94 résultats

LETTERA RARISSIMA DI CRISTOFORO COLOMBO ripro- dotta e illustrata dal Cavaliere Ab. Moelli Bibliotec. Regio in Venezia. Morelli.

In Bassano, Nella stamperia Remondiniana, 1810. 1810 1 vol in-8° (220 x 140 mm.) de : XVI (titre et préface) ; 66 pp. (rousseurs, exemplaire non rogné) Cartonnage rose d'époque muet. (défauts d'usage et tâches)

Réimpression de la version italienne de la lettre à Ferdinand et Isabella, écrite de Jamaïque par Christophe Colomb le 7 juillet 1503. Edition réalisée à partir de l'exemplaire unique conservé à la Marciana à Venise. Harrisse, Bibl. amer. vet., addit. 17; Fumagalli, 73. 1 vol in-8°. xvi, 66 pp. Comtemp. Cardboard. Reprint of the Italian version of the letter to Ferdinand and Isabella, written from Jamaica, July 7, 1503, ed. from the unique copy in the Marciana, Venice. Reprint of the Italian version of the letter to Ferdinand and Isabella, written from Jamaica, July 7, 1503, ed. from the unique copy in the Marciana, Venice.

PETIT MANUEL CELESTE ou nouveau calendrier approprié pour chacune année des deux siècles de 1700 à 1800. Suivant le calendrier grégorien.

Paris, Veuve Etienne Chardon, 1702. 1702 1 vol in-8° (202 x 127 mm.) de: 4 ff., 100 pp. 1 ff., 2 planches gravées hors texte, nombreux tableaux. Plein veau de l'époque, dos à nerfs orné et titré à l'or, roulette dorée sur les coupes, tranches jaspées rouges.(coins et coiffes discrètement restaurés).

Edition originale de ce charmant calendrier où lon peut trouver, pour les siècles de 1700 -1800, les heures planétaire, les cycles de la lune, une table perpétuelle du cycle solaire .etc. daprès le calendrier Grégorien qui est très bien expliqué et détaillé dans cet almanach. Joli exemplaire de cet intéressant calendrier Grégorien, relié en plein veau. Interieur très frais. 1 vol in-8°. 2 plates. Contemp. calf. First edition of this charming calendar where one can find, for the centuries of 1700 -1800, the planetary hours, the cycles of the moon, a perpetual table of the solar cycle ... .etc. according to the Gregorian calendar which is very well explained and detailed in this almanac. Finee copy.

THE SHIPWRECK OF THE ALCESTE, AN ENGLISH FRIGATE, IN THE STRAITS OF GASPAR; ALSO, THE SHIPWRECK OF THE MEDUSA, A FRENCH FRIGATE, ON THE COAST OF AFRICA.

Dublin, E. Tute, 1822. 1822 1 vol in-16° ( 140 x 86 mm.) de: 179 pp. 6 planches gravées à pleine page (incluses dans la pagination). woodcut plates included in pagination. Plein veau d'époque, dos muet et orné, tranches jaspées bleu. (dos et coins restaurés et défauts d'usage).

Rare édition populaire imprimée à Dublin, donnant les récits de la perte de l'Alceste et de la Méduse en mer, deux célèbres et tragiques naufrages de navires anglais et français qui eurent un impact majeur sur le public. 1 vol in-16°. Contemp. sheep. 6 woodcut plates. Scarce small popular edition printed in Dublin, giving the accounts of the loss of the Alceste and the Medusa at sea, two famous English and French tragic shipwrecks, that had a major impact on the public.

VOYAGES DE DECOUVERTES AU CANADA, entre les années 1534 et 1542, par Jacques Quartier (Cartier), le sieur de Roberval, Jean Alphonse de Xanctoigne, &c., suivis de la description de Québec et de ses environs en 1608, et de divers extraits relativement au lieu de l'hivernement de jacques Quartier en 1535 ET 1536. (Avec gravures en fac-similé) Réimprimés sur d'anciennes relations, et publiés sous la direction de la société littéraire et historique de Quebec.

Quebec, William Cowan et fils, 1843. 1843 1 vol. in-8° (220 x130 mm.) de iv, 130 pp., 2 pl. dépliantes. Demi chagrin à coins caramel, plats de papier marbré vert, dos à nerfs orné.

Jolie édition donnant les premiers voyages de découverte au Canada au XVIe siècle, dont ceux de Jacques Cartier, Jean Alphonse de Xantoigne et Jean-François Roberval. Publié par la Société littéraire et historique de Québec, première société savante du pays. Le récit du troisième voyage de Cartier est traduit de la collection de voyages, de voyages et de découvertes de Hakluyt en 1810. Les deux cartes dépliantes sont des réimpressions de lédition de Champlain de 1613. 1 vol. in-8°. 2 fold. maps. Half chagrin binding. Nice edition giving the first voyages of discovery in Canada in the sixteenth century, including those of Jacques Cartier, Jean Alphonse de Xantoigne and Jean-Francois Roberval. Published by the Literary and Historical Society of Quebec, the country's leading scholarly society. The story of Cartier's third voyage is taken from Hakluyt's collection of travels, travels and discoveries in 1810. The two folding maps are reprints of the 1613 Champlain edition.

(CORVETTE DESCURBIERTA - Original maps from Spanish Scientific Explorations.) [GONZALES (Antonio)]. MANUSCRIT / MANUSCRIPT.

[Ensemble de cartes marines et de profils de côtes. Indonésie, Chili, Pérou, Mexique, Californie, Indonésie, Singapour, Mer de Chine, Patagonie. / A collection of original sea charts and views. Indonesia, Chili, Peru, Mexico, California, Indonesia, Singapore, China sea, Patagonia.].

[Dessiné à bord de la corvette. Drawn aboard the ship] 1815-1816. 1810 1 vol. in-folio (456 x 295mm.) comportant 18 dessins manuscrits à l'encre, dont trois en couleurs et 1 recto-verso, tous fixés sur onglets mobiles (liste complete sur demande). Cartonnage dépoque, dos de velours vert, plats de papier marbré.

Riche ensemble de cartes et profils de côtes manuscrits, levés et dessinés par Antonio Gonzales, à bord de la fameuse corvette espagnole "Descurbierta" (La Découverte), durant des missions d'exploration menées de 1810 à 1816. La corvette Descurbierta est célèbre pour avoir été l'un des deux vaisseaux (le second étant l'Atrevida) de l'expédition de Malaspina (1786 à 1788 et de 1789 à 1794), le plus important voyage d'exploration commandité par l'Espagne au 18ème siècle. Alessandro Malaspina (1754-1810), sous-commission royale espagnole, entreprit cette campagne, dans la lignée des Cook et La Pérouse, pour recueillir des connaissances nouvelles pour la géographie, la cartographie et les sciences. L'expédition comptait un nombre important de scientifiques et fut conduite de manière très rigoureuse. Le second but de l'expédition était de donner un rapport sur le vaste empire espagnol, en particulier le long des côtes occidentales de l'Amérique du Nord, où les Russes et les Britanniques cherchaient à s'implanter. La Descurbierta et l'Atrevida partirent de Cadiz le 30 juillet 1789, faisant une première escale à Montevideo et Rio de la Plata, elles firent ensuite route au Sud le long des côtes de Patagonie et visitèrent les Isles Falkland, le Chili, le Pérou, le Mexique, Hawaï, le Kamtchatka, l'Alaska, les Philippines, les Îles Marianne, les Nouvelles Hébrides, la Nouvelle Zélande, l'Australie, et s'en retournèrent à Cadiz le 21 septembre 1793. Après cette important expédition, la Descurbierta resta en service en tant que vaisseau employé pour les missions scientifiques jusquen 1828. La corvette de 22 canons fut stationnée à Montevideo de 1804 à 1806 et à Callao (Lima) de 1810 à 1816. Elle reprit le chemin de Cadiz en 1816, pour être réparée. De 1816 à 1819, elle fut renvoyée en Amérique du Sud, pour prêter main forte aux expéditions du Général Morillo et Laborde contre les révolutionnaires de Colombie et du Venezuela. En 1821, elle revenait à Cadiz, et était finalement retirée du service en 1828. Le présent album rassemble 18 cartes originales, réalisées par lofficier Antonio Gonzales à bord de la Descurbierta de 1810 à 1816, lors de différentes campagnes. La première planche (chronologiquement, elle est reliée en avant dernière position) est datée de 1810, cest lune des plus impressionnantes de lensemble. Dessinée au recto et au verso de la page, elle compte six vues et profils de côtes de la Patagonie, et notamment un iceberg observé à 57° de latitude, 69° ouest, dans le sud de cette région. La première série datée de 1815 à 1816 compte sept vues de côtes asiatiques : Philippines (Détroit de Saint Bernardino), Indonésie (Île de Gaspard, détroit de Gaspard ou de Macclesfield, Pulo de Pisang en Mer de Chine, Pulo Babu dans le détroit de la Sonde) et Malaisie (Pulo Pisang). On trouve ensuite des cartes dAmérique du Sud : lîle de Santa Maria dans le Golfe de Californie au Mexique, Atacames en Equateur, Callao au Pérou, et six cartes du Chili : Coquimbo, Conception, Valdivia, lîle de Mocha, Quintero et Colliumo. La dernière carte représente lîle de Sainte Hélène. Les cartes et profils sont dressés et dessinés dune main très sûre, elles sont précises, richement légendées avec un souci esthétique certain. Elles donnent de nombreux détails sur les côtes visitées. Gonzales fut officier sur la Descurbierta pendant au moins six ans. Son dossier personnel est conservé aux archives centrales de la Marine espagnole. Ces cartes et vues sont inconnues et aucune publication ne référence les détails de ces campagnes : prolongations de lexpédition autour du monde de Malaspina. Car ce recueil montre bien que les Espagnols continuèrent à mener avec la Descurbierta des voyages dexploration scientifique et cartographique. Très bel ensemble. Liste des cartes : 1. San Bernardino Strait (Philippin). Prespectivas de varias yslas del archypielago de Fylypynas sytuadas en el estrecho de San Bernardino sacadas a bordo de la corbeta de S.M. la Descubierta año de 1815. (277 x 379 mm., noir). 2. Gaspar island (Indones. Vista de la isla de Gaspar demorando al 1. 30° de 7 a 8 leguas por la mañana tiempo claro. Ysla de Arbol en el estrecho de Gaspar, al 1.0 Œ O. del mundo, a 3 millas: tiempo claro. Corveta Descubierta, ano de 1816. (296 x 198 mm., noir) 3. Gaspar or Macclesfield Strait (Indonesia). Vista de la boca meridional del Estrecho de Gaspar o Macclesfield en el mar de China. A. Pan de azucar (punto mas S.de las montañas de San Pablo en Banca) al N 44°O. a 18 millas.B. Punta de la entrada , al N. 18°O. a 11 millas. C. Punta de Roza, al N. 9° O a 14 millas. D. Ysla del Medio. Pielo Leat° al N 20°303 E. a 19 millas. (155 x 856 mm., noir) 4. (Indonesia). Vista del Pulo de Pisang en el mar de China, demorando el punto A al B 42° O. Y B al A 52.°O: dist.° 4 leg. tiempo calmoso. Pulo avr., demorando A al N. 65° O.B al A. 59°O.? Distancia de 4 a 5 leguas. Tiempo calmoso.Vista de Pulo Foly A al B 21°E. y Pulo Docan B al A 8°O; distancia alt° 24 millas, tiempo muy claro. Lat.° A 00° 52 39. Long.B 112 ..12...40. Varias 00°. Corveta Descubierta, año de 1816. (298 x 856 mm., noir) 5. The Sunda Strait (Indonia). Vista del Pulo Babu en el estrecho de Sonda, demorando el puto A al B 17° E. y B al A 20° E. : de 5 a 6 leguas de distancia, por la tarde tiempo claro. Corveta descubierta ano de 1816. (197 x 298 mm., noir) 6. The Sunda Strait, islands of Java and Sumatra, Button, Zuphten, mount Rajah Bassa (Indonesia). Vista de la boca septentrional del Estrecho de Sonda y de la parte de las islas de Sumatra y Java; demorando el islote Button A al B 5°E. Punta del Peligro. Bal A 6°E, Ysla del Medio (Thuvart the way) C al B 8°303º: Ysla Alta de Zuphten D al A25°O Punta de Puercos E al B 31° 30 O. La mediania del cumbre del monte Rajah Bassa H al A 55°O. Isla del Norte. GG costa baxa de Sumatra. (148 x 1056 mm., noir) 7. Pulo Pisang (Malasia). Vista de los Pulos Aor y Pisang demorando el punto A del 1° al B 3° O. el B al A 20°O ; y C en el 2° al A 73°O: cielo regularmente claro: horizontes muy calmosos. Corveta Descubierta año de 1816. (198 x 299 mm., noir). 8. Santa Maria island (Gulf of California, Sinaloa, Mexico). Isla de Santa Maria. (295 x 189 mm., noir) 9. Atacames (Ecuador). Puerto de Tacamez. (189 x 308 mm., noir) 10. Callao (Perú). Plano de la rada del Callao situada en la costa occidental del mar Pacifico. (258 x 334 mm., Couleurs). 11. Plano del Puerto de Coquimbo (Chili). situado en la latitud S. longitud O. de Cadiz. (189 x 295 mm., noir) 12. (Chili). Plano de la Bahia de Concepcion de Chile. (434 x 278 mm., Couleurs). 13. Valdivia Port, (Chili). Plano del Puerto de Valdivia situado en la Costa Occidental de la America Meridional. (293 x 187 mm., noir) 14. Mocha Island (Chili) .Ysla de la Mocha. (281 x 199 mm., Couleurs). 15. (Chili). Herradura de Quintero situada en la Costa Occidental de la America Meridional. (295 x 185 mm., noir.) 16. (Chili). Colliumo en la costa Occidental de la America Meridional. (329 x 256 mm., noir) 17. Iceberg (Patagonia). Vista de dos bancas de nieve halladas el 4 de febrero de 1810 en la lat de 57° S. y long 69° O distancia al S 8 millas . Altura de A a 160 pies, distancia de B a C 455 pies. (147 x 363 mm., noir) 18. (Saint Helena, South Atlantic Ocean ). Vista de la Ysla de Sta. Helena en el oceano Atlantico meridional demorando el punto A al B 53°O ; distancia 3 leguas : por la manana tiempo acelafado C fondeadero y puerto de James Forun. Lat.° 16° 003 003 A Long.°00 393 oriental de Cadiz . Varia. Corveta Descubierta año del 1816. (187 x 295 mm., noir). 1 vol. folio. 18 manuscript ll., (ink drawings, 3 hand-coloured, 1 recto-verso, some folding). Bound in a contemporary album. A large set of manuscript maps and coast views drawn by Antonio Gonzales aboard the famous Spanish exploration ship Descurbierta (Discovery) during exploration journeys from 1810 to 1816. The corvette Descurbierta is famous for being one of the two ships (with the Atrevida) of the Malaspina's expedition (1786-1788, and 1789-1794), the most important voyage of discovery dispatched by Spain in the 18th century. Alessandro Malaspina (1754-1810), under a Spanish royal commission, undertook his voyage around the world to increase geographic and scientific knowledge in general: inspired by Cooks and La Perouses voyages, Malaspinas expedition counted numerous scientists aboard, and was conducted in a highly scientific manner. The second purpose of the expedition was to check on the status of Spain's vast empire, especially along the west coast of North America, where the Russians and the British were expanding their influence. The Descubierta and the Atrevida sailed from Cadiz on 30 July 1789, stopping first at Montevideo on the Río de la Plata, then sailing south along the coast of Patagonia and visiting the Falkland Islands (Islas Malvinas), Chile, Peru, Mexico, Hawaii, Kamchatka, Alaska, Philippines, Mariana Islands. Coastal, New Hebrides, New Zealand, Australia and was back to Cadiz on 21 September 1793. After this great expedition, the Descurbierta stayed in service as a scientific ship up to 1828. The 22 guns corvette was stationed in Monte Video from 1804 to 1806 and Callao (Lima) from 1810 to 1816. In 1816, she went back to Cadiz in 1816 for repairing. From 1816 to 1819, she was again based in South America to help General Morillo and Laborde expeditions against insurgents in Colombia and Venezuela. Back to Cadiz in 1821, the Corvette was dropped out of service in 1828. The present collection of 18 original drawings was made by Officer Antonio Gonzales aboard of the Descubierta from 1810 to 1816, during different campaigns. The first plate is dated from 1810, and is one of the most striking leaves of the set. It is dedicated to Patagonia (recto-verso), with many views and coastal profiles and an amazing representation of an Iceberg observed by lat. 57° and 69 west, in the South of Patagonia. A large series, dated from 1816, is dedicated to Asia (China Sea, Philippines, Indonesia, and Malaysia). Then they cross the Pacific to arrive in Gulf of California, and going north, we find important maps of Chili and Peru (including a beautiful map of Conception: Plano de la Bahia de Concepcion de Chile). The last chart depicts Saint Helena. The quality of the charts is very nice, they are both accurate, richly captioned, and aesthetically realized. Gonzales was stationed at the corvette for at least 6 years. His personal file is at the Spanish navy central archives. Those maps and views are totally unknown and there is no recorded publication for the details of these campaigns, a continuation of Malaspina expedition round the world. It proves that the Spanish continued their scientific and cartographic exploration with the Descurbierta. The quality of the manuscript is great, giving lot of local details of the coasts visited.

[ LE CLERCQ (Père Chrestien) ]

[Premier établissement de la Foy dans la Nouvelle France, contenant la publication de lEvangile, l] Histoire des Colonies Françaises et des fameuses découvertes depuis le fleuve Saint-Laurent, la Louisiane, le fleuve Colbert jusquau Golfe du Mexique, avec les victoires remportées au Canada par les Armées de Sa Majesté sur les Anglais et les Iroquois en 1690.

Imprimé à Paris, & se vend à Lyon, Chez Thomas Amaulry, rue Merciere, au Mercure Galant, 1692. [1691] 1692 2 vol. in-12° (160 x 102 mm) de [14 ff.] (titre, dédicace, préface, privilége, table des chapitres), 559 pp.; [1 ff.] (titre), 554 pp. (nombreuses erreurs de pagination), [10 ff.] (catalogue du libraire). NB: Exemplaire comportant le carton de la p. de titre de Lyon. Les 4 ff. de la table des chapitres sont imprimés sur un papier différent ; exemplaire avec lachevé dimprimer daté du 20 avril 1691 et avec le ff. 51-52 d'origine ( Dans les ex avec le titre carton "Etablissement de la foy », Paris, 1691, le ff. 51-52 est un carton éliminant la date du 20 mars 1615. Vol 2: commence par le chapitre XVIII chiffré par erreur I ( également rectifié par un carton dans « Etablissement de la foy ») ; les 10 ff du catalogue du libraire, souvent absents, sont bien présents. Initiales manuscrites à l'encre "M. L." sur les deux pages de titre. Pleine basane d'époque, dos à nerfs ornés et titrés à l'or, roulette dorée sur les coupes, tranches jaspées rouges. ( Marquage brun habituel du cuir sur les gardes, petite trace de mouillure au dernier cahier du volume 1, reliure et corps d'ouvrage frais).

Travail historique fondamental sur la Nouvelle France dû au récollet Chrétien Le Clercq, qui fut missionnaire chez les Micmacs de la Gaspésie pendant 12 ans, ouvrage de toute rareté, absent de la plupart des grandes collections privées. Le père Le Clercq (1641- ?) reçut le nom de « Chrestien » à sa prise dhabit. Deux membres de sa parenté firent partie du même ordre et le suivirent en Nouvelle-France : le père Zénobe Membré (son cousin), et le père Maxime Le Clercq (son frère ou son cousin). Tous deux, missionnaires et compagnons de Cavelier de La Salle au Mississipi, furent massacrés au fort Saint-Louis-des-Illinois en 1689 par les Amérindiens de cette région. Chrétien Le Clerc appartenait à une branche réformée de lordre de Saint-François qui portaient un habit gris et une corde blanche. Le 15 mars 1675, le père Le Clercq fut nommé aux missions du Canada. Parti de la Rochelle, Il prit sa fonction le 27 octobre au poste de Percé, qui servait alors de refuge aux pêcheurs français. Le Clercq fut le premier missionnaire à être affecté spécialement aux missions des Micmacs, quil appelait Gaspésiens. Après un moment de découragement lannée suivante, son supérieur, le père Valentin Leroux parvient à le convaincre de persévérer. Le missionnaire poursuivra sa mission chez les Micmacs jusquen 1686. Le Clercq apprend rapidement le dialecte des Gaspésiens et leur enseigne la religion grâce à un système de caractères figuratifs quil invente. Cette écriture hiéroglyphique demeura en usage par la suite et servira de base à lécriture actuelle. Après quelques allers-retours, le Clercq rentre définitivement en France en 1686, et en 1690, il est gardien du couvent de Lens (Pas-de-Calais). Lannée suivante, 2 ouvrages sont publiés sous son nom : « Nouvelle Relation De La Gaspésie », fruit de ses années passées chez les Micmacs, et le présent ouvrage, qui parait sous le titre de « Premier établissement de la foy ». Vaste étude historique de plus de 1 000 pages en deux parties relatant les premières navigations des Français et lhistoire de la colonie. Or, si sa relation de la Gaspésie connait une large diffusion, le second restera longtemps méconnu du public : Quelques bibliothèques seulement possèdent un exemplaire, et très rares sont les collectionneurs privés qui ont pu en posséder un dans leur collection ces 100 dernières années. Aussi, si les bibliographes saccordent aujourdhui sur une édition unique, 3 pages de titre différentes peuvent se trouver sur les exemplaires : I. « Premier établissement de la foy dans la Nouvelle France, contenant la publication de lEvangile, lHistoire des Colonies Françoises, & les fameuses découvertes depuis le Fleuve de Saint Laurent » (Paris, 1691, avec le nom de lauteur) ; II. « Etablissement de la foy dans la Nouvelle France, contenant lhistoire des Colonies Françoises, & des Découvertes, qui sy sont faites jusques à présent» (Paris, 1691, sans nom dauteur) et enfin le titre porté par le présent exemplaire « Histoire des colonies françaises et les fameuses découvertes » (Lyon, 1692, sans nom dauteur), qui est le plus rare : le dernier exemplaire passé en vente que nous avons pu identifier est celui de la vente Frank H. Severance (NY, Anderson Galleries, 15 novembre 1922). Lintroduction du catalogue lannonce comme louvrage le plus rare de cette collection ou figuraient tous les textes majeurs sur la Nouvelle France : « The material here offered is from a collection which has been thirty or more years in the making. It relates in large part to the history of the Great Lakes and Niagara region under the French, prior to the British Conquest of 1760. Besides the narrative of Champlain, La Salle, Joutel, Hennepin, and other Seventeenth Century explorers, priests and soldiers, it is rich in contemporary or early publications of the period of the Old French War. It includes a good number of the political tracts, both French and English, of that period. Perhaps the most unusual item in the list is Le Clercq's Histoire des Colonies Francoises, etc., Lyons, 1692, which on examination is found to be identical with the author's premier Etablissement de la Foy, etc., Paris, 1691. When the publication was proscribed at Paris, the original forms, or printed sheets from the original forms, were taken to Lyons, where the work was issued in 1692, identical, except for the new title-page, with the Paris edition of 1691. It is superfluous to comment on its extreme rarity ». Lextrait du privilège du Roy, précédant la table, indique « Il est permis au révérend père Le Clercq, missionnaire recollet de la province d Arthois, gardien du couvent de Lens, de faire imprimer un livre quil a composé, intitulé « Premier établissement de la foi dans la Nouvelle France » Et plus loin « achevé dimprimer pour la première le 20 avril 1691. A noter notre exemplaire présente la particularité de ne comporter aucun des « cartons » correctifs signalés par les bibliographes : ni celui du f. 51-52 du vol. 1 (éliminant la date du 20 mars 1615) ; ni celui du f. A1 du Vol 2 (rectifiant commence par le chapitre XVIII chiffré par erreur I). Aussi, les 10 ff. du « catalogue des livres imprimez et qui se vendent chez aimable Auroy », Souvent absents des exemplaires, sont bien présents. Comment expliquer que ce livre ai été retiré, puis affublé de deux titres différents, et au final jamais diffusé? voici des éléments pour comprendre la rareté de ce travail aujourdhui estimé par les historiens et les bibliographes, avec de nombreux articles publiés ces 30 dernières années, dont certains débattent même de léventualité dun auteur caché du texte (De Frontnac, Leroux...): Du temps de Champlain, en 1615, les Recollet avaient été les premiers missionnaires à sinstaller en Nouvelle France, suivis des jésuites. En 1629, les anglais semparent de Québec et provoquent le départ de tous les religieux. Après le traité de St Germain en Laye, en 1632, seuls les jésuites reviennent et ils occupent tout lespace spirituel de la colonie jusquau retour des disciples de St François en 1669. Le père Le Clercq fait ainsi partie de cette « nouvelle vague » de Récollets destinée à rééquilibrer les choses, volonté clairement affichée de lintendant dalors, Jean Talon, en conflit ouvert avec lévêque Laval, soutenu par les jésuites. Aussi, l'Histoire du Canada de Gabriel Sagard date de 1636 et les Relations des Jésuites ont cessé d'être publiées en 1672. Louvrage de Le Clercq, paru vingt ans plus tard, est certainement autant destinée à relater les faits de cette période quà produire une uvre historique des débuts de la colonie différente de celle des jésuite. Ainsi, louvrage fournit aux historiens de la Nouvelle-France une masse dinformations originales couvrant la période de 1615 à 1691. Il renferme aussi deux importantes relations, introuvables ailleurs, sur la découverte du Mississipi par Robert Cavalier de La Salle (qui auraient été écrites par les récollets Anastase Douay et Zénobe Membré, cousin de Le Clercq). Si les circonstances qui ont bloqué la diffusion du livre lors de sa parution sont encore aujourdhui débattues, il est avéré que l'uvre a été largement discréditée depuis le milieu du XIXe siècle, principalement par des critiques et des historiens jésuites. Il faudra attendre le vingtième siècle pour rejeter ces critiques infondées et voir des chercheurs faire ressortir toute la valeur historique de louvrage de Chrestien Le Clercq : « Nous sommes en présence de l'uvre originale d'un maître à penser plutôt que d'une uvre mineure écrite par un auteur de second ordre » écrira Serge Trudel dans sa thèse sur la genèse de luvre. Provenance: Marquis Louis de Montolieu (1648-1713), originaire de Marseille, célèbre officier de marine qui fut chef d'escadre des galères et maréchal de camp, chevalier de Saint-Louis. Il sillustre particulièrement lors du siège de Barcelone, et en défendant Cadix. En récompense, le Louis XIV érige pour lui la terre de Montolieu en marquisat. (Ex-libris manuscrit au dos des plats supérieurs et initiales manuscrites sur les titres). Exemplaire très désirable, en reliure dépoque en parfait état et dune excellente provenance, de lun des « canadianas » les plus rares et recherchés. 2 vol. in-12°. Contemp. sheep. Fundamental historical work on New France by the Recollet Chrétien Le Clercq, who was a missionary in Gaspé for 12 years, a work of extreme rarity, absent from most major private collections. Father Le Clercq (1641-?) Received the name of "Chrestien" when he took his clothes. Two of his relatives were part of the same order and followed him to New France: Father Zénobe Membré (his cousin) and Father Maxime Le Clercq (his brother or cousin). Both missionaries and companions of Cavelier de La Salle in Mississippi, were massacred at Fort St. Louis-of-Illinois in 1689 by the Amerindians of this region. On March 15, 1675, Father Le Clercq was appointed to the missions of Canada. Leaving La Rochelle, he took up his post on October 27 at the Perce station, which was then used as a refuge for French fishermen. The Clercq was the first missionary to be specially assigned to the Mi'kmaq missions, which he called Gaspésiens. The missionary will continue his mission among the Micmacs until 1686. Le Clercq quickly learns the dialect of the Gaspésiens and teaches them religion through a system of figurative characters he invents. This hieroglyphic writing remained in use thereafter and will serve as a basis for current writing. Le Clercq definitely returned to France in 1686, and in 1690 he was guardian of the convent of Lens (Pas-de-Calais). The following year, two books were published under his name: "Nouvelle relation de la Gaspésie", fruit of his years spent with the Mi'kmaq, and the present work, which appeared under the title of " Premier établissement de la foi (First Establishment of Faith). A vast historical study of more than 1,000 pages in two parts relating the first navigations of the French and the history of the colony. However, if its work had a large dissemination, the second will remain a long time unknown to the public: Only a few libraries have a copy, and very few private collectors where able to have one in their collection those last 100 years. Also, if the bibliographers agree today on a single edition, 3 different title pages can be found on the copies: I. « Premier établissement de la foy dans la Nouvelle France, contenant la publication de lEvangile » (Paris, 1691, with authors name) ; II. « Etablissement de la foy dans la Nouvelle France» (Paris, 1691, without authors name) and then, the present one « Histoire des colonies françaises et les fameuses découvertes » (Lyon, 1692, without authors name), which is the rarest: the last copy for sale that we could identify is that of the sale Frank H Severance (NY, Anderson Galleries, November 15, 1922). The introduction of the catalog announces it as the rarest work of this collection or included all the major texts on New France: « The material here offered is from a collection which has been thirty or more years in the making. It relates in large part to the history of the Great Lakes and Niagara region under the French, prior to the British Conquest of 1760. Besides the narrative of Champlain, La Salle, Joutel, Hennepin, and other Seventeenth Century explorers, priests and soldiers, it is rich in contemporary or early publications of the period of the Old French War. It includes a good number of the political tracts, both French and English, of that period. Perhaps the most unusual item in the list is Le Clercq's Histoire des Colonies Francoises, etc., Lyons, 1692, which on examination is found to be identical with the author's premier Etablissement de la Foy, etc., Paris, 1691. When the publication was proscribed at Paris, the original forms, or printed sheets from the original forms, were taken to Lyons, where the work was issued in 1692, identical, except for the new title-page, with the Paris edition of 1691. It is superfluous to comment on its extreme rarity ». How to explain that this book was withdrawn, the two different titles, and in the end never diffused? Here are some elements to understand the rarity of this work, now estimated by historians and bibliographers, with numerous articles published over the last 30 years, some of which even discuss the possibility of a hidden author of the text (De Frontnac, Leroux ...): In Champlain's time, in 1615, the Recollets had been the first missionaries to settle in New France, followed by the Jesuits. In 1629, the English seized Quebec and caused the departure of all religious. After the treaty of St Germain en Laye, in 1632, only the Jesuits returned and they occupy all the spiritual space of the colony until the return of the disciples of St François in 1669. Father Clercq is thus part of this "new Recollets' wave" intended to rebalance things, a clearly expressed desire of the intendant, Jean Talon, in open conflict with Bishop Laval, supported by the Jesuits. Also, the history of Canada by Gabriel Sagard dates from 1636 and the Jesuit Relations ceased to be published in 1672. The work of Le Clercq, published twenty years later, is certainly as much destined to tell the facts of this period to produce a historical work of the beginning of the colony different from that of the Jesuits. Thus, the book provides historians of New France a mass of original information covering the period from 1615 to 1691. It also contains two important relationships, found elsewhere, on the discovery of the Mississippi by Robert Cavalier de La Salle. If the circumstances that have blocked the spread of the book when it is published are still debated today, it is proven that the work has been widely discredited since the mid-nineteenth century, mainly by Jesuit critics and historians. In the 20th century, These unfounded criticisms where rejected by researchers who bring out the whole historical value of the work: "We are in the presence of the original work of a master of thought rather than of a minor work written by a second-rate author "wrote Serge Trudel, in his thesis on the genesis of the work. Provenance: Marquis Louis de Montolieu (1648-1713), from Marseilles, a famous naval officer who was squadron commander of the galleys and marshal of the camp, knight of Saint-Louis. (Handwritten ex-libris on the back of the upper plates and initials handwritten on the titles). Very desirable copy, in period binding in perfect condition and excellent provenance, of one of the most rare and sought after "canadiana".

[ANDRE (Yves-Marie)]

Traité mathématique et historique de Géographie et d'Hydrographie. Donné à Caën, en l'année 1739. Par le R.P. André, professeur de mathématique.

1739. 1739 1 vol. in-8° (167 x 109 mm) de 460 pp. numérotées et [16] pp. non chiffrées (Table). Pleine basane d'époque, dos à nerfs orné, tranches rouges dans emboîtage cartonné moderne. (reliure usagée non restaurée).

Précieux manuscrit inédit des cours de géographie et dhydrographie donnés à Caen en 1739 par le père André (1675-1764), célèbre jésuite breton qui occupa pendant 39 ans la chaire de professeur royal de mathématiques dans la ville de Caen. Ami intime du philosophe Nicolas Malebranche ( 1638 - 1715), le père André est surtout resté célèbre pour son classique « Essai sur le Beau » (1741), le premier traité desthétique publié en France. Il a également laissé une uvre scientifique considérable sous forme de manuscrits qui sont pour la plupart conservés à la Bibliothèque de Caen, ces derniers restent inédits et le présent manuscrit est un des rare témoignage de son oeuvre scientifique. Le présent volume contient lintégralité de son cours de géographie et hydrographie, avec de nombreux chapitres sur la cartographie terrestre et maritime, des considérations sur les climats des différentes régions du monde, les marées, les questions mathématiques touchant à la navigation et à la conception des navires, etc. On y trouve de nombreux diagrammes et dessins réalisés à la plume dans le corps de louvrage. 1 vol. in-8°. Contemp. sheep. 460 + 16 manuscript pp. Diagrams and drawings. Unpublished manuscript of class of geography and hydrography given in Caen in 1739 by Father André (1675-1764), a famous Breton Jesuit who for 39 years held the professorship of royal mathematics in the city of Caen. Intimate friend of the philosopher Nicolas Malebranche ( 1638 - 1715) , Father André is especially famous for his classic « Essai sur le Beau » (1741), the first aesthetic treatise published in France. He has also left a considerable scientific work in the form of manuscripts which are mostly preserved in the Library of Caen, the latter remain unpublished and the present manuscript is one of the rare evidence of his scientific work. This volume contains his entire course in geography and hydrography, with many chapters on land and marine cartography, considerations of the climates of different regions of the world, tides, mathematical questions relating to navigation and ship design.... The work is illustated by many diagrams and drawings made with ink along the text.

[ATLAS COMPOSITE] FER (Nicolas de)

Atlas itineraires de France dItalie et des Pays Bas.

Paris, de Beaurain Geographe du Roy, 1728. 1728 1 vol. in 4° (273 x 250 mm) de: 1 titre manuscrit avec lettres caligraphiées en rouge, bleu et or dans un encadrement de frises ; [188] ff. (dont 50 ff. de texte sur double page, 5 ff. de texte sur page simple, 133 cartes et planches sur double page dont 13 dépliantes). (corps d'ouvrage très frais). Plein maroquin brun d'époque, dos à nerfs orné, triple encadrement de filets dorés sur les plats avec fleurons angulaires, roulette dorée sur les coupes, dentelles intérieures tranches dorées.

Bel atlas composite, très bien relié, composé dun titre manuscrit, de 35 cartes, 65 plans, 31 vues et 52 feuillets de texte gravés, la plupart sur double page, monté sur onglets (17 dépliants), dont 41 sont entièrement coloriés à la main, 40 et 33 partiellement. Nicolas de Fer fut un cartographe français très prolifique, actif du début des années 1690 jusqu'à sa mort en 1720. LAtlas est consacré à la France, à l'Italie et aux Pays-Bas. Il comporte 107 cartes ou vues de de Fer, 15 par Jean Baptiste Nolin (1657-1708) graveur et éditeur français ou son fils (1686-1762) du même nom. 1 vol. in 4°. Contemp. green morocco. Beautiful composite atlas, nicely bound, composed of a manuscript title, 35 maps, 65 plans, 31 views and 52 engraved sheets of text, mostly on double page, mounted (17 fold.), of which 41 are entirely colored by hand, 40 and 33 partially. Nicolas de Fer was a very prolific French cartographer, active from the early 1690s until his death in 1720. The Atlas is devoted to France, Italy and the Netherlands. It contains 107 maps or views of de Fer, 15 by Jean Baptiste Nolin (1657-1708) French engraver and publisher or his son (1686-1762) of the same name.

[COMPAGNIE DES INDES HOLLANDAISE/DUTCH WEST INDIA COMPANY].

Ordonnances, privileges, franchises, et assistances octroyez & concedez. Par les tres-hauts & puissans Seigneurs, les Estats Generaux des Prouinces unies du Pays-bas. A la Compagnie des Indes Occidentales, par leurs Edicts du 9. Iuin 1621. 10. Iuin 1622. & lAmpliation du 21. Iuin 1623.

Paris, Jean Anthoine Joallin, 1623. 1623 1 vol in-12 (150 x 92 mm). 36 pp. Cartonnage de papier marbré moderne.

Première édition en français traduite du néelandais de cette charte de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, une société commerciale et colonisatrice, affrétée par les États généraux de la république hollandaise en 1621 et organisée en 1623. Aux termes de cette charte, aucun citoyen des Pays-Bas ne pouvait commercer avec n'importe quel point sur la côte africaine entre le tropique du Cancer et le cap de Bonne-Espérance ou sur la côte américaine entre Terre-Neuve et le détroit de Magellan sans la permission de la compagnie. La compagnie était responsable devant les États généraux dans des affaires plus vastes, comme la déclaration de guerre, mais disposait par ailleurs d'un pouvoir administratif et judiciaire presque complet sur son territoire. 1 vol in-4°. 36 pp. Modern marbled boards. First edition in French of this charter of the Dutch West India Company: trading and colonizing company, chartered by the States-General of the Dutch republic in 1621 and organized in 1623. By the terms of the charter no citizen of the Netherlands could trade with any point on the African coast between the Tropic of Cancer and the Cape of Good Hope or on the American coast between Newfoundland and the Straits of Magellan without the companys permission [see p.3]. The company was responsible to the States-General in larger matters, such as declaring war, but otherwise had almost complete administrative and judicial power in its territory.

[DANNVILLE (Jean Baptiste Bourguignon ou Louis DOMAIRON)]

Atlas moderne portatif, composé de vingt-huit cartes sur toutes les parties du globe terrestre, et de trois cartes astronomiques.

Paris, Laporte, An X (1802). 1802 1 vol in-8° (208 x 135 mm.) de : 57 pp. ; 32 cartes dépliantes réhaussées à l'aquarelle (dont 4 dastronomie). Demi-basanne d'époque, dos lisse orné, titre de maroquin rouge, plats recouverts de papier à la colle bleu. ( dos discrétement restauré, salissures et défauts d'usage, rousseurs, mouillures, quelques restaurations de papier dans les marges, ensemble non rogné).

Nouvelle édition de cet atlas portatif représentant lensemble des terres du globe terrestre dauteur inconnu et imprimé à Paris en 1786 par Joseph De Laporte. Lédition originale de cet atlas parue en 1777 est lune des premières à reconnaitre les Etats Unis en tant que nation indépendante. Avec un total de 32 cartes dont 4 dastronomie, cette nouvelle édition est : « Augmentée dune Carte de la République française, avec une explication où lon désigne la province à laquelle chaque département correspond ». Les cartes sont précédées des : « Définitions préliminaires pour servir dintroduction à la connoissance de la sphère et de la Mappemonde » qui donnent précisément le sens de tout le vocabulaire nécessaire à leur bonne compréhension. 1 vol. in-8°. Numerous engraved folding plates, some with hand-coloring. Contemporary quarter calf. New edition. New edition of this poket atlas representing all the land of the world, by unknown author, printed in Paris in 1786 by Joseph De Laporte. The original edition of this atlas published in 1777 is one of the first to recognize the United States as an independent nation. With a total of 32 cards including 4 astronomy, this new edition is: "Increased a Map of the French Republic, with an explanation where we designate the province to which each department corresponds." The maps are preceded by: "Preliminary Definitions as an Introduction to the Knowledge of the Sphere and the World Map" which give precisely the meaning of all the vocabulary necessary for their good comprehension.

[DE LA BIBIOTHEQUE DE FERNAND COLOMB : "Colombina Biblioteca"] - [GAUTIER DE METZ (f. 13th century)].

[Image du monde. Nouvellement imprimée a Paris par Alain Lotrian]. Sensuyt lymaige du monde contenant en soy tout le Monde mis en III parties, cestassavoir , Asie, Affrique et Europe. Avec les pays, provinces et citez et les merveilleuses et diverses creatures qui sont dedans...

Paris, [Lotrian], [circa 1520-1530. 1530 1 vol in-8° (187 x 140 mm.) de: [26] ff. (dont titre gravé et 1 blason gravé sur le dernier f.). Plein maroquin rouge XIXe, dos à faux nerfs orné et titré à l'or, encadrements de frises dorées sur les plats avec le navire de Christophe Colomb dans chaque angle, encadrement intérieur, emboitage moderne en demi maroquin rouge et toile (Reliure signée par Chambolle-Duru pour le Baron Pichon). (étiquette "288" de la bibliothèque de Charles Fairfax Murray; ex-libris à l'or sur maroquin rouge du Baron Pichon avec sa devise "MEMOR FVI DIERVM ANTIQVORV PS. CXLII."; inscription en page de garde à l'encre "exemplaire de Fernand Colomb mort en 1539, fils de Christophe Colomb. Acheté en 1885. hez. Edition non citée.")

Rare exemplaire de cet ouvrage géographique populaire constitué dun recueil médiéval de géographie, d'astronomie et d'autres sciences physiques, texte qui a circulé sous forme de vers et de prose depuis le 13ème siècle. Il est attribué à Gautier de Metz, poète et prêtre français qui laurai produit (vers 1246), se basant sur le texte latin médiéval « Imago mundi » d'Honorius Inclusus. Le poème de Gautier est l'un des nombreux ouvrages médiévaux «encyclopédiques» qui décrivent la création, la géographie et l'astronomie avec des passages factuels et imaginaires. Des monstres, des trésors et des terres lointaines sont évoqués dans ce poème pseudo-scientifique, qui a été traduit en plusieurs langues au moyen âge et magnifiquement illustré dans de nombreux manuscrits. Le poème "Mappemonde", attribué à Gautier de Metz, fut probablement transformé en prose par Maistre Gossouin en 1265. La présente édition reproduit celle de 1485 due Cailant, mais avec quelques ajouts à la fin. Un exemplaire similaire est présent dans les collections de la NY public library. Provenance: de la bibliothèque de Ferdinand Columbus (ex-libris, "Colombina Biblioteca"), puis du baron Pichon ("acheté en 1885") avec son ex-libris de cuir rouge au dos du premier plat, puis de Charles Fairfax Murray (avec l'étagère "288" au verso du premier plat). Selon Murray, c'est le seul exemplaire connu de cet ouvrage de cosmographie. Ferdinand Columbus (1488-1539), fils du découvreur du Nouveau Monde, accompagna son père lors de son quatrième voyage en Amérique entre 1502-1504. Après sa mort, Il rentra en Espagne, puis voyagea dans toute l'Europe et constitua une bibliothèque de plus de 15 000 livres. Il semble avoir eu un intérêt particulier pour les éditions de l'Image du Monde. Ce livre et d'autres tels que l'Imago Mundi de Pierre d'Ailly ont inspiré les premiers plans de découverte de son père. La bibliothèque de Ferdinand fut confiée à la bibliothèque de la cathédrale Saint-Paul de Séville. Pendant les 16ème et 17ème siècles la bibliothèque, comme d'autres bibliothèques de la Renaissance, elle fut négligée. Ainsi, Lorsque la bibliothèque fut inventoriée en 1684, son contenu avait diminué à 5000 volumes. Les livres de la bibliothèque de Ferdinand Columbus sont extrêmement rares sur le marché. Daprès nos recherches, aucun autre volume de la « Colombina Biblioteca" nest passé en salle des ventes ces cinquante dernières années. 1 vol in-8°. 2 wood cuts. 19th cent morroco. Scarce copy of this popular geographical work consisting of a medieval collection of geography, astronomy and other physical sciences, a text that has circulated in the form of verse and prose since the 13th century. The work is attributed to Gautier de Metz, French poet and priest who produced it around 1246, based on the Medieval Latin text "Imago mundi" by Honorius Inclusus. Gautier's poem is one of the many "encyclopedic" medieval works that describe creation, geography and astronomy with factual and imaginary passages. Monsters, treasures and distant lands are evoked in this pseudo-scientific poem, which has been translated into several languages during the Middle Ages, and beautifully illustrated in numerous manuscripts. The poem "Mappemonde", attributed to Gautier de Metz, was probably transformed into prose by Maistre Gossouin in 1265. This edition reproduces that of 1485 due Cailant, but with some additions at the end. A similar copy is present in the collections of the NY public library. Provenance: from the library of Ferdinand Columbus (ex-libris, "Colombina Biblioteca"), then from Baron Pichon ("bought in 1885") with his ex-libris in red leather on the front, then Charles Fairfax Murray (with shelf "288" on the back of the cover). According to Murray, this is the only known copy of this edition. Ferdinand Columbus (1488-1539), son of the discoverer of the New World, accompanied his father during his fourth voyage to America between 1502-1504. After his death, he returned to Spain, then traveled all over Europe and set up a library of more than 15,000 books. He seems to have had a particular interest for the editions of the Image du Monde. This book, and others such as Imago Mundi by Pierre d'Ailly, inspired his father's first discovery plans. Ferdinand's library was entrusted to the library of St. Paul's Cathedral in Seville. During the 16th and 17th centuries the library, like other Renaissance libraries, was neglected. Thus, when the library was inventoried in 1684, its contents had decreased to 5000 volumes. The books of the Ferdinand Columbus Library are extremely rare on the market. According to our research, no other volume of the Colombina Biblioteca" has been sold in auction for the last fifty years.

[DEFOE (Daniel)].

Madagascar: or Robert Drurys Journal.

London, W. Meadows, 1729. 1729 1 vol in-8° (197 x 123 mm.) de: xvi, 464 pp., 5 planches hors texte, 1 grande carte dépliante. Plein veau d'époque, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge (dos refait dans le style, coins restaurés salissures et petites traces de mouillures, déchirures à la carte).

Edition originale de cet ouvrage considéré traditionnellement comme une uvre de fiction due à Daniel Defoe (la préface fait allusion à un «transcripteur» qui s'attendait à ce que l'uvre soit considérée comme «une autre romance comme Robinson Crusoé»), Neil Rennie, dans le DNB d'Oxford, soutiens que des recherches approfondies auraient la véracité d une grande partie du contexte maritime de l'uvre, et il a réaffirmé le statut de Robert Drury comme une personne réelle, et non un personnage dun roman de Defoe ". Selon Rennie, Drury (1687-1734?) A été capturé sur Madagascar en 1702, à l'âge de 13 ans, et a vécu là jusqu'à ce qu'il ait été sauvé en 1717. Il est ensuite retourné à Madagascar pour se procurer des esclaves et les vendre en Virginie. 1 vol in-8°, 5 plates, 1 fold. map. First edition. Traditionally considered a work of fiction by Daniel Defoe (the preface alludes to a "transcriber" who expected the work to be taken as "such another romance as Robinson Cruso' "), Neil Rennie, in the Oxford DNB, states that "careful research has confirmed much of the maritime background of the work, and reaffirmed Robert Drury's status as a real person, not a character in a novel by Defoe". According to Rennie, Drury (1687-1734?) was captured on Madagascar in 1702, at the age of 13, and lived there until he was rescued in 1717. He later returned to Madagascar to procure slaves for sale in Virginia.

[JAPON].

[Motifs textiles / Patern books].

Japon, Meiji, ca. 1880. 1880 1 vol. in-12° oblong. Brochage éditeur orange.

Rare recueil de gravures sur bois en noir et blanc, avec des motifs plus ou moins élaborés, des variations sur un thème, des schémas de base, et les différentes étapes pour réaliser certaines ornementations. Principalement d'inspiration végétale, mais aussi géométrique et sur des caractères typographiques. Ces ouvrages étaient destinés a servir de modèles aux artisans pour la décoration des tissus et des kimonos. 1 vol. oblong 12mo. Orange publisher wrappers. Intersting black and white wood engravings, with more or less elaborate patterns, with variation on a theme, basic schems, different steps to realise some ornementations. Mostly flowers and plants but also geometrical and typographical characters.

[LE FRANCOIS ( Abbé )]

Méthode abrégée et facile pour apprendre la géographie, où l'on décrit la forme du Gouvernement de chaque Pays, ses qualités, les moeurs de ses Habitans, & ce qu'il y a de plus remarquable. Avec un Abrégé de la Sphère et une Table des Longitudes et Latitudes des principales Villes du Monde, conforme aux dernières Observations des Meilleurs de l'Académie des Sciences, de RR.PP.Jésuite, et autre astronomes. Nouvelles édition revue, corrigée et augmentée.

Paris, Despilly fils, 1751. 1751 1 vol in-12° (165 x 100 mm) de: [16] ff.(titre,epitre, préface, avis, table), 552 pp., et 17 cartes gravées dépliantes. Plein maroquin rouge d'époque aux armes de Marie-Adélaïde de France, dos à nerfs orné de fleurs de lys, blazon doré sur les plats avec encadrement d'un triple filets doré et fleurs de lys aux angles, tranches dorées, gardes de papier dominoté. (défauts d'usage, salissures, tâches et petites traces de mouillures).

Superbe exemplaire de ce célébre traité de géographie qui connut un large succès populaire. Initialement publié à La Haye par Pierre Husson, 1706. Il s'agit de l'une des quatre éditions parues à Paris en 1751. Les livres des Dames de France, les trois filles survivantes de Louis XV et de Marie Leczinska, se distinguent par la couleur du Maroquin dont ils sont parés: rouge pour madame Adélaïde, vert pour madame Victoire, et citron pour madame Sophie. Madame Adélaïde était l'aînée des surs et la plus intelligente, et sa bibliothèque était la plus vaste. Déjà en 1753-54, alors que Madame Adélaïde n'avait que 21 ans, sa bibliothèque comportait quelque 750 uvres. L'ouvrage contient une mappemonde et 16 cartes dépliables de Sr Robert de Vaugondy. 1 vol in-12°. 17 fold. maps. Red morocco with arms. Superb copy of this very popular treatise of geography. Originally published in The Hague by Pierre Husson, 1706. This is one of four editions published in Paris in 1751. The books of the Mesdames de France, the three surviving daughters of Louis XV and Marie Leczinska, are distinguished by the color of morocco in which they were bound: red for Madame Adélaïde, green for Madame Victoire, and citron for Madame Sophie. Madame Adélaïde was the eldest of the sisters and the most intelligent, and her library was the most extensive. Already in 1753-54, when Madame Adélaïde was only about 21, her library comprised some 750 works. The book contains a world map and 16 folding maps of Sr Robert de Vaugondy.

[MANUSCRIT]

TRAITE DE FORTIFICATION.

SLND, circa 1700. 1700 1 vol. in-folio (385 x 255 mm) de: [61] ff. dont pages de texte manuscrit à l'encre brune et 49 cartes de fortifications à pleine page tracées à l'encre et aquarellées. Plein veau granité d'époque, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge. (dos et coins discrètement restauré).

Remarquable exemple de traité de fortification manuscrit exposant létat des connaissances sur le sujet au tout début du 18éme siècle. uvre anonyme dun professeur ou dun officier, il souvre sur les principes généraux des fortifications, la géométrie et les fondements mathématiques de leur construction. Suit un dictionnaire particulièrement détaillé des principaux termes de la fortification. Viennent ensuite 45 plans finement tracés et aquarellés donnant une grande variété de type de fortification, avec un texte dexplication en regard présentant les diverses méthodes décrites, dont celles des célèbres Vauban, Pagan et Deville. In-fine sont reliés 4 exemples de villes fortifiées, détaillés et légendés : St Malo, Dunkerque, Tournai et Charleroi. 1 vol. in-folio. Ink manuscript and 49 and watercolored plans. Contemp. calf. Remarkable example of manuscript fortification treatise exposing the state of knowledge on the subject at the very beginning of the 18th century. Anonymous work of a professor or an officer, it opens on the general principles of the fortifications, the geometry and the mathematical foundations of their construction. Follows a particularly detailed dictionary of the main terms of the fortification. Then come 45 finely drawn and water colored plans giving a wide variety of type of fortification, with an explanatory text opposite presenting the various methods described, including those of the famous Vauban, Pagan and Deville. Bound In-fine: 4 examples of fortified cities, detailed and captioned: St Malo, Dunkirk, Tournai and Charleroi.

[MENON].

LA CUISINIERE BOURGEOISE, suivie de l'office, a l'usage de tous ceux qui se mêlent de dépenses de maisons. Contenant la maniere de connoître, disséquer & servir toutes sortes de viandes...

Paris, Guillyn, 1767. 1767 1 vol. in-12° ( 168 x 105 mm.) de: xxiv, 528 pp. Pleine basanne d'époque, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, tranches rouges. (dos habilement restauré).

Nouvelle édition augmentée de ce livre gastronomique de référence du à Menon. On en sait peu sur ce dernier si ce nest quil était un savant gastronome et quil a publié de nombreux ouvrages très recherchés. Lauteur précise que ce guide est à lusage de tous ceux qui se mêlent de dépenses de maisons. Dans celui ci, il y dresse la liste des recettes selon les saisons et les produits (viandes, poissons, légumes etc), les ustensiles nécessaires à leur préparation ainsi que tous les termes spécifiques en cuisine. Les explications sont détaillées et précises, de sorte que tout type de lecteur puisse suivre sans mal. On y apprend entre autre la recette de la langue de buf, du turbot aux câpres ou encre de la crème caramel. Bel exemplaire. 1 vol. in-12°. Contemp. sheep. New expanded edition of this reference gastronomic book by Menon. Little is known about the author except that he was a gastronomist scholar and published many highly sought-after works. The author specifies that this guide is for the use of all those involved in house expenses. He lists the recipes according to the seasons and the products (meat, fish, vegetables etc), the utensils necessary for their preparation as well as all the specific terms in the kitchen. The explanations are detailed and precise, so that any type of reader can follow without difficulty. Among other things, you can learn the recipe for beef tongue, turbot with capers or caramel cream ink. Fine copy.

[NOX]

[MODELES DE CARTES POSTALES /AQUARELLES]

SLSD (début 20éme). 255 dessins au lavis, photographies et ébauches allant de 54 x 116 mm à 288 x 184 mm. Rangés dans une boite.

Important lot de modéles originaux de cartes postales réalisées au lavis sur papier fort. Quelques uns portent la signature "Nox", sans doute le pseudonime de l'artiste. Ils représentent en majorité des paysages de campagne, villages, églises, maisons sous la neige, des lacs, des rivières, des ponts et parfois quelques villageois. La collection comporte aussi des fleurs, des chats, et une série sur Venise. Sont présent aussi des clichets préparatoires et des encadrements peuvent être ronds, ovales, carrés ou en trou de serrure. Rare témoignage de cet art aujourd'hui disparu. 255 wash drawings, photographs. 54 x 116 mm to 288 x 184 mm. Important set of original models of postcards made with watercolor on strong paper. Some bear the signature "Nox", probably the pseudonym of the artist. They mostly represent country landscapes, villages, churches, houses under the snow, lakes, rivers, bridges and sometimes some villagers. The collection also includes flowers, cats, and a series on Venice. Also present: preparatory clichés and frames may be round, oval, square or keyhole. Rare testimony of this art today disappeared.

[PLAUTIUS (Caspar)]

Nova typis transacta navigatio Novi orbis Indiae Occidentalis... nunc primum e variis scriptoribus in unum collecta...

[Linz], 1621. 1621 1 vol in-folio (315 x 197 mm) de: 1 titre gravé ; [3] ff. ; 102 pp. ; [3] ff. (dont 1 schéma gravé sur bois à pleine page) ; 18 planches gravées à pleine page numérotées et 1 à demi page. La planche représentant Christophe Colomb avec une carte du monde est signée Wolfgang Kilian. (traces de mouillures, quelques comblements discrets de galeries de vers). Plein vélin d'époque, dos à nerfs titré à l'encre, encadrement de filets à froid sur les plats avec, frappés à l'encre noire, un médaillon central représentant l'insigne de l'abaye Benedictine de Michaelbeuern (diocèse de Salzbourg) sur le premier plat, et un autre de leurs armes sur le second, tranches rouges, traces de lacets.

Edition originale, deuxième tirage de cette fameuse relation des missionnaires bénédictins qui ont accompagné Christophe Colomb lors de son second voyage vers les Amériques. Bien que jalonné de récits miraculeux, à commencer par la messe célébrée par saint Brendan sur le dos d'une baleine (pl. 2), le récit est plein de détails authentiques des coutumes, de la flore et de la faune des Caraïbes et de ses produits agricoles. Un spécimen de musique est donné aux pages 35-36. L'auteur accuse les récits du protestant de Brys d'être remplis de mensonges, et il insiste sur les cruautés barbares des indigènes à l'appui de la notion que Satan aurait régné sur les religions amérindiennes. Seule la première gravure est signée, par Wolfgang Kilian (1581-1662), maître-graveur d'Augsbourg, mais les autres sont de style comparable et ont probablement été également exécutés par lui. La planche de Kilian montre un portrait complet de Colomb sous un globe ou une carte circulaire, avec l'inscription "Almirante de nauios par las Indias". Bel exemplaire. 1 vol in-folio. 19 leaves of plates. Engraved emblematic title, 19 folding, woodcut diagrams in text. Plate of Columbus with a map of the world, signed by Wolfgang Kilian. Contemp. vellum. First Edition, second issue of this famous relation of the Benedictine missionaries who accompanied Columbus on his second voyage to the Americas. Although laced with miraculous accounts, beginning with the mass celebrated by St. Brendan on the back of a whale (pl. 2), the narrative is full of authentic details of Caribbean customs, flora and fauna, and agricultural products. A specimen of music is given on pp. 35-36. The author accuses the Protestant de Brys' accounts of being filled with lies, and dwells on the barbaric cruelties of the natives in support of the notion that Satan ruled the native American religions. Only the first engraving is signed, by Wolfgang Kilian (1581-1662), Augsburg master-engraver, but the others are comparable in style and were probably also executed by him. Kilian's plate shows a full length portrait of Columbus under a globe or circular map, with the inscription Almirante de nauios par las Indias.

[RELATIONS DE JESUITES EN ORIENT COELHO (Gasparo)]

Lettera annale portata di novo dal Giapone da i Signori Ambasciatori delle cose iui successe lanno MDLXXXII.

Venice, Gioliti, 1585. 1585 1 vol in-8° (152 x 102 mm) de: 103 pp. (vignettes, bandeaux et lettrines gravés). (quelques salissures et infimes traces de mouillures) Plein vélin ancien de réemploi, dos lisse muet, tranchefils traversant les coiffes, tranches rouge.

Première édition d'une lettre écrite par Gasparo Coelho, datée du 13 février 1582. Coelho était vice-provincial de la mission jésuite au Japon, basée à Nagasaki. Streit décrit une autre édition imprimée par le même éditeur la même année, mais avec le titre suivant: "Lettera annale scritta di novo dal Giapone, delle cose iui succese l'anno MDLXXXII". La présente édition n'est pas listée dans Streit. Louvrage a été publié la même année à Rome (par Francesco Zannetti) et à Milan (Appresso Pacifco Pontio). Une édition française, traduite par Michel Coyssard, a été publiée à Paris en 1586, et une traduction allemande a été publiée à Dilingen en 1586. Cordier Japonica 78; De Backer & Sommervogel II, 1267; voir Streit IV: 1637. 1 vol in-8°. Re-used vellum. First edition of a letter written by Gasparo Coelho, dated 13 February, 1582. Coelho was Vice-provincial of the Jesuit mission in Japan, based in Nagasaki. Streit describes another edition printed by the same publisher in the same year, but with the following title: Lettera annale scritta di novo dal Giapone, delle cose iui successe lanno MDLXXXII. The present edition is not recorded in Streit. This work was also published that same year in Rome (by Francesco Zannetti) and Milan (Appresso Pacifco Pontio). A French edition, translated by Michel Coyssard, was published in Paris in 1586, and a German translation was published in Dilingen in 1586.

[ROUX (Antoine)].

[Carnet d'atelier dessins originaux / Sketch book from the artist's workshop]. 1790.

Sans lieu, 1790. 1790 1 vol. in-folio oblong (313 x 540 mm.) de : 14 ff. illustrés de 20 dessins originaux : 16 à la mine de plomb, 4 au lavis (aquarelle noire). Demi-vélin à coins d'époque, plats recouverts de papier à la colle bleu, étiquette imprimée "1790" contrecollée à l'angle supérieur du premier plat.

Remarquable carnet de dessins originaux provenant de l'atelier du célèbre peintre de la marine Ange-Joseph Antoine Roux (1765-1835). Il est le plus connu des enfants de Joseph Roux le Jeune (1723-1793), lui-même fils de Joseph Roux lAncien (1682-1742), fondateur de cette dynastie de peintres de marine, qui commence donc au 18ème siècle. Joseph Roux le Jeune, dont le père était hydrographe, fut le premier à se lancer dans des uvres dimagination, et dans la peinture de marine. Il travailla notamment pour le Duc de Choiseul pour lui fournir des plans des ports de Méditerranée. Antoine Roux, à qui sont attribués ses dessins, se réfugia à partir de 1789 en Italie où il améliora sa technique de laquarelle ce qui conféra « à ses tableaux un caractère nettement plus artistique, sans perdre pour autant toutes ses qualités de précisions. Il en tirera une gloire appréciables et de nombreux capitaines de toutes les marines du monde (qui se limitait approximativement à lEurope plus la Turquie ou Empire Ottoman) faisaient le détour par Marseille pour demander à Antoine de faire le portrait de leur bateau » (Roman Pétroff, Dix Regards de peintres de marine, p. 73). Le présent carnet compte onze de ces portraits de bateau qui ont fait la renommée de lartiste : la Danaé, le Commerce de Paris (trois dessins), le Suffren (Capitaine Louvel), la Thémis, la Junon, le Donawert, la Pénélope (Capitaine Dubourdieu), le Robuste, le Breslan, le Magnanime, dont certains sont certainement des navires de la flotte française. Le plus souvent, il sagit de représentation du profil du navire, mais certains dessins mettent en avant des détails, de larrière du bateau ou de la voilure, ils sont souvent animés par des figures de marins, dans les vergues, sur le pont, le gaillard, etc. Ces dessins à la mine de plomb sont suivis de lavis à laquarelle noire représentant des paysages méditerranéens : deux sont titrés « Seyne », et représentent la côte près de la Seyne-sur-Mer de la Baie de Toulon, en arrière plan de la deuxième uvre. Superbe document témoignant du talent de ce célébre portraitiste de navire considéré comme le plus doué de la lignée. 1 vol. oblong folio. [14] ll. with 20 original drawings (16 in pencil, 4 wash drawings). Contemporary half vellum. Remarkable set of original drawings by the naval painter Antoine Roux (1765-1835), the most famous of the dynasty. He was famous for its ships portraits: 11 of them in the present set, most of them belonged to the French Navy. Those pencil drawings are followed by some wash drawings depicting Mediterranean landscapes and harbors (Toulons Baye). Exceptional work.

[SIMOND (Louis)]

Voyages d'un français en Angleterre pendant les années 1810 et 1811.

A Paris, chez Treuttel et Würtz, libraires, rue de Bourbon, n° 17, 1816. 1816 2 vol. in-8° (224 x 137 mm) de : 1 frontispice ; [2] ff. (faux-titre, titre), xi pp., 525 pp. ; 1 frontispice ; [2] ff. (faux-titre, titre), 450 pp., 15 planches hors texte (13 gravurées à l'aquatinte et 2 tableaux) et 13 vign. dans le texte. Cartonnage de papier rose d'époque.

Edition originale de cette intéressante relation de voyage au Royaume Uni au début du 19ème siècle rédigée anonymement et sous la forme d'un journal, comportant de nombreuses informations sur les moyens de transport, les institutions, la politique, la culture, l'agriculture ou encore le commerce. Avec des précisions dignes d'une véritable étude ethnographique, agrémentée de savoureuses anecdotes sur la cuisine anglaise mais aussi la pratique de la boxe. Louvrage présente également un ntéressant petit texte sur les Etats unis (p. 329 à 347 du T. 1) ainsi que délégantes illustrations dans et hors texte. Curieux ouvrage peu commun regorgeant dinformations dintérêt sur la culture anglaise. inconnu de Barbier. Et de Tulard et Garnier. 2 volumes, 8°. Engraved frontispieces, engraved plates and tables. Original pink boards, spines gold-stamped. First edition in French, translated by the author, with plates engraved by Tiringer, after Müller and Simond.

ACOSTA (Emmanuel d').

Histoire des choses memorables, sur le faict de la religion chrestienne, dictes & executées és pays & royaumes des Indes Orientales. Par ceux de la Co[m]pagnie du nom de Iesus, depuis lan 1542. jusques à présent. Avec certaines epistres notables, & concernant es l'estat des affaires du pays Japon. Traduit du Latin de Jean Pierre Maffeo, en François: Par M. Edmond Auger de la Compagnie du nom de Jésus.

Lyons, Benoist Rigaud, 1571. 1571 1 vol. in-8° (168 x 110 mm.) de : [20] ff. (titre, privilége, epistre, au lecteur, table, ff. blanc avec motif gravé), 91 ff., [1] f. (errata). Plein vélin ancien, dos lisse titré à l'encre, traces de lacets. (tache d'encre en haut de la 1ere garde, petite mouillure à l'angle inférieur des ff. 1 à 8, quelques ff. roussis).

Edition originale en français d'une insigne rareté de « Historia da missões do Oriente » du père jésuite portugais Emmanuel d' Acosta (1541-1604). Lauteur rassembla les lettres de religieux non encore publiées relatant les premiers contacts entre les civilisations occidentale et orientale, dont celles du père François Xavier qui introduisit le christianisme au Japon en 1549. A partir de ces récits épistolaires, il produisit le premier travail historique sur le sujet que constitue le présent ouvrage. Le texte original en portugais ne fut jamais publié. Cependant, une traduction en latin faite à Rome par le père Maffei (1536 -1603), sous le titre « Rervm a Societate Iesv in oriente gestarvm ad annvm vsqve à Deipara Virgine M.D.LXVIII » fut publié à Dillingen par Sebald Mayer, la même année que la présente édition Lyonnaise en Français due au père Emond Auger (1530- 1591, confesseur du roi Henri III). L'ouvrage du père dAcosta est divisé en 4 parties contenant une quarantaine de lettres de missionnaires d'Orient rédigées entre 1548 et 1564, concernant majoritairement le Japon. Sy trouvent notamment deux lettres de François Xavier, l'une de Malacca datée de juin 1549, l'autre de Kagoshima du mois de novembre de la même année, relatant les premiers contacts entre les missionnaires et la population locale japonaise. D'autres lettres parlent de façon détaillée de la religion et du gouvernement japonais, ainsi que de la manière qu'avaient les missionnaires d'instruire et de convertir les japonais. Exemplaire très désirable, conservé dans son vélin dorigine en parfait état. Cordier Japonica, 61. 1 vol. 8vo. Contemp. vellum, ink title. Original edition in French of utmost rarity of Historia da missões do Oriente » by the Portuguese Jesuit Emmanuel d 'Acosta (1541-1604). The author collected the unpublished letters relating the first contacts between Western and Eastern civilizations (including those of Father Francis Xavier, who introduced Christianity to Japan in 1549) These letters gaves him the matérial to produce this first historical work on the subject. The original Portuguese text was never published, but a Latin translation made in Rome by Father Jean-Pierre Maffei (1536-1603), under the title "Rervm a Societate Iesv in oriente gestarvm ad annvm vsqve at Deipara Virgine MDLXVIII" was published at Dillingen by Sebald Mayer, the same year as the present Lyon edition in French by Father Emond Auger (1530-1591, confessor to King Henry III). DAcosta's work is divided in four parts containing about forty letters of Eastern missionaries written between 1548 and 1564, mostly concerning Japan. It includes two letters from father François Xavier, one from Malacca dated June 1549, the other from Kagoshima in November of the same year, recounting the first contacts between the missionaries and the Japanese population. Other letters discuss in detail the religion and government of Japan, as well as the missionaries' way of instructing and converting the Japanese.

ACOSTA (Jose de).

Historia naturale, e morale delle Indie; scritta dal R.P. Gioseffo di Acosta Della Compagnia de Giesù; Nellaquale si trattano le cose notabili del Cielo, & de gli Elementi, Metalli, Piante, & Animali di quelle: i suoiriti, & ceremoni: Leggi, & governi, & guerre degli Indiani. Novamente tradotta della lingua Spagnola nella Italiana da Gio. Paolo Galucci Salodiano Academico Veneto.

In Venetia [Venise], Presso Bernardo Basa, All'Insegna del Sole. M D XCVI [1596]. 1596 1 vol. in-4° (227 x 163 mm.) de : [24] ff. (Titre, Dédicace, Au lecteur, Table), 173 ff. (f. 168 noté 167, sans incidence sur le texte). Nombreux ornements de bois gravé. Plein vélin ancien à recouvrement, dos lisse titré à l'encre. (Petite mouillure d'angle interne sur les tous premiers ff., rares rousseurs, quelques comblements de trous de vers marginaux.)

Première édition italienne de ce rare ouvrage dû à l'un des premiers véritables américanistes, Jose de Acosta (Medina, 1539 Salamanque, 1600). Lédition originale espagnole fut publiée à Séville en 1590. Il sagit du premier travail important sur les Indes occidentales : le Nouveau Monde. En 1569, Acosta quitta l'Espagne pour le Pérou, où les Jésuites s'étaient établis l'année précédente et où il devait occuper la chaire de théologie de Lima. En 1571, il se rendit à Cuzco en tant que visiteur du collège des Jésuites qui venait d'y être fondé. Il retourna à Lima, trois ans plus tard, pour occuper de nouveau la chaire de théologie, et y fut élu provincial en 1576. Il fonda un certain nombre de collèges, dont ceux d'Arequipa, de Potosí, de Chuquisaca, de Panama et de La Paz. À son retour en Espagne en 1588, il gagna les bonnes grâces de Philippe II en l'entretenant de ce qui regardait le Nouveau Monde. Le présent ouvrage, qui traite de l'histoire naturelle et philosophique du Nouveau Monde, acquit rapidement une grande popularité qui lui valut des traductions dans de nombreuses langues européennes, une version latine fut intégrée à la collection des Voyages de De Bry (Frankfort, 1602). Provenance : ex-libris gravé. Bel exemplaire. JCB I, p.339; Palau 1991; Sabin 124. 1 vol. 4to. Antique full vellum, ink title. First Italian edition, translated by Giovanni Paolo Galucci Salodiano. Acosta was one of the first Europeans to provide a detailed image of the physical and human geography of Latin America; his studies of the Indian civilizations of the New World were a major source of information for several centuries. He may, indeed, be called the first of the true Americanists. Fine copy.

AYER PATTON (Béatrice).

Légendes Awaïennes.

Paris, Les Belles Lettres, 1932. 1932 1 vol in-4° de: 115 pp. Brochage éditeur avec rempliage. Exemplaire de l'imprimeur (cachet imprimeur rouge sur la page de garde).

Beatrice Banning Ayers (1886 1953), fille de Frederick Ayer, un industriel qui possédait un moulin à laine. Elle épousa le général Patton en 1910. Elle était bilingue Français et a traduit de nombreux manuels de l'armée française en anglais. Elle a parcouru les États Unis pendant la Seconde guerre mondiale en collectant de l'argent pendant les collectes obligatoires. Après la mort de son mari en 1945, Mme Patton est devenue un orateur énergique et très persuasif. Elle possédait également une bonne plume, et publia 3 livres dont cet ouvrage consacré aux légendes dHawaï en s'appuyant sur une riche bibliographie. On découvre la Déesse Pele, le roi Liloa, Kalaumui et Kamapuaa....etc. 1 vol in-4°. Publish. cover. Beatrice Banning Ayers (1886 - 1953) married General Patton in 1910. She was bilingual French and translated many manuals of the French army into English. She traveled in the United States during the Second World War by collecting money during mandatory collections. After the death of her husband in 1945, Mrs. Patton became an energetic and very persuasive speaker. She also had a good pen, and published 3 books including this book on the legends of Hawaii based on a rich bibliography. We discover the Goddess Pele, King Liloa, Kalaumui and Kamapuaa .... etc.

BERTIUS (Petrus)

Tabularum geographicarum contractarum libri septem.

Amsterdam: Jodocus Hondius, 1616. 1616 7 parties en 1 vol in-8° oblong (130 x 200 mm.) de: [8] ff. (titre gravé et 7 ff. préliminaires) ; 829 pp. (dont 220 cartes et planches coloriées à la main pour la plupart) ; [10] pp. (table et f. de privilèges). (léger brunissement, taches occasionnelles). Plein vélin d'époque, dos lisse muet, traces de lacets. (marques de pliures aux plats, accident à un coin, reliure non restaurée conservée dans un emboitage recouvert de toile brune avec pièce de titre de cuir noir).

Premiére édition due à Hondius de ce. Exemplaire provenant de la collection de trois générations de cartographes français. Louvrage comporte 4 cartes du monde et 15 relatives aux Amériques. Provenance: Nicolas Sanson (1600-1667), considéré comme le fondateur de l'école française de cartographie (Tooley), (nom du propriétaire sur le titre et inscription sur le papier libre avant « Ex Libris Nicolas Sanson d'Abbeville »); Gilles Robert de Vaugondy (1688-1766) et Didier Robert de Vaugondy (1723-1786) importants cartographes français; André-Charles-François Mercier du Rocher (1753-1816) Avocat français, révolutionnaire, homme politique (note d'achat datée de 1782). 1 vol. in-8° oblong. 220 maps in text, most maps coloured in outline by a contemporary hand. Contempoary vellum. 7 parts in 1 vol. First edition due to Hondius. Copy from the collection of three generations of French cartographers. The book contains 4 maps of the world and 15 relating to the Americas. Provenance: Nicolas Sanson (1600-1667), considered the founder of the French school of cartography (Tooley), (name of the owner on the title and inscription on the free paper before "Ex Libris Nicolas Sanson of Abbeville"); Gilles Robert de Vaugondy (1688-1766) and Didier Robert de Vaugondy (1723-1786) important French cartographers; André-Charles-François Mercier of the Rock (1753-1816) French lawyer, revolutionary, politician (note of purchase dated 1782).

BETHENCOURT (Jean de) / [BERGERON, Pierre]

I. Histoire de la Premiere Descouverte et Conqueste des Canaries. Faite des l'an 1402 per Messire Jean de Bethencourt . . . plus Un Traicte de la Navigation et des Voyages de Descouverte & Conqueste modernes, & principalement des Francois. Paris, Michel Soly, 1630. II. Traicte de la Navigation et des Voyages de Descouverte & Conqueste modernes, & principalement des Francois. Avec une exacte et particuliere description de toutes les Isles Canaries, les preuues du temps de la conquests d'icelles, & la Genealogie des Bethencourts & Braquemons. Le tout receuilly de divers

Paris, Michel Soly, 1629. 1629 Deux parties reliées en 1 volume in-8° ( 175 x 115 mm.) de: [10] ff., 208 pp. (dont 1 portrait gravé en p. 4), [6] ff de table; II. [6] ff. dont 1 blc., 303 pp. Plein vélin d'époque, dos lisse titré à l'encre, traces de lacets. (tâches et défauts d'usage, manques en bordure des contre-gardes).

Bel exemplaire de cet Americana de toute rareté, bien complet de ses deux parties, unique édition de la toute première publication française consacrée à lhistoire des explorations maritimes. Ce remarquable ouvrage, aussi rare sur le marché que ses contemporains « Champlain » ou « Lescarbot », est méconnu de nombreux bibliophiles. Le premier texte, qui relate la conquête des Canaries par Jean de Béthencourt, en 1402 [-22], fut rédigé par 2 chapelains de la famille : Pierre Bontier et Jean le Verrier. Le second est consacré essentiellement aux premiers navigateurs et explorateurs français, réunis par léditeur Pierre Bergeron. Béthencourt, normand, originaire de Grainville en pays de Caux sembarqua en 1402 pour La Rochelle, puis lEspagne avant de cingler vers les Canaries avec deux navires. Louvrage relate dans le détail, par de courts chapitres, chaque étape du voyage et de la conquête de larchipel par lintrépide aventurier. Un très joli portrait gravé de lexplorateur, avec son blason, fait face au premier chapitre et une large table analytique achève louvrage. Bien quoccasionnellement mentionné comme un travail séparé (notamment par Penrose and Borba de Moraes), il est évident que le Traicté des Navigations », tant par son propos que par son contenu, est lié au premier ouvrage, lequel le mentionne expressément dans son titre. Le traité des navigations et des voyages de Pierre Bergeron est un remarquable historique du monde de lexploration aux premiers temps des découvertes, surtout focalisé sur les périples des français. Il souvre sur une étude détaillée des différentes méthodes de navigation : compas, quadrant, longitudes se référant à Gilbert, Plancius et Stevin ainsi quà dautres sources anciennes. as well as other early sources and names. Des chapitres traitent en détail des expéditions en Nouvelle France du Sieur de Mont, Lescarbot, Poutrincourt, Champlain, Cartier, Alfonce... Sont aussi relatées les voyages français en Floride de Sebastien Gavot et Jean Ribaut ainsi que la funeste expédition de Laudonnière. Dautres explorateurs européens sont traités, dont les plus connues des expéditions espagnoles, portugaises et anglaises, ainsi que celles des russes, des suédois et des hollandais, pas seulement aux Amériques mais aussi en Chine, au Japon, au Tibet et dans des parties de lEurope... Sont ainsi relatées les relations telles la découverte du Brésil, les explorations de Vespucci, et plus tard les expéditions de Villegagnon... Exemplaire conservé dans sa reliure en vélin, non restaurée. Borba de Moraes I, p. 87; Gagnon I, 1679 & 3556; JCB II, p. 219 & 227; Sabin 4850 & 5073. 2 parts in 1 vol. 12mo. Jean de Bethencourt's portrait by Balthasar Moncornet. Original velum. Fine copy of this scarce Americana, complete with the 2 parts and portrait, only edition of the very first French publication dealing with the history of maritime explorations. The texts of the first part were compiled by Pierre Bergeron: it's a very complete history of world exploration at the age of discovery, concentrated on French' voyages, including Jacques Cartier du Mont, Lescarbot, Poutrincourt, Champlain... The work also includes the discovery of Brazil, the voyages of Vespucci, and the French settlements in Guanabara and Maranhão. The second part, written by Pierre Bontier and Jean le Verrier, is an account of the conquest of the Canary Islands by Jean de Bethencourt. With an amazing portrait.

BLIGH (Lieutenant William).

Relation de lenlèvement du Navire le Bounty, Appartenant au Roi dAngleterre, & commandé par le Lieutenant Guillaume Bligh ; avec le Voyage subséquent de cet Officier & dune partie de son équipage dans sa Chaloupe, depuis les Îles des Amis dans la mer du Sud, jusquà Timor, établissement Hollandais aux îles Moluques. Ecrit en Anglais par M. William Bligh, Lieutenant de la Marine dAngleterre ; & traduit par Daniel Lescallier, Commissaire général des Colonies, ci-devant Ordonnateur dans la Guiane Hollandaise, & ensuite dans la Guiane Française, Correspondant de la Société Royale dAgriculture à Paris.

A Paris, chez Firmin Didot, Libraire, rue Dauphine, et se trouve à Amsterdam, chez Gabriel Dufour, Libraire, 1790. 1790 1 vol. in-8° (212 x 138 mm.) de : [2] ff. (Faux-titre, Titre), xvi pp. (Avis du traducteur, « Proportions principales de la Chaloupe du Vaisseau le Bounty »), 171 pp. 3 cartes dépliantes gravées. Pleine basane racinée d'époque, titre de maroquin rouge. (exemplaire à toutes marges, non rogné. Salissures marginales aux premiers et derniers feuillets).

Rare édition originale en français de la relation de la célèbre Mutinerie du Bounty par son commandant William Bligh (1754-1817). (EO anglaise, 1790, Londres). Avec la fin du commerce triangulaire, du fait de lIndépendance américaine, les Anglais se trouvèrent en difficulté pour nourrir les esclaves des plantations. Sir Joseph Banks (1743-1820), naturaliste de la première expédition de James Cook, propose alors au Roi George III dimplanter larbre à pain, espèce quil a observée lors de ce voyage avec Cook dans les îles de la Mer du Sud. William Bligh, ami de Banks et réputé pour ses qualités maritimes est nommé commandant du Bounty et appareille pour Tahiti le 23 décembre 1787 pour ramener cette espèce. Le voyage est long et difficile : dès le début de la traversée, une tempête les oblige à relâcher à Ténériffe. Ils arrivent au Cap Horn en avril et tentent pendant un mois de le passer avant de se décider à rejoindre Tahiti par le Cap de Bonne Espérance. Ils atteignent ce Cap en mai, et sy arrêtent un mois. Ils rejoignent Tahiti le 26 octobre 1788. Les Tahitiens acceptent de leur céder des arbres à pain, mais la traversée ayant été plus longue que prévu, ils ne peuvent prendre la mer avant six mois. Latmosphère pénible en mer, ne lest pas moins dans ces îles où plusieurs incidents ont lieu, si bien que le 28 avril, une vingtaine de jours après leur départ (5 avril 1789), Christian Fletcher, enseigne de vaisseau, déclenche la mutinerie, suivie par onze des quarante-deux membres déquipage. Ils enlèvent le navire et forcent Bligh et dix-huit autres membres de léquipage à prendre la mer sur une chaloupe, pour un voyage qui na guère déquivalent dans lhistoire de la marine, dautant plus remarquable quils ne perdirent personne : dix-neuf hommes sur une chaloupe sur une distance de 4 000 miles. Ils rejoignent Tofoe, puis, durant quarante-huit jours, ils font route vers Timor. Ils perdent trois hommes à leur arrivée à Batavia. Ce qui est moins connu mais aussi étonnant, cest que Bligh parvint lors de cette périlleuse traversée à cartographier et à nommer des parties inconnues des côtes Nord-est de la Nouvelle-Hollande. Bligh rejoint lAngleterre en 1790, et sempresse de faire publier sa propre version de la mutinerie, pour préserver sa réputation au sein de lAmirauté, avant laudition des mutins. La relation complète est publiée en 1792 sous le titre « A Voyage to South Sea ». Cette relation est illustrée de trois cartes dépliantes, dues aux relevées de Bligh : « Carte de la Route parcourue par le Lieutenant William Bligh dans la Chaloupe du Navire le Bounty, depuis Tofô jusquà Timor en 1789 », « Carte des Îles découvertes par le Lieutt Wm. Bligh, et auxquelles il a donné le nom dIsles de Bligh Carte de la partie Septentrionale des Nouvelles Hebrides », et enfin « Carte dun partie de la Côte du N. E. de la Nouvelle Hollande ». Bel exemplaire. 1 vol. 8vo. Contemp sheep. 3 folding maps. First French edition of Bligh's own account of the mutiny on the Bounty, the most notorious incident in maritime history. This publication predates Bligh's full account of the voyage by two years. Bligh was anxious to have an account of the mutiny itself available to safeguard his own reputation and in order to present copies to the Lords of the Admiralty before the court-martial of the mutineers, to absolve him from blame. Fine copy. Ferguson, 71; 133; Kroepelien, 87; O'Reilly-Reitman, 543; Sabin, 5908.

BOITE (Gaston).

[Récit dun émigrant au Chili]. [Chili - French imigrant].

Ca. 1909. 1909 1 vol. in-8° (210 x 166 mm.) de 129 pp. manuscrites très lisible à lencre noire et brune numérotées, 1 cahier dérelié de [19] ff., [1] f. détaché. Carnet truffé de 3 billets de trolley pour aller de Valparaiso à Vina del Mare, 1 document de la municipalité de Santiago du 29 mai 1909 « Limpia de Acequia », 1 vignette publicitaire du quotidien Zigzag, 1 document de location au nom de Don BOITE Gaston daté du 29 juillet 1909, 1 « Telegrafo commercial », 13 timbres de poste, 5 timbres dimposition sur le tabac. 2 dessins et 1 plan dépl. Pleine toile dépoque grise, premier plat imprimé : « Notes ».

Passionnant récit de Gaston Boite, émigrant français qui partit de la Rochelle pour le Chili au début du XXème siècle. Le journal commence ainsi : « Nous étions donc décidés à émigrer en Amérique et étions ce jour là logés à la Police, en face le bureau de la Pacific Stream Company, moi, ma femme et les deux filles, Hélène et Berthe, en compagnie de ma belle-mère ; et le samedi 14 Septembre, dès le matin, nous avons pu voir savancer majestueusement le paquebot « Orita » de 10.000 tonnes qui devait nous emmener. » Au début du siècle, se rendre au Chili tenait encore véritablement de laventure à la fois dans la traversée et dans linstallation au pays, et ce journal en donne une vision à la fois vivante, haute en couleurs et détaillée. La première partie est consacrée au voyage : Gaston Boite retrace les escales en sattachant aux différentes ambiances, dépeint les paysages et les conditions de vie à bord, rend compte des flux de passagers et de marchandises, dans une peinture où se mêlent les scènes plus ou moins rocambolesques à bord et dans les ports, notamment des scènes de vente à la sauvette, et des éléments plus précis sur les prix des différentes marchandises et les nationalités et milieux sociaux des passagers, le tout formant un témoignage précieux sur ces traversées au début du siècle. Le bateau prit des passagers jusquau Portugal, fit escale en Afrique pour atteindre Valparaiso le 19 octobre 1908. En quittant le bateau, notre auteur laisse une marque de sa présence : « Naturellement, il va falloir en partant, laisser une petite méchanceté à notre brave cuisinier qui nous avait préparé de si bonnes purgations pendant notre voyage. Je clouais sur la porte un dessin représentant un cochon faisant la cuisine, accompagné de remerciements en espagnol au cuisinier. Et sur la porte de ma cabine, je crayonnais ladieu suivant : Ici, dans cette cellule Qui me paraît tant minuscule Se sont donné rendez-vous Les puces, les punaises et les poux Et ces maudites bestioles Sans doute de mon sang raffole Et ne me laissent de répit Pas plus le jour que la nuit Puis je reçois la visite De rats gros comme des lapins Qui viennent et sen vont bien vite Après avoir mangé mon pain Adieu, sans regret je te quitte A Valparaiso samedi, Ce jour, ce sera la fuite Adieu, paquebot maudit On nous invite à descendre, ce que nous faisons avec une joie non dissimulée. Nous donnons en passant nos noms aux délégués du gouvernement Chilien et nous nous traversons le pont volant Nous sommes au Chili !!! » (p. 42). De Valparaiso, où les passagers sont enregistrés selon leur nationalité, statut familial et éducation, Boite se rend à Santiago pour trouver du travail. Engagé très rapidement, il sinstalle donc avec sa famille dans la capitale. « Nous allons à Santiago commencer une vie nouvelle au milieu dune population dont nous ne connaissons ni la langue, ni les habitudes et bien souvent hostile aux étrangers ». Dans la deuxième partie, lauteur donne un aperçu du pays à sa manière à la fois précise - apportant des données concrètes et objectives, et très personnelle - sattachant à rendre les ambiances et donnant son point de vue qui nest pas toujours très nuancé. Il décrit les villes, Valparaiso et Santiago (système dégout, types de transport, habitations, etc.), et les habitants : « Insouciant, imprévoyant, il vit absolument au jour le jour et sans un sou à la maison. Ses vêtements déchirés, usés jusquà la corde, ses souliers au mont de piété, il trouve encore la force dêtre gai pourvu quil ait son allulla et quil puisse boire au robinet une gorgée deau fraîche. Et pour attendre le samedi, on trouvera bien un copain qui prêtera une chaucha (pièce de 20 centanos) pour acheter lallulla ou la sandia (pastèque) nécessaire à la vie. Il est orgueilleux et croit son pays et lui-même supérieur à tous. Il est hospitalier, et bandit, vous attaquera au coin dune rue pour vous dépouiller et si vous frappez à sa porte vous serez toujours accueilli et sous son toit serez sacré. Jen ai vu souvent mordre à belles dents un morceau de pain et donner ce qui reste à un passant ou mordre au même morceau chacun leur tour. ». Il passe en revue les industries et les commerces de tous types, sattardant longtemps sur les marchands itinérants qui proposent diverses sortes de nourriture, du tissu et autres peaux, du bambou, des billets de théâtre, des pierres pour paver les rues, des oiseaux, des fleurs, du café, des dindons, des meubles, etc. Il évoque également la place quoccupent dans la vie des Chiliens les fêtes de tous ordres, les pratiques religieuses et les superstitions, ainsi que limportance économique et sociale du clergé. On trouve des indications sur les autres administrations et services : concernant les habitations, la police et les pompiers, la Poste, les impôts, etc. Lensemble permet de se figurer la vie dans ce pays dadoption, et plus encore de connaître un point de vue et la manière dont les Européens pouvaient vivre lémigration. Intéressant témoignage de première main. p. 83-84 : « Le Chilien aime beaucoup les fêtes, il fête tout, tout est pour lui prétexte à fête. Toutes les fêtes religieuses sont pour lui prétexte à repose. () mais la fête nationale du 18 septembre est encore la mieux. Ces jours là, la populace se porte au parc Cousino, le bois de Boulogne de Santiago. Sont déjà arrivés, les marchands de bouffe naturellement (). » p. 92 : « Au Chili, il règne la liberté de conscience la plus absolue, mais la religion la plus répandue, on pourrait dire la seule pratiquée par les indigènes est le catholicisme. Les processions sont nombreuses et très suivies. » On distingue une nette hostilité contre la religion, qui sexplique peut-être par limportance que celle-ci occupe comme il lexplique : p. 100 : « Ces pauvres curés, ces pauvres moines, ces pauvres religieuses, possèdent je pense la moitié de Santiago, ou plutôt la moitié de la République. On ne pourrait marcher cent mètres sans rencontrer une église et annexés à léglise dimmenses corps de bâtiments servant décoles, douvroirs, dateliers ou de maisons de rapport. () Pauvres curés, et leur règne est loin dêtre fini si lon en juge quand on voit au-dessus de beaucoup de portes une image en tôle émaillée de Dieu, derrière chaque porte clouée un scapulaire et sur le meuble le plus en vue, souvent le seul, une emplâtre de Dieu ou dun Saint plus ou moins quelconque, encadrée de deux bougies quon tient toujours allumées. » Superstition : « Un Chilien qui souffre nest presque jamais malade, cest un sort quon lui a jeté : alors rien à faire, il est inutile de se soigner. » p.127 : « Un genre de commerce qui ma beaucoup plu est le suivant. Un lousitc coiffé dune moitié de lanterne vénitienne, se ballade sur lAlamenda en criant sa marchandise. Un client larrêtait et après des pourparlers , le marché conclu, le commerçant débite sa marchandise sous forme dune danse () se fait payer et sen va recommencer plus loin. » 1 vol. 8vo. 129 handwritten pp. [19] ll. 3 trolley tickets, stamps, official papers, etc. Contemporary cloth binding. Spirited narrative by Gaston Boite, French emigrant to Chile in the beginning of the 20th century. The journey from France to South America still was an adventure, for the crossing and the installation and this log gives a vivid picture of it.

BONNE (Rigobert).

Atlas maritime ou cartes réduites de toutes les côtes de France. Avec des cartes particulieres des Isles voisines les plus considérables, suivies des plans des principales villes Maritimes de ce Royaume...

Paris, Lattré, 1778. 1778 1 vol. in-16° ( 128 x 85 mm.). exemplaire constitué de: [1] ff. (titre gravé), 36 cartes gravées et en coloris d'époque montées sur onglet ( dont carte de Paris et carte de Versailles) et [12] ff davertissement et table reliés in-fine. (la table nindique pas les plans de Paris et de Versailles ici présentes ; le plan de Brest y figure mais nest pas présent). Plein maroquin rouge d'époque, dos lisse orné, triples filets dorés encadrant les plats avec fleur dorée dans les angles, roulette dorée intérieure, tranches dorées. (défauts d'usage).

Bel exemplaire en reliure dépoque et en superbes coloris d'époque, de cet intéressant atlas maritime donnant la totalité des cotes de france et de nombreux ports fortifiés. Charmant petit atlas maritime entièrement gravé donnant les cotes de france et de nombreux ports fortifiés. Titre allégorique (dessiné par Monnet gravé par Legrand) et les cartes aquarellées dépoque. La table en annonce 35 cartes et plans. Notre exemplaire en comporte 36: carte générale de la France, Pas de Calais, Normandie, Bretagne, Poitou, Bordelais, Gascogne, golfe de Lyon, golfe de Gênes, les îles Anglo-Normandes, Belle-Isle, Ré avec Oléron, Corse ; les plans de Paris et de Versailles et 21 plans des ports fortifiés des côtes de France : Dunkerque, Gravelines, Calais, Boulogne, Dieppe, Le Havre, Rouen, Cherbourg, Saint-Malo, Lorient, Port-Louis, Nantes, Saint-Martin-de-Ré, La Rochelle, Rochefort, le château d'Oléron, Bordeaux, Bayonne, Marseille, Toulon, et Bastia. In fine : 12 feuillets gravés : Analyse et Avertissement, table et idées des Villes dont les plans sont dans ce recueil. Bel exemplaire relié en maroquin rouge dépoque, très frais. 1 vol. in-16°. 36 comtemp. Col. maps. Charming little maritime atlas fully engraved, giving the coast of France and many fortified ports. Allegorical title (designed by Monnet engraved by Legrand). The table announces 35 cards and plans. Our copy contains 36: general map of France, Pas de Calais, Normandy, Brittany, Poitou, Bordeaux, Gascony, Gulf of Lyon, Gulf of Genoa, the Channel Islands, Belle Isle, Ré with Oléron, Corsica; the plans of Paris and Versailles and 21 plans of the fortified ports of the coasts of France: Dunkirk, Gravelines, Calais, Boulogne, Dieppe, Le Havre, Rouen, Cherbourg, Saint-Malo, Lorient, Port-Louis, Nantes, Saint-Martin de-Ré, La Rochelle, Rochefort, the castle of Oléron, Bordeaux, Bayonne, Marseille, Toulon, and Bastia. Beautiful copy bound in red morocco.

BOSSU (Jean-Bernard).

Nouveaux voyages aux Indes Occidentales contenant une relation des différens peuples qui habitent les environs du grand fleuve Saint-Louis, appellé vulgairement le Mississipi; leur Religion, leur gouvernement, leurs murs, leurs guerres & leur commerce. Par M. Bossu, Capitaine dans les troupes de la Marine. Seconde édition.

A Paris, chez Le Jay, Libraire, Quay des Gêvres, au Grand Corneille. M. DCC. LXVIII. 1768. 1768 2 tomes en 1 vol. in-12° (169 x 107 mm.) de I. xx, 244 pp.; II. [2] ff., 264 pp. 2 frontispices gravés, 2 planches gravées. Demi-basane marbrée, dos à nerfs orné, tranches rouges (joli pastiche). (Quelques taches d'usage, sinon très frais).

Seconde édition de cette relation dune grande importance pour la Louisiane, lAlabama et lIllinois. Malgré la mention de seconde édition qui apparaît sur la page de titre, daprès Sabin, il ny a pas dexemplaire répertorié dune première édition, et la présente peut donc être considérée comme lédition originale. Capitaine de la Marine française, Bossu qui passa douze ans dans « les terres de cette vaste région », fait partie des voyageurs qui firent le mieux connaître la Louisiane et les peuples qui l'habitaient, et le premier qui en donna une description reposant sur ses propres observations et avec tel soin de la justesse et du détail. Les deux tomes de louvrage correspondent aux deux voyages quil fit en Louisiane de 1751 à 1757 puis de 1757 à 1762, et rassemblent 21 lettres dans lesquelles lauteur narre les différentes étapes de son périple, mais touche aussi à des sujets plus généraux. Il arriva à la Nouvelle Orléans peu de temps après sa fondation, et seulement huit ans après La Salle. Les lettres, rédigées dans un style clair et précis, adressées « tout simplement à un Officier de distinction avec lequel il était en correspondance », comportent de savoureuses anecdotes de première ou de seconde main, et dressent un tableau étonnant de la vie et des voyages des Français dans la région. Sétant familiarisé avec les langues des populations locales, lauteur est à même de connaître les murs et les habitudes des Illinois, des Akansas, des Allimabous, et autres peuples autochtones qui habitent les bords du Mississipi et des fleuves qui s'y jettent. Lexemplaire est bien complet des quatre figures gravées daprès les dessins de Saint-Aubin, dans lesquelles on perçoit une vision toute rousseauiste de ces peuples, ce qui est confirmé par le texte dexplication « De lEstampe du Frontispice » : « Un Roi Sauvage appuyé sur son arc, foulant sous ses pieds lor qui sort dun coffre renversé, montre le mépris quil en fait ; il se nommait le Soleil, & en portait limage empreinte sur la peau de sa poitrine. Les petites figures vues dans le lointain, dont une femme allaitant son enfant à lombre dun arbre, les autres prenant leur repas, assisses sur la terre, près dune cabane couverte de roseaux, désignent la simple nature de nos premiers pères, & lheureuse innocence où vivaient ces peuples, avant que les Français arrivassent chez eux, car ils navaient point été corrompus par le faste & lavarice, quoiquils eussent leurs vices particuliers. » Agréable exemplaire. 2 parts in 1 vol. 12mo, 4 plates including engraved frontispieces in each volume. Half marbled sheep. Second edition of primary interest for Louisiana, Alabama, and Illinois. Bossu, a captain in the French Navy, was the first to write about Louisiana in detail and based on personal experience. The work is actually a collection of 21 letters he wrote during his first two voyages to the country, in 1751-57 and 1757-62. Sabin 6465: I find no record of the first edition. Bossu arrived in New Orleans a few years after its founding, and only eighty years after La Salle came down the Mississippi. This collection of letters, revealing many vivid personal and secondhand recollections, gives a fascinating portrait of life and travels in that vast area. Fine copy. Sabin 6465, Streeter III:1518; Graff 361; Field 156; Monaghan 261; Howes B617; Cox II, p. 142; JCB 1611.

BOUCHER de PERTHES

De l'Homme antédiluvien et de ses oeuvres.

Paris, 1860. 1860 1 vol in-8° de: [2] ff., 99 pp., [1] ff. 3 planches. Envoi manuscrit de l'auteur à l'encre brune sur la p. de garde. (rousseurs éparses). Broché (couverture imprimée éditeur).

Edition originale de ce texte fondateur de la science Préhistorique, dû à Jacques Boucher de Perthes (1788-1868), prononcé lors de la séance du 7 juin 1860dela Société impériale d'émulation. Elle est illustréededeux planches représentant des outils :«Emmanchement probable des haches et autres outils de silex antédiluviens» etd'unecoupe géologique : «coupe réduite du terrain de Menchecourt près Abbeville» lithographiées dans le texte. Avec sa théorie de l'existence d'un homme antédiluvien, lauteur s'attire les foudres de la communauté scientifique. Il faudra attendre 1866 et les découvertes d'Henry Testot Ferry pour que les scientifiques commencent alors à se rendre compte de l'importance de l'oeuvre de Boucher de Perthes, malheureusement très peu de temps avant son décès. Exemplaire enrichi d'un envoi de l'auteur à M. Cornuau, Préfet de la Somme. Bel exemplaire dans son brochage éditeur. Petit tirage, rage sur le marché. 1 vol in-8°. 3 plates. Presentation copy. Unbound. First edition of this founding text of the prehistoric science, due to Jacques Boucher de Perthes (1788-1868), pronounced during the session of June 7th, 1860 of the Imperial Society of emulation. The work is illustrated with two plates representing tools: "Probably out of axes and other tools of antediluvian flints" and a geological section: "reduced cut of the Menchecourt ground near Abbeville" lithographed in the text. With his theory of the existence of an antediluvian man, the author attracts the wrath of the scientific community. It was not until 1866 and the discoveries of Henry Testot Ferry that scientists began to realize the importance of Boucher de Pertheswork, unfortunately very shortly before his death. Nice copy in its publisher cover. Provenance: Mr Cornuau, prefect of the Somme (handwriting of the author). Published at a few copies. Rare on the market.

BOUGAINVILLE (Hyacinthe Yves Philippe Potentien, Baron de)

Journal de la navigation autour du globe de la frégate la Thétis et de la corvette l'Espérance, pendant les années 1824, 1825 et 1826. Publié par ordre du Roi sous le auspices du Département de la Marine...

Paris, Arthus Bertrand, 1837. 1837 2 vol in-quarto (305 x 235 mm) de: viii, 742 pp., xvi, 351, 165 pp., [1] ff. (errata). + 1 atlas in-plano (540 x 375 mm) de: [1] ff. (titre) et 56 planches montées sur onglet, dont 34 lithographies sur chine contrecollées, 12 planches d'histoire naturelle aquarellées (oiseaux, kangourou, papillons, plantes et animaux divers), 8 cartes et profils des côtes sur double page, 1 grande carte dépliante du voyage, 1 planche de navires aquarellée, [1] ff. (table des planches). Plein maroquin violine dépoque, dos lisses ornés et titrés à lor, frises dorée encadrant les plats, « Donné par le Roi au capitaine de corvette H. Paquet » inscrit en lettres dor dans un losange sur les premiers plats des 3 volumes. (défauts d'usage, coiffes discrètement restaurées et une arrasée, coins supérieurs du faux titre du t 2 restauré et quelques mouillures).

Edition originale de cette relation de voyage du baron de Bougainville, fils du céèbre Antoine-Louis de Bougainville. Elle est due au navigateur Edmond Bigot de la Touanne, au naturaliste Lesson. Cette relation est l'une des plus intéressante du début du XIXème s. car elle contient le premier itinéraire français de Valparaiso à Buenos Aires et de longues descriptions de l'Océanie. L atlas comporte 56 planches lithographiées, dont 34 vues, 10 plans et cartes à double page et 12 planches en couleurs représentant oiseaux, papillons et plantes et l'Hétéradelphe Ake. Borba de Moraes I, p. 115. Ferguson II, 2236. 2 quarto vol. of text + 1 folio atlas. 56 plates, maps and plans mounted on guards, comprising 34 lithographed views and portraits, 12 hand-colored engraved natural history plates after, double-page hand-colored aquatint of various native vessels, folding engraved map, 2 double-page coastal profiles and 6 double-page engraved maps and charts. Contemp. blue calf, upper covers with central on laid presentation calf label gilt-lettered Donné par le Roi au Capitaine de Corvette H. Paquet, fat spines gilt-lettered, blind-stamped anchor tools. Provenance: Lieutenant Commander H. Paquet (binding). First edition of this nicely illustrated work on the French circumnavigation under command of Baron De Bougainville, son of the greatexplorer Louis de Bougainville. His orders were to re-establish diplomatic tieswith Cochin China, and call on Bourbon Island (Réunion), Pondicherry,Manila, and Macao. Other places visited were Singapore, Batavia, Port Jackson,Valparaiso, and Rio de Janeiro. The lithographed views were made by Bichebois,Sabatier, and Bayot after designs by E.B. de Touanne, and produced by the Parisfirm Bernard et Frey. They show views and costumes of India, the Philippines,China (3), Cambodia (4), Java, Sidney and Australia (7), Chile (8), Rio de laPlata (3), and Brazil (6). The fine colour-printed engraved plates by H.Legrand, Massard, Coutant, and Dumesnil, after designs by Prêtre, and P.Bessa, show plants and animals, including a curious case of Siamese twins, theAustralian kangaroo, two beautiful plates of the Australian parrot, and a finecolour-plate with butterflies. The double-page maps and plates were all engravedby Amboise Tardieu, mostly after designs by E.B. de la Touanne, and include afolding double-page map of the world, comprising the route of the voyage of Bougainville as well as the earlier route of the voyage by La Perouse, 2 double-page plates with views of the coast-lines of the Maldives and the Philippines, and a beautiful hand-coloured plate with sailing ships and rowingboats in use in the Chinese Sea and Indian Ocean by China, Manilla, the Dutch East-Indies, and Japan. Fine copy.

BOURDET (M.)

Traité pratique des digues le long des fleuves et des rivières, auquel on a joint des regles touchant les épis, fascinages & réservoirs, &c. par M. Bourdet, éléve de l'Academie royale d'architecture de Paris, inspecteur général des hydrauliques de S.M. le Roi de Prusse.

Berlin, Paris, Ch. Ant. Jombert, 1773. 1773 1 vol in-12° ( 172 x 102 mm.) de: 164 pp., [2] ff. (table) et 9 planches dépliantes. Plein veau glacé d'époque, dos à nerfs orné, encadrement de filet doré sur les plats, roulette sur les coupes. (coiffes discrétement restaurées, corps d'ouvrage frais).

Rare traité sur la construction des digues du à M. Bourdet (1719 1799), ingénieur et hydraulicien français de lAcadémie Royale dArchitecture de Paris, qui exerça surtout en Allemagne. (Louvrage est dédicacé au Comte Othon de Podexils (1719 1781), ambassadeur Prussien). De tout temps, lhomme a cherché à retenir leau, la dériver, ou sen protéger, que ce soit pour naviguer, augmenter les surfaces agricoles ou bâtir, utiliser la force motrice de leau.... Ce traité aborde les questions de lintérêt des digues, le pourquoi de leur construction, leurs réparations en cas de rupture, les inconvénients et surtout les bénéfices pour lhomme autre que de sauver des vies, tous ces sujets sont détaillés dans les 19 chapitres, avec lappui de 9 planches de schémas dune grande précision. Provenance : Bramshill ( ex-libris armorié au dos du 1er plat). Bel exemplaire, frais. 1 vol in-12°. 9 fold. plates. Contemp. calf. Rare treaty on the construction of dikes by Mr. Bourdet (1719 - 1799), French engineer and hydraulician of the Royal Academy of Architecture of Paris, who practiced especially in Germany. (The book is dedicated to Count Othon of Podexils (1719 - 1781), Prussian ambassador). From time immemorial, man has sought to retain water, divert it, or protect itself from it, whether it is to sail, to increase agricultural surfaces or to build, to use the driving force of water. This work deals with the issues of interest of dykes, reasons of their construction, repairs in case of breakage, disadvantages and benefits for humans other than saving lives, all these topics are detailed in 19 chapters with the support of 9 plates of diagrams of a great precision. Provenance: Bramshill (ex-libris emblazoned on the back of the 1st dish). Nice copy, fresh.

BROSSES (Charles de)

Histoire des Navigations aux Terres Australes contenant ce que l'on sçait des moeurs et des productions des Contrées découvertes jusqu'à ce jour; & où il est traité de l'utilité d'y faire de plus amples découvertes & des moyens d'y former un Établissement.

Paris, Durand, 1756. 1756 2 vol. in-4° (255 x 195 mm) de: [1] ff. (titre), xiv, 463 pp.; [1] ff, 513-[1] pp., 7 cartes repliées (Ex relié sans errata (comme lex Kroepelien). Plein veau marbré d'époque, dos à nerfs ornés, titres et tomaisons de maroquin rouge et vert, tranches rouges. (défauts d'usage, petits manques de cuir aux coins et à une coiffe, corps d'ouvrage très frais).

Edition originale cet important travail du à Charles de Brosses (1709-1779), considéré comme l'un des ouvrages majeur traitant des premiers voyages dans le Pacifique, destiné stimuler lexploration française et la colonisation des mers du Sud. Cette publication est luvre majeure de Brosses, magistrat de formation, historien, linguiste et écrivain. La dénomination des "terres australes" ne désigne pas, au XVIIIe siècle, uniquement les glacials continents de l'Arctique et de l'Antarctique, elle renvoie à une région plus vaste et plus indéterminée de l'hémisphère sud allant du Cap de Bonne-Espérance jusqu'au Détroit de Magellan en passant par l'Océan Indien et le Pacifique Sud, trois régions distinctes que l'auteur nomme respectivement : l'Australasie, la Polynésie et la Magellanie (cette dernière appellation reposant sur la croyance en l'existence d'un continent situé au delà de la pointe de l'Amérique du Sud). Louvrage contient le récit de tous les voyages vers le sud, en commençant par la deuxième expédition Vespucci de 1502 et jusqu'à 1747, dont les voyages de Magellan, Drake, Schouten, Tasman... Le texte fut plus tard utilisé comme base pour la très influente « Terra Australis Cognita » de Callander de 1766-1766 (sous cette forme, elle avait beaucoup à voir avec les plans britanniques pour l'expansion coloniale par le transport). Brosses suggère que la France devrait coloniser l'Australie (prédisant ainsi pratiquement son destin final !), en soutenant que la colonisation devrait être faite par les «enfants trouvés, mendiants et criminels» de la France. Le texte est illustré de 7 cartes dues à Robert de Vaugondy qui témoignent de la représentation géographique du monde du milieu du XVIIIe siècle. La première donne l'ensemble de l'hémisphère sud avec au centre sur l'Australie. On y trouve aussi des cartes particulières de la "Polynésie Australe", du détroit de Magellan et des îles Malouines, de l'Australie, de "La Terre des Papous" (Nouvelle-Guinée), et les Iles Carolines. Exemplaire trés frais. 2 vol. in-4°. 7 fold. maps. First Edition of this important work by Charles de Brosses (1709-1779), considered as one of the major works dealing with the first voyages in the Pacific, intended to stimulate French exploration and colonization of the South Seas. This publication is the major work of Brosses, French magistrate, historian, linguist and writer. In the eighteenth century, "Terres Australes" does not refer only to the glacial continents of the Arctic and Antarctic, but refers to a larger and more indefinite region of the southern hemisphere from the Cape of Good- Hope to the Strait of Magellan via the Indian Ocean and the South Pacific, three distinct regions that the author names respectively: Australasia, Polynesia and Magellania (this last name based on the belief in existence from a continent beyond the tip of South America). The book contains the story of all journeys to the south, starting with the second Vespucci expedition from 1502 to 1747, including trips to Magellan, Drake, Schouten, Tasman ... The text was later used as base for Callander's highly influential "Terra Australis Cognita" of 1766-1766 (in this form it had much to do with British plans for colonial expansion through transportation). Brosses suggests that France should colonize Australia (thus virtually predicting its ultimate destiny!), Arguing that colonization should be done by France's "found, beggars and criminals". The text is illustrated with 7 maps by Robert de Vaugondy, which gives the geographical representation of the mid-eighteenth century world. The first represent the whole of the southern hemisphere with Australia in center. There are also detailed maps of "Southern Polynesia", the Strait of Magellan and the Malvinas Islands, Australia, "Papuan Land" (New Guinea), and the Caroline Islands. Fine fresh copy.

BURN (Robert, Prisoner of War Depot de Givet).

[MANUSCRIT D'ASTRONOMIE ET NAVIGATION PAR UN MARIN ANGLAIS PRISONIER AU DEPOT DE GIVET].

Givet, SD ( circa 1805-1810). 1805 1 vol. petit in-4° (200 x 170 mm) de: [185 ] ff. Manuscrits à l'encre brune, plusieurs schémas à pleine page, 2 planches dépliantes et centaine de shemas et dessins dans le texte.. Demi basane brune, dos lisse muet, plats recouverts de papier rose. (défauts d'usage, salissures, rousseurs, déchirures, 1 planche restaurée avec manque angulaire).

Remarquable manuel dastronomie et de navigation rédigé par un marin anglais pendant son emprisonnement au dépôt de Givet sous lEmpire. De nombreux marins anglais furent détenus au camp de Givet (ville située dans les Ardenne, sur les bords de la Meuse) pendant la période Napoléonienne. Parmi eux lauteur de ce manuel : Robert Burn, originaire de Beverley dans le Yorkshire. Capturé à bord du navire marchand Blenheim, il fut condamné le 7 décembre 1805 à six ans de fers, en meme temps que le fameux Thomas Williams, auteur de « The Adventures of Thomas Williams » (publié en 1917), qui cite Burn dans son récit. Calligraphié à lencre brune et illustré avec une grande finesse, le manuscrit de Burn est une synthése des connaissances de son époque sur lastronomie appliquée à la navigation. Il sarticule en chapitres traitant discutant les différentes projections de la sphère, le système de Pythagore, la trigonométrie sphérique, le grand cercle, etc. ainsi que de nouvelles théories telles que les «Propositions Catholiques» de Lord Napier ou les méthodes de calcul de la longitude par Robertson. , Lyon et Witchell. Lauteur y propose en outre de nombreux exercices dastronomie et de navigation. Au long des pages se trouvent les mentions «Finis par R.B.») et «Robert Burn prisonnier de guerre de Givet, France». Le tout est abondamment illustré de diagrammes, shémas et dessins parfaitement exécutés. Liste des chapitres: Analemma of the Orthographic Projection of the Sphere, An orthographic projection of the sphere upon the plane of the merid, The stereographic projection of the sphere upon the plane of the meridian, Astronomy according to the Pythagorian system, Astronomical definitions and principles, Description and motion of the earth, Astronomical problems according to the Ptolomaick system, Triangles applied in astronomy according to the Ptolomaick and Pythagorian systems, Spherical trigonometry definitions, The construction and numerical solutions of the cases of right angled spheric triangles, Of the affections or natural properties of spherical trigonometry, The solution of the sixteen cases of rectangular spherical triangles, To find the latitude by one altitude of the sun when the time is not more distant than one hour from noon, To find the latitude by the meridian altitude of the moon rule, To find the latitude by the meridian altitude of a planet rule, To reduce the sun declination from noon at Greenwich to any time under a different meridian rule, To find the apparent time and Thereby regulate the going of the (), To find the apparent time by the suns altitude rule, To find the apparent time by the altitude of a fixed star, To find the longitude by a lunar observation by Mr Lyons first method, To find the true attitude of a fixed star, To find the true altitude of the moons center, to find the moons apparent altitude. 1 vol. in 4°. 2 fold. plates + Numerous diagrams in text. Half sheep binding. Remarkable manual of astronomy and navigation written by an English sailor during his imprisonment at the Givet depot under the French Empire. Many English sailors were detained in the camp of Givet (town in the Ardennes, on the banks of the Meuse) during the Napoleonic period. Among them the author of this manual: Robert Burn, from Beverley, Yorkshire. Captured aboard the merchant ship Blenheim, he was sentenced on December 7, 1805 to six years in chains, at the same time as Thomas Williams, author of "The Adventures of Thomas Williams" (published in 1917), who quotes Burn in his story. Written in brown ink and nicely illustrated, Burns manuscript is a synthesis of the knowledge of his time on astronomy applied to navigation. It is divided into chapters dealing with the different projections of the sphere, the Pythagorean system, spherical trigonometry... as well as new theories such as Lord Napier's "Catholic Proposals" or Robertson's methods of calculating longitude. , Lyon and Witchell. The author also includes many astronomy and navigation exercises. Throughout the pages can be found the words "Finis par R.B." and "Robert Burn prisoner of war of Givet, France". All parts are abundantly illustrated diagrams, schemas and drawings perfectly executed. Liste of the chapters: Analemma of the Orthographic Projection of the Sphere, An orthographic projection of the sphere upon the plane of the merid, The stereographic projection of the sphere upon the plane of the meridian, Astronomy according to the Pythagorian system, Astronomical definitions and principles, Description and motion of the earth, Astronomical problems according to the Ptolomaick system, Triangles applied in astronomy according to the Ptolomaick and Pythagorian systems, Spherical trigonometry definitions, The construction and numerical solutions of the cases of right angled spheric triangles, Of the affections or natural properties of spherical trigonometry, The solution of the sixteen cases of rectangular spherical triangles, To find the latitude by one altitude of the sun when the time is not more distant than one hour from noon, To find the latitude by the meridian altitude of the moon rule, To find the latitude by the meridian altitude of a planet rule, To reduce the sun declination from noon at Greenwich to any time under a different meridian rule, To find the apparent time and Thereby regulate the going of the (), To find the apparent time by the suns altitude rule, To find the apparent time by the altitude of a fixed star, To find the longitude by a lunar observation by Mr Lyons first method, To find the true attitude of a fixed star, To find the true altitude of the moons center, to find the moons apparent altitude.

CAILLIE (René).

Journal dun voyage à Temboctou et à Jenne, dans lAfrique Centrale, précédé dobservations faites chez les Maures Braknas, les Nalous et dautres peuples, pendant les années 1824, 1825, 1826, 1827, 1828. Avec une carte itinéraire et des remarques géographiques par M. Jomard, membre de linstitut.

Paris, Imprimerie Royale, 1830. 1830 3 vol. in-8° (217 x 135 mm.) de : [3] ff (dont Fx.T, T et 1 portrait frontispice de l'auteur), XII, 475 pp. ; [4], 426, 12 pp. (Catalogue) ; [4], 404, [2] pp. ; et 1 atlas in-4° (315 x 266 mm.) comprenant 1 grande carte dépliante imprimée sur vélin épais et 5 planches non coupées numérotées de 2 à 6. Brochages éditeur, cartonnage rose non relié pour l'atlas. (Rousseurs, exemplaire à grandes marges, rogné seulement en tête.)

Édition originale de ce captivant récit relatant le périple du premier explorateur européen revenu vivant de Tombouctou, cité interdite aux chrétiens située sur les rives du Niger. Embarqué comme mousse à bord de lescadre de cinq Navires (dont la frégate La Méduse vouée à une tragique célébrité) ayant pour mission de reprendre Saint-Louis-du-Sénégal restitué à la France par le Traité de Paris (1815), René Caillié (1799-1838) échappe au naufrage et atteint les rives du Sénégal. Mais démuni et épuisé, il doit renoncer provisoirement à son projet dexploration et rentre à Bordeaux. En 1824, il peut enfin retourner au Sénégal pour réaliser son rêve de jeunesse. Il rejoint alors un groupe de Maures parmi lequel il apprend l'arabe et s'initie à l'islam. Il quitte Saint-Louis en 1827 avec une petite caravane, se faisant passer pour un enfant d'Alexandrie enlevé par les Français de Bonaparte et désireux de revenir chez lui. Il arrive enfin à Tombouctou le 20 avril 1828. Aucun européen avant lui n'avait tenté cette aventure sans y laisser sa vie. Tombouctou a une réputation de sainteté dans l'islam noir dont lhistorien Léon lAfricain évoque les mosquées recélant de précieux manuscrits arabes ainsi que les palais aux toits revêtus d'or. Le 5 décembre 1828, à Paris, en présence de l'illustre Cuvier, la Société de Géographie fête René Caillié et lui remet la somme de 10.000 francs promise au premier Européen qui ramènerait une description de Tombouctou. Mais de nombreux savants européens, dont l'éminent et influent John Barrow, contestèrent le bien-fondé des allégations du Français, l'accusant d'avoir volé les papiers du major Laing assassiné quant à lui, le jour de son départ de Tombouctou pour avoir transgressé l'interdit des chefs religieux. Louvrage est illustré dun atlas contenant notamment une carte détaillée de son itinéraire et une vue de la ville. Rare et passionnant : Caillié est considéré comme « le plus intrépide des voyageurs des temps modernes » (Jules Verne, Cinq semaines en ballon, 1867). Exemplaire en brochage éditeur de ce fabuleux récit. Gay, 2748. 3 vols. 8vo + 1 atlas 4to, 1 folded map, 5 plates, 1 portrait. Publisher covers. Original edition of this scarce account. Rene Caillie was presented with the Legion of Honor as the first European to return alive from Timbuktu. "He set out from Sierra Leone, reached the Niger, and followed it to Kabara, the port of Timbuctoo. Then he went to the mysterious city, saw something of its real character, and crossed the Sahara to Morocco, reaching the west coast of Fez. For this journey he was rewarded by the Geographical Society of Paris" (Baker).

CARTIER (Jacques).

Bref récit et succincte narration de la navigation faite en 1535 et 1536 par le capitaine Jacques Cartier aux îles de Canada, Hochelaga, Saguenay et autres.

Paris, Tross, 1863. 1863 1 vol in-8° de: [2] ff. , xvj, [1]f., 68 ff. Demi-basane rouge à coins, dos à nerfs, exemplaire non rogné. (couvertures de l'éditeur conservées).

Réimpression de la rarissime édition de 1545 (dont il ne reste que 3 exemplaires connus) du deuxième voyage de Jacques Cartier au cours duquel il remonta le fleuve Saint-Laurent jusquà Hochelaga. Né en 1491 à Saint Malo qui est, à cette époque, un des ports les plus importants dEurope, Jacques Cartier est issu dune famille de marins. Il sengage dès son jeune âge comme mousse. En 1520, il prend pour épouse Catherine des Granches qui est, elle aussi, issue dune famille de navigateurs. Il passe de léchelon de matelot au grade de maître pilote et devient capitaine de navire au Mont Saint Michel lors dune visite en ces lieux par François 1er. Certains historiens aiment à penser que cest durant cette visite que le roi aurait été sollicité pour le financement des navires, notamment pour leur armement, qui doivent se lancer à la découverte du passage vers les Indes. Jacques Cartier fera trois voyages entre 1534 et 1541. De retour de sa dernière mission, Jacques Cartier se retire dans sa propriété. A la suite de ses exploits, il jouit dune grande notoriété et reçoit dillustres invités tels que Rabelais. Il meurt à Saint Malo en 1557 suite à une épidémie de peste qui décima la région. La présente édition du récit de son deuxième voyage avait pour but de faire connaitre au public le texte original dun ouvrage totalement introuvable. Son impression est de grande qualité et elle est précédée dune introduction historique par Armand dAvezac. Ce second voyage débute le 19 mai 1535. Son équipage est le double du 1er voyage (100 hommes) et un troisième navire, La Grande Hermine dune capacité de 120 tonneaux, se joint ceux du précédent. Cinquante jours plus tard, le premier navire jette lancre sur les côtes de Terre Neuve. Le 26 juillet 1535, après la réunion des trois navires le convoi reprend lexploration. Le 10 août, jour de la Saint Laurent, Jacques Cartier donne le nom du saint à une petite baie. Les cartographes donneront ce nom au « grand fleuve de Hochelaga et chemyn de Canada », ce fleuve qui conduit vers lintérieur du continent. La remontée du Saint Laurent permet datteindre Québec. Jacques Cartier embarque alors sur le plus maniable des trois navires, lEmérillon, pour se rendre à Hochelaga le village iroquois (actuel Montréal). Il arrivera le 2 octobre dans ce village qui compte plus de 2000 habitants et qui est situé sur une île. Une montagne baptisée Mont Royal domine ce lieu (qui deviendra Montréal). Les relations avec les Iroquois senveniment à propos des richesses du pays. De plus, un hiver rigoureux menace les Français. Dès la mi novembre les navires sont pris par les glaces. Au mois de décembre le scorbut tue 25 marins de lexpédition. Par manque déquipage la Petite Hermine doit être abandonné. Jacques Cartier retourne pour la France le 6 mai 1536 et arrive à Saint Malo le 16 juillet avec une dizaine dIroquois à bord dont le Chef Donnacona le seul à pouvoir « conter et dire au roi ce quil avait vu des richesses du pays ». Jacques Cartier effectura un troisiéme voyage. A son retour en 1541, de sa dernière mission, il se retire dans sa propriété. Il jouit dune grande notoriété et reçoit dillustres invités tels que Rabelais. Il meurt à Saint Malo en 1557 suite à une épidémie de peste qui décima la région. Petit tirage destiné aux bibliophiles, les exemplaires sont rares sur le marché. Le dernier ex passé en vente (Swan, NY, 1984) que nous avons pu trouver s'etait vendu 1860 $! Sabin, 11139; Leclerc, II, 689. 1 vol in-8°. Contemp. half ship (publisher covers preserved). Rare reprint edition of 1545 (of which there are only three known copies) of the second voyage of Jacques Cartier during which he sailed up the St. Lawrence River to Hochelaga. Born in 1491 in Saint Malo which is, at that time one of the most important ports in Europe, Jacques Cartier was born into a seafaring family. He will make three trips from 1534 to 1541. Returning from his last mission, Jacques Cartier retired to his property. Following his exploits, he enjoys great notoriety and received many illustrious guests such as Rabelais. He died in Saint Malo in 1557 following an outbreak of plague that decimated the region. This edition of the account of his second trip was to make known to the public the original text of the book.. Printed at few copies for bibliophiles, it is rare on the market: last copy recoded we found was sold for $ 1 860 in 1984 (Swan, NY).

CHAMBERS, [Sir William]

Traité des édifices, meubles, habits, machines et ustensiles des Chinois, gravés sur les originaux dessinés à la Chine. Compris une description de leurs temples, maisons, jardins, &c.

Paris, Le Rouge, 1776. 1776 1 vol in-4° (280 x 234 mm) de: 30 pp. (titre, table et préface) ; 20 planches doubles gravées et numérotées. Ex-libris armorié et inscription manuscrite au dos du premier plat. (rares rousseurs ou salissures) Cartonnage bleu d'origine. (défauts d'usage et tâches, coupes et coins usés)

Seconde édition en français. Larchitecte écossais William Chambers, né en Suède en 1723, voyagea en Inde et en Chine, séjourna quelques années à Rome et suivit les cours de Blondel à Paris. Installé en Angleterre, il fut larchitecte de Somerset House et de la pagode des jardins de Kew. Dans cette suite de dessins réalisés sur place, Chambers vise à arrêter les productions extravagantes purs ouvrages de fantaisie résultant de lengouement européen de lépoque pour les chinoiseries. Parmi les planches se trouvent: pavillon de jardin de Canton, pagode de Cochinchine, temples chinois, tour près de Canton, pont dans un jardin de Canton, maison chinoise, meubles, vases de porcelaine, vaisseaux en cuivre, bateaux, vêtements Un chapitre est consacré à la distribution des jardins chinois. Une première édition ne comportant que 19 p. de texte fut publiée en 1757, celle-ci est donc la seconde édition mais avec approbation et privilège datés respectivement août et novembre 1776. Millard, 50. 1 vol in-4°. 20 plates. Orig. cardboard binding. Second edition in French. The Scottish architect William Chambers, born in Sweden in 1723, traveled to India and China, stayed in Rome for a few years, and attended Blondel in Paris. Based in England, he was the architect of Somerset House and the Kew Gardens Pagoda. In this set of drawings made on site, Chambers aims to stop the "extravagant productions ... pure fantasy" resulting from the European craze of the time for chinoiserie. The plates include: Canton Garden Pavilion, Cochin China Pagoda, Chinese Temples, Canton Tower, Canton Garden Bridge, Chinese House, Furniture, Porcelain Vases, Copper Vessels, Boats, Clothes ... A Chapter is devoted to the distribution of Chinese gardens. A first edition containing only 19 p. of text was published in 1757, this one is thus the second edition but with approval and privilege dated respectively August and November 1776.

CHARDIN (Jean).

Journal du Voyage du Chevalier Chardin en Perse et aux Indes Orientales, par la Mer Noire et par la Colchide. Première partie qui contient la voyage de Paris à Isphahan.

A Londres, chez Moyse Pitt en Duke-street à Westmunster, 1686. 1686 1 vol. in-folio (315 x 205) de : [3 ff.] (portrait et frontispice gravés, titre, dédicace, préface), [2 ff.] (dédicace au roi orné dun bandeau figurant un buste de lauteur couronné, et dune lettrine figurant lauteur offrant son livre au souverain), [2 ff.] (Préface ornée dun bandeau figurant le voyageur en route avec ses compagnons, dune lettrine et dun cul-de-lampe), 349 pp. (erreur de pagination : saut de150 à 181, sans lacune), [3] ff. (index), 1 carte et 15 planches gravées dont 11 dépliantes (traces de mouillures). Plein veau d'époque, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, tranches jaspées de rouge. (fentes aux mors et défauts d'usage).

Edition originale de cette "première partie" du journal du voyage de Chardin (1671 à 1673) éditée à Londres par Pitt Moyse, qui ne fut jamais suivie des autres volumes prévus. Outre une édition en anglais et les contrefaçons, ce nest quun quart de siècle plus tard, en 1711 que lensemble des écrits de Chardin seront publiés, cependant amputés par léditeur parisien sans laccord de lauteur de nombreux passages jugés « anti-papistes ». Fils dun bijoutier joaillier protestant, Jean Chardin (1643-1713) est aujourdhui considéré comme le meilleur connaisseur de la culture persane de son époque. Nommé marchand du Roi à son retour dun premier voyage qui avait été un succès commercial, il repart en 1671 en compagnie du joaillier Raisin comme représentant de la « Compagnie royale orientale » qui vient dêtre créée pour contrer les Hollandais et les Anglais sur le marché des pierres précieuses. Contournant une Turquie hostile, les deux hommes doivent emprunter une longue et périlleuse route passant par la Mer Noire, la Géorgie puis lArménie et parviennent enfin en Perse , après de multiples péripéties, vingt deux mois après leur départ. Chardin reçoit alors une commande importante de joaillerie du Shah Safi, laquelle sera confirmée par son fils Soleiman III. Sa rencontre avec la civilisation perse est pour le jeune Chardin une révélation qui marquera toute son existence. Habile commerçant, il acquiert une parfaite connaissance du monde des courtiers en pierres précieuses et une incomparable expérience de la nourriture, de larchitecture, de la culture et de la religion du peuple persan. Ainsi résume-t-il sa préface: « Je demeurais en Perse jusques en lannée 1677, suivant la cour en ses voyages, et jen fis de particuliers pour affaires ou par curiosité, étudiant la langue, fréquentant assidûment les Grands, les Savans, et mintroduisant ainsi de tout ce qui pouvoit meriter la curiosité de notre Europe touchant un pays que nous pouvons appeler un autre monde, soit pour la distance des lieux, soit pour la différence des murs et des maximes. En un mot, jay pris tant de peine à minstruire sur la Perse, que je puis dire par exemple, que je connois mieux Ispaham que Paris , quoy que jy sois né et que jy aye été élevé ; que je parle aussi aisément le persan que le françois ; que je savois couramment lire et écrire ; et que jai fort parcouru toute la Perse. » Cette curiosité et cet enthousiasme, qui le distinguent des autres marchands occidentaux, le poussera à entreprendre des explorations archéologiques, notamment à Persépolis dont il livrera une description (« Je puis assurer que la vue de Persépolis va au delà de toutes les expressions, je nai jamais rien vu ni conçu daussi grand ni daussi magnifique ») dont les qualités évocatrices seront saluées par Rousseau dans son «Essai sur lorigine des langues». Soucieux de conserver des images de qualité de ses voyages, il engage lartiste Guillaume-Joseph Grelot, dont les dessins illustreront le présent ouvrage. Il séjournera ensuite 5 années en Inde ou se trouvaient les seules mines de diamant brut au monde à lépoque. A son retour en Europe, les conséquences de la révocation de lEdit de Nantes le poussent à émigrer. Il sinstalle en Angleterre et se marie. Le roi Charles II le fait Chevalier, ce qui lui permet de devenir joaillier de la cour et membre de la ABC (la prestigieuse compagnie britannique du commerce des pierres précieuses). Accaparé par ses activités professionnelles, cest seulement en 1686 quil fera paraître chez le libraire londonien Moyse Pitt ce premier volume du récit de ses voyages. A la différence de ses contemporains qui visitèrent lOrient : Tavernier et Thévenot, le Chevalier de Chardin rédige lui même ses récits, révélant un talent décrivain qui sera reconnu par Montesquieu, admiratif de cet « observateur qui pense » auquel il empruntera des idées sur linfluence du climat sur les régimes politiques Les 17 gravures qui illustrent louvrage, exécutées à partir des dessins de Grelot, sont dune grande qualité. Ils présentent des vues et monuments deTiflis, Erivan, Kashan, Kom et sont accompagnés d'une grande carte dépliante de la Mer Noire. Rare édition originale de cet ouvrage qui fit rêver de nombreux européens. Provenance: ex-libris gravé " N Bianco" Brunet, 20612 - Schwab, 87 - Wilson p. 41. Dirk Van der Cruysse: "Chardin le Persan". 1 vol. folio. Engraved portrait and title + 15 plates. Contemp. calf. First edition of of the first volume of Chardin's manuscript. Born in Paris in a Huguenot (Protestant) family, Jean Chardin (1643-1713) undertook his travels to Persia because of his father's position as a jeweller and shareholder in the French East India Company. The younger Chardin set out in 1664, travelling through Turkey, the Black Sea, Georgia and Armenia. Soon after his arrival in Persia, he received a commission to create jewellery for Shah Abbas II, who died in 1666 and was succeeded by Shah Safi. After witnessing the latter's coronation, Chardin went on India and finally returned to Paris in 1670. In 1671, he published an account of the coronation and in the same year set off for Persia again, arriving in Isfahan in 1673 and remaining there for several years, before once more visiting India and returning home in 1677. With the persecution of the Huguenots in France, he moved to England in 1680. This first edition deals with the period 1671-73, which appeared in 1686 and was followed by several counterfeit editions. The complete set of his works was published only in 1771 in Paris, but was incomplete of several passages cut by the editor who found them anti-papists! Chardin enjoys the reputation of being one of the best-informed European observers of Safavid Persia. The plates in Chardin's work are said to be after the artist Guillaume Grelot; they include illustrations of Tiflis, Erivan, Kashan, Kom and a large folding map of the Black Sea. A valuable work, highly praised by Montesquieu, Rousseau etc., all of whom used this work for their sources.

CLEYER (Andreas)

Specimen medicinae sinicae, sive opuscula medica ad mentem sinensium.

Frankfurt, Johann Peter Zubrodt, 1682. 1682 1 vol in-4° (190 x 155 mm) de: [2] ff. (titre et privilège) ; 48 pp. (de nombreux schémas dans le texte) ; 99 pp. (3 schémas dans le texte) ; [11] pp. (dont une planche gravée sur pleine page) ; 54 pp. ; [1] f. blanc ; 16 pp. (de nombreux schémas dans le texte) ; 29 planches gravées sur pleine page. (manque un titre gravé, quelques feuillets rognés courts avec atteintes au texte, rousseurs et feuillets roussis) Plein vélin ancien à recouvrement, dos lisse titré à l'encre, tranchefils traversant les coiffes, titre manuscrit, boitier de rangement de demi chagrin brun en toile.

Edition originale du premier ouvrage illustré sur la médecine chinoise publié en Europe. Ces traductions du latin d'une version médiévale tardive du Mo cheh (Instructions relatives au pouls) et d'autres courts textes sont l'uvre du jésuite polonais Michael Boym (1612-1659). Ils ont été publiés, sans mention de Boym, par Andreas Cleyer (1634-1697), un médecin de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales qui uvrait à Java dans les années 1660 et plus tard au Japon. Le seul ouvrage occidental imprimé antérieurement sur la médecine chinoise était une courte collection non illustrée de traductions jésuites d'uvres chinoises similaires intitulées : « Secrets de la médecine chinoise » (Grenoble 1671). Les textes traduits ici, dont plusieurs sont de Vam Xo Ho (ou Wang Shu-ho), traitent principalement des théories relatives au pouls, et le lien étroit avec l'acupuncture est largement discuté. Lun des chapitres donne des remèdes pour différents types de troubles du pouls, tandis quun autre sur la matière médicale énumère et décrit 289 plantes, avec des transcriptions phonétiques de leurs noms chinois, et leurs noms latins où les plantes ont été identifiées. La dernière section contient 36 descriptions de divers symptômes pathologiques tels que l'apparence de la langue, illustrés par des gravures sur bois de langues avec des légendes décrivant la décoloration localisée, etc. Les curieuses gravures, copiées d'une source chinoise, probablement Lei ching de Chang Chieh-Pin (1624) comprennent plusieurs gravures anatomiques d'organes ainsi que "les premières cartes d'acupuncture publiées en Occident, malheureusement qualifiées « danatomiques » par les écrivains occidentaux, provoquant beaucoup de confusion et de mauvaises critiques" (Norman). Une partie de la traduction de Boym de la section sur le pouls a été abrégée et paraphrasée en anglais dans le deuxième volume de la montre dimpulsion du Médecin de John Floyer (1707-10). Floyer, vraisemblablement influencé par les théories chinoises, fut le premier médecin européen à préconiser des observations régulières du pouls. Choulant-Frank, pp. 362-369; Cordier Sinica II, 1470-71; Garrison-Morton 6492; Lust 1183; Morrison II, 438; NLM/Krivatsy 1734-35; Norman 489; Pfister pp. 274-75; Waller 9107; Wellcome II, p. 359. 1 vol in-4°. 30 engraved plates, and numerous woodcut text. Ancient vellum. First edition of the first illustrated work on Chinese medicine published in Europe. These Latin translations of a late medieval version of the Mo cheh (Instructions relating to the pulse) and other short texts were the work of the Polish Jesuit Michael Boym (1612-1659). They were published, with no mention of Boym, by Andreas Cleyer ( 1634-1697), a physician with the Dutch East India Company who served in Java in the 1660s and later in Japan. The only earlier printed Western work on Chinese medicine was a short unillustrated collection of Jesuit translations of similar Chinese works entitled Secrets de la medicine chinoise (Grenoble 1671). The texts translated here, of which several are by Vam Xo Ho (or Wang Shu-ho), deal primarily with theories relating to the pulse, and the closely related subject of acupuncture is discussed extensively. One chapter gives remedies for various types of disorders of the pulse, while the chapter on materia medica lists and describes 289 plants, with phonetic transcriptions of their Chinese names, and their Latin names where the plants have been identified. The final section contains 36 descriptions of various pathological symptoms as manifested in the appearance of the tongue, illustrated by woodcuts of the tongue with captions describing localized discoloration, etc. The curious engravings, copied from a Chinese source, probably Chang Chieh-Pin's Lei ching (1624) include several anatomical engravings of organs as well as the first acupuncture charts published in the West; unfortunately, these were dubbed 'anatomical' by Western writers, causing much confusion and misguided criticism. A portion of Boym's translation of the section on the pulse was abridged and paraphrased in English in the second volume of John Floyer's Physician's pulse-watch (1707-10). Floyer, presumably influenced by Chinese theory, was the first European physician to advocate regular observations of the pulse.

COLUMBUS (Fernando).

La vie de Cristofle Colomb, et la decouverte quil a faite des Indes occidentales, vulgairement appellées le Nouveau monde. Traduite en François. [par Charles Cotolendy].

Paris: Claude Barbin et Christophe Ballard, 1681. 1681 2 vol in-12° en un (167 x 96 mm.) de: (12) ff., 262 pp., (1) f. bl.; (12) ff., 260 pp. (Salissures, défauts d'usage, 2 ff. restaurés, divers ex-libris et cachets humides anciens sur les p. de titre). Pleine basanne 18 ème, dos lisse, titre de maroquin brun, tranche-fils de papier bleuté. (dos discrétement restauré).

Première édition française, traduite de l'original italien (1571, Venise) de cette biographie de Christophe Colomb par un de ses contemporains qui le connaissait le mieux : son fils Ferdinand. Henry Vignaud, critique sévère des origines de la soi-disant légende de Columbus, l'a jugé "la plus importante de nos sources d'information sur la vie du découvreur de l'Amérique", et Washington Irving l'a honoré comme "la pierre angulaire". de l'histoire du continent américain. " Un historien plus récent, Benjamin Keen, traducteur et éditeur de Historie de Ferdinand - publié sous le titre « The Life of Admiral Christopher Columbus by his sohn Ferdinand (1959) la considère comme «une uvre de grande autorité» et continue: «L'Histoire de Ferdinand est plus ... qu'une source riche et fidèle d'informations sur Christophe Colomb, c'est aussi un document personnel émouvant qui recrée l'atmosphère morale et intellectuelle du monde de Colomb et les passions tourbillonnantes dont il était le centre ». «Pour le reste, le livre de Ferdinand a les vertus irrésistibles d'une histoire d'aventure splendide: c'est en grande partie un récit d'action direct ... le moment haletant de découverte, naufrage, tempête, bataille avec des mutins ou Indiens, ou marronnage. » Ferdinand accompagna son père, Amiral de la Mer Océan, lors de son quatrième voyage en Amérique en 1502-1504, l'aventure la plus difficile et la plus désastreuse de toutes. Il écrivait donc pour partie de son expérience, du récit de son père concernant les autres voyages et de l'accès unique à ses papiers. Que la première édition de l'Historie n'ait été publiée que plus de trente ans après la mort de son auteur, et en italien plutôt qu'en espagnol, est expliquée dans ce passage de la vie de Columbus par l'amiral Samuel Eliot Morison (1942) : «Ferdinand commença très tôt la biographie que nous ne connaissons pas, mais elle ne fut achevée que peu de temps avant sa mort: le manuscrit, disparu depuis, fut emmené par D. Luis Colon, petit-fils de l'amiral, en Italie en 1568 avant qu'une édition espagnole est pu été imprimée, et le seul texte qui subsiste est une traduction italienne d'Alfonso Ulloa imprimée à Venise en 1571. " Don Luis, fils de Diego, était le «petit-fils playboy du découvreur» (Keen), qui s'intéressait à des sujets plus vivants que les papiers de famille. Ainsi, il cédat le manuscrit de l'Histoire de Ferdinand à un riche médecin génois, Baliano de Formari, qui a assuré la traduction et la publication, et à qui l'ouvrage est dédié. A noter : au cours du siècle dernier, l'Américain Henry Harrisse a émis des doutes quant à la paternité de Ferdinand sur la base de preuves qui semblaient impressionnantes à l'époque. La découverte de preuves ultérieures tend à réfuter fortement la conclusion de Harrisse et démontre les pièges de la conjecture bibliographique, même quand faite par des experts.) Quand Ferdinand Columbus (né en 1488) était un jeune garçon il est devenu page auprès de l'héritier espagnol, le prince Juan, et plus tard de la mère du prince, la reine Isabelle. À treize ans, en 1602, il se rendit en Amérique avec son père, puis de nouveau, en 1609, avec son frère aîné, Diego, qui était gouverneur d'Hispaniola (St Domingue). Par la suite, il voyagea beaucoup en Europe, servit le gouvernement espagnol avec sa connaissance des colonies et de la géographie, et agit comme conseiller juridique de Diego dans ses différends avec la Couronne sur les droits des héritiers du Découvreur. Il est probable que son historique basé en partie sur des documents rassemblés pour servir sa défense en cas de litige. La part de Ferdinand dans la succession de son père comprenait les revenus du travail de 400 esclaves à Hispaniola, ce qui, avec plusieurs sinécures royales, en fit un homme riche. Une grande partie de son argent qu'il a dépensé pour les livres et les manuscrits et la collection est devenue sa dépense la plus importante. Sa bibliothèque de plus de 15 000 volumes a été léguée au chapitre de la cathédrale de Séville. En raison de siècles de négligence, la collection s'est réduite à environ 2.000 volumes, mais la « Bibliotheca Colombina », comme on l'appelle, reste néanmoins l'un des grands trésors des livres. Sabin 14677. Streit II, 434. Palau 57210. Artents (Add.) 161-A. JCB II, 101. See also Church 114 re. 1571 edition. Fra Román Pane's Scrittura delle antichità de gl'Indiani [di San Domenico] capitolo I-XXVI, p. 252-290 (chapter LXI) pour ed de 1571. 2 parts in 1 vol. in-12°. 18th cent. sheep. First French edition, translated from the original Italian (1571, Venise), of the first biography of Christopher Columbus, by one of his contemporaries who knew him best, his portside son, Ferdinand. Henry Vignaud, severe critic of the origins of the so-called Columbus Legend, judged it to be "the most important of our sources of information on the life of the discoverer of America," and Washington Irving honored it as "the corner-stone of the history of the American continent." A more recent historian, Benjamin Keen, translator and editor of Ferdinand's Historie - published as The Life of Admiral Christopher Columbus by His Son Ferdinand, New Brunswick, N. J. (Rutgers University Press), 1959 - calls it "a work of great authority," and continues: "Ferdinand's Historie is more than a rich and faithful source of information about Columbus. It is also a moving personal document that vividly re-creates the moral and intellectual atmosphere of Columbus's world and the swirling passions of which he was the center. . . .."For the rest, Ferdinand's book has the irresistible virtues of a splendid adventure story. It is in large part a straightforward narrative of action . . . the breathless moment of discovery, shipwreck, storm, battle with mutineers or Indians, or a marooning." Ferdinand accompanied his father, Admiral of the Ocean Sea, on his fourth voyage to America in 1502-1504, the most difficult and disastrous adventure of them all. He wrote, therefore, from participation, from verbal narrative from his father's lips concerning the other voyages, and from unique access to his father's papers. That the first edition of the Historie was not published till more than thirty years after its author's death, and in Italian rather than the Spanish in which it was written, is accounted for in this passage from Admiral Samuel Eliot Morison's life of Columbus (1942). "How early Ferdinand began the biography we do not know, but it was not finished until shortly before his death. The manuscript, which has since disappeared, was taken by D. Luis Colon, the Admiral's grandson, to Italy in 1568, before any Spanish edition had been printed; and the sole surviving text is an Italian translation by Alfonso Ulloa printed at Venice in 1571." Don Luis, son of Diego, was the "playboy grandson of the Discoverer" (Keen), who was interested in livelier matters than family papers. He sold the manuscript of Ferdinand's Historie to a wealthy Genoese physician, Baliano de Formari, who underwrote the translation and publication, and to whom the work is dedicated. (Parenthetically, in the past century doubt of Ferdinand's authorship was cast by the able Americanist, Henry Harrisse, on the basis of evidence which seemed impressive at the time. Discovery of subsequent evidence strongly tends to refute Harrisse's conclusion and demonstrates the pitfalls of bibliographical conjecture, even when made by experts.) When Ferdinand Columbus (born in 1488) was a young boy he became a page to the Spanish heir apparent, Prince Juan, and later to the Prince's mother, Queen Isabella. At thirteen, in 1602, he went to America with his father, and again, in 1609, with his elder brother, Diego, who was Governor of Hispaniola (Espafiola). Thereafter, he traveled widely in Europe, served the Spanish government with his knowledge of the colonies and of geography, and acted as Diego's legal adviser in the latter's disputes with the Crown over the rights of the heirs of the Discoverer. It is likely that his Historic based in part upon documents gathered to present his case, grew naturally out of this litigation. Ferdinand's share of his father's estate included the income from the labor of 400 slaves in Hispaniola, which, along with several royal sinecures, made him a wealthy man. Much of his money he spent for books and manuscripts and collecting became his most important pursuit. His library of more than 15,000 volumes was bequeathed to the cathedral chapter of Seville. Because of centuries of neglect the collection has shrunk to about 2,000 volumes, but the Bibliotheca Colombina, as it is known, nevertheless remains one of the great treasure-houses of books.

COMBLES (Charles-Jean, de)

L'ecole du jardin potager. Contenant la description exacte de toutes les plantes potageres [...] Troisieme edition, augmentee du Traite de la Culture des Pêchers.

Paris, Didot le jeune, Delalain, 1780. 1780 2 vol. in-12° (171 x 104 mm.) de:I. 1 frontispice gravé, vi, 512 pp., 120 pp. (traité de la maniére de semer); II. [1] f. (t.), 396 pp.; xii, 167 pp. (Traité de la culture des pêcher). Pleine basanne d'époque, dos à nerfs orné, titre et tomaison de maroquin rouge et noir. (défauts d'usage aux coins et coiffes).

Nouvelle édition augmentée de cet ouvrage de référence sur le jardinage de lagronome et écrivain français Charles-Jean de Combles (1741-1803). Né à Lyon il publie plusieurs traités sur son passe-temps favori quil développe à Naples, le jardinage. Plus tard, il se lance dans la publication douvrages historiques et érotiques. Il meurt sans doute vers 1770. Dans ces deux volumes, explication est faite de tout ce quil est bon de savoir pour pratiquer le jardinage : « les plantes potagères, leur culture, les terres, leur situation, les climats qui leur sont propres, leurs propriétés, les différents moyens de les multiplier, le temps de recueillir leurs graines, leurs durée etc. ». Sont ainsi expliquées, les cultures de la laitue, la capucine ou encore du fenouil. Lécole du jardin potager est considérée comme son ouvrage le plus abouti. Bel exemplaire. 2 vol. in-12°. Contemp. sheep. New expanded edition of this reference book on gardening by the French agronomist and writer Charles-Jean de Combles (1741-1803). Born in Lyon he published several treatises on his favorite pastime he developed in Naples: gardening. Later, he starts publishing historical and erotic books. This work gives explanations of all that is good to know to practice gardening: "the vegetable plants, their culture, the lands, their situation, the climates, the different ways of multiplying them, the time to collect their seeds, their duration, and so on... The school of the vegetable garden is considered as his most successful work. Fine copy.

DE LA MARCK (Eugène de Monet de).

Epure école Polytechnique.

Paris, Ecole Polytechnique, 1846-1847. 1846 1 vol. in-folio (478cm x 306 mm.) de: 52 planches dont 2 doubles en couleur. Demi-maroquin noir d'époque, plats recouverts de papier gaufré imitant le chagrin, étiquette noire au centre du plat supérieur portant en lettres dorées l'inscription "Ecole Polytechnique - 1846-47 - De La Marck. ( coupes et coins restaurés).

Recueil contenant les exercices d'architecture réalisé par Eugène de Monet de la Marck (1826-1867) au cours de ses études à lécole polytechnique en 1846 et 1847. Eugène de Monet de la Marck, qui fut capitaine de frégate et mourut à Saïgon, était le petit fils de Jean-Baptiste Pierre Antoine de Monet, chevalier de Lamarck (1744-1829), célèbre naturaliste, fondateur de la paléontologie des invertébrés, qui fut l'un des premiers à envisager l'évolution du vivant. Polytechnique est une école d'ingénieurs française fondée en 1794 par la Convention nationale sous le nom d' « École centrale des travaux publics ». Elle sera militarisée en 1804 par Napoléon Ier. Située à l'origine située à Paris, l'école est localisée à Palaiseau depuis 1976 et est considérée comme lune des trois plus grandes écoles Françaises. Louvrage renferme les exercices dépures de lélève Eugène de la Mark (représentation linéaire à une échelle donnée, d'une figure à trois dimensions par ses projections) ainsi que des croquis de topographie militaire en couleur et quelques modèles de réalisations architecturales. Parmi eux le fameux phare d'Edystone (dans la Manche) et son appareil lenticulaire : ouvrage dart plusieurs fois détruit et reconstruit, prouesse du génie humain appliqué à larchitecture et la construction en mer. Chaque dessin est finement tracé à lencre ainsi que les légendes, montrant le niveau de maitrise du dessin et de la calligraphie exigé des élèves de lécole polytechnique à lépoque. La plupart de ces dessins portent une date, le cachet de lécole et la signature de lélève. Intéressant document technique dune belle provenance. Collection of architectural exercises by Eugène de Monet de la Marck (1826-1867) during his studies at the École Polytechnique in 1846 and 1847. Eugene de Monet de la Marck, who was captain of a frigate and died in Saïgon, was the grandson of Jean-Batiste Pierre Antoine de Monet, Chevalier de La Marck (1744-1829), famous naturalist, founder of the paleontology of the invertebrates, which was one first to consider the evolution of life. Polytechnique is a French engineering school founded in 1794 by the National Convention under the name of "Central School of Public Works". It was militarized in 1804 by Napoleon I. Originally located in Paris, the school is located in Palaiseau since 1976. It is considered one of the three greatest French schools. The book contains the sketch exercises of the student Eugène de la Mark (linear representation on a given scale, a three-dimensional figure by projection) as well as sketches of military topography in color and some examples of realizations. architectural. Among them the famous lighthouse of Edystone (in the English Channel) and its lenticular apparatus: a work of art several times destroyed and rebuilt, a feat of human genius applied to architecture and construction at sea. Each drawings and explanations are finely done, showing the level of mastery of drawing and calligraphy demanded by students of the polytechnic school at the time. Most of these drawings bear a date, the stamp of the school and the signature of the student. Scarce technical document of a nice provenance.

DEPERTHES / EYRIES, J. B. B.

Histoire des naufrages ou recueil des relations les plus intéressantes des naufrages, hivernemens, délaissemens, incendies, et autres événements funestes arrivés sur mer.

Paris, Ledoux et Tenre, 1818. 1818 3 vol. in-8° (175 x 100 mm.) de: [3] ff. (faux-titre, titre, frontispice), 399; 471pp., [1]f. (table); 390 pp., [1]f.(table). 3 frontispices gravés. Pleine basane d'époque, dos lisse orné, pièce de titre et de tomaison de maroquin vert, roulettes sur les plats, tranches marbrées. (coiffes et coins discrètement restaurés, intérieur très frais)

Nouvelle édition, refondue, corrigée et augmentée de ce recueil d'histoire des naufrages de Jean Louis Hubert Simon Deperthes. Dans cet ouvrage en 3 volumes, lauteur relate les plus fameuses histoires de naufrages et autres événements funestes arrivés en mer. Sont ainsi décrits avec détails, le naufrage de Pierre Quirini sur la côte de Norvège en 1431, celui du Vaisseau portugais le Sant Jago monté par lamiral Fernando Mendosa non loin des côtes orientales de lAfrique en 1586, ou encore celui du vaisseau hollandais lÉpervier sur les côtes de lîle Quelpaert en mer de la Corée en 1653. Très bel exemplaire, frais. 3 vol. in-8°. 3 frontisp. Contemp. sheep. New edition, corrected and augmented of this collection of history of the shipwrecks by Jean Louis Hubert Simon Deperthes. In this 3 volumes, the author relates the most famous stories of shipwrecks and other fatal events arrived at sea. Thus are described with details, the sinking of Pierre Quirini on the coast of Norway in 1431, that of the Portuguese ship Sant Jago ridden by Admiral Fernando Mendosa not far from the east coast of Africa in 1586, or that of the Dutch ship Sparrowhawk on the coast of the island Quelpaert, in the sea of Korea in 1653. Very nice copy, fresh.

DOUGLAS (Capt. Andrew Snape)

A log of the proceedings of His Majestys Ship Southampton, of 32 guns and 200 men, Captain Andrew Snape Douglas, Commander, kept by himself.

[A bord], 1786-1787. 1 vol in-4° (205 x 165 mm) de: [61] pp. manuscrites à l'encre brune, [14] ff. bl., et 1 tableau in-folio à l'encre brune (200 x 160 mm.) donnant la liste des escales. Cartonnage recouvert de papier à la colle rose.

Journal de bord manuscrit original d'un voyage en méditerranée du H.M.S. Southampton. Il comporte des tables dans lesquelles lécriture semble être deux mains différentes, l'une étant celle du capitaine Douglas, l'autre probablement celle d'un de ses officiers. La feuille repliée glissée dedans donne "Une liste des différents endroits où j'ai été à H: Majs Ship Southampton A. S. Douglas Esqr. Commr de quitter le Little Nore. Sept 1786 au [titre inachevé] ', signé' J. Baikies (?). ' Andrew Snape Douglas était un capitaine de marine écossais distingué dans la Royal Navy pendant les révolutions américaine et française. Il commandait le HMS Southampton, de 32 canons, qui avait été nommé navire de garde à Weymouth, lorsque le roi George III lui rendit visite. Douglas conduisit le roi lors de son premier voyage à bord d'un navire de guerre et, le 13 septembre 1789, le roi George nomma Douglas chevalier. Le manuscrit débute le 18 juillet 1786 avec le récit de sa remise de commandement du Southampton. Il décrit l'armement du navire et les divers ordres de lamirauté qu'il a reçus lors de ses voyages à Lisbonne, dans la baie de Gibraltar, dans la baie de Tanger, dans la baie d'Alger, à ville de Franche, à Marseille et à Toulon. 1 vol. in-4°. Manuscript on paper. Card board binding. Original manuscript log from a Mediterranean voyage of H.M.S. Southampton. It includes tables in what appear to be two different hands, one being Captain Douglas's, the other possibly in the hand of one of his officers. The laid-in sheet provides A list of the different places I have been at in H: Majs Ship Southampton A. S. Douglas Esqr. Commr from leaving the Little Nore. Sept 1786 to the [title unfinished]', signed 'J. Baikies(?).' Andrew Snape Douglas was a distinguished Scottish sea captain in The Royal Navy during the American and French Revolutions. He was in command of the 32-gun HMS Southampton, which had been appointed the guard ship at Weymouth, when the town was visited by King George III. Douglas conducted the King on his first voyage aboard a warship, and on 13 September 1789 King George appointed Douglas a knight bachelor. Douglas' manuscript opens on 18 July 1786 with an account of his receiving on that day the commission to command the Southampton. He describes the fitting of the ship and the various orders from Admiralty he was given during travels to Lisbon, Gibraltar Bay, Tangier Bay, Algier Bay, Ville Franche, Marseilles, and Toulon.

DOUNOT (DIDIER)

Confutation de l'invention des longitudes ou de la mecometrie de l'eymant. Cy devant mise en lumiere souz le nom de Guillaume le nautonnier.

Paris, François Huby, 1611. 1611 1 vol in-4° ( x mm.), ff. [4], 42, Vignette gravée sur le titre, bandeaux et lettrines, shémas dans le texte. Plein vélin, tranches rouges. Marquage brun de la marge du titre et du feuillet de dédicace du à la reliure.

Édition originale de ce texte de toute rareté du à Didier Dounot, uvre critique de la « Mécométrie de l'aimant, c'est-à-dire, la manière de mesurer les longitudes » (Venes, 1603) de Guillaume le Nautonier de Castelfranc (1560-1620). Ce pasteur protestant passionné de mathématiques et d'astronomie rechercha un moyen de calculer les longitudes. Son livre lui avait valut d'être nommé géographe ordinaire du roi Henri IV, en 1609. Aussi, à peine imprimé, louvrage fut utilisé, dés sa première expédition de 1603, par Samuel de Champlain, pour ses travaux cartographiques en Nouvelle-France. En 1611 , Dounot fait parraitre sa « Confutation de l'invention des longitudes ou de la mecometrie de l'eymant », critique très argumentée de louvrage de Dounot quil accuse de ne pas démontrer ses affirmations et de rejeter comme fausses toutes les observations sur la déclinaison de la boussole qui ne corroboraient pas sa théorie, présentant et discutant les théories et observation de plusieurs auteurs contemporains concernant le calcul des longitudes et la déclinaison du compas. Mercator est le premier, au XVIe siècle, à tenter de déterminer la longitude en la mesurant. Parallèlement, le médecin britannique William Gilbert établit les tables de cette déclinaison. Louvrage de Nautonnier est l'un des premiers à spéculer sur le lien entre la longitude et la déclinaison de l'aimant. Inspiré par les ouvrages de ses prédécesseurs : Jean-Baptiste de la Porte, Michel Coignet, Sanutus, Bessard, Il défend l'idée de deux pôles magnétiques fixes, vers lesquels l'aiguille des aimants est orientée en permanence. Didier Dounot (1574-1640), qui enseigna les mathématiques à Paris et fut l ami de Descartes et de Marin Mersenne, critique ici sa théorie sur le géomagnétisme émise par Nautonnier en 1603. Reprenant et réfutant point par point ses théories et se référant aux observations des navigateurs ( dont celles faites à St Helene, aux iles Tristan de Concha et à Canton en Chine). Enfin il consacre son dernier chapitre à la critique des observations de Samuel Champlain en Nouvelle France sur la micrométrie, non sans un certain humour : « Que le sieur de Castel-Franc vouloit conclure universellement pour toute la terre, mes démonstrations précédentes lempêcheront. Car encore quil ait cinq cent sieurs de Champlain observant en cinq cent endroits de la terre, et que toutes leurs observations conviennent avec la mecometrie, je ne veux que deux ou trois petites observations contraires pour ruiner tout. Et quil dit tant quil voudra quune hirondelle ne fait pas le printemps, il ne faut quune induction particulière pour détruire une proposition universelle. Mais je voudrais bien savoir quelle certitude peut avoir le Sieur Champlain quune longitude observée par la mecometrie, à la Nouvelle France, sera véritable ? Aura-t-il point trouvé en Canada quelques Ptolémée manuscript, qui contiennent les longitudes diceluy. » Lalande, p. 156. Houzeau & Lancaster, n°10324. Jérôme Lamy, «Le problème des longitudes en mer dans les traités d'hydrographie des Jésuites aux XVIIe et XVIIIe siècles» in Histoire & Mesure, 2006. 1 vol. in-4°. woodcut device on title, woodcut initials and headpieces, woodcut diagrams. Later vellum. Original edition of this text of any rarity from Didier Dounot (1574-1640), critical work of the « Mécométrie de l'aimant, c'est-à-dire, la manière de mesurer les longitudes » (Venes, 1603) by Guillaume de Nautonier de Castel-franc (1560-1620), a book that earned him the title of Ordinary Geographer to King Henry IV in 1609. Just printed, his work was used by Samuel de Champlain (circa 1570-1635) during his first expedition of 1603 for his cartographic work of New France. In 1611, Dounot published his " Confutation de l'invention des longitudes", a very well-argued criticism of Dounot's work, which he accuses of not demonstrating his claims and rejecting them as false. Mercator was the first in the sixteenth century to attempt to determine longitude by measuring it. In parallel, the British doctor William Gilbert establishes the tables of this declination. Nautonnier's work is one of the first to speculate on the link between the longitude and the declination of the magnet. He defends the idea of two fixed magnetic poles, towards which the needle of the magnets is oriented permanently. Dounot, mathematics teacher in Paris and friend of Descartes, criticizes here Nautonniers theory on geomagnetism. Repeating and refuting point by point his theories and referring to the observations of navigators (including those made made in St Helena, Tristan de Concha and Canton in China). Finally, he devotes his last chapter to the criticism of Samuel Champlain's observations in New France using the mecrometry, not without some humor: "That the Sieur de Castel-Franc wanted to conclude universally for all the earth, my previous demonstrations will prevent it. For although he has five hundred Sieurs de Champlain observing in five hundred places of the earth, and all their observations agree with the mecometrie, I want only two or three small contrary observations to ruin everything. And that he says as long as he wants a swallow does not make spring, it only takes a particular induction to destroy a universal proposition. But I would like to know what certainty Sieur Champlain may have that a longitude observed by mecometrie in New France will be true? Will he not have found in Canada some Ptolemy manuscript, which contain the longitudes of the place?. "

DUHAMEL DU MONCEAU (Henri-Louis).

Élémens de l'Architecture navale, ou Traité pratique de la construction des vaisseaux, Par Duhamel du Monceau, de l'Académie Royale des Sciences, de la Société Royale de Londres, Honoraire de la Société d'Edimbourg, & de l'Académie de Marine, Inspecteur Général de la Marine.

A Paris, rue Dauphine, Chez Charles-Antoine Jombert, Libraire du Roi pour l'Artillerie & le Genie, à l'Image Notre-Dame. M. DCC. LIII. 1752. 1752 1 vol. in-4° (258 x 200 mm.) de : frontispice gravé, [2] ff., lv (notée vl), 132, i-xxvii, 133-420, [3] pp. 2 vignettes gravées (titre, dédicace), 9 bandeaux gravés par Ozanne, 24 planches dépliantes gravées. Nombreuses annotations contemporaines à l'encre brune dans les marges. Plein veau marbré d'époque, dos à nerfs orné, double-filet d'encadrement des plats à froid, tranches rouges, gardes de papier marbré. (dos et coins restaurés).

Édition originale du premier ouvrage considéré comme scientifique traitant de l'architecture navale. Duhamel du Monceau, encensé par Diderot qui voyait en lui le modèle du savant philanthrope, illustre ce qu'était un esprit ouvert aux Lumières. Ayant remarqué que la plupart des constructeurs travaillaient « au hasard et sans principe », l'auteur rédige cet ouvrage avec le souci de lever « le secret des constructeurs » jusqu'alors protégé jalousement pour préserver les positions acquises par certaines familles. Trois-quart de siècle après l'essai de Dassié, Duhamel du Monceau nous fournit le premier véritable traité imprimé de construction navale. Cette première édition, datée de 1752, comporte neuf chapitres qui traitent de la charpente, des proportions des vaisseaux, de la conception du navire, des méthodes suivies par les constructeurs, de la pesanteur du vaisseau, du volume que doit posséder la carène, de l'hydrostatique et enfin de l'hydrodynamique. Le succès est immédiat et considérable - l'ouvrage est rapidement traduit en anglais - si bien que cette première édition est suivie d'une deuxième, publiée en 1758 à laquelle l'auteur ajoute un dixième chapitre consacré à la stabilité du navire. A noter: Nombreuses annotations contemporaines à l'encre brune dans les marges prouvant son utilisation par un professionnel. Polak, 2859. 1 vol. in-4°. Engraved frontispiece, 24 plates. Contemporary full marbled calf. First edition of this standard work on naval architecture. Duhamel du Monceau founded the school for students of naval engineering and architecture at the Louvre. This work was intended for the training of the students at his school. He was appointed inspector-general of the French navy in 1739 and opened his school in 1741. This treatise was very successful and a second edition appears in 1758. Fine copy, with many contemporary annotations in brown ink in the margins proving its use by a professional.

DUVAL (Pierre).

Diverses cartes et tables pour la géographie ancienne, pour la chronologie et pour les itinéraires et voyages modernes.

Paris, chez l'Auteur, 1665. 1665 3 parties en 1 vol. in-4° oblong (207 x 280 mm.) de: I. 2 titres gravés, 27 cartes gravées et 2 ff. gravés non chiffrés (Lettres des nombres..., Les noms chez les anciens...); II. Titre gravé ("La chronologie en plusieurs tables..."), 4 pp. (avant propos), 15 tables gravées; III. 22 cartes gravées. ( l'exemplaire décrit dans Pastoureau, Duval VII comporte la 1ere partie avec une carte supplémentaire: "Imperii Romani Adolescentia" mais sans les 2 ff. gravés "Lettres des nombres..., Les noms chez les anciens..." et les parties II et III.) Plein veau d'époque, dos à nerfs orné. ( défauts d'usage aux coins).

Rare atlas dû au cartographe et géographe du Roi Pierre Du Val (1618-1683). Duval était le neveu du célèbre Nicolas Sanson. Il est à l origine de nombreuses cartes et atlas d'une grande qualité d'exécution dont : Table géographique de tous les pays du monde (1651) ou encore Le Monde, ou Géographie universelle, contenant la description et les cartes et les blasons des principaux pays du monde (1688). Le présent atlas est consacré à « La géographie ancienne pour la chronologie et pour les itinéraires et voyages modernes ». Duval y répertorie un total de 50 superbes cartes dune importance historique majeure comme : « La carte pour la guerre de Troye, tirée de Dictis de Crète et de Dares de Phrygie », « La carte de la navigation dUlisse » ou encore « La carte des conquêtes dAlexandre le grand ». Mais aussi des tables dinformations très pertinentes sur « Les noms chez les anciens romains », « Les lettres des nombres chez les romains » ou encore « Les noms des princes souverains de nostre siècle, en Europe ». Bel exemplaire. (liste complète des cartes sur demande). 3 parts in 1 vol. in-4°.I. 2 engr. t., 27 maps,; II. engr. t., 15 engr. tables; III. 22 maps. Contemp. calf. Rare atlas due to the cartographer and geographer of King Pierre Du Val (1618-1683). Duval was the nephew of the famous Nicolas Sanson. He published numerous maps and atlases of a great quality. (Table of all the countries of the world, 1651; The World, or Universal Geography, 1688). This atlas is devoted to the Ancient Geography for Chronology and for Modern Routes and Journeys. Duval lists a total of 50 beautiful maps of major historical importance such as: "The map for the Troye war, taken from Dictis of Crete and Dares of Phrygia", "The map of Ulisse navigation" or "The map of conquests of Alexander the Great". Also include: information tables on "The names among the ancient Romans ...", "The letters of numbers among the Romans" or "The names of the sovereign princes of our century, in Europe". Fine copy. (full list of maps on request).

FERRIOL (Charles, Marquis de) & LE HAY.

I. Recueil de cent estampes representant differentes Nations du Levant tirées sur les Tableaux peints daprès Nature en 1707. et 1708. par les Ordres de M. de Ferriol Ambassadeur du Roi à la Porte. Et gravées en 1712. et 1713. Par les soins de M. Le Hay. II. Explication des cent estampes qui représentent differentes nations du Levant avec de nouvelles estampes de ceremonies Turques qui ont aussi leurs explications.

I. Ce Recueil se vend à Paris, Chez le Sr. Le Hay, rue de Grenelle Faubourg St. Germain proche rue de la Chaise. Le Sr. Duchange Graveur du Roi rue St Jacques. Cars, rue Saint Jacques. Avec Privilège du Roi. 1714. II. A Paris, des Carracteres et de l'Imprimerie de Jacques Collombat, Imprimeur ordinaire des Bâtimens, Arts et Manufactures du Roy, rue Saint Jacques, au Pelican, 1715. Avec Prilege du Roy. 1714 1 vol. in-folio (495 x 340 mm.) de : [1] ff. (titre gravé), 100 planches dont 1 sur double page, numérotées de 1 à 100, [2] planches sur double page, [3] ff. (Titre imprimé, Préface, avertissement), 26 pp. (Explications des figures Contenues dans le Recueil des cent Estampes qui représentent les différentes nations du Levant avec Un supplément dEstampes ou lon voit des Cérémonies Turques), [1] f. de musique gravé (« Air sur lequel tournent les Derviches de Péra »). Plein veau glacé et moucheté, dos à six nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge, roulette dorée sur les coupes, tranches jaspées, gardes de papier marbré. (Coiffes discrétement restaurées, quelques feuillets légèrement roussis).

Edition originale de ce célèbre ouvrage en deux parties considéré comme le plus beau travail iconographique de l'époque sur la Turquie, assurément l'une des pierres angulaires de l'orientalisme naissant. Exemplaire comportant les deux parties en édition originale (1714 et 1715), avec le titre gravé daté 1714 pour la première partie et le titre imprimé daté 1715 pour la seconde, dont la préface annonce "Je souhaite que le Public soit aussi content de ce nouveau travail, quil la été des Cent Estampes déjà mises au jour ». (a seconde édition (Cars chez Basan) comporte une préface remaniée, et lajout d « Anecdotes de lAmbassade de M. De Ferriol ») Les planches de cet ouvrage furent commandées par Charles de Ferriol (1652-1722), lAmbassadeur français auprès de la Sublime Porte entre 1699 et 1709. Elles furent gravées daprès les uvres de lartiste flamand Jean-Baptiste van Mour (1671-1737 Constantinople) qui vécut et travailla de nombreuses années à Constantinople pendant la première moitié du 18ème siècle. Le peintre était venu à la demande du diplomate dès 1699 pour réaliser un ensemble de tableaux qui donnerait une image complète de la ville et de ses habitants. Cent uvres furent sélectionnées pour être lobjet de cette publication par Le Hay, qui fut aidé par Ferriol. Louvrage connut un succès immédiat, et ces planches devinrent rapidement linspiration des artistes comme des éditeurs de toutes les « turqueries » que lon vit fleurir à cette époque. En reconnaissance des talents de Van Mour, celui-ci fut nommé « Peintre ordinaire du Roi en Levant » en 1725. Le peintre resta à Istanbul où il dirigea un atelier florissant qui travaillait pour les autres ambassadeurs français ainsi que pour les voyageurs européens. Dans le présent ouvrage, les planches montrent Constantinople comme une ville cosmopolite, où Musulmans et non-musulmans se retrouvent autour des plaisirs ottomans. Des Arméniens, Francs, Grecs ou Persans sont représentés buvant du café, jouant du Mankeh (sorte de Backgammon) ou faisant de la musique. Une soixantaine de planches représente les Turcs : membres de la cour ottomane en habits officiels : la noblesse, les militaires, les pages et les cuisiniers ; mais aussi le peuple des villes en costume traditionnel (emirs, imam, effendi, derviche, vizir, janissaires, soldats, femmes jouant de la musique ou brodant, danseurs) et les petits marchands comme des « Vendeur de Caffé par les rues » ou le « Barbier ambulant » et le marchand de confitures. Quelques scènes typiques sont offertes au lecteur occidental, comme l« Amant turc qui se cicatrise le bras devant sa Maîtresse pour preuve de son amour » ou « Dgi-Guerdgi Albancris qui porte au Bezestein des Foyes de mouton pour nourrir les chats ». Le reste de luvre, attestant de la dimension cosmopolite de la ville, est consacré aux nationalités présentes dans lEmpire et à leurs costumes traditionnels : sont représentés les Grecs, les Albanais, les Juifs, les Hongrois, les Bulgares, les Tartares, les Arméniens, les Perses, les Indiens, les Arabes, les Africains et les Maures. Exemplaire bien complet des 103 planches gravées, dont "l'Enterrement turc" et le "Mariage turc", les Dervichs et de la planche de musique : "Air sur lequel tournent les Derviches de Pera". Exemplaire très frais et paré d'une jolie reliure dorigine, de cet ouvrage de référence qui inspira tant d'artistes européens jusquau 19ème siècle. Atabey 429; Blackmer 591; Brunet III 947-8; Cohen 392; Vinet 2335; Colas 1819-20. Cicognara, 1675. 1 vol. folio. 103 engraved plates (3 doubles). Contemporary calf. Original edition of both parts. Charles de Ferriol, who was the French Ambassador to the Sublime Porte from 1699 to 1709, commissioned the plates for this work. They are of particular interest since they cover both the Turkish Court, the military &c., as well as the various costumes of the people of the Empire: the Greeks, Armenians, Wallachians and so on. The images themselves were engraved after drawings by the Flemish artist Van Mour, an inhabitant of Constantinople at the beginning of the eighteenth century. This important work forms the "basic prototype for Levantine costume plates" (Atabey). Fine copy.

FORCE (Jean Aimar Piganiol de la).

Nouveau voyage de France, avec un itineraire, et des cartes . qui marquent exactement les routes quil faut suivre pour voyager dans toutes les provinces de ce Royaume.

Paris, Guillaume Desprez, 1755. 1755 2 vol. in-12° (175 x 100 mm.) de: xxi, [3], 392 pp., 7 cartes dépliantes; iv, 404 pp., 8 cartes dépliantes. Plein veau glacé d'époque, dos à nerfs orné, titres et tomaison de maroquin rouge et vert, tranches marbrées. (ensemble très frais).

Nouvelle édition en deux volumes de cet ouvrage de référence sur les itinéraires de voyage en provinces de France de Jean-Aimar Piganiol de La Force (1669-1753). Né à Aurillac, conseiller du Roy, contrôleur des guerres mais aussi gouverneur des pages du Comte de Toulouse, Piganiol de La Force est lauteur de nombreux ouvrages de géographie sur la France. Il publie notamment : « Nouvelle description des chasteaux et parcs de Versailles », « Nouvelle description de la France » ou encore « Description de Paris et de ses environs ». Dans cet ouvrage, il fait la description précise et détaillée de toutes les routes de France indispensables à connaître pour y voyager, à destination des français comme des étrangers. Les itinéraires sont au départ de Paris et sont accompagnés de cartes dépliantes représentant la route à suivre. L'ouvrage contient également quelques tables chronologiques ainsi que des informations historiques et touristiques sur ces destinations fameuses. Bel exemplaire. 2 vol. in-12°. 7 + 8 fold. maps. Contemp calf.New edition in two volume of this reference book on the travel routes to the French provinces by Jean-Aimar Piganiol de La Force (1669-1753). Born in Aurillac, councilor of the king, controller of the wars, Piganiol de la Force is the author of many works of geography on France. He published in particular: "New description of the chasteaux and parks of Versailles", "New description of France" or "Description of Paris and its surroundings". In the present work, he gives detailed description of all the roads of France essential to know to travel, for the French and the foreigners. The routes are from Paris and are accompanied by folding maps showing the route to follow. The book also contains some chronological tables as well as historical and tourist information on these famous destinations. Fine fresh copy.

GALLOIS (Napoléon M.)

Les Corsaires français sous la République et l'Empire.

Le Mans, Julien, Lanier et Cie libraires-éditeurs-Paris, Ledoyen, galerie d'Orléans, 1847 1847 2 vol. in-8° reliés en 1 (220 x 126 mm.) de: [2] ff. (ft., t.), 472 et [1] ff. (t.), 472 pp. Demi- basane verte, dos lisse orné et titré à l'on. (rousseurs).

Edition originale de cet ouvrage répertoriant les derniers Corsaires français. Son auteur, le journaliste et historien Léonard-Joseph-Urbain-Napoléon Gallois (1815-1874), a notamment travaillé au « Démocrate vendéen », qui fut supprimé après le coup d'état du 2 décembre 1851 et il est lauteur de quelques pièces de théâtre. Son ouvrage contient la liste des corsaires français sous la république et l'empire français ainsi que chacun de leurs vaisseaux classés par ville. Parmi eux le célèbre Robert Surcouf (1773-1827), qui, embarqué dès l'âge de 13 ans, fut lun des plus jeunes capitaines corsaire et harcela les marines marchandes et militaires britanniques, non seulement sur les mers de l'Europe, mais aussi sur celles de l'Inde. Un paragraphe entier est consacré à chacun, permettant de mieux cerné leur personnalité et leurs carrières. La table placée à la fin les regroupe par port darmement : calais, Boulogne, Dieppe, Fécamp, Le Havre, Honfleur, Cherbourg, Granville, Saint Malo, Morlaix, Brest, Lorient, Nantes, La Rochelle, Bordeaux, Bayonne et Saint Jean-De-Luz. Précieuse et très complète étude biographique sur le sujet. 2 vol. bound in 1. Contemp. half green sheep. First edition of this work listing the latest French privateers. Its author, the writer and historian Léonard-Joseph-Urbain-Napoléon Gallois (1815-1874), notably worked as a journalist for the "Démocrate vendéen, which was suppressed after the coup détat of December 2, 1851, and he is the author of several plays. His work contains the list of French corsairs under the republic and the French empire as well as each of their vessels classified by city. Among them is the famous Robert Surcouf (1773-1827), who had his first boarding at the age of 13, became one of the youngest captain captains and harassed the British merchant and military navies, not only on the seas of Europe but also those of India. An entire paragraph is devoted to each privateers, allowing a better understanding of their personality and their careers. The table placed at the end groups them by port: Calais, Boulogne, Dieppe, Fécamp, Le Havre, Honfleur, Cherbourg, Granville, Saint Malo, Morlaix, Brest, Lorient, Nantes, La Rochelle, Bordeaux, Bayonne and Saint -Jean-de-Luz. Precious and very complete biographical study on the subject.

GESTA ROMANORUM

Le violier des histoires rommaines moralisez sur les nobles gestes, faictz vertueulx et anciennes croniques des Rommaines fort recreatif et moral.

Paris: Jean de la Garde, [1521]. 1521 1 vol. in-folio (270 x 200 mm). Impression sur vélin, entiérement réglé, de: [4] ff., 95 ff. (sur 107: manquent 12 ff.: ix, x, xv, xvi, xxv, xxvii, xxviii, xxx, xxxiii, xxxiv, cii, cvii) ou : b3-4, c3-4, e1, e3-4, e6, f3-4, s1 et s6. 34 bois dans le texte encoloris d'époque, lettrines à l'or sur fonds bleu et rouge. ( fac-similé des 12 ff manquants joints à l'exemplaire). Pleine basanne 18ème, dos à nerfs orné muet. (coiffes et coins discrètement restaurés, titre frotté et salis ainsi que quelques feuillets).

Edition en français de ce recueil de contes et d'historiettes tires de plusieurs auteurs de l'Antiquité et du Moyen Age, seul exemplaire imprimé sur vélin et en coloris dépoque passé sur le marché ces 50 dernières années. Dauteur inconnu, « Gesta Romanorum » réuni une collection d'anecdotes médiévale à laquelle sont attachées des réflexions morales tirées de sources classiques et arabes, comme les fables de Bidpai, constituant un réservoir de contes moralisateurs connus sous le nom d' « exempla ». L'ancienne attribution de sa paternité à Berchorius ou Helinandus est aujourdhui contestée. Elles furent rédigée en latin, probablement par un religieux vers la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle. L'objet original de l'uvre semble avoir été de fournir aux prédicateurs une réserve d'anecdotes avec leurs applications morales. Chaque histoire comporte un titre se référant à une vertu ou vice, vient ensuite l'anecdote suivie dune morale. quatre éditions gothiques ont vu le jour de 1519 à 1533, avec parfois le titre ici présent de « Violier des hystoires rommaines ». Notre exemplaire, incomplet de 12 feuillets, comporte 34 illustrations en coloris dépoque. Elles représentent des scènes de vie, de cour, de chevalerie, de chasse, de table avec au verso du ff. xciii une remarquable représentation de la ville sainte intitulée « Cité de Jerusalem celeste ». Exemplaire très désirable malgré ses lacunes. 1 vol. in-folio. 4 + 95 ff. ( of 107) printed on vellum and contemporary colored. 18th cent. sheep. French edition of this collection of tales and stories taken from several authors of Antiquity and Middle Ages, the only copy printed on vellum and in contemporary colors passed on the market these last 50 years. Of unknown author, "Gesta Romanorum" brings together a collection of medieval anecdotes to which are attached moral reflections from classical sources and Arabic, such as the fables of Bidpai, constituting a reservoir of moralizing tales known as "exempla ". The old attribution of his paternity to Berchorius or Helinandus is disputed today. They were written in Latin, probably by a religious in the late 13th or early 14th century. The original object of the work seems to have been to provide preachers with a store of anecdotes with their moral applications. Each story has a title referring to a virtue or vice, then comes the anecdote followed by a moral. four other Gothic editions appeared from 1519 to 1533, sometimes with the present title of "Violier des hystoires rommaines". Our copy, incomplete of 12 sheets, includes 34 illustrations in period colors. They represent scenes of life, court, chivalry, hunting, table ... with on the back of the ff . xciii a remarkable representation of the holy city entitled "City of Jerusalem celeste". A very desirable copy despite its lakes .

GIROLAMO (Cardano).

De Subtilitate Libri XXI. Nunc demum ab ipso autore redogniti, atque perfecti.

Lyon, Guillaume Rouillé, 1559. 1559 1 vol in-12° de: 718 pp., [28] ff.(index). Erreurs de pagination. Nombreux bois sculptés, diagrames geomériques, astrologiques. Devise de l'imprimeur sur la page de titre (lugdunu, in virtute et fortuna). Plein vélin ancien (restauré), dos lisse. (Provenance: ex-dono manuscrit en page de garde, en dessous: ex-libris gravé Dr François Moutier, et plusieurs ex-libris manuscrits et annotations sur le titre).

Vaste et audacieuse encyclopédie à la fois archaïque et visionnaire des connaissances de son temps due à litalien Girolamo Cardano dit Caran (1501-1576) uvre complète des sciences naturelles, considérée comme la présentation la plus avancée de la connaissance physique jusqu'à son époque. Girolamo Cardano était un éminent philosophe de la Renaissance italienne, à la fois mathématicien, médecin, biologiste, physicien, chimiste, astrologue, astronome, philosophe. Souvent considéré comme le plus grand mathématicien de la Renaissance, Cardano fut l'un des fondateurs de la théorie des probabilités (inspiré par sa passion pour les jeux de cartes et les dés) et le premier à introduire les coefficients binomiaux et le théorème binomial dans le monde occidental. Aujourd'hui, la renommée de Cardano repose principalement sur ses réalisations en algèbre, y compris la première utilisation systématique des nombres négatifs, et l'utilisation implicite des nombres complexes dans son plus grand travail mathématique Ars Magna (1545), où il a utilisé des racines carrées de nombres négatifs les équations cubiques. De Subtilitate Libri XXI, "écrit dans un latin elliptique et souvent obscur, contient un peu de tout: de la cosmologie à la construction des machines; de l'utilité des sciences naturelles à l'influence des démons; des lois de la mécanique à la cryptologie. C'est une mine de faits, à la fois réels et imaginaires; de notes sur l'état des sciences; de la superstition, de la technologie, de l'alchimie et de diverses branches de l'occulte. Les similitudes entre les opinions scientifiques exprimées par Cardano et celles de Léonard de Vinci, à cette époque inédites, ont conduit certains historiens, en particulier Pierre Duhem, à supposer que Cardano avait utilisé les notes manuscrites de Léonard. Louvrage est illustré de nombreux diagrammes et shemas dinstruments de chimie dans le texte et parfois dans les marges. 1 vol in-12°. numerous woodcut illustrations in text, including geometrical and astronomical diagrams. Contemp. vellum (restaured). Early edition of this vast and daring encyclopaedia at once archaic and visionary of the knowledge of his time due to the Italian Girolamo Cardano known as Cardan (1501-1576) complete work of the natural sciences, considered as the most advanced presentation of the physical knowledge to his time. Girolamo Cardano was an eminent philosopher of the Italian Renaissance, a mathematician, a physician, a biologist, a physicist, a chemist, an astrologer, an astronomer and a philosopher. Often considered the greatest mathematician of the Renaissance, Cardano was one of the founders of probability theory (inspired by his passion for card games and dice) and the first to introduce binomial coefficients and the binomial theorem in The Western world. Today, Cardano's fame rests primarily on his achievements in algebra, including the first systematic use of negative numbers, and the implicit use of complex numbers in his greatest mathematical work Ars Magna (1545), where he used square roots of negative numbers cubic equations. De Subtilitate Libri XXI, written in an elliptical and often obscure Latin, contains a bit of everything: from cosmology to the construction of machines, from the utility of the natural sciences to the influence of demons, from the laws of mechanics to cryptology is a mine of facts, both real and imaginary, notes on the state of science, superstition, technology, alchemy and various branches of the occult. between the scientific opinions expressed by Cardano and those of Leonardo da Vinci, at that time unpublished, led some historians, especially Pierre Duhem, to suppose that Cardano had used the handwritten notes of Leonardo. The book is illustrated with numerous diagrams and shemas of chemical instruments in the text and sometimes in the margins.

GRAINCOURT (Antoine Noel Benoit).

Les Hommes Illustres de la Marine Françoise, leurs actions mémorables et leurs portraits.

Paris, Jorry Louis, 1780. 1780 1 vol. in-4° ( 250 x 190 mm.) de: 399 pp. et 17 portraits hors texte dessinés par Gaincourt et gravés par Hubert, toutes aquarellées d'époque. Demi-veau à coin 19éme, plats recouverts de papier marbré vert, dos lisse et orné. (tâches et défauts d'usage, intérieur frais).

Rare exemplaire en coloris d'époque de cet ouvrage dû au dessinateur et peintre Antoine Graincourt (1748-1823). Captivante suite de monographies donnant portrait et faits d'armes parfois très détaillés dofficiers de marine et de corsaires français qui se sont illustrés entre 1643 à 1762, dont : Jean Bart, Duquesne, Dupleix, Rochambaut, Duguay Trouin, Forbin, Tourville... Les 17 gravures sur cuivre, dessinées par l'auteur et gravées par Hubert, sont ici toutes aquarellées dans des coloris très frais. La publication de louvrage plut au Roi, et lannée suivante, Graincourt fut chargé de peindre, pour le dépôt de la marine à Versailles, une série de quarante portraits grandeur nature, représentant dix-neuf Ministres, six amiraux de France et quatorze marins français célèbres. Mais son travail fut interrompu par la Révolution et seuls 33 portraits furent achevés. Superbe exemplaire, à notre connaissance le seul en couleurs passé sur le marché ces trente dernières années. 1 vol. in-4°. 17 colored engr. portraits. 19th c. half calf. Rare contemporary colored copy, of this work due to the draftsman painter Antoine Graincourt (1748-1823). Captivating suite of monographs giving portrait and sometimes very detailed acts of arms of naval officers and French corsairs who distinguished themselves between 1643 to 1762, including: Jean Bart, Duquesne, Dupleix, Rochambaut, Duguay Trouin, Forbin, Tourville... The 17 engravings, drawn by the author and engraved by Hubert, are here all watercolored in very fresh contemporary colors. The publication of the work pleased the King, and the following year, Graincourt was commissioned to paint, for the dépot of the Navy at Versailles, a series of forty life-size portraits, representing nineteen Ministers, six admirals of France, and fourteen famous French sailors. But his work was interrupted by the Revolution and only 33 portraits were completed. Superb copy, to our research the only colored that apeared on the market over the last thirty years.

HARTGERS (Joost), editeur [DONCK, Adrien vander (1620-1655); Joannes de LAET (1593-1649) and Johannes MEGAPOLENSIS]

Beschrijvinghe van Virginia, Nieuw Nederlandt, Nieuw Engelandt, en deylanden Bermudes, Berbados, en S. Christoffel. Dienstellijck voor elck een derwaerts handelende, en alle vorthplanters van nieuw Colonien.

Amsterdam, Joost Hartgers, 1651. 1651 1 vol in-4° (182 x 145 mm) de: 1 carte sur double page en frontispice ; 88 pp. (dont titre) ; 6 planches gravées dans le texte. (carte doublée avec petit manque au coin inférieur gauche, titre rogné court en bas éffleurant le texte et petit comblement en bordure du ff. 5-6, salissures et légères traces de mouillures) Plein veau d'époque, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, tranches jaspées rouges (dos restauré avec dos ancien conservé, manques de cuir aux coins)

Première édition, dune insigne rareté, comportant la première représentation connue de Manhattan. Louvrage est une compilation extraite en grande partie de « Vertoogh van Nieu-Neder-Land » de A. van der Donck (publié pour la première fois à La Haye en 1650) et de « Beschrijvinghe van West-Indien » de J. de Laet ( Leyde, 1630). À ceux-ci ont été ajoutés le traité sur les Mohawks « Een kort ontwerp », d'abord publiée ca. 1644, par de Johann Megapolensis, Jr., dont le seul exemplaire connu est à la bibliothèque universitaire de Gand. Un examen de la gravure représentant Manhattan permet de voir que limage à été inversée lors de la gravure de la plaque, comme cest souvent le cas : le fort étant normalement situé sur la rive ouest de l'île, alors que sur la gravure, il est du coté est. Les historiens datent cette vue d'avant 1628, en raison de l'absence d'un deuxième moulin à vent qui fut achevé le 11 août de cette année. En outre, le nombre de maisons semble correspondre au nombre décrit par Wassenaer pour l'année 1626. DONCK, Adrien vander (1620-1655); Joannes de LAET (1593-1649) and Johannes MEGAPOLENSIS (1603-1670)]; Church, 510; 1 vol in-4°. Double-page map of Virginia, New Netherland and New England with inset of Bermuda (lined on verso), 6 half-page engravings in text. Contemp calf. First edition, of a utmost rarity, featuring the first known representation of Manhattan. The work is a compilation largely derived from A. van der Donck's "Vertoogh van Nieu-Neder-Land" (published for the first time in The Hague in 1650) and from "Beschrijvinghe van West-Indien". de Laet (Leiden, 1630). To these were added the treatise on the Mohawk "Een kort ontwerp", first published ca. 1644, by Johann Megapolensis, Jr. (only known copy: University Library of Ghent). An examination of the engraving representing Manhattan shows that the image was inverted during the etching of the plate, as it is often the case: the fort is normally located on the west shore of the island, while on the engraving, it is on the east side. Historians date this view from before 1628, due to the lack of a second windmill, which was completed on August 11th of that year. In addition, the number of houses seems to correspond to the number described by Wassenaer for the year 1626.

JAILLOT (Alexis Hubert)

Atlas nouveau contenant toutes les parties du monde, ou sont exactement remarqués les empires, monarchies, royaumes, estats, republiques & peuples qui sy trouvent & present.

Paris, Hubert Jaillot [Amsterdam: Pierre Mortier], 1696. 1696 2 vol. in-plano (655 x 522 mm) de: Volume 1 : 1 table manuscrite ; [3] ff. (titre et table gravés en coloris, titre à lencre rouge et noir avec vignette gravée en coloris) ; 45 cartes en coloris (dont 42 sur double page, 2 à pleine page et 1 dépliante) ; [13] ff. (planches gravées dans plans des villes ; 1 plan gravé sur double page de Paris et sa table ; [45] ff. (tables des cartes). Volume 2 : 1 table manuscrite, [1] f. (titre gravé en coloris) ; 57 cartes en coloris (34 sur double page dont une très grande dépliante) ; [11] ff. (planches gravées des plans des villes) ; [58] ff. (tables des cartes). (petites traces de mouillures à la base du volume 1) Plein veau dépoque, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, encadrement de filets dorés sur les plats avec motif central représentant une sphère armilaire dans un entrelat végétal. (défauts d'usage, coins et coiffes anciennement restaurés, marquage du cuir aux gardes et contre-gardes et petites tâches brunes à la base du volume 1)

Bel exemplaire en coloris dépoque de la seconde édition de cet atlas par Mortier. L'éditeur d'Amsterdam Mortier vécut à Paris entre 1681 et 1685. Il connaissait bien les cartes de Sanson / Jaillot. Mortier et Huguetan publient trois éditions successives de leur contrefaçon de lAtlas Nouveau. Les deux premières sont de 1692 et de 1696. La première édition reproduit fidèlement louvrage français, et le nom de Mortier ny figure en aucun endroit. La majeure partie des cartes de lAtlas Nouveau de Mortier et Huguetan sont des contrefaçons fidèles des cartes de lédition française. Mortier singénie a compléter et à développer lAtlas Nouveau: 99 cartes en 1692, 111 en 1696 et 168 dans la dernière édition. L'Atlas comprend une carte du monde Mappe-Monde Géo-Hydrographique, ou Description Générale du Globe Terrestre et Aquatique en Deux-Plans Hémisphères. [Amsterdam,] 1691, montre la Californie comme une île, et des parties de la Nouvelle-Zélande et de l'Australie. "Les deux hémisphères sont dessinés à l'échelle agrandie, gravés avec distinction, et généralement imprimés sur du papier de grande qualité. 2 vol. in-plano. Hand-colored engr. titles, 104 engraved maps mounted on guards, comtep colored. (78 double-page and 3 folding), 1 double-page plan of Paris, 104 engraved tables, 89 small maps and views on 23 sheets. Contemporary calf. Fine copy in period colors of the second edition of this atlas by Mortier. The publisher of Amsterdam Mortier lived in Paris between 1681 and 1685. He knew the maps of Sanson / Jaillot well. Mortier and Huguetan publish three successive editions of their counterfeit Atlas New. The first two are from 1692 and 1696. The first edition faithfully reproduces the French work, and the name of Mortier does not appear in any place. Most maps of the New Atlas of Mortier and Huguetan are faithful counterfeit maps of the French edition. Mortier strives to complete and develop the New Atlas: 99 maps in 1692, 111 in 1696 and 168 in the last edition. The Atlas includes a map World Map-World Geo-Hydrographic, or General Description of the Earth Globe and Aquatic Two-Plan Hemispheres. [Amsterdam,] 1691, shows California as an island, and parts of New Zealand and Australia. The two hemispheres are drawn on an enlarged scale, engraved with distinction, and usually printed on high quality paper.

KOLB (Peter). Jean BERTRAND, translator.

Description du Cap de Bonne-Esperance, où lon trouve tout ce qui concerne lhistoire naturelle du pays; la religion, les moeurs & les usages des Hottentots et létablissement des Hollandois.

Amsterdam, Jean Catuffe, 1742. 1742 3 volumes in 8° (172 x 98 mm.) de: [2] ff. (faux titre, titre) ; XIII ; [1] p. ; [5] ff. ; 428 pp. ; [1] pp. ; 8 pl. ht ; [10] ff (faux titre, titre) ; 320 pp. ; 2 pl. ht ; 6 cartes et vues dépliantes ; [8] ff. (dont faux titre et titre gravé) ; 262 pp. ;14 pl. ht dhistoire naturelle. Plein veau moucheté d'époque, dos à nerfs ornés, titres et tomaisons de maroquin brun, tranches rouges.

Première édition française de la description détaillée et richement illustré du Cap de Bonne-Espérance, traduite par Jean Bertrand daprès l'édition allemande de 1719 de Peter Kolb (1675-1726), ici particulièrement richement illustré de nouvelles gravures. Les grandes cartes dépliantes donnent un aperçu du Cap, de la côte Est, la colonie du Cap et plus encore. Les panneaux impressionnants avec une vue d'ensemble du Cap de Bonne-Espérance, ses habitants, les populations autochtones, les plantes et les animaux, y compris les rhinocéros, zèbres, éléphants, autruches et bien d'autres. Lensemble donne un total de 24 planches et 6 cartes dépliantes. 3 vol. in-8°. Engraved plates and maps, some folding, titles printed in red and black. Contemporary sprinkled calf. Second edition in French, after the first edition in German of 1719, and the first edition in French of 1741, and including information about the Khoikhoi people.

LA CONDAMINE (Charles Marie de).

Journal du Voyage fait par ordre du Roi à l'Équateur, servant d'Introduction historique à la Mesure des trois premiers degrés du Méridien; II. Mesure des Trois Premiers Degrés du Méridien dans lHémisphere Austral. + Nouveau Projet dune Mesure invariable, propre à devenir universelle. Extrait dun Mémoire lû à lassemblée publique de lAcadémie des Sciences, le 24 Avril 1748. (S;L.N.D.); III. Supplément au Journal Historique du Voyage à l'Equateur, et au Livre de la Mesure des Trois Premiers degrés du Méridien : servant de réponse à quelques Objections. Par M. De La Condamine.

Paris, Imprimerie Royale, Durand, et Pissot, 1751, 1752, 1754. 1751 3 vol. in-4° (257 x 193 mm.) de : I. [1] f. (Titre), xxxvi (Préface, Sommaire des années, Errata), 280, xv (Table) pp. 1 carte dépliante (Province de Quito) 5 planches numérotées (4 dépliantes, dont la Carte des Routes), 1 f. hors-texte gravé dépliant (p. 163, "Observationibus"), 1 bandeau gravé ; II. [6] ff. (Titre, avertissement, fautes, table), 266 pp., 3 pl. dépliantes, viii pp. (table) + viii pp. (Nouveau Projet dune Mesure invariable...); [2] ff. (t., approbation), viii pp. (Avertissement), 222 pp., xxviii pp. (Piéces justificatives, table), [1] f. (errata). Plein veau d'époque, dos à cinq nerfs orné, gardes de papier marbré, tranches rouges. (Exemplaire particulièrement frais, à grandes marges).

Rare ensemble en reliure uniforme dépoque, de ces trois textes en édition originale relatifs a cet extraordinaire périple scientifique en Amérique du Sud envoyée pour résoudre la polémique sur la forme de la terre par le calcul des Méridiens. Après une brève carrière militaire, Charles-Marie de La Condamine (1701-1774) se tourna vers les sciences, étudiant les mathématiques, la physique, chimie et mécanique, etc. Il fut reçu à lAcadémie des Sciences en 1730. Lannée suivante, il sembarqua pour son premier voyage avec lescadre de Duguay-Trouin pour les Echelles du Levant (ports méditerranéens de lEmpire ottoman), et visite alors Alger, Tripoli, Tunis, Alexandrie, Jérusalem, la Terre Sainte, Chypre, Constantinople, etc. En 1735, lAcadémie des Sciences envoie deux expéditions pour déterminer par la mesure des méridiens la forme exacte de la terre. La première expédition, composée de Maupertuis, Clairaut et le Monnier se rendit à Lapland pour relever différentes mesures au niveau du cercle polaire arctique. La Condamine, grâce à lintervention de Voltaire qui le tenait en très haute estime, rejoignit la seconde, composée de Bouguer, Godin et qui devait rejoindre le Pérou et Quito pour sa position très proche de lEquateur. A leur arrivée, léquipe se sépara pour enrichir les rapports, et La Condamine prit le chemin de Quito avant de remonter lAmazone, devenant le premier scientifique à explorer cette partie de lAmérique du Sud. Lors de ce périple, La Condamine releva les données qui lui permirent détablir la carte de Quito et collecta plus de 200 objets dhistoire naturelle quil offrit à Buffon à son retour, dont le caoutchouc sur lequel il publia un mémoire faisant pour la première fois connaître ses propriétés (1751). Il rapporta également la première description du quinquina dont est extraite la quinine. Le 6 septembre 1743, lexpédition atteint le fort de Para au Brésil doù La Condamine rejoignit Cayenne où il fit quelques observations astronomiques avant de sembarquer pour la France. A son retour à Paris, il publie en 1745 une « relation abrégée » de son voyage, deux ans après la parution de celui de Bouguer. Les deux étaient contradictoires, Bouguer soutenant la thèse de Descartes et Cassinis (prolate ellipsis) tandis que La Condamine, défendait celle de Newton et Huygens (oblate ellipsoid), et la polémique fut vive. Son ouvrage et la comparaison des mesures rapportées par les différentes expéditions par les Membres de lAcadémie permirent de prouver la théorie de Newton, à savoir que la terre nest pas sphérique mais écrasée au niveau des pôles. La Condamine publiera ensuite les présents volumes, dont Le « Supplément au Journal » , sa réponse aux objections que Bouguer lui adressa à travers ses « Justifications » parues en 1752. Dans son « Nouveau Projet dune Mesure invariable, propre à devenir universelle », relié à la fin du volume II, La Condamine propose une mesure universelle de la longueur qui équivaudrait à la longueur d'un pendule battant une fois par seconde à l'équateur. Le « Journal » lui-même se conclut sur une Histoire des Pyramides de Quito. Il est illustré de la carte dépliante de la Province de Quito, ainsi que de celle des routes, de quatre planches gravées, notamment « Vue de la base mesurée dans la plaine dYarouqui », « Plan de Quito », « Profil et élévation des deux pyramides », ainsi que dun tableau et dun bandeau. Exemplaire très frais . Norman 1249 (Mesure) & 1250 (Journal); Sabin 38479 (Journal), 38483 (Mesure), & 38490 (Supplement). 3 works in 3 vol. in- 4°. Engraved title-vignette in vol. 2, large engraved folding map, 8 plates (7 folding), head- and tail-pieces, one folding table. Contemp. calf. Scarce set in uniform binding period, of these three texts, in first edition, related to an extraordinary scientific journey in South America sent to solve the controversy over the shape of the earth by the calculation of Meridians. After a short military career, Charles-Marie de La Condamine (1701-1774) turned to science, studying mathematics, physics, chemistry and mechanics, and so on. He was received at the French Academy of Sciences in 1730. In 1735, the Academy of Sciences sent two expeditions to determine by the meridian measurement the exact form of the earth. The first expedition, composed of Maupertuis, Clairaut and the Monnier went to Lapland to take different measurements at the level of the Arctic Circle.La Condamine joined the second, composed of Bouguer, Godin. This expedition join Peru and Quito for its position very close to Ecuador. On their arrival, the team split to enrich there observations. La Condamine took the road to Quito before going up the Amazon, becoming the first scientist to explore this part of South America. During this trip, La Condamine retrieved the data that enabled him to draw up the map of Quito and collected more than 200 objects of natural history which he offered to Buffon on his return, including the rubber on which he published a memoir for the first time to know its properties (1751). He also reported the first description of cinchona from which quinine is extracted. On September 6, 1743, the expedition reached Para Fort in Brazil. La Condamine then reached Cayenne where he made some astronomical observations before sailing to France. Back to Paris, he published in 1745 an "abridged relation" of his trip, two years after the publication of Bouguer's. Both were contradictory, Bouguer supporting the thesis of Descartes and Cassinis (prolate ellipsis) while La Condamine defended that of Newton and Huygens (oblate ellipsoid), and the controversy was lively. His work and the comparison of the measurements reported by the various expeditions by the Members of the Academy, allowed Newton's theory to be proved, namely that the earth is not spherical but crushed at the poles. La Condamine then published the present volumes, including The "Supplement to the Journal", his response to the objections that Bouguer addressed to him through his "Justifications" published in 1752. In his "New Project of an invariable Measure, apt to become universal" , bound at the end of Volume II, La Condamine proposes a universal measure of the length which would be equivalent to the length of a pendulum beating once a second at the equator. The "Journal" itself ends with a History of the Pyramids of Quito. It is illustrated with the folding map of the Province of Quito, as well as that of the roads, with four engraved plates. Very fresh copy.

LA CONDAMINE (Charles-Marie de).

Relation abrégée d'un voyage fait dans l'intérieur de l'Amérique Méridionale. Depuis la Côte de la Mer du Sud, jusqu'aux Côtes du Brésil & de la Guiane, en descendant La Rivière des Amazones ; lue à l'Assemblée publique de l'Académie des Sciences, le 28 avril 1745.

Paris, chez la Veuve Pissot, 1745. 1745 1 vol. in-8° (197 x 125 mm) de [2 ff.] (Titre, Extrait des Registres de lAcadémie Royale des Sciences, du 7 novembre 1745), xvi pp. (préface), 216 pp., [2 ff.] (privilège du Roi) ; une carte dépliante (Cours du Marangnon ou de la Grande rivière des Amazones). Plein veau d'époque, dos à nerf orné. (coiffes discrétement restaurées), tranches rouges, pièce de maroquin rouge.

Edition originale de cette présentation du voyage lue à l'Académie des Sciences. En 1735, Voltaire usa de toute son influence pour faire admettre Charles-Marie de La Condamine (1701-1774) dans lexpédition de Godin et Bouguer vers lEquateur. Lobjectif de lexpédition était de relever un degré de latitude dans les régions équatoriales du Pérou afin de déterminer la taille et la forme exacte de la terre. Cette mesure historique, qui a pris près dune décennie, démontra la théorie de Newton que la terre nest pas sphérique mais écrasée au niveau des pôles. Sur le chemin du retour, les chefs de lexpédition choisirent de suivre des routes séparées pour étoffer encore plus leurs rapports. La Condamine choisit la voie dangereuse de traverser le Brésil par lAmazone. La carte gravée accompagnant le texte fut dessinée par La Condamine, et cest la première où les latitudes sont observées. Il en rapporta le caoutchouc et la première description de larbre « quinquina ». La petite expédition atteignit le 6 septembre 1743 le fort brésilien de Para. De là, La Condamine rejoignit Cayenne avant de sembarquer, lannée suivante, pour la France. Il fit quelques observations astronomiques à Cayenne et regagna la France en 1744. Beau parleur et écrivain habile, La Condamine était très apprécié dans les salons. Outre ses travaux sur lexpédition, il publia une relation de son voyage sur lAmazone, des écrits sur la vaccination contre la variole (1754, 1758, 1765) et un mémoire faisant connaître pour la première fois les propriétés du caoutchouc (1751). Il entra à lAcadémie française en 1760. Sa curiosité était proverbiale : il mourut des suites dune opération audacieuse quil avait voulu faire tenter sur lui-même. Sabin 38484 ; Palau 129370 ; Borba de Moraes, p. 446. 1 vol. in-8°. Contemp. calf. 1 fold. map. La Condamine was the geographer of the French Scientific Expedition to South America, sent by the king to measure the arc of the meridian at the Equator in order to be able to determine more accurately the dimensions of the planet. Having completed their measurements, each member of the expedition went their own way. La Condamine chose to return by the way of the Amazon, and then produced the first scientific exploration of this great river. His narrative is full of interesting and curious observations. The folding map is the first detailed map of the Amazon published. Fine copy.

LA PEROUSE (François Galaup, Comte de).

Voyage de La Perouse autour du monde, publié conformément au décret du 22 avril 1791, et rédigé par M. L.A. Milet-Mureau, Général de Brigade dans le corps du Génie, Directeur des Fortifications, Ex-Constituant, Membre de plusieurs Sociétés littéraires de Paris.

Paris, Imprimerie de la République, an V, (1797). 1797 5 vol. dont 4 vol. de texte in-4° (240 x 304 mm.) : de I. [2] ff., 1 frontispice (portrait de La Pérouse), lxxii pp., 346 pp., [1] f. ; II. [2] ff., 398 pp., [1] f. ; III. [2] ff.], 422 pp., [1] f. ; IV. [2] ff., 309 pp. ; 1 vol. d'atlas in-plano. (575 x 425 mm.) : composé d'un frontispice gravé par Moreau le jeune et de 69 planches gravées d'après les dessins de La Martinière, Prévost et Duché de Vancy. Cartonnages recouverts de papier à la colle fauve, étiquettes de titrage imprimées. ( salissures et défauts d'usage à la reliure, traces de mouillures l'extrémité de la marge extérieure à quelques planches et a l'angle d'un vol de texte, sinon très propre).

Edition originale de la plus fameuse des explorations maritimes françaises du 18ème siècle. Parmi les navigateurs français du 18ème siècle qui ont exploré le globe, il n'en est pas dont le nom soit plus populaire que celui de La Pérouse ; peut-être faut-il attribuer une partie de cette célébrité peu commune à la funeste issue de son expédition. Sur instructions personnelles de Louis XVI, le directeur général des ports et arsenaux, Claret de Fleurieu, décida denvoyer une expédition pour compléter les travaux de Cook et de Clarke et rechercher un passage au nord-ouest de lAmérique. Louis XVI dressa lui-même le plan du voyage et confia cette mission à Jean-François de Galaup, comte de La Pérouse (Albi, 1741- ?): Le brillant officier de marine qui venait de sillustrer dans la baie d'Hudson pendant la guerre d'indépendance des Etats-Unis et dêtre promu au grade de capitaine, avait su gagner la confiance et lamitié du Roi, du duc de Castries (ministre de la Marine) et de Fleurieu. Après une minutieuse et intense préparation suivie de prêt par Louis XVI, La Pérouse quitte Brest le 1er août 1785 à la tête des deux corvettes, la Boussole et lAstrolabe, en direction du Cap Horn. A son bord : une précieuse équipe de chirurgiens, ingénieurs, physiciens, géographes, botanistes, astronomes, dessinateurs qui a la tâche de mener à bien la plus vaste entreprise scientifique, politique, économique et commerciale du siècle. En 1786, La Pérouse aborde lîle de Pâques : il exprime son admiration pour ces « bustes de taille colossale » et note le caractère peu farouche des femmes. Il part ensuite vers lAlaska et accoste au Port des Français le 2 juillet 1786 où plusieurs membres de léquipage meurent noyés, emportés par une violente marée. Il les fait enterrer sur lîle du Cénotaphe (doù son nom) et y joint une bouteille contenant la liste des naufragés. Après avoir longé les côtes de la Californie et observé la flore et la faune, la flotte sengage sur les mers de Chine et du Japon que nul voyageur navait encore atteint : La Pérouse établit dexcellentes relations avec les populations mais est quelque peu répugné par les murs des Tartares. Lorsquil parvint aux îles Samoa, fin 1787, les indigènes massacrèrent 13 membres de léquipage, dont son second et ami Fleuriot de Langle (cf. Planche 66). Les navires continueront jusquen Australie, et cest de ce pays, et plus précisément de Botany-Bay, que La Pérouse écrivit le 7 février 1788, sa dernière lettre au ministre de la marine (confiée aux Anglais de l'expédition du gouverneur Philipp), avant de faire naufrage en mars 1788, près de lîle de Vanikoro, située entre les Salomon et le Vanuatu. Malgré la tourmente révolutionnaire, on envoya, en 1791, le contre-amiral DEntrecasteaux à la recherche des survivants de l « expédition La Pérouse », mais ces efforts furent vains, et dEntrecasteaux mourut prématurément au cours du voyage. Néanmoins, le roi Louis XVI continua à manifester son intérêt pour le sort de lexpédition : ainsi l'histoire a retenu que, avant de monter sur léchafaud, il demandait encore : « A-t-on des nouvelles de M. de La Pérouse ? ». Ce nest quen 1827, soit 40 ans après leur disparition, que les épaves des deux navires seront retrouvés par lAnglais Peter Dillon sur latoll de Vanikoro. Lexplorateur Dumont dUrville rapportera ensuite des vestiges de leur cargaison qui seront exposés au musée de Marine et dethnographie du Louvre, créé en 1827, notamment pour honorer la mémoire des grands navigateurs et pour illustrer leurs voyages. Aujourdhui, des campagnes de fouilles archéologiques sont organisées ; ainsi, le travail effectué sur les deux épaves de Vanikoro en 2005 devrait permettre enfin de les identifier et de lever une part du mystère qui, plus de deux siècles après la tragédie, entoure encore le sort de l'expédition de La Pérouse. Le présent ouvrage et son atlas sont encore à ce jour les seuls écrits subsistants de lexpédition : La Pérouse avait eu la présence desprit, après son escale au Kamtchatka, en septembre 1787, de confier à son interprète et historiographe, Barthélemy de Lesseps (oncle de Ferdinand de Lesseps), la charge de rapporter son journal de France. Ce sera chose faite, au terme dun périple extraordinaire dans lempire russe. Ainsi, les précieuses observations de La Pérouse ramenées par Lesseps, complétées par les derniers documents remis par lexplorateur à un navire anglais, serviront de base à la publication dirigée par M. Milet-Mureau 10 ans plus tard. Séduisant exemplaire en cartonnage éditeur. 4 vols. 4to. (text), portrait. 1 vol. plano. (Atlas). Engraved title, 69 plates. Original edition. La Perouse's expeditionary voyages of 1785 to 1788, were one of the most important scientific explorations ever undertaken in the Pacific region. Ordered by the French government to follow up and further Cook's work, La Perouse rounded Cape Horn, after a refit in Chile made for the Hawaiian Islands and then crossed the Pacific to Macao via Manila, from where he explored the Sea of Japan and the Strait that now bears his name. After sending his accounts and charts overland with de Lesseps, La Perouse turned south reaching first Samoa where he discovered several unknown islands, finally arriving at Botany Bay. After a six weeks stay at Botany Bay La Pérouse weighed anchor on 10 March 1788 and sailed north and he and his crew were never seen again. Some 40 years later is was discovered that La Pérouse had been shipwrecked on the island of Vanokoro, one of the Santa Cruz Islands.The results of the expedition as recorded in the documents that reached Paris overland were impressive. La Pérouse made valuable contributions to the history of geographical discoveries, especially with regard to the American coast and the natives of America. The expedition visited - and accounts are given of - Easter Island, Hawaii, Macao, Formosa, and the Aleutian Islands, Samoa, Tonga and Australia (important dispatches were also sent to France from Botany Bay to record the last part of the trip). Fine complet set. Sabin, 38960 ; Ferguson, 268.

LAVOISIER (Antoine-Laurent).

Traite Elementaire de chimie, presente dans un ordre nouveau et d'apres les decouvertes modernes.

Paris, Chardon for Cuchet, 1789. 1789 2 vol. in 8° reliés en 1 (205 x 125 mm) de : XLIV; 653 pp.; VIII; 2 pp.; quelques tableaux dans le texte dont 1 dépliant ; 13 planches dépliantes. Demi basane d'époque, dos lisse orné, titre de maroquin rouge, plats recouverts de papier bleuté. (Contemporary French calf-backed boards, morocco lettering-piece). (coiffes supérieur restaurée, rousseurs).

Seconde édition de ce traité d'une importance majeure par Lavoisier (1743-1794). Cette édition contient des tableaux et plusieurs extraits des registres de l'Académie des sciences et d'autres sociétés savantes, non compris dans le premiere édition, dont on ne connaît que deux exemplaires. Considéré comme laboutissement de la réalisation de Lavoisier, ce traité de chimie posa les fondements de la chimie moderne et balaya les derniers vestiges de l'alchimie, supprima la théorie phlogistique qui avait entravé les progrès de la chimie au XVIIIe siècle. Lavoisier y expose ses contributions majeures à la chimie : il établit le concept de la conservation de la matière en prouvant que les corps composés représentent le poids combiné des substances simples qui les composent. Il résume et affine le travail quil avait commencé dans sa Méthode de nomenclature chimique (1787), réformant la nomenclature chimique, introduisant la définition moderne des éléments et des composés, et réduisant sa liste antérieure de 55 éléments à 33, qui sont encore reconnus aujourd'hui. Enfin, il montre que la combustion et la rouille résultent de combinaisons chimiques avec l'oxygène, ce qui invalide la théorie du phlogistique. Son utilisation intensive de l'équilibre chimique a en outre établi la nécessité de mesures précises pour les recherches chimiques. 2 vol. in-8° bound in 1. Tables in-text + 1 fold. + 1 dépliant ; 13 plates. Contemp. calf. Second edition of this treatise of major importance by Lavoisier (1743-1794). This edition contains tables and several excerpts from the records of the Academy of Sciences, not included in the first edition, of which only two copies are known. Considered as the culmination of Lavoisier's achievement, this treatise on chemistry laid the foundations of modern chemistry and swept away the last vestiges of alchemy, suppressing the phlogistic theory that had hindered the progress of chemistry in the eighteenth century. Lavoisier exposes his major contributions to chemistry: he establishes the concept of the conservation of matter by proving that the composite bodies represent the combined weight of the simple substances that compose them. He summarizes and refines the work he had begun in his Chemical Nomenclature Method (1787), reforming chemical nomenclature, introducing the modern definition of elements and compounds, and reducing his earlier list of 55 elements to 33, which are still recognized today. Lavoisier shows also that combustion and rust result from chemical combinations with oxygen, which invalidates the theory of phlogiston. Its intensive use of chemical equilibrium has further established the need for precise measurements for chemical research. Fine copy.

LE CAILLE (Nicolas Louis de).

Journal historique du voyage fait au Cap de Bonne-Esperance.

Paris, Guillyn, 1763. 1763 1 vol in-12° (165 x 98 mm.) de: xxxvi, 380, [2] ff., 1 carte gravée dépliante. Plein veau marbré d'époque, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, tranches marbrées.

Édition originale de ce voyage en Afrique du Sud entrepris par La Caille (1713-1762), ornée d'une carte dépliante du Cap de Bonne-Espérance. La Caille, célèbre astronome français et membre de lacadémie royale des sciences, parti pour 4 ans dans l'hémisphère austral de 1750 à 1754 afin deffectuer des observations astronomiques. L'ouvrage contient, entre autres, des observations astronomiques très importantes recueillies par l'auteur durant son voyage, une description très précise de Rio de Janeiro et des remarques sur les coutumes des Hottentots et des habitants du Cap. 1 vol in-12°. Engraved folding map. Contemporary mottled calf, spine gilt, edges marbled. First Edition. Le Caille traveled to South Africa to carry out astronomical observations; he spent 4 years studying the stars of the southern hemisphere from the Cape of Good Hope. Fine copy.

LE GENTIL DE LA GALAISIÈRE (Guillaume).

[RELIURE AUX ARMES DE LOUIS XVI] Voyage dans les mers de l'Inde, fait par ordre du Roi à l'occasion du passage de Vénus sur le disque du soleil le 6 juin 1761 & le 3 du même mois 1769.

A Paris, de l'Imprimerie Royale, 1779 (I.), 1781 (II.). 1779 2 vol. in-4° (262 x 195 mm.) de : I. xvi (titre, dédicace, avant-propos, table des chapitres et des articles), 707, xiii (table des matières), [3] pp (additions, fautes à corriger) pp. 13 planches gravées dépliantes (dont 4 cartes) ; II. xvi (titre, avant-propos, table), 844, xvi, [4] (fautes à corriger, avis au relieur) pp. 14 planches gravées dépliantes (dont 8 cartes). 27 planches au total. Plein veau marbré d'époque, dos à nerfs orné des armes de Louis XVI ainsi que sur les plats (Olivier 2496, fer 1), pièces de titre et tomaison de maroquin rouge, roulette dorée sur les coupes, tranches jaspées rouges, gardes de papier marbré. (coins et coiffes discrétement restaurés, traces de mouillures claires au premier cahier du T. 2 , corps d'ouvrage très frais.)

Edition originale de cette importante relation scientifique due à l'astronome français Guillaume Joseph Hyacinthe Jean-Baptiste Le Gentil de la Galaisière (1725-1792). Ce dernier s'embarqua sur ordre de l'Académie des Sciences pour l'Inde afin dobserver le passage de Vénus sur le disque du Soleil. Il partit de Brest le 26 mars 1760 à bord du Berryer, un vaisseau de cinquante canons de la Compagnie des Indes, et arriva le 10 juillet à l'Ile-de-France (île Maurice), espérant y trouver un autre navire qui appareillerait pour l'Inde. Dans limpossibilité datteindre Pondichéry en raison du conflit contre les Anglais, il fera quelques observations à l'Ile Maurice et décidera d'attendre le passage suivant de Vénus huit ans plus tard. Ainsi son voyage scientifique durera au final onze ans et demi. Il met alors à profit son long séjour et parcourt l'Inde et l'Océan Indien depuis Madagascar jusqu'à Manille, recueillant des spécimens de sciences naturelles, relevant des positions géographiques ou des témoignages ethnologiques pour étudier les marées, les moussons, l'histoire naturelle, l'astronomie et la religion des Indiens. Son ouvrage comporte de nombreuses et précieuses informations sur Madagascar, l'Ile Maurice, la Réunion ainsi que sur les Philippines, détails sur les murs des Indiens de la côte de Coromandel, sur l'astronomie des Brahmes, observations astronomiques faites à Pondichéry, remarques sur la navigation à travers le détroit de Malacca Il parvint à rejoindre à Pondichéry où le gouverneur lui fit construire un observatoire auquel Le Gentil se consacrera plus d'une année. La riche iconographie de l'ouvrage est constituée de 27 planches et cartes consacrées aux informations collectées et à ses observations astronomiques. Exceptionnel exemplaire aux armes de Louis XVI, commanditaire de l'expédition de l'auteur. Brunet III:940; Palau 134364. 2 vols. 4to. Full calf, coat-of arms of Louis XVI. 27 engraved folding plates (including 12 maps). Contemporary calf. First edition of this travel account, important for its scientific dimension, by Guillaume Le Gentil (1725-1792). Sent by the Académie des Sciences in India to realized astronomical surveys, he spent 11 years travelling in Indian Ocean, Madagascar, South-East Asia, India. This work, nicely illustrated, is full of interesting informations on ethnography, natural history, astronomical observations, navigation remarks, etc. about Manille, Malacca Strait, India, Philippines, Madagascar, Reunion, etc. Fine copy in great condition.

LE GUAT (François).

Voyage et Avantures ... en deux isles desertes des Indes Orientales...

London, David Mortier, 1708. 1708 2 vols. in 12° reliés en 1vol (164 x 96 mm) de : [7] ff. (front., titre, épitre), XXX pp. (préface), 164 pp.; [2] ff. (front., titre), 180 pp., [17] ff. (table) (Titres en rouge et noir) et 25 Planches gravées (dont 8 dépliantes), 5 cartes dépliantes et 1 grande affiche dépliante (vol 1 p. 144). Pleine bas. d'époque, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge. (vol 1: salissure p. 54-55, ensemble très frais).

Edition originale de ce voyage aux iles des indes orientales de François Le Guat (1637-1735) lui-même. Ce dernier, protestant calviniste (huguenot), fut, de par la révocation de l'Edit de Nantes, forcé à l'exil en Hollande en 1689. Il se trouvait que les hollandais avaient permis à ceux qui suivaient la religion réformée, de s'établir sur tous leurs comptoirs ainsi qu'en toute île administrée par eux, telle Rodrigues, encore inhabitée. Henri Du Quesne (1642-1722) avait projeté de créer une colonie de réfugiés français à l'île de Mascareignes (aujourd'hui île de la Réunion). L'auteur et dix volontaires s'embarquèrent alors en avant-garde pour l'île à bord d'une petite frégate lHirondelle. Le voyage tourna court et le 30 avril 1691, huit huguenots, dont François Leguat, quittèrent le navire Hirondelle pour descendre à terre et fouler le sol de Rodrigues, découvrant une île quasi paradisiaque et encore inhabitée. Ils y construisirent des huttes et attendirent la venue d'autres navigateurs. Seulement, comme personne ne vint, les colons se résolurent à quitter lîle à bord d'un rafiot de fortune arrangé par eux-mêmes et gagnèrent Maurice où le Commandant Deodati les fit séquestrer injustement trois ans sur l'îlot Vacoas. Puis, embarqués sur un navire hollandais, ils furent conduits à Batavia et jugés pour des crimes imaginaires. Ils furent enfin acquittés et libérés : des huit aventuriers de Rodrigues, trois seulement (Leguat, La Case et Bennelle) rentrèrent en Europe. Plus tard, Leguat finit par s'établir à Londres et relater son histoire. Un récit aussi incroyable quimprobable enrichi de nombreuses illustrations despèces animales et végétales rencontrées et de cartes des lieux. Bel exemplaire. Cox I, P. 284; Quérard V, p. 115. 2 vols. in 12°. 1 frontisp., 25 plates (8 fold.), 5 fold. maps., 1 fold. Poster. Contemp. sheep. First edition of this journey to the oriental islands by François Le Guat. This Huguenot, was, by the revocation of the Edict of Nantes, forced to exile in Holland in 1689. He turned out that the Dutch had allowed those who followed the reformed religion, to establish on all their counters as well as on any island administered by them, such Rodrigues Island, still uninhabited. Henri Du Quesne (1642-1722) had planned to create a colony of French refugees on the island of Mascarene (nowadays Reunion Island). The author and ten volunteers embarked then for the island aboard a small frigate l'Hirondelle. The trip was short and on April 30, 1691, eight Huguenots, including Francois Leguat, left the ship Hirondelle to go down and walk on the ground of Rodrigues, discovering an almost paradise island and still uninhabited. They built huts there and waited for other sailors to come. But then nobody came and the colonists resolved to leave the island aboard a raft of by themselves and sailed to Mauritius where Commander Deodati had them sequestrated unjustly three years on the islet Vacoas. Then, embarked on a Dutch ship, they were taken to Batavia and tried for imaginary crimes. They were finally acquitted and released: of the eight adventurers of Rodrigues, only three (Leguat, La Case and Bennelle) returned to Europe. Later, Leguat finally settled in London and told his story. A story as incredible as improbable enriched with many illustrations of animal and plant species encountered and maps of places. Nice copy.

LEMAU DE LA JAISSE (Pierre).

Plans des principales places de guerre et villes maritimes frontières du royaume de France, distinguez par départemens, Gouvernemens Generaux & Particuliers des Provinces, avec les Officiers generaux et principaux qui y commandent en chef pour le Roy, & dans la Nouvelle France ou Amerique, ensemble les Officiers des Etats Majors de ces Places & des autres Villes interieures du Royaume, au premier Juillet 1736. Gravez dans la Carte Générale de la Monarchie & du Militaire de France, de tous les tems. Presentez au Roy, par Lemau de la Jaisse, de l'Ord. de S. Lazare.

A Paris, Didot, Quillau, Nully, 1736. 1736 1 vol. in-12° (172 x 109 mm.) de : [1] f. (Titre avec vignette aux armes du Roi), 268 pp. 112 plans et médaillons héraldiques gravés sur cuivre, chacun d'entre eux est imprimé sur une pièce de papier circulaire rapportée dans un cadre gravé sur bois. Plein veau glacé d'époque aux grandes armes de France, dos à cinq nerfs orné avec fleurs de lys répétées, pièces de titre de maroquin rouge, double filet doré d'encadrement des plats, armoiries au centre et fleurs de lys estampées dorées aux angles, roulette dorée sur les coupes, tranches jaspées rouges. (Coiffes discrètement restaurées. Provenance: Firmin Lazare (à l'encre sur le titre) et discret petit cachet).

Edition originale de ce rare ouvrage de Pierre Lemau de La Jaisse qui fait suite à la publication en 1733 de sa « Carte générale de la Monarchie et du Militaire de France ». Ce manuel portatif à usage militaire, composé de 112 gravures sur cuivre, énumère les villes françaises fortifiées des côtes d'Atlantique, de Méditerranée et des frontières de l'arrière-pays comme Amiens, Dunkerque, Strasbourg, Perpignan, Monaco, etc. Les planches sont subdivisées par département, chacune avec plan de la ville et son blason en médaillon, dans un cadre circulaire de bois gravé. Explications et noms des dignitaires en vis-à-vis de chaque planche. Le dernier plan représente lHôtel royal des Invalides. Louvrage se termine par la liste des officiers généraux et principaux en poste dans les régions. En France, seules la BnF et la Bibliothèque de lArsenal disposent dun exemplaire. Provenance : Firmin Lazare (ex-libris manuscrit à l'encre brune sur la page de titre). Bel exemplaire. Conlon, "Le Siècle Des Lumières", 36:523. Leclerc, "Americana", n°747. 1 vol. 8vo. Contemp calf, gilted arms of France on covers. 112 copper engraved plans. First edition of this unusual work by Pierre Lemau de La Jaisse. The book is composed of 112 small circular plans mounted within woodcut frames, accompanied by their matching coats of arms, also mounted in smaller circular frames below. Opposite each is a brief description of the town with its position, and a list of the staff officers and the governor. Fine copy.

LEON PINELO (Antonio de).

Epitome de la Biblioteca Oriental i Occidental, Nautica i Geografica.

Madrid, Juan Gonzalez, 1629. 1629 1 vol. petit in-4° (230 x 167 mm.) de: [1] f. (Titre gravé), [43] ff., 186pp, xii., [1] f. Plein vélin ancien de ré-emploi, dos lisse titré à l'encre (comblements de galleries de vers dans les marges).

Edition originale de cette très rare bibliographie : la première à faire état douvrages sur lAmérique. Son auteur, Antonio Leon Pinelo (1589-1660), probablement né à Valladolid, immigra avec ses parents aux Indes Occidentales en 1604. Il vécut en Argentine et au Pérou, où il suivit lenseignement des Jésuites à Lima et fut diplômé de droit. Cette formation de juriste lui permit doccuper de nombreux postes officiels en Amérique du Sud, et notamment celle de maire dOruro. Quand il revint en Espagne en 1612, il devint rapidement membre du Conseil des Indes, en tant que juriste et chroniqueur. Il est dailleurs considéré comme lun des chroniqueurs les plus importants du Conseil. Cette institution fut en charge dadministrer les colonies de la Couronne : les Indes Orientales (Philippines) et Occidentales (Amérique), du 16ème au 17ème siècle. Fondé officiellement en 1524 par Charles Quint, le Conseil statue sur les questions judiciaires, gouvernementales, militaires et religieuses. Dun point de vue légal, le conseil émet des avis (Consultas) qui, avalisés par le Roi, deviennent des édits. Vers 1615, Leon de Pinelo commença à cataloguer ces décrets et ordonnances émis soit par le Gouvernement en Espagne ou par les Vice-rois des possessions américaines, et proposa dès 1623 une première publication référençant les différents articles de lois touchant à ladministration des colonies. Cest la première dune liste duvres importantes consacrées à lAmérique, que lauteur considérait comme le Paradis biblique (cf. « El Paraiso en el Nuevo Mundo », 1656) ; comprenant « Tratado de confirmaciones reales, que se requieren para las Indias Occidentales » (1630), un très sérieux : « Cuestion moral si el chocolate quebronta el ayuno ecclesiastica » (1636), « Aparato politico de las Indias Occidentales » (1653), « Acuerdos del Concejo de Indias » (1658), etc. La présente : « Epitome de la Biblioteca oriental y occidental, nautica y geografica » (Madrid, 1629), reste son uvre majeure, et une référence incontournable, la première bibliographie à mentionner des relations de voyages et autres ouvrages touchant à lAmérique. Pinelo y référence les titres de deux bibliothèques, de 1.200 et 2.250, réunies avec un soin tout particulier (« con particular afecto y devocion »), ainsi que les 300 volumes qui composaient sa bibliothèque personnelle et qu'il léguat au Conseil des Indes. Il enrichit ce catalogue des références douvrages majeurs et de manuscrits quil ne put consulter que dans les grandes bibliothèques de son temps (Duc de Sessa, Ramirez de Prado, Valenzula Velasquez, Nieremberg, Saldierna, Connétable de Castille, Comte Duc dOlivares, palais de lEscurial, Archives de Simancas, Chroniqueur des Indes). Suivant une tradition des débuts de la bibliographie espagnole, les titres des ouvrages étrangers sont traduits en espagnol, mais Pinelo sinspira de modèles comme la Libreria de Doni (1550), et des traditions de catalogage françaises et anglaises, pour arranger sa matière. La première partie (pp. 1 à 60) est consacrée aux uvres relatives à lAsie (spécialement lInde) et lEthiopie, la seconde, (pp. 61 à 136) aux ouvrages qui traitent de lAmérique centrale ou méridionale, ainsi que des îles du Pacifique. Les deux dernières parties (pp. 137 à 186) référencent de nombreux ouvrages généraux de navigation ou de géographie, ainsi que des cartes. Chaque section est classée chronologiquement. A la fin des pièces liminaires, lauteur recense quarante-trois langages indo-américains, alors pratiqués dans les colonies dAmérique du Sud. Une seconde édition parut dans la première moitié du 18ème siècle, largement augmentée par Bracia. Sabin en dit : « The following enlarged edition by Bracia is so clumsily thrown together, that it is quite a relief to refer from it to this neat and well-arranged manual » (40.052). Sur le titre, gravé par J. de Courbes, figurent des allégories des Indes, de lEspagne (Iberica) de la Géographie et de la Navigation. Rare ouvrage de référence pour les voyages dans le Nouveau Monde. Sabin, 40052 ; JCB III (1) 568 (2nd edition) ; Palau 135737 ; MILARES CARLO (Augustin), "El Epitome de Pinelo, Primera bibliografia del Nuevo Mundo", Washington, 1958. 1 vol. small 4to. Engraved title. Ancient vellum. Rare first edition of this scarce bibliography: the first that catalogs account of travels in America. It is a cornerstone book, especially for the list it gives of manuscripts kept in Spain. Leon Pinelo (1589-1660) was born in South America. When he arrived in Spain in 1612, he started working on establishing bibliographies of travel and law books. This first edition of this "Epitome de la Biblioteca Oriental i Occidental" is rare at auction: only the Horblit copy is listed as having sold in the past thirty years. Fine copy of this reference work for the New World.

LEON PINELO (Antonio de).

Epitome de la bibliotheca oriental, y occidental, nautica, y geografca de Don Antonio de Leon Pinelo ... aEadido, y enmendado nuevamente, en que se contienen los escritores de las Indias orientales, y occidentales, y reinos convecinos, China, Tartaria, Japon, Persia, Armenia, Etiopia, y otras partes.

Madrid, Francisco Martinez Abad, 1737-1738. 1629 3 vol. In-folio (304 x 206 mm) de: [144] pp., 200, [1], 201-202, [2], 203-204, [1], 205-536 columns, 537-538 pp., 539-560 [i.e. 561], [2] ff., ; [4] pp., 561-912 columns, 913-920 ff., Divxxi- Divxxvii [i.e., Divxxxii] ff., 921-1174 columns, 1174-1191 columns, 1192-1199 ff., Mcc- Mccxxxviii ff.; [4] pp., 1200-1527 columns, 1526-1729 columns, 132, [2] pp. (déchirure restaurée à l'avant dernier feuillet, dernier feuillet doublé et restauré, avec petit manque de texte habilement recomposé). Contemporary mottled calf, spine gilt (minor wear to extremities). Pleine basane 18ème, dos à nerf orné, titre de maroquin rouge, roulette dorée sur les coupes, tranches marbrées. (accidents aux coiffes, coins émoussés).

Seconde édition de cette très rare bibliographie : la première à faire état douvrages sur lAmérique. Son auteur, Antonio Leon Pinelo (1589-1660), probablement né à Valladolid, immigra avec ses parents aux Indes Occidentales en 1604. Il vécut en Argentine et au Pérou, où il suivit lenseignement des Jésuites à Lima et fut diplômé de droit. Cette formation de juriste lui permit doccuper de nombreux postes officiels en Amérique du Sud, et notamment celle de maire dOruro. Quand il revint en Espagne en 1612, il devint rapidement membre du Conseil des Indes, en tant que juriste et chroniqueur. Il est dailleurs considéré comme lun des chroniqueurs les plus importants du Conseil. Cette institution fut en charge dadministrer les colonies de la Couronne : les Indes Orientales (Philippines) et Occidentales (Amérique), du 16ème au 17ème siècle. Fondé officiellement en 1524 par Charles Quint, le Conseil statue sur les questions judiciaires, gouvernementales, militaires et religieuses. Dun point de vue légal, le conseil émet des avis (Consultas) qui, avalisés par le Roi, deviennent des édits. Vers 1615, Leon de Pinelo commença à cataloguer ces décrets et ordonnances émis soit par le Gouvernement en Espagne ou par les Vice-rois des possessions américaines, et proposa dès 1623 une première publication référençant les différents articles de lois touchant à ladministration des colonies. Cest la première dune liste duvres importantes consacrées à lAmérique, que lauteur considérait comme le Paradis biblique (cf. « El Paraiso en el Nuevo Mundo », 1656) ; comprenant « Tratado de confirmaciones reales, que se requieren para las Indias Occidentales » (1630), un très sérieux : « Cuestion moral si el chocolate quebronta el ayuno ecclesiastica » (1636), « Aparato politico de las Indias Occidentales » (1653), « Acuerdos del Concejo de Indias » (1658), etc. La présente : « Epitome de la Biblioteca oriental y occidental, nautica y geografica » (Madrid, 1629), reste son uvre majeure, et une référence incontournable, la première bibliographie à mentionner des relations de voyages et autres ouvrages touchant à lAmérique. Pinelo y référence les titres de deux bibliothèques, de 1.200 et 2.250, réunies avec un soin tout particulier (« con particular afecto y devocion »), ainsi que les 300 volumes qui composaient sa bibliothèque personnelle et qu'il léguat au Conseil des Indes. Il enrichit ce catalogue des références douvrages majeurs et de manuscrits quil ne put consulter que dans les grandes bibliothèques de son temps (Duc de Sessa, Ramirez de Prado, Valenzula Velasquez, Nieremberg, Saldierna, Connétable de Castille, Comte Duc dOlivares, palais de lEscurial, Archives de Simancas, Chroniqueur des Indes). Suivant une tradition des débuts de la bibliographie espagnole, les titres des ouvrages étrangers sont traduits en espagnol, mais Pinelo sinspira de modèles comme la Libreria de Doni (1550), et des traditions de catalogage françaises et anglaises, pour arranger sa matière. La première partie (pp. 1 à 60) est consacrée aux uvres relatives à lAsie (spécialement lInde) et lEthiopie, la seconde, (pp. 61 à 136) aux ouvrages qui traitent de lAmérique centrale ou méridionale, ainsi que des îles du Pacifique. Les deux dernières parties (pp. 137 à 186) référencent de nombreux ouvrages généraux de navigation ou de géographie, ainsi que des cartes. Chaque section est classée chronologiquement. A la fin des pièces liminaires, lauteur recense quarante-trois langages indo-américains, alors pratiqués dans les colonies dAmérique du Sud. Une seconde édition parut dans la première moitié du 18ème siècle, largement augmentée par Bracia. Sabin en dit : « The following enlarged edition by Bracia is so clumsily thrown together, that it is quite a relief to refer from it to this neat and well-arranged manual » (40.052). Sur le titre, gravé par J. de Courbes, figurent des allégories des Indes, de lEspagne (Iberica) de la Géographie et de la Navigation. Rare ouvrage de référence pour les voyages dans le Nouveau Monde. Sabin, 40052 ; JCB III (1) 568 (2nd edition) ; Palau 135737 ; MILARES CARLO (Augustin), "El Epitome de Pinelo, Primera bibliografia del Nuevo Mundo", Washington, 1958. 1 vol. small 4to. Nice engraved title. Contemporary vellum. Rare first edition of this scarce bibliography: the first that catalogs account of travels in America. It is a cornerstone book, especially for the list it gives of manuscripts kept in Spain. Leon Pinelo (1589-1660) was born in South America. When he arrived in Spain in 1612, he started working on establishing bibliographies of travel and law books. This first edition of this "Epitome de la Biblioteca Oriental i Occidental" is rare at auction: only the Horblit copy is listed as having sold in the past thirty years. Fine copy of this reference work for the travel in New World.

MAFFEI (Giovanni Pietro).

Rerum a Societate Jesu in Oriente gestarum volumen, continens Historiam iucundam lectu omnibus Christianis, praesertimÿs, quibus vera Religio est cordi. In qua videre possunt, quomodo nunquam Deus Ecclesiam suam deferat, & in locum deficientium a vera fide, innumeros alios in abditissimius etiam regionibus substituat.

Cologne, G. Calenius, 1574. 1574 1 vol. in-8° (164 x 111 mm.) de : [16] ff. (Titre, Epîtres, Index), 472 pp. Titre illustrée d'une vignette de bois gravé, nombreuses lettrines historiées de bois gravé, 5 pl. de caractères japonais de bois gravé. Plein vélin d'époque, dos titré à l'encre brune. (Restauration de papier à l'angle inférieur de la page de titre avec très léger manque de texte).

Quatrième édition augmentée de cet ouvrage, la première tentative pour établir lhistoire des Missions Jésuites dOrient, et tout particulièrement du Japon. Louvrage sappuie sur la correspondance des missionnaires rassemblée par Manuel da Costa et traduite par Giovanni Pietro Maffei, lun des principaux historiens de lAsie au 16ème siècle. Dès la seconde moitié du 16ème siècle, des membres influents de la Société de Jésus font pression pour que cette histoire soit écrite, avant que quelquun dextérieur ne le fasse. Louvrage, publié pour la première fois à Dillingen en 1571, connait de nombreuses traductions et rééditions, et participe donc à la formation de limage de lOrient dans les esprits occidentaux. Il sagit de l'une des plus importantes compilations de lettres lors des premières missions jésuites en Extrême Orient, entre 1548 et 1571. Luvre comprend 43 lettres concernant le Japon rédigées par Saint Francis Xavier (deux, l'une d'entre elles datée de Novembre 1549 de Kagoshima), de Frois, Almeida, Vilela et d'autres qui apportent des informations inestimables et des détails sur la culture et les coutumes japonaises. Le « Specimen quoddam litterarum vocumque Japonicarum » est illustré de bois gravés représentant des caractères de calligraphie japonaise. La première partie est tirée dun manuscrit : « Historia dos missiones do Oriente até o anno de 1568 » dû à Manuel da Costa. Ce dernier, un jésuite portugais, missionnaire et bibliographe, enseigna à Coimbra, où se trouvait une grande partie de la correspondance jésuite non censurée. Le manuscrit est envoyé à Rome, pour être traduit en latin et préparé pour la publication par Giovanni Pietro Maffei (1538-1603). Maffei ajouta au manuscrit un grand nombre de textes dans une partie quil intitula « De Japonicus rebus epistolarum ». Il commence à travailler sur les textes de Da Costa en 1565, alors quil entame son noviciat à la Société de Jésus de Rome. A lépoque de la parution de louvrage, il est ordonné prêtre et Mercurian, Supérieur Général de lordre, le charge de rédiger une vie de Saint Ignace de Loyola (1585). Mercurian lenvoie par la suite au Portugal pour rédiger, à partir des archives du royaume, une histoire générale des Missions portugaises aux Indes orientales. Louvrage, « Historiarum Indicarum Libri XVI » qui paraît en 1588, est luvre maîtresse de Maffei, et est particulièrement prisée pour son apport sur le Japon. Bel exemplaire dans sa reliure d'époque de ce rare ouvrage, lune des premières sources sur le Japon. 1 vol. 8vo. Woodcut vignette on title, several large historiated woodcut initials, 5-pages of woodcut Japanese characters. Contemporary limp vellum. Fourth expanded edition. One of the most important compilations of letters relating to the early Jesuit mission in the Far East between 1548 and 1571, including 43 relating to Japan written by St. Francis Xavier (two, one of which dated November 1549 from Kagoshima on his arrival in Japan), Frois, Almeida, Vilela and others which provide invaluable details on Japanese culture and customs. The Specimen quoddam litterarum vocumque Japonicarum is illustrated with woodcut Japanese calligraphy. [Cordier, Japonica 60].

MANUSCRIT) RAMEZAY (Jean Baptiste Nicolas Roch de) / VAUDREUIL (Pierre de Rigaud de Cavagnal, marquis de)

Etat des services de Ramezay - /cy devant Lieutenant de Roy de Quebec () à Paris ce sixieme jour de may mil sept cent soixante un [accompagné de] Mémoire du Sieur Ramezay, commandant à Québec, au sujet de la reddition de cette ville, le 18 septembre 1759, d'aprés un manuscrit aux archives du bureau de la marine à Paris.

A Paris le 6 mai 1760 / Québec, ptesses de John Lovell, 1861. 1760 5 pp. à la plume sur 2 doubles ff. in-folio .(380 x 238 mm), le 4e blanc qui porte le magnifique filigrane entier de Van der Ley, ruban en soie bleue dorigine (traces des plis denvoi, quelques taches et salissures d'usage, bel état de conservation) / 1 vol in 8° de [2] ff., 84, 38 pp. (dédicace à l'encre sur le titre à W Lighthall, maire de Montréal, mar P.S. Murphy, président de la société littéraire et historiquede Québec). Chemise, étui modernes (atelier Devauchelle, Paris). / Reliure plein chagrin brun souple, dos lisse titré à l'or en long.

Manuscrit original du mémoire relatant les brillants états de service de J. B de Ramesey, dernier commandant militaire de la ville de Québec avant sa chute le 18 septembre 1759, document principal produit pour sa défense lors de son procès. Le document porte la signature de Pierre de Rigaud de Cargnial, marquis de Vaudreuil (Québec, 1698 Paris, 1778), qui fit une carrière dofficier dans les troupes de la Marine. Il fût gouverneur de la Louisiane de (1743-1752) puis, reprenant un poste jadis occupé par son père, il devint gouverneur général de la Nouvelle-France en 1755, ce qui en fit un des principaux acteurs de la guerre contre les anglais qui sacheva, en 1760, par la perte de ce territoire. Jean Baptiste Nicolas Roch de Ramezay (Montréal 1708 Blaye, 1777), fils cadet de Claude de Ramezay (1659-1724, gouverneur de Trois-Rivières de 1690 à 1699 et de Montréal de 1704 à 1724 et gouverneur par intérim de la Nouvelle-France de 1714 à 1716, et qui érigea le « Château de Ramezay », célèbre monument historique de Montréal devenu musée) fut le signataire de la capitulation de Québec en septembre 1759. Lofficier de Marine et lieutenant du Roi avait alors suivi un ultime ordre du marquis de Montcalm, blessé à mort au cours dun combat dans les plaines dAbraham, lui demandant « de tenir aussi longtemps quil pourrait », mais lautorisant à « rendre la ville plutôt que de soutenir une attaque qui eût amené les ennemis, selon les lois de la guerre, à ne point faire quartier à ses habitants ». Cependant, Vaudreuil lui fit le reproche de ne pas avoir tenu compte de son ordre, annulant le précédent, « de tenir et de ne pas capituler », et linformant « que des approvisionnements et des renforts lui parviendraient dans les quelques heures suivantes ». Ainsi, Ramesay rendit Québec aux Anglais et Vaudreuil lui envoya une note brève et acerbe, linformant quil aurait à rendre compte au Roi personnellement de son geste : il estimait que sans cette capitulation, larmée britannique eût dû lever le siège dans les jours suivants et partir avec la flotte, qui naurait osé courir le risque dêtre bloquée sur le fleuve par larrivée soudaine de lhiver. La question de savoir si Ramesay avait eu raison de suivre la dernière volonté de Montcalm reste un débat dhistoriens, mais le présent document, véritable plaidoyer signé du même Vaudreuil pour permettre à Ramsey, alors rentré en France en ayant perdu la plupart de ses biens, dobtenir une bonne rente du Roi pour ses services rendus, est dun intérêt historique majeur. Il démontre que, passé le fracas des événements, Vaudreuil (qui de plus sétait trouvé dans une situation analogue en ordonnant la capitulation de Montréal en octobre 1760, ce qui lui valut une longue procédure daccusation qui fût finalement favorable) reconnu la bravoure de Ramsay, victime dun concours de circonstances et qui avait fait preuve au cours de sa longue carrière de tant de dévouement et de bravoure au service de la Nouvelle France. Le présent document présentant sa vie et ses états de service constitue la pièce centrale parmi les dix que Ramesay prépara et produisit pour sa défense lors de son procès. En le signant, Vaudreuil, à lorigine son principal accusateur, le réhabilite ainsi totalement. Lexemplaire joint de la rare publication de laffaire par la société littéraire et historique de Québec parue en 1861 permet de mieux comprendre le contexte et limportance du présent document. Sa lecture attentive nous donne aussi quelques clés : le texte identique reproduit comme pièce n° 1 (p 16 à 19, seconde pagination) sintitule « copie du mémoire », de même pour les documents. Or, notre document manuscrit porte bien « N°1 » mais aucune mention de copie : il sagit donc de loriginal conservé par Ramesay, qui avait certainement gardé les autres pieces originales. Dans lintroduction, il est révélé que Ramesey avait demandé quil lui fut permis de faire publier ce mémoire à 150 exemplaires, ce qui lui fut refusé. "Ramsesay est innevitablement devenu une victime qu'il fallait sacrifier" en conclu l'auteur. Aussi : quelques mots de la copie semblent avoir été mal recopiés ou réinterprétés. (voir en annexes). Transcription partielle du texte : "permettés à de Ramezay de remettre sous les yeux de votre grandeur que son père s'est distingué dix ans dans le gouvernement des trois rivières et vingt ans dans celui de Montréal où il est décédé. Que ses trois frères sont morts au service; L'ainé dans la marine tué à la bataille de Liogenere, le deuxieme lieutenant aussi tué par les Charaquis dans l'invitation des nations sauvages à la destruction des Renards et le troisième à péri capitaine dans le vaisseau du Roy Le Chameau. Que lui fait enseigne en 1720 à sevi dans la garnison de Montréal jusqu'en 1726, ou il fait Lieutenant, il fut du nombre des officiers envoyés à Niagaras pour prendre ce poste et établir une maison d'opposition aux anglois qui venaient en nombre à Chouaguin faire la traite avec les sauvages. Qu'en 1728, il fit la campagne des Renards sous les ordres de M. de Lignerie. Qu'en 1731 envoyé à la pointe de Chagouamigou pour y maintenir sous l'obéissance du Roy les sauvages conjurés, il leur retira et remis à M. le marquis de Beauharnois son général, un colier que les anglois leur avaient donné pour qu'ils se joignissent à toutes les autres nations et egorgeassent tous les françois des postes des païs dont nous étions en possession. Qu'en 1742 il fut envoyé au poste de Nepigon voisin du Fort Rhupert à la Baye Dudeson possédé par les anglois pour y commander et contenir les sauvages. Qu'en 1747 envoyé à La Cadie commandant un détachement de 1800 canadiens et sauvages pour y attendre M. le Duc Danville, il prit par le travers de Gaspée que les anglois s'etoient emparé du port Lajoye en L'isle St. jean où ils les guettoient au passage avec une frégatte de 36 à 40 pièces de canons et deux autres vaisseaux de moindre force, il entra dans la Baye de Gaspée, envoya une chaloupe bien armée à la Baye verte chercher des pilotes acadiens qui cabotoient par une route inconnue aux nôtres, fit sonder et examiner ce nouveau passage (par la devenu utile pour aller à la Baye verte) pour assurer ses 6 ou 7 batiments dont le plus fort étoit de 300 tonneaux, ordonna le départ, se rendit le lendemain a la Baye verte, lieu de sa destination, fit un détachement de canadiens et sauvages des plus ingambes qu'il envoya avec quelques officiers et cadets et M. de Montesson à la tête contre les anglois ambusqués dont la garde qui étoit à terre fut prise et le reste tué. De là se rendit aux mines pour être à portée de deux Vaisseaux du Roy arrivés au Port de Chiboutouk et commandés par M. Duvigneau qui n'ayant aucune nouvelle de l'Escadre, le chargea de plus de soixante prisonniers et revint en France » Le texte se poursuit, tout aussi passionnant, puis sachève ainsi : . « En 1758 fait Lieutenant de Roy de Quebec, il y soutenu en 1759 un siège de 66 jours, une ville ecrasée par les bombes et canons de l'ennemi jusqu'a la capitulation; forcée par le défaut de subsistance et d'hommes, le peu qui lui restoit etant entièrement découragés et de mauvaise volonté, Epouvantés par les menaces de l'assaut, jointe a ce que la place étoit ouverte de toutes parts et susceptible d'insulte au premier coup de main, qui avec les raisons dont il a rendu compte à la Cour, donnant occasion à un Conseil de Guerre pour déliberer sur un parti convenable aux circonstances, dont le résultat fut d'avoir la meilleure Capitulation possible. d'après ce compte exact et fidel, De Ramzay non compris dans la capitulation de la rèduction du Canada, libre, et en etat de continuer ses services, et en france avant la fixation a moitié des appointemens des officiers forcés à ne plus servir pendant la guerre; Espère que la Cour lui accordera la continuation de ses premiers appointements où au moins n'en fera par la réduction antérieure a celle des autres officiers, se flattant de ne pas meriter un plus mauvais traitement qu'eux. Nous Grand Croix de l'ordre Royal et Militaire de St. Louis Certifions, que le Sr de Ramezay, cy devant Lieutenant de Roy de Quebec est dans ses memoire conforme à la vérité; qu'il a donné en tout tems et lieux, des preuves évidentes de sa valeur, sagacité, prudence, soins, exactitudes, vigilance et capacité. En foi de quoi lui avons donné le présent pour lui servir et valoir ce que de Raison. A Paris ce sixième jour de May 1761" signé "Vaudreuil". Exceptionnel document impliquant deux membres de familles célèbres dans lhistoire de la Nouvelle France, qui furent les acteurs principaux du conflit anglo-français qui sacheva par la perte de la Nouvelle France au profit des britanniques. Annexes : Surtitre dans lédition : Copie du Mémoire des services du Sr de Ramezay, signé par M. le Mquis de Vaudreuil, - cotté dans le mémoire cy-devant sous le N°. 1. Notre texte est édité pp. 16-19 (voir biblio pour la double pagination dans lédition de 1861). - Le Numéro 1 figure bien sur notre ms coin sup. g. de notre manuscrit - Contrairement au Mémoire qui serait loriginal au Ministère de la Marine (voir biblio), les 10 pièces jointes par Ramezay au dossier, dont la nôtre est la première, sont dans lédition signalées en copies, lesquelles furent seules déposées, Ramezay ayant gardé les originaux lors du procès en légitimation. Chacune porte en dessous la mention : Pour copie collationnée, conforme à loriginal et la signature de Ramezay. Cette mention est naturellement absente de notre manuscrit original qui porte la seule signature essentielle de Vaudreuil son supérieur, annulant ainsi le différent qui a pu naître dans linterprétation de ses ordres donnés entre le 13/14 (départ dans la nuit de larmée défaite) et 18 sept. 1759. - Note philologique inédite : lors de la transcription levée après 1852 pour la future édition de 1861, notre texte fut relu à laune de ce quétait devenu le Canada anglais après le Traité de Paris du 10/2/1763 et non plus à loccasion des seules capitulations des deux villes dont celle de Montréal le 8/9/1760, soit qqs mois avant la date de notre ms. Daprès ce compte exact et fidel, De Ramezay non compris dans la capitulation de la réduction du Canada >> dans lédition p. 19 :Daprès ce compte exacte [sic] et fidèle, de Ramezay, non compris dans la capitulation de la reddition du Canada. Réduction, vieux mot quon utilise encore pour les réductions des jésuites du Paraguay signifie soumission ou, selon Littré : «réduction sest dit de laction de ramener sous lautorité ce qui sy était soustrait. La réduction des rebelles () la réduction de lIrlande (Racine) » JEAN-BAPTISTE de RAMEZAY, fils de Claude de Ramezay, officier et gouverneur de Montréal jusquà sa mort en 1724 qui fit bâtir ce qui constitue actuellement le château Ramezay. Aucun ms Ramezay nest conservé au dit Musée. Ce ms contient sur sa famille et les faits darmes de ses frères décédés et lui-même des détails biographiques inédits de première main. Célèbre pour avoir signé la capitulation de la ville de Québec le 18 sept. 1759 comme lieutenant du roi nommé par le Marquis de Vaudreuil gouverneur de la Nouvelle-France, suite à la défaite des troupes françaises sur les plaines dAbraham, larmée ayant quitté Québec pour se ravitailler et laissant désormais seule la petite garnison de la ville à la merci des anglais. Biblio : Première publication : Mémoire du Sieur de Ramesay, commandant à Québec, au sujet de la reddition de cette ville, le 18 septembre 1759, daprès un manuscrit aux Archives du bureau de la Marine, à Paris. Publié sous la direction de la Société littéraire et Historique de Québec. Québec, Des presses de John Lovell, 1861 (exemplaire dédicacé joint). Attention à la double pagination : Le Mémoire de Ramezay ne commence quaprès la page 84 et est paginée séparément (de 1 à 16). Ce ms semble être loriginal daprès une note aut. relatée dans lintroduction lors de sa découverte en 1852.- Viennent ensuite les 10 pièces numérotées ajoutées par Ramezay pour étayer son dossier judiciaire . Elles sont en copies au Ministère (mention dûment signalée à chaque fois, Ramezay ayant gardé les originaux). Notre texte original correspond au numéro 1 (pp. 16-19). Voir aussi: Roy, La famille de Ramezay, Lévis, 1910. Texte de Wikipédia Plaines dAbraham Abandon de Québec La conséquence la plus immédiate de la bataille de l'avant-midi du 13 septembre est la décision par l'armée française de quitter le camp de Beauport. Cette décision signifie que la ville de Québec est abandonnée à la seule protection de sa garnison de quelque 2054 hommes. Le conseil de guerre que tient Vaudreuil dans l'après-midi oppose Vaudreuil et Bigot, qui veulent rassembler l'armée entière et attaquer au point du jour le lendemain, et les officiers qui ont assisté à l'ensemble de la bataille, qui croient que c'est un mauvais plan. Les officiers proposent d'abandonner le camp de Beauport complètement pour se replier sur la rivière Jacques-Cartier, qui se trouve à 40 km à l'ouest de Québec. Vaudreuil se résigne au jugement de ses officiers, car il croit que s'il donne l'ordre d'attaquer contre leur opinion unanime, il s'expose «à perdre la bataille et la colonie.» À 21 h, les troupes quittent Beauport par la route de Charlesbourg, laissant derrière eux leurs bivouacs et ne transportant qu'un minimum de rations et de munitions. Ce qui reste de l'armée française construira le fort Jacques-Cartier, sur la rive ouest de la rivière Jacques-Cartier; plusieurs soldats et miliciens y passeront l'hiver pour bloquer toute tentative de passage par l'armée Anglaise. Début du siège terrestre À la mort de Wolfe, le commandement revient naturellement au brigadier-général Robert Monkton, l'officier en second. Cependant, celui-ci est gravement blessé et on le transporte hors du champ de bataille. En conséquence, les soldats britanniques sont désormais sous les ordres du brigadier-général George Townshend, qui commence les préparatifs du siège terrestre de Québec, sous la supervision de Monckton et avec le concours de la Marine royale de Saunders. Townshend fortifie sa position de diverses façons et vers 22 h envoie un détachement de 200 soldats prendre l'Hôpital Général pour y installer son commandement. Le matin du 14 septembre 1759, la marine britannique travaille à transporter de nombreuses pièces d'artillerie sur les Buttes-à-Neveu. Trois jours plus tard, elle y a amené 60 canons, 58 mortiers et obusiers Howitzer. Jean-Baptiste-Nicolas-Roch de Ramezay, qui sort tout juste de l'hôpital pour reprendre ses fonctions, apprend à 18 h que l'armée quitte les lieux. Vaudreuil lui donne des instructions dans le cas où sa garnison se verrait forcée de capituler par manque de vivres. En plus de l'abandon de l'armée, de Ramezay est confronté à un problème auquel il n'est pas préparé : les résidents de Québec qui se sont réfugiés dans les faubourgs pour se mettre à l'abri des bombes lancées de la Pointe-Lévy depuis juillet, sont revenus en masse depuis la bataille de l'avant-midi du 13 septembre sur les plaines. De Ramezay se retrouve subitement responsable de nourrir 2700 bouches de plus. Dans la position critique où il se trouve, il prend la décision de ne pas informer ses hommes du départ de l'armée et le fait qu'elle a décampé en laissant les bivouacs derrière elle réussit à les tromper jusqu'au lendemain67. Le capitaine Louis-Thomas Jacau de Fiedmont, commandant de l'artillerie, dirige trois canons et deux mortiers en direction des plaines d'Abraham, au-delà des Buttes-à-Neveu. Même s'il n'est pas en mesure de savoir exactement où les bombes tombent une fois passées les Buttes, son artillerie soutient un feu constant durant la nuit du 14 au 15 septembre. Lorsque l'absence totale de mouvement au camp de Beauport durant toute la journée du 14 septembre fait comprendre la situation aux soldats, l'effet sur le moral est dévastateur. La garnison que commande de Ramezay consiste en 345 soldats des troupes de terre, 130 soldats des troupes de la marine, 19 artilleurs, 820 miliciens et 740 matelots. De Ramezay lui-même et la plupart des hommes en service croient impossible de défendre la ville avec succès sans l'appui de l'armée. Au peu d'espoir dans le succès du siège s'ajoute également la crainte des conséquences que pourraient avoir un assaut de l'armée britannique sur la population réfugiée dans la ville, c'est-à-dire, dans bien des cas, les femmes, enfants et parents des hommes en service. Capitulation Le 15 septembre, une assemblée de 24 notables de Québec (dont des commerçants, des officiers de milice et des fonctionnaires) se tient dans la résidence (en partie détruite) de François Daine, lieutenant général de la Prévôté de Québec. Les membres de l'assemblée signent une requête demandant à de Ramezay de négocier la reddition de Québec. Daine remet la requête à de Ramezay en main propre le jour même. De Ramezay réagit à la requête en tenant un conseil de guerre dans lequel il demande aux 14 officiers présents de coucher leur opinion par écrit, après leur avoir communiqué les ordres de Vaudreuil et fait savoir, par la bouche de Cadet, que la ville dispose de quatre jours de pleines rations, ou huit jours de demi-rations. Mis à part Fiedmont qui conseille de réduire les rations au minimum pour «pousser la défense de la place jusqu'à la dernière extrémité.», tous conseillent la capitulation dans les termes les plus honorables. De Ramezay se range avec la majorité et décide qu'il est temps de négocier. Le 16 septembre, de Vaudreuil dépêche Thisbé de Belcourt à la tête d'un détachement de 30 cavaliers pour informer de Ramezay que l'armée s'apprête à revenir, dès que de Lévis sera sur place. Un cavalier revient le jour même pour transmettre la réponse du capitaine Armand de Joannès, l'adjudant de Ramezay, que ce dernier a envoyé avec Magnan pour constater la situation de l'armée et en faire rapport. Le message que Vaudreuil reçoit de Joannès l'informe que Québec s'apprête à capituler. De Lévis, qui reçoit l'ordonnance de Vaudreuil le matin du 15 septembre, alors qu'il est à Montréal, arrive au camp à l'embouchure de la rivière Jacques-Cartier à 10 h le matin du 17 septembre. Il prend immédiatement le commandement des troupes de terre. Il croit, comme Vaudreuil, qu'il faut attaquer sans plus tarder pour reprendre la ville coûte que coûte ou alors, si c'est impossible, la détruire en entier pour que l'ennemi ne puisse y passer l'hiver. L'armée se met en route le jour même. À peu près au même moment, de Ramezay se prépare à ouvrir la négociation, mais Joannès s'objecte. Joannès, qui a appuyé la capitulation avec les 12 autres officiers le 15 septembre, a maintenant changé d'avis. De Ramezay accepte de repousser l'échéance. Belcourt arrive avec ses cavaliers au cours de la journée et informe la garnison que l'armée est déjà en route et que des vivres arriveront sous peu. À 15 h, de Ramezay hisse le drapeau blanc et envoie Joannès au camp britannique pour proposer la capitulation. La capitulation est acceptée en entier sauf pour un article permettant à la garnison de réintégrer l'armée française. Les Britanniques veulent plutôt transporter la garnison dans un port français situé hors du pays. Joannès retourne ensuite à Québec avec une copie de la capitulation modifiée afin de la faire approuver par de Ramezay, qui renvoie Joannès au camp britannique à 22 h 30. Juste comme Joannès sort de la ville par la porte St-Louis, le capitaine de Rochebeaucourt entre par la porte du Palais avec 100 cavaliers transportant des poches de biscuits mouillées par la pluie. De Ramezay informe le capitaine qu'il est déjà trop tard. Le matin du 18 septembre, de Ramezay et Townshend signent la capitulation de Québec dans le camp britannique. Le soir, l'armée britannique prend possession de la forteresse de Québec 5 manuscript pp. on 2 doubles ff. / 1 vol in 8 ° of [2] ff., 84, 38 pp. (Dedication in ink on the title to W Lighthall, mayor of Montreal, mar P.S. Murphy, president of the literary and historical society of Quebec). Original manuscript of the memorandum recounting the brilliant carrier of J. B de Ramezay, the last military commander of the city of Quebec before his fall on September 18, 1759.

MARTIN (John). Auguste Jean Baptiste DEFAUCONPRET, translator.

Histoire des naturels des îles Tonga ou des Amis, situées dans locéan Pacifque, depuis leur découverte par le capitaine Cook; redigee par John Martin, sur les details fournis par William Mariner.

Paris, Gide Fils and Nicolle, November 1817. 1817 2 vol. in-8° (250 x 125 mm.) de : 398 pp. ( dont les xxii pp. du début), [1] ff.; 398 pp. Demi-veau d'époque, dos lisse orné, plats recouverts de papier à la colle bleu, tranches jaspées. (reliure et corps d'ouvrage très frais).

Première édition française du récit de John Martin sur les quatre années de William Mariner aux iles Tonga entre 1806 et 1810, premier récit détaillé de la vie dans ces îles, bien qu'elles aient été découvertes par Schouten en 1616, avec un premier contact avec les Européens lors des voyages de Cook en 1773 et 1777. Cette version française, parue la même année que lédition en anglais, est rare et absente de la plupart des collections (pas dans « Hill » ni « Kroepelien »). Mariner était un jeune marin britannique sur le baleinier « port au prince ». Armé à la course en 1806, il captura deux navires espagnols : le brick « Santa Isidora » et la « Santa Maria », qui furent ensuite envoyés à Port Jackson pour être vendus. Le « Port-au-Prince » visita Hawaii à la fin de 1806, puis navigua avec un équipage en partie hawaïen. A Tonga, l'équipage se mutina, et la plupart des marins furent massacrés par les indigènes. Mariner en réchappât grâce à la protection du roi des Tonga et y vécut comme son fils adoptif pendant quatre ans. L'histoire de Mariner a été citée par Byron comme l'une des inspirations de son poème « The Island, or Christian and his Comrades (1823), un récit romantique sur la mutinerie Bounty. Louvrage comporte une grammaire et un dictionnaire tongan-anglais, avec un autre appendice important "sur les compétences chirurgicales du peuple Tonga", avec des références à des pratiques similaires à celles dHawaii. C'est l'un des premiers récits sur les pratiques médicales indigènes dans le Pacifique. John Martin, était médecin et météorologue. La traduction française est due à Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret, également à lorigine de la première édition française du premier voyage de Sir John Franklin (même éditeur, 1824). Superbe exemplaire, très frais. Martin, "Catalogue d'ouvrages relatifs aux Iles Hawaii", p. 18; Judd, "Voyages to Hawaii before 1860", 117. Forbes, "Hawaiian National Bibliography", 468. 2 vol. 8°. Contemp. half calf. First French edition of Martin's account of William Mariner's four years in Tonga between 1806 and 1810, which provided the first account of life in the islands , visited by Cook in 1773 and 1777. Published same year as the English, this version is rare ( not in Hill and Kroepelien). Mariner was a young British sailor on board the Port au Prince, a whaler that visited Hawaii in 1806, and then sailed with a number of Hawaiian crew. At Tonga the crew mutinied, and most were massacred by the natives, but Mariner came under the protection of the King and lived there for four years. Mariner's story inspired Byron for his poem The Island, or Christian and his Comrades, a romantic narrative of the Bounty mutiny. The work includes a grammar and a Tongan-English dictionary, with a further important appendix "on the surgical skills of the Tonga people", with references to similar practices in Hawaii. This is one of the earliest accounts of indigenous medical practices in the Pacific. John Martin, Mariner's ghost-writer, was a physician and meteorologist of some note. This French translation was by Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret, who also prepared the first French edition of the first voyage of Sir John Franklin (same publisher, 1824). Fine fresh copy.

MEDINA (Pedro de).

Larte del navegar. In laqual si contengono le regole, dechiarationi, secreti, & avisi, alla bona navegation necessarii...

Venice: Gianbattista Pedrezano, 1554. 1554 8 parties en 1 vol. in-4° (205 x 150 mm) de : [12] ff. (titre gravé, privilège, préambule, table et 1 f. blanc) ; CXXXVII (erreurs de pagination entre les ff. XXX et XXXII, XLVIII et LVII, LXIX et LXXIII, CXXXIIII et CXXXVI) ; 8 titres gravés (correspondant aux 8 parties) ; très nombreuses lettrines gravées, 1 carte gravée à pleine page ; très nombreux schémas et tableaux dans le texte, le tout compris dans la pagination. (corps d'ouvrage particulièrement frais). Plein vélin d'époque, dos lisse avec traces de titrage à l'encre, tranchefils traversant les coiffes, traces de lacets. (accidents aux coiffes).

Rare première édition italienne de ce célèbre traité de navigation, premier ouvrage scientifique consacré au sujet. L'historien et hydrographe, Pierre de Médine naquit en 1493, sans doute à Séville, et mourut probablement en 1567. Humaniste et savant, il publia cinq livres, dont trois au moins en Andalousie : Libro de grandezas y cosas memorables de España, Libro de la Verdad (Séville, 1549), Arte de navegar (Valladolid, 1545), Cronica breve de España (Séville, 1548), Tabula hispaniae geographica (Séville, 1560), Cronica de los duques de Medina (1561). LArt de naviguer connut un immense succès en Europe, comme en témoignent ses nombreuses traductions. La présente est due à Vincenzo Paletino da Corzula, traduite de loriginal espagnole. Dès les premiers mots du « proème », Pierre de Médine, en 1545, et son traducteur, en 1554, répètent une leçon quUlysse, et Gilgamesh avant lui, enseignaient déjà aux enfants du Croissant fertile et quaucune École Navale ne manque, aujourdhui, denseigner à ses novices dès leur prime amarinage : « il faut tout savoir avant dappareiller ». Oui, tout, du monde et des hommes, des pratiques et théories. Lencyclopédie est le commencement de la philosophie, la moindre de ses politesses, comme le début de la navigation. Du dynamisme de ses erres, celle-ci relie les pays du monde comme les régions de la connaissance. Habiter, construire, naviguer, penser supposent la même communication. LArt de naviguer doit donc se lire, dabord, comme le modèle réduit du savoir contemporain, comme une traduction, en langage de mer, dune sorte dInstauratio magna, dans le style de Francis Bacon, dont le frontispice se souvenait encore, en 1628, de la caravelle cinglant vers le Nouveau Monde. L'ouvrage est illustré 82 diagrammes et figures sur bois précisant le type de navigation recommandé, en fonction des vents, du Soleil, de l'étoile du Nord ou de la Lune. ), y compris la grande gravure sur bois des navires sur le titre et au début du livre 2, et d'une carte pleine page de l'Europe, de l'Afrique et du Nouveau Monde 1 vol. in-4°. 82 woodcuts in text, full-page woodcut map. Contemp. vellum. Rare first Italian edition of this famous navigation treatise, first scientific work devoted to the subject. The historian and hydrograph, Peter of Medina was born in 1493, probably in Seville, and probably died in 1567. Humanist and scholar, he published five books, including at least three in Andalusia: Libro de grandezas y cosas memorable de España, Libro of Verdad (Seville, 1549), Arte de navegar (Valladolid, 1545), Cronica breve de España (Seville, 1548), Tabula hispaniae geographica (Seville, 1560), Cronica de los Medina (1561). The Art of Navigation had a huge success in Europe, as evidenced by its many translations. The Art of use must be read first, as the model of contemporary knowledge, such as translation, in maritime language, a sort of Instauratio magna, in the style of Francis Bacon, whose frontispiece still remembered in 1628, the caravel sailing towards the New World. The present edition is due to Vincenzo Paletino da Corzula, translated from the Spanish original. The book is illustrated 82 diagrams and wood-cut figures specifying the type of navigation recommended, according to the winds, the Sun, the North Star or the Moon. ), including the great woodcut of the ships on the title and early book 2, and a full-page map of Europe, Africa and the New World. Fine copy.

MELA (Pomponius)

Cosmographia, sive de situ orbis.

Venice, Erhard Ratdolt, 18 Juillet 1482. 1482 1 vol in-8° ( 218 x 158 ) de : [1] f. (dont carte du monde gravée et rehaussée en frontispice), [46] ff. (Titre en rouge, grandes et petites lettrines gravées sur bois) Nombreuses annotations manuscrites d'époque à l'encre brune dans les marges. Plein vélin ancien, tranche-fils traversant les coiffes, traces de lacets et de titrage à l'encre brune. (salissures et défauts d'usage).

Première édition illustrée du tout premier ouvrage latin consacré à la géographie, seule édition incunable à contenir les deux traités du célèbre géographe romain. Pomponius Mela, qui écrivait aux alentours de 43, est le plus ancien géographe romain connu. Il donna une description qui couvre le monde connu des Gréco-Romains. On ne sait rien de lui, sinon son nom et son lieu de naissance qu'il indique lui-même, la petite ville de Tingentera ou Cigentera dans la province de Bétique, dans la baie d'Algésiras. On date sa vie de la période de l'empereur Claude par déduction des indications géographiques qu'il donne dans ses ouvrages : la désignation de la ville d'Afrique romaine sous le nom de Césarée, nom que lui donna Juba II sous Auguste. la référence qu'il fait à Cornélius Népos, écrivain décédé sous le règne d'Auguste. Le triomphe qui fait suite à la conquête de la Bretagne, qui ne peut être que celui de Claude vu la remarque précédente et qui date de 424. Pomponius Mela est lauteur qui présente le tableau le plus complet de létat de la géographie vers le milieu du Ier siècle de lère chrétienne. Son présent ouvrage est écrit dans un style typiquement latin et agrémenté çà et là de métaphores. En dehors des chapitres géographiques de l'Histoire naturelle de Pline l'Ancien (où Mela est cité comme une référence importante), le De situ orbis est le seul traité sur le sujet en latin classique. La carte du monde reliée en frontispice, gravée sur bois, d'inspiration Ptolémaïque, fut la seconde carte à être imprimée en Italie (Campbell p.119). Elle montre l'Europe, l'Asie et la partie nord de l'Afrique, avec le Nil représenté avec comme sources dans deux lacs, l'un directement sur l'équateur, et l'autre juste au sud de celui-ci. Ces lacs se sont recoupés avec ceux que l'on appelle maintenant le lac Albert et le Victoria Nyanza, montrant que leur emplacement était supposé, sinon connu des géographes, au moins quatre siècles avant leur découverte tardive. Au sud, des rivières qui montent des montagnes et s'écoulent dans ces lacs, le Niger en Afrique de l'Ouest est également représenté. Cette carte est aussi la première à représenter la connaissance portugaise de lépoque de la côte ouest de l'Afrique qui conduit six ans plus tard au franchissement du Cap de Bonne-Espérance. Campbell suggère que l'imprimeur de l'édition, Erhard Ratdolt, pourrait avoir été le cartographe, puisque ceci et sa carte T-O de 1480 sont les deux premières cartes de gravure sur bois imprimées en Italie. Cette carte sera été copiée pour une édition de Salamanque ainsi que pour la Chronique de Nuremberg de Schedel. Première édition de la traduction en vers de Priscianus du De situ orbis de Dionysius; l édition de Ratdolt est la seule édition incunable à contenir les deux traités géographiques. Lexemplaire présente de nombreuses annotations manuscrites contemporaines dans ses larges marges. Bel exemplaire de cet ouvrage de toute rareté. 1 vol in-8°. 1 map, [46] ff. Vellum binding.First illustrated edition of the very first Latin work devoted to geography, the only incunable edition to contain the two treatises of the famous Roman geographer. Pomponius Mela, who wrote around 43, is the oldest known Roman geographer. He gave a description that covers the known world of the Greco-Romans. Nothing is known of him, except his name and place of birth which he indicates himself, the small town of Tingentera or Cigentera in the province of Betic, in the bay of Algeciras. His life is dated from the period of the Emperor Claudius by deduction of the geographical indications he gives in his works: the designation of the city of Roman Africa under the name of Caesarea, name given by Juba II under Augustus. the reference he makes to Cornelius Nepos, a writer who died in the reign of Augustus. The triumph that follows the conquest of Brittany, which can only be that of Claude seen the previous remark and dates from 424. Mela is the author who presents the most complete picture of the state of geography in the middle of the first century of the Christian era. His present work is written in a typical Latin style and embellished with metaphors. Apart from the geographical chapters of the Natural History of Pline the Elder (where Mela is cited as an important reference), De situ orbis is the only treatise on the subject in classical Latin. The modified Ptolemaic map of the World was the second map to be printed in Italy (Campbell p.119). It shows Europe, Asia and the northern part of Africa, with the Nile represented with taking sources in two lakes, one directly on the equator, and the other just south of it. These lakes intersected with those now known as Lake Albert and Victoria Nyanza, showing that their location was supposed, if not known to geographers, at least four centuries before their belated discovery. To the south, rivers that rise mountains and flow into these lakes, Niger in West Africa is also represented. It is also the first map to represent the Portuguese knowledge of the time of the west coast of Africa which leads six years later to cross the Cape of Good Hope. Campbell suggests that the publisher, Erhard Ratdolt, might have been the cartographer. This map will be copied for an edition of Salamanca as well as for Schedel's Nuremberg Chronicle. First edition of Priscianus' translation of Dionysius's De situ orbis; the Ratdolt edition is the only incunable edition to contain the two geographical treatises. The copy has many contemporary handwritten annotations in its large margins. Fine copy of this book of any rarity.

MERCATOR (Gerhard)

Galliae tabule geographicae Per Gerardum Mercatorem Illustrissimi Ducis Julie Clivie Montis &c. cosmographum./Belgii Inferioris Geographicae tabule. Per Gerardum Mercatorem Illustris. Ducis Julie Clivie &c. cosmographum./Germaniae tabule geographicae. Per Gerardum Mercatorem Illustris. Ducis Julie Clivie Montis &c. Cosmographum.

Duysburgi edite, [s.n., 1585]. Cum privelegio. 1585 1 vol. in-fol. (410 x 295 mm.) de: [8] ff. (dont 1 titre gravé, 5 feuillets préliminaires et 2 feuillets dindex) ; 15 cartes sur double page et 1 carte à pleine page avec leur texte explicatif au dos ; [6] ff. (dont 1 titre gravé, 2 ff. préliminaires, 1 f. blanc et 2 ff. dindex) ; 9 cartes sur double page avec leur texte explicatif au dos ; [4] ff. (dont 1 titre gravé, 2 ff. de table et 1 f. blanc) ; 26 cartes sur double page avec leur texte explicatif au dos ; [4] ff. dindex. Titre gravé et cartes en coloris dépoque. Soit un total de 3 titres gravés et 51 cartes en coloris d'époque. (brunissures au dos des cartes dues aux pigments, tâches brunes en marges inférieures, comblements de papier aux coins inférieurs, comblement plus important au dernier f. avec perte de quelques caractères. Coloris particulièrement vifs et frais). Plein veau d'époque, dos à nerfs orné muet, encadrement de filets dorés sur les plats avec ornements angulaires et large motif central, tranches dorées. (dos et coins discrètement restaurés, gardes renouvelées (papier ancien)).

Edition originale de la Première partie de l'Atlas de cartes modernes en trois parties de Gerhard Mercator (1512-1594) à être parue (Il a publié les cartes de Ptolémée en 1578). Les autres parties, Italia et Pars altera, paraîtront respectivement en 1589 et 1595. Superbe exemplaire finement coloré à la main à l'époque en très bel état. Nordenskiold 138. 1 vol in folio. 51 col. maps. Contemp. calf. First edition of the first part of Atlas of modern maps in three parts of Gerhard Mercator (1512-1594) to be published (He published the maps of Ptolemy in 1578). The other parts, Italia and Pars altera, will appear respectively in 1589 and 1595. Superb copy finely colored by hand at the time.

MICHAUX (François-André).

Voyage à l'Ouest des Monts Alléghanys, dans les Etats de l'Ohio, du Kentucky et du Tennessée, et retour à Charleston par les Hautes-Carolines ; contenant des détails sur l'état actuel de l'agriculture et les productions naturelles de ces contrées, ainsi que des renseignements sur les rapports commerciaux qui existent entre ces Etats et ceux situés à l'Est des montagnes et la Basse-Louisiane ; Entrepris pendant l'an X-1802, sous les Auspices de M. Chaptal, Ministre de l'Intérieur.

Paris, Levrault, 1804. 1804 1 vol. in-8° (206 x 127 mm.) de [2] ff. (Faux-titre, Titre), VI pp. (Avertissement, Remarque), 312 pp. et 1 Carte dépliante in-fine. Pleine basanne racinée d'époque, dos lisse orné, titre de maroquin vert, tranches marbrées. (défauts d'usage).

Edition originale ( second état, de ce grand classique de la littérature de voyage, relation du périple de François-André Michaux (1770-1855) à louest des Monts Alleghany. Fils dAndré Michaux (1746-1802), botaniste et explorateur, il accompagna son père, en 1785, pour explorer les ressources botaniques des Etats-Unis. Après avoir créé des pépinières dans le New-Jersey et en Caroline du Sud, ils explorèrent ces régions ainsi que le Nord de la Floride. Il repartit pour la France en 1790, étudier la médecine avec Corvisart et Desault, et il prit part à la Révolution. En 1801, le gouvernement français lenvoya vendre les plantations que son père avaient établies dans le New-Jersey. A son retour, en 1803, il publie le présent ouvrage, compte-rendu de son voyage, qui fut traduit en anglais et en allemand. Michaux est essentiellement connu pour son uvre en tant que botaniste et notamment son traité sur les forêts américaines : « North American Sylva ». « Michaux cherchait une opportunité pour continuer luvre de son père en Amérique du Nord. Avec le soutien de Jean Chaptal, Ministre de lIntérieur, il sembarqua pour les Etats-Unis et arriva à Charleston, en Caroline du Sud, le 9 octobre 1801. Il avait été chargé, pour des raisons économiques, de fermer la pépinière de Charleston fondée par son père, et il renvoya en France les semis et les plants quil jugeait intéressant de cultiver. Au printemps 1802, Michaux voyagea dans les forêts du New Jersey avec David Hosack et visita également le Elgin Botanical Garden que ce dernier venait de fonder à New York. De là, il se rendit à Philadelphie où il rencontra William Bartram et put admirer la collection de William Hamilton à Woodlands. Par la suite, il parcourut la Pennsylvanie, le Kentucky et le Tennessee avant de revenir en Caroline, et il fit la connaissance danciennes relations de son père. Il revint en France en 1803 pour organiser le transport des plantes et des semences quil avait sélectionnées et rédiger des rapports sur son travail. Il était clair quà ce moment, il avait déjà le dessein de rédiger une uvre importante sur les bois dAmérique du Nord. » (Ian MacPhail, ADNB). Par la suite, il fait paraître dautres textes, au sujet de lacclimatation des espèces américaines en Europe. Il fut administrateur de la Société centrale dagriculture (aujourd'hui Académie d'agriculture) de 1820 jusquen 1855, correspondant de lAcadémie des Sciences et il fut décoré de lordre de la légion dHonneur. In-fine, le livre est illustré dune : "Carte des Etats du Centre de l'Ouest et du Sud des Etats-Unis, Dessinée par Dupuis fils. An XII- 1804." Bel exemplaire. 1 vol. 8vo. Contemporary tree sheep. 1 folding map. First edition, second issue. Rare travel account by the botanist François-André Michaux (1770-1855) of a journey he made in 1801. He first traveled in the United States in 1785, with his father, André Michaux (1746-1802) who was an explorer and a botanist, to study the botanical ressources of the country. They settled plant nurseries in New Jersey and South Carolina. He came back in France in 1790, and in 1801, the French Government send him in New Jersey to sell these plantations. The present work is the account of this 1801 journey. Fine copy. Howes M579; Sabin 48703.

MOUNT (William); PAGE (Thomas).

The English Pilot. The Fourth Book. Describing the West-India Navigation, from Hudsons-Bay to the River Amazones.

London, Printed for J. Mount and T. Page, 1765. 1765 1 vol in-plano (478 x 312 mm) de: 1 carte dépliante en frontispice ; 68 pp. (marquées 66, dont titre et descriptions accompagnées de schémas de côtes gravés sur bois) ; 4 cartes comprises dans la pagination, 1 carte à pleine page, 10 cartes dépliantes et 10 cartes sur double page pour un total de 26 cartes comprenant celle en frontispice. (quelques traces de mouillures, carte « West Indies » rognée court avec petite atteinte au cadre). Pleine basane d'époque, dos à nerfs, titre de maroquin rouge, encadrement de filets à froid sur les plats, lacets de toile, tranches mouchetées: "reliure de bord", exemplaire destiné à l'usage à bord d'un navire portant les stigmates de son utilisation. (Défauts dusage, manques de cuir aux coins et aux coupes, dos discrètement restauré).

Bel exemplaire de la première collection significative de cartes exclusivement consacrée aux côtes américaines publiées en Angleterre. La série du « pilote anglais » a été commencée en 1671 par John Seller, dont les profils sont dérivés des ouvrages de pilote néerlandais de Pieter Goos. Le "English Pilot" a initié la production indépendante de livres de pilote en Angleterre qui a finalement mis un terme à la prédominance néerlandaise. Pour le commerce britannique en Amérique du Nord et pour les colons, la publication du "English Pilot", livre 4 fut une aubaine. Pour la première fois, un atlas maritime anglais a présenté des cartes de toute la côte est de l'Amérique du Nord. Pour des yeux modernes, les cartes sont brutes et éparses de détail; mais pour le navigateur des eaux américaines à cette époque, c'était sa Bible. Quelles que soient ses imperfections, il n'y avait vraiment pas déquivalent, pas de véritable concurrent, depuis plus de soixante ans. La demande était si importante que 37 éditions furent publiées de 1689 à 1794, plus trois éditions « pirates ». Au cours de l'histoire de la publication, ses cartes connurent de nombreux changements, et leur nombre passera de 18, pour la première édition, à 26 au final (cette édition en compte 25). Presque toutes les cartes du quatrième livre ont été retravaillés et des cartes ont été ajoutés et remplacés par des cartes plus précises. Verner note que 64 titres de cartes différents ont été enregistrés dans les éditions qu'il a examinées. En raison de sa nature pratique et de son usage, les exemplaires de toutes les éditions sont assez rares. Fine copy of the first significant collection of charts exclusively devoted to the American coasts published in England. The series of English Pilot books was started in 1671 by John Seller, whose charts derived from the Dutch pilot books of Pieter Goos. The English Pilot initiated the independent production of pilot books in England which ultimately overcame Dutch predominance. For British trading in North America and for the colonists there, the publication of The English Pilot: The Fourth Book must have been a godsend. For the first time an English sea atlas presented charts of the whole eastern seacoast of North America. To modern eyes the charts are crude and sparse of detail; but to the navigator of American waters in that period, it was his Bible. Whatever its shortcomings, there was really no substitute, no real competitor, for over sixty years. This work was in such high demand that 37 editions were published from 1689 to 1794, plus three pirated editions. During the history of publication, the charts went through numerous changes, starting with the addition to the 18 charts in the first edition to an eventual 26 in the final (this edition has 25). Nearly every chart in the Fourth Book was reworked and charts were added and replaced by more accurate charts with subsequent editions. Verner notes that 64 different chart titles have been recorded from the editions he examined. Due to its practical nature and use, copies of all editions are quite rare. List of the charts: 1. A New and Correct Chart of the Western and Southern Oceans 2. A New and Correct Chart of the North Part of America from New Found Land to Hudson's Bay 3. A New Generall Chart for the West Indies of E. Wright's Projection 4. A General Chart of the Western Ocean 5. A Chart of the Sea Coast of New Foundland New Scotland New England New York New Jersey with Virginia and Maryland 6. The Harbour of Casco Bay 7. A New and Correct Chart of the Coast of New Foundland 8. A Chart Shewing Part of the Sea Coast of New Foundland... drawn by John Gaudy Island of St. Peters [in text] 9. A New and Correct Chart of the Sea Coast of New England, from Cape Codd to Casco Bay 10. A Draught of New York from the Hook to New York Town 11. Virginia, Maryland, Pennsilvania, East & West New Jarsey 12. A Draught of Virginia by Mark Tiddeman Barbados [in text] 13. A New Mapp of the Island of St. Christophers; Guardalupa; Martineca Antegua [in text] 14. A Large Draft of South Carolina 15. A Correct Chart of the Caribbee Islands 16. A Correct Chart of Hispaniola 17. A Draught of the West End of the Island of Porto Rico; the Island of Beata; the Island of Zachee; of Sam Bay; the Island of Heneago and Platform Bay. 18. Chart of Cuba 19. A New and Correct Draught of the Bay of Matanzas 20. The Island of Jamaica Bermudas [in text] 21. A Chart of the Coast of Guayana; The River Orinoco; The River of Surinam 22. A New and Correct Chart of the Trading Part of the West Indies. Phillips,Atlases 1157; Sabin 22616; Verner Bibliography of the Fourth Book of the English Pilot 12 1 vol in-plano (478 x 312 mm) de: 26 engraved maps (21 double-page or folding, one single page), four engraved maps in text. Contemporary sheep. Fine copy of the first significant collection of charts exclusively devoted to the American coasts published in England. The series of English Pilot books was started in 1671 by John Seller, whose charts derived from the Dutch pilot books of Pieter Goos. The English Pilot initiated the independent production of pilot books in England which ultimately overcame Dutch predominance. For British trading in North America and for the colonists there, the publication of The English Pilot: The Fourth Book must have been a godsend. For the first time an English sea atlas presented charts of the whole eastern seacoast of North America. To modern eyes the charts are crude and sparse of detail; but to the navigator of American waters in that period, it was his Bible. Whatever its shortcomings, there was really no substitute, no real competitor, for over sixty years. This work was in such high demand that 37 editions were published from 1689 to 1794, plus three pirated editions. During the history of publication, the charts went through numerous changes, starting with the addition to the 18 charts in the first edition to an eventual 26 in the final (this edition has 25). Nearly every chart in the Fourth Book was reworked and charts were added and replaced by more accurate charts with subsequent editions.

NOLLET (Jean-Antoine, abbé).

Leçons de physique expérimentale.

Paris, Durand, 1771-77. 1771 6 vol. in-8° ( 167 x 100 mm.), 1 portrait frontispice et 116 pl. dépl. h.t. gravées sur cuivre représentant les instruments et appareils de physique utilisés par l'abbé Nollet lors de ses leçons publiques. Plein veau d'époque, dos à nerfs ornés, titres de maroquin rouge. (défauts d'usage et petits manques de cuir, intérieur trés frais.)

Bel exemplaire, en reliure d'époque, du plus célèbre des ouvrages de vulgarisation scientifique du XVIIIème siècle (1ere édition : 1743). D'humble origine, Jean Antoine Nollet (1700-1770) choisit la carrière ecclésiastique, inévitable pour un enfant sans fortune, doué et avide de connaissances. Après des études philosophiques et théologiques à Paris, il devient précepteur dans la famille Taitbout où il rencontre les beaux esprits et personnages influents de l'époque. Ses dons manuels exceptionnels vont lui ouvrir une carrière d'un autre ordre : Il confectionne en 1728 un globe terrestre qu'il assemble lui-même et qu'il dédie à la duchesse du Maine. Cette uvre lui ouvre les portes de la Société des arts, parrainée par le duc de Clermont, et dont étaient membres les fameux artisans de l'époque. Érudit et artisan de talent, Nollet travaille avec du Fay et Réaumur comme constructeur d'instruments. C'est également un excellent orateur et vulgarisateur. Ces dons, joints aux instruments scientifiques qu'il a à sa disposition, l'encouragent à se lancer dans la carrière de conférencier. Il donne la première de ses "causeries expérimentales" en 1735. Le succès est immense et la popularité de Nollet va grandissant. Il est sollicité à Turin, Bordeaux, Reims ; les commandes d'instruments sont de plus en plus nombreuses ; Voltaire lui demande en 1738 un cabinet d'instruments d'une valeur de 10 000 livres. Sa position sociale et financière est assurée ; son prestige se trouve renforcé par son élection à l'Académie des sciences en 1739. Nollet est dabord un vulgarisateur qui a brillamment illustré une approche de la communication scientifique où l'expérimentation et la démonstration jouent un rôle essentiel. En tant que fabricant d'instruments scientifiques, il a introduit un nouveau style dont on peut admirer la qualité et l'élégance au Musée des arts et métiers à Paris et au Musée Stewart de Montréal ainsi que dans les planches de ses présentes « Leçons de physique expérimentale », son uvre incomparable. Bel exemplaire, très frais. Rogg, 241. 6 vols. 8vo. 1 frontispiece portrait, 116 engraved folding plates depicting Nollet's instruments. Contemporary full calf. The most famous scientific work for the general public of 18th century. Nollet (1700-1770) was a popularizer who brightly illustrated a new approach of scientific comunication based on experiment and demonstration. In the present work, the illustration shows his style as an scientific instrument maker. Fine copy.

NORBERT DE BAR-LE-DUC (R. P. Capucin).

Mémoires utiles et nécessaires, tristes et consolans, sur les missions des Indes Orientales, etc. Dressés selon l'Ordre des Supérieurs, et sur l'instance des Capucins missionnaires aux Indes. Memoriali utili e necessarii aflittivi e consolanti, rispetto alle Missioni delle Indie Orientale. Suivi de: Oraison funèbre de Monseigneur de Visdelou Jésuîte, évêque de Claudiopolis, vicaire apostolique en Chine, &c., décédé à Pondicheri, le 11 novembre 1737, & inhumé dans l'église des RR.PP. Capucins, missionnaires apostoliques & curés. Prononcée le onze décembre suivant : avec des notes, instructions & relations curieuses (...). Imprimée par les soins d'un seigneur, parent du même évêque.

Luques, Antoine Rossi, 1742 et Cadix, chez Antoine Pereira, 1742 1742 1 vol in-8° (177 x 110 mm.) de: [1] ff., XXXIV, 377, [1] pp.; [6] ff. (titre, avis au lecteur, dédicace à Benoît XIV), 202, XVI pp. Note manuscrite ancienne sur la dernière garde. Demi basanne fauve postérieure, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge.

I- Edition originale. Récit de la querelle des Capucins contre les Jésuites qui veulent les remplacer à Pondichery. Les Capucinsy sont installés depuis 1671 et les Jésuites ne respectent pas les décrets de la Sainte Congrégation. Pondichéry est une étape indispensable pour les Capucins qui se rendent au Tibet et par ailleurs, ceux-ci projettent d'établir une mission aux Iles Nicobar. Le père Norbert s'est rendu célèbre par ses démêlés avec les Jésuites. Son ouvrage est une défense de son ordre quant à la pratique des rites païens sur la côte de Malabar. Les Jésuites toléraient ces concessions à l'idolâtrie qu'ils regardaient comme nécessaires, alors que le père Norbert était partisan de l'interdiction proférée par le cardinal Maillard de Tournon, envoyé comme visiteur apostolique en Inde au début du XVIIIème siècle. De nombreux décrets et correspondances sont reproduits. Texte en français et en italien en regard. II-Unique édition de ce texte, qui s'insère dans la longue histoire de la "Querelle des rites" chinois : le Jésuite Claude de Visdelou (1656-1737) fut envoyé en 1685 en Chine avec le P. Tachard. Il fut choisi en 1708 par le Cardinal de Tournon pour l'aider dans sa tâche d'inspection et nommé à ce titre vicaire apostolique. C'est alors qu'il se désolidarisa de la position de ses confrères sur la controverse des rites chinois, allant jusqu'à fournir au cardinal la traduction des textes officiels chinois allant à l'opposé de la doctrine de la Compagnie (les "rites" envers Confucius et les défunts sont des cérémonies civiles sans caractère religieux, et restent donc compatibles avec la pratique du christianisme). Il accompagna le cardinal de Tournon à Macao lors de son exil décidé par l'Empereur, et pu partir pour l'Inde après sa mort (1710). (Quérard, VI, 446) 1 vol in-8°. Later half sheep; Original edition of those 2 works (only ed; for the second). Pierre PARISOT (born in Bar-le-Duc in 1697, dead close to Commercy in 1769), in religion the NORBERT father, was named Attorney General of the Foreign missions, and made a stay with Pondichery. The first text is a rare first edition of this scathing polemic against the Jesuits in India by the cantankerous Père Norbert, erstwhile Capuchin in missionary at Pondicherry. The work explains the priority of the Capuchin mission in the area, the subsequent arrival of the Jesuits and gives an unending litany of complaints against the invaders. These include charges that the Society of Jesus was illegal, that the Jesuits infringed on Capuchin territory and jurisdiction, and that they lied about the number of their converts. Many letters and legal documents relevant to both the missions hi story are transcribed. The work appeared two years prior to the authors better known Mémoires historiques sur les missions des Indes. His books enjoyed a success of scandal throughout Europe, particularly among anticlerical Enlightenment readers, who naturally relished the unseemly divisiveness between the two great religious orders.

ORTELIUS (Abraham)

Theatro del Mondo. Nel quale distintamente si dimostrano, in Tauole, tutte le Prouincie, Regni & Paesi del Mondo...

Venice, Turrini, 1655. 1655 1 vol in-8° (144 x 98 mm) de : [4] ff. (ft., t., dédicace, préface, 1 carte du monde gravée), 231 pp. (dont 108 cartes à pleine page), [8] ff., 12 pp. Plein vélin, tranche-fils traversant les coiffes, dos à nerfs muets. (exemplaire très frais).

Seconde édition italienne de cette version de poche du « Théâtre du Monde » du célèbre Abraham Ortélius (1527-1598) qui fut surnommé le « Ptolémée de son temps ». Ortelius avait commencé sa carrière comme graveur et coloriste de cartes chez léditeur Plantin, puis il commença à signer sa propre production de nouveaux atlas sous, encouragé et soutenu par le grand Gerardus Mercator. Lédition originale de son atlas en 1570 comportait 53 cartes, inspirées largement de diverses sources mais marquées dun style très personnel et enrichies dun texte descriptif qui donnaient à son travail une uniformité sans précèdent. En 1575, Ortélius fût nommé, en reconnaissance de son talent, géographe de Philippe II dEspagne, ce qui lui donna accès à une immense source dinformations inédites. Ainsi, latlas fût continuellement corrigé et augmenté dans les quarante années qui suivirent, même après sa disparition. La présente édition de la traduction de Marchetti fut d'abord publié à Brescia, 1598, imitation de l'édition originale avec des plaques gravées en Italie. Sa popularité parmi les lecteurs italiens est clairement démontrée par le fait que les éditions ont été imprimées jusqua 1724. Il existe 2 tirages de cette édition, l'une datée du 15 juillet 1655, l'autre datée du 20 septembre. Notre exemplaire porte la seconde date. Il comporte un bois gravé sur le titre, de nombreuses lettrines et 109 cartes finement gravées sur cuivre. Exemplaire très frais. 1 vol in-8°. 109 engr. maps. Vellum binding. Second Italian edition of this pocket version of the "Theater of the World" of the famous Abraham Ortelius (1527-1598) who was named the "Ptolemy of his time". Ortelius began his career as an engraver and map colorist at the publisher Plantin, and then began signing his own production of new atlases, supported by the great Gerardus Mercator. The original edition of his atlas in 1570 included 53 maps, largely inspired by various sources but marked by a very personal style and enriched with a descriptive text that gave to his work an unprecedented uniformity. In 1575, Ortélius was named, in recognition of his talent, geographer of Philip II of Spain, who gave him access to an immense source of unpublished information. Thus, the atlas was continually corrected and increased in the forty years that followed, even after its disappearance. This edition of Marchetti's translation was first published in Brescia, 1598, an imitation of the original edition with plates engraved in Italy. Its popularity among Italian readers is clearly demonstrated by the fact that the editions were printed until 1724. There are 2 prints of this edition, one dated July 15, 1655, the other dated September 20. Our copy bears the second date. Wood cut on the title, many engraved initials, and 109 cards finely engraved on copper. Very fresh copy.

PASCAL (Blaise).

Traitez de l'Equilibre des liqueurs, et de la pesanteur de la masse de l'air. contenant l'explication des causes de divers effets de la nature qui n'avaient point ésté bien connus jusques ici & particulièrement de ceux que l'on avait attribuez à l'homme du Vuide.

Paris, Guillaume Desprez, 1663. 1663 1 vol in-12° (147 x 82 mm) de: [28] ff. (titre, préface, avertissement, privilège, fautes à corriger) ; 232 pp. (dont 1 schéma et des tableaux) ; [4] ff. (table) ; 2 planches gravées dépliantes. 2 ex-libris gravés armoriés sur les gardes. (déchirures discrétement restaurées aux planches). Plein veau d'époque, dos à nerfs orné et titré à l'or, encadrement de filets dorés sur les plats, roulette dorée sur les coupes, tranches jaspées rouges. (coins restaurés, un mors partiellement fendu. Provenance: 2 ex-libris armoriés gravés)

Edition originale du premier ouvrage affirmant que la pression dans un liquide est transmise non diminuée dans toutes les directions. La publication de cette uvre posthume du mathématicien, physicien, inventeur, philosophe Blaise Pascal (1623-1662) est due à son neveu Etienne Périer et au physicien Rohault. Louvrage, divisé en deux parties, est consacré aux lois de l'hydrostatique et à la démonstration et à la description des divers effets du poids de l'air. Poursuivant les recherches de Stevin, Galilée, Torricelli et Mersenne, Pascal donne dans son traité un compte rendu du concept fondamental de la pression. Utilisant le baromètre torricellien récemment inventé, il fit escalader le Puy-de-Dôme par son beau-frère en 1648 et regarda le niveau du baromètre baisser avec l'ascension, démontrant ainsi que l'air avait du poids . La relation du changement barométrique et du changement dans le temps à également été décrite dans cet ouvrage. Bel exemplaire dans sa reliure dorigine. 1 vol in-12°. 2 folded plates, one woodcut diagram in text. Comtemp calf. First edition of the first account of Pascals aw, stating that pressure in a liquid is transmitted undiminished in all directions. Divided into two closely related parts, this posthumous work is devoted to the laws of hydrostatics and to the demonstration and description of the various effects of the weight of air. Continuing the investigations of Stevin, Galileo, Torricelli, and Mersenne, he provided in the Traitez a lucid account of the fundamental concept of pressure. Using the recently invented Torricellian barometer, Pascal had his brother-in-law climb the Puy-de-Dome in 1648 and watch the barometer level fall with the ascent, thereby demonstrating that air had weight... The relationship of barometric change and change in the weather was first outlined here.

PAVIE (Auguste).

Contes du Cambodge. Les douze jeunes filles d'Angkor, Rothisen, Néang Roum Say Sack, Néang Kakey, Méa Yeung, Sanselkey, Vorvong et Sauvivong.

Paris, Leroux, 1921. 1921 1 vol in-4° (235 x 186 mm.) de: [2] ff. (f.t, t.), 263 pp., 29 planches en couleurs hors texte et 101 figures en noir et blanc dans le texte. Brochage éditeur sur papier gauffré, image en couleur contre-collée sur le premier plat.

Superbe ouvrage sur les contes cambodgiens par l'illustre explorateur Auguste Pavie (1847-1925), maître d'uvre de la Mission éponyme en Indochine à la fin du 19e siècle. Auguste Pavie, à l'origine agent des télégraphes en Cochinchine, devint explorateur, ethnologue mais aussi photographe des rives du fleuve Mékong ("mission Pavie" 1889-1890). Il fut le premier vice-consul de France au Laos (1887), consul-général de France à Bangkok en 1892, puis commissaire général au Laos en 1893. Cest à lissue de son activité dans ces régions quil publie ces contes du Cambodge, un beau recueil illustré (parfois en couleur) de ces incroyables histoires au cur de la mythologie locale. 1 vol. in-4° (235 x 186 mm.) 29 color plates out of text and 101 figures in the text. Publisher cover. Superb work on Cambodian tales by the famous explorer Auguste Pavie (1847-1925), master of the eponymous Mission in Indochina at the end of the 19th century. Auguste Pavie, originally a telegraph agent in Cochin China, became an explorer, ethnologist and also a photographer on the banks of the Mekong River ("Mission Pavia" 1889-1890). He was the first vice-consul of France in Laos (1887), consul-general of France in Bangkok in 1892, then general commissioner in Laos in 1893. It is at the end of his activity in these regions that he publishes these tales of Cambodia, a beautiful illustrated collection (sometimes in color) of these incredible stories in the heart of local mythology.

PTOLEMAEUS (Claudius) /MERCATOR (Gerard)

I. Geographiae libri octo, recognitiam diligenter... [II. Galliae Tabule Geographicae. Belgii Inferiores Geographicae Tabule].

Cologne, Gottfried von Kempen, 1584 / Duisburg, [1585-1602]. 1584 3 parties en 1 vol in-folio (410 x 280 mm) de: [2] ff. (titre gravé et enluminé et feuillet préliminaire) ; 106 pp. (nombreux schémas dans le texte) ; [16] ff. (index, 1 tableau sur pleine page) ; [5] ff. (f. blanc, titre, privilège et schéma gravé sur pleine page) ; 27 cartes sur double page en beaux coloris d'époque avec description de chacune au dos ; 1 carte dépliante avec description ; [15] ff. (index) ; [10] ff. (titre gravé, privilège, avis au lecteur et index) ; 23 cartes sur double page avec description de chacune au dos ; 1 carte à pleine page avec description. (rares traces de mouillures, corps d'ouvrage frais) Plein veau 17ème, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, roulette dorée sur les coupes, tranches jaspées rouges. (discretes restaurations aux coiffes et aux coins)

Première édition avec la traduction de la géographie de Ptolémée par Pirckheimer, éditée par Arnold Mylius, exemplaire avec les 28 cartes en superbes coloris dépoque. Gerard Mercator (1512-1594), surnommé par Ortelius "le Ptolémée de notre temps", gravait ces plaques de cuivre dans le cadre d'une cosmographie qu'il comptait publier en cinq volumes. Le temps et l'effort mis par Mercator dans sa révision de Geographia de Ptolémée faisaient partie d'un grand projet qui occupa la plus grande partie de sa vie. Mercator avait pour projet de produire un ouvrage donnant la géographie et lhistoire des mondes antique et moderne. Sa carte générale Ptolémaïque est l'une des plus belles jamais produite. Les plaques de Mercator étaient si parfaites que 7 autres éditions en seront tirées. [relié avec Mecator Galliae Tabule Geographicae. 24 cartes gravées]. Adams P-2232; Sabin 66490; Koeman Me2; Shirley 139. 1 vol in-folio. 28 maps (+ 24 maps). 18th cent. calf. First edition, with the translation of the geography of Ptolemy by Pirckheimer, edited by Arnold Mylius, copy with the 27 maps in beautiful contemporary colors. Gerard Mercator (1512-1594), named by Ortelius "the Ptolemy of our time", engraved these copper-plates as part of a cosmography that he intended to publish in five volumes. Mercator's time and effort in revising Ptolemy's Geographia was part of a larger project that occupied most of his life. Mercator's plan was to produce a work on the geography and history of the ancient and modern worlds. His general Ptolemaic map is one of the most beautiful ever produced. The plates of Mercator were so perfect that 7 other editions were made with them. [bound with Mecator Galliae Tabule Geographicae. 24 engraved maps].

PYRARD DE LAVAL (Fr.)

Voyage de Francois Pyrard, de Laval, Contenant sa navigation aux Indes Orientales, Maldives, Moluques, & au Bresil : & les divers accidens qui luy sont arrivez en ce Voyage pendant son sejour de dix ans dans ces Pais. Avec une description exacte des Moeurs, Loix, Facons de faire, Police & Gouvernement; du Trafic & Compagnie qui s y fait; des Animaux, Arbres, Fruits, & autres singularitez qui s y rencontrent. Divise en trois parties. Nouvelle edition, reveue, corrigee & augmentee de divers Traitez & Relations curieuses. par le Sieur Du Val, Geographe ordinaire du Roy.

Paris, Billaine, 1679. 1679 3 parties en 1 vol. in-4° (243 x 195 mm.) de: [5] ff. (Titre, Au lecteur et Table des chapitres), 327, 218, 144 pp., [12] ff. (Table des Matières) et 1 carte dépliante du Voyage de Pyrard, dressée par Du-Val. Plein veau brun d'époque, dos à nerfs muet, tranches jaspées. (coiffes discrétement restaurées).

Edition la plus complète de cette célébre relation de périple d'un malouin en Asie et en Amérique. Parti le 18 mai 1601 de Saint-Malo, le marchand François Pyrard (1578-1621), de la ville de Laval, fait naufrage sur les atolls des Maldives au terme d'un terrible voyage. Il y est retenu prisonnier cinq ans, avant de regagner la côte indienne et les comptoirs portugais. Après un long séjour dans la ville de Goa, capitale de l'empire lusitanien en Orient, alors au faîte de sa puissance, il s'embarque comme soldat sur un navire de guerre : il passe ainsi par Ceylan, le Bengale et l'archipel de la Sonde. De retour à Goa, il est emmené sur une caraque portugaise pour être jugé comme espion à Lisbonne. Les fortunes de mer et les tempêtes détournent sa route sur São Salvador de Bahia, au Brésil, puis le mènent en Galice; de là il regagne sain et sauf la ville de La Rochelle où il accoste le 5 février 1611. Le Voyage de Pyrard de Laval, premier récit français sur les Indes, est un grand classique de la littérature de voyage - l'équivalent pour la France de la Pérégrination de Fernão Mendes Pinto pour le Portugal. C'est une source historique et ethnographique de toute première importance sur les Indes orientales de l'époque - l'unique pour les Maldives, ainsi qu'une mine d'informations et d'anecdotes sur l'Inde portugaise, largement exploitée par la suite, voire pillée, par nombre d'écrivains voyageurs. Pourtant, le livre, n a connu que quatre éditions successivement augmentées : 1611, 1615, 1619 et la présente édition. Provenance: Edward William Vernon Harcourt (1825-1891), naturaliste anglais et politicien (ex-libris armorié. Bel exemplaire, trés frais. Borba de Moraes II:694; Sabin 66882. 3 parts in 1 vol. 4°. 1 fold. map. By Duval. Contemp. calf. Later edition by Pierre Duval, regarded as the most complete edition (Howgego). In 1679 Pierre Duval, Geographer to the King, issued this new edition, revue, corrigée et augmentée de divers traités et relations curieuses. The vocabulary of the first edition of 1611 was suppressed and Bergerons text was enlarged and corrected. The map of the route of the voyage was drawn by Duval himself. Pyrard de Laval, a French merchant seaman, sailed to India in 1601. After his ship was wrecked in the Maldive Islands, he was captured by natives and fell in the good graces of the King of Malé, and remained in his realm for five years. He also travelled through Hindustan to Cochin.

QUADT (Matthias).

Fasciculus geographicus complectens praecipuarum totius orbis regionum tabulas circiter centum, una cum earundem enarrationibus.

Cologne, Johann Bussemecher, 1608. 1608 1 vol. In-folio (272 x 203 mm.) de : [4] ff. doubles montés sur onglets (titre, dédicace, préface, table), 85 cartes sur double page montées sur onglet avec texte au verso et 2 à pleine page, [2] ff. Doubles montés sur onglet et [1] f. (tables et index). Cartes en coloris d'époque. Folio (270 x 195 mm.), printed title within architectural engraved border, engraved arms of Herman Kran above printed dedication, 87 double-page engraved maps (including an anemographic diagram) engraved by Johann Bussemecher, Heinrich Nagel or Quadt, many incorporating portrait vignettes, Latin text on verso, the title and all maps finely coloured in a contemporary hand, the title-page and dedication leaf heightened in gold, Plein vélin estampé d'époque, double encadrement avec frise sur les plats et blason de la justice au centre, traces de titrage à l'encre au dos, traces de lacets (reliure allemande). (Restaurations anciennes aux dos, aux coins et au titre, salissures, quelques feuillets de texte roussis).

Troisième et dernière version, augmentée, de l'atlas de Quadt, contenant 6 cartes relatives aux Amériques. Matthias Quadt (1557-1613) était un contemporain plus jeune de Mercator, Ortelius et Eitzing. Comme Mercator, il était l'un des rares à être capable de graver ses propres cartes. La version originale « Europae totius terrarum orbis partis praestantissimae », a été imprimée en 1596 avec 67 cartes. En 1600 Quadt a publié une version augmentée avec quinze nouvelles cartes sous le titre « Geographisch Handbuch ». Le présent ouvrage est encore augmenté de cinq nouvelles cartes: la numéro 4 (Barbaria), la 32 (Thuringe), le 34 (Lunaeburgensis Ducatus), la 64b (Neopolitanum Regnum) et la 65 (Mediolanensis Ducatus). Toues sont inspirées d' Ortelius, comme la page de titre, qui est tirée de la même planche que le titre du « Geographisch Handbuch. « Une autre école florissante de cartographie a été centrée à Cologne, les travaux de Braun et Hogenberg, Quad et Vopel ajoutant un lustre à sa renommée » (Tooley). Provenance: Lord Wardington (ex-libris au dos du premier plat). Bel exemplaire, joliment reliée et en coloris d'époque trés frais. Phillips 4253a. Tooley, p. 25-26. 1 vol. in-folio. 85 contemp. colored maps. Contemp. stamped vellum. Third and final version of Matthias Quadt's printed atlas, containing 6 maps related to the Americas. Matthias Quadt was a younger contemporary of Mercator, Ortelius, and Eitzing, and like Mercator was one of the few who was able to engrave his own maps. The original version, Europae totius terrarum orbis partis praestantissimae, was printed in 1596 with 67 maps. In 1600 Quadt issued an augmented version with fifteen new maps under the title Geographisch Handbuch. The present work is again augmented with five new maps: number 4 (Barbaria), 32 (Thuringia), 34 (Lunaeburgensis Ducatus), 64b (Neopolitanum Regnum) and 65 (Mediolanensis Ducatus). All are based on Ortelius, as is the title-page, which is from the same plate as the title in the Geographisch Handbuch. Another flourishing school of cartography was centered in Cologne, the works of Braun and Hogenberg, Quad and Vopel adding a lustre to its fame (Tooley). In 1592 the engraver Matthias Quad had his first quarto atlas, Europae Descriptio, published in Cologne by Johann Bussemacher. This atlas of Europe contained 50-54 maps, and was republished in 1594 and 1596. A few years later it was expanded to cover the whole world, and published in 1600 as Geographisch Handtbuch, with 82 maps, and in 1608 as Fasciculus Geographicus, with 86 maps. Fine copy, nicely bound and in original colors.

QUETIN (Louis).

Nouvel itinéraire portatif de la Grande-Bretagne, comprenant lAngleterre [sic], lEcosse et lIrlande...

Paris, H. Langlois, 1828. 1828 1 vol in-12° ( 145 x 93 mm.) de: [2] ff. (f.t., t.), III, [1], 419 pp., [1] ff., 1 carte dépliante de format circulaire "Panorama routier des Iles Britaniques, du littoral des côtes de France..." ( 265 x 225 mm.) et 4 plans dépliants . Engraved folding map. Brochage éditeur. (couverture doublée, exemplaire non rogné).

Edition originale de ce guide portatif des itinéraires de lAngleterre, dEcosse et dIrlande par LQuetin(1777-). Louvrage décrit en détails la géographie, les routes, les villes et curiosités ainsi que les fabriques et manufactures de ces pays. Lauteur considère son travail comme étant « jusquà ce jour le seul guide complet de la Grande-Bretagne que lon ait encore publié ». On y retrouve notamment : « Voyage autour des lacs », « Voyage aux iles de Jersey, Guernesey et Alderney » ou encore « Possessions anglaises ». Lensemble est accompagné dune carte dépliante de format circulaire "Panorama routier des Iles Britaniques, du littoral des côtes de France..." et de 4 plans dépliants. Bel exemplaire. 1 vol. in-12°. Engraved folding map. Original printed wrappers mounted on cardstock. First Edition of this French travel guide to Great Britain. Rare: according to online auction records, no copies have sold at auction in the last 35 years, OCLC only locates four copies.

RAUCH, [ François, Antoine].

Régénération de La Nature Végétale, ou recherches sur les moyens de recréer, dans tous les climats, les anciennes températures et lordre primitif des saisons, par des plantations raisonnées, appuyées de quelques vues sur le ministère que la puissance végétale semble avoir a remplir dans lharmonie des éléments.

Paris, Imprimerie de P. Didot lAiné, 1818. 1818 2 vol. in 8° de: xxxi, [3] pp. (errata), 502 pp., [1] f. (table); 398 pp. Pleine bas. d'époque, dos lisses ornés, titres de maroquin rouge et tomaisons noir, encadrement doré sur plats, roulette dorée sur les coupes, tranches vertes. (coins inférieurs du vol.1 mal coupés sur deux cahiers, exemplaire très frais).

Seconde édition considérablement augmentée de l'Harmonie hydro-végétale et météorologique (1802), de cet ouvrage fondateur de l'écologie de François Rauch(1762-1837). Ce dernier, né à Bitche en Moselle, est considéré comme le précurseur français de l'écologie. Il met en évidence ici une relation directe entre la déforestation et l'augmentation des intempéries et milite pour la reconstitution et la protection des espaces boisés. Dans la même logique, il se fait le défenseur des espaces humides et marécageux, qu'il faut assainir sans les assécher. Bel exemplaire, trés frais. 2 vol. in 8°. Contemp. sheep. Second edition considerably increased of hydro-vegetal and meteorological harmony (1802), of this founding work of the ecology of François Rauch (1762-1837). Born in Bitche in Moselle, he is considered as the French precursor of ecology. In his work, he point a direct relation between deforestation and the increase of bad weather and militates for the reconstitution and the protection of the wooded spaces. In the same logic, he is the defender of wet and marshy areas, which must be cleaned up without drying. Fine copy, very fresh.

RICHARSON (M.)

Aesop's Fables with Instructive Morals and Reflections Abstacted from All Party Considerations Adapted to All Capacities and Designed to Promote Religion, Morality and Universal Benevolence

London, J. Rivington et Longman, [1760]. 1760 1 vol. in-12° (180 x 106 mm.) de: [1] f. (t. gr.), xxxiv, [1] f. (index), 192 et 25 pl. gravées à pleine page Pleine basanne d'époque, dos lisse muet. (travaux de vers reliure et texte, coiffes et dos abîmés, coins émoussés).

Recueil des fables dEsope, publié en 1760. Ecrivain grec, Esope est crédité d'un certain nombre de fables populaires. Les orthographes plus anciennes de son nom ont inclus Esop (e) et Isope. Bien que son existence demeure incertaine et qu'aucun de ses écrits ne subsiste, de nombreux récits lui ont été attribués à travers les siècles et dans de nombreuses langues dans une tradition narrative qui perdure jusqu'à nos jours. Dans beaucoup de contes, les animaux parlent et ont des caractéristiques humaines. Une uvre littéraire ancienne appelée « The Aesop Romance » raconte une version épisodique et probablement hautement fictive de sa vie, où il est décrit comme étant un esclave étonnamment laid qui par son habileté acquiert la liberté et devient un conseiller aux rois et aux cités-États. Une tradition postérieure (datant du Moyen Age) dépeint Aesop comme éthiopien noir. Cet ouvrage recueil les fables qui lui sont attribuées et a pour vocation de « promouvoir la morale religieuse et la bienveillance universelle », lensemble étant illustré de 25 planches. Exemplaire usagé. 1 vol. in-12°. 25 engr. pl. at full p. Collection of Aesop's Fables, published in 1760. A Greek writer, Aesop is credited with a number of popular fables. His existence remains uncertain and none of his writings remains, many stories have been attributed to him throughout the centuries and in many languages in a narrative tradition that continues to this day. In many fairy tales, animals speak and have human characteristics. An ancient literary work called "The Aesop Romance" tells an episodic and probably highly fictional version of his life, where he is described as a surprisingly ugly slave who by his skill acquires freedom and becomes an advisor to kings and city-states . A later tradition (dating from the Middle Ages) portrays Aesop as black Ethiopian. This book collects the fables attributed to him and aims to "promote religious morality and universal benevolence", all illustrated by 25 plates.

ROBERT DE VAUGONDY (Gilles & Didier).

Atlas Universel.

Paris, chez l'auteur et Boudet, 1757[-58]. 1757 1 vol. in-plano de : 1 titre gravé, 108 cartes gravées (3 dépliantes, 105 sur double-page), le tout en coloris d'époque. Plein veau tacheté d'époque, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge, tranches marbrées. (Discrètes restaurations aux coiffes et aux coins. Intérieur assez frais en beaux coloris d'époque, rares petites taches et salissures, cassures habilement restaurées aux pliures des onglets).

Première et unique édition in-plano de cet atlas, recherché pour ses cartes sur les Antilles. Gilles (1686-1766) et son fils Didier (1723-1786) ROBERT DE VAUGONDY, géographes du Roi, descendent d'une lignée de cartographes qui a entamé sa carrière au début du 17ème siècle et sera encore active à la fin du 18ème siècle. Leur oeuvre est à la hauteur du travail de leur illustre ancêtre Nicolas Sanson d'Abville qui avait révolutionné la cartographie française dès la première moitié du 17ème siècle. Le présent atlas, composé de 108 cartes de France, d'Europe et du Monde, reste un des plus importants travaux français de cette envergure au 18ème siècle. Agréable exemplaire, très frais et en reliure d'époque. 1 vol. folio. 1 engraved title, 108 engraved maps (3 foldings, 105 on double page). All maps in contemporary colours. Contemporary full calf. First and only plano edition of this atlas prized for its maps of the Caribbean. Gilles (1686-1766) and his son Didier (1723-1786) Robert de Vaugondy, are the heirs of Sanson d'Abbeville who revolutionize the French cartography in the first part of 17th century. Their work is up to their famous ancestor, and the present atlas, with 108 maps of France, Europe and the world, is one of the most impressive of the cartographic French production in the 18th century. Fine and fresh copy in contemporary binding.

ROBERTSON (WILLIAM)

LHistoire de lAmérique.

Paris, Panckoucke, 1778. 1778 2 vol. in-4° (264 x 200 mm) de: [2] ff., XX, 540 pp. ; [2] ff. ; 553 pp. ; [2] pp. ; 4 cartes et 1 planche dépliantes. Plein veau marbé d'époque, dos à nerfs orné, titres et tomaison rouges, tranches marbrées. (mors, coiffes, coins discrétement restaurés.)

Édition originale en 2 volumes de la traduction de Suard et Jansen de cette brillante histoire de l'Amérique. Cette édition est parue un an après lédition anglaise originale de Robertson de 1777. Lensemble est illustré de 5 planches gravées repliées au début de chaque volume, dont 4 grandes cartes du Mexique et de lAmérique Méridionale ainsi quune figure de la Table chronologique des Mexicains. Cette traduction connut une autre édition assez courante en 1778 au format in-12. 2 vol. in-4°. 1 fold. Plate + 4 maps. Contemp. mottled calf, spines in 6 compartments with 5 raised bands gilt, brown morocco lettering-pieces (rebacked preserving original spines). Later quarto edition in French, translated from The History of America, published in London (1777). Includes histories of the discovery of America and the conquest of Mexico and Peru.

ROBIN (Charles-César).

NOUVEAU VOYAGE DANS L'AMERIQUE SEPTENTRIONALE, EN L'ANNEE 1781. ET CAMPAGNE DE L'ARMEE DE M. LE COMTE DE ROCHAMBEAU.

Philadelphie et Paris, Moutard, 1782. 1782 1 vol. in-12° (202 x 126 mm.) de : IX (faux titre, titre et table des matières) ; 222 pp. Ex-libris armorié au dos du premier plat "John Lord Sheffield". (marquage du cuir sur les gardes) Demi veau d'époque, dos à nerfs, titre de maroquin rouge, roulette dorée sur les coupes. (mors discrètement restaurés).

Edition originale estimée et traduite en plusieurs langues, cette relation constitue l'un des meilleurs témoignages français sur la Guerre d'Indépendance. L'abbé Robin était chapelain du corps français sous les ordres de Rochambeau. A la suite de quelques observations astronomiques, l'auteur décrit quelques nouveaux systèmes politiques mis en applications dans certains endroits des futurs Etats-Unis. Il s'intéresse aussi aux moeurs et aux modes de vie des habitants de diverses colonies. L' économie et le commerce de ces villes sont analysès selon les centres d'intèret physiocratiques de l'èpoque. On y trouve aussi des de précieuses informations sur la marche des troupes françaises pendant l' année 1781. Homme d'église, l'auteur s'est aussi intèressè à la diversitè des opinions religieuses des habitants des nouveaux états. (Leclerc n°1319: ne possède que l'éd. de 1782, beaucoup plus commune). Bel exemplaire, trés frais. Fay, 16 ; Sabin, 72032. 1 vol. in-12°. Contemp. half calf. Robin was, upon Franklin's recommendation, attached to the army of Rochambeau as chaplain. Bernard Fay describes his book as 'rather ridiculous and dull'. This was substantially the opinion of his contemporaries. When the book was first published Garat gave it a trenchant review in Le Mercure de France. He said that Robin was to seasick to note the crossing. He (Robin) illustrated the hospitality of the Americans by remarking that the wife of the host frequently shared her bed with gentleman quests. Vital statistics he gathered by studying tombstones. Fine copy.

SEMMEDO (Alvaro)

The History of the great and renowned monarchy of China... Lately written in Italian [sic.] by ... Semedo, a Portughess, after he had resided twenty two yeares at the court, and other famous cities of the kingdom... To which is added the History of the late invasion and conquest of that flourishing kingdom by the Tartars. With an exact account of thee other affairs of China till these present times.

London, E. Tyler for John Crook, 1655. 1655 2 parties en 1 volume in-folio (280 x 176mm) de: 1 frontispice gravé ; [5] ff. ; 1 carte dépliante ; 308 pp. (dont 1 frontispice gravé et 1 carte) ; 1 planche gravée ; [1] f. 5 planches au total. (comblement de papier au coin inférieur du titre, petite déchirure restaurée à la carte). Plein veau d'époque, dos à nerfs orné, encadrement de filets à froid sur les plats, tranches jaspées rouges. (mors discrètement restaurés, traces de titrage).

Première édition anglaise. Alvaro Semedo était employé comme procureur général portugais pour la Chine, la première partie de ce travail, d'abord publiée à Madrid en 1642, comporte de nombreux travaux de grande valeur. Une grande partie du contenu est tirée dobservations de première main et est remarquablement exempte de tout préjugé occidental que lon peut retrouver dans des travaux ultérieurs. La deuxième partie est basée sur luvre De Bello Tartarico Historia (1654) de Martino Martini - l'histoire de la conquête de la Mandchourie par la Chine, une uvre qui était considérée à l'époque comme la meilleure description générale de la Chine. Version originale publiée sous le titre "Relação da propagação da fé no reyno da China e outros adjacentes", Madrid, 1641 (le manuscrit de Semedo de 1638). Version de Manuel de Faria e Sousa revue et rééditée : Imperio de la China. Madrid : Iuan Sanchez, 1642. C'est cette version qui fut traduite en anglais. Les pages 250 à 304 contiennent une traduction de De bello tartarico historia de Martini, avec pour titre : Bellum tartaricum, ou, The conquest of the great and most renowned empire of China by the invasion of the Tartars, écrites à l'origine en latin par Martin Martinius puis traduites en anglais. Cordier Sinica I, 25; De Backer & Sommervogel VII, 1114 and V, 647-648; Lust 72; Wing S-2490. 2 parts in 1 in-folio. two engraved frontispiece portraits, dual portrait plate, and 2 maps (one folding). Contemp. calf. First English edition. Alvaro Semedo served as Portuguese Procurado General for China, and the first part of the present work, first published in Madrid in 1642, includes much valuable material. Much of the information is derived from first-hand observation and remarkably free from the Western prejudice that was to become so prevalent in later works. The second part is based on Martino Martinis De Bello Tartarico Historia (1654)the story of the Manchu conquest of China, a work that was at the time was considered the best general description of China. Original version published as Relação da propagação da fé no reyno da China e outros adjacentes, Madrid, 1641 (Semedos manuscript is dated 1638).

TORCY (Monsieur de). [DUBRUEIL (Lieutenant de Vaisseau). Ecole dapplication de la Marine].

[Cours d'un élève de l'Orion. Vaisseau de lEcole dapplication de la Marine. Artillerie et Construction navale].

[Brest, ca. 1833-34]. 1833 2 parties en 1 vol. in-8° (217 x 167 mm.) de : [1] f., 141, [1] pp., 4 tables et 1 planche dépliante, 32, [22] pp., 1 planche dépliante, 1 table dépliante, 81 pp. ; et [119] ff. manuscrits illustrés de nombreux dessins à la plume. Demi-vélin vert à coins dépoque, plats recouverts de papier marbré. Exemplaire non rogné.

Rare ouvrage détude, manuel de M. de Torcy, composé dune première partie imprimée depuis un manuscrit, portant quelques corrections à lencre brune, et compléments au crayon de papier, et dune seconde partie originale consacrée à la construction navale et illustrée de nombreux schémas et figures. La première partie est donc une reproduction imprimée dun manuscrit, illustrée de planches et complétée par de nombreux tableaux, touchant à divers sujets maritimes. On distingue un premier ensemble de trois textes consacrés à lartillerie navale. Les 141 premières pages, complétées par un feuillet derrata, 1 planche et 4 tables dépliantes, constituent un « Cours de Balistique à lusage des Elèves de lOrion », la balistique ayant pour « objet, lapplication des principes de la mécanique au mouvement des projectiles. ». Il sagit donc de physique appliquée aux tirs des canons, calculs de trajectoires, appuyée sur des expériences, comme celles de Gavres menées en 1832 et 1834 sur les tirs des caronades et des canons. La seconde partie (32 pp.) est consacrée au « Pointage à bord des navires » ; la troisième (22 pp. illustrées dune planche) au « Mortier ». Suivent trois autres articles : « Extrait des Articles de lOrdonnance de 1827 relatifs au Service des Elèves de la Marine à bord des Bâtiments de guerre » (38 pp. et une grande table imprimée recto-verso), le « Service et Manuvre des embarcations à lancre et sous voile. » Cours de Mr. Dubreuil, Lieutenant de Vaisseau. ». (pp. 41-81) et enfin le « Tableaux de diverses dimensions du Matériel de la Marine française comparées aux dimensions semblables du matériel de la Marine Anglaise. Extrait du rapport de la Commission chargée dapprécier les observations auxquelles la réunion des divisions françaises et anglaise dans la Manche a donné lieu. » en 7 tableaux dépliants dont 5 imprimés recto-verso. Le reste de louvrage est occupé par le « Programme des leçons de Construction navale pratique enseignée à MM. les élèves de la Marine pendant le cours de lannée scolaire 1833-1834 », noté manuscritement par De Torcy, n°78 ». (en 119 ff., dont quelques pages blanches). Lélève a laissé de grandes marges qui sont consacrées à de très nombreux dessins et figures. Le cours commence par la définition de quelques points comme la carcasse, les revêtements intérieur et extérieur, la composition dun pont, labattage en carène, etc. Définition du vaisseau et ses qualités principales avec la définition et la représentation graphique de toutes les pièces qui le composent, avec des références au vaisseau école : lOrion. De longs développements sont consacrés aux couples : « les membrures dun grand bâtiment ou pour mieux dire, ses côtés. ». On trouve ensuite, des « Observations sur les constructions nouvelles », portant les améliorations apportées par lécole en cette matière, notamment en matière détanchéité. (Revêtement intérieur en extérieur). Les articles suivants concernent la construction dun pont, la liaison du vaisseau (consolider la coque), la mise à leau, le Devis dun cutter de 16 canons, les mâts et vergues dassemblage, labattage en carène, les avaries dans la coque, le gouvernail, les avaries dans la mâture. Régulièrement en marge, la signature des professeurs qui relisaient les travaux des élèves. Ce cours de lannée 1833-34 est lun des premiers, puisque lécole navale fut fondée en 1830. Une tradition bien établie régnait dans les vaisseaux école, lOrion étant le premier (il fut remplacé par la suite par le Borda, 1840). La formation des marins était bien entendu pratique : manuvres, etc., mais comme ce manuscrit en atteste, la partie théorique scientifique nétait pas en reste. Bel et rare exemple de ce manuel, le meilleur de lenseignement dispensé dans la première moitié du 19ème siècle aux aspirants de marine. 2 parties en 1 vol. in-8°. Half green velum. Rare study book consisting of a first printed portion from a manuscript, with some corrections in brown ink, and additions in pencil, and a second manuscript section on shipbuilding and illustrated with diagrams and figures.

TOURNEFORT (Joseph Pitton de)

Relation d'Un Voyage du Levant Fait par Ordre du Roy. Contenant L'Histoire Ancienne & Moderne de plusieurs Isles de l'Archipel, de Constantinople, des CÃ tes de la Mer Noire, de l'Armenie, de la Georgie, des Frontieres de Perse & de l'Asie Mineure.

Paris, Imprimerie Royale, 1717. 1717 2 vol. in-4° (255 x 190 mm) de: Volume 1: [10] ff. (dont titre, avertissement, éloge, sommaire et 1 f. blanc) ; 544 pp. ; 88 planches gravées (4 dépliantes dont 1 carte, 9 cartes gravées à pleine page) ; Volume 2 : [2] ff. (titre et sommaire) ; 526 pp. ; 64 planches gravées (1 dépliante et 1 carte) ; [20] ff. (table). Ex-libris manuscrits et petits cachets sur les titres. (manques angulaires comblés à quelques feuillets, rares rousseurs.) Plein veau d'époque, dos à nerfs ornés, titres et tomaisons de maroquin, encadrements de filets dorés sur les plats, filets dorés sur les coupes, tranches dorées. (dos anciennement refaits avec dos anciens conservés, coins restaurés)

Edition originale sur beau papier de cette relation du voyage de Joseph Pitton de Tournefort (1756-1708). Commandité par le comte de Pontchartrain et accompagné du botaniste allemand Gundelsheimer et de l'artiste Aubrier, Tournefort quitte Paris pour sembarquer à Marseille le 9 mars 1700. Il a passe deux ans à voyager à travers les îles de la Grèce, visite Constantinople, les bords de la mer Noire, l'Arménie et la Géorgie. Il se prépare ensuite à aller en Egypte, mais les nouvelles de la peste qui ravage le pays l'oblige à retourner à Paris. Lors de ses voyages, il aurait recueilli 1356 spécimens, mais son système de classification, basé sur la forme de la corolle, finit par tomber en disgrâce. Sa santé affaiblie par ses voyages, il meurt à Paris en décembre 1708. Louvrage est abondamment illustré de 88 planches gravées, dont 1 carte dépliante et 9 à pleine page. 2 vol. in-4°. 252 engraved plates (5 folding). Contemporary calf. Scarce first Edition on fine paper. The journey begun from Paris. Joseph Pitton de Tournefort (1756-1708) left Marseilles on March 9, 1700, under a commission from the Comte de Pontchartrain, Tournefort left by the German botanist Gundelsheimer and the artist Aubrier. He spent two years travelling through the islands of Greece and visited Constantinople, the borders of the Black Sea, Armenia and Georgia. He was preparing to go to Egypt, but news of the plague that was ravaging the country forced his early return to Paris. On his travels he is said to have collected 1356 specimens, but his system of classification, based on the form of the corolla, eventually fell out of favour. His health weakened by his travels, he died at Paris in December 1708.

VASON (George).

An Authentic Narrative of Four Years Residence at Tongataboo, One of the Friendly Islands.

London, Longman and Co., 1815. 1815 1 vol in-8° (225 x 140 mm.) de: XV, 234 pp., [1] ff. (Errata), 1 frontispice gravé, 1 carte. Cartonnage éditeur imprimé de papier bleu. (dos discretement restauré).

Nouvelle édition ( EO: 1810) de cette incroyable histoire de missionnaires ayant abonné leur mission aux royaumes polynésiens, relatée par Georges Vason (1772-1838). En 1796, la London Missionary Society envoie le navire Duff comportant une trentaine de jeunes missionnaires aux royaumes polynésiens. L'un d'entre eux, le maçon George Vason, trahit son engagement et abandonne sa mission à Tonga, il épouse alors une femme locale et prend la direction dune plantation. Quelques années plus tard, une guerre civile entraîne la mort de trois missionnaires et le retrait précipité du reste. Vason, souffrant dun sentiment de culpabilité et de honte, décide de raconter son histoire pour mettre en garde les autres jeunes hommes qui pourraient répéter les mêmes erreurs. Un récit fascinant sur la Polynésie lors des premiers contacts avec lEurope, enrichi dun frontispice gravé et dune carte de Tongataboo. Bel exemplaire. 1 vol in-8°. 1 engr. frontisp., 1 fold map. Publisher bind. New edition of this incredible story of missionaries having subscribed their mission to the Polynesian kingdoms, narrated by Georges Vason (1772-1838). In 1796, the London Missionary Society sent the ship Duff with about thirty young missionaries to the Polynesian kingdoms. One of them, the mason George Vason, betrays his commitment and abandons his mission in Tonga, he then marries a local woman and takes the direction of a plantation. A few years later, a civil war resulted in the death of three missionaries and the survivors to resign. Vason, suffering from a feeling of guilt and shame, decides to tell his story to warn other young men who might repeat the same mistakes. A fascinating account of Polynesia during the first contacts with Europe, illustrated with an engraved frontispiece and a map of Tongataboo.

WILSON (Henry), traduit de l'anglais de KEATE.

Relation des Îles Pelew, situées dans la partie occidentale de l'Océan Pacifique ; composée sur les journaux et les communications du Capitaine Henri Wilson, et de quelques-uns de ses officiers, qui en Août Mil Sept Cent Quatre-Vingt-Trois, y ont fait naufrage sur l'Antelope, Paquebot de la Compagnie des Indes Orientales.

Paris, Maradan, 1793. 1788 2 vol. in-8° (195 x 131 mm.) de I. [2] ff., 280 pp., [1] f.bl. ; II. [2] ff., 272 pp., [2] ff bl.; 1 Portrait frontispice, 1 carte dépliante, 16 planches gravées. Plein maroquin rouge d'époque, dos lisse orné, pièces de titre et de tomaison de maroquin fauve, filet et frises encadrant des plats, roulette dorée sur les coupes, tranches dorées.

Seconde édition française, parue la même année que l'originale anglaise. (EO: 1788). En 1783, le capitaine de vaisseau Henry Wilson (décédé en 1810) qui était au service de la compagnie des Indes fait naufrage près de la petite île, appelée Ouroulong, près des Pelew. Ce récit est la relation du séjour prolongé de ce groupe dAnglais sur les îles Pelew de Mindanao. Ce contact avec les insulaires donne lieu à des descriptions de leur comportement, de leurs murs, de leur mode de vie qui sont du plus haut intérêt. Aba-Thoulé, chef du pays, reçut Wilson avec beaucoup d'humanité, lui donna un petit bâtiment pour rentrer dans sa patrie et lui confia même son fils, Li-Bon pour l'éduquer et introduire dans les moeurs et les arts de l'Europe. Le jeune homme mourut de la petite vérole à la fin de 1784. Un vocabulaire de la langue Pelew occupe les pages 251 à 267. Boucher de la Richarderie est assez sceptique quant au portrait idyllique de ces iles brossé alors par lauteur : "L'existence de ces îles, où Wilson et son équipage ont trouvé un peuple dont les nations les plus civilisées de l'Europe pourraient envier les vertus morales, a paru douteuse à quelques personnes et surtout en France, malgré tous les droits que le rédacteur paraît avoir à la confiance à ses lecteurs. Mais ce doute pourrait bien ne tenir qu'à l'espèce de fatalité qui, depuis la publication en Angleterre du Voyage original, jusqu'à sa traduction en français, semble avoir toujours dérobé l'approche et la connaissance de ces îles aux navigateurs." L'ouvrage est illustré de dix-sept planches : frontispice représentant le capitaine Wilson d'après Russel et gravé par Mme Massard, des cartes, portraits, vues... Bel exemplaire. Cox III, 302-303 - Chadenat 3258: "Relation très recherchée" - Boucher de la Richarderie VI, 552. 2 vols. 8vo. 1 frontipiece portrait, 16 engraved plates. First French edition, published the same year than the London OE, of this classical relation of the shipwreck of Henri Wilson and his crew on Ouroulong, little island nearby the Pelew Islands. They stayed a long time there, long enough to bring back very precious ethnographical informations, and a description of an "idyllic" society, a people "from whom the most civilized European nations should envy their virtue." (Boucher de la Richarderie). Fine copy.