 112 spécimens dalgues collectés en Martinique entre mai 1856 et juillet 1863, travail soigné portant la mention manuscrite de son auteur: Doubille. Cest à partir de 1820 que, dans le même esprit que les herbiers, des scientifiques développent la technique des herbiers dalgues ou 'alguiers, moyen pratique pour étudier les spécimens dalgues et leur évolution. Certains firent même lobjet dune publication à petit nombre, comme celui des frères Crouan (Brest, 1852, 50 ex.). Il avait fallu 15 ans à ces pharmaciens de Brest pour réaliser leur alguier de 404 spécimens qui recense la flore marine du Finistère. Complexes à réaliser, les alguiers anciens sont beaucoup plus rares que les herbiers. Or, avec la baisse inquiétante de la biodiversité, les alguiers du milieu du 19eme siècle, véritables photographies dune flore marine en partie disparue, sont dune valeur inestimable pour les biologistes. Le présent alguier en est un très bel exemple: les spécimens sont en bon état de conservation, le travail de collecte et de collage sur papier est parfaitement exécuté et la taille du recueil permet dy exposer les algues dans leur entièreté. Réalisé à la Martinique (mentions manuscrites de lieu et de date), cet alguier est particulièrement intéressant car il permet détudier les algues présentes sur cette île au milieu du XIXe siècle, offrant la possibilité de les comparer avec les spécimens actuels et ainsi dobserver leur évolution. Son auteur na pas noté le nom des spécimens. Pourtant la qualité de son travail laisse à penser quil sagit de l'uvre dun scientifique. Le nom de Doubille est inscrit à lencre sur certaines planches. Il est probable que ce dernier ait séjourné plusieurs années en Martinique car les dates de prélèvements indiquées sétalent sur 7 ans, entre 1856 et 1863. Le recueil comporte au total 63 feuillets volants encartés (permettant denlever et de remettre les spécimens aisément) dont 18 à pleine page (318 x 243 mm.) et 45 à demi-page (248 X 161 mm.), avec 1 à 3 spécimens par feuillet. Parmi ces algues, nous avons pu identifier: la Laitue de mer (Ulva lactuca), la Dulse (Palmaria palmata), la Dictyota, les Rhodophytes (algues rouges), la Padina Jamaicensis, les Stypopodium Natans et Zonale ou encore la Sargasse (Sargassum). Précieuse et rare collection conservée dans sa reliure dorigine de percaline brune. Références bibliographiques pour les algues: algaebase.org et https://inpn.mnhn.fr/accueil/index 1 vol. in-folio of : [63] ff. (with 1 to 3 specimens for a total of 112); [27] ff. bl. Full period cloth, back corners reinforced with black canvas. Important seaweed herbarium containing 112 specimens collected in Martinique between May 1856 and July 1863, meticulous work bearing the handwritten mention of its author: Doubille. It was from 1820 that, in the same spirit as herbariums, scientists developed the technique of seaweed herbariums or "alguiers" in French, a practical means of studying algae specimens and their evolution. Some were even published in small numbers, such as that of the Crouan brothers (Brest, 1852, 50 copies). It took 15 years for these pharmacists from Brest to produce their alguier of 404 specimens which lists the marine flora of Finistère. Complex to achieve, early alguiers are much rarer than herbarium. However, with the worrying decline in biodiversity, seaweed herbarium from the middle of the 19th century, a time capsule of partly extinct marine flora, is of inestimable value to biologists. This alguier is a very good example: the specimens are in good condition, the way of collecting and gluing them on paper is perfectly executed and the size of the " alguier " allows the algae to be exposed in their entirety. Made in Martinique (handwritten notes of place and date), this Alguier is particularly interesting because it allows to study the algae present on this American island in the middle of the 19th century, offering the possibility of comparing them with current specimens and thus to observe their evolution. Its author did not specify the names of the specimens. Yet the quality of his work suggests that he is a scientist. The name "Doubille" is written in ink on some plates. It is likely that he spent several years in Martinique because the dates of the samples indicated are spread over 7 years, between 1856 and 1863. The collection comprises a total of 63 inset loose leaves (allowing specimens to be removed and returned easily) including 18 full pages (318 x 243 mm.) and 45 half-page (248 X 161 mm.), with 1 to 3 specimens per sheet. Among these algae, we were able to identify: Sea lettuce (Ulva lactuca), Dulse (Palmaria palmata), Dictyota, Rhodophytes (red algae), Padina Jamaicensis, Stypopodium Natans and Zonale or Sargassum (Sargassum). Precious and rare collection preserved in its original brown percaline binding.

DOUGLAS (Capt. Andrew Snape).

A log of the proceedings of His Majestys Ship Southampton, of 32 guns and 200 men, Captain Andrew Snape Douglas, Commander, kept by himself.

[A bord], 1786-1787. 1 vol in-4° (205 x 165 mm) de: [61] pp. manuscrites à l'encre brune, [14] ff. bl., et 1 tableau in-folio à l'encre brune (200 x 160 mm.) donnant la liste des escales. Cartonnage recouvert de papier à la colle rose.

Journal de bord manuscrit original d'un voyage en méditerranée du H.M.S. Southampton. Il comporte des tables dans lesquelles lécriture semble être deux mains différentes, l'une étant celle du capitaine Douglas, l'autre probablement celle d'un de ses officiers. La feuille repliée glissée dedans donne "Une liste des différents endroits où j'ai été à H: Majs Ship Southampton A. S. Douglas Esqr. Commr de quitter le Little Nore. Sept 1786 au [titre inachevé] ', signé' J. Baikies (?). ' Andrew Snape Douglas était un capitaine de marine écossais distingué dans la Royal Navy pendant les révolutions américaine et française. Il commandait le HMS Southampton, de 32 canons, qui avait été nommé navire de garde à Weymouth, lorsque le roi George III lui rendit visite. Douglas conduisit le roi lors de son premier voyage à bord d'un navire de guerre et, le 13 septembre 1789, le roi George nomma Douglas chevalier. Le manuscrit débute le 18 juillet 1786 avec le récit de sa remise de commandement du Southampton. Il décrit l'armement du navire et les divers ordres de lamirauté qu'il a reçus lors de ses voyages à Lisbonne, dans la baie de Gibraltar, dans la baie de Tanger, dans la baie d'Alger, à ville de Franche, à Marseille et à Toulon. 1 vol. in-4°. Manuscript on paper. Card board binding. Original manuscript log from a Mediterranean voyage of H.M.S. Southampton. It includes tables in what appear to be two different hands, one being Captain Douglas's, the other possibly in the hand of one of his officers. The laid-in sheet provides A list of the different places I have been at in H: Majs Ship Southampton A. S. Douglas Esqr. Commr from leaving the Little Nore. Sept 1786 to the [title unfinished]', signed 'J. Baikies(?).' Andrew Snape Douglas was a distinguished Scottish sea captain in The Royal Navy during the American and French Revolutions. He was in command of the 32-gun HMS Southampton, which had been appointed the guard ship at Weymouth, when the town was visited by King George III. Douglas conducted the King on his first voyage aboard a warship, and on 13 September 1789 King George appointed Douglas a knight bachelor. Douglas' manuscript opens on 18 July 1786 with an account of his receiving on that day the commission to command the Southampton. He describes the fitting of the ship and the various orders from Admiralty he was given during travels to Lisbon, Gibraltar Bay, Tangier Bay, Algier Bay, Ville Franche, Marseilles, and Toulon.

DOUNOT (DIDIER)

Confutation de l'invention des longitudes ou de la mecometrie de l'eymant. Cy devant mise en lumiere souz le nom de Guillaume le nautonnier.

Paris, François Huby, 1611. 1611 1 vol in-4° ( x mm.), ff. [4], 42, Vignette gravée sur le titre, bandeaux et lettrines, shémas dans le texte. Plein vélin, tranches rouges. Marquage brun de la marge du titre et du feuillet de dédicace du à la reliure.

Édition originale de ce texte de toute rareté du à Didier Dounot, uvre critique de la « Mécométrie de l'aimant, c'est-à-dire, la manière de mesurer les longitudes » (Venes, 1603) de Guillaume le Nautonier de Castelfranc (1560-1620). Ce pasteur protestant passionné de mathématiques et d'astronomie rechercha un moyen de calculer les longitudes. Son livre lui avait valut d'être nommé géographe ordinaire du roi Henri IV, en 1609. Aussi, à peine imprimé, louvrage fut utilisé, dés sa première expédition de 1603, par Samuel de Champlain, pour ses travaux cartographiques en Nouvelle-France. En 1611 , Dounot fait parraitre sa « Confutation de l'invention des longitudes ou de la mecometrie de l'eymant », critique très argumentée de louvrage de Dounot quil accuse de ne pas démontrer ses affirmations et de rejeter comme fausses toutes les observations sur la déclinaison de la boussole qui ne corroboraient pas sa théorie, présentant et discutant les théories et observation de plusieurs auteurs contemporains concernant le calcul des longitudes et la déclinaison du compas. Mercator est le premier, au XVIe siècle, à tenter de déterminer la longitude en la mesurant. Parallèlement, le médecin britannique William Gilbert établit les tables de cette déclinaison. Louvrage de Nautonnier est l'un des premiers à spéculer sur le lien entre la longitude et la déclinaison de l'aimant. Inspiré par les ouvrages de ses prédécesseurs : Jean-Baptiste de la Porte, Michel Coignet, Sanutus, Bessard, Il défend l'idée de deux pôles magnétiques fixes, vers lesquels l'aiguille des aimants est orientée en permanence. Didier Dounot (1574-1640), qui enseigna les mathématiques à Paris et fut l ami de Descartes et de Marin Mersenne, critique ici sa théorie sur le géomagnétisme émise par Nautonnier en 1603. Reprenant et réfutant point par point ses théories et se référant aux observations des navigateurs ( dont celles faites à St Helene, aux iles Tristan de Concha et à Canton en Chine). Enfin il consacre son dernier chapitre à la critique des observations de Samuel Champlain en Nouvelle France sur la micrométrie, non sans un certain humour : « Que le sieur de Castel-Franc vouloit conclure universellement pour toute la terre, mes démonstrations précédentes lempêcheront. Car encore quil ait cinq cent sieurs de Champlain observant en cinq cent endroits de la terre, et que toutes leurs observations conviennent avec la mecometrie, je ne veux que deux ou trois petites observations contraires pour ruiner tout. Et quil dit tant quil voudra quune hirondelle ne fait pas le printemps, il ne faut quune induction particulière pour détruire une proposition universelle. Mais je voudrais bien savoir quelle certitude peut avoir le Sieur Champlain quune longitude observée par la mecometrie, à la Nouvelle France, sera véritable ? Aura-t-il point trouvé en Canada quelques Ptolémée manuscript, qui contiennent les longitudes diceluy. » Lalande, p. 156. Houzeau & Lancaster, n°10324. Jérôme Lamy, «Le problème des longitudes en mer dans les traités d'hydrographie des Jésuites aux XVIIe et XVIIIe siècles» in Histoire & Mesure, 2006. 1 vol. in-4°. woodcut device on title, woodcut initials and headpieces, woodcut diagrams. Later vellum. Original edition of this text of any rarity from Didier Dounot (1574-1640), critical work of the « Mécométrie de l'aimant, c'est-à-dire, la manière de mesurer les longitudes » (Venes, 1603) by Guillaume de Nautonier de Castel-franc (1560-1620), a book that earned him the title of Ordinary Geographer to King Henry IV in 1609. Just printed, his work was used by Samuel de Champlain (circa 1570-1635) during his first expedition of 1603 for his cartographic work of New France. In 1611, Dounot published his " Confutation de l'invention des longitudes", a very well-argued criticism of Dounot's work, which he accuses of not demonstrating his claims and rejecting them as false. Mercator was the first in the sixteenth century to attempt to determine longitude by measuring it. In parallel, the British doctor William Gilbert establishes the tables of this declination. Nautonnier's work is one of the first to speculate on the link between the longitude and the declination of the magnet. He defends the idea of two fixed magnetic poles, towards which the needle of the magnets is oriented permanently. Dounot, mathematics teacher in Paris and friend of Descartes, criticizes here Nautonniers theory on geomagnetism. Repeating and refuting point by point his theories and referring to the observations of navigators (including those made made in St Helena, Tristan de Concha and Canton in China). Finally, he devotes his last chapter to the criticism of Samuel Champlain's observations in New France using the mecrometry, not without some humor: "That the Sieur de Castel-Franc wanted to conclude universally for all the earth, my previous demonstrations will prevent it. For although he has five hundred Sieurs de Champlain observing in five hundred places of the earth, and all their observations agree with the mecometrie, I want only two or three small contrary observations to ruin everything. And that he says as long as he wants a swallow does not make spring, it only takes a particular induction to destroy a universal proposition. But I would like to know what certainty Sieur Champlain may have that a longitude observed by mecometrie in New France will be true? Will he not have found in Canada some Ptolemy manuscript, which contain the longitudes of the place?. "

DRASLE DE GRAND PIERRE.

Relation de divers voyages faits dans l'Afrique, dans l'Amérique et aux Indes Occidentales. La description du royaume de Juda et quelques particularitez touchant la vie du Roy regnant. La relation d'une isle nouvellement habitée dans le détroit de Malacca en Asie, et l'histoire de deux princes de Golconde, par sieur Draslé...

Paris, Jombert, 1718. 1718 1 vol. in-12° (165 x 95 mm.) de : [3] ff. (titre, table) ; 352 pp. ; [2] ff. (approbation, privilège). Plein veau d'époque, dos à nerfs orné, titre de marocain brun, roulette sur les coupes, tranches rouges. Ex libris gravé J. B.T.A (Jean, Baptiste, Thomas, Antoine) de Chauliac (1765...), Chr de St Louis, Lt colonel de cavalerie. (Coiffe supérieure accidentée).

Rare édition originale (les suivantes sont de 1726 et 1728) de cette précieuse relation d'un périple effectué entre 1700 et 1718. Ces voyages, dont l'auteur nous livre les souvenirs, sont de constantes allées et venues entre les continents; fait prisonnier par les anglais, il est contraint de visiter certaines parties de l'Afrique noire. Libéré, il revient en Amérique et cherche à participer à des faits militaires. Ses récits sont tissus d'anecdotes souvent pleines d'intérêt et parfois cocasses (cf: p. 7, à propos de Buénos-Aires: "Les femmes y sont belles, vives, spirituelles, et galantes, et assez bien prévenues des François, à qui elles font volontiers des avances, comme si elles vouloient les consoler de l'incivilité de leurs pères ou de leurs maris, qui sont toujours un peu dominés à notre égard par leur antipathie Espagnole. Cependant, il faut rendre justice à ceux qui habitent Buenos-Aires, je ne les ay point trouvés jaloux comme les autres, et ils ont méme des usages assez François à l'égard de leurs épouses, à qui nous allions rendre visite avec beaucoup de liberté, et sans qu'ils le trouvassent mauvais. Il semble que quelque air de Paris ait passé en ce pays, et qu'il en ai chassé la jalousie Espagnole...") et parsemés de descriptions de villes et de royaumes tropicaux. Liste des pays traversés : Amérique du Sud. Brésil. Argentine. Mexique. Afrique. Guinée. Bénin. Martinique. Asie. Indonésie. Ile de la Pierre Blanche. Inde. Bel exemplaire dans sa reliure d'origine. 1 vol. in-12°. Contemp. calf. Rare first edition (the following are from 1726 and 1728) of this precious relation of a journey made between 1700 and 1718. These trips, that author gives us the account, are constant comings and goings between continents : taken prisoner by the English, he is forced to visit parts of Black Africa. Released, he returns to America and seeks to participate in military events. His stories are anecdotes often full of interest and sometimes funny (see: p. 7, about Buenos-Aires: "Women are beautiful, lively, witty, and gallant, and quite well prevented from Francis, to whom they willingly make advances, as if they wished to console them for the incivility of their fathers or their husbands, who are always a little dominated by Spanish antipathy, but we must render justice to those who live. Buenos Aires, I did not find them jealous like the others, and they even used French enough with regard to their wives, to whom we went to visit with a lot of freedom, and without them finding it bad. It seems that some air of Paris has passed into this country, and that it has expelled the Spanish jealousy ... ") and strewn with descriptions of cities and tropical kingdoms. List of countries crossed: South America. Brazil. Argentina. Mexico. Africa. Guinea. Benign. Martinique. Asia. Indonesia. White Stone Island. India. Fine copy, in its original binding.

DUPLESSIS.

Traité du Globe-Plat, ou Mappe-Monde, d'une Projection Nouvelle : contenant un recueil alphabétique & géographique des Empires, Royaumes, Etats, Pays, Isles, Villes, Caps, Mers.

A Paris chez Grangé, Imprimeurs-Libraire et chez l'Auteur 1769. 1769 1 vol. in-12° (155 x 90 mm.) de : [1] f. (faux titre) ; 159 pp. (dont titre, épitre dédicatoire au Prince de Conti et avis au lecteur, erreur de pagination sans incidence ; [5] pp. (approbation, privilège, errata); 1 grand tableau dépliant et culs-de-lampe. Cartonnage d'époque de papier gris non-rogné, dos lisse titré à l'encre brune. (Salissures, défauts d'usage aux bords des feuillets, papier du tableau jauni, le reste frais).

Unique édition, de toute rareté, de ce traité alphabétique et géographique des parties les plus connues du monde par le Sieur Duplessis. Peu dinformations sont disponibles sur la biographie de Duplessis, cependant il publie en 1767 une brochure intitulée Calendrier Perpétuel" dont la dernière page le décrit comme un vendeur de documents géographiques en tout genre. Ce traité était dailleurs en vente chez lauteur comme en atteste cette inscription en bas du tableau dépliant : Se vend à Paris chez Duplessis, à lentrée du Pont Notre Dame, près le Quai de Gesvres. Cet ouvrage est une explication de sa carte du monde, Globe-Plat ou Mappe-Monde dun Projection Nouvelle, dans lequel il dresse un tableau de lancien et du nouveau Monde réunis en un seul point de vue. Ce traité, ainsi que sa carte, serviront de préparation aux premières études géographiques ainsi quà faire connaître les lignes et cercles importants du globe terrestre : le méridien, léquateur, le zodiaque, lhorizon, les tropiques et les deux cercles polaires. Dans une première partie, Duplessis traite des climats, de la répartition des habitants, de la façon à employer pour trouver lheure peu importe sa position et de la déclinaison du soleil. Dans une seconde partie, lauteur présente des observations détaillées et par ordre alphabétique pour chacun des lieux présents sur sa carte (courte description du lieu accompagnée de ses coordonnées géographiques): Lima, ville célèbre de lAmérique méridionale capitale du Pérou, & la résidence du Viceroi, long. 301., lat. mérid. 12. 15. P. long. 79. occ. (p. 114). Lillustration se compose dun grand tableau dépliant détaillant "la Population des Etats du Monde les plus connus". Ouvrage dune grande rareté dont on répertorie seulement 2 exemplaires en bibliothèque séparés de leur carte (à part la BNF qui a les deux mais considère quils ne forment pas un ensemble). 1 vol. in-12 ° of : [1] f.; 159 pp.; [5] pp.; 1 large folding table and culs-de-lamp. Original gray cardboard binding, untrimmed. Unique and rare edition of this alphabetical and geographical treatise of the most famous parts of the world by Sieur Duplessis. Little information is available on Duplessis' biography, however, in 1767, he published a brochure entitled Perpetual Calendar, the last page of which describes him as a seller of all kinds of geographical documents. This treatise was also on sale at the authors shop as evidenced by this inscription at the bottom of the folding table: For sale in Paris at Duplessis, at the entrance to the Pont Notre Dame, near the Quai de Gesvres. This work is an explanation of his map of the world, Globe-Plat or Mappe-Monde of a New Projection, in which he paints a picture of the old and the new world united in a single point of view. This treatise, as well as its map, has served for the preparation of the first geographical studies as well as to make known the important lines and circles of the terrestrial globe: the meridian, the equator, the zodiac, the horizon, the tropics and the two polar circles. In the first part, Duplessis deals with climates, the distribution of inhabitants, the way to find the time regardless of the position and the declination of the sun. In a second part, the author presents detailed observations in alphabetical order for each of the places on his map (short description of the place accompanied by its geographical coordinates): Lima, famous city of South America, capital of Peru, & the Viceroy's residence, long. 301 ., Lat. merid. 12 . 15 . P. long. 79 . occ. (p. 114). The illustration consists of a large fold-out table detailing "The Population of the World's Most Famous States". Very rare work of which only 2 copies are listed in the library separate from their map (apart from the BNF which has both but considers that they do not form a set).

DURANTI DE LIRONCOURT (G.-A. de.).

Instruction élémentaire et raisonnée sur la construction-pratique des vaisseaux, en forme de dictionnaire.

Paris, J.B.G. Musier fils, 1771. 1771 1 vol. in-8° (200 x 132 mm.) de : XXXII pp. (faux titre, titre avec vignette, avant-propos, table, approbation, privilège du roi) ; 271 pp. (erreur de pagination sans incidence). Provenance: le Comte de Pontevès Giens (inscription manuscrite à l'encre brune du propriétaire sur la première page de garde: "Jappartiens à Monsieur le Comte de Pontevès Giens" et sur la seconde page de garde:"epg 1785"). 2 tables dépliantes. Plein veau dépoque, dos à nerfs orné. (Coins émoussés).

Edition originale de ce rare manuel de construction navale due au chevalier Duranti de Lironcourt, exemplaire du comte de Pontevès Giens, célèbre officier de marine français, membre fondateur de la Société des Cincinnati. Gustave-Adolphe, chevalier Duranti de Lironcourt (1743-1792) est un officier de marine français, lieutenant de Vaisseaux et commissaire du roi dans la marine française pour le commerce entre la France et la Hollande. Estimé par le bureau des consulats qui reconnaît son "grand zèle et son esprit", il reçoit une gratification de 3 000 livres pour son rôle dans la guerre d'indépendance américaine. Il est fait chevalier de l'ordre militaire de Saint-Louis en 1775. Son ouvrage actuel fut principalement publié à l'usage des Gardes de la Marine, essentiellement pour les étudiants du Collège Naval Royal distribué. Produit sous forme de dictionnaire, avec uniquement 2 tableaux et sans aucune planche, avec l'intention de forcer les étudiants à apprendre par observation dans les chantiers navals; "c'est sur le chantier naval, et le livre en main, qu'un jeune homme doit suivre la description imprimée: si le texte était accompagné de chiffres, le lecteur serait tenté de rester dans sa chambre" (p.xxix). Provenance : ex-libris manuscrit " Jappartiens à Monsieur le Comte de Pontevès Giens ". Henri Jean Baptiste de Pontevès-Gien, comte de Pontevès-Gien (1738-1790) est un officier de marine français qui s'illustre lors de la guerre dindépendance Américaine. Commandant la frégate de 32 canons La Résolue dans la division navale de Vaudreuil, il participe à la prise de Saint-Louis du Sénégal (31 janvier 1779), puis enlève et détruit les établissements anglais de Gambie, de Sierra Leone et de la Côte de l'Or (11 février-24 mai 1779). Après avoir pris le fort James, il pille tous les comptoirs anglais sur les deux rives de la Gambie, s'empare du fort de l'île de Tasso, détruit l'établissement de l'île de Los et de l'île de Bense, le fort d'Apollonie, celui de Succondée, etc. Il prend dans cette campagne 14 bâtiments, 96 pièces de canon et fait de nombreux prisonniers. Il reçoit une commission de capitaine de vaisseau le 13 mars 1779 et rejoint ensuite le théâtre dopérations américain au sein de la flotte placée sous les ordres du comte de Guichen. Il prend part aux trois combats de la Dominique (17 avril, 15 et 19 mai 1780), contre la flotte britannique de l'amiral Rodney. Il participe, sur la Résolue, à la bataille de la Grenade, dans les Petites Antilles, le 6 juillet 1779, bataille entre la flotte britannique de lamiral Byron et la flotte française du comte dEstaing. Il est promu major du Corps royal dinfanterie de la Marine le 6 novembre 1780, major de la Marine et des armées navales le 20 août 1784. Membre fondateur de la Société des Cincinnati de France le 7 janvier 1784, il est nommé membre adjoint de lAcadémie de Marine en 17852 et promu Major général de la Marine et des armées navales le 1er mai 1786. Commandant à partir du 20 septembre 1788 le vaisseau LIllustre (74) et la station navale des îles du Vent, Pontevès-Gien meurt d'une fièvre épidémique à la Martinique, à bord de son bâtiment, le 23 juillet 1790, en rade de Fort-Royal. Très bel exemplaire conservé dans sa reliure dorigine, très frais. 1 vol. in-8°. 2 fold. tables. Contemporary full calf. First edition of this rare shipbuilding manual by the chevalier Duranti de Lironcourt, copy of the Comte de Pontevès Giens, famous French marine officer, founder member of the Society of the Cincinnati. Gustave-Adolphe, chevalier Duranti de Lironcourt (1743-1792), lieutenant de Vaisseaux, and Commissaire of the king in the French navy for the trade between France and Holland. Estimated by the Office of the consulates which recognizes his " great zeal and spirit ," he received a gratuity of 3,000 pounds for his role in the American war of independence . He became a knight of the military order of St. Louis in 1775. His present work was mostly published for the use of the Gardes de la Marine, essentially the students of a distributed Royal Naval College. Produced in dictionary form, without plates, with the intention of forcing the students to learn by observation in the shipyards; "it is on the shipyard, and with the book in hand, that a young man should follow the printed description: if the text was accompanied by figures, the reader would be tempted to stay in his room" (p.xxix). Provenance : handwritten ex-libris "I belong to Monsieur le Comte de Pontevès Giens". Henri Jean Baptiste de Pontevès-Gien, Count of Pontevès-Gien (1738-1790) is a French naval officer who distinguished himself during the American War of Independence. Commanding the 32-gun frigate La Résolue in the naval division of Vaudreuil, he took part in the capture of Saint-Louis from Senegal (January 31, 1779), then removed and destroyed the English establishments in Gambia, Sierra Leone and the Côte de Gold (February 11-May 24, 1779). After taking Fort James, he plundered all the English trading posts on both shores of the Gambia, seized the fort of Tasso Island, destroyed the settlement of Los Island and Bense Island, the fort of Apollonia, that of Succondée, etc. In this campaign, he took 14 buildings, 96 pieces of cannon and made many prisoners. He received a commission as a captain on March 13, 1779, and then joined the American theater of operations as part of the fleet under the orders of the Comte de Guichen. He took part in the three battles of Dominica (April 17, May 15 and 19, 1780), against the British fleet of Admiral Rodney. He took part inboard the Resolute in the Battle of Grenada in the Lesser Antilles on 6 July 1779, a battle between Admiral Byron's British fleet and Count d'Estaing French fleet. He was promoted major of the Royal Corps of Infantry of the Navy on November 6, 1780, major of the Navy and of the naval armies on August 20, 1784. Founding member of the Société des Cincinnati on January 7, 1784, he was appointed deputy member of the Marine Academy in 1785 and promoted to Major General of the Navy and the naval armies on May 1, 1786. Commanding from September 20, 1788 the ship L'Illustre (74) and the naval station of the Windward Islands, Pontevès- Gien died of an epidemic fever in Martinique, on board his vessel, on July 23, 1790, in the harbor of Fort-Royal. Fine copy preserved in its original binding, very fresh interior.

DUREY (J.)

[Scéne annimée d'une baie en Méditerranée].

SLND (Circa 1850]. 1850 1 feuille ( 455 x 700 mm.), dessin au au crayon, au pastel, et à la gouache, signé.

Grand et beau dessin exécuté au pastel et à la gouache, figurant une scène de vie animée d'une baie en Méditerranée, signé J. Duret. Au premier plan, plusieurs navires de toute tailles sont échoué sur une grève. Lun deux a les mats brisés à mi-hauteur, des marins saffairent sur deux des embarcations dont lune est gréée. Au loin, 2 autres bateaux naviguent à la voile. Sur la gauche, on distingue les murs dune cité fortifiée aux pieds desquels se tiennent plusieurs personnages. En face, sur un caillou escarpé, se dresse la haute tour dun phare. Un ciel coloré de lever du jour éclaire dune douce lumière ce coin de cote qui pourrait se situer en Espagne. 1 sheet (455 x 700 mm.). Drawing in pencil, pastel, and gouache, signed. Large and beautiful drawing executed in pastel and gouache, depicting a lively scene of life in a bay in the Mediterranean, signed J. Duret. In the foreground, several ships of all sizes are stranded on a beach. One of them has its masts broken halfway up, sailors bustle about two of the boats, one of which is rigged. In the distance, 2 other boats are sailing. On the left, we can see the walls of a fortified city at the feet of which several figures stand. Opposite, on a steep pebble, stands the high tower of a lighthouse. A colorful sky at dawn shines a soft light on this corner of the coast which could be located in Spain.

ESTRÉES (Jean, Comte d').

Ordre et Signaux de Mr le Maréchal d'ESTRÉES, le 10 Juin 1686 [pour le Vaisseau] L'Entreprenant.

S.L [à bord du vaisseau amiral le "Fier"], 10 Juin 1686. 1686 1 cahier in-folio (304 x 203 mm.) manuscrit à l'encre brune de: [20] pp. (dont 2 bl.), signé «Le Mareschal d'Estrée». Brochage d'origine cousu d'un lacet de parchemin (traces de plis, salissures et défauts d'usage).

Précieux exemplaire de bord dun ordre de bataille manuscrit signé par le maréchal dEstrée le 10 juin 1686 et destiné au navire l« Entreprenant », document de tactique navale portant la marque du grand théoricien Paul Hoste, chapelain embarqué de lamiral. Au printemps 1686, la France est au milieu d'une courte période de paix qui sera interrompue par la Guerre de la Ligue d'Augsbourg en septembre 1688. Selon la volonté de Louis XIV, la flotte française a été modernisée et puissamment armée afin de répondre aux nécessités stratégiques de lépoque. Lenjeu de la succession dEspagne pousse ainsi le Roi à maintenir une flotte importante près de Cadix. Commandée par lAmiral dEstrée (1624-1707), elle est constituée de 41 vaisseaux répartis en 4 escadres venues de Brest, Rochefort, Le Havre, Dunkerque et Toulon. Le présent document, signé de la main de lamiral et daté du 10 juin 1686, donne lensemble des ordres et signaux destinés au vaisseau de 60 canons l »Entreprenant », faisant partie de la seconde escadre. Ce navire est commandé par François-Annibal de Béthune (1642-1732), brillant officier qui parviendra au grade damiral. La tactique navale française est alors en pleine révolution. Son grand théoricien, Paul Hoste (1652-1700), chapelain et conseiller de lamiral, élabore les bases qui marqueront cette science pour un siècle avec la parution de son traité « lart des armées navales » (1697). Mathématicien de formation devenu chapelain de lamiral d'Estrées (puis de Tourville), ce « Jésuite embarqué », en plus de ses attributions de chapelain, étudie les manuvres, les codifie et devient le principal conseiller de lamiral en matière de tactique. Le présent document porte la marque de la modernité apportée par Hoste, donnant de façon précise et détaillée les ordres de mouillage, de bataille, les signaux de jour, de nuit, de brume, de combat, de reconnaissance autant déléments qui seront développés dans son ouvrage rédigé vers 1690. Remarquable « vestige de bord » de tactique navale, de toute rareté sur le marché pour cette époque, ce type de document secret et confidentiel devant être normalement détruit après utilisation. "Histoire abrégée de l'Europe, Leide 1686, pp. 26 à 29. 1 vol. in folio. Manuscript in brown ink of [20] pp., signed " le mareschal dESTRÉES". Hold by a vellum string. Precious handwritten order of battle signed by Admiral d'Estrée June 10, 1686 and intended for the ship l "Entreprenant", naval tactical document bearing the mark of the great theorist Paul Hoste, chaplain of the Admiral. In the spring of 1686, France lived a short period of peace that was interrupted by the War of the League of Augsburg launched in September 1688. Following the orders of Louis XIV, the French fleet has been modernized and powerfully armed to meet the strategic necessities of the time. The conflict of the Spanish succession pushes the King to maintain a large fleet near Cadiz. Under the command of Admiral d'Estrée (1624-1707), it consists of 41 ships divided into 4 squadrons from Brest, Rochefort, Le Havre, Dunkirk and Toulon. This document, signed by the Admiral and dated June 10, 1686, gives all the orders and signals for the 60-gun ship l"Entreprenant", part of the second squadron. This ship is commanded by François-Annibal de Bethune (1642-1732), a brilliant officer who will reach the rank of admiral. French naval tactics are at the time in major evolution. His great theoretician, Paul Hoste (1652-1700), chaplain and adviser of the admiral, elaborates the bases that mark this science for a century with the publication of his treatise "lart des armées navales" (1697). Mathematician who became chaplain to Admiral d'Estrées (then Tourville), this "embarked Jesuit", in addition to his responsibilities, studied the maneuvers, codified them and became the admiral's main adviser about tactics. The present document bears the mark of modernity brought by Hoste, giving precise and detailed orders of anchorage, battle, signals of day, night, mist, combat, recognition ... all elements which will be developed in his work written around 1690. Remarkable remnant of naval tactics, of any scarcity on the market for that time, this type of secret and confidential document to be normally destroyed after use.

EXPILLY (Jean Joseph).

Le géographe manuel, Contenant la description de tous les pays du monde, leurs qualités, leur climat, le caractère de leurs habitants, leurs villes capitales, avec leurs distances de Paris, & des routes qui y mènent, tant par terre que par mer; les changes & les monnaies des principales places de l'Europe, en correspondance avec Paris; la manière de tenir les écritures de chaque nation de l'Europe, &c par l'abbé EXPILLY, ci-devant secrétaire d'Ambassade de sa Majesté Sicilienne, & ensuite examinateur & auditeur Général de l'Evêché de Sagone troisième édition.

Paris, Bauche, 1759. 1759 1 vol in-12° (123 x 70 mm.) de : [5] ff. (faux titre, titre, préface et approbation) ; 438 pp. ; [2] ff. Plein veau d'époque, dos lisse orné, titre de maroquin fauve. Provenance: Madame Ranville (signature). (coiffes et coins discrètement restaurés).

Troisième édition de ce géographe manuel très complet sur tous les pays du monde par Jean-Joseph Explilly (1719-1793). Ecclésiastique français, auteurs de plusieurs ouvrages historiques et géographiques, l'abbé Expilly fut secrétaire d'ambassade du roi de Sicile, examinateur et auditeur général de l'évêché de Sagona en Corse ainsi que chanoine trésorier du chapitre de Sainte-Marthe de Tarascon. Cest à lissue de ses voyages en Europe quil recueille de nombreuses observations sur les pays qu'il visite, et quil en tire des ouvrages qui étaient encore estimés au XIXe siècle pour leurs détails sur le climat, les murs, la population et la vie politique des différents pays. Bel exemplaire de cet ouvrage de référence sur les différences géographiques mais aussi culturelles de tous les pays du globe. 1 vol in-12°. Contemp. calf. Third edition of this very complete manual of geography on all countries of the world by Jean-Joseph Explilly (1719-1793). French priest, author of several historical and geographical works, the Abbe Expilly was Secretary of Embassy of the King of Sicily, examiner and auditor general of the bishopric of Sagona in Corsica and canon treasurer of the chapter of St. Martha of Tarascon. It is after his travels in Europe that he receives many observations on the countries he visited, and draws from them works that were still estimated in the nineteenth century for their details on the climate, manners, the population and the political life of the different countries. Fine copy of this reference book on the geographical and cultural differences of all the countries of the globe.

FORCE (Jean Aimar Piganiol de la).

Nouveau voyage de France, avec un itineraire, et des cartes . qui marquent exactement les routes quil faut suivre pour voyager dans toutes les provinces de ce Royaume.

Paris, Guillaume Desprez, 1755. 1755 2 vol. in-12° (175 x 100 mm.) de: xxi, [3], 392 pp., 7 cartes dépliantes; iv, 404 pp., 8 cartes dépliantes. Plein veau glacé d'époque, dos à nerfs orné, titres et tomaison de maroquin rouge et vert, tranches marbrées. (Ensemble très frais).

Nouvelle édition en deux volumes de cet ouvrage de référence sur les itinéraires de voyage en provinces de France de Jean-Aimar Piganiol de La Force (1669-1753). Né à Aurillac, conseiller du Roy, contrôleur des guerres mais aussi gouverneur des pages du Comte de Toulouse, Piganiol de La Force est lauteur de nombreux ouvrages de géographie sur la France. Il publie notamment : « Nouvelle description des chasteaux et parcs de Versailles », « Nouvelle description de la France » ou encore « Description de Paris et de ses environs ». Dans cet ouvrage, il fait la description précise et détaillée de toutes les routes de France indispensables à connaître pour y voyager, à destination des français comme des étrangers. Les itinéraires sont au départ de Paris et sont accompagnés de cartes dépliantes représentant la route à suivre. L'ouvrage contient également quelques tables chronologiques ainsi que des informations historiques et touristiques sur ces destinations fameuses. Bel exemplaire. 2 vol. in-12°. 7 + 8 fold. maps. Contemp calf.New edition in two volume of this reference book on the travel routes to the French provinces by Jean-Aimar Piganiol de La Force (1669-1753). Born in Aurillac, councilor of the king, controller of the wars, Piganiol de la Force is the author of many works of geography on France. He published in particular: "New description of the chasteaux and parks of Versailles", "New description of France" or "Description of Paris and its surroundings". In the present work, he gives detailed description of all the roads of France essential to know to travel, for the French and the foreigners. The routes are from Paris and are accompanied by folding maps showing the route to follow. The book also contains some chronological tables as well as historical and tourist information on these famous destinations. Fine fresh copy.

FRANCISCI (Erasmus).

Ost- und West-Indischer wie auch Sinesischer Lust- und Stats-Garten.

Nuremberg, Johann A. Endters and Wolfgang Sel, 1668. 1668 3 parties reliées en 2 vol. in-folio (318 x 202 mm. de: [20] ff. (frontispice gravé, titre en rouge et noir, armes de Leopold I gravées par C.N. Schurtz, dédicace, liste des auteur), 1762 pp., [18] ff. (tables) et 65 gravures à pleine page numérotées de 1 à 63, avec les planches 45 et 47 doublées ( titre et feuillet de dédicace rognés courts, petite découpe comblée dans la marge du titre). Reliure à paneaux mosaïqués d'époque, dos à nerfs orné, titres de maroquin rouge, tranches marbrées ( dos restauré avec dos ancien conservé).

Edition originale de cet ouvrage du à Erasmus Francisci ( Lübeck 1627, Nuremberg 1694). Polymath, il est surtout connu pour sa collection infatigable de toutes sortes de folklore, d'histoire naturelle et d'ethnographie; ses études massives, souvent publiées sous des pseudonymes de société, ont été des best-sellers dans l'Europe du XVIIe siècle. Il est considéré comme lune des personnalités les plus influentes de la période baroque allemande. Dans son présent ouvrage, les descriptions d'histoire naturelle sont entrecoupées de réflexions ethnographiques, de conseils homéopathiques sur les médecines traditionnelles et d'histoire de l'exploration et de l'expansion européennes, à la fois réelles et fabuleuses. Les trois livres de ce vaste ouvrage traitent de l'histoire naturelle, des coutumes et des curiosités des Indes orientales et occidentales et les Amériques, avec beaucoup de détails très curieux, dont une spéculation sur un combat entre un tigre et un dragon, l'anatomie des sirènes et les tortues volantes de Chine. Liconographie de louvrage présente des sujets multiples, beaucoup sont consacrées à la botanique. Avec une somptueuse série de planches détaillées, dont deux vues de Batavia (fondée en 1623), montrant le port rempli de jonques et divers navires. Bel exemplaire. 3 parts in two vol. folio. Engr. title and engraved coat-of-arms by C.N. Schurtz, 65 full-page engr. pl. title printed in red and black. 17th-century paneled calf gilt (rebacked preserving original spine panels). First edition of this work by Erasmus Francisci (Lübeck 1627, Nuremberg 1694). Polymath, he is best known for his indefatigable collection of all kinds of folklore, natural history and ethnography. His massive studies, often published under pseudonyms of society, were best-sellers in the seventeenth century Europe. He is considered one of the most influential personalities of the German Baroque period. In his present work, descriptions of natural history are interspersed with ethnographic reflections, homeopathic advice on traditional medicine and history of European exploration and expansion, both real and fabulous. The three books of this vast work deal with the natural history, customs and curiosities of the East and West Indies and the Americas, with many very curious details, including a speculation about a fight between a tiger and a dragon, the Anatomy of the sirens and flying turtles from China. The iconography presents multiple subjects, many devoted to botany. With a sumptuous series of detailed planks, including two views of Batavia (founded in 1623), showing the harbor filled with junks and various ships. Fine copy.

GAMOND (Thome de) & BELLY (Félix).

Carte dEtude pour le tracé et le profil du Canal de Nicaragua. Précédé de documents publiés sur cette question par Félix Belly.

Paris, Chez Dalmont et Dunod, 1858. 1858 1 vol. in-4° (280 x 230 mm.) de : 90 pp. (dont faux titre, titre et documents) ; [1] f. (tracé et profils du canal de Nicaragua) ; 1 carte dépliante entoilée, chromolithographie en couleurs (710 x 960 mm.). Demi-percaline verte éditeur, couv. imprimées.

Important ouvrage pour lhistoire de la construction dun canal en Amérique Centrale, décrivant le projet de canal au Nicaragua de M. Louis Joseph Aimé dit Thomé de Gamond (1807-1876), illustré dune grande carte originale. La construction dune voie de navigation traversant l'isthme de l'Amérique centrale et reliant ainsi l'Atlantique à lOcéan Pacifique est presque aussi vielle que la présence européenne dans les Amériques. Bien que le canal de Panama ait été achevé en 1914 et quun canal du Nicaragua n'ait jamais vu le jour, il peut être surprenant dapprendre que pendant la majeure partie de la seconde moitié du XIXe siècle, le Nicaragua était préféré au Panama pour la construction dune route interocéanique. Malgré de nombreuses propositions explorées à partir du XVIe siècle, ce nest quà la fin des années 1850 que le duo français Félix Belly (1816-1886), impresario et journaliste, et Thomé de Gamond, ingénieur excentrique mais brillant notamment précurseur du tunnel sous la Manche, obtient une proposition techniquement crédible de construction du canal. Même si leur projet ambitieux ne se réalisa pas, faute déchecs personnels et de manque de réussite, il fut une forte inspiration pour les générations futures à lorigine du canal de Panama. Malgré cela, lidée dun canal du Nicaragua a tout de même été récemment relancée. En effet, en 2013, un consortium chinois a été officiellement autorisé par le gouvernement nicaraguayen à construire un canal traversant le pays pour rivaliser avec celui de Panama, trop encombré. Bien que les plans semblent crédibles sur le papier et que le projet soit techniquement réalisable, il naboutira pas. En effet, le milliardaire chinois Wang Jing, investisseur principal, sétant évanoui et les populations locales ayant vivement protesté contre le projet, celui-ci fut mis à larrêt. L'ouvrage comporte une superbe carte dépliante entoilée, chromolithographiée en couleurs. Bel exemplaire. 1 vol in-folio, publisher cardboard binding. 1 large colored folding map. Important work for the history of the construction of a canal in Central America, describing the canal project in Nicaragua of Louis Joseph Aimé dit Thomé de Gamond (1807-1876), illustrated with a large original map. The construction of a shipping lane crossing the isthmus of Central America and thus connecting the Atlantic to the Pacific Ocean is almost as old as the European presence in the Americas. Although the Panama Canal was completed in 1914 and a Nicaraguan canal was never built, it may be surprising to learn that for most of the second half of the nineteenth century, Nicaragua was preferred to Panama for the construction of an interoceanic road. Despite many proposals explored from the sixteenth century, it was not until the late 1850s that the French duo Félix Belly (1816-1886), impresario and journalist, and Thomé de Gamond, eccentric engineer but brilliant especially precursor of the Channel Tunnel, gets a technically credible proposal for canal construction. Even if their ambitious project was not realized, for lack of personal failures and lack of success, it was a strong inspiration for future generations at the origin of the Panama Canal. Despite this, the idea of a Nicaraguan canal has been recently revived. Indeed, in 2013, a Chinese consortium was officially authorized by the Nicaraguan government to build a canal crossing the country to rival that of Panama, too crowded. Although the plans seem credible on paper and the project is technically feasible, it will not succeed. Indeed, the Chinese billionaire Wang Jing, principal investor, having fainted and the local populations having strongly protested against the project, this one was stopped. The present work includes an impressive large folding map, color chromolithography 710 x 960 mm.

GARDANNE (J.J. De)

Des maladies des créoles en Europe avec la maniere de les traiter et des observations sur celles des gens de mer et sur quelques autres plus fréquemment observées dans les climats chauds.

Paris. Valade. 1784. 1784 1 vol in-8° (208 x 138 mm.) de : XV (titre, privilège, avertissement, table) ; [1] p. (fautes à corriger) ; 215 pp. (dont notes) ; [1] p. (approbation) Demi basane XIXe, dos lisse orné et titré à l'or, plats recouverts de papier marbré, signéde soie verte (mors restaurés, défauts d'usage, chants frottés, rares rousseurs).

Édition originale rare de ce traité médical novateur dû au docteur Jacques-Joseph de Gardanne, ouvrage rédigé à l'époque la guerre d'indépendance américaine. La santé des équipages à la mer est une préocupation majeure des amirautés au XVIIIe siècle. Les longs voyages maritimes ont à l'époque permis de comprendre un certain nombre de choses sur les maladies par carence et les maladies contagieuses mais ils ont également permis de découvrir des pathologies tropicales inconnues jusqualors. J.J. De Gardanne (1726-1786) est médecin spécialiste des maladies vénériennes et de lhygiène publique. Il fut docteur régent de la Faculté de médecine de Paris et Montpellier puis devient directeur du service des vénériens à l'hôpital de la Charité. Il est également me fondateur de la « Gazette de la Santé » ainsi que censeur royal. Dans sa première partie, « De la nature et du tempérament des créoles », il explique pourquoi, selon lui, les Créoles sont atteints de maladies différentes des Européens. Il évoque dune part le « tempérament », théorie issue de la médecine hippocratique selon laquelle la santé dun individu repose sur un équilibre dhumeurs, et que chaque individu a son propre équilibre ou tempérament. Dautre part il met en cause le climat à lorigine des maladies tropicales : « On présume que les Créoles doivent avoir le genre nerveux extrêmement irritable, et que leur tempérament est composé du sanguin et du bilieux. Cette présomption se change en certitude en réfléchissant sur leffet de la chaleur qui les environne. En général, plus latmosphère est chaud, et plus la fibre acquiert de tension, le foie de volume et la bile dactivité. » Puis, dans une seconde partie, il évoque « De leffet du passage en Europe sur les Créoles et des moyens de le prévenir et dy remédier ». Bel exemplaire. 1 vol in-8°. Half sheep. Rare first edition of this innovative medical treatise by Doctor Jacques-Joseph de Gardanne, a work written during the American War of Independence. The health of crews at sea was a major concern of admiralty authorities in the 18th century. The long sea voyages at the time made it possible to understand a number of things about deficiency diseases and contagious diseases, but they also allowed the discovery of tropical pathologies unknown until then. J.J. De Gardanne (1726-1786) is a doctor specializing in venereal diseases and public hygiene. He was doctor regent of the Faculty of Medicine of Paris and Montpellier and, later on, became director of the venereal service at the Charité hospital. He was also the founder of the Gazette de la Santé as well as a royal censor. In the first part of his book: "On the nature and temperament of the Creoles", he explains why, according to him, the Creoles are affected by different diseases from Europeans. On the one hand, he evokes "temperament", a theory derived from Hippocratic medicine according to which the health of an individual depends on a balance of moods, and that each individual has his own balance or temperament. On the other hand, he questions the climate at the origin of tropical diseases: "It is assumed that the Creoles must have the extremely irritable nervous type, and that their temperament is composed of blood and bilious. This presumption turns into certainty by reflecting on the effect of the heat around them. In general, the warmer the atmosphere, the more tension the fiber, the liver volume and the bile of activity. "Then, in the second part of the book, he discusses" The effect of the passage through Europe on the Creoles and the means to prevent and remedy it ". Beautiful copy.

GILIBERT DE MERLHIAC (Jean Joseph).

De la liberté des mers et du commerce, ou Tableau historique et philosophique du Droit maritime.

Paris, Rémont, 1818. 1818 1 vol. in-8° (210 x 137 mm) de: [2] ff. (faux-titre, titre, errata), IV-VIII (Table, Préface), 367 pp. (Dédicace à l'encre brune sur le titre, étiquette "Librairie Ancienne et moderne A. Durand, Paris"; traces de mouillures claires). Plein maroquin rouge à grain long d'époque, dos lisse orné de palettes dorées aux mille points, titre doré, guirlande dorée encadrant les plats, roulette dorée sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées. (Oréoles et taches, défauts d'usage).

Rare édition originale de ce traité dû à Gilibert de Merlhiac consacré au droit, au commerce et à la jurisprudence maritime. Lauteur du présent traité, Jean-Joseph Gilibert De Merlhiac (1745-1819) est un général français dont la carrière s'étend de la période précédant la guerre d'indépendance américaine, à la Révolution et à lEmpire. Il ne compte pas moins de cinquante-huit ans de service à son actif et a participé à un total de neuf campagnes. Il est fait chevalier de Saint-Louis en 1780 et reçoit le titre de chevalier de la légion dhonneur en 1805. La question de la « liberté des mers » est un problème aigu du droit depuis la plus haute Antiquité. Il évolue au gré des luttes commerciales entre les États, les empires et les ligues de commerçants, la souveraineté nationale sopposant à la volonté hégémonique dune classe sociale en particulier, celle des marchands-aventuriers dont les compagnies transcendent lÉtat comme le font aujourdhui les multinationales. De Merlhiac a pour ambition de dresser lhistorique de ce droit si particulier et den présenter un état à une époque marquée par la rivalité entre français et britanniques sur les mers. Il annonce en préface "Je n'ai pas prétendu composer un traité de jurisprudence, mais mon intention a été de plaider la cause de l'humanité contre l'égoïsme et le monopole". L'ouvrage aborde des sujets tels que la guerre franco-anglaise de 1778, le traité de 1763 ainsi que celui de 1783 qui mettent respectivement fin à la guerre de Sept Ans et à la guerre d'indépendance américaine. Bel envoi autographe sur le feuillet de titre : « Hommage à son Excellence / Monsieur Le Comte Molé / De la part de l'Auteur. » Le comte Louis-Mathieu Molé (1781-1855) est un homme d'État français. Il est ministre de la Justice sous l'Empire, de la Marine et des Colonies sous la Restauration, des Affaires étrangères et président du Conseil, de 1836 à 1839, sous la monarchie de Juillet. Bel exemplaire. 1 vol. in-8°. Contemporary morocco.

GIROLAMO (Cardano).

De Subtilitate Libri XXI. Nunc demum ab ipso autore redogniti, atque perfecti.

Lyon, Guillaume Rouillé, 1559. 1559 1 vol in-12° de : 718 pp., [28] ff.(index). Erreurs de pagination. Nombreux bois sculptés, diagrames geomériques, astrologiques. Devise de l'imprimeur sur la page de titre (lugdunu, in virtute et fortuna). Plein vélin ancien (restauré), dos lisse. (Provenance: ex-dono manuscrit en page de garde, en dessous: ex-libris gravé Dr François Moutier, et plusieurs ex-libris manuscrits et annotations sur le titre).

Vaste et audacieuse encyclopédie à la fois archaïque et visionnaire des connaissances de son temps due à litalien Girolamo Cardano dit Caran (1501-1576) uvre complète des sciences naturelles, considérée comme la présentation la plus avancée de la connaissance physique jusqu'à son époque. Girolamo Cardano était un éminent philosophe de la Renaissance italienne, à la fois mathématicien, médecin, biologiste, physicien, chimiste, astrologue, astronome, philosophe. Souvent considéré comme le plus grand mathématicien de la Renaissance, Cardano fut l'un des fondateurs de la théorie des probabilités (inspiré par sa passion pour les jeux de cartes et les dés) et le premier à introduire les coefficients binomiaux et le théorème binomial dans le monde occidental. Aujourd'hui, la renommée de Cardano repose principalement sur ses réalisations en algèbre, y compris la première utilisation systématique des nombres négatifs, et l'utilisation implicite des nombres complexes dans son plus grand travail mathématique Ars Magna (1545), où il a utilisé des racines carrées de nombres négatifs les équations cubiques. De Subtilitate Libri XXI, écrit dans un latin elliptique et souvent obscur, contient un peu de tout: de la cosmologie à la construction des machines; de l'utilité des sciences naturelles à l'influence des démons; des lois de la mécanique à la cryptologie. C'est une mine de faits, à la fois réels et imaginaires, de notes sur l'état des sciences, de la superstition, de la technologie, de l'alchimie et de diverses branches de l'occulte. Les similitudes entre les opinions scientifiques exprimées par Cardano et celles de Léonard de Vinci, à cette époque inédites, ont conduit certains historiens, en particulier Pierre Duhem, à supposer que Cardano avait utilisé les notes manuscrites de Léonard. Louvrage est illustré de nombreux diagrammes et schémas dinstruments de chimie dans le texte et parfois dans les marges. Provenance: ex-dono manuscrit en page de garde, en dessous: ex-libris gravé Dr François Moutier, et plusieurs ex-libris manuscrits et annotations sur le titre. 1 vol in-12°. numerous woodcut illustrations in text, including geometrical and astronomical diagrams. Contemp. vellum (restaured). Early edition of this vast and daring encyclopaedia at once archaic and visionary of the knowledge of his time due to the Italian Girolamo Cardano known as Cardan (1501-1576) complete work of the natural sciences, considered as the most advanced presentation of the physical knowledge to his time. Girolamo Cardano was an eminent philosopher of the Italian Renaissance, a mathematician, a physician, a biologist, a physicist, a chemist, an astrologer, an astronomer and a philosopher. Often considered the greatest mathematician of the Renaissance, Cardano was one of the founders of probability theory (inspired by his passion for card games and dice) and the first to introduce binomial coefficients and the binomial theorem in The Western world. Today, Cardano's fame rests primarily on his achievements in algebra, including the first systematic use of negative numbers, and the implicit use of complex numbers in his greatest mathematical work Ars Magna (1545), where he used square roots of negative numbers cubic equations. De Subtilitate Libri XXI, written in an elliptical and often obscure Latin, contains a bit of everything: from cosmology to the construction of machines, from the utility of the natural sciences to the influence of demons, from the laws of mechanics to cryptology is a mine of facts, both real and imaginary, notes on the state of science, superstition, technology, alchemy and various branches of the occult. between the scientific opinions expressed by Cardano and those of Leonardo da Vinci, at that time unpublished, led some historians, especially Pierre Duhem, to suppose that Cardano had used the handwritten notes of Leonardo. The book is illustrated with numerous diagrams and shemas of chemical instruments in the text and sometimes in the margins.

GRAINCOURT (Antoine Noel Benoit).

Les Hommes Illustres de la Marine Françoise, leurs actions mémorables et leurs portraits.

Paris, Jorry Louis, 1780. 1780 1 vol. in-4° ( 250 x 190 mm.) de : 399 pp. et 17 portraits hors texte dessinés par Gaincourt et gravés par Hubert, toutes aquarellées d'époque. Demi-veau à coin XIXe, plats recouverts de papier marbré vert, dos lisse et orné. (Taches et défauts d'usage, intérieur frais).

Rare exemplaire en coloris d'époque de cet ouvrage dû au dessinateur et peintre Antoine Graincourt (1748-1823). Captivante suite de monographies donnant portrait et faits d'armes parfois très détaillés dofficiers de marine et de corsaires français qui sont illustrés entre 1643 à 1762, dont : Jean Bart, Duquesne, Dupleix, Rochambaut, Duguay Trouin, Forbin, Tourville... Les 17 gravures sur cuivre, dessinées par l'auteur et gravées par Hubert, sont ici toutes aquarellées dans des coloris très frais. La publication de louvrage plut au Roi, et lannée suivante, Graincourt fut chargé de peindre, pour le dépôt de la marine à Versailles, une série de 40 portraits grandeur nature, représentant dix-neuf Ministres, six amiraux de France et quatorze marins français célèbres. Mais son travail fut interrompu par la Révolution et seuls 33 portraits furent achevés. Superbe exemplaire, à notre connaissance le seul en couleurs passé sur le marché ces 30 dernières années. 1 vol. in-4°. 17 colored engr. portraits. 19th c. half calf. Rare contemporary colored copy, of this work due to the draftsman painter Antoine Graincourt (1748-1823). Captivating suite of monographs giving portrait and sometimes very detailed acts of arms of naval officers and French corsairs who distinguished themselves between 1643 to 1762, including: Jean Bart, Duquesne, Dupleix, Rochambaut, Duguay Trouin, Forbin, Tourville... The 17 engravings, drawn by the author and engraved by Hubert, are here all watercolored in very fresh contemporary colors. The publication of the work pleased the King, and the following year, Graincourt was commissioned to paint, for the dépot of the Navy at Versailles, a series of forty life-size portraits, representing nineteen Ministers, six admirals of France, and fourteen famous French sailors. But his work was interrupted by the Revolution and only 33 portraits were completed. Superb copy, to our research the only colored that apeared on the market over the last thirty years.