234 résultats

[Carnet de dessins Algérie, Espagne, Grèce, Turquie, Ukraine...]. [Drawing book Algeria, Spain, Greece, Turkey, Ukraine...].

1880-1885. 1880 1 vol. in-16° oblong (122 x 171 mm.) de : [33] ff. ; 57 dessins et 4 à double page (la plupart aquarellés). Ex-libris manuscrit à lencre noire au dos du premier plat: Madame A. Gerlaud. Toile écrue dépoque, titres manuscrits à lencre sur les deux plats, dos lisse titré à lencre brune, lacets de fermeture et porte crayon. (Tâches sur les plats).

Remarquable carnet de dessins du périple dun voyageur français entre 1880 et 1885. Au format de poche idéal pour dessiner sur le vif, il comporte des portraits soignés, des paysages détaillés et certaines vues spectaculaires dont une aquarelle à double page dIstanbul. Les 61 dessins de cet album, tous légendés, sont exécutés à lencre et à laquarelle sur papier vélin. Ils représentent les lieux visités par lauteur durant son voyage: lAlgérie (dont le désert du Sahara), lEspagne (Barcelone, Baléares), la France (Arcachon, Marseille), la Méditerranée, la Grèce, Istanbul, lUkraine (Odessa, Crimée) ainsi que la mer Baltique. Le voyageur commence son périple en Algérie auquel il consacre plus de la moitié de ses dessins où sont représentés des personnages quil rencontre (Said Omar et Hamad el Haissa, Djurdjara, Algérie ; Jeune fille Kabyle ; Bédouin), des massifs rocailleux, le désert du Sahara, des oasis, des dromadaires et des habitations (Maison du Kaid à Bérrian). Lauteur de ce carnet est très probablement passionné darchéologie comme en attestent plusieurs de ses dessins représentant les décors en stuc et la plan dun palais légendé détails du palais de Cédrata où nous fîmes des fouilles au sud de Ouargla. Les vestiges ensablés de cette ville berbère ont été redécouverts vers la fin du XIXe siècle et les fouilles de ce site archéologique continueront jusquen 1950. Notre voyageur sembarque ensuite pour un tour de méditerranée qui le mène à Palma de Majorque (Le café du molinar), Barcelone puis les côtes de Grèce (Côte de Sparte, ; Cap Matapan ; le Cap malée et lacropole dAthènes, La corne dOr). Puis il se dirige vers lOrient en passant par Istanbul, le Bosphore, le détroit de Dardanelles pour finir à Odessa. A noter les deux panoramas sur double page représentant le bosphore et une superbe vue dIstanbul de la mer avec, au premier plan, des petites embarcations, au second plan une flotte de divers navires (un bateau à vapeur, un navire mixte, une tartane, des grands navires de commerce à voiles...) et au dernier plan on distingue les principaux monuments dIstanbul ainsi que les dômes de nombreuses mosquées dont la célèbre Sainte-Sophie. Lauteur de ce carnet dessine des scènes portuaires, des navires et des côtes. Les deux derniers dessins représentent une plage dArcachon et la mer de la Suède baltique. Provenance: ex-libris manuscrit Madame A. Gerlaud. Superbe iconographie 19ème de toutes ces contrées visitées. 1 vol. in-16° oblong of : [33] ff ; 57 drawings and 4 double-page spreads (most of them watercolored). Handwritten bookplate in black ink on the back of the first plate: "Madame A. Gerlaud". Contemporary unbleached canvas. Remarkable sketchbook of the journey of a French traveller between 1880 and 1885. In pocket size, ideal for drawing on the spot, it includes neat portraits, detailed landscapes and some spectacular views including a double-page watercolor of Istanbul. The 61 drawings in this album, all captioned, are executed in ink and watercolor on vellum paper. They represent the places visited by the author during his journey: Algeria (including the Sahara desert), Spain (Barcelona, Balearic Islands), France (Arcachon, Marseille), the Mediterranean, Greece, Istanbul, Ukraine (Odessa, Crimea) and the Baltic Sea. The traveler begins his journey in Algeria to which he devotes more than half of his drawings where are represented characters he meets ("Said Omar and Hamad el Haissa, Djurdjara, Algeria"; "Young Kabyle girl"; "Bedouin"), rocky massifs, the Sahara desert, oases, camels and dwellings ("Maison du Kaid à Bérrian"). The author of this notebook is most probably passionate about archaeology as attested by several of his drawings representing stucco decorations and the plan of a palace captioned "details of the palace of Cedrata where we made excavations south of Ouargla" [translated from French]. The sandy remains of this Berber city were rediscovered towards the end of the 19th century and excavations of this archaeological site will continue until 1950. Our traveler then embarks on a tour of the Mediterranean that takes him to Palma de Mallorca ("Le café du molinar"), Barcelona and then the coasts of Greece ("Coast of Sparta", ; "Cap Matapan" ; "Cap malée" and "the Acropolis of Athens", "The Golden Horn"). Then he goes towards the East by way of Istanbul, the Bosphorus, the Strait of Dardanelles to finish in Odessa. Note the two double-page panoramas representing the Bosphorus and a superb view of Istanbul from the sea with, in the foreground, small boats, in the background a fleet of various ships (a steamboat, a mixed ship, a tartan, large sailing merchant ships ...) and in the last plan we can see the main monuments of Istanbul and the domes of many mosques including the famous Hagia Sophia. The author of this notebook draws port scenes, ships and coasts. The last two drawings represent a beach of Arcachon and the sea of "Baltic Sweden". Provenance: ex-libris manuscript "Madame A. Gerlaud". Superb 19th century iconography of all these visited regions.

[DESSIN AU LAVIS D'ENCRE / SCENE DE VIE D'ARSENAL VERS 1800 / INK WASH DRAWING / ARSENAL LIFE SCENE CIRCA 1800].

s.l.n.d., circa 1800. 1800 1 feuille (192 x 270 mm.), dessin au lavis d'encre noire. (Quelques taches claires ou rousseurs).

Superbe dessin au lavis d'encre représentant une scène de vie d'un arsenal vers 1800.

[Ensemble de 22 gouaches représentatn des bouquets de fleurs / Set of 22 gouaches representing bouquets of flowers].

Lyon, s.d. (XIXe). Ensemble de 22 gouaches de tailles variées (de 460 x 385 mm. à 297 x 226 mm.) représentant des bouquets de fleurs. Cartonnage à lacets dépoque.

Ensemble de 22 gouaches finement exécutées représentant des compositions florales, école lyonnaise du XIXe siècle. Cette étude de bouquets aux couleurs vives comprend des fleurs poussant communément en France: coquelicots, tournesols, camélias, marguerites, illets, etc. La plupart de ces ensembles floraux sont peints deux fois, avec des proportions et des compositions légèrement différentes suggérant que cette étude ait été compilée pour assister des créateurs de tissu dans leur travail. En effet, de la Renaissance aux années 1930, le commerce et la fabrication de textiles, notamment de la soie, a été une des industries majeures de Lyon. La création de motifs pour ces tissus était une étape importante, souvent confiée à des artistes, comme pour cette étude de bouquets. Set of 22 gouaches of various sizes (from 460 x 385 mm. to 297 x 226 mm.) representing bouquets of flowers. Contemporary lace-up cardboard. Set of 22 finely executed gouaches representing floral compositions, Lyon school of the 19th century. This study of brightly colored bouquets includes flowers growing commonly in France: poppies, sunflowers, camellias, daisies, carnations, etc.. Most of these floral ensembles are painted twice, with slightly different proportions and compositions suggesting that this study was compiled to assist fabric designers in their work. Indeed, from the Renaissance to the 1930s, the trade and manufacture of textiles, especially silk, was one of Lyon's major industries. The creation of patterns for these fabrics was an important step, often entrusted to artists, as in this study of bouquets.

LETTERA RARISSIMA DI CRISTOFORO COLOMBO ripro- dotta e illustrata dal Cavaliere Ab. Moelli Bibliotec. Regio in Venezia. Morelli.

In Bassano, Nella stamperia Remondiniana, 1810. 1810 1 vol in-8° (220 x 140 mm.) de : XVI (titre et préface) ; 66 pp. Cartonnage rose d'époque muet, exemplaire non rogné. (Défauts d'usage, rousseurs et taches).

Réimpression de la version italienne de la lettre à Ferdinand et Isabella, écrite de Jamaïque par Christophe Colomb le 7 juillet 1503. Édition réalisée à partir de l'exemplaire unique conservé à la Marciana à Venise. Harrisse, Bibl. amer. vet., addit. 17; Fumagalli, 73. 1 vol in-8° (220 x 140 mm.) of : XVI (title and preface) ; 66 pp. Contemp. pink cardboard, untrimmed copy. (Defects of use, foxing and stains). Reprint of the Italian version of the letter to Ferdinand and Isabella, written from Jamaica, July 7, 1503, ed. from the unique copy in the Marciana, Venice.

Liste de la Marine Royale d'Angleterre au mois d'octobre 1802.

Paris, Imprimerie de la République, Frimaire An XI (1802). 1802 1 vol. in-8° oblong (145 x 170 mm.) de : [1] f. (titre) ; 60 pp. ; [1] p. manuscrit. Inscriptions manuscrites à l'encre in-fine. Cartonnage de l'époque recouvert de papier à la colle bleu, dos lisse muet. (Petits défauts d'usage, intérieur frais).

Rare publication donnant un état complet de la marine britannique en 1802, année dune paix dans les conflits maritimes entre la France et lAngleterre. Cette publication, sous forme de liste, paraît, lannée du traité dAmiens et trois ans avant la célèbre bataille de Trafalgar, alors que la France dispose encore de toute sa flotte. Louvrage débute par des observations préliminaires destinées à faciliter sa lecture avec des explications d'abréviations et des lettres utilisées. Suit la liste de tous les vaisseaux de la marine royale dAngleterre par ordre alphabétique avec leur capitaine, écrivains de bord, leur port dattache et leur date de construction. Vient ensuite un chapitre détaillant létat de la distribution des forces navales britanniques par port, le noms des amiraux et des secrétaires de leurs stations. Sensuit un état nominatif des officiers par rangs : capitaines, maîtres, commandants, lieutenants, médecins et chirurgiens, anciens officiers pensionnés, etc. In-fine se trouve la liste des vaisseaux désarmés dans le courant du mois précédant cette publication, ainsi que la liste des vaisseaux partis et arrivés des stations étrangères. Lextrême précision de cette publication française laisse penser quelle est l'uvre de services de renseignements dune redoutable efficacité. A noter dans la liste des vice-amiraux de la division bleue, la mention de Horatio Nelson, Duc de Bronté, ami de lamiral de la flotte, Sir Peter Parker. Travail dune grande rareté dont on ne dénombre seulement que deux exemplaires en fonds publics et aucun passé en vente publique durant les 50 dernières années. 1 vol. in-8° oblong (145 x 170 mm.) of : [1] f. (title) ; 60 pp. ; [1] p. manuscript. Handwritten inscriptions in ink in-fine. Contemporary cardboard, boards covered with blue paper, smooth mute spine. (Small defects of use, fresh interior). Rare publication giving a complete state of the British navy in 1802, year of peace in the maritime conflicts between France and England. This publication, in the form of a list, appears in the year of the treaty of Amiens and three years before the famous battle of Trafalgar, when France still had its entire fleet. The work begins with preliminary observations intended to facilitate its reading with explanations of abbreviations and letters used. This is followed by a list of all the ships of the Royal Navy in alphabetical order with their captains, ship's officers, home ports and dates of construction. Next comes a chapter detailing the distribution of the British naval forces by port, the names of the admirals and secretaries of their stations. This is followed by a list of officers by rank: captains, masters, commanders, lieutenants, physicians and surgeons, retired officers, etc. At the end is a list of vessels disarmed during the month preceding this publication, as well as a list of vessels that left and arrived from foreign stations. The extreme precision of this French publication suggests that it is the work of a highly efficient intelligence service. Of note in the list of Vice Admirals of the Blue Division is the mention of Horatio Nelson, Duke of Bronte, friend of the fleet's admiral, Sir Peter Parker. This is a very rare work of which there are only two copies in public collections and none at public sale during the last 50 years.

LIVRE DES SIGNAUX DE JOUR, à l'usage des vaisseaux de guerre français.

Paris, De l'Imprimerie Royale, 1819. 1819 1 vol in-4° (270 x 220 mm.) de : [3] ff. (titre, avis au relieur, titre) ; 92 pp. ; [1] f. (titre) ; 227 pp. (selon la pagination, numérotation de 0 à 91 en ff., numérotation de 92 à 227 en pp., dont la table) ; [1] f. (titre, interruption dans la pagination) ; 22 planches (dont 9 dépliantes). Languettes de vélin à onglet repliées. Demi-basane blonde d'époque, dos lisse orné, plats ezcouverts de papier à la colle maron (défauts d'usage à la reliure, corps d'ouvrage trés frais).

Ouvrage de signaux de jour à lusage de la flotte française publié en 1819, après la chute de lempire. Ce traité présente les pavillons et signaux utilisés pour le combat et les batailles navales. Il se réfère aux signaux développés dans louvrage de Du Pavillon (voir Signaux de jour, 1778) et il fait aussi mention de Livre de Signaux » édité en 1786 par M. le Comte de Missiessy. Se distinguent : les Pavillons, les Guidons (et triangles) et les Flammes. Ces signes servent à élaborer 3 types de signaux, soit : 1) Aires de vent (un triangle et un pavillon), 2) Numéros des bâtiments et signaux numéraires (une flamme et un pavillon). 3) Ordres généraux et particuliers, à la voile et à lancre. 4 planches aquarellées permettent de les visualiser et 9 planches dépliantes, reliées in fine, présentent les types de manuvres et divers ordres de bataille et de marche dune flotte. Bel exemplaire. 1 vol. in-4 ° 22 boards (4 colored and 9 fold.). Contemp. half sheep. Day signals treaty for the use of the French fleet published in 1819, after the fall of the empire. The work presents the flags and signals used for combat and naval battles. It refers to the signals developed in Du Pavillon's work (Signaux de jour, 1778) and also refers to the book of signals published by the Count de Missiessy (1786). It gives: Pavilions, Handlebars (and triangles) and Flames. These signs are used to develop 3 types of signals, namely : 1) Wind areas (a triangle and a pavilion), 2) Building numbers and numeric signals (a flame and a flag). 3) General and private orders, sailing and anchor. 4 watercolor plates allow to visualize them and 9 folding plates, bound in fine, present the types of maneuvers and various orders of battle and march of a fleet. Fine fresh copy.

Ordonnances et règlements concernant la marine.

Nantes, de l'imprimerie de Brun (seul imprimeur-libraire ordinaire du Roi et de la Marine), 1786. 1786 1 vol in-8° (220 x 140 mm.) de : 356 pp. ; 18 tableaux dont 3 repliés. (Taches et petites mouillures, exemplaire à toutes marges). Cartonnage de papier à la colle rouge d'origine, non rogné.

Rare impression Nantaise de ces ordonnances qui réorganisèrent la Marine Royale après la fin de la guerre dindépendance ce Américaine. Le Maréchal de Castries, ministre de la Marine, avait été chargé par le Roi de remettre de l'ordre dans les finances et le désordre administratif de la Marine française à la sortie du conflit Nord-Américain. De nombreux officiers de Marine avaient en outre appelés à une réforme. Ces ordonnances reconsidèrent presque tous les aspects de la vie marine. Publication officielle contenant 14 ordonnances et 11 règlements et 18 tableaux et modèles de documents, dont 3 dépliants dont. Édition parue à Nantes la même année que l'originale de Paris. 1 vol in-8°. 18 tables, 3 fold. Publisher paper cover. Rare edition printed in Nantes of these ordinances that reorganized the French Royal Navy after the end of the war of independence this American. The maréchal de Castries, Minister of the Navy, was in charge to restore order in the finances and administration disorder of the French Navy at the end of the North American conflict. Many French Navy officers had also called for a reform. These ordinances reconsider almost every aspect of marine life. Official publication containing 14 ordinances and 11 regulations and 18 tables and models of documents, including 3 folded. Edition published in Nantes the same year as the original of Paris.

[PÊCHEURS DEVANT LE PALAZZO DONN'ANNA/FISHERMEN IN FRONT OF THE PALAZZO DONN'ANNA].

[Naples] (circa 1830). 1830 1 feuille (155 x 225 mm.), dessin à la gouache et à l'aquarelle exécuté dans un cadre à l'encre noire ( 104 x 170 mm.) Marie-louise ancienne avec encadrement cartonné à l'or et à l'encre noire.

Très fin dessin exécuté à la gouache et à laquarelle, représentant une scène de vie dans la baie de Naples. Au premier plan, à terre, 2 pêcheurs halent leurs bateaux tandis qu'un troisième se tient à côté de filets à sécher sur des tréteaux de bois. Face à eux, se dresse la façade du Palazzo Donn'Anna construit en 1642 pour l'épouse du vice-roi de Naples. Un panache de fumée semble s'en échapper. Dans la baie naviguent quelques embarcations et une cote est visible en arrière-plan. Le sujet, la forme des bateaux, la finesse et les couleurs vives de ce dessin le rapprochent d'uvres similaires de l'école napolitaine de la première moitié du XIXe siècle. A noter que c'est à côté de ce palais que se trouvait la maison de Lady Hamilton (1765 - 1815), femme du diplomate William Hamilton (1730 - 1803) et maitresse du célèbre Horatio Nelson (1758 - 1805). 1 sheet (155 x 225mm.), gouache and watercolor drawing. Very fine drawing executed in gouache and watercolor, representing a scene of life in the Bay of Naples. In the foreground, on land, 2 fishermen tow their boats while a third is standing next to nets to be dried on wooden trestles. In front of them stands the facade of Palazzo Donn'Anna, built in 1642 for the wife of the Viceroy of Naples. A plume of smoke seems to escape from it. In the bay are sailing a few boats and a coast is visible in the background. The subject, the shape of the boats, the delicacy and the vivid colors of this drawing bring it closer to similar works of the Neapolitan school of the first half of the 19th century. Interesting fact: next to this palace was the house of Lady Hamilton (1765 - 1815), wife of diplomat William Hamilton (1730 - 1803) and mistress of the famous Horatio Nelson (1758 - 1805).

Sacræ litaniæ variæ, cum brevi piaque quotidiana exercitatione.

Cologne, Corneille d'Egmond, 1655. 1655 1 vol. petit in-18° (103 x 57 mm.) imprimé en rouge et noir de : 240 pp. (dont titre avec vignette) ; 18 gravures à demi-page. Culs-de-lampe. Maroquin rouge dépoque, dos à nerfs orné, double filet doré encadrant les plats avec fleurons dorés aux angles, tranche dorée.

Charmant petit livre de psaumes et de prières en latin. Louvrage débute par un calendrier puis continue avec diverses prières, psaumes, litanies et exercices de dévotion à usage privé. Lillustration se compose de 18 gravures à demi-page en tête des chapitres représentant des personnages bibliques et des scènes religieuses. Très belle impression en rouge et noir conservée dans sa reliure de maroquin rouge dépoque. 1 vol. small in-18° printed in red and black : 240 pp. ; 18 half-page etchings. Culs-de-lampe. Full contemp. morocco. Charming little book of psalms and prayers in Latin. The book begins with a calendar and continues with various prayers, psalms, litanies and devotional exercises for private use. The illustration consists of 18 half-page engravings at the head of the chapters depicting biblical characters and religious scenes. Very beautiful red and black print preserved in its period red morocco binding.

VOYAGES DE DECOUVERTES AU CANADA, entre les années 1534 et 1542, par Jacques Quartier (Cartier), le sieur de Roberval, Jean Alphonse de Xanctoigne, &c., suivis de la description de Québec et de ses environs en 1608, et de divers extraits relativement au lieu de l'hivernement de jacques Quartier en 1535 ET 1536. (Avec gravures en fac-similé) Réimprimés sur d'anciennes relations, et publiés sous la direction de la société littéraire et historique de Quebec.

Quebec, William Cowan et fils, 1843. 1843 1 vol. in-8° (220 x 130 mm.) de iv, 130 pp., 2 pl. dépliantes. Demi chagrin à coins caramel, plats de papier marbré vert, dos à nerfs orné.

Jolie édition donnant les premiers voyages de découverte au Canada au XVIe siècle, dont ceux de Jacques Cartier, Jean Alphonse de Xantoigne et Jean-François Roberval. Publié par la Société littéraire et historique de Québec, première société savante du pays. Le récit du troisième voyage de Cartier est traduit de la collection de voyages, de voyages et de découvertes de Hakluyt en 1810. Les deux cartes dépliantes sont des réimpressions de lédition de Champlain de 1613. 1 vol. in-8°. 2 fold. maps. Half chagrin binding. Nice edition giving the first voyages of discovery in Canada in the sixteenth century, including those of Jacques Cartier, Jean Alphonse de Xantoigne and Jean-Francois Roberval. Published by the Literary and Historical Society of Quebec, the country's leading scholarly society. The story of Cartier's third voyage is taken from Hakluyt's collection of travels, travels and discoveries in 1810. The two folding maps are reprints of the 1613 Champlain edition.

ACOSTA (Emmanuel d').

Histoire des choses memorables, sur le faict de la religion chrestienne, dictes & executées és pays & royaumes des Indes Orientales. Par ceux de la Co[m]pagnie du nom de Iesus, depuis lan 1542. jusques à présent. Avec certaines epistres notables, & concernant es l'estat des affaires du pays Japon. Traduit du Latin de Jean Pierre Maffeo, en François: Par M. Edmond Auger de la Compagnie du nom de Jésus.

Lyons, Benoist Rigaud, 1571. 1571 1 vol. in-8° (168 x 110 mm.) de : [20] ff. (titre, privilége, epistre, au lecteur, table, ff. blanc avec motif gravé), 91 ff., [1] f. (errata). Plein vélin ancien, dos lisse titré à l'encre, traces de lacets. (Tache d'encre en haut de la 1ere garde, petite mouillure à l'angle inférieur des ff. 1 à 8, quelques ff. roussis).

Edition originale en français d'une insigne rareté de « Historia da missões do Oriente » du père jésuite portugais Emmanuel d' Acosta (1541-1604). Lauteur rassembla les lettres de religieux non encore publiées relatant les premiers contacts entre les civilisations occidentale et orientale, dont celles du père François Xavier qui introduisit le christianisme au Japon en 1549. A partir de ces récits épistolaires, il produisit le premier travail historique sur le sujet que constitue le présent ouvrage. Le texte original en portugais ne fut jamais publié. Cependant, une traduction en latin faite à Rome par le père Maffei (1536 -1603), sous le titre « Rervm a Societate Iesv in oriente gestarvm ad annvm vsqve à Deipara Virgine M.D.LXVIII » fut publié à Dillingen par Sebald Mayer, la même année que la présente édition Lyonnaise en Français due au père Emond Auger (1530- 1591, confesseur du roi Henri III). L'ouvrage du père dAcosta est divisé en 4 parties contenant une quarantaine de lettres de missionnaires d'Orient rédigées entre 1548 et 1564, concernant majoritairement le Japon. Sy trouvent notamment deux lettres de François Xavier, l'une de Malacca datée de juin 1549, l'autre de Kagoshima du mois de novembre de la même année, relatant les premiers contacts entre les missionnaires et la population locale japonaise. D'autres lettres parlent de façon détaillée de la religion et du gouvernement japonais, ainsi que de la manière qu'avaient les missionnaires d'instruire et de convertir les japonais. Exemplaire très désirable, conservé dans son vélin dorigine en parfait état. Cordier Japonica, 61. 1 vol. 8vo. Contemp. vellum, ink title. Original edition in French of utmost rarity of Historia da missões do Oriente » by the Portuguese Jesuit Emmanuel d 'Acosta (1541-1604). The author collected the unpublished letters relating the first contacts between Western and Eastern civilizations (including those of Father Francis Xavier, who introduced Christianity to Japan in 1549) These letters gaves him the matérial to produce this first historical work on the subject. The original Portuguese text was never published, but a Latin translation made in Rome by Father Jean-Pierre Maffei (1536-1603), under the title "Rervm a Societate Iesv in oriente gestarvm ad annvm vsqve at Deipara Virgine MDLXVIII" was published at Dillingen by Sebald Mayer, the same year as the present Lyon edition in French by Father Emond Auger (1530-1591, confessor to King Henry III). DAcosta's work is divided in four parts containing about forty letters of Eastern missionaries written between 1548 and 1564, mostly concerning Japan. It includes two letters from father François Xavier, one from Malacca dated June 1549, the other from Kagoshima in November of the same year, recounting the first contacts between the missionaries and the Japanese population. Other letters discuss in detail the religion and government of Japan, as well as the missionaries' way of instructing and converting the Japanese.

ACOSTA (Jose de).

Historia naturale, e morale delle Indie; scritta dal R.P. Gioseffo di Acosta Della Compagnia de Giesù; Nellaquale si trattano le cose notabili del Cielo, & de gli Elementi, Metalli, Piante, & Animali di quelle: i suoiriti, & ceremoni: Leggi, & governi, & guerre degli Indiani. Novamente tradotta della lingua Spagnola nella Italiana da Gio. Paolo Galucci Salodiano Academico Veneto.

In Venetia [Venise], Presso Bernardo Basa, All'Insegna del Sole. M D XCVI [1596]. 1596 1 vol. in-4° (227 x 163 mm.) de : [24] ff. (titre, dédicace, avis au lecteur, table) ; 173 ff. (f. 168 noté 167, sans incidence sur le texte). Nombreux ornements de bois gravé. Plein vélin ancien à recouvrement, dos lisse titré à l'encre. (Petite mouillure d'angle interne sur les tous premiers ff., rares rousseurs, quelques comblements de trous de vers marginaux).

Première édition italienne de ce rare ouvrage dû à l'un des premiers véritables américanistes, Jose de Acosta (Medina, 1539 Salamanque, 1600). Lédition originale espagnole fut publiée à Séville en 1590. Il sagit du premier travail important sur les Indes occidentales : le Nouveau Monde. En 1569, Acosta quitte l'Espagne pour le Pérou, où les Jésuites s'étaient établis l'année précédente et où il devait occuper la chaire de théologie de Lima. En 1571, il se rend à Cuzco en tant que visiteur du collège des Jésuites qui venait d'y être fondé. Il retourne à Lima, trois ans plus tard, pour occuper de nouveau la chaire de théologie, et y est élu provincial en 1576. Il fonde un certain nombre de collèges, dont ceux d'Arequipa, de Potosí, de Chuquisaca, de Panama et de La Paz. À son retour en Espagne en 1588, il gagne les bonnes grâces de Philippe II en l'entretenant de ce qui regardait le Nouveau Monde. Le présent ouvrage, qui traite de l'histoire naturelle et philosophique du Nouveau Monde, acquit rapidement une grande popularité qui lui valut des traductions dans de nombreuses langues européennes, une version latine fut intégrée à la collection des Voyages de De Bry (Frankfort, 1602). Provenance : ex-libris gravé. Bel exemplaire. JCB I, p.339; Palau 1991; Sabin 124. 1 vol. in-4° (227 x 163 mm.) of : [24] ff. (title, dedication, notice to the reader, table) ; 173 ff. (f. 168 noted 167, without incidence on the text). Numerous engraved wood ornaments. Full contemp. vellum, smooth back titled in ink. (Small internal corner dampstaining on the first ff., rare foxing, a few marginal wormholes filled in). First Italian edition, translated by Giovanni Paolo Galucci Salodiano. Acosta was one of the first Europeans to provide a detailed image of the physical and human geography of Latin America; his studies of the Indian civilizations of the New World were a major source of information for several centuries. He may, indeed, be called the first of the true Americanists. Fine copy.

[ALMANACH LITTERAIRE]. [LITERARY ALMANAC].

La France Littéraire ou Almanach des Beaux Arts, Contenant Les Noms & les Ouvrages des Gens de Lettres, des Sçavans & des Artistes célèbres qui vivents actuellement en France.

A Paris, Chez Duchesne, Libraire rue S. Jacques, au-dessous de la Fontaine S. Benoit, au Temple du Goût. M. DCC. LIV. 1754 1753 1 vol. in-18° (118 x 65 mm.) de : [4] ff. (titre, les Festes Mobiles, les Quatre Tems, les Quatre Saisons, Calendrier) ; 171 pp. ; [5] pp. (Fautes à Corriger, Approbation, Privilège du Roi, Almanach Nouveaux) Plein veau d'époque, dos lisse orné, pièce de titre de maroquin rouge, filet en encadrement des plats estampé à froid, filet doré sur les coupes, tranches rouges, gardes de papier marbré. (Petites marques d'usures sur les coupes, les mors et les coins. ff. 125-126 comblés en marge sans perte de texte).

Joli exemplaire de cet almanach peu courant consacré aux arts et aux artistes contemporains de sa rédaction. Une première partie est essentiellement consacrée aux différentes académies (Française, Royale, des Sciences), à la Censure, au dessin, à la gravure, à la musique, à la peinture et à la sculpture : avec la liste des uvres des auteurs (classés par ordre alphabétique) ainsi que la localisation des peintures et des sculptures. Dans la seconde partie, se trouvent par ordre alphabétique les noms et les ouvrages "des historiens, jurisconsultes, orateurs, philologues, philosophes, poètes, théologiens etc." 1 vol. in-18° of : [4] ff. ; 171 pp. ; [5] pp. Full contemp. calf. Nice copy of this uncommon almanac devoted to the arts and contemporary artists of his editors. A first part is essentially devoted to the different academies (French, Royal, Sciences), to Censorship, drawing, engraving, music, painting and sculpture: with the list of the authors' works (classified in alphabetical order) as well as the location of the paintings and sculptures. In the second part, in alphabetical order, the names and works of "historians, jurisconsults, orators, philologists, philosophers, poets, theologians, etc." are listed.

[ANAIS EUGENIE LE CAMUS, EPOUSE DEROME].

LA MESSE DE MARIAGE. OEUVRE COMMENCEE EN L'AN DE GRACE MDCCCLXXXVI POUR L'HONEUR PROFIT DE NOBLE DAME ANAIS EUGENIE LE CAMUS PAR MESSIRE CHARLES ALEXANDRE DEROME EPOUX D'ICELLE. FUT ACHEVE AVESQUE L'AN MDCCCLXXXIX.

SL, 1886-1889. 1886 1 vol. in-8° (163 x 120 mm) de : [1] f. (titre) ; 1 frontispice ; [21] ff. de texte manuscrits à l'encre brune et enluminés ; [1] p. de dédicace enluminés in-fine. Reliure de velours violet foncé, dos lisse muet, premier plat brodé des initiales "AD" au fil de soie jaune et or, fermoires de métal et cordelette.

Somptueux livre de messe de mariage, manuscrit exécuté sur vélin, entièrement enluminé et illustré à lencre et à laquarelle. Cet ouvrage a vraisemblablement été exécuté par la jeune femme qui se marie. Au XIXe siècle, les femmes dun certain rang ne pouvant travailler, il était courant quelles sadonnent à des passe-temps tels que la calligraphie ou lart de lenluminure. Ce livre de messe de mariage en est un très bel exemple et la technique ancienne de lenluminure et des miniatures qui est ici remarquablement appliquée. On y décèle clairement les méthodes utilisées au Moyen-Age ainsi que linspiration de lauteur pour cette époque. Néanmoins, le style, lexécution, la palette de couleurs utilisée ainsi que la calligraphie est typique du XIXe. Le décor artistique très vivant et coloré est caractéristique de cette époque, et se trouve même à la limite de lart déco. Texte sur deux colonnes, à lencre brune et rouge, agrémenté de lettrines et denluminures représentant la faune et la flore. La majorité des enluminures est consacrée aux fleurs parmi lesquelles sont représentées des coquelicots, des pensées, des immortelles et des jonquilles. On y trouve également des insectes, tels que des scarabées, des coccinelles ou des papillons ainsi que des poissons, des crabes, des crevettes et autres crustacés. La dernière enluminure représente une multitude dangelots et célèbre les époux Anaïs Eugénie Le Camus et Charles Alexandre Gerome pour lesquels ce livre de messe de mariage a été conçu. Le titre, encadré par des fleurs, est superbement calligraphié en lettres bleues, insérées dans des frises à lencre rouge. Quant au frontispice, il illustre la scène de mariage au sein dune cathédrale, les deux époux se donnant la main devant lévêque qui sapprête à les unir. Inscriptions AD brodées au fil jaune sur le premier plat. Travail exceptionnel. Exemplaire très frais. 1 vol. in-8° of : [1] f. (title) ; 1 frontispiece ; [21] ff. handwritten text in brown ink and illuminated; [1] p. of dedication illuminated in-fine. Dark purple velvet binding, smooth silent spine, front cover embroidered with the initials "AD" in yellow and gold silk thread, metal clasps and cord. Sumptuous wedding mass book, manuscript executed on vellum, fully illuminated and illustrated in ink and watercolor. This work was probably executed by the young woman who is getting married. In the 19th century, since women of a certain rank were unable to work, it was common for them to engage in hobbies such as calligraphy or the art of illumination. This wedding mass book is a very good example of this art and the ancient technique of illumination and miniatures is remarkably applied here. It clearly reveals the methods used in the Middle Ages as well as the author's inspiration for that time. Nevertheless, the style, the execution, the color palette used as well as the calligraphy are typical of the 19th century. The very lively and colorful artistic decor is characteristic of this period, and even borders on art deco. Text in two columns, in brown and red ink, embellished with lettrines and illuminations representing flora and fauna. The majority of the illuminations are devoted to flowers among which are represented poppies, pansies, immortelles and daffodils. There are also insects, such as beetles, ladybirds or butterflies, as well as fish, crabs, shrimps and other crustaceans. The last illumination represents a multitude of angels and celebrates the couple Anais Eugenie Le Camus and Charles Alexandre Gerome for whom this wedding mass book was designed. The title, framed by flowers, is beautifully calligraphed in blue letters, set in friezes in red ink. As for the frontispiece, it illustrates the wedding scene in a cathedral, the two spouses holding hands in front of the bishop who is about to unite them. "AD" inscriptions embroidered with yellow thread on the front cover. Exceptional work. Very fresh copy.

[ANONYME /ANONYMOUS].

Pavillons des Puissances Maritimes.

S.l.n.d. [1838]. 1838 1 vol. in-4° oblong. (305 x 239 mm.) de : [2] ff. (titre et table lithograhiées) ; [59] ff. (planches lithographiées de drapeaux, aquarellées à la main). Demi-basane havane, dos lisse orné, titre de maroquin noir, plats recouverts de papier marbré. (Petite mouillure marginale; taches sur la planche 21).

Très rare tirage lithographié et aquarellé à la main détaillant les pavillons des puissances maritimes de l'époque. Exemplaire portant en page de garde cette inscription manuscrite de l'époque: «Ce cahier à été envoyé au Bureau de l'Inscription maritime de La Seyne par dépêche du 27 janvier 1838 de M. le Contre Amiral, Directeur général du Dépôt de la Marine, Baron Hamelin (fait reçu le 1er mars 1838). 104. Cent-quatre cartes et plans de la Méditerranée envoyées par la même dépêche du 23 avril 1838 (ft reçu le 1er mai)». Le baron Jacques Félix Emmanuel Hamelin (1768 - 1839), contre-amiral français, fut nommé nommé directeur des cartes et plans de la marine en 1833. Document interne à la marine publié à très petit nombre d'exemplaires destinés aux amirautés, comme en atteste l'inscription manuscrite sur la page de garde. Une édition similaire en chromolithographie paraitra en 1858. Les pavillons sont mis en couleur avec grand soin et une remarquable précision des détails permettant ainsi aux commandants des navires de les identifier. Ouvrage composé d'un titre, d'une table et de 59 planches lithographiées par LETRONNE et MOTTE de drapeaux aquarellés à la main. 1 à 12 pavillons sont représentés par planche des puissances maritimes suivantes: France, Angleterre, Belgique, Pays-Bas, Allemagne (Hannovre, Oldenbourg, Brême, Mecklembourg, Rostok, Wismar, Lubeck, Hambourg, Francfort), Prusse, Danemark, Suède, Norvège, Russie, Espagne, Portugal, Sardaigne, Monaco, Toscane, Etats Romains, Naples, Sicile, Autriche, Iles Joniennes, Tunis, Grèce, Turquie, Etats-Unis d'Amérique, Mexique, Haïti, Brésil, Buenos Ayres, Montevideo, Pérou, Sud Peruano et Bolivie. 1 vol. in-4° oblong. (305 x 239 mm.) of : [2] ff. ; [59] ff. (lithographed plates of flags, watercolored by hand). Havana half-basane. Very rare lithographed print and hand watercolored detailing the flags of the maritime powers of the time. A copy with this handwritten inscription on the cover page: "This book was sent to the Maritime Registration Office of La Seyne by dispatch of 27 January 1838 from the Rear Admiral, Director General of the Navy Depot, Baron Hamelin (received on 1 March 1838). 104. One hundred and four maps and plans of the Mediterranean sent by the same dispatch of 23 April 1838 (received 1 May)" [translated from French]. Baron Jacques Félix Emmanuel Hamelin (1768 - 1839), French Rear Admiral, was appointed Director of Maps and Plans of the Navy in 1833. An internal document of the navy published in a very small number of copies for the admiralties, as evidenced by the handwritten inscription on the cover page. A similar edition in chromolithography was published in 1858. The flags are color-coded with great care and remarkable precision of detail, allowing the commanders of the ships to identify them. The work consists of a title, a table and 59 plates lithographed by LETRONNE and MOTTE of flags watercolored by hand. 1 to 12 flags are represented per plate of the following maritime powers: France, England, Belgium, Netherlands, Germany (Hannover, Oldenburg, Bremen, Mecklenburg, Rostok, Wismar, Lubeck, Hamburg, Frankfurt), Prussia, Denmark, Sweden, Norway, Russia, Spain, Portugal, Sardinia, Monaco, Tuscany, Roman States, Naples, Sicily, Austria, Jonian Islands, Tunis, Greece, Turkey, United States of America, Mexico, Haiti, Brazil, Buenos Ayres, Montevideo, Peru, South Peruano and Bolivia.

[ANONYME. Dessins sur pulpe de mûrier.] [ANONYMOUS. Drawings on pith paper].

[Album de 4 bateaux sur pulpe de mûrier.] [Album of 4 boats on pith paper.]

1 vol. in-4° oblong (224 x 349 mm.) de : [1] f. bl. ; [4] ff. ; [1] f. bl. ; 4 aquarelles sur pulpe de mûrier fixées sur des ff. de papier chiffon d'époque avec encadrement de papier d'écorce de mûrier. Malgré quelques restaurations dues à la fragilité du matériau, lensemble est en bel état de conservation et les couleurs sont d'une grande fraîcheur. Cartonnage XIXe, dos lisse.

Superbe album réunissant 4 aquarelles sur pulpe de mûrier figurant des bateaux à voiles chinois, artisanat chinois du milieu du XIXe. Les aquarelles (160 x 226 mm.) sont particulièrement soignées et les couleurs sont d'une grande fraîcheur. Il y a deux bateaux de rivière à fonds plats avec un seul mât dont un petit propulsé à laviron par deux hommes et deux plus grands navires, lun avec deux mâts, le second avec trois mâts, pouvant affronter des mers plus agitées. Bel exemple de cet art raffiné typiquement chinois. 1 vol. in-4° oblong of : [1] bl. f. ; [4] ff. ; [1] bl. f. ; 4 watercolors on pitch paper fixed on contemporary rag paper ff. with mulberry bark paper frame. In spite of some restorations due to the fragility of the material, the whole is in a good state of conservation and the colors are very fresh. XIXth century cardboard. Superb album with 4 watercolors on pith paper depicting Chinese sailboats, Chinese craftsmanship of the mid-nineteenth century. The watercolors (160 x 226 mm.) are particularly neat and the colors are very fresh. There are two flat-bottomed riverboats with a single mast, a small one rowed by two men, and two larger vessels able to cope with rougher seas, one with two masts, the second with three masts. A fine example of this refined art, typically Chinese.

ARAGO (Jacques Etienne Victor).

Souvenirs d'un aveugle. Voyage autour du monde. Chasses. Drame.

Paris, Delloye, 1840. 1840 1 vol. in-8° (235 x 162 mm.) de : [2] ff. (faux titre, titre) ; vii (préface) ; 410 pp. ; [1] f. (table) ; 15 lithographies à pleine page par N. Maurin d'après les dessins de l'auteur. Demi-maroquin noir d'époque, plats recouverts de papier gauffré imitant le galuchat, dos à nerfs avec fers à froid sur les caissons, fer doré en queue représentant un animal et titrage à l'or. (Rousseurs claires).

Rare volume complémentaire sur la chasse danimaux sauvages décrit par Arago durant son voyage autour du monde. Jacques-Étienne-Victor Arago (1790 - 1854) est un écrivain, artiste et explorateur français. Il accompagne en tant que dessinateur, le géologue et géographe français Claude-Louis de Freycinet (1779 - 1842) dans son périple autour du monde en 1817 à bord de l'Uranie. De ce voyage, il publie un livre à succès titré initialement Promenade autour du monde (1822). Au cours de ses rééditions, louvrage est successivement intitulé Voyage autour du monde fait par ordre du Roi sur les corvettes de S.M. l'Uranie et la Physicienne puis, ayant perdu la vue au courant de lannée 1837, Souvenirs d'un aveugle. Il semble vraisemblable quArago ait entrepris ce travail pour des raisons financières, aidé de son frère, le scientifique et politicien François-Dominique Arago (1786-1853). Dabord publiée volume par volume de 1838 à 1840, Souvenirs dun aveugle acquiert une grande popularité dont en attestent les différentes éditions et tirages. Chasses - Drames est le cinquième volume publié par un éditeur différent (H.-L. Delloye) venant compléter les 4 volumes précédents. Cet ouvrage est consacré à la chasse et partage le format et la conception des quatre premiers volumes. Il s'agit d'un récit populaire dexpériences de chasse, chacune des sections étant consacrée à un animal différent, y compris une description de 14 pages d'une chasse au kangourou en Nouvelle-Galles du Sud. Le récit d'Arago sur le serpent noir (pp.151-165) est la plus saisissante, racontant l'histoire d'un homme aborigène troquant avec un propriétaire de plantation avant de se retrouver face à face avec le serpent parmi les eucalyptus. La longue description de Sydney et de ses environs est basée sur sa propre visite après avoir terminé la circumnavigation dans l'Uranie. Lillustration est composée de 15 lithographies à pleine page dues au graveur français Nicolas-Eustache Maurin (1798 - 1850) daprès les originaux de lauteur. Ces planches détaillent la chasse de différents animaux sauvages: Chasse au Boa (p.1) Chasse au Jaguar (p.25) ; Chasse au Lézard des Papous (p.45) Chasse à lOurs (p.64) ;Chasse au Crocodile (p.120) ; Chasse au serpent noir (p.151) ; ; Chasse au Tigre Royal (p.187; p.205) ; Chasse au Rhinocéros (p.229) ; Chasse à lOrang-Outan (p.243) ; Chasse au Serpent à sonnettes (p.277) ; Chasse au Buffle (p.325) ; Chasse à la Panthère (p.367). Louvrage est rare, il na été décrit ni par les bibliographies de Ferguson (sur l'Australie) ni Forbes (sur Hawaï). Bel exemplaire de cet ajout recherché au récit du voyage dArago. 1 vol. in-8° of : [2] ff. ; vii ; 410 pp. ; [1] ff. ; 15 full-page lithographs by N. Maurin from the author's drawings. Contemp. black half-morocco. Rare complementary volume on wildlife hunting described by Arago during his trip around the world. Jacques-Étienne-Victor Arago (1790 - 1854) is a French writer, artist and explorer. He accompanied the French geologist and geographer Claude-Louis de Freycinet (1779 - 1842) as a draftsman on his round-the-world voyage in 1817 aboard the Uranie. From this voyage, he published a successful book initially entitled "Promenade autour du monde" (1822). In the course of its re-editions, the book is successively entitled Voyage autour du monde fait par ordre du Roi sur les corvettes de S.M. l'Uranie et la Physicienne then, having lost his sight during the year 1837, Souvenirs d'un aveugle. It seems likely that Arago undertook this work for financial reasons, with the help of his brother, the scientist and politician François-Dominique Arago (1786-1853). Initially published volume by volume from 1838 to 1840, Souvenirs d'un aveugle gained great popularity, as evidenced by its various editions and prints. "Chasses - Drames" is the fifth volume published by a different publisher (H.-L. Delloye) to complete the 4 previous volumes. This book is dedicated to hunting and shares the format and design of the first four volumes. It is a popular account of hunting experiences, with each section devoted to a different animal, including a 14-page description of a kangaroo hunt in New South Wales. Arago's account of the black snake (pp.151-165) is the most striking, telling the story of an Aboriginal man trading with a plantation owner before coming face to face with the snake among the eucalyptus trees. The long description of Sydney and its surroundings is based on his own visit after completing the circumnavigation to Urania. The illustration consists of 15 full-page lithographs by the French engraver Nicolas-Eustache Maurin (1798 - 1850) based on the author's originals. These plates detail the hunting of different wild animals [translated from French]: "Boa hunting" (p.1) "Jaguar hunting" (p.25); "Papuan lizard hunting" (p.45) "Bear hunting" (p.64); "Crocodile hunting" (p.120); "Black snake hunting" (p.151); "Black snake hunting" (p.151). ) ; "Royal Tiger Hunt" (p.187; p.205); "Rhinoceros Hunt" (p.229); "Orangutan Hunt" (p.243); "Rattlesnake Hunt" (p.277); "Buffalo Hunt" (p.325); "Panther Hunt" (p.367). The work is rare, it has not been described by the bibliographies of Ferguson (on Australia) or Forbes (on Hawaii). A fine copy of this sought-after addition to the account of Arago's journey.

[ATLAS COMPOSITE] FER (Nicolas de).

Atlas itineraires de France dItalie et des Pays Bas.

Paris, de Beaurain Geographe du Roy, 1728. 1728 1 vol. In-4° (273 x 250 mm) de : 1 titre manuscrit avec lettres caligraphiées en rouge, bleu et or dans un encadrement de frises ; [188] ff. (dont 50 ff. de texte sur double page, 5 ff. de texte sur page simple, 133 cartes et planches sur double page dont 13 dépliantes). (Corps d'ouvrage très frais). Plein maroquin brun d'époque, dos à nerfs orné, triple encadrement de filets dorés sur les plats avec fleurons angulaires, roulette dorée sur les coupes, dentelles intérieures tranches dorées.

Bel atlas composite, très bien relié, composé dun titre manuscrit, de 35 cartes, 65 plans, 31 vues et 52 feuillets de texte gravés, la plupart sur double page, monté sur onglets (17 dépliants), dont 41 sont entièrement coloriés à la main, 40 et 33 partiellement. Nicolas de Fer fut un cartographe français très prolifique, actif du début des années 1690 jusqu'à sa mort en 1720. LAtlas est consacré à la France, à l'Italie et aux Pays-Bas. Il comporte 107 cartes ou vues de de Fer, 15 par Jean Baptiste Nolin (1657-1708) graveur et éditeur français ou son fils (1686-1762) du même nom. 1 vol. in 4°. Contemp. green morocco. Beautiful composite atlas, nicely bound, composed of a manuscript title, 35 maps, 65 plans, 31 views and 52 engraved sheets of text, mostly on double page, mounted (17 fold.), of which 41 are entirely colored by hand, 40 and 33 partially. Nicolas de Fer was a very prolific French cartographer, active from the early 1690s until his death in 1720. The Atlas is devoted to France, Italy and the Netherlands. It contains 107 maps or views of de Fer, 15 by Jean Baptiste Nolin (1657-1708) French engraver and publisher or his son (1686-1762) of the same name.

AUBIN (Joseph).

Mémoires sur la peinture didactique et lécriture figurative des anciens Mexicains.

Paris, imprimerie nationale, 1885. 1885 1 vol. in-folio (370 x 282 mm.) de: [4] ff. (titres); XI pp. (introduction); 106 pp.; 5 planches chromolitrographiées. Envoi autographe signé de l'auteur: «A M. DArbois de Jubainville, membre de lInstitut, hommage respectueux». (Quelques rousseurs, corps douvrage frais). Demie-toile postérieure à coins, plats recouverts de papier marbré, dos lisse titré. Exemplaire non-coupé et non-rogné, couverture éditeur imprimée conservée.

Édition originale de ce mémoire sur la peinture et lécriture des anciens peuples mexicains par Joseph Marius Alexis Aubin (1802-1891), paléographe américaniste et collectionneur français. Il étudie à lÉcole des beaux-arts puis à l École normale supérieure et devient directeur de la section des sciences de lÉcole préparatoire. A partir de 1830, il quitte la France pour le Mexique en compagnie de François Arago (1786-1853) et de Louis Jacques Thénard (1777-1857) avec lesquels il entreprend des recherches en physique et en astronomie. Cependant, il se découvre une passion pour les vestiges, objets archéologiques et documents de la culture des anciens peuples mexicains. Fasciné par cette culture qui savère bien plus riche que ce quil imaginait, Aubin apprend le nahuatl (autre nom de langue aztèque) et se dédie entièrement aux recherches historiques sur cette dernière. A Mexico, ses bonnes relations avec José Morán (1774-1841, chef du gouvernement de la ville de Mexico de 1823 à 1824) ainsi que ses gros moyens financiers lui permettent de fonder un lycée privé sur place. De plus, à une époque agitée où la haute société mexicaine est surtout préoccupée par la politique, Aubin fait face à peu de concurrence et acquiert une large collection de manuscrits anciens, dont les premiers proviennent de la collection des descendants de lastronome Antonio de León y Gama (1735-1802). Il devient membre de la commission scientifique du Mexique de 1864 à 1867. Cette dernière accompagne lexpédition militaire française (1861-1867) ayant pour but linstauration dun régime favorable aux intérêt de la France. Cest à lissue de cette mission quil fait paraître le présent ouvrage sur la peinture didactique et lécriture figurative des anciens peuples mexicains. Lauteur entend par «peinture didactique» les illustrations ayant pour but la transmission de connaissances. Ainsi, il les compare aux cartes géographiques, plans et schémas qui ont une fonction similaire dans les cultures européennes. Ainsi, il présente la «Mappe Tlotzin» et la «Mappe Quinatzin» en expliquant avec une grande précision leur signification et la manière de les lire. Ses explications sont accompagnées des 5 chromolithographies reliées en fin douvrage qui représentent les peintures didactiques en question. Aubin sintéresse également à ce quil appelle «lécriture figurative». Cette dernière correspond au système décriture de la langue aztèque qualifié de «glyphique», cest à dire utilisant à la fois des pictogrammes, des idéogrammes et des constructions phonétiques. Celui-ci était utilisé dans l'Empire aztèque, notamment dans les codex aztèques. Lauteur fournit une explication approfondie du fonctionnement de lécriture aztèque. Il joint à son ouvrage un échantillon du dictionnaire de cette écriture. Celui-ci représente fidèlement les symboles associés à chaque syllabe, leur prononciation, leur signification ainsi que les combinaisons possibles avec dautres symboles. En 1889, à cause de fortes pertes financières engendrées par le scandale de Panama, Joseph Aubin est contraint de vendre sa collection à Eugène Goupil (1831-1895) par le biais dEugène Bohan (1834-1908) qui en rédige le catalogue et y joint une notice biographique de Aubin. Exemplaire bien conservé et dédicacé de ce mémoire dun grand intérêt pour la culture mexicaine. 1 vol. in-folio (370 x 282 mm.) of : [4] ff. (titles) ; XI pp. (introduction); 106 pp. 5 chromolithographic plates. Dedicated copy : "To M. D'Arbois de Jubainville, member of the Institute, respectful homage ". (Some foxing, fresh body of work). Later half cloth with corners, boards covered with marbled paper, smooth spine titled. Copy uncut and uncreased, printed publisher's cover preserved. First edition of this memoir on the painting and writing of the ancient Mexican peoples by Joseph Marius Alexis Aubin (1802-1891), a French Americanist, paleographer and collector. He studied at the École des Beaux-Arts and then at the École Normale Supérieure and became director of the science section of the École Préparatoire. In 1830, he left France for Mexico with François Arago (1786-1853) and Louis Jacques Thénard (1777-1857) with whom he undertook research in physics and astronomy. However, he quickly discovered a passion for the vestiges, archaeological objects and documents of the culture of the ancient Mexican peoples. As he was fascinated by this culture, which turned out to be much richer than he imagined, Aubin learned the Nahuatl language (another name for the Aztec language) and dedicated himself entirely to historical research on this culture. In Mexico City, his good relations with José Morán (1774-1841, head of the government of Mexico City from 1823 to 1824) as well as his considerable financial resources enabled him to found a private high school there. Moreover, in a turbulent time when Mexican high society was mostly preoccupied with politics, Aubin faced little competition and acquired a large collection of ancient manuscripts, the first of which came from the collection of the descendants of the astronomer Antonio de León y Gama (1735-1802). He became a member of the French Scientific Commission of Mexico from 1864 to 1867. This commission accompanied the French military expedition (1861-1867) whose aim was to establish a favorable regime to French interests. Once the mission was finished, he published the present work on the didactic painting and the figurative writing of the ancient Mexican people. The author means by "didactic painting" the illustrations whose purpose is the transmission of knowledge. He compares them to maps, plans and diagrams that have a similar function in European cultures. Thus, he presents the "Mappe Tlotzin" and the "Mappe Quinatzin" and explains with great precision their meaning and the way to read them. His explanations are accompanied by 5 chromolithographs bound at the end of the book which represent the didactic paintings in question. Aubin was also interested in what he called "figurative writing". This corresponds to the writing system of the Aztec language qualified as "glyphic", that is to say using at the same time pictograms, ideograms and phonetic constructions. This was used in the Aztec Empire, notably in the Aztec codices. The author provides an in-depth explanation of how Aztec writing works. He attaches to his book a sample of the dictionary of this script. This dictionary faithfully represents the symbols associated with each syllable, their pronunciation, their meaning and the possible combinations with other symbols. In 1889, due to heavy financial losses caused by the Panama scandal, Joseph Aubin was forced to sell his collection to Eugène Goupil (1831-1895) through Eugène Bohan (1834-1908) who wrote the catalog and attached a biographical note on Aubin. A well preserved and dedicated copy of this memoir of great interest for Mexican culture.

AUBUISSON DE VOISINS (Jean-François d').

Traité de Géognosie, ou exposé des connaissances actuelles sur la constitution physique et minérale du globe terrestre.

Paris, Chez F. G. Levrault, 1828-35. 1828 3 vol. in-8° (212 x 130 mm.) de : I. XLVII (dont faux titre, titre et discours préliminaire) ; 524 pp. (dont table) ; 1 planche en couleur dépliante et 1 tableau dépliant ; II. VII ; 650 pp. (dont table) ; 8 planches dépliantes ; III. [2] ff. (faux titre, titre) ; 672 pp. (dont table) ; 9 planches dépliantes. Demi-veau brun d'époque, dos lisse orné et estampé, pièces de titre noir, tranches peintes en jaune.

Édition la plus complète de cet ouvrage fondamental dû au géologue français Jean-François d'Aubuisson de Voisins (1769-1841), avec lajout dun volume et de 15 planches supplémentaires à son édition de 1819. Premier " Wernerien français ", Aubuisson avait adopté la théorie de son professeur et maître, le minéralogiste et géologue allemand Abraham Gottlob Werner (1749-1817). Werner prône la stratification de la formation de la Terre, en particulier de la croûte terrestre, théorie connue sous le nom de neptunisme, basée sur la généralisation d'observations et de conceptions minières connues sur les dépôts en veines hydrothermales. Premier ouvrage français sérieux consacré à la géologie, le présent traité marque la transition du neptunisme vers des théories scientifiquement plus fondées : Aubuisson sécarte des théories de Werner pour se rallier à une origine volcanique du basalte. En récompense pour ses travaux, il est nommé en 1821 correspondant de l'Académie des sciences pour la section Minéralogie. Liconographie de louvrage est composée de cartes géologiques détaillées, de vues et de coupes stratigraphiques, dont : 1 tableau dépliant pour la mesure des hauteurs à l'aide du baromètre, 1 grande planche aquarellée dépliante, 1 planche montrant la coupe du sol de l'Angleterre depuis le pays de Galles jusqu'à Londres, 1 vue géologique gravée par Ch. Ransonnette fils. Bel exemplaire, très frais. 3 vol. in-8°. 17 plates (one hand colored). Contemp. half calf. Fine fresh copy of the most complete edition of this major work by the French geologist Jean-François d'Aubuisson de Voisins (1769-1841), with the addition of 1 volume and 15 plates to his 1819 edition. First "French Wernerian", Aubuisson adopted the theory of his teacher and master, the German mineralogist and geologist Abraham Gottlob Werner (1749-1817). Werner advocated the stratification of the Earth's formation, in particular of the Earth's crust, known as neptunism, a theory based on the generalization of observations and known mining designs on deposits in hydrothermal veins. First serious French work devoted to geology, the present treatise marks the transition from neptunism to more scientifically founded theories: Aubuisson departs here from Werner's theories to rally to a volcanic origin of basalt. As a reward for his work, in 1821 he was appointed correspondent of the Academy of Sciences for the Mineralogy section. The iconography of the work is made up of detailed geological maps, views and stratigraphic sections, including: 1 folding table for the measurement of heights using the barometer, 1 large folding watercolor board, 1 board showing the section of the soil of England from Wales to London, 1 geological view engraved by Ch. Ransonnette fils.

BEAUTEMPS-BEAUPRE (Charles-François).

Exposé des travaux relatifs à la reconnaissance hydrographique des côtes occidentales de France suivi d'un précis des opérations géodésiques qui ont servi de base aux cartes et plans des trois premières parties du Pilote Français par M. Daussy.

A Paris, de l'Imprimerie Royale, 1829. 1829 1 vol. in-4° (291 x 225 mm) de: [2] ff. (titre, table); 124 pp.; 1 grande carte dépliante: «Trigonométrique des côtes occidentales de France par M. Daussy». (Quelques rousseurs, plis et petites déchirures à la carte). Demi-toile verte d'époque, dos lisse titré en lettres dorées, plats recouverts de papier marbré vert.

Première et seule édition de ce rare ouvrage, dû à Charles-François Beautemps-Beaupré (1766-1854), père de lhydrographie moderne. Fils dun modeste agriculteur de Champagne, rien ne semble prédestiner Beautemps-Beaupré à une brillante carrière dhydrographe, si ce nest son lien de parenté avec le célèbre géographe Nicolas Buache. Ayant remarqué la vivacité desprit de son jeune cousin, ce dernier lembauche à lâge de 10 ans comme « commis » avec pour tâche de tenir en ordre un important fonds de géographie provenant de la famille Delisle. Les grandes capacités que révèle alors le jeune Beautemps-Beaupré amènent Buache à prendre en charge sa formation. En 1785, il na que 18 ans quand il participe avec son maître et M. de Fleurieu à la rédaction des instructions nautiques et des cartes du futur voyage de La Pérouse. Son oncle qui soppose à son projet de joindre lexpédition lui sauve indirectement la vie. Sa carrière reste cependant rattachée à La Pérouse, car en 1791, Beautemps-Beaupré est nommé premier ingénieur hydrographe de lexpédition de dEntrecasteaux à la recherche de lexplorateur disparu. Ce voyage lui permet dexpérimenter sa méthode qui révolutionnera lhydrographie. Publié avec la relation de DEntrecasteaux (1808) et sous forme séparée en 1811 (« Méthodes pour la levée et la construction des cartes et plans hydrographiques »), latlas de ce voyage, qui marque le début de lénorme production cartographique de Beautemps-Beaupré, est considéré comme le premier atlas nautique moderne produit en France. Dès lors, lauteur se consacre à son « Pilote français », grand projet de cartographie de toutes les côtes de France, selon des méthodes en rupture avec celles du Dépôt de la Marine. Il inaugure en effet des levées côtières méthodiques, qui se révèlent si habiles que ce découpage forme encore aujourdhui lassemblage des cartes et plans du SHOM sur les côtes de France. Le « Pilote français » est le fruit de gigantesques travaux de reconnaissance, que Beautemps Beaupré commençe à Brest en 1816, sur lordre du directeur du Dépôt de la Marine, le Comte de Rosily et du premier ministre de la Marine, M. Malouet, pour une réfection complète de la cartographie des côtes françaises. « Le comte de Rosily, directeur du dépôt général de la marine, et M. le chevalier de Rossel, alors directeur-adjoint de cet établissement, jugèrent quil convenait dexplorer dabord les côtes occidentales de France, parce que les cartes de cette partie étaient signalées comme les plus défectueuses de toutes celles que lon mettait journellement entre les mains des navigateurs. ». Dans le présent ouvrage, résultat de la seconde campagne, Beautemps-Beaupré livre les principes de lhydrographie moderne : méthodes de levée des cartes marines (opérations faites sous voiles, estimation des routes, reconnaissance en canot) et de leur réalisation (sondes, journal des opérations nautiques, observation des marées) : « lorsquil nous faut relever dun point de station quelconque, soit à terre, soit à la mer, une grande quantité d objets dont nous ne connaissons pas les noms ou qui nen ont pas, et principalement des roches et des banc de sable ou de vase, nous avons lattention de faire des croquis de plans et de vues de côte, sur lesquels nous écrivons les observés. » (p. 28). Beautemps-Beaupré sentoure dans cette mission de plusieurs ingénieurs hydrographes dont Monsieur Daussy : « Ce dernier a exécuté la grande chaine des triangles au moyen de laquelle ont été assignées les latitudes et les longitudes des principaux points des côtes occidentales, ainsi quune carte de trigonométrie de la France qui suit ce mémoire ». Réalisés pour tous les usagers de la mer, les relevés hydrographiques de Beautemps-Beaupré, qui permirent didentifier les dangers de la navigation côtière et de définir les nouvelles voies maritimes, assurèrent la sécurité de la navigation. Bel exemplaire dun traité important dans lhistoire de lhydrographie française. 1 vol. 4to (291 x 225 mm.) of : [2] ff. (title, table) ; 124 pp. ; 1 large folding map : " Trigonometric of the western coasts of France by M. Daussy ". (Some foxing, creases and small tears to the map). Contemporary green half cloth, smooth spine with golden lettering, boards covered with green marbled paper. First and only edition of this rare work, due to Charles-François Beautemps-Beaupré (1766-1854), father of modern hydrography.

BECQUEY (Louis).

Rapport au Roi sur la navigation intérieure de la France.

Paris, imprimerie royale, 1820. 1820 1 vol. in-4 (266 x 210 mm) de : [4] ff. (faux titre sur cartonnage éditeur conservé, 2 ff. blancs, titre); 75 pp. (dont 22 tableaux à pleine page); 1 grande carte dépliante colorisée à la main. Demi-veau postérieur à coin, plats recouverts de papier marbré, dos à nerfs, pièces de titre de maroquin rouge.

Edition de 1820 de ce rapport très complet de Louis Becquey (1760 - 1849), ouvrage recherché pour sa très belle carte de France dépliante et coloriée. Magistrat, parlementaire et haut-fonctionnaire sous la Restauration, Becquey est un des acteurs majeurs de la création dun système de navigation intérieur visant à procurer à la France un réseau complet de communication par voie navigable, le « Plan Becquey ». Les ports maritimes, les phares, les mines sont également l'objet de son action comme directeur général des Ponts & Chaussées et des Mines. Par ses différentes actions novatrices, il participe à la réindustrialisation du pays. Bel exemplaire très frais et complet de sa carte. Edition of 1820 of this very detailed report by Louis Becquey (1760 - 1849), sought-after work for its very beautiful fold-out and colored map of France. Magistrate, parliamentarian and senior civil servant under the Restoration, Becquey was one of the major players in the creation of an inland navigation system aimed at providing France with a complete inland waterway communication network, the "Plan Becquey". Seaports, lighthouses and mines are also the object of his action as general manager of Bridges & Roads and Mines. Through its various innovative actions, he participated in the reindustrialization of the country. Beautiful, very fresh and complete copy of his card.

[BELIGATTI (Cassiano)].

Alphabetum tangutanum sive tibetanum.

Rome, Sac. Congreg. de Propag. Fide, 1773. 1773 1 vol. in-8° (190 x 132 mm) de : xvi (titre, privilège, au lecteur) ; 138 pp. ; 1 planche dépliante. Ex-libris manuscrit d'Anquetil-Duperron sur la page de titre. Broché, non rogné. (Pâles mouillures).

Édition originale de cet alphabet tangoute ou tibétain, première publication occidentale complète sur la langue tibétaine, sortie des presses de la Sacrée congrégation pour la propagation de la foi. Cet ouvrage fût compilé par le missionnaire italien Cassiano Beligatti (1708-1791) et édité par Giovanni Cristoforo Amaduzzi (1740-1792), directeur de la congrégation. Frère capucin, Cassiano Beligatti fût missionnaire au Tibet, au Népal et au Bengale de 1738 à 1756. Cet exemplaire est celui de l'indianiste Anquetil-Duperron (1805, n°706), sa signature est lisible sur la page titre. Orientaliste, traducteur et voyageur, il a fait connaître en France les Upanishads et le Zend-Avesta. On peut lire la mention manuscrite au bas du titre : "Xbre 1809, acheté 8 f. à la vente de M. de la Tour libre". Louvrage se présente sous la forme dun livre de poche visant à enseigner les bases permettant la lecture et la compréhension de lécriture tibétaine. Ainsi, lalphabet du tibétain, ou plutôt lalphasyllabaire (alphabet transcrivant des syllabes) y est entièrement et fidèlement représenté, accompagné de sa transcription latine indiquant la prononciation. Louvrage fournit également une explication concise et à but pratique de la grammaire et de la prononciation du tibétain, avec notamment des précisions sur les ambigüités de la langue, un lexique tibétain et latin, ainsi quune traduction en tibétain de la prière du Seigneur, de l'Ave Maria, du credo des apôtres et des dix commandements. La Sacrée congrégation pour la propagation de la foi fût créée par le Vatican en 1622 et avait pour mission de propager la parole divine. Elle fît donc publier nombres de missels, grammaires, dictionnaires et autres alphabets comme celui-ci afin de fournir aux missionnaires le nécessaire à lévangélisation. Le Vatican détenait à lépoque la plus grande collection douvrages sur les langues et systèmes d'écriture du monde. Les presses de la congrégation ont ainsi vu publier de nombreux ouvrages descriptifs de langues exotiques dont l'arabe, le grec ou encore le syrien. Présentés sous un format de poche à but pratique, ces alphabets étaient une merveille de l'imprimerie de l'époque. En effet, Ils permirent au public occidental de découvrir les systèmes décriture de langues très éloignées par le biais dune imprimerie précise, complète et fidèle. Ce travail compilé par Cassiano Beligatti est basé sur les observations des missionnaires capucins envoyés à Lhassa. Si l'ouvrage a d'abord été publié sous le nom d'"Alphabetum Tibetanum", il semblerait que cette impression de 1773 soit la première à être titrée "Alphabetum Tangutanum sive Tibetanum". Bel exemplaire, d'une prestigieuse provenance, de cet ouvrage de grande importance pour le développement de l'imprimerie et l'enseignement des langues. 1 vol. in-8° of : xvi ; 138 pp. ; 1 folding plate. Anquetil-Duperron's manuscript bookplate on the title page. Paperback, untrimmed. First and only edition of the abridged and improved version of the Propaganda Fide's Tibetan Alphabetum. The Propaganda Fide had published an Alphabetum Tibetanum in 1759, but it was a full-fledged Tibetan grammar in quarto format while the present octavo is a handy and simple guide to the basics, like most of the Alphabeta. They reissued it with an extensive introduction concerning the language and culture in 1762. The best known products of the Propaganda Press, apart from its missals, grammars, and dictionaries, are the Alphabeta. The present one was compiled by Cassiano (da Macerata) Beligatti (1708-1791) and edited by Giovanni Cristoforo Amaduzzi (1740-1792), the director of the Propaganda Fide press. The alphabet is printed in the Tibetan type. Cassiano da Macerata was sent on a mission to Tibet in 1738. A very scarce example of the Tibetan Alphabetum issued by the Sacra Congregatio de Propaganda Fide. The Alphabetum series was one of the first to print the script of different languages. Written in Latin, and Tibetan. A first thus of this work. 'The Alphabetum' was created as a reference text for Catholic missionaries who travelled worldwide to promote God's message. The Sacra Congregatio de Propaganda Fide printing press was established by The Vatican in 1622. The press held the largest collection of printing types from languages and scripts worldwide. They quickly produced these booklets of exotic languages, which included Arabic, Greek, Iberian, Syrian among many other languages. Presented in a handy pocket sized format, the Alphabetums were a marvel of printing at the time. It demonstrated printing of characters not seen by western audiences. This work includes the Lord's prayer, the Ave Maria, the Apostles' creed and the Ten commandments in Tibetan and Latin. The Tibetan Alphabetum was the first time that there was a western publication on the Tibetan language. It is based on information sent back by missionaries, from the Capuchin mission at Lhasa. The work was first published under the name 'Alphabetum Tibetanum' and it would appear that this 1773 printing is the first time that the work appeared under the title 'Alphabetum Tangutanum sive Tibetanum'. An important work in print development and language education.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

Description géographique des débouquemens qui sont au Nord de l'Isle de Saint Domingue avec des Cartes et des Plans des Isles qui forment ces Passages, et des Dangers qui s'y trouvent. Pour le service des Vaisseaux du Roy. Par Ordre de M. Le Duc de Praslin Ministre et Secrétaire d'Etat, ayant le Département de la Marine. Par N. Bellin, Ingénieur de la Marine et du Depost des Plans, Censeur Royal de l'Academie de Marine, et de la Société Royale de Londres.

A Versailles, de l'Imprimerie du département de la marine, 1768. 1768 1 vol. in-4° (254 x 204 mm.) de: [5] ff. (faux titre gravé, titre gravé, table des chapitres, table des cartes et plans); 152 pp.; 34 cartes gravées dont 16 dépliantes. (Léger marquage du cuir aux gardes et premier feuillet, sinon très frais). Pleine basane marbrée d'époque, dos à nerfs orné dancres et de fleurs de lys, pièce de titre de maroquin brun, armes royales au centre des plats, tranches rouge. (Coiffes discrètement restaurées épidermures).

Rare édition originale de ce routier des Antilles par le premier hydrographe de la Marine royale française, Jacques-Nicolas Bellin (1703-1772). Figure incontournable de la cartographie au XVIIIe siècle, Bellin passe cinquante ans au Dépôt des Cartes et Plans, où il réalise son «Neptune François», les 59 cartes de toutes les régions du monde de son « Hydrographie française » (1 volume, 1753) et le « Petit Atlas Maritime » (5 volumes, 1764), bréviaire des navigateurs pendant plusieurs décennies. Dans le présent ouvrage, il rassemble et publie les informations collectées par des officiers et ingénieurs de la Marine envoyés dans les Antilles pour établir une cartographie précise des débouquements de St Domingue, de larchipel des Bahamas, de la presquîle de Floride, des îles turques et caïques et de larchipel des Bermudes. A la deuxième page de lintroduction, Bellin donne la définition suivante du mot débouquement: « On entend par le mot de Débouquement, un passage étroit entre les terres, dans lequel il faut faire route pour sortir dun parage, ou quitter une côte. Ce mot vient des Espagnols, qui ayant navigué les premiers dans ces cantons, nommèrent ces Passages & ces Entrées Bocca, en français Bouches, dont les Marins ont fait le mot de Débouquement, pour dire sortir dune Bouche ou Passage étroit ». Ces passages étroits étaient particulièrement périlleux mais indispensables à prendre afin de rallier les Antilles à lEurope. La connaissance précise des débouquements des Antilles était dun intérêt capital pour la navigation dans ces eaux. Le travail de compilation de Bellin dans cet ouvrage est donc dune aide considérable pour les activités françaises dans les Antilles. En 8 chapitres, il fait un inventaire très complet et détaillé de St Domingue, de larchipel des Bahamas et des îles Turques et Caïques. Son travail se compose de nombreuses cartes et plans des passages à prendre ainsi que dexplication précieuses sur les dangers à éviter. Ainsi, il présente les débouquements des îles de: Crooked Island, Aklins ou encore Inagua aux Bahamas et renseigner également sur les variations et courants autour de ces îles. Il poursuit avec ceux des Îles Turques Caïques dont: «La petite Caïque», «la grande Caïque», la Saline (Salt Cay) et la Sandkée (Sand Cay) puis donne quelques anses pour mouiller telles que: «Anse au Canot» ou «Anse à lEau». La côte septentrionale de Saint Domingue ainsi que ses débouquements sont abordé dans le 6ème chapitre dont Cap François (Cap Haïtien). Enfin, dans le chapitre 7 il est question du Canal de Bahama et de la presquîle de Floride puis, dans le 8ème et dernier, Bellin aborde larchipel des Bermudes. Sur chacune des 34 cartes de louvrage, les débouquements sont représentés avec un tracé en pointillé. Parmi les cartes fournies on trouve notamment une carte générale du Nord de St Domingue et de ses cinq débouquements ainsi quune autre du Canal de Bahama représentant le sud du Golfe du Mexique. Bel exemplaire dans sa reliure aux armes royales. 1 vol. 4to (254 x 204 mm.) of : [5] ff. (engraved false title, engraved title, table of chapters, table of maps and plans) ; 152 pp. ; 34 engraved maps (of which 16 of them folding). (Slight marking of leather on endpapers and first leaf, otherwise very fresh). Full contemporary marbled basane, spine ribbed and decorated with anchors and fleur-de-lys, brown morocco title-piece, royal arms in the center of the boards, red edges. (headpieces discreetly restored, spotting). Rare first edition of this road map of the West Indies by the first hydrographer of the French Royal Navy, Jacques-Nicolas Bellin (1703-1772). Bellin was a key figure of 18th century cartography and spent fifty years at the Dépôt des Cartes et Plans, where he produced his Neptune François, the 59 maps of all the regions of the world in his "Hydrographie française" (1 volume, 1753) and the "Petit Atlas Maritime" (5 volumes, 1764), a navigator's breviary for several decades. In the present work, he gathered and published the information collected by officers and engineers of the Navy, sent to the West Indies to establish a precise cartography of the débouquements of St Domingue, particularly perilous passages yet necessary to take on the way to Europe. On the second page of the introduction, we can read: "The word Débouquement means a narrow passage between the lands, through which it is necessary to make one's way out of an area, or to leave a coast. This word comes from the Spaniards who were the first to sail in these waters and named these Passages & Entrances Bocca, Bouches (mouth) in French. The Sailors later made the word Débouquement, meaning to leave a narrow Passage" (translated from French). Among the 34 maps that illustrate this work, there is a general map of the North of St Domingue and its five landings as well as another one of the Bahama Channel representing the South of the Gulf of Mexico. Beautiful copy in arms binding.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

Description Géographique des Isles Antilles possédées par les Anglois.

A Paris, de l'Imprimerie de Didot, 1758. 1758 1 vol. in-4° (259 x 206 mm.) de : [1] f. (faux-titre) ; 12 pp. (titre gravé, table des titres, table des cartes) ; 171 pp. (cahier des pp. 49 à 56 relié au mauvais endroit) ; 8 cartes dépliantes (dont une en coloris dépoque, celle du Golfe du Mexique) ; 5 cartes h.-t. (dont une en coloris dépoque, celle de lisle de Niéves). Soit un total de 14 gravures sur cuivre. Bandeaux et culs-de-lampe. Plein veau marbré dépoque, triple filet doré encadrant les plats, dos à nerfs ornés, titre de maroquin rouge, double filet doré sur les coupes, tranches marbrées. (Rares taches et rousseurs).

Edition originale de cet atlas français sur les possessions anglaises dans les Antilles publié alors que la guerre de sept ans bat son plein. Dessiné par Jacques-Nicolas Bellin (1703-1772), premier hydrographe de la Marine royale française et éminent cartographe, louvrage est le fruit de lespionnage maritime. Bellin entre au Dépôt des cartes et plans de la Marine en 1721, peu après sa création, il y passe toute sa carrière (cinquante ans) et est nommé ingénieur hydrographe en 1741. Il est également membre de lAcadémie de Marine et de la Société Royale de Londres. Ses uvres majeures comprennent les 59 cartes de toutes les régions du monde de son « Hydrographie française » (un volume, 1753), le « Petit Atlas Maritime » (cinq volumes, 1764) bréviaire des navigateurs pendant plusieurs décennies. Ses cartes de lAmérique du Nord sont aujourdhui particulièrement recherchées et Bellin est notamment connu pour avoir signé 994 articles de lEncyclopédie de Diderot et dAlembert. La majeure partie de son travail est conservée au département des cartes et plans de la BnF. Le présent ouvrage, publié pour les besoins de la marine militaire, en pleine Guerre de Sept Ans, représente les possessions britanniques aux Antilles. Les cartes et plans sont dune grande précision, figurant les fortifications et les armements, et largement annotés. Après une carte générale du Golfe du Mexique en coloris dépoque, on trouve : la Jamaïque (5 planches : la carte générale est suivie de celles de Port-Royal, Kingstown, des Havres de Port Antonio et Saint François), la Barbade, Antigue, Saint-Christophe, Niéves, lÎle des Vierges, Lucayes et les Bermudes. L'édition est également illustrée d'un bandeau gravé par Choffard (comme le frontispice) et de neuf autres bandeaux représentant huit vues et un plan des îles citées. Bel exemplaire conservé dans sa reliure dépoque. 1 vol. in-4° (259 x 206 mm.) of : [1] f. (faux-title); 12 pp. (engraved title, table of titles, table of maps); 171 pp. (pp. 49-56 bound in the wrong place); 8 folding maps (one of them in period color, that of the Gulf of Mexico); 5 h.-t. maps (one of them in period color, that of the island of Niéves). A total of 14 copper engravings. Headbands and endpapers. Full contemporary calf, triple gilt fillet framing the boards, ornate ribbed spine, red morocco title, gilt fillet on the edges, marbled edges. (Rare stains and foxing). First edition of this French atlas on the English possessions in the West Indies published while the Seven Years War was in full swing. Designed by Jacques-Nicolas Bellin (1703-1772), the first hydrographer of the French Royal Navy and an eminent cartographer, the work is the result of maritime espionage. Bellin entered the Dépôt des cartes et plans de la Marine in 1721, shortly after its creation. He spent his entire career there (fifty years) and was appointed hydrographic engineer in 1741. He was also a member of the Académie de Marine and of the Royal Society of London. His major works include the 59 maps of all the regions of the world of his "French Hydrography" (one volume, 1753), the "Petit Atlas Maritime" (five volumes, 1764) breviary of navigators for several decades. His maps of North America are today particularly sought after and Bellin is notably known for having signed 994 articles for the Encyclopedia of Diderot and d'Alembert. Most of his work is preserved in the department of maps and plans of the BnF. The present work, published for the needs of the military navy at the height of the Seven Years' War, represents the British possessions in the West Indies. The maps and plans are particularly precise, showing fortifications and armaments, and are largely annotated. After a general map of the Gulf of Mexico in period colors, there are: Jamaica (5 plates: the general map is followed by those of Port Royal, Kingstown, the harbors of Port Antonio and St. Francis), Barbados, Antigua, St. Kitts, Niéves, the Isle of Virgins, Lucayes and Bermuda. The edition is also illustrated with an engraved band by Choffard (like the frontispiece) and nine other bands representing eight views and a plan of the islands mentioned. Beautiful copy in period binding.

BERCHERE (Narcisse).

[Bateaux de pêcheur et voiliers à marée basse, Ile de Majorque, environs de Valldemossa. / Fishing boats and sailboats at low tide, Island of Mallorca, near Valldemossa].

1847. 1847 1 feuille (315 x 285 mm.), dessin au crayon et à l'aquarelle signé et daté. Cadre doré moderne, inscription manuscrite au dos.

Joli dessin figurant une scène maritime, exécuté au crayon et à l'aquarelle par le peintre Narcisse BERCHERE (1819-1891) en 1847. Cet artiste orientaliste, formé par l'école des beaux-arts de Paris, effectue de longs voyages en Provence et en Espagne (1847). Spécialisé dans les paysages, il visite l'Égypte, l'Asie mineure et l'Archipel grec en 1849-1850 et expédie alors de Grèce ses premières toiles au Salon de Paris. En 1856, il revient en Égypte et traverse le désert du Sinaï avec son ami Léon Belly. Les deux hommes, accompagnés de Jean-Léon Gérôme et d'Auguste Bartholdi, remontent ensuite la vallée du Nil (juillet-octobre 1856). Ferdinand de Lesseps confie à Berchére en 1860 la mission de retracer en peinture les différentes étapes du percement du canal de Suez. C'est à cette époque qu'il expédie à Eugène Fromentin de nombreuses lettres qui seront publiées en 1863. En 1869, il est invité à l'inauguration du canal de Suez. Certaines de ses uvres sont conservées au musée municipal d'Étampes (Essonne). La présente aquarelle représente des bateaux de pêcheurs et leurs équipages sur une plage aux environs de Valldemossa (inscription manuscrite au dos de lencadrement), village portuaire situé sur la côte ouest de l'île de Majorque (Baléares). La scène nous montre les marins afférés autour dun foyer, au pied de leurs navires échoués, dont les voiles sont en partie carguées. 1 sheet (315 x 285 mm.), Pencil and watercolor drawing signed and dated. Nice drawing depicting a maritime scene, executed in pencil and watercolor by the painter Narcisse BERCHERE (1819-1891) in 1847. This orientalist artist, trained by the School of Fine Arts in Paris, made long trips to Provence and Spain (1847). Specializing in landscapes, he visited Egypt, Asia Minor and the Greek Archipelago in 1849-1850 and then sent his first paintings from Greece to the Paris Salon. In 1856, he returned to Egypt and crossed the Sinai desert with his friend Léon Belly. The two men, accompanied by Jean-Léon Gérôme and Auguste Bartholdi, then went up the Nile valley (July-October 1856). Ferdinand de Lesseps entrusted Berchére in 1860 with the task of retracing in painting the different stages of the boring of the Suez Canal. It was at this time that he sent Eugène Fromentin many letters which were published in 1863. In 1869, he was invited to the inauguration of the Suez Canal. Some of his works are kept at the municipal museum of Etampes (Essonne). This watercolor represents fishing boats and their crews on a beach around Valldemossa (handwritten inscription on the back of the frame), a port village on the west coast of the island of Mallorca (Balearic Islands). The scene shows the sailors affixed around a hearth, at the foot of their stranded ships, the sails of which are partly loaded.

BERT, dit Bertius (Pierre).

Abrégé ou sommaire description du globe de la terre.

Paris, Jacques Villery, 1634. 1634 1 vol. in-12° (171 x 114 mm.) de : [8] ff. (titre avec vignette, préface) ; 1 pl. dépliante ; 188 pp. (erreurs de pagination sans incidence). Ex-dono manuscrit à lencre brune sur le titre: A Mr. Scelles. Nombreuses annotations manuscrites à lencre brune dans les marges. Plein vélin d'époque, dos lisse titré à l'encre. "Bertius" écrit à l'encre brune sur la tranche.

Rare ouvrage consacré à la cosmographie du à Bertius, traduit du latin par N. Hallay Ch. R. Pierre Bertius (1565-1629), est un mathématicien, cosmographe et cartographe néerlandais. Après avoir fait ses études à luniversité de Leyde, il obtient une chaire de professeur de mathématiques et organise la bibliothèque de la ville pour laquelle il publie son premier catalogue imprimé. Bertius voyage ensuite avec le philologue et humaniste Juste Lipse (1547-1606) en Allemagne, Pologne et Russie. Ayant pris parti pour les doctrines arméniennes, il est destitué et obligé,de se réfugier en France en 1620. Durant cette période, Bertius renonce au protestantisme, revient au catholicisme et Louis XIII lui donne le titre de cosmographe du roi. Il sera ensuite nommé professeur déloquence, historiographe du roi, et professeur de mathématiques au Collège royal. Le plus célèbre de ses ouvrages est le Theatrum geographiæ veteris (1618-1619) et on lui doit les cartes des évêchés des Gaules, de lempire de Charlemagne, et de presque toutes les parties du monde connu des anciens. Son travail le plus savant est celui quil compose en 1629, à loccasion de la construction de la digue par laquelle Richelieu fait fermer le port de la Rochelle intitulé : De aggeribus et pontibushactenus ad mare extructis digestum novum. Dans le présent ouvrage: Abrégé ou sommaire description du globe de la terre, Bertius décrit les différentes parties du globe terrestre quil divise en 6 parties: lArctique, l'Antarctique, lEurope, lAfrique, lAsie et lAmérique. Bertius précise: [...] ces six parties qui divisent tout le plan de la terre, notre Europe est la plus noble & la plus estimable, non seulement pour les avantages quon pourra remarquer de ce que jen ai ci-dessus succinctement écrit; mais aussi eu égard à la curiosité et souplesse desprit des hommes quelle nourrit, seuls au monde adroits en leurs dessein, jusquà ne trouver rien capable darrêter leur trafic: cinglants par toutes mers hardiment sans seffaroucher des vagues mutines, ou bien se rebuter de la distance et reculée des ports lointains quil leur faut aborder: curiosité ingénieuse, quon ne remarque point en peuples de lAsie, Afrique, et Amérique: car de vrai nos Européens, seuls, comme jai dit, font voile sur la Méditerranée jusquaux ports plus voisins: de lAsie et Afrique, et par locéan ils abordent les isles plus éloignées et les terres plus reculées du monde. (pp.157-159). Concernant l'Antarctique, Bertius introduit la région de la manière suivante: L'Antarctique a dans son enclos dessous le Pole du Midi toutes ces vastes régions qui sétendent jusquau Zone, Froide, Chaude ou Tourride, & Tempérée, Provinces estimables non seulement pour ce quen a écrit Ferdinand de Quir Espagnol, lequel atteste en avoir vu la plus grande partie, mais aussi pour lavantage quelles ont dêtre fertiles, sous un climat bénin et un ciel favorable, surpassant en grandeur lEurope & lAfrique tout ensemble. (p.4) Lillustration se compose dune belle planche dépliante gravée sur cuivre représentant une mappemonde avec deux hémisphères: hemisphaerium americanum et hemisphaerium nostrum sur lesquels la Californie est représentée comme une île. Bel exemplaire, conservé dans son vélin dépoque, abondamment annoté par son premier propriétaire dans les marges. 1 vol. in-12° (171 x 114 mm.) of : [8] ff. (title with vignette, preface); 1 folding plate; 188 pp. (pagination errors without incidence). Handwritten ex-dono in brown ink on the title: "A Mr. Scelles". Numerous annotations in brown ink in the margins. Full contemporary vellum, smooth spine titled in ink. "Bertius" written in brown ink on the edge. Rare work on cosmography by Bertius, translated from Latin by N. Hallay Ch. R. Pierre Bertius (1565-1629), was a Dutch mathematician, cosmographer and cartographer. After studying at the University of Leiden, he obtained a professorship in mathematics and organized the city's library, for which he published its first printed catalog. Bertius then traveled with the philologist and humanist Justus Lipsius (1547-1606) to Germany, Poland and Russia. Having sided with the Armenian doctrines, he was deposed and forced to take refuge in France in 1620. During this period, Bertius renounced Protestantism, returned to Catholicism and Louis XIII gave him the title of cosmographer to the king. He was then appointed professor of eloquence, historiographer to the king, and professor of mathematics at the Collège royal. The most famous of his works is the "Theatrum geographiæ veteris" (1618-1619) and we owe him the maps of the bishoprics of Gaul, of the empire of Charlemagne, and of almost all the parts of the world known to the ancients. His most learned work is the one he composed in 1629, on the occasion of the construction of the dike by which Richelieu closed the harbor of La Rochelle entitled: "De aggeribus et pontibushactenus ad mare extructis digestum novum". In the present work: "Abrégé ou sommaire description du globe de la terre", Bertius describes the different parts of the globe which he divides into 6 parts: the Arctic, Antarctica, Europe, Africa, Asia and America. Bertius specifies: "[...] of these six parts which divide the whole plan of the earth, our Europe is the most noble and the most estimable, not only for the advantages which one will be able to notice from what I have written above succinctly; but also with regard to the curiosity and flexibility of spirit of the men whom it nourishes, only in the world skilful in their designs, until finding nothing able to stop their traffic: scuttling through all seas boldly without being frightened by the mutinous waves, or being repulsed by the distance and remoteness of the distant ports they have to approach: an ingenious curiosity, which is not noticed in the peoples of Asia, Africa, and America: for indeed our Europeans, alone, as I have said, sail over the Mediterranean to the most neighboring ports: from Asia and Africa, and by the ocean they approach the most distant islands and the most remote lands of the world." (translated from French, pp.157-159). Regarding Antarctica, Bertius introduces the region as follows: "Antarctica has in its enclosure below the South Pole all those vast regions which extend to the Zone, Cold, Hot or Torrid, & Temperate, Provinces estimable not only for what has been written of them by Ferdinand de Quir Spanish, who attests to having seen the greater part of them, but also for the advantage they have of being fertile, under a benign climate and favorable sky, surpassing in grandeur Europe & Africa altogether. " (translated from French, p.4) The illustration consists of a beautiful copperplate folding engraving representing a world map with two hemispheres: hemisphaerium americanum and hemisphaerium nostrum on which California is represented as an island. A fine copy, preserved in its original vellum, profusely annotated by its first owner in the margins.

BERTIUS (Petrus).

Tabularum geographicarum contractarum libri septem.

Amsterdam: Jodocus Hondius. 1616 7 parties en 1 vol in-8° oblong (130 x 200 mm.) de : [8] ff. (titre gravé et 7 ff. préliminaires) ; 829 pp. ; 220 cartes et planches à pleine page (dont 165 coloriées à la main) ; [10] pp. (table et f. de privilèges). (Léger brunissement, taches occasionnelles). Plein vélin d'époque, dos lisse muet, traces de lacets. (Marques de pliures aux plats, accident à un coin, reliure non restaurée conservée dans un emboitage recouvert de toile brune avec pièce de titre de cuir noir).

Première édition due à Hondius de cet exemplaire provenant de la collection de trois générations de cartographes français : GILLES ROBERT DE VAUGONDY (1688-1766) et DIDIER ROBERT DE VAUGONDY (1723-1786), importants cartographes français; André-Charles-François Mercier du Rocher (1753-1816), avocat français, révolutionnaire, homme politique (bon d'achat daté de 1782). L'ouvrage comprend 220 cartes gravées pour la plupart coloriées à la main, dont 4 cartes du monde et 15 relatives aux Amériques. «Sous le nom de cet obscur imprimeur de Middelburg (c'est-à-dire Barent Langenes) tombe une série d'atlas, de loin le meilleur de cette bibliographie. Parce que le Caert-Thresoor a été imprimé pour la première fois par Barent Langenes et que cet atlas de petit format a eu une histoire intéressante, les éditions ultérieures, publiées par Cornelis Claesz et Jodocus Hondius, sont toutes regroupées sous une seule rubrique: Langenes. Des graveurs célèbres comme Petrus Kaerius et Jodocus Hondius j'ai découpé les plaques. Des érudits comme Petrus Bertius et Jacobus Viverius ont édité le texte. Les petites cartes ont servi à de nombreuses autres fins dans d'autres livres publiés à Amsterdam. Leur contenu reflète le niveau de la cartographie à Amsterdam au tournant du siècle, où des informations à jour sur les régions nouvellement découvertes étaient facilement disponibles »(Koeman p. 252). «Après la mort en 1609 de Cornelius Claesz, le [sic] publié du Caert-Thresoor, l'uvre de Bertius fut entièrement remodelée. Il a ensuite été publié par Jodocus Hondius II, avec toutes les cartes nouvellement gravées, de taille légèrement plus grande. De toute évidence, Hondius n'avait pas acquis les planches originales. Il a également dû faire un nouveau frontispice. L'ouvrage était divisé en sept «livres», dédiés au roi Louis XIII de France Avec les nouvelles planches, l'uvre était certainement améliorée et jouissait d'une demande croissante du public, qui avait le choix entre l'Atlas mineur de Mercator et le Tabularum Geographicum de Bertius » (Koeman II, p. 258). Provenance: NICOLAS SANSON (1600-1667), «le fondateur de lécole française de cartographie», avec son ex-libris sur la page de titre : «Ex Libris Nicolas Sanson dAbbeville». Au-dessus de cette inscription, Sanson a écrit «Livre quy mest deffendu dinterpreter». Une note ultérieure en latin par A.C.F. Mercier note lachat de ce livre lors de la vente des effets ménagers de Didier Robert de Vaugondy en 1782. 1 vol. in-8° oblong. 220 maps in text, most maps coloured in outline by a contemporary hand. Contempoary vellum. 7 parts in 1 vol. First Hondius edition with a distinguished provenance from the collection of three generations of French cartographers: GILLES ROBERT DE VAUGONDY (1688-1766) and DIDIER ROBERT DE VAUGONDY (1723-1786), important French cartographers; André-Charles-François Mercier du Rocher (1753-1816), French lawyer, revolutionary, politician (purchase note dated 1782). The work includes 220 engraved maps mostly handcolored in outline including 4 world maps and 15 relating to the Americas. (Some light browning and occasional staining.) Under the name of this obscure printer of Middelburg (i.e. Barent Langenes) falls a series of atlases, easily the best in this bibliography. Because the Caert-Thresoor was first printed by Barent Langenes and because this small-size atlas has had an interesting history, the later editions, brought out by Cornelis Claesz and Jodocus Hondius, are all listed together under one heading: Langenes. Famous engravers like Petrus Kaerius and Jodocus Hondius I cut the plates. Scholars like Petrus Bertius and Jacobus Viverius edited the text. The small maps served many other purposes in other books published in Amsterdam. Their contents refect the level of cartography in Amsterdam at the turn of the century, where up-to-date information on newly discovered regions was readily available (Koeman p. 252). After the death in 1609 of Cornelius Claesz, the published [sic] of the Caert-Thresoor, the work of Bertius was entirely reshaped. It was then published by Jodocus Hondius II, with all the maps newly engraved, slightly larger in size. Obviously Hondius had not acquired the original plates. He also had to make a new frontispiece. The work was divided into seven books, dedicated to King Louis XIII of France With the new plates, the work was certainly improved and enjoyed an increasing demand by the public, which had the choice between Mercators Atlas Minor and Bertiuss Tabularum Geographicum (Koeman II, p. 258). Provenance: NICOLAS SANSON (1600-1667), the founder of the French school of cartography, with his ex-libris inscriptions on title-page and front free endpaper Ex Libris Nicolas Sanson dAbbeville. Above the inscription on the free endpaper Sanson has written Livre quy mest deffendu dinterpreter. A later note in Latin by A.C.F. Mercier notes his purchase of this book at the sale of the household effects of Didier Robert de Vaugondy in 1782.

BETHENCOURT (Jean de) / [BERGERON, Pierre]

I. Histoire de la Premiere Descouverte et Conqueste des Canaries. Faite des l'an 1402 per Messire Jean de Bethencourt . . . plus Un Traicte de la Navigation et des Voyages de Descouverte & Conqueste modernes, & principalement des Francois. Paris, Michel Soly, 1630. II. Traicte de la Navigation et des Voyages de Descouverte & Conqueste modernes, & principalement des Francois. Avec une exacte et particuliere description de toutes les Isles Canaries, les preuues du temps de la conquests d'icelles, & la Genealogie des Bethencourts & Braquemons. Le tout receuilly de divers

Paris, Michel Soly, 1629. 1629 Deux parties reliées en 1 volume in-8° (172 x 115 mm.) de: [10] ff. ; 208 pp. (dont 1 portrait gravé en p. 4) ; [6] ff de table ; [6] ff dont 1 blanc. Quelques corrections d'éditeur à l'encre brune (traces de mouillures et salissures à quelques ff., travaux de vers en haut de la marge intérieure d'une vingtaine de ff., rature à l'encre brune et comblement d'un petit manque au coin supérieur droit du titre sans atteinte au texte. Contregardes et 6 ff. de gardes d'origine). Plein vélin glacé d'époque éstampé à l'or, double encadrement de filets dorés et blason central sur les plats, dos lisse avec encadrement de filets dorés et orné d'un léopard doré, titrage à l'or, tranchefils traversant les coiffes, traces de lacets, tranches jaspées. (Défauts d'usage, petites taches et salissures, croix à l'encre presque effacée barant les blasons blason).

Exceptionnel exemplaire, imprimé sur grand papier et relié en vélin estampé aux armes des Béthencourt, de cet Americana de toute rareté, bien complet de ses deux parties, unique édition de la toute première publication française consacrée à lhistoire des explorations maritimes comportant les toutes récentes expéditions des français en Amérique. Le premier texte, qui relate la conquête des Canaries par Jean de Béthencourt, en 1402 [-22], fut rédigé par 2 chapelains de la famille : Pierre Bontier et Jean le Verrier. Le second est consacré essentiellement aux premiers navigateurs et explorateurs français, réunis par léditeur Pierre Bergeron. Béthencourt, normand, originaire de Grainville en pays de Caux sembarqua en 1402 pour La Rochelle, puis lEspagne avant de cingler vers les Canaries avec deux navires. Louvrage relate dans le détail, par de courts chapitres, chaque étape du voyage et de la conquête de larchipel par lintrépide aventurier. Un très joli portrait finement gravé de lexplorateur fait face au premier chapitre. Il est titré en bas « le vray pourtraict de Messire Jhean de Béthencourt Roy des Canaries. Bathazar Moncornet-Fecit ». Laventurier Normand y est représenté de face, en armure, une cape sur les épaules et coiffé dun chapeau hérissé de pointes. En haut à gauche figure son blason et à sa droite une fenêtre souvre sur un paysage de campagne. Une large table analytique achève louvrage. Bien quoccasionnellement mentionné comme un travail séparé (notamment par Penrose and Borba de Moraes), il est évident que le Traicté des Navigations », tant par son propos que par son contenu, est lié au premier ouvrage, lequel le mentionne expressément dans son titre. Le traité des navigations et des voyages de Pierre Bergeron est un remarquable historique du monde de lexploration aux premiers temps des découvertes, surtout focalisé sur les périples des Français. Il souvre sur une étude détaillée des différentes méthodes de navigation : compas, quadrant, longitudes se référant à Gilbert, Plancius et Stevin ainsi quà dautres sources anciennes. As well as other early sources and names. Des chapitres traitent en détail des expéditions en Nouvelle France du Sieur de Mont, Lescarbot, Poutrincourt, Champlain, Cartier, Alfonce... Sont aussi relatées les voyages français en Floride de Sebastien Gavot et Jean Ribaut ainsi que la funeste expédition de Laudonnière. Dautres explorateurs européens sont traités, dont les plus connues des expéditions espagnoles, portugaises et anglaises, ainsi que celles des Russes, des Suédois et des hollandais, pas seulement aux Amériques mais aussi en Chine, au Japon, au Tibet et dans des parties de lEurope... Sont ainsi relatées les relations telle la découverte du Brésil, les explorations de Vespucci, et plus tard les expéditions de Villegagnon... Notre exemplaire est imprimé sur un papier vélin plus fin et mieux encollé que celui, trés différent des autres exemplaires que nous avons pu consulter, et il présente de plus larges marges. La présence de corrections déditeur à lencre dune même main atteste cependant dune unique édition dont cet exemplaire constitue le seul « tirage de luxe » que nous avons pu identifier. Provenance : Lexemplaire est conservé dans sa reliure en vélin estampé à lor sur les plats et le dos, le célèbre blason « D'argent au lion de sable, armé et lampassé de gueules » des Béthencourt. Ce blason est identique à celui du portrait gravé de Jean de Bethencourt. Ce remarquable ouvrage, contemporain des récits « Champlain » et « Lescarbot », demeure en raison de son extrême rareté méconnu de nombreux bibliophiles. Notre exemplaire, conservé dans son état dorigine, et dune provenance exceptionnelle, est certainement le plus désirable que lon puisse trouver. Two parts bound in 1 volume 8 vo (172 x 115 mm.) of: [10] ff. ; 208 pp. (of which 1 engraved portrait on p. 4) ; [6] ff. of table ; [6] ff. of which 1 blank. Some corrections by the editor in brown ink (traces of wetness and soiling on some ff. Some corrections in brown ink (traces of wetness and soiling on a few pages, worm work at the top of the inner margin of about 20 pages, erasure in brown ink and filling of a small gap in the upper right corner of the title without affecting the text). Contregards and 6 ff. of endpapers original. Full vellum glazed period stamped in gold, double framed with gilt fillets and central coat of arms on the boards, smooth spine with gilt fillets and decorated with a gilt leopard, titling in gold, headbands crossing the headpieces, traces of laces, edges speckled. (Defects of use, small stains and soiling, cross in ink almost erased crossing the coat of arms). An exceptional copy, printed on large paper and bound in vellum embossed with the Béthencourt arms, of this rare Americana, complete with its two parts, the only edition of the very first French publication devoted to the history of maritime exploration, including the most recent French expeditions to America. The first text, which relates the conquest of the Canaries by Jean de Béthencourt in 1402 [-22], was written by two chaplains of the family: Pierre Bontier and Jean le Verrier. The second is essentially devoted to the first French navigators and explorers, gathered by the editor Pierre Bergeron. Béthencourt, a Norman from Grainville in the Pays de Caux, embarked in 1402 for La Rochelle, then Spain before sailing to the Canaries with two ships. The book relates in detail, in short chapters, each step of the voyage and the conquest of the archipelago by the intrepid adventurer. A very nice finely engraved portrait of the explorer faces the first chapter. It is titled at the bottom "le vray pourtraict de Messire Jhean de Béthencourt Roy des Canaries. Bathazar Moncornet-Fecit". The Norman adventurer is depicted in front, in armor, with a cape over his shoulders and a spiked hat. At the top left is his coat of arms and to his right a window opens onto a country landscape. A large analytical table completes the work. Although occasionally mentioned as a separate work (notably by Penrose and Borba de Moraes), it is obvious that the "Traicté des Navigations", both in its subject matter and content, is related to the first work, which expressly mentions it in its title. Pierre Bergeron's treatise on navigation and travel is a remarkable history of the world of exploration in the early days of the discoveries, especially focused on the voyages of the French. It opens with a detailed study of the different methods of navigation: compass, quadrant, longitudes... referring to Gilbert, Plancius and Stevin as well as other early sources. As well as other early sources and names. Chapters deal in detail with the expeditions to New France of Sieur de Mont, Lescarbot, Poutrincourt, Champlain, Cartier, Alfonce... The French voyages to Florida of Sebastien Gavot and Jean Ribaut and the ill-fated expedition of Laudonnière are also recounted. Other European explorers are treated, including the most famous Spanish, Portuguese and English expeditions, as well as those of the Russians, Swedes and Dutch, not only in the Americas but also in China, Japan, Tibet and parts of Europe... Thus are related such relations as the discovery of Brazil, the explorations of Vespucci, and later the expeditions of Villegagnon... Our copy is printed on a finer and better glued vellum paper than the one, very different from the other copies we have been able to consult, and it presents wider margins. The presence of the editor's corrections in ink by the same hand attests to a unique edition of which this copy is the only "luxury edition" that we have been able to identify. Provenance : The copy is preserved in its vellum binding embossed with gold on the boards and the spine, the famous coat of arms D'argent au lion de sable, armé et lampassé de gueules of the Béthencourt. This coat of arms is identical to that of the engraved portrait of Jean de Bethencourt. This remarkable work, contemporary with the "Champlain" and "Lescarbot" stories, remains unknown to many bibliophiles because of its extreme rarity. Our copy, preserved in its original condition, and of an exceptional provenance, is certainly the most desirable one to be found.

BEUDANT (F.-S.).

Traité élémentaire de minéralogie.

Paris, Chez Verdière, 1824. 1824 1 vol. in-8° (213 x 135 mm.) de : [2] ff. (faux titre, titre) ; VI (préface) ; 856 pp. ; un tableau dépliant des minéraux et 10 planches dépliantes. Plein veau marbré de l'époque, dos orné de couronne surmontant deux C entrelacés, pièce de titre rouge, filets sur les plats, plats aux armes royales de France, tranches peintes, cachet rouge de la Bibliothèque royale sur la page de titre (coins discrètement restaurés).

Édition originale rare de ce traité devenu très rapidement un classique de la minéralogie (autre édition: 1830). François Sulpice Beudant (17871850) est un éminent géologue et chimiste. Il succède à son maître Haüy à la chaire de minéralogie et géologie de la faculté des sciences de Paris en 1822. En 1824, date à laquelle paraît son traité, il est élu membre de l'Académie des sciences. Cet ouvrage traite en détail des formes, structures et propriétés des minéraux. Lillustration se compose dun tableau périodique dépliant répertoriant les espèces minérales en 3 classes distinctes : Gazolytes, Leucolytes et Chroïcolytes et de 10 planches dépliantes illustrant, avec beaucoup de précision, les formes des minéraux ainsi que les instruments de mesures utilisés à lépoque. Provenance : bibliothèque du Roi (blason doré armorié sur les plats et cachet rouge de la bibliothèque royale sur la page de titre). Bel exemplaire. 1 vol. in-8°. Full contemporary calf. Rare first edition of this treatise which very quickly became a classic of mineralogy (other edition: 1830). François Sulpice Beudant (1787 - 1850) is an eminent geologist and chemist. He succeeded his master Haüy at the chair of mineralogy and geology at the Paris Faculty of Sciences in 1822. In 1824, the date on which his treaty appeared, he was elected a member of the Academy of Sciences. This book deals in detail with the shapes, structures and properties of minerals. The illustration consists of a folding periodic table listing the mineral species in 3 distinct classes: Gazolytes, Leucolytes and Chroïcolytes and 10 folding plates illustrating, with great precision, the shapes of minerals as well as the measuring instruments used at the time. Fresh interior, some rare freckles or spots. Provenance: King's library (golden coat of arms on the covers and red stamp of the royal library on the title page). Beautiful copy.

BIGOT DE MOROGUES (Sébastien-François).

Tactique Navale ou Traité des Evolutions et des Signaux.

A Paris, Chez H. L. Guérin & L. F. Delatour, 1763. 1763 1 vol. in-4° (298 x 225 mm.) de: [2] ff. (faux-titre, titre en rouge et noir), x pp. (dédicace, table des chapitres, Rapport de messieurs les Commissaires), 481 pp., (1) ff. ("Figures de la tactique navale"), 49 planches hors-texte contenant 133 figures. 2 bandeaux gravés. Plein veau glacé d'époque, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin havane, triple encadrement de filets dorés sur les plats, double filet doret sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées. (Coiffes et mors discrétement restaurés).

Édition originale de cet important ouvrage qui recense en détail tous les signaux de nuit et de jour utilisés dans la marine de guerre. Cet ouvrage fit lobjet dune deuxième édition à Amsterdam en 1764 (en français). Avant de le publier, Bigot de Morogues a utilisé son manuscrit pendant quelques années pour instruire les gardes de la marine de Brest. Sébastien-François Bigot de Morogues (1705-1781), fils d'un commissaire de la marine, entre en 1723 dans le régiment royal dartillerie. Il passe ensuite dans la marine en 1736, sert sur le "Bourbon" (qui périt en 1746 sur les côtes de la Martinique), et devient capitaine de vaisseau en 1756. En 1759, il commande le "Magnifique", formant l'arrière-garde de l'escadre du maréchal de Confians destinée à un débarquement en Écosse, et soutient seul, le 20 novembre, jour de la bataille de Quiberon, le choc de trois vaisseaux anglais. Les solides connaissances dont il fait preuve, tant dans l'artillerie que dans la marine, le font pressentir à plusieurs reprises pour le ministère de la marine ; mais cette nomination n'aboutit jamais. Nommé inspecteur d'artillerie de marine en 1771, il finit ensuite sa vie sur ses terres. Ses capacités lui permirent de composer des ouvrages pratiques de conception et d'exposition claires, qui firent longtemps autorité ; de même, il est à l'origine de l'Académie de Marine constituée définitivement en 1752, et dont il fut le premier directeur. Louvrage se divise en deux parties : la première traite des évolutions navales et la seconde des signaux et ordres généraux (de jour, de nuit, par temps de brume) qu'une armée navale doit connaître et exécuter. Empreint du formalisme de la tactique navale européenne, louvrage est caractéristique des techniques de combat de lépoque. Résultat dune volonté de prudence, on a voulu éviter les manuvres de débordement aléatoires. Les tentatives de concentration contre la flotte adverse deviennent de plus en plus rares et lon impose la rigidité de la ligne de file et la discipline du feu. Les batailles se résument en dinterminables évolutions pour profiter du vent, suivies dune canonnade stérile entre deux lignes parallèles. Ce formalisme règne surtout en France depuis le traité de 1696 du père Hoste, mais aussi en Espagne et, dans une moindre mesure en Angleterre. Il conduit à une déviation stratégique, la « non-bataille » qui contribue à développer la passivité des officiers. Un des exemplaires imprimé sur grand papier, très frais. 1 vol. 4to. 49 engraved plates. Title in red and black. Contemporary full calf. First edition of this important treatise with a detailled list of the all day and night signals used in Navy. Fresh copy in a fine contemporary binding. Polak 826 - Scott 316 - Brunet VI, 8517. 1 vol. in-4 °. 49 plates with a total of 133 figures. 2 engraved headbands. Contemp. Calf. First edition of this important work which lists in detail all the night and day signals used in the navy. Before publishing it, Bigot de Morogues used his manuscript for a few years to instruct the naval guards of Brest. Sébastien-François Bigot de Morogues (1705-1781), son of a naval commissioner, entered the Royal Artillery Regiment in 1723. He then went to the navy in 1736, served on the "Bourbon", and became captain in 1756. In 1759, he commands the "Magnifique", forming the rear guard of the squadron of the marshal of Confians destined for a landing in Scotland, and supports alone, November 20, day of the battle of Quiberon, the shock of three English ships. His solid knowledge of both the artillery and the navy has made him think several times about the ministry of the navy; but this nomination never succeeds. Appointed Inspector of Marine Artillery in 1771, he ended his life on his land. His abilities enabled him to compose practical works of clear design and exposition, which for a long time were authoritative; he is also at the origin of the Academy of Marine formed definitively in 1752, and of which he was the first director. The work is divided in two parts: the first deals with naval evolutions and the second general signals and orders (by day, by night, by fog) that a naval army must know and execute. Impressed by the formalism of European naval tactics, the work is characteristic of the technical fights of the time. As a result of a desire for prudence, we wanted to avoid random overflow maneuvers. Attempts to concentrate on the opposing fleet are becoming increasingly rare, and rigidity of the line and discipline of fire is imposed. The battles can be summed up in endless evolutions to take advantage of the wind, followed by a barren cannonade between two parallel lines. This formalism reigns especially in France since the treaty of 1696 of Father Hoste, but also in Spain and, to a lesser extent, in England. It leads to a strategic deviation, the "non-battle" which contributes to developing the passivity of the officers. One of the rare copies printed on large paper, very fresh.

BILLARD (Jean-Léonard).

[MANUSCRITS AUTOGRAPHES /AUTOGRAPH MANUSCRIPTS] I. Commencé, du 16 janvier 1765 fait par moy Jean-Leonard Billard, de-meurant à Quille Beuf. II. Commencé, du 29 janvier 1765 fait par moy Jean-Leonard Billard, de-meurant à Quille Beuf.

Quille Boeuf, janvier 1765. 1765 2 cahiers in-4° (310 x 190 et 325 x 225 mm.) entièrement manuscrits de : I. [1] f. (titre calligraphié en lettres capitales) ; 96 pp. ; [1] f. ; 69 schémas et instruments scientifiques aquarellés dans le texte ; 22 tables mathématiques dans le texte ; nombreux calculs ; II. [23] ff. (dont titre calligraphié en lettres capitales) ; [1] f. bl. ; 62 illustrations au lavis dont 1 à pleine page. Soit un total de 131 illustrations et de 22 tables. Cartonnages de ff. contrecollés recouverts de papier à la colle jaune d'époque, reliés avec du fil de lin fixé avec des oeillets. Inscriptions manuscrites au dos du premier plat du second cahier: "Jean Léonard Billard". Taches d'aquarelle de couleur sur le second plat du second cahier.

Ensemble de deux carnets manuscrits illustrés vraisemblablement exécutés à bord dun navire par un officier de marine normand, le premier traitant de questions relatives à la navigation, et le second consacré à ses exercices de dessin. Le niveau des connaissances en sciences de la navigation et la forme du premier cahier laissent à penser que son auteur était un officier, probablement instructeur, originaire du port de Quillebeuf dans lestuaire de la Seine. Ainsi introduit-il son manuscrit, Commencé, du 16 janvier 1765 fait par moi Jean-Leonard Billard, demeurant à Quillebeuf. In fine, ce dernier indique avoir achevé ce travail le 1er mars 1765. Ce cahier dexercices pratiques portant sur des calculs de navigation est donc le fruit de 3 mois de travail et détude. Les problèmes portent sur la détermination ou la correction de routes maritimes, les variations introduites par les vents et la dérive d'un navire, la manière de trouver l'accroissement des degrés de latitude comme sur les cartes réduites". Extrait: Exemple 3. Étant parti de l'équateur et de 6 degrés de longitude, on a cinglé, par estimation, sur la route de l'ouest quart sud-ouest 80 lieues, & par la hauteur on est arrivée par 30 minutes de latitude sud : on demande la route et la distance corrigées, & la longitude arrivée. (p.13). Billard consacre une partie de son manuscrit à lexplication de méthodes de navigation, par exemple, pour estimer le chemin dun navire: On se sert encore du Lik qui est un morceau de bois taillé en forme de petit bateau et chargé de plomb, auquel on attache une petite ficelle marquée précédemment de 6 en 6 toises, et présentement de 8 en 8 toises un peu moins par des noeuds dont voicy l'usage, on laisse filer cette ligne pendant lécoulement d'un sable d'une demie minute ou 30 secondes, et autant de noeuds quil sécoule, ce sont autant de quart de lieues par heure que le navire fait si la distance entre les noeuds est de 6 toises, et si les noeuds sont distants de 8 toises le navire fera un tiers de lieues par heure pour chaque noeud filé. Cette méthode est fort en usage dans les voyages de long cours mais il faut de temps en temps répéter cette opération de peur que le vent ne devienne plus fort ou plus faible ce qui ferait marcher le navire plus ou moins vite. Si enfin lorsqu' un pilote a beaucoup d' expérience et qu'il connaît bien son navire il peut juger du chemin qu'il a fait en voyant passer l'eau le long du bord sous le vent. (pp.50-51). Lauteur traite également de la construction dinstruments astronomiques et de propositions sur les logarithmes, sinus, tangentes et sécantes. Lillustration de ce premier cahier se compose de 69 schémas et instruments astrologiques aquarellés et soigneusement exécutés dans le texte. Parmi eux se trouvent le sextant, lastrolabe, larbalestrille, le "quartier anglois et le quartier astronomique. Le second cahier, Commencé, du 29 janvier 1765 fait par moi Jean-Leonard Billard, demeurant à Quillebeuf, est un recueil dexercices comportant 62 dessins au lavis dencre noire et brune avec quelques rehauts de gouache. Fruit des observations en mer et sur terre de ce marin, il débute par des croquis multiples dexercice figurant des bateaux, des maisons au bord de la mer et des profils de côtes. Billard dessine ensuite les différents types de navires militaires et de commerce dont deux en proie à une tempête: vaisseaux armés de canons à un et plusieurs ponts portant un à trois mâts et un navire marchand de la mer du Nord. S'ensuivent des dessins légendés de poissons et mammifères marins particulièrement réalistes, certainement dessinés sur le vif : églefin, lieu, mouchette, lalamie, moline, marsouin, colac et diable de mer. Extrait: Diable de mer tetard que lon pêche sur les roches de Haute Normandie de 5 pouces œ de long. On relève aussi des représentations doiseaux marins (pleupleu, frégatte et battemar), dun chien de ferme et de bâtiments: le château de Montbron, une maison de campagne et le couvent des filles à Baye. A noter en outre le dessin quant à lui visiblement imaginaire dune baleine dune taille extraordinaire prise à la côte de Biscayie de 200 pieds de long en 1710 soit 61 mètres de long! La particularité de ces cahiers réside dans la façon peu commune dont ils ont été reliés: cousus à une couverture sommaire de feuillets contrecollés avec une ficelle de lin retenue par des illets à chaque extrémité, travail damateur réalisé avec les moyens du bord... En outre, des traces daquarelles de couleur sur le second plat du second cahier suggèrent que notre marin avait un attrait pour la peinture. Précieux et rare ensemble superbement illustré montrant létendue des connaissances en navigation et capacités artistiques dun officier de marine du milieu du XVIIIe siècle. 2 vol. in-4° entirely handwritten of : I. [1] f. ; 96 pp. ; [1] f. ; 69 diagrams and scientific instruments watercolored in-text ; 22 mathematical tables in-text ; numerous calculations ; II. [23] ff. ; [1] f. bl. ; 62 ink wash drawings, including 1 full page. A total of 131 illustrations and 22 tables. Cardboard of ff. laminated covered with contemp. yellow glue paper bound with linen thread fixed with eyelets. Set of two illustrated manuscript notebooks, probably executed on board a ship by a Norman naval officer, the first dealing with navigational matters, and the second devoted to his drawing exercises. The level of knowledge in navigational sciences and the form of the first notebook suggest that its author was an officer, probably an instructor, originally from the port of Quillebeuf in the Seine estuary. Thus he introduces his manuscript, "Begun, of January 16, 1765 made by me Jean-Leonard Billard, residing in Quillebeuf" [translated from French]. In fine, the latter indicates having completed this work on March 1, 1765. This practical workbook on navigational calculations is therefore the result of 3 months of work and study. The problems concern the determination or correction of maritime routes, the variations introduced by the winds and the drift of a ship, the way to find the increase in degrees of latitude "as on reduced charts" [translated from French]. Excerpt: "Example 3. Starting from the equator and 6 degrees of longitude, by estimation, on the route from west to southwest 80 leagues, & by height we have arrived by 30 minutes of south latitude: we ask for the corrected route and distance, & the longitude arrived." [translated from French] (p.13). Billard devotes part of his manuscript to the explanation of navigation methods, for example, to estimate the path of a ship: "One still uses the Lik, which is a piece of wood carved in the shape of a small boat and loaded with lead, to which one attaches a small string previously marked with 6 in 6 toises, and presently 8 in 8 toises a little less by knots, the use of which is voicy, this line is allowed to run for half a minute or 30 seconds during the flow of a sand, and as many knots as it flows, it is as many quarters of leagues per hour that the vessel makes if the distance between the knots is 6 toises, and if the knots are 8 toises apart the vessel will make one third of leagues per hour for each knot spun. This method is widely used in long distance voyages, but it is necessary to repeat this operation from time to time for fear that the wind will become stronger or weaker and the ship will run faster or slower. Finally, when a pilot has a lot of experience and knows his ship well, he can judge the path he has taken by seeing the water passing along the leeward edge." [translated from French] (pp.50-51). The author also deals with the construction of astronomical instruments and proposals on logarithms, sine, tangents and secants. The illustration of this first manuscript is composed of 69 watercolored astrological diagrams and instruments carefully executed in the text. Among them are the sextant, the astrolabe, the arbalestrille, the "English quarter" and the "Astronomical quarter". The second notebook, "Commenced, of January 29, 1765 made by me Jean-Leonard Billard, residing at Quillebeuf [translated from French], is a collection of drawing exercises comprising 62 drawings in black and brown ink wash with some gouache highlights. The result of the sailor's observations at sea and on land, it begins with multiple exercise sketches depicting boats, seaside houses and coastal profiles. Billiard then draws the different types of military and merchant ships, two of which are in the grip of a storm: vessels armed with single and multi-deck cannons carrying one to three masts and a North Sea merchant ship. This is followed by captioned drawings of particularly realistic fish and marine mammals, certainly drawn on the spot: haddock, pollock, "lalamie", "moline", porpoise, colac and sea devil. Excerpt: "Tetard sea devil fished on the rocks of Upper Normandy, 5 inches long œ" [translated from French]. There are also representations of sea birds ("pleupleu", "frégatte" and "battemar"), a farm dog and buildings: the castle of Montbron, a country house and the convent of the girls in Baye. Note also the visibly imaginary drawing of a whale of an extraordinary size "taken at the coast of Biscayie of 200 feet long in 1710" [translated from French] or 61 meters long! The peculiarity of these notebooks lies in the unusual way in which they were bound: sewn to paperboards glued with a linen string held by eyelets at each end, amateur work done with the means at hand... In addition, traces of colored watercolors on the second cover of the second notebook suggest that our sailor had an attraction for painting. Precious and rare set superbly illustrated showing the breadth of navigational knowledge and artistic abilities of a mid eighteenth century naval officer.

BIOT (Jean Baptiste) & HUMBOLDT (Alexander von).

Sur les variations du magnétisme terrestre à différentes latitudes.

1804-1805 1804 1 vol. in-4° (269 x 228 mm.) de : 23 pp. (dont titre) ; 1 tableau dépliant et 2 planches à pleine page (dont 1 carte). Cartonnage à la Bradel moderne, plats recouverts de papier marbré style XVIIIe, dos lisse avec pièce de titre de maroquin vert titrage titré en long, corps d'ouvrage non rogné avec marges laissées à l'état brut.

Mémoire dans lequel les scientifiques, Biot et Humboldt, proposent des lois générales de l'inclinaison magnétique déduites des observations quils ont réalisées en Europe et en Amérique. Alexander von Humboldt (1769-1859), célèbre naturaliste, explorateur allemand, fut en outre l'un des précurseurs de l'océanographie et de la climatologie. Il est aussi célèbre par l'étendue de son érudition que par ses nombreux voyages notamment en Amérique où il fit plus de 300 observations sur l'inclinaison de l'aiguille aimantée et sur l'intensité des forces magnétiques. La valeur de ses travaux et le fort rayonnement de sa personnalité eurent une influence certaine sur les milieux scientifiques de son époque. Astronome, mathématicien, physicien aux multiples centres dintérêt, professeur au Collège de France à la chaire de physique mathématique, Jean-Baptiste Biot est le premier à établir l'origine extraterrestre des météorites. Il est surtout connu pour ses travaux sur le magnétisme (loi de Biot-Savart) et, en optique, sur la rotation du plan de polarisation de la lumière lors de la traversée dune solution. Le 24 août 1804, il accompagne le chimiste et physicien Joseph Louis Gay-Lussac (1778-1850) dans le premier vol en ballon à but scientifique. Les deux savants entament leur ascension dans les Alpes et montent jusquà près de 4000 mètres pour étudier la variation du champ magnétique terrestre avec l'altitude, sujet quil approfondira avec Humboldt. En réunissant les observations faites par Humboldt en Amérique et en Europe à celles de Biot dans les Alpes, les deux savants tirent des conclusions utiles à la théorie générale du magnétisme terrestre. Ils publient ensemble ce mémoire intitulé Sur les variations du magnétisme terrestre à différentes latitudes. dans le Journal de Physique, de Chimie, dHistoire Naturelle et des Arts qui sera lu par Biot à l'Institut National des Sciences Mathématiques et Physiques en décembre de la même année. Pour leurs travaux, Humboldt et Biot sont partis d'un point de référence. Ils ont choisi pour cela les points où l'inclinaison de l'aiguille aimantée est nulle et où les actions des deux hémisphères sont égales entre elles. La suite de ces points forme l'équateur magnétique. Les observations recueillies sont partagées par zones parallèles à l'équateur, afin de faire mieux ressortir l'accroissement de l'intensité à partir de l'équateur, et de rendre la démonstration indépendante de petites anomalies, qui, étant quelquefois assez sensibles et assez fréquentes, ne pouvaient être attribuées entièrement aux erreurs des observations. Il paraissait, en effet, plus naturel de les attribuer à l'influence des causes locales. A l'appui de cette opinion, Biot cite que dans le voyage qu'il a effectué dans les Alpes, laiguille aimantée avait une tendance plus forte à revenir au méridien magnétique dans ces montagnes qu'à Paris. Les résultats suivants ne laissent aucun doute à cet égard (1). Lillustration se compose dune table dépliante: Hémisphère Magnétique Boréal. Hémisphère Magnétique Austral, dune planche constituée de trois schémas illustrant les démonstrations présentes dans le texte et dune carte représentant léquateur magnétique. (1) Traité complet du magnétisme, Becquerel (M., Antoine César), 1846. 1 vol. in-4° of : 23 pp. ; 1 folding table and 2 full-page plates (including 1 map). Modern Bradel-style cardboard, 18th century style marbled paper covers. Memoir in which the scientists, Biot and Humboldt, propose general laws of magnetic inclination deduced from their observations in Europe and America. Alexander von Humboldt (1769-1859), famous German naturalist and explorer, was also one of the precursors of oceanography and climatology. He is as famous for the extent of his erudition as for his numerous travels, particularly in America where he made more than 300 observations on the inclination of the magnetic needle and on the intensity of magnetic forces. The value of his work and the strong influence of his personality had a definite influence on the scientific circles of his time. Astronomer, mathematician, physicist with multiple interests, professor at the Collège de France at the chair of mathematical physics, Jean-Baptiste Biot was the first to establish the extraterrestrial origin of meteorites. He is best known for his work on magnetism (Biot-Savart's law) and, in optics, on the rotation of the plane of polarization of light during the crossing of a solution. On August 24, 1804, he accompanied the chemist and physicist Joseph Louis Gay-Lussac (1778-1850) in the first scientific balloon flight. The two scientists began their ascent in the Alps and climbed to nearly 4000 meters to study the variation of the Earth's magnetic field with altitude, a subject he would further explore with Humboldt. By combining the observations made by Humboldt in America and Europe with those of Biot in the Alps, the two scientists drew useful conclusions for the general theory of terrestrial magnetism. Together they published this dissertation entitled Sur les variations du magnétisme terrestre à différentes latitudes. in the Journal of Physics, Chemistry, Natural History and the Arts, which Biot read at the National Institute of Mathematical and Physical Sciences in December of the same year. For their work, Humboldt and Biot started from a point of reference. They chose points where the inclination of the magnetic needle is zero and where the actions of the two hemispheres are equal. The sequence of these points forms the magnetic equator. The observations collected are divided into zones parallel to the equator, in order to better highlight the increase in intensity from the equator, and to make the independent demonstration of small anomalies, which, being sometimes quite sensitive and frequent enough, could not be attributed entirely to the errors of the observations. It seemed, indeed, more natural to attribute them to the influence of local causes. In support of this opinion, Biot cites that in his trip to the Alps, the magnetic needle had a stronger tendency to return to the magnetic meridian in these mountains than in Paris. The following results leave no doubt in this respect (1). The illustration consists of a folding table: "Hémisphère Hémisphère Magnétique Boréal. Hémisphère Magnétique Austral", a board consisting of three diagrams illustrating the demonstrations in the text and a map showing the magnetic equator. (1) Traité complet du magnétisme, Becquerel (M., Antoine César), 1846.

[BOISYVON (Charles de)].

Éclaircissement de l'abyme du flux et reflux de la mer, contre deux nouvelles opinions de leur cause, amplement réfutées au commencement de ce livre. Avec un agréable portrait géographique en général. Par F.C.D.B.

Avranches, Philippes Motays, 1665. 1665 1 vol. in-12° (164 x 109 mm.) de : [16] ff. (titre, epistre, préface, explications, corrections); 184 pp. (paginées par erreur 183); [4] ff. Vignette gravée sur cuivre au titre figurant 1 cube en perspective contenant un globe surmonté d'une représentation schématique du Mont Saint-Michel et de l'ilôt de Tombelaine, visant à illustrer le mouvement des marées ; lettrines gravées sur bois. Deux extraits de catalogues sur la première garde. Ex-libris manuscrit D. Virgue 1713 au dos du second plat. [Joint à l'ouvrage: article consacré au livre publié dans Ouest France en Décembre 1950 dEugène Deprez (professeur honoraire à la Faculté des Lettres de Rennes)]. Plein vélin d'époque, tranche fil traversant les coiffes, dos lisse avec titrage à l'encre estompé, tranches jaspées rouge. (Taches, griffures, et défauts d'usage aux plats avec petit manque au coin inférieur du premier plat ainsi que sur la coupe inférieure du second plat, contres-gardes tachées par un ancien collage.)

Edition originale de la plus grande rareté de cet ouvrage sur les marées composé par un moine capucin normand, Charles de Boisyvon. Imprimé dans la ville d'Avranches, proche du Mont Saint-Michel et mondialement célèbre pour l'ampleur de ses marées de plus de 14 mètres, cet ouvrage curieux est une tentative d'explication de ce phénomène. L'étonnante gravure figurant sur la page de titre vise à illustrer le mouvement des marées : elle montre la sphère terrestre inscrite dans un cube en perspective, et au-dessus, la grève et la baie, avec le Mont Saint-Michel et l'îlot de Tombelaine. Lauteur indique que sur le côté du cube se trouve lécusson des Armoireries (écu pâlé dargent et dazur) de ceux qui se ne nomment Boisyvon que Dieu veuille toujours les assister et conserver. Avant de donner son explication, lauteur réfute deux opinions communément répandues pour expliquer la cause des marées. La première expliquait les marées par un mouvement rectiligne et alternatif de la terre le long de laxe du monde dun pôle vers lautre en six heures et en autant de temps pour son retour. Et cela en raison dune vertu magnétique à chaque pôle qui, alternativement, attire la terre soixante pieds de six heures en six heures. La seconde opinion assurait que le flux et le reflux se faisaient par les rayons du soleil réfléchis de dessus le corps de la lune et quà mesure quelle croît et décroît, la mer fait de même régulièrement. De Boisyvon qualifie la première théorie de grotesque car les vertus magnétiques lui semblent impertinentes tandis quil qualifie la seconde dun conte à dormir debout. Par la suite, l'auteur livre sa propre explication pseudo-scientifique du phénomène qu'il attribue aux mouvements internes de la terre, dotée de fissures et de cavernes répondant à une mystérieuse influence lunaire. Puis, dans une deuxième partie beaucoup plus longue, l'auteur développe, au gré de sa prose sinueuse, sa représentation de la physionomie de la terre, offrant un "Portrait Géographique" composé de plusieurs chapitres: "De la Terre et des Principes de la Géographie", "Description exacte des Figures Géographiques, tant généralles que particulières, pour la correction des deffauts de celles dont on se sert habituellement", "Divisions du Globe Terrestre", "L'Europe", "L'Asie", "L'Afrique", "La Mexicane", "La Perüane", et "La Magellanique". Les 8 dernières pages, absentes de la plupart des exemplaires, contiennent des citations de Saint François d'Assise et des compositions religieuses en vers. Dans lune delles, on y apprend que de Boisyvon vint au monde dans la septième année de mariage de ses parents et quil était frère de lOrdre Saint-François, et parle ainsi de son ouvrage: "Jespère que les lieux et la Mer et la Terre Payront de leurs secrets ma curiosité, Et quaucun deformais nen fera point accroire A la stupidité. Mes écrits ne sont pas de recherches sublimes, Mais leur diversité contente le désir." Il est difficile de dire quels mobiles ont déterminé ce religieux à tenter une explication personnelle des phénomènes physiques des marées, plus difficile de connaître létendue de ses connaissances mathématiques. Il nétait certes pas au courant des découvertes de la science et ne devait pas lire le Journal des Savants qui paraissait à Paris à cette époque. L'ouvrage est dédié "à très noble et très illustre messire Pierre de Boisyvon, chevallier, seigneur, baron et patron de Boisyvon, des Essarts, de Saint-Martin, de Fontenermon, de Saint-Pierre Langer, de Coulange, de la Réauté, de Thievile et de Brecé...". La dédicace contient des informations sur la famille de Boisyvon: leurs aieux étaient aux Croisades avec Godefroy de Bouillon; dautres étaient conseillers à la cour souveraine de Rouenet ceux qui sappelaient de Boisyvon ne jouissaient pas tous des caresses de la fortune. Il y ajoute, avec humour :Si la mer avait de lintelligence comme elle montre de la régularité dans son mouvement, elle avouerait que sabaissant à vos pieds; son élévation serait dautant plus fameuse que vous ferez un plus favorable accueil à ce divertissement hydro-géographique que je vous dédie. Ouvrage rarissime: à notre connaissance seulement deux exemplaires sont répertoriés en bibliothèque dans le monde (B.N.F. et Bibliothèque Mazarine) dont un est incomplet des 4 derniers feuillets. Bel exemplaire conservé dans sa reliure en parchemin dorigine. 1 vol. in-12 ° of : [16] ff. ; 184 pp. ; [4] ff. Title with a vignette engraved representing 1 cube in perspective which contains a globe surmounted by a schematic representation of Mont Saint-Michel and the islet of Tombelaine, aiming to illustrate the movement of the tides; initial letters engraved on wood. Two extracts from catalogs on the first guard. Handwritten ex-libris D. Virgue 1713 on the back of the second cover. [Attached to the book: loose article devoted to the book published in Ouest France in December 1950 by Eugène Deprez (honorary professor at the Faculty of Letters of Rennes).] Full contemporary vellum. Very rare first edition of this work on the tides composed by a Norman Capuchin monk, Charles de Boisyvon. Printed in the town of Avranches, near Mont Saint-Michel, world famous for the magnitude of its tides of more than 14 meters, this curious work is an attempt to explain this phenomenon. The astonishing engraving on the title page aims to illustrate the movement of the tides: it shows the terrestrial sphere inscribed in a cube in perspective, and above, the beach and the bay, with Mont Saint-Michel and the islet of Tombelaine. The author indicates that the coat of arms of his family is located on the side of the cube: lécusson des Armoireries (écu pâlé dargent et dazur) de ceux qui se ne nomment Boisyvon que Dieu veuille toujours les assister et conserver. Before giving his explanation, the author refutes two commonly held opinions to explain the cause of the tides. The first explained the tides by a rectilinear and reciprocating motion of the earth along the axis of the world from pole to pole in six hours and in just as much time for its return. The underlying mechanism of this motion was said to be a magnetic virtue at each pole which attracts, in turns, the earth sixty feet by six hours in six hours. The second view asserted that the ebb and flow was due to the rays of the sun reflected from the moon's body and that, as it grew and fell, the sea followed its movements. De Boisyvon qualifies the first theory as grotesque because the magnetic virtues seem impertinent to him, while he calls the second a ludicrous tale. Subsequently, the author delivers his own pseudo-scientific explanation of the phenomenon that he attributes to the internal movements of the earth, endowed with cracks and caverns responding to a mysterious lunar influence. Then, in a much longer second part, the author develops, according to his sinuous prose, his representation of the physiognomy of the earth, offering a "Portrait Géographique" ("Geographical Portrait") composed of several chapters: "De la Terre et des Principes de la Géographie", "Description exacte des Figures Géographiques, tant généralles que particulières, pour la correction des deffauts de celles dont on se sert habituellement", "Divisions du Globe Terrestre", "L'Europe", "L'Asie", "L'Afrique", "La Mexicane", "La Perüane", et "La Magellanique". The last 8 pages, absent from most of the copies, contain quotes from Saint Francis of Assisi and religious compositions in verse. In one of them, we learn that de Boisyvon was born in the seventh year of his parents' marriage and that he was a brother of the Order of Saint Francis, and thus speaks of his work: "Jespère que les lieux et la Mer et la Terre payront de leurs secrets ma curiosité, et quaucun deformais nen fera point accroire à la stupidité. Mes écrits ne sont pas de recherches sublimes, mais leur diversité contente le désir." It is difficult to say what motives determined this religious to attempt a personal explanation of the physical phenomena of the tides, more difficult to know the extent of his mathematical knowledge. He was certainly not aware of the discoveries of science and was not to read the Journal des Savants which appeared in Paris at that time. The work is dedicated "à très noble et très illustre messire Pierre de Boisyvon, chevallier, seigneur, baron et patron de Boisyvon, des Essarts, de Saint-Martin, de Fontenermon, de Saint-Pierre Langer, de Coulange, de la Réauté, de Thievile et de Brecé...". The dedication contains information on the Boisyvon family: their ancestors were at the Crusades with Godefroy de Bouillon; others were advisers to the sovereign court of Rouen, and not all of those called de Boisyvon enjoyed the caresses of fortune. He adds, with humor: Si la mer avait de lintelligence comme elle montre de la régularité dans son mouvement, elle avouerait que sabaissant à vos pieds; son élévation serait dautant plus fameuse que vous ferez un plus favorable accueil à ce divertissement hydro-géographique que je vous dédie. (translated : "If the sea had intelligence as it shows regularity in its movement, it would confess that lowering itself at your feet; its elevation would be all the more famous as you will give a more favorable reception to this hydro-geographical entertainment that I dedicate to you.) Extremely rare book: to our knowledge only two copies are listed in libraries around the world (B.N.F. and Mazarine Library), one of which is incomplete from the last 4 pages. Beautiful copy preserved in its original parchment binding.

BOITE (Gaston).

[Récit dun émigrant au Chili]. [Chili - French imigrant manuscript journal].

Ca. 1909. 1909 1 vol. in-8° (210 x 166 mm.) de 129 pp. manuscrites très lisible à lencre noire et brune numérotées, 1 cahier dérelié de [19] ff., [1] f. détaché. Carnet truffé de 3 billets de trolley pour aller de Valparaiso à Vina del Mare, 1 document de la municipalité de Santiago du 29 mai 1909 « Limpia de Acequia », 1 vignette publicitaire du quotidien Zigzag, 1 document de location au nom de Don BOITE Gaston daté du 29 juillet 1909, 1 « Telegrafo commercial », 13 timbres de poste, 5 timbres dimposition sur le tabac. 2 dessins et 1 plan dépl. Pleine toile dépoque grise, premier plat imprimé : « Notes ».

Passionnant récit de Gaston Boite, émigrant français qui part de la Rochelle pour le Chili au début du XXe siècle. Le journal commence ainsi : « Nous étions donc décidés à émigrer en Amérique et étions ce jour là logés à la Police, en face le bureau de la Pacific Stream Company, moi, ma femme et les deux filles, Hélène et Berthe, en compagnie de ma belle-mère ; et le samedi 14 Septembre, dès le matin, nous avons pu voir savancer majestueusement le paquebot « Orita » de 10.000 tonnes qui devait nous emmener. » Au début du siècle, se rendre au Chili tenait encore véritablement de laventure à la fois dans la traversée et dans linstallation au pays, et ce journal en donne une vision à la fois vivante, haute en couleurs et détaillée. La première partie est consacrée au voyage : Gaston Boite retrace les escales en sattachant aux différentes ambiances, dépeint les paysages et les conditions de vie à bord, rend compte des flux de passagers et de marchandises, dans une peinture où se mêlent les scènes plus ou moins rocambolesques à bord et dans les ports, notamment des scènes de vente à la sauvette, et des éléments plus précis sur les prix des différentes marchandises et les nationalités et milieux sociaux des passagers, le tout formant un témoignage précieux sur ces traversées au début du siècle. . Le bateau prend des passagers jusquau Portugal, fait escale en Afrique pour atteindre Valparaiso le 19 octobre 1908. En quittant le bateau, notre auteur laisse une marque de sa présence : « Naturellement, il va falloir en partant, laisser une petite méchanceté à notre brave cuisinier qui nous avait préparé de si bonnes purgations pendant notre voyage. Je clouais sur la porte un dessin représentant un cochon faisant la cuisine, accompagné de remerciements en espagnol au cuisinier. Et sur la porte de ma cabine, je crayonnais ladieu suivant : Ici, dans cette cellule Qui me paraît tant minuscule Se sont donné rendez-vous Les puces, les punaises et les poux Et ces maudites bestioles Sans doute de mon sang raffole Et ne me laissent de répit Pas plus le jour que la nuit Puis je reçois la visite De rats gros comme des lapins Qui viennent et sen vont bien vite Après avoir mangé mon pain Adieu, sans regret je te quitte A Valparaiso samedi, Ce jour, ce sera la fuite Adieu, paquebot maudit On nous invite à descendre, ce que nous faisons avec une joie non dissimulée. Nous donnons en passant nos noms aux délégués du gouvernement Chilien et nous nous traversons le pont volant Nous sommes au Chili !!! » (p. 42). De Valparaiso, où les passagers sont enregistrés selon leur nationalité, statut familial et éducation, Boite se rend à Santiago pour trouver du travail. Engagé très rapidement, il sinstalle donc avec sa famille dans la capitale. « Nous allons à Santiago commencer une vie nouvelle au milieu dune population dont nous ne connaissons ni la langue, ni les habitudes et bien souvent hostile aux étrangers ». Dans la deuxième partie, lauteur donne un aperçu du pays à sa manière à la fois précise - apportant des données concrètes et objectives, et très personnelle - sattachant à rendre les ambiances et donnant son point de vue qui nest pas toujours très nuancé. Il décrit les villes, Valparaiso et Santiago (système dégout, types de transport, habitations, etc.), et les habitants : « Insouciant, imprévoyant, il vit absolument au jour le jour et sans un sou à la maison. Ses vêtements déchirés, usés jusquà la corde, ses souliers au mont de piété, il trouve encore la force dêtre gai pourvu quil ait son allulla et quil puisse boire au robinet une gorgée deau fraîche. Et pour attendre le samedi, on trouvera bien un copain qui prêtera une chaucha (pièce de 20 centanos) pour acheter lallulla ou la sandia (pastèque) nécessaire à la vie. Il est orgueilleux et croit son pays et lui-même supérieur à tous. Il est hospitalier, et bandit, vous attaquera au coin dune rue pour vous dépouiller et si vous frappez à sa porte vous serez toujours accueilli et sous son toit serez sacré. Jen ai vu souvent mordre à belles dents un morceau de pain et donner ce qui reste à un passant ou mordre au même morceau chacun leur tour. ». Il passe en revue les industries et les commerces de tous types, sattardant longtemps sur les marchands itinérants qui proposent diverses sortes de nourriture, du tissu et autres peaux, du bambou, des billets de théâtre, des pierres pour paver les rues, des oiseaux, des fleurs, du café, des dindons, des meubles, etc. Il évoque également la place quoccupent dans la vie des Chiliens les fêtes de tous ordres, les pratiques religieuses et les superstitions, ainsi que limportance économique et sociale du clergé. On trouve des indications sur les autres administrations et services : concernant les habitations, la police et les pompiers, la Poste, les impôts, etc. Lensemble permet de se figurer la vie dans ce pays dadoption, et plus encore de connaître un point de vue et la manière dont les Européens pouvaient vivre lémigration. Intéressant témoignage de première main. p. 83-84 : « Le Chilien aime beaucoup les fêtes, il fête tout, tout est pour lui prétexte à fête. Toutes les fêtes religieuses sont pour lui prétexte à repose. () mais la fête nationale du 18 septembre est encore la mieux. Ces jours là, la populace se porte au parc Cousino, le bois de Boulogne de Santiago. Sont déjà arrivés, les marchands de bouffe naturellement (). » p. 92 : « Au Chili, il règne la liberté de conscience la plus absolue, mais la religion la plus répandue, on pourrait dire la seule pratiquée par les indigènes est le catholicisme. Les processions sont nombreuses et très suivies. » On distingue une nette hostilité contre la religion, qui sexplique peut-être par limportance que celle-ci occupe comme il lexplique : p. 100 : « Ces pauvres curés, ces pauvres moines, ces pauvres religieuses, possèdent je pense la moitié de Santiago, ou plutôt la moitié de la République. On ne pourrait marcher cent mètres sans rencontrer une église et annexés à léglise dimmenses corps de bâtiments servant décoles, douvroirs, dateliers ou de maisons de rapport. () Pauvres curés, et leur règne est loin dêtre fini si lon en juge quand on voit au-dessus de beaucoup de portes une image en tôle émaillée de Dieu, derrière chaque porte clouée un scapulaire et sur le meuble le plus en vue, souvent le seul, une emplâtre de Dieu ou dun Saint plus ou moins quelconque, encadrée de deux bougies quon tient toujours allumées. » Superstition : « Un Chilien qui souffre nest presque jamais malade, cest un sort quon lui a jeté : alors rien à faire, il est inutile de se soigner. » p.127 : « Un genre de commerce qui ma beaucoup plu est le suivant. Un lousitc coiffé dune moitié de lanterne vénitienne, se ballade sur lAlamenda en criant sa marchandise. Un client larrêtait et après des pourparlers , le marché conclu, le commerçant débite sa marchandise sous forme dune danse () se fait payer et sen va recommencer plus loin. » 1 vol. 8vo. 129 handwritten pp. [19] ll. 3 trolley tickets, stamps, official papers, etc. Contemporary cloth binding. Spirited narrative by Gaston Boite, French emigrant to Chile in the beginning of the 20th century. The journey from France to South America still was an adventure, for the crossing and the installation and this log gives a vivid picture of it. A fascinating story by Gaston Boite, a French emigrant who left La Rochelle for Chile at the beginning of the 20th century. The diary begins: "We were therefore determined to emigrate to America and that day were housed at the Police, across the Pacific Stream Company office, me, my wife, and the two girls, Hélène and Berthe, in the company of my step mother ; and on Saturday the 14th of September, in the morning, we were able to see majestically the "Orita" liner of 10,000 tons which was to take us. At the beginning of the century, traveling to Chile was still truly adventurous both in crossing and settling in the country, and this newspaper gives a vision that is both lively, colorful and detailed. The first part is devoted to the journey: Gaston Boite retraces the stops by focusing on different atmospheres, depicts the landscapes and living conditions on board, reports the flow of passengers and goods, in a painting where the scenes are mixed more or less incredible on board and in the ports, including scenes of sale on the sly, and more precise elements on the prices of the various goods and the nationalities and social backgrounds of the passengers, all forming a precious testimony on these crossings at the beginning of the century.

BONNEFOUX (P. M. J., Baron de).

Dictionnaire de Marine à voiles et à vapeur.

Paris, Arthus Bertrand editeur, Libraire de la Société de géographie, rue Hautefeuille, 23, 1847-1848. 1847 2 vol. grand in-8° (296 x 178 mm) de : I. [2] ff. (faux titre, titre) ; VIII ; 736 pp. (dont table, errata) ; 7 planches dépliantes ; II. [2] ff. (faux titre, titre) ; VIII ; 776 pp. (dont 1 tableau dépliant et table) ; [2] ff. (additions et errata) ; 10 planches dépliantes. Demi-basane brune d'époque recouverte de papier marbré, dos lisse titré, coins renforcés de parchemin vert, tranches jaspées. (Quelques rares rousseurs).

Edition originale de cet important dictionnaire de marine composé de deux volumes par Bonnefoux. Pierre-Marie-Joseph de Bonnefoux (1782 - 1855) est un marin et lexicographe français. Il fait une brillante carrière dans la marine et participe aux guerres napoléoniennes avant de devenir instructeur de la Marine. Alors quil est officier de manuvre à bord de la Belle Poule, il est fait prisonnier des anglais et découvre la nouvelle télégraphie anglaise de mer. Il décrypte ce nouveau mode de communication par signaux et envoie son étude à la Marine française qui l'introduira sur ses bâtiments quelques années plus tard. Il est ensuite condamné au ponton, dont il sévade à quatre reprises et achève pendant cette captivité de vingt mois une grammaire anglaise des termes de la marine quil utilisera pour rédiger son Dictionnaire de marine à voiles et à vapeur. De retour en France, sa santé grandement altérée par son séjour sur les pontons, il se consacre au conseil des travaux de la marine jusquà sa retraite puis à létude et à la révision de ses ouvrages. Il séteint alors quil corrige les épreuves de la 2e édition de son dictionnaire. Cette première édition du dictionnaire de Bonnefoux présente deux volumes très complets: le premier traite des termes relatifs à la marine à voiles tandis que le second est consacré à la marine à vapeur. Comme tout dictionnaire ancien, cet ouvrage présente un intérêt historique car il nous renseigne sur des termes de marine qui ne sont plus utilisés de nos jours. Chaque mot de vocabulaire utilisé est traduit en anglais et les définitions, en français, sont dune grande précision. Lillustration se compose dun tableau Compositions des Etats-Majors et des équipages des bâtiments à vapeur de tous rangs et dans toutes les positions et de 17 planches dépliantes gravées détaillant avec précision de nombreux bateaux à voiles et à vapeur, leur mode de fonctionnement et leurs équipements respectifs ainsi que des instruments de navigation. Ouvrage de référence sur les termes de la marine du XIXème siècle dans sa reliure dépoque. 2 vol. large in-8° (296 x 178 mm) of : I. [2] ff. (false title, title) ; VIII ; 736 pp. (including table, errata) ; 7 folding plates ; II. [2] ff. (false title, title) ; VIII ; 776 pp. (of which 1 folding plate and table) ; [2] ff. (additions and errata); 10 folding plates. Contemp. brown half-basane covered with marbled paper, smooth titled back, corners reinforced with green parchment, jaspered edges. (Some rare foxing). First edition of this important marine dictionary composed of two volumes by Bonnefoux. Pierre-Marie-Joseph de Bonnefoux (1782 - 1855) is a French sailor and lexicographer. He had a brilliant career in the Navy and participated in the Napoleonic Wars before becoming an instructor in the Navy. While he was a maneuvering officer aboard the Belle Poule, he was taken prisoner by the English and discovered the new English sea telegraphy. He deciphers this new mode of communication by signals and sends his study to the French Navy which will introduce it on its ships a few years later. He was then condemned to the pontoon, from which he escaped four times and during this twenty-month captivity he completed an English grammar of naval terms that he would use to write his Dictionary of Sailing and Steam Navigation. Upon his return to France, his health greatly deteriorated by his stay on the pontoons, he devoted himself to advising the Navy until his retirement and then to the study and revision of his works. He passed away while correcting the proofs of the 2nd edition of his dictionary. This first edition of Bonnefoux's dictionary presents two very complete volumes: the first deals with terms relating to the sailing navy while the second is devoted to the steam navy. Like any old dictionary, this work is of historical interest because it provides information on naval terms that are no longer used today. Each word of vocabulary used is translated into English and the definitions in French are very precise. The illustration consists of a table "Compositions of the Staff and Crews of Steamships of all Ranks and in all Positions" [translated from French] and 17 engraved fold-out plates giving precise details of many sail and steam vessels, their respective modes of operation and equipment as well as navigational instruments. A reference work on 19th century naval terms in its period binding.

BONNE (Rigobert).

Atlas maritime ou cartes réduites de toutes les côtes de France. Avec des cartes particulieres des Isles voisines les plus considérables, suivies des plans des principales villes Maritimes de ce Royaume...

Paris, Lattré, 1762. 1762 1 vol. in-16° (129 x 84 mm.) entièrement gravé de : [5] ff. (dont titre aquarellé, dédicace aquarellée, avertissement et table) ; 8 ff. Idée des Villes dont les Plans sont dans ce Recueil (paginés 31 à 46) ; 12 cartes sur double page aquarellées numérotées 1 à 12 (France, 8 cartes des côtes, et 3 des îles: Anglo-normandes, Belle-Ile, Ré et Oléron) et 18 plans gravés sur double page numérotés de 13 à 30 (Le Havre, Brest, Lorient, Port-Louis, Nantes, St Martin de Ré, La Rochelle, Rochefort, Oléron, Bordeaux, Bayonne, Marseille ou Toulon) ; 4 pp. (catalogue du libraire). Ex-dono manuscrit à l'encre au début: "Donné le 20 avril 1839 par P. H. M.". Plein veau marbré d'époque, dos lis orné et titré à l'or, filets à froid encadrant les plats, roulette dorée sur les coupes, tranches marbrées, signet de soie rouge.

Edition originale de ce charmant atlas maritime de poche entièrement gravé contenant la totalité des côtes de France et de nombreux ports fortifiés dû à Bonne, un des plus importants cartographes français du 18ème. Rigobert Bonne (1727 - 1794) est géographe, ingénieur hydrographe, cartographe et maître de mathématique. Il succède à Jacques-Nicolas Bellin (1703 - 1772 ; célèbre cartographe et hydrographe français) en tant que cartographe du Roi au service hydrographique de la Marine en 1771. Vers 1780, il définit précisément la projection cartographique qui portera alors son nom: la Projection de Bonne. Ce type datlas était souvent composé à la demande de ses clients, le nombre de cartes et leur assemblage pouvant varier dun exemplaire à lautre. Le nôtre comporte 30 cartes et plans sur double page avec la partie explicative reliée en tête. Les 12 cartes finement aquarellées représentent la France et ses côtes: Pas de Calais, Normandie, Bretagne, Poitou, Saintonge et Bordeaux, Gascogne et Nord de lEspagne, Roussillon et Languedoc, Provence et Gênes, les îles Anglo-Normandes (Jersey, Guernesey et Aurigny), Belle-Isle, lîle de Ré et dOléron. Ces cartes sont suivies de 18 plans des ports fortifiés des côtes de France : Dunkerque, Calais, Boulogne, Dieppe, Le Havre, Saint-Malo, Brest, Lorient, Port-Louis, Nantes, Saint-Martin-de-Ré, La Rochelle, Rochefort, le château d'Oléron, Bordeaux, Bayonne, Marseille et Toulon. Les atlas de Bonne sont recherchés pour leur exactitude et pour la finesse des gravures de Jean Lattré (graveur du Roi spécialisé dans la gravure et l'édition de cartes et de plans de villes). Bel exemplaire conservé dans sa reliure dépoque comportant le catalogue du libraire in-fine, souvent absent. 1 vol. in-16°. 30 comtemp. maps. (mostly coloured) ; coloured frontispice. Full contemp. marbled calf. Charming little maritime atlas fully engraved, showing the coast of France and many fortified ports. Our copy contains 30 maps: general map of France, Pas de Calais, Normandie, Bretagne, Poitou, Saintonge and Bordeaux, Gascogne and North of Spain, Roussillon and Languedoc, Provence and Gênes, the English channels (Jersey, Guernesey et Aurigny), Belle-Isle, the island of Ré and Oléron, Dunkerque, Calais, Boulogne, Dieppe, Le Havre, Saint-Malo, Brest, Lorient, Port-Louis, Nantes, Saint-Martin-de-Ré, La Rochelle, Rochefort, the castle of Oléron, Bordeaux, Bayonne, Marseille and Toulon. Beautiful copy bound in marbled contemporary calf.

BOTTA (Charles).

Histoire de la Guerre d'Indépendance des Etats-Unis d'Amérique.

Paris, J.G. Dentu, 1812-1813. 1812 4 vol. in-8° (206 x 133 mm.) de : I. [3] ff., xc, 409 pp., [1] f. ; II. [2] ff., 593 pp. ; III. [2] ff., 603 pp. ; [2] ff., 550 pp. 1 portrait, 12 cartes. Demi veau d'époque, plats recouverts de papier marbré, tranches marbrées, dos à faux nerfs orné, pièces de titre et de tomaison de cuir bleu nuit.

Édition originale en français considéré comme l'un des travaux majeurs de l'époque sur la guerre d'indépendance américaine. Cet ouvrage constitue luvre la plus connue de Charles Botta. Cet historien piémontais, né en 1766 à St-Georges en Piémont, mort à Paris en 1837, est dabord médecin (il travailla notamment en tant que médecin militaire dans larmée italienne), puis mène une carrière politique en France (il fait partie du Corps législatif pendant les Cent jours) avant de se voir décerner le poste de recteur de lAcadémie de Nancy. Il remplit les mêmes fonctions à Rouen jusquen 1822. Cest parce que son approche de lhistoire était influencée par son expérience dhomme politique et la connaissance des enjeux de son temps que lon a pu le comparer à son illustre prédécesseur, Guichardin pour lequel écrire lhistoire revenait à comprendre les enjeux du présent. "LIndépendance des colonies que possédaient lAngleterre sur le continent américain, est sans contredit, après la révolution française, lévénement le plus mémorable du dix-huitième siècle. Il a exercé la plume dun grand nombre décrivains". (Cf : Introduction de L. De Sevélinges). Bel exemplaire dans sa jolie reliure d'époque, intérieur très frais. 4 vols. in-8°. 4 vol. in-8° of : I. [3] ff, xc, 409 pp., [1] f. ; II. [2] ff, 593 pp. ; III. [2] ff, 603 pp. ; [2] ff, 550 pp. 1 portrait, 12 maps. Contemporary half calf. Original edition in French considered one of the major works of the time on the American War of Independence. This work is Charles Botta's best known work. This Piedmontese historian, born in 1766 in St-Georges in Piedmont, who died in Paris in 1837, was first a doctor (he worked, among other things, as a military doctor in the Italian army), then pursued a political career in France (he was a member of the Legislative Corps during the Hundred Days) before being awarded the post of Rector of the Academy of Nancy. He fulfilled the same functions in Rouen until 1822. It is because his approach to history was influenced by his experience as a politician and his knowledge of the issues of his time that he could be compared to his illustrious predecessor, Guichardin, for whom writing history meant understanding the issues of the present. "The Independence of the colonies that England possessed on the American continent is without a doubt, after the French Revolution, the most memorable event of the eighteenth century. It exercised the pen of a great number of writers" [translated from French] (Cf: Introduction by L. De Sevélinges). Beautiful copy in its beautiful period binding, very fresh inside.

BOUCHER de PERTHES.

De l'Homme antédiluvien et de ses oeuvres.

Paris, 1860. 1860 1 vol. in-8° de : [2] ff. ; 99 pp. ; [1] ff. ; 3 planches. Envoi manuscrit de l'auteur à l'encre brune sur la p. de garde. Brochage éditeur. (Rousseurs éparses).

Édition originale de ce texte fondateur de la science Préhistorique, dû à Jacques Boucher de Perthes (1788-1868), prononcé lors de la séance du 7 juin 1860 de la Société impériale d'émulation. Elle est illustrée de 2 planches représentant des outils : « Emmanchement probable des haches et autres outils de silex antédiluviens » et d'une coupe géologique : « coupe réduite du terrain de Menchecourt près Abbeville » lithographiées dans le texte. Avec sa théorie de l'existence d'un homme antédiluvien, lauteur s'attire les foudres de la communauté scientifique. Il faudra attendre 1866 et les découvertes d'Henry Testot Ferry pour que les scientifiques commencent alors à se rendre compte de l'importance de l'oeuvre de Boucher de Perthes, malheureusement très peu de temps avant son décès. Exemplaire enrichi d'un envoi de l'auteur à M. Cornuau, Préfet de la Somme. Bel exemplaire dans son brochage éditeur. Petit tirage, rage sur le marché. 1 vol. in-8° of : [2] ff ; 99 pp. ; [1] ff ; 3 plates. Autograph dedidaction of the author in brown ink on the cover page. Editor paperback. First edition of this founding text of the prehistoric science, due to Jacques Boucher de Perthes (1788-1868), pronounced during the session of June 7th, 1860 of the Imperial Society of emulation. The work is illustrated with two plates representing tools: "Probably out of axes and other tools of antediluvian flints" and a geological section: "reduced cut of the Menchecourt ground near Abbeville" lithographed in the text. With his theory of the existence of an antediluvian man, the author attracts the wrath of the scientific community. It was not until 1866 and the discoveries of Henry Testot Ferry that scientists began to realize the importance of Boucher de Pertheswork, unfortunately very shortly before his death. Nice copy in its publisher cover. Provenance: Mr Cornuau, prefect of the Somme (handwriting of the author). Published at a few copies. Rare on the market.

BOUGAINVILLE (Hyacinthe Yves Philippe Potentien, Baron de)

Journal de la navigation autour du globe de la frégate la Thétis et de la corvette l'Espérance, pendant les années 1824, 1825 et 1826. Publié par ordre du Roi sous le auspices du Département de la Marine...

Paris, Arthus Bertrand, 1837. 1837 2 vol in-4° (305 x 235 mm.) de : viii ; 742 pp. ; xvi, 351 pp. ; 165 pp. ; [1] ff. (errata). + 1 atlas in-plano (540 x 375 mm.) de : [1] ff. (titre) ; 56 planches montées sur onglet, dont 34 lithographies sur chine contrecollées, 12 planches d'histoire naturelle aquarellées (oiseaux, kangourou, papillons, plantes et animaux divers), 8 cartes et profils des côtes sur double page, 1 grande carte dépliante du voyage, 1 planche de navires aquarellée ; [1] ff. (table des planches). Plein maroquin violine dépoque, dos lisses ornés et titrés à lor, frises dorée encadrant les plats, « Donné par le Roi au capitaine de corvette H. Paquet » inscrit en lettres dor dans un losange sur les premiers plats des 3 volumes. (Défauts d'usage, coiffes discrètement restaurées et une arrasée, coins supérieurs du faux titre du tome 2 restaurés et quelques mouillures).

Édition originale de cette relation de voyage du baron de Bougainville, fils du célèbre Antoine-Louis de Bougainville. Elle est due au navigateur Edmond Bigot de la Touanne, au naturaliste Lesson. Cette relation est l'une des plus intéressante du début du XIXe siècle car elle contient le premier itinéraire français de Valparaiso à Buenos Aires et de longues descriptions de l'Océanie. Latlas comporte 56 planches lithographiées, dont 34 vues, 10 plans et cartes à double page et 12 planches en couleurs représentant oiseaux, papillons et plantes ainsi que le fameux « Hétéradelphe Ake ». Borba de Moraes I, p. 115. Ferguson II, 2236. 2 quarto vol. of text + 1 folio atlas. 56 plates, maps and plans mounted on guards, comprising 34 lithographed views and portraits, 12 hand-colored engraved natural history plates after, double-page hand-colored aquatint of various native vessels, folding engraved map, 2 double-page coastal profiles and 6 double-page engraved maps and charts. Contemp. blue calf, upper covers with central on laid presentation calf label gilt-lettered Donné par le Roi au Capitaine de Corvette H. Paquet, fat spines gilt-lettered, blind-stamped anchor tools. Provenance: Lieutenant Commander H. Paquet (binding). First edition of this nicely illustrated work on the French circumnavigation under command of Baron De Bougainville, son of the greatexplorer Louis de Bougainville. His orders were to re-establish diplomatic tieswith Cochin China, and call on Bourbon Island (Réunion), Pondicherry,Manila, and Macao. Other places visited were Singapore, Batavia, Port Jackson,Valparaiso, and Rio de Janeiro. The lithographed views were made by Bichebois,Sabatier, and Bayot after designs by E.B. de Touanne, and produced by the Parisfirm Bernard et Frey. They show views and costumes of India, the Philippines,China (3), Cambodia (4), Java, Sidney and Australia (7), Chile (8), Rio de laPlata (3), and Brazil (6). The fine colour-printed engraved plates by H.Legrand, Massard, Coutant, and Dumesnil, after designs by Prêtre, and P.Bessa, show plants and animals, including a curious case of Siamese twins, theAustralian kangaroo, two beautiful plates of the Australian parrot, and a finecolour-plate with butterflies. The double-page maps and plates were all engravedby Amboise Tardieu, mostly after designs by E.B. de la Touanne, and include afolding double-page map of the world, comprising the route of the voyage of Bougainville as well as the earlier route of the voyage by La Perouse, 2 double-page plates with views of the coast-lines of the Maldives and the Philippines, and a beautiful hand-coloured plate with sailing ships and rowingboats in use in the Chinese Sea and Indian Ocean by China, Manilla, the Dutch East-Indies, and Japan. Fine copy.

BOUGUER (Pierre).

Entretiens sur la cause de linclinaison des orbites des planètes. Où l'on répond à la Question proposée par l'Académie Royale des Sciences, pour le sujet du Prix des années 1732. & 1734. Seconde édition dans laquelle on a saisi l'occasion d'examiner quelle est l'étendue du méchanisme ou des lois de physique.

Paris, Jombert, 1748. 1748 1 vol. in-4° (246 x 194 mm.) de : [2] ff. (titre, privilège) ; 140 pp. ; 2 planches dépliantes, culs de lampe, bandeau et vignette sur le titre. Brochage d'époque de papier marbré, dos lisse muet.

Seconde édition (1ère: 1734), actualisée, des théories sur la cause linclinaison des orbites des planètes exposées par Pierre Bouguer devant lAcadémie des Sciences. Pierre Bouguer (1698-1758), nommé hydrographe royal au Havre en 1730, puis attaché à l'Académie en qualité d'associé géomètre, fut envoyé en 1735 au Pérou avec Godin et La Condamine pour mesurer un degré du méridien sous l'équateur. Maupertuis, Clairaut, Camus et Lemonnier étaient chargés de la même mission en Laponie. Bouguer est lauteur de nombreuses publications scientifiques, dont «La Figure de la Terre, déterminée par les Observations de Messieurs Bouguer, & de La Condamine » (1749) . Bouguer est le premier à constater la déviation que l'attraction des montagnes fait éprouver au pendule. On lui doit, en outre, l'invention de l'héliomètre, servant à mesurer le diamètre et les distances des corps célestes. Enfin, il est le créateur de la photométrie, partie de la physique qui enseigne à mesurer l'intensité de la lumière. La présente seconde édition des « entretiens sur linclinaison des planètes » donne loccasion à Bouguer dactualiser ses théories sur le sujet et de les confronter à son expérience et aux publications intervenues depuis 1734. Extrait : « il est toujours très-certain que tout est actuellement disposé comme si la matière avait d'abord été mue selon une infinité de divers sens. Les parties qui forment chaque couche sphérique, ont dû s'obliger aisément par le choc à suivre exactement le même chemin ; c'est pourquoi toutes ces parties ont décrit presque dès le commencement, des cercles exactement parallèles. Mais il est évident que les couches n'ont pas pu assujettir de la même manière leurs voisines à prendre la même direction : Car elles ne peuvent agir que très-peu les unes sur les autres ; elles ne peuvent agir que par voie de friction, et que parce qu'il y a toujours entre elles, malgré l'extrême fluidité de l'éther, quelque espèce d'engrainement. Ainsi, quoique le mouvement des unes influe toujours un peu le mouvement des autres, et que leurs directions deviennent : continuellement plus conformes, il n'est point étonnant que nous remarquions encore aujourd'hui une grande obliquité dans tous les mouvements célestes ». Bouguer illustre son propos de démonstrations et équations mathématiques. Bel exemplaire, très frais. 1 vol. in-4° of : [2] ff. ; 140 pp.; 2 folding plates, culs-de-lampes, vignette on the title. Contemp. marlbled cover. Second edition (1st: 1734), updated, of the theories on the cause the inclination of the orbits of the planets exposed by Pierre Bouguer at the French Academy of Sciences. Pierre Bouguer (1698-1758), appointed royal hydrographer in Le Havre in 1730, then attached to the Academy as associate surveyor, he was sent in 1735 to Peru with Godin and La Condamine to measure a degree of the meridian under the equator. Bouguer is the author of numerous scientific publications, including "The Figure of the Earth, determined by the Observations of Messrs. Bouguer and La Condamine ..." (1749). Bouguer is the first to notice the deviation that the attraction of the mountains causes to pendulum. He is also credited with the invention of the heliometer, which is used to measure the diameter and distances of the celestial bodies. He is also the creator of the photometry, part of physics that teaches to measure the intensity of light.This second edition of the "Conversations on the Inclination of the Planets" gives Bouguer the opportunity to update his theories on the subject and to compare them with his experience and the publications that have been made since 1734. Extract: "... it is always very certain that everything is now arranged as if matter had first been moved according to an infinity of various senses. The parts which form each spherical layer, had to be easily forced by the shock to follow exactly the same path; that is why all these parts have described almost exactly from the beginning exactly parallel circles. But it is evident that the layers could not subjugate their neighbors in the same way in the same direction: for they can only act very little on each other; they can only act by friction, and because there is always between them, in spite of the extreme fluidity of the ether, some kind of engrainment. Thus, although the motion of some always influences the movement of others, and their directions become continually more conformable, it is not surprising that we still observe a great obliquity in all celestial movements." [translated from French]]. Bouguer illustrates his subject of demonstrations and mathematical equations. Fine copy, very fresh.

BOUILLE (Roger, Comte de. Dit Jam).

Carnets de dessins : Provence, Seine et Oise, Lorraine ; 1890 ; Alpes-Martimes ; 1895 ; Album de cartes postales illustrées.

1888-1902. 1888 5 carnets oblongs in-8° et in-12° (de 141 x 217 mm à 209 x 274 mm) de : I. 22 dessins originaux (1 à la mine de plomb et 21 aquarelles), 20 cartes postales et lithographie, 9 photographies originales ; II. 41 dessins originaux (21 à la mine de plomb, 20 aquarelles) ; III. 58 dessins originaux (9 à la mine de plomb, 20 aquarelles) ; IV. 12 dessins originaux (11 à la mine de plomb, 1 aquarelle) ; V. 4 aquarelles, 22 cartes postales, 1 photographie, 6 manuscrits et coupures de presse. Soit un total de 42 dessins à la mine de plomb, 95 aquarelles, 14 photographies, 46 cartes postales. 4 vol. pleine toile grège dépoque, certains avec passants. 1 vol. pleine toile rouge d'époque, premier plat titré en lettres dorées.

Exceptionnel ensemble de 5 carnets d'aquarelles originales, dessins, photographies et cartes postales réalisées ou recueillies par Amour Marie Roger, comte de Bouillé (1819-1906), dit Jam. Après de fortes études à Venise et à Rome dans les ateliers des maîtres de lépoque, il met sous ce nom son merveilleux talent daquarelliste au service de la botanique et douvrages de randonnée montagnarde.Cest dans les Pyrénées, lété 1865, quil découvre les marches en montagne, au cours desquelles il réalise de nombreux dessins. Ainsi, le comte de Bouillé rédige un grand nombre d'ouvrages sur ses ascensions, illustrés de ces dessins pris sur le vif, avec un souci du détail et de l'exactitude. Suivi par ses filles, il parcourt ce pays qu'il aime tant et devient rapidement expert dans divers sujets : botanique, zoologie, géologie, histoire. Il aurait souhaité faire illustrer ses guides avec des photographies, mais il ne parvient pas à trouver de photographe suffisamment intrépide pour le suivre dans ses expéditions. Jam se résout alors à produire des dessins de sa main qui seront, pour lui, une manière de représenter les paysages quil parcourt le plus exactement possible. Nos cinq carnets présentent une partie inédite de luvre de Jam: ils correspondent à différents voyages effectués par lartiste : la Provence, les Alpes Maritimes et la Lorraine en 1888 (1 carnet), Moulinet (Alpes Maritimes) et Côte d'Azur en 1890 (2 carnets), Archambault (1 carnet) et la Bretagne en 1902 (1 carnet). Les aquarelles comme les dessins à la mine de plomb figurent des paysages, parfois sur double-page, qui permettent à l'artiste de donner sa vision des plus beaux sites de la Provence et de la Côte d'Azur : panorama de Marseille (le Pharo, le fort St Jean, château d'If, le Vieux Port, le jardin zoologique, etc.) Endoume, Cannes et la Pointe de la Croisette, Nice, île Sainte Marguerite, la Joliette, Menton, etc. Jam ne pouvait qu'être inspiré par les paysages du Piémont et des Alpes (notamment Moulinet, où il prit différents dessins dans les campements des chasseurs alpins et des chasseurs à pied). Sont représentés : Saint Martin Vésubie, le Saut des Républicains, Saorge et les gorges de la Roya, le Lac de la Madone, le Mont Chauve, Mont Sirol, Mont Ventabren et Castel d'Anjou. On compte également quelques dessins d'histoire naturelle (zoologie et botanique), sa grande spécialité. Le dernier carnet fut réalisé à la fin de sa vie durant un voyage en Bretagne, puis au mariage de l'un des membres de sa famille : Mlle de Bouillé à M. N. Dupuy d'Angeac, à Auxonne en Bourgogne (menus et coupure de journal sont joints). Le recueil s'ouvre sur quatre aquarelles prises certainement sur le vif à Audierne et qui témoignent de la maîtrise du maître. A l'exception d'une photographie, le reste de l'ouvrage se compose de cartes postales de Quimper, de la collection Villard, illustrant des paysages, ainsi que quelques scènes de vie. Superbe témoignage comportant une partie consacrée à un versant moins connu de l'uvre du pyrénéiste Roger de Bouillé. 5 oblong notebooks 8vo and 12mo (from 141 x 217 mm to 209 x 274 mm) of : I. 22 original drawings (1 in graphite and 21 watercolors), 20 postcards and lithographs, 9 original photographs; II. 41 original drawings (21 in graphite, 20 watercolors); III. 58 original drawings (9 in graphite, 20 watercolors); IV. 12 original drawings (11 in graphite, 1 watercolor); V. 4 watercolors, 22 postcards, 1 photograph, 6 manuscripts and press clippings. That is to say a total of 42 drawings in graphite, 95 watercolors, 14 photographs, 46 postcards. 4 vol. full period cottons, some with loops. 1 vol. full red cloth of the time, first plate titled in gilt letters. Exceptional set of 5 notebooks of original watercolors, drawings, photographs and postcards made or collected by Amour Marie Roger, Count de Bouillé (1819-1906), called "Jam". After strong studies in Venice and Rome in the workshops of the masters of the time, he put under this name his marvelous talent of watercolorist at the service of botany and works of mountain hiking. Iit is in the Pyrenees, in the summer of 1865, that he discovers the walks in mountain, during which he realizes numerous drawings. Thus, Count de Bouillé wrote a large number of books on his ascents, illustrated with these drawings taken on the spot, with a concern for detail and accuracy. Followed by his daughters, he travels through this country that he loves so much and quickly becomes an expert in various subjects: botany, zoology, geology, history. He would have liked to illustrate his guides with photographs, but he could not find a photographer intrepid enough to follow him on his expeditions. Jam therefore decided to produce drawings of his own, which would be, for him, a way of representing the landscapes he travelled through as accurately as possible. Our five notebooks present an unpublished part of Jam's work: they correspond to different trips made by the artist: Provence, the Maritime Alps and Lorraine in 1888 (1 notebook), Moulinet (Maritime Alps) and the French Riviera in 1890 (2 notebooks), Archambault (1 notebook) and Brittany in 1902 (1 notebook). The watercolors as well as the graphite drawings are landscapes, sometimes on double page, which allow the artist to give his vision of the most beautiful sites of Provence and the French Riviera: panorama of Marseille (the Pharo, the fort St Jean, the château d'If, the Old Port, the zoological garden, etc.) Endoume, Cannes and the Pointe de la Croisette, Nice, the island of Sainte Marguerite, la Joliette, Menton, etc. Jam could not but be inspired by the landscapes of the Piedmont and the Alps (notably Moulinet, where he took various drawings in the camps of the alpine hunter). The following are represented: Saint Martin Vésubie, the Saut des Républicains, Saorge and the gorges of the Roya, the Lake of the Madonna, Mont Chauve, Mont Sirol, Mont Ventabren and Castel d'Anjou. There are also some drawings of natural history (zoology and botany), his great specialty. The last notebook was made at the end of his life during a trip to Brittany, and then at the wedding of one of his family members: Mlle de Bouillé to M. N. Dupuy d'Angeac, at Auxonne in Burgundy (menus and newspaper clipping are attached). The collection opens with four watercolors taken certainly on the spot in Audierne and which testify to the mastery of the artist. With the exception of a photograph, the rest of the book is composed of postcards of Quimper, from the Villard collection, illustrating landscapes, as well as some scenes of life. Superb testimony including a part devoted to a lesser known side of the work of the Pyrenean artist Roger de Bouillé.

BOURDET (M.).

Traité pratique des digues le long des fleuves et des rivières, auquel on a joint des regles touchant les épis, fascinages & réservoirs, &c. par M. Bourdet, éléve de l'Academie royale d'architecture de Paris, inspecteur général des hydrauliques de S.M. le Roi de Prusse.

Berlin, Paris, Ch. Ant. Jombert, 1773. 1773 1 vol in-12° (172 x 102 mm.) de : 164 pp., [2] ff. (table) et 9 planches dépliantes. Plein veau glacé d'époque, dos à nerfs orné, encadrement de filet doré sur les plats, roulette sur les coupes. (Coiffes discrétement restaurées, corps d'ouvrage frais).

Rare traité sur la construction des digues du à M. Bourdet (17191799), ingénieur et hydraulicien français de lAcadémie Royale dArchitecture de Paris, qui exerça surtout en Allemagne. Louvrage est dédicacé au Comte Othon de Podexils (17191781), ambassadeur Prussien. De tout temps, lhomme a cherché à retenir leau, la dériver, ou sen protéger, que ce soit pour naviguer, augmenter les surfaces agricoles ou bâtir, utiliser la force motrice de leau.... Ce traité aborde les questions de lintérêt des digues, le pourquoi de leur construction, leurs réparations en cas de rupture, les inconvénients et surtout les bénéfices pour lhomme autre que de sauver des vies, tous ces sujets sont détaillés dans les 19 chapitres, avec lappui de 9 planches de schémas dune grande précision. Provenance : Bramshill (ex-libris armorié au dos du 1er plat). Bel exemplaire, frais. 1 vol in-12°. 9 folded plates. Contemporary calf. Rare treaty on the construction of dikes by Mr. Bourdet (1719 - 1799), French engineer and hydraulician of the Royal Academy of Architecture of Paris, who practiced mainly in Germany. During his whole life, Bourdet has sought to retain water, divert it, or protect itself from it, whether it is for sailing, increasing agricultural surfaces, building or using the driving force of water. This work deals with the issues of interest relating to dikes: the reasons for their construction, repairs in case of breakage, disadvantages and benefits for humans other than saving lives. All these topics are detailed in 19 chapters along with 9 diagrams of a great precision. The book is dedicated to Count Othon of Podexils (1719 - 1781), Prussian ambassador.

[BRANCAS-VILLENEUVE (André-François de)].

Système moderne de cosmographie et de physique générale. (...) [suivi de:] Explication du flux et reflux dans leurs véritables circonstances. (...)

Paris, Jombert, 1747-1749. 1747 1 vol. in-4° (265 x 205 mm) en 2 parties de : première partie: VIII (titre, avis, table et errata); 82pp.; 2 tableaux rempliés; 4 grandes planches de systèmes dépliantes; deuxième partie: XVI (titre, avis, table des chapitres); 489pp. (erreur de pagination sans manque, p.35 et 36 paginées 33 et 34). 4 vignettes gravées et lettrines. Ex-libris manuscrit à lencre brune: "M. Arthaud notaire" sur une étiquette gravée au dos du 1er plat. (Quelques pages brunies, rares rousseurs). Plein veau marbré d'époque, dos à nerfs ornés, titre de maroquin rouge, encadrement de filets dorés sur les plats avec fleurons angulaires, double filet doré sur les coupes, roulette dorée intérieure, tranches dorées. (Coiffes et coins discrètement restaurés).

Rares et uniques éditions de ces deux ouvrages dus à labbé André-François Brancas (169? 1758). Brancas est lauteur de plusieurs ouvrages de physique et d'astronomie, tous publiés anonymement. Ses travaux contestent souvent les découvertes scientifiques de lépoque. Ainsi, dans le premier texte: Système moderne de cosmographie et de physique générale [...], il réfute le système de Copernic. Il y présente les différentes thèses sur l'univers ainsi que les observations des principales académies des sciences. Son propos est illustré de 2 tableaux dépliants et de 4 grandes planches dépliantes représentant des schémas astronomiques remarquablement exécutées. A noter la planche spectaculaire montrant les trajectoires elliptiques de Saturne, Jupiter et Mars autour de la Terre. Dans le second ouvrage, à linstar des travaux de César d'Arcons, de Scalberge ou de Jacques Alexandre d'Arcons sur "Le fux et le reflux de la mer", labbé Brancas donne sa propre vision du phénomène des marées. A une époque où les bases de l'astronomie telle que nous la connaissons aujourd'hui sont déjà connues et mathématiquement établies grâce à Copernic, Kepler, Newton, etc., Brancas, croit encore à la rotation du soleil autour de la terre et pense que les étoiles ne sont que des planètes firmamentaires (II, p.7), pas plus éloignées de nous que de deux fois la distance de Saturne et que si elles brillent tant, c'est à cause de leur masse et de leur atmosphère plus étendue que les planètes solaires, et plus propre à la réflexion des rayons (solaires), ou du moins de leur disque plus radieux à cause de leur fixité ou stabilité (II, p.7) . Un peu plus loin, il explique la cause simple et naturelle de tous les mouvements des astres... par la raréfaction et l'électrisation active, qui est produite, d'un côté dans l'éther circonvoisin de leur atmosphère, et dans la condensation et électrisation réactive de cet élément à l'opposite dans l'étendue de leur ombre [] (II, p.9). Ses ouvrages sont particulièrement rares sur le marché. Pour le premier texte, nous avons localisé 7 exemplaires conservés en fonds publics et aucun passé en vente publique 4 pour le second texte. La réunion de ces deux textes en un ouvrage est dautant plus recherché que nous navons trouvé aucun exemplaire comprenant ces deux travaux. Provenance: "M. Arthaud notaire" (ex-libris à lencre manuscrit sur une étiquette gravée au dos du 1er plat). Rare réunion de ces deux textes montrant la persistance de théories scientifiques contradictoires au 18ème siècle. 1 vol. 4to (265 x 205 mm) in 2 parts of: first part: VIII (title, notice, table and errata); 82pp.; 2 filled tables; 4 large folding plates of systems; second part: XVI (title, notice, table of chapters); 489pp. (pagination error without incidence, p.35 and 36 paginated 33 and 34). 4 engraved vignettes and lettering. Handwritten ex-libris in brown ink: "M. Arthaud notaire" on a label engraved on the back cover. (A few pages browned, some foxing). Full contemporary marbled calf, spine ribbed and decorated, red morocco title, gilt filleting on the boards with angular fleurons, double gilt filleting on the edges, inner gilt roulette, gilt edges. (Covers and corners discreetly restored). Rare and unique editions of these two works by Abbé André-François Brancas (169? - 1758). Brancas is the author of several works of physics and astronomy, all published anonymously. His works often challenge the scientific discoveries of the time. Thus, in the first text: "Système moderne de cosmographie et de physique générale [...]", he refutes the system of Copernicus. He presents the different theses on the universe as well as the observations of the main academies of sciences. His remarks are illustrated with 2 folding tables and 4 large folding plates representing astronomical diagrams remarkably executed. Note the spectacular plate showing the elliptical trajectories of Saturn, Jupiter and Mars around the Earth. In the second work, following the example of the works of César d'Arcons, Scalberge or Jacques Alexandre d'Arcons on "Le fux et le reflux de la mer", Abbé Brancas gives his own vision of the phenomenon of tides. At a time when the bases of astronomy such as we know it today are already known and mathematically established thanks to Copernicus, Kepler, Newton, etc., Brancas, still believes in the rotation of the sun around the earth and thinks that the stars are only "firmament planets" (translated from French: II, p.7 ), not more distant from us than twice the distance of Saturn and that if they shine so much, it is because of their "mass and of their atmosphere more extended than the solar planets, and more suitable to the reflection of the rays (solar), or at least of their disc more radiant because of their fixity or stability" (translated from French: II, p.7) . A little further on, he explains the "simple and natural cause of all the movements of the stars... by the rarefaction and the active electrification, which is produced, on the one hand in the ether surrounding their atmosphere, and in the condensation and reactive electrification of this element on the opposite in the extent of their shadow [...]" (translated from French: II, p.9). His works are particularly rare on the market. For the first text, we have located 7 copies preserved in public funds, none passed in public sale and only 4 for the second text. The reunion of these two texts in one work is all the more sought after as we have not found any copy including these two works. Provenance: "M. Arthaud notaire" (ex-libris handwritten in ink on a label engraved on the back of the first cover). Rare reunion of these two texts showing the persistence of contradictory scientific theories in the 18th century.

BRISSOT DE WARVILLE DE BANQUEROUTE.

Point de Banqueroute ou Lettre à un créancier de l'État, Sur l'impossibilité de la Banqueroute Nationale, & sur les moyens de ramener le Crédit & la Paix.

Londres, 1787. 1787 1 vol. in-8 (220 x 140 mm.) de : [2] ff. (faux titre, page de titre) ; 151 pp. Broché à toutes marges, couverture de papier dominoté.

Rare édition de cet ouvrage rédigé pendant la guerre dindépendance américaine par Brissot de Warville dressant un état des lieux de la situation financière de la France et proposant des solutions pour sortir létat de la crise financière qui sévissait durant la seconde moitié du XVIIIe siècle. Journaliste et homme politique français, Jacques-Pierre Brissot de Warville (1754 - 1793) est le chef de fil des Girondins durant la Révolution. Admirateur des États Unis, il part pour le jeune état indépendant en 1788 en compagnie du financier E. Clavière et muni dune lettre d'introduction du Général Lafayette destinée à George Washington. A son retour, il publie Nouveau Voyage dans les Etats-Unis de l'Amérique Septentrionale fait en 1788, par J.P. Brissot (Warville), Citoyen Français. ( Paris, Buisson, 1791). Cette même année 1788, les deux hommes avaient fondé " La Société des Amis Noirs " qui avait pour but labolition de la Traite. Il sagissait donc détudier aux Etats-Unis les moyens démanciper cette population que lon voulait rendre libre, mais surtout digne de la liberté. Les deux hommes sont en outre co-auteurs de " De la France et des États-Unis, Ou de limportance de la Révolution de lAmérique pour le bonheur de la France " (1787). Ils y exposent notamment les avantages commerciaux dont la France bénéficie depuis la Révolution Américaine, et promeuvent à ce titre une amplification et une intensification du commerce franco-américain. Attaqué par les girondins pour ses idées, Brissot meurt guillotiné à Paris en 1793. Dans le présent ouvrage, Brissot démontre son intérêt et ses compétences pour léconomie et les finances. Notre édition est augmentée de trois lettres par rapport à lédition précédente de 1782 (un seul exemplaire trouvé en bibliothèque) qui nen contenait quune, est composée de quatres lettres sur la dette nationale adressées aux créanciers de lEtat. Les deux premières lettres présentent les raisons qui rendent la banqueroute de lEtat Français impossible (notamment grâce à l'impôt) et les conséquences de la révocation des deux impôts sur la dette Nationale. Les deux dernières lettres traitent des moyens pour soutenir le crédit au milieu de cette crise financière qui touche autant lEurope que la France et sur limpact de la guerre russo-turque sur la dette nationale due à limportance des échanges commerciaux avec la Turquie. Bel exemplaire à toutes marges conservé dans son cartonnage de papier dominoté dorigine. 1 vol. in-8°. Copy in perfect condition, very well bound. Paperback with domino paper cover. Rare edition of this work written during the American War of Independence by Brissot de Warville taking stock of the financial situation in France and proposing solutions to get out the state out of the financial crisis that was raging during the second half of the 18th century. French journalist and politician, Jacques-Pierre Brissot de Warville (1754 - 1793) was the leader of the Girondins during the Revolution. Admirer of the United States, he left for the young independent state in 1788 in the company of the financier E. Clavière and provided with a letter of introduction from General Lafayette intended for George Washington. On his return, he published Nouveau Voyage dans les Etats-Unis de d'Amérique Septentrionale made in 1788, by J.P. Brissot (Warville), Citoyen Français. (Paris, Buisson, 1791). That same year 1788, the two men had founded "La Société des Amis Noirs" which aimed to abolish the slave trade. It was therefore a question of studying in the United States the means of emancipating this population that we wanted to make free, but above all worthy of freedom. The two men are also co-authors of "De la France et des États-Unis, Ou de limportance de la Révolution de lAmérique pour le bonheur de la France" (1787). In particular, they expose the commercial advantages that France has enjoyed since the American Revolution, and as such promote an amplification and intensification of Franco-American trade. Attacked by the Girondins for his ideas, Brissot died guillotined in Paris in 1793. In this book, Brissot demonstrates his interest and skills in economics and finance. Our edition is increased by three letters compared to the previous edition of 1782 (a single copy found in the library) which contained only one, is composed of four letters on the national debt addressed to state creditors. The first two letters present the reasons which make the bankruptcy of the French State impossible (in particular thanks to the tax) and the consequences of the revocation of the two taxes on the national debt. The last two letters deal with the means to support credit in the midst of this financial crisis which affects both Europe and France and the impact of the Russo-Turkish war on the national debt due to the importance of trade with Turkey. Beautiful copy with all margins preserved in its original domino paper box.

[BRITISH EAST-INDIA COMPANY].

A complete and authentic detail of the several debates in the House of Commons, on the East-India Bill, on Thursday the 27th of November, on Monday the 1st of December, and on Monday, the 8 th of December. Together with authentic copies of the two East-India Bills [...] Together with Authentic copies of the two east India bills; the arguments of Counsel against one of them ; the several papers, containing a true statement of the Company's affairs ; lists of the divisions, of the absentees, and of those who retired before the divisions commenced [From November 1783 to March 1784].

London, J. Stockdale, 1784. 1784 6 vol. in-8° ( 213 x 130 mm.) de: I: [1] ff., ii, 282 + 22 pp. reliées entre les p 102 et 103 ("List of the Members": numérotées 103* à 122*) , 38 pp.; II: [2] ff., iii, [1 bl.], 212 pp., [1] ff., 7 pp. ( "List of Members" num 109* à 122*), 101, [1] pp.; III: [1] ff., ii, 234 pp.; IV:[2] ff., 267, [1 bl.] pp.; V: [3] ff., ii, 330 pp.; VI: [4] ff., 370, 15, [1] pp. (Annotation signée, à l'encre brune, sur la p. de garde du vol 1, rares salissures ou taches, sinon frais). Pleine basane fauve ép, dos lisses orné de filets dorés, titres de maroquin rouge, roulette dorée sur les coupes. (épidermures, petits défauts d'usage.)

Rare série complète des débats tenus à la Chambre des Communes et à celle des Lords de novembre 1783 à Mars 1984 concernant cette compagnie. A lépoque, les britanniques viennent de perdre une partie de leurs colonies Nord Américaines, ainsi, lactivité de la « East India Company » devient un enjeu stratégique accru pour le commerce de lempire. Ces volumes contiennent dimportantes informations sur les affaires de cette compagnie, ses comptes, son volume daffaire Lancien propriétaire de lexemplaire mentionne en outre (inscription à lencre en page de garde du vol 1) le style remarquable de léloquence Britannique des orateurs de la chambre dont il site quelques noms : « Fox, Whitbread, Kenyon, Pitt, Jenkinson, Mansfield, Grenville Bel exemplaire, frais, conservé dans sa reliure dorigine. 6 vol. in-8°. Comtemp. calf. Rare complete set of debates held in the House of Commons and the Lords from November 1783 to March 1984 about this company. At the time, the British have lost part of their North American colonies, so the activity of the "East" India Company " becomes an increased strategic stake for the empire's trade. These volumes contain important information on the business of this company, its accounts, its volume of business ... The former owner of the copy mentions in addition (inscription in ink on cover page of the flight 1) the style remarkable of the British eloquence of the speakers of the room of which he names some names: "Fox, Whitbread, Kenyon, Pitt, Jenkinson, Mansfield, Grenville ... Fine copy, fresh, preserved in its original binding.

BROSSES (Charles de).

Histoire des Navigations aux Terres Australes contenant ce que l'on sçait des moeurs et des productions des Contrées découvertes jusqu'à ce jour; & où il est traité de l'utilité d'y faire de plus amples découvertes & des moyens d'y former un Établissement.

Paris, Durand, 1756. 1756 2 vol. in-4° (255 x 195 mm.) de : [1] ff. (titre) ; xiv, 463 pp. ; [1] ff. ; 513-[1] pp. ; 7 cartes repliées (Ex relié sans errata (comme lex Kroepelien). Plein veau marbré d'époque, dos à nerfs ornés, titres et tomaisons de maroquin rouge et vert, tranches rouges. (Défauts d'usage, petits manques de cuir aux coins et à une coiffe, corps d'ouvrage très frais).

Édition originale cet important travail du à Charles de Brosses (1709-1779), considéré comme l'un des ouvrages majeur traitant des premiers voyages dans le Pacifique, destiné stimuler lexploration française et la colonisation des mers du Sud. Cette publication est luvre majeure de Brosses, magistrat de formation, historien, linguiste et écrivain. La dénomination des "terres australes" ne désigne pas, au XVIIIe siècle, uniquement les glacials continents de l'Arctique et de l'Antarctique, elle renvoie à une région plus vaste et plus indéterminée de l'hémisphère sud allant du Cap de Bonne-Espérance jusqu'au Détroit de Magellan en passant par l'Océan Indien et le Pacifique Sud, trois régions distinctes que l'auteur nomme respectivement : l'Australasie, la Polynésie et la Magellanie (cette dernière appellation reposant sur la croyance en l'existence d'un continent situé au delà de la pointe de l'Amérique du Sud). Louvrage contient le récit de tous les voyages vers le sud, en commençant par la deuxième expédition Vespucci de 1502 et jusqu'à 1747, dont les voyages de Magellan, Drake, Schouten, Tasman... Le texte fut plus tard utilisé comme base pour la très influente « Terra Australis Cognita » de Callander de 1766-1766 (sous cette forme, elle avait beaucoup à voir avec les plans britanniques pour l'expansion coloniale par le transport). Brosses suggère que la France devrait coloniser l'Australie (prédisant ainsi pratiquement son destin final !), en soutenant que la colonisation devrait être faite par les «enfants trouvés, mendiants et criminels» de la France. Le texte est illustré de 7 cartes dues à Robert de Vaugondy qui témoignent de la représentation géographique du monde du milieu du XVIIIe siècle. La première donne l'ensemble de l'hémisphère sud avec au centre sur l'Australie. On y trouve aussi des cartes particulières de la "Polynésie Australe", du détroit de Magellan et des îles Malouines, de l'Australie, de "La Terre des Papous" (Nouvelle-Guinée), et les Iles Carolines. Exemplaire trés frais. 2 vol. in-4°. 7 fold. maps. First Edition of this important work by Charles de Brosses (1709-1779), considered as one of the major works dealing with the first voyages in the Pacific, intended to stimulate French exploration and colonization of the South Seas. This publication is the major work of Brosses, French magistrate, historian, linguist and writer. In the eighteenth century, "Terres Australes" does not refer only to the glacial continents of the Arctic and Antarctic, but refers to a larger and more indefinite region of the southern hemisphere from the Cape of Good- Hope to the Strait of Magellan via the Indian Ocean and the South Pacific, three distinct regions that the author names respectively: Australasia, Polynesia and Magellania (this last name based on the belief in existence from a continent beyond the tip of South America). The book contains the story of all journeys to the south, starting with the second Vespucci expedition from 1502 to 1747, including trips to Magellan, Drake, Schouten, Tasman ... The text was later used as base for Callander's highly influential "Terra Australis Cognita" of 1766-1766 (in this form it had much to do with British plans for colonial expansion through transportation). Brosses suggests that France should colonize Australia (thus virtually predicting its ultimate destiny!), Arguing that colonization should be done by France's "found, beggars and criminals". The text is illustrated with 7 maps by Robert de Vaugondy, which gives the geographical representation of the mid-eighteenth century world. The first represent the whole of the southern hemisphere with Australia in center. There are also detailed maps of "Southern Polynesia", the Strait of Magellan and the Malvinas Islands, Australia, "Papuan Land" (New Guinea), and the Caroline Islands. Fine fresh copy.

BROUGHTON (Thomas Duer).

Les Marattes.

Paris, Nepveu, 1817. 1817 2 vol. in-16° (140 x 90 mm) de : Vol. 1 ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice colorié dépliant ; XV (préface, avis au relieur, introduction) ; 202 pp. (dont table) ; 5 gravures hors texte coloriées (dont 2 dépliantes) ; Vol. 2 ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice colorié ; 3 ; 3 ; 238 pp. (dont table) ; 3 gravures coloriées déplantes. Un total de 2 frontispices et 8 gravures coloriées (dont 5 dépliantes). Plein veau glacé d'époque, dos lisses ornés, titres et tomaisons de maroquin vert, frise florale encadrant les plats, dentelle intérieure, tranches dorées. (Discrètes restaurations aux mors et aux coiffes, quelques rousseurs ou brunissures).

Première édition française. Broughton arriva en Inde en 1795, comme Cadet de l'Établissement du Bengale. En 1799, après le siège de Seringapatam, dans lequel il s'investit activement, il est nommé commandant du Corps des Cadets. Il écrit le présent ouvrage alors quil est résident militaire chez les Marathes et le dédicace au marquis de Wellesley. Des gravures finement aquarellées, huit sont reproduites daprès les dessins originaux dun artiste indien. Bel exemplaire, coloris frais. 2 vols. in-16°. 10 engraved plates, 6 folding. Original card-board bindings. First French edition. Broughton first arrived in India in 1795 as a cadet in the Bengal establishment. Following the siege of Seringapatam in 1799, in which he was actively engaged, he was appointed commandant of the cadet corps. At the time he wrote the present work he was a military resident with the Mahrattas. His book is dedicated to the Marquis of Wellesley, "the acute detector of Mahratta wiles, the firm repeller of their insolent pretensions, and the formidable barrier to their ambitious projects; their vigorous opponent in time of war, and their generous pacificator in the hour of victory. " Eight of the ten finely watercolored plates are after original drawings by a native artist. Fine copy. Abbey, Travel, 433; Tooley, 114; Colas, 454.

BROWN (E.)

Relation de plusieurs voyages faits en Hongrie. Servie. Bulgarie. Macédoine. Thesalie. Austriche. Styrie. Carinthie. Carniole. & Friuli. Enrichie de plusieurs observations tant sur les mines d'or, d'argent, de cuivre, & de vif argent, que des bains.

Paris, G. Clouzier, 1674. 1674 1 vol in-4° (165 x 222 mm.) de: [3] ff. (titre, au lecteur, privilège); 208 pp. (dont errata); 1 titre gravé; 8 planches gravées (dont 3 dépliantes). Ex-libris gravé au dos du 1er plat: «JC Dezauche». (Première pages marquées par le cuir, papier bruni, quelques rousseurs). Plein veau granité d'époque, dos à nerfs orné et titré à l'or, roulette dorée sur les coupes.

Rare première édition française, augmentée de loriginale anglaise (1673, Londres), de ce récit de voyage dans le sud-est de l'Europe et en Grèce dû au britannique Edouard Brown. Edouard Brown (1644-1708) est médecin et voyageur anglais. Il est notamment le président du Royal College of Physicians et le médecin du roi Charles II. D'août 1668 à Noël 1669, il parcourt l'Europe (Pays Bas, Allemagne, Autriche, Hongrie, Serbie, Bulgarie et Grèce du Nord) et passe du temps dans la capitale de la Thessalie, Larissa, où il rencontre la cour du Grand Seigneur Mehmed IV (1642 -1693 ; sultan de l'empire ottoman). Pendant son voyage, il envoie des courriers au Président de la Royal Society contenant des informations sur les techniques d'exploitation minière dans les mines dor, dargent, de cuivre et de mercure des pays quil traverse. A son retour en Angleterre, il publie la relation de son voyage. Un siècle plus tard, ce parcours deviendra le voyage par excellence que feront les anglais. A lépoque, les régions que décrit Brown étaient encore peu connues en Angleterre, telles que la Thessalie, la Bulgarie, la Dalmatie. En tant que l'un des premiers voyageurs anglais dans ces contrées, et notamment en Grèce, Brown n'a pu s'empêcher de recueillir des impressions sur les Antiquités et la mythologie, mais son propos touche essentiellement les mines et les bains et les eaux thermale, la géologie et l'extraction du minerais. Brown raconte notamment sa descente dans la mine de Vinschacht en Hongrie, décrit les minéraux extraits de la mine connue sous le nom de "Montagne du Paradis" et ceux de la mine de Misnie. Entre autres, notre jeune voyageur nous livre ses observations sur la culture, les murs, la culture du tabac en Grèce et son emploi par les turcs, les chrétiens vivant dans des troglodytes. Ainsi, lauteur débute son récit par une description générale de la Hongrie et de son voyage de Vienne et à Larissa. Sa relation se poursuit avec son voyage à Komara (ou Gomorra) puis dans toute la Styrie, Carinthie, Carniole et Frivili. Les pays traversés par Brown étaient en grande partie sous le joug de l'empire ottoman et, par conséquent, peu de voyageurs sétaient aventurés dans cette partie de l'Europe. Lillustration se compose d'un titre-frontispice gravé par L. Cossin d'après P. Mignard et de huit planches gravées hors texte représentant des vues et des plans des villes quil traverse (Larissa, Leopold) mais aussi des ponts (Esseck, Scopia). Provenance: J. C. Dezauche (1745-1824), éditeur et marchand de cartes géographiques ; graveur ; ingénieur géographe français et chargé à ce titre de l'entrepôt général des cartes de la Marine (ex-libris gravé au dos du premier plat). Rare édition française dont on ne dénombre que 3 exemplaires passés en salle des ventes ces 80 dernières années. Bel exemplaire conservé dans sa reliure d'origine. 1 volume 4to (165 x 222 mm.) of : [3] ff. (title, to the reader, privilege) ; 208 pp. (of which errata); 1 engraved title; 8 engraved plates (of which 3 folding). Engraved bookplate on the back of the 1st plate : "JC Dezauche". (First pages marked by leather, paper browned, some foxing). Full contemporary granite calf, spine ribbed and titled in gold, gilt roulette on the edges. Rare first French edition, enlarged from the English original (1673, London), of this account of travels in the South-East of Europe and in Greece due to the British Edouard Brown. Edward Brown (1644-1708) was an English physician and traveler. He was president of the Royal College of Physicians and physician to King Charles II. From August 1668 to Christmas 1669, he travelled through Europe (Netherlands, Germany, Austria, Hungary, Serbia, Bulgaria and Northern Greece) and spent time in the capital of Thessaly, Larissa, where he met the court of the Great Lord Mehmed IV (1642 -1693; Sultan of the Ottoman Empire). During his journey, he sent letters to the President of the Royal Society containing information on mining techniques in the gold, silver, copper and mercury mines of the countries he visited. On his return to England, he published the report of his trip. A century later, this journey would become the trip par excellence that the English would make. At that time, the regions that Brown described were still little known in England, such as Thessaly, Bulgaria, Dalmatia. As one of the first English travelers in these regions, and particularly in Greece, Brown could not help but gather impressions of the Antiquities and mythology, but his subject matter is essentially mines and baths, geology and mineral extraction. In particular, Brown tells of his descent into the Vinschacht mine in Hungary, describes the minerals extracted from the mine known as "Paradise Mountain" and those from the Misnie mine. Among other things, our young traveler gives us his observations on the culture, the customs, the cultivation of tobacco in Greece and its use by the Turks, the Christians living in troglodytes. Thus, the author begins his account with a general description of Hungary and his journey from Vienna to Larissa. His report continues with his trip to Komara (or Gomorra) and then throughout Styria, Carinthia, Carniola and Frivili. The countries Brown traversed were largely under the yoke of the Ottoman Empire and, as a result, few travelers had ventured into this part of Europe. The illustration consists of a title-frontispiece engraved by L. Cossin after P. Mignard and eight plates engraved outside the text representing views and plans of the cities he passed through (Larissa, Leopold) but also of bridges (Esseck, Scopia). Provenance: J. C. Dezauche (1745-1824), publisher and merchant of geographical maps; engraver; French geographer and engineer in charge of the general warehouse of the maps of the Navy (ex-libris engraved on the back of the first cover). Rare French edition of which only 3 copies have passed through auction houses in the last 80 years. Beautiful copy preserved in its original binding.

CARRÉ (Barthélémy).

Voyage des Indes orientales, mêlé de plusieurs histoires curieuses.

Paris, Veuve de Claude Barbin, 1699. 1699 2 vol. in-12° (160 x 90 mm) de: I. [3] ff. (titre, épître); 403 pp.; [4] pp. (privilège, fautes, avis); II. [2] ff. (titre, privilège); 403 pp.; [4] pp. (tables, fautes). Ex-libris à lencre brune raturé sur le titre. Bandeaux et culs-de-lampe. (Corps d'ouvrage assez frais). Plein veau d'époque, dos à nerfs orné, titre et tomaison de maroquin rouge, roulette dorée sur les coupes, tranches rouge. (Coiffes discrètement restaurées et reliures légèrement différentes).

Edition originale et rare de ce récit de voyages en Orient de l'abbé Barthélémy Carré (1636-date inconnue), qui effectue deux missions vers les Indes de 1668 à 1671 puis de 1672 à 1675. Il est envoyé par Colbert pour aider au développement de la compagnie des Indes Orientales créee en 1664. Né à Blois en 1636, cadet dune famille de petite noblesse, Carré est destiné à la prêtrise. Vers 1662, il devient aumônier sur les vaisseaux du Roi. Cest lépoque où Colbert crée la Compagnie française des Indes (1664), alors que lAngleterre et la Hollande avaient depuis longtemps (1600, 1602) fondé des entreprises semblables pour le commerce avec lAsie. En 1666, dix vaisseaux partent de La Rochelle avec François Caron, ancien de la Compagnie hollandaise (VOC), en guise de conseiller. Le but de la Compagnie française est le commerce dimportation et le commerce dAsie en Asie. Carré, ayant reçu une lettre de mission de Colbert, est chargé de surveiller lentreprise et denvoyer des mémoires au ministre. En 1669, il rejoint Caron à Surate. Il sagit du premier voyage dont nous avons la relation. Il revient en France par la voie terrestre, la Perse, lEmpire ottoman, Bagdad et Alep. Il est renvoyé en Orient au moment où une escadre commandée par Jacob Blanchet de la Haye est destinée à « montrer la puissance du Roi aux princes dAsie ». Dans ce second voyage, Carré suit la voie terrestre : il part de Marseille en 1672, passe par Livourne, est attaqué en Méditerranée par des pirates barbaresques, débarque à Alexandrette, puis rejoint Alep et arrive à Bagdad chez les Capucins. Il atteint ensuite Bassora et embarque sur le Golfe persique vers les Indes sur un navire portugais jusquà Surate. Le voyage dure en tout sept mois et demi. Devant rejoindre les Français sur la côte de Coromandel, Carré, malade, traverse le sous-continent sur un palanquin, où il parvient en avril 1673 pour assister à la catastrophe de la flotte française à São Tomé. Il séjourne à Madras et retourne en France avec des lettres adressées au Roi par La Haye. Ce retour se fait aussi par voie terrestre. En chemin, il rencontre Jean Chardin, reprend litinéraire suivi à laller, puis dAlexandrette à Livourne et à Versailles. Carré se consacre ensuite à la rédaction des manuscrits conservés à partir de ses notes de voyage. En 1699, la Veuve du libraire Claude Barbin édite le présent ouvrage, unique publication contemporaine dun texte de Carré consacrée au récit de son premier voyage, accompagné de contes orientaux. Ce texte sera repris par labbé Prévost au tome IX de l «Histoire générale des voyages » (1750). Lauteur ajoute au récit de son voyage de nombreux « tiroirs » (traités) : « Le Français soldat en Orient », « Le Français négociant en Orient ». Les textes sont rédigés au retour à partir de carnets de route. Contrairement à de nombreux voyageurs de son époque (Lucas, etc.) qui font récrire par dautres, les manuscrits de Carré sont autographes. Les deux voyages de Carré sont particulièrement précieux, car les relations françaises sur lInde sont relativement rares à cette période (François Martin, La Haye, Lestra). Carré a parfaitement conscience que ses relations doivent à la fois, selon les principes horatiens, instruire et divertir. Il multiplie les « images », les récits entendus lors des haltes dans les caravansérails. Il y a dans ses relations un vrai plaisir de la découverte quil tente de transmettre à ses lecteurs, Carré est un véritable écrivain. Il nous livre sa découverte de lhospitalité et critique du luxe corrupteur de lOccident, il décrit les civilisations persienne et indienne, son voyage dans le désert (très important dans les relations), la présence du paysage (neuf à cette époque), les femmes (parallèle des harems et des religieuses cloîtrées), les informations concernant les maladies et la médecine traditionnelle, sa culture et sa foi du charbonnier, etc. Bel exemplaire discrètement restauré de cette rare relation dun voyage aux indes orientales. 2 vol. 12mo (160 x 90 mm) of : I. [3] ff. (title, epistle) ; 403 pp. ; [4] pp. (privilege, errors, notice); II. 2] ff. (title, privilege) ; 403 pp. ; [4] pp. (tables, errors). Bookplate in brown ink crossed out on the title. Headbands and footnotes. (Body of the book quite fresh). Full contemporary calf, spine ribbed and decorated, red morocco title and tome, gilt roulette on the edges, red edges. (Covers discreetly restored and bindings slightly different). Rare first edition of this account of the travels in the East of the abbot Barthélémy Carré (1636-unknown date), who carried out two missions to the Indies from 1668 to 1671 and from 1672 to 1675. He was sent by Colbert to help the development of the East India Company created in 1664. Born in Blois in 1636, as the youngest of a family of minor nobility, Carré was destined for the priesthood. Around 1662, he became a chaplain on the King's ships. It was the time when Colbert created the French Company of the Indies (1664), while England and Holland had long since (1600, 1602) founded similar enterprises for commerce with Asia. In 1666, ten ships left La Rochelle with François Caron, a former member of the Dutch Company (VOC), as advisor. The purpose of the French Company was import trade and trade from Asia to Asia. Carré, having received a letter of mission from Colbert, was charged with overseeing the enterprise and sending memoranda to the minister. In 1669, he joined Caron in Surat. This is the first trip of which there is a known report. He returned to France by land, Persia, the Ottoman Empire, Baghdad and Aleppo. He was sent back to the East when a squadron commanded by Jacob Blanchet de la Haye was destined to "show the power of the King to the princes of Asia". In this second voyage, Carré followed the land route: he left Marseille in 1672, passed through Livorno, was attacked in the Mediterranean by barbarian pirates, disembarked at Alexandrette, then reached Aleppo and arrived in Baghdad at the Capuchins. He then reached Bassora and embarked on the Persian Gulf to India on a Portuguese ship to Surat. The journey lasted seven and a half months. Having to join the French on the coast of Coromandel, Carré, who was sick, crossed the subcontinent on a palanquin, where he arrived in April 1673 to attend the disaster of the French fleet in São Tomé. He stayed in Madras and returned to France with letters addressed to the King from The Hague. This return was also done by land. On the way, he met Jean Chardin, took the same itinerary as on the outward journey, then from Alexandrette to Livorno and Versailles. Carré then devoted himself to writing the manuscripts preserved from his travel notes. In 1699, the widow of the bookseller Claude Barbin published the present work, the only contemporary publication of a text by Carré devoted to the account of his first voyage, accompanied by oriental tales. This text was later taken up by the Abbé Prévost in volume IX of the "General history of voyages" (1750). The author adds to the account of his journey many "tiroirs" (treaties): "The French soldier in the East", "The French trader in the East". The texts were written on his return from his travel diaries. Unlike many travelers of his time (Lucas, etc.) who had others rewrite from their notes, Carré's manuscripts were autographs. Carré's two journeys are particularly precious, because French relations on India are relatively rare in this period (François Martin, La Haye, Lestra). Carré was perfectly aware that his relations should, according to Horatian principles, both instruct and entertain. He used many "images" and stories heard during stops in the caravanserai. There is in his account a real pleasure of discovery that he tries to transmit to his readers, Carré is a true writer. He shares with us his discovery of hospitality and criticism of the corrupting luxury of the West, he describes the Persian and Indian civilizations, his trip to the desert (very important in the accounts), the presence of the landscape (new at that time), women (parallel of harems and cloistered nuns...), information about diseases and traditional medicine, his culture and "foi du charbonnier", etc. Beautiful copy discreetly restored of this rare account of a trip to the East Indies.

CHABERT (Jean-Baptiste).

Voyage fait par ordre du roi en 1750 et 1751, dans l'Amerique septentrionale, Pour rectifier les Cartes des Côtes de l'Acadie, de l'Isle Royale & de l'Isle de Terre-Neuve ; Et pour en fixer les principaux points par des Observations Astronomiques. Par M. de Chabert Enseigne des Vaisseaux du Roi, Membre de l'Académie de Marine, de celle de Berlin, & de l'Institut de Bologne.

Paris, Imprimerie Royale, 1753. 1753 1 vol. in-4° (265 x 198 mm.) de: [1] f. (titre); VIII pp. (extrait des registres de l'Académie Royale des Sciences et de Marine, Table des Titres et des chapitres); 288 pp.; [5] ff. (table, errata); 6 cartes dépliantes gravées par Dheulland (dont une grande reliée en fin douvrage), 1 planche dépliante avec 9 figures, 1 planche de calculs dépliante, 1 bandeau gravé par Gobin (Dessin de Flote de St Joseph). Provenance : Collège de jésuites de Paris (petit cachet ex-libris sur le titre). Plein veau moucheté d'époque aux armes, dos à cinq nerfs orné, pièce de titre de maroquin brun, plats ornés d'un triple filet doré d'encadrement et des armes estampées dorées au centre, roulette dorée sur les coupes, tranches marbrées. (Coins et mors discrètement restaurés).

Édition originale de cet ouvrage majeur dans l'histoire de la navigation, dû à Joseph-Bernard Chabert (1724-1805). Luvre était tenue en haute estime par l'Académie française des Sciences, et recommandée comme un modèle de navigation pour les futurs marins. La première partie relate le voyage de l'auteur de Brest à Louisburg ainsi que quatre expéditions, tandis que la seconde est le compte-rendu de ses observations astronomiques en mer. Ces observations, et les recherches de Chabert en astronomie, particulièrement précises même selon les critères actuels, confèrent à cette relation sa grande valeur scientifique. Chabert ajoute à la première partie six cartes, comprenant chacune des informations d'une précision étonnante, faisant de l'ouvrage une importante source pour la géographie canadienne. Chabert entre dans la Marine le 14 juillet 1741, sur le «Léonard». Il navigua sur la côte américaine, où il reste jusqu'en 1746, date à laquelle il est à bord d'un autre navire, «l'Emeraude». Après une promotion en 1748, il reçoit l'ordre du Roi de parcourir la région qui forme maintenant la région sud-est du Québec, l'est du Maine, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Ecosse et l'île du Prince Edouard: c'est ce voyage qu'il relate dans le présent ouvrage. Quelques années après le passage de Chabert en 1750-1751, la guerre franco-indienne éclate en 1754 et les trois-quart de la population des 10 000 français, considérés comme une menace pour les positions britanniques, sont déplacés de force dans d'autres parties de l'Amérique du Nord. Chabert est reçu en 1753 comme membre de l'Académie maritime de Brest, et, par la suite, de celles de Bologne, Berlin et Nancy. Le présent ouvrage a pour objectif de rectifier le tracé des Côtes des Cartes de l'Acadie, de l'Isle Royale et de l'Isle de Terre-Neuve ainsi que de réaliser des relevés astronomiques. Dans une première partie, il est question de son voyage de Brest jusquà Louisbourg et de son séjour sur place. Puis, dans la seconde, Chabert présente ses observations astronomiques de latitude et de longitude effectuées notamment au détroit de Fronsac, mais aussi à Louisbourg ou encore dans le passage de Bacareau, à lextrémité occidentale de lAcadie. Les 6 cartes dépliantes des côtes des régions actuelles du sud-est du Québec, de l'est du Maine, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Ecosse et de l'île du Prince Edouard, mais aussi la rigueur des observations astronomiques de latitude et de longitude de Chabert sont dune précieuse aide pour la cartographie de ces régions. Louvrage comprend notamment une carte dépliante très précise intitulée:«Carte réduite des côtes de lAcadie, de lIsle Royale et de la Partie Méridionale de lÎle de Terre-neuve». Bel exemplaire très frais. 1 vol. 4to (265 x 198 mm.) of : [1] f. (title) ; VIII pp. (extract from the registers of the Royal Academy of Sciences and Marine, Table of titles and chapters) ; 288 pp. ; [5] ff. (table, errata); 6 folding maps engraved by Dheulland (one large one bound at the end of the book), 1 folding plate with 9 figures, 1 folding plate of calculations, 1 engraved headband by Gobin (Drawing by Flote de St Joseph). Provenance: Jesuit College of Paris (small ex-libris stamp on the title). Full contemporary speckled calf, spine with nerves, brown morocco title-piece, boards decorated with a triple gilt fillet and stamped arms in the center, gilt roulette on the edges, marbled edges. (Corners and spines discreetly restored.) First edition of this major work in the history of navigation, by Joseph-Bernard Chabert (1724-1805). The work was held in high esteem by the French Academy of Sciences, and recommended as a model of navigation for future sailors. The first part relates the author's voyage from Brest to Louisburg and four expeditions, while the second part is an account of his astronomical observations at sea. These observations, and Chabert's research in astronomy, particularly accurate even by today's standards, give this work a true scientific value. Chabert added six maps to the first part, each contains information of astonishing accuracy, making this work an important source for Canadian geography. Chabert entered the Navy on July 14, 1741, on the "Léonard". He sailed to the American coast, where he remained until 1746, when he was on board another ship, the "Emeraude". After a promotion in 1748, he was ordered by the King to travel through what is now the southeastern region of Quebec, eastern Maine, New Brunswick, Nova Scotia and Prince Edward Island, it is this voyage that he relates in the present work. A few years after Chabert's visit in 1750-1751, the French and Indian War was declared in 1754, and three-quarters of the population of the 10,000 Frenchmen, considered a threat to British positions, were forcibly removed to other parts of North America. Chabert was received in 1753 as a member of the Maritime Academy of Brest, and subsequently of those of Bologna, Berlin and Nancy. The present work aims at rectifying the coastline of the maps of Acadia, Isle Royale and Newfoundland as well as making astronomical surveys. The first part of the book deals with his journey from Brest to Louisbourg and his stay there. Then, in the second part, Chabert presents his astronomical observations of latitude and longitude made for example in the Strait of Conso, but also in Louisbourg or in the Bacareau Passage, at the western end of Acadia. The 6 folding charts of the coasts of the current regions of southeastern Quebec, eastern Maine, New Brunswick, Nova Scotia and Prince Edward Island, as well as the rigorous astronomical observations of latitude and longitude by Chabert are a precious help for the mapping of these regions. The work includes a very precise folding map entitled: "Carte réduite des côtes de l'Acadie, de l'Isle Royale et de la Partie Méridionale de l'Île de Terre-neuve". Nice and fresh copy.

CHAMPIGNY (Chevalier Jean de).

Etat-present de la Louisiane, avec toutes les particularités de cette province d'Amerique, Pour servir de Suite à l'Histoire des Etablissemens des Européens dans les Deux Indes ; par le Colonel, Chevalier de Champigny.

A la Haye, chez Frederic Staatman, 1776. 1776 1 vol. in-8° (210 x 130 mm.) de: XIV pp. (titre, avis au lecteur, préambule, préface, avant-propos); 147 pp. (reprise de la pagination à 15); [2] pp. (table); bandeaux et culs-de-lampe. Ex-libris manuscrit à lencre brune sur le titre: «H.W. von der Afseburg». Inscription d'identification postérieure manuscrite à l'encre noire sur le 1er plat. (Corps douvrage frais). Brochage de papier marbré d'époque. Etui moderne, demi-maroquin rouge, plats recouverts de papier marbré d'époque, dos lisse titré à l'or (Loebstein-Laurenchet).

Passionnant récit paru dabord sous le titre Louisiane ensanglantée (Mesplet, 1773), consacré à la répression de la Rébellion de La Nouvelle-Orléans, travail dû au chevalier Jean de Champigny (1712-1787), colonel d'infanterie. Louvrage donne la relation du procès et du châtiment qu'inflige le gouverneur espagnol Alejandro O'Reilly (1723-1794) aux meneurs français de linsurrection de Louisiane. OReilly est un réformateur militaire et inspecteur général d'infanterie très respecté de l'empire espagnol. Il est le deuxième gouverneur de la Louisiane espagnole coloniale et le premier fonctionnaire à avoir un vrai pouvoir politique en Louisiane après que la France l'ait cédée à l'Espagne. Pour ses services très appréciés à la couronne d'Espagne, il est anobli et titré comte. En effet, après sa défaite contre les Espagnols et les Anglais lors de la guerre de Sept Ans, la France cède la Louisiane à lEspagne par le Traité de Fontainebleau de 1763, qui ratifie son expulsion dAmérique du Nord. Les citoyens français de Louisiane, sentant la faiblesse du gouvernement espagnol alors dirigé par Antonio Ulloa (1716-1795 ; explorateur, astronome, écrivain, militaire et gouverneur espagnol de la Louisiane), proclament une République qui exista de 1768 à 1769, et envoient une délégation à Versailles. Le gouvernement espagnol envoie alors OReilly, pour rétablir son autorité, et il écrase le soulèvement avec une dureté qui émeut la France. Cet ouvrage couvre lensemble de lévénement : depuis la cession en 1762 jusquen 1771. Selon le préambule de léditeur, il aurait recueilli ce manuscrit dun témoin juste avant sa mort : Pendant mon séjour à la Louisiane, jy fut témoin des cruautés quy exercent les Espagnols contre les Habitants de cette Colonie ; curieux de savoir quel pouvait être le crime de ces infortunés, je minformais de ce qui avait pu donner lieu à de telles barbaries, & me fis expliquer avec les détails les plus circonstanciés toutes les particularités de cette procédure ; jen fus tellement frappé dhorreur que je crus devoir, pour le bien du genre humain & de ma patrie, coucher le tout par écrit, afin quen le lisant, nos Anglois sentissent encore mieux le prix de cette liberté inestimable que nous ont transmis nos ancêtres & quils ont cimenté dans leur sang. (pp.IV-V). Provenance : Hermann Werner von der Asseburg (17021779), ministre de premier plan de l'Électorat de Cologne (ex-libris manuscrit à lencre brune sur le titre). Cet exemplaire est celui passé dans la vente Bonhams New-York de 2010 dont la fiche précisait: purchased from William Reese Company, 2001, 5,000 USD. Très rare travail dont on ne dénombre seulement que 2 exemplaires passés en vente ces 40 dernières années. Bel exemplaire non-rogné à grandes marges conservé dans son brochage dépoque, intérieur frais. 1 vol. 8vo (210 x 130 mm.) of : XIV pp. (title, notice to the reader, preamble, foreword) ; 147 pp. (resumption of pagination at 15) ; [2] pp. (table) ; headbands and footnotes. Handwritten bookplate in brown ink on title: "H.W. von der Afseburg". Later identification inscription handwritten in black ink on the first board. (Fresh body of the book). Vintage marbled paper binding. Modern slipcase, half red morocco, boards covered with period marbled paper, smooth spine titled in gold (Loebstein-Laurenchet). A fascinating account first published under the title "Louisiane ensanglantée" (Mesplet, 1773), devoted to the repression of the New Orleans Rebellion, a work due to Chevalier Jean de Champigny (1712-1787), a colonel of infantry. The work gives the account of the trial and punishment inflicted by the Spanish governor Alejandro O'Reilly (1723-1794) on the French leaders of the Louisiana insurrection. O'Reilly was a highly respected military reformer and inspector general of infantry in the Spanish empire. He was the second governor of colonial Spanish Louisiana and the first official to have real political power in Louisiana after France ceded it to Spain. For his much appreciated services to the Spanish crown, he was knighted and made a count. Indeed, after its defeat by the Spanish and English in the Seven Years' War, France ceded Louisiana to Spain in the Treaty of Fontainebleau of 1763, which ratified its expulsion from North America. The French citizens of Louisiana, sensing the weakness of the Spanish government then headed by Antonio Ulloa (1716-1795; explorer, astronomer, writer, military officer, and Spanish governor of Louisiana), proclaimed a republic that existed from 1768 to 1769, and sent a delegation to Versailles. The Spanish government then sent O'Reilly, to re-establish its authority, and he crushed the uprising with a harshness that moved France. This work covers the whole event: from the cession in 1762 to 1771. According to the publisher's preamble, he collected this manuscript from a witness just before his death: "During my stay in Louisiana, I witnessed the cruelties that the Spaniards exercised there against the Inhabitants of this Colony; curious to know what could be the crime of these unfortunate people, I inquired what could have given rise to such barbarities, & had all the particulars of this procedure explained to me with the most circumstantial details ; I was so struck with horror that I thought it my duty, for the good of mankind and my country, to put it all down in writing, so that in reading it, our Englishmen would feel even better the price of this priceless liberty which our ancestors have handed down to us and which they have cemented in their blood." (translated from French, pp.IV-V). Provenance: Hermann Werner von der Asseburg (1702-1779), leading minister of the Electorate of Cologne (handwritten bookplate in brown ink on the title). This copy is the one that passed in the Bonhams New-York sale of 2010, whose listing stated: "purchased from William Reese Company, 2001, 5,000 USD". A very rare work of which there are only 2 copies sold in the last 40 years. A beautiful untrimmed copy with large margins preserved in its original binding, fresh inside.

CHAPMAN (Frédéric-Henri de) / VIAL DU CLAIBOIS (Honoré, Sébastien) [Traducteur]

Traité de la construction des vaisseaux, avec des Eclaircissements & Démonstrations touchant lOuvrage intitulé : Architectura Navalis Mercatoria, &c. Traduit du Suédois par M. Vial du Clairbois.

A Brest, Chez R. Malassis ; A Paris, Chez Durand, Chez Jombert, 1781. 1781 1 vol. in-4° (254 x 195 mm) de : xxv pp. ; [3] pp. (privilége, avertissement du traducteur, table) ; 219, [1] pp. ; 20 planches dépliantes + 40 ff. manuscrits en anglais à l'encre insérés au début et à la fin du texte, avec shémas, intitulées " Carlsunds elucidation of Chapmas, Parabolic System". Pleine basane racinée d'époque, dos lisse orné, titre de maroquin rouge. (Défauts d'usage, mors discrétement restaurés, petite découpe en marge supérieure du titre et ff. suivant, corps d'ouvrage frais).

Édition française, traduite de lÉdition suédoise, dun des plus célèbre traité darchitecture naval produit au XVIIIe siècle. Exemplaire truffé de 80 pages de notes et schémas additifs manuscrits en anglais. Au XVIIIe siècle, larchitecture navale est léquivalant de ce que sera au XXe lindustrie aéronautique et spatiale. Cependant, en 1750 elle demeure un art empirique reposant sur les connaissances et lil de quelques maîtres charpentiers exceptionnels : la plupart des navires militaires et marchands sont construits sans plan précis, daprès de simples esquisses et maquettes darsenaux. Louvrage du français Duhamel Du Monceau « Eléments de l'Architecture navale.. », publié en 1752, est ainsi une véritable révolution. Il aborde pour la première fois la construction navale de manière scientifique et accessible à tous. Dès lors, les chantiers civils et militaires adoptent un travail rationnel sappuyant sur les sciences physiques et mathématiques et des plans parfaitement établis. Le présent ouvrage du Suédois Frédéric Henry de Chapman, (1721-1808) parait pour la première fois en 1775. Traduit dans plusieurs langues, il ne connaitra quune édition en en anglais publiée en 1820 (Smith, Cambridge). La présente édition française est due à Sébastien Vial de Clairbois, (1733-1816), ingénieur naval et un historien de la Marine, qui y ajoute ses propres notes. Ce traité est luvre dun marin qui connaît parfaitement la construction des vaisseaux. Frédéric Chapman est né à Göteborg, le grand port suédois de la mer du Nord. A l'âge de 15 ans, il part pour Stockholm afin d'y apprendre l'art de la construction navale. Il ouvre avec un associé un chantier naval à Göteborg dès 1744. Cela ne l'empêche pas de voyager beaucoup et même d'être brièvement arrêté en 1741, alors qu'il visite sans autorisation un chantier anglais. En 1750, il suit les cours de mathématiques de l'anglais Thomas Simpson (1710-1761). Il va ainsi utiliser la méthode de Simpson (calcul numérique d'une intégrale) pour déterminer de façon mathématique les différentes caractéristiques d'un navire (volumes, surfaces, centre de gravité). En 1757, il est engagé par les chantiers royaux suédois. Il en prend la direction sur ordre du roi Gustave III (1771-1792) qui l'anoblit en 1772. Il est alors chargé de relever la flotte suédoise tombée quelque peu en décrépitude. Il construira au total 24 vaisseaux de ligne. Nommé au grade de vice amiral en 1791, il cesse son activité en 1793, alors âgé de 72 ans. L'ouvrage se divise en IX chapitres traitant de chaque aspect de la construction : déplacement, stabilité, centre de gravité, résistance, voiles, proportions des bâtiments et des gréements et pratique de la construction. Il est illustré de 8 tableaux hors texte dont 2 dépliants et de 11 planches hors texte dont 3 dépliantes de schémas de navires en coupe. Exemplaire ayant été utilisé par un chantier de construction britannique : il est truffé dune quarantaine de feuillets manuscrits à lencre dadditions et notes, schémas, tableaux de calcul ainsi que dannotations dans les marges, le tout rédigé en anglais. Ainsi, alors quune édition anglaise était disponible à partir de 1820, des architectes britanniques ont continué à utiliser le présent exemplaire et lont complété par de larges ajouts manuscrits. Provenance : James Ronalds, London (ex-libris manuscrit) et « Institution of Naval Architects, Scott Library Collection, 1930 (étiquette imprimée). 1 vol. in-4 °. 20 fold. Plates + 40 ff. manuscripts inserted at the beginning and at the end of the text, with diagrams, entitled "Carlsunds Elucidation of Chapmas, Parabolic System". Contemp. sheep. French edition translated from the Swedish, of one of the most famous naval architecture treatises produced in the 18th century. Copy with 80 pages of notes and handwritten addendum diagrams in English. In the 18th century, naval architecture is the equivalent of what will be the 20th aerospace industry. However, in 1750 it remains an empirical art based on the knowledge and the eye of some exceptional master carpenters: most military and merchant ships are built without a specific plan, based on simple sketches and arsenal models. Duhamel Du Monceau's work "Elements darchitecture navale" published in 1752, is a revolution. It addresses shipbuilding for the first time in a scientific way and accessible to all. From then, the civil and military shipyards adopt a rational work based on the physical and mathematical sciences and perfectly established plans. This work by Sweden Frederick Henry of Chapman, (1721-1808) appeared for the first time in 1775. Translated into several languages, he will not know an edition in English until 1820 (Smith, Cambridge). This French edition is due to Sébastien Vial de Clairbois, (1733-1816), naval engineer and a naval historian, who adds his own notes. This treatise is the work of a sailor who knew perfectly the construction of the vessels. Frederic Chapman was born in Gothenburg, the great Swedish port of the North Sea. At the age of 15, he left for Stockholm to learn the art of shipbuilding. With a partner he opened a shipyard in Gothenburg from 1744. This did not prevent him from traveling a lot and even being briefly arrested in 1741, when he visited an English shipyard without authorization. In 1750 he took the mathematics classes of English Thomas Simpson (1710-1761). He will thus use Simpson's method (numerical calculation of an integral) to determine mathematically the different characteristics of a ship (volumes, surfaces, center of gravity ...). In 1757, he took the charge of the Swedish royal shipyards for King Gustav III (1771-1792). He was then relieving the Swedish fleet, which had fallen somewhat into decay. He built a total of 24 ships. Appointed Vice Admiral in 1791, he ceased his activity in 1793, when he was 72 years old. The work is divided into IX chapters dealing with every aspect of the construction: displacement, stability, center of gravity, resistance, sails, proportions of buildings and rigging, and construction practice. It is illustrated with 8 out-of-text tables and 11 out-of-text plates, including 3 folding cutaway schematics. Copy used by a British construction site: it is riddled with forty sheets of manuscripts in ink of additions and notes, diagrams, tables of calculation as well as annotations in the margins, all written in English . Provenance: James Ronalds, London (ex libris manuscript) and "Institution of Naval Architects, Scott Library Collection, 1930 (printed label). Thus, while an English edition was available from 1820, some British architects continued to use the present copy and supplemented it with large manuscript additions.

CHAUDRON (François) [Géomêtre Arpenteur du Roi].

Arpentage du territoire dEssertenne.

Gray, 8 janvier 1780. 1780 1 vol in-folio (436 x 300 mm.) de : 75 ff. numérotés en lettres dont [93] pp. manuscrites à l'encre brune, [3] pp. bl., [28] plans aquarellés tracés à l'encre rouge et noire dont 26 à pleine page et 2 sur une page; [4] ff. bl. Plein veau granité d'époque, dos lisse orné et titré sur piéce de maroquin brun, titre de maroquin rouge au centre du premier plat, double filet doré sur les coupes, tranches rouges. (Taches, salissures et défauts d'usage).

Remarquable travail de cartographie des terres dun village de Bourgogne, exécuté par un arpenteur du roi à la fin de lancien régime, époque où la France est engagée dans la guerre dindépendance Américaine. L'arpentage est la technique de la mesure de la superficie des terres, en particulier des terrains agricoles. À l'origine du développement de la géométrie, l'arpentage est né en Égypte ancienne pour permettre le relevé des surfaces agricoles après les crues du Nil. Investi d'une signification quasi religieuse, sa pratique était tenue en haute estime dans la Rome antique ou ces « géomètres » sont appelés, selon les époques : decempedator, finitor, metator, mensor castrorum... À partir du XVIe siècle, le terme d« arpenteur », provenant de l« arpent » qui est lunité de mesure utilisée dans la région de Paris, simpose progressivement. Il sera graduellement remplacé par celui de « géomètre », jusqu alors synonyme de « mathématicien ». Lordonnance Royale de 1669 sur les Eaux et Forêts fixe létat de l« arpenteur royal », lui imposant de vérifier tous les ans par un récolement, la matérialisation des périmètres des forêts royales. LEncyclopédie (1756) et son supplément (1776-1780) définissent larpenteur comme celui qui est capable de mesurer les terrains, les reconnaître, les partager, évaluer un champ et en marquer la position, le mesurer et le diviser. Le travail de larpenteur est matérialisé par des registres constitués de relevés et de plans, dont le présent document est un exemple. Larpenteur observe, récolte des informations, établit des relevés, mesure et fait des calculs à l'aide d'outils spécifiques, comme le sextant, le théodolite, l'alidade, le compas d'arpentage, la toise et la chaîne d'arpenteur. Exécuté de la main de larpenteur du roi François Chaudron, il porte son paraphe à chaque page. En préambule, celui-ci indique : « Arpentage et déclaration des fonds qui composent le territoire dEssertenne avec les plans à la suite sur 27 feuilles, extrait de la minute et du plan général du finage fait en vertu darrêt de la chambre et cour des comptes aides et domaines et finances du Comté de Bourgogne du 12 mars 1766 de lagrément de messire Claude Lambert Du-Val, chevalier Seigneur dudit Essertenne, par moi François Chaudron, géomètre arpenteur du Roy à la maitrise des Eaux et Forêts et Baillage de Gray y résidant ». Et au bas du feuillet 47, Chaudron précise : « La présente déclaration et plans à la suite ont étés extraits des minutes darpentage du finage et territoire dEsserienne par moy, arpenteur du Roy, soussigné, à linvitation du seigneur et des habitants pour valoir et servir ce quil appartiendra, à Gray, huit janvier mil sept cent quatre-vingt ». Lobjet de son travail sont les terres entourant Essertenne, village de lEst de la France situé aujourdhui dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté. Les 47 premiers feuillets donnent la microtoponymie des lieux, la description et la superficie des parcelles ainsi que le nom de leur exploitant ou possesseur : bois, friches, terrains agricoles, vignobles, jardins « Champ du Moulin », « Vigne au bas des montants », « Champs Millot », « Marnière de la Combe de la Cour », « Epie ou saison des Brosses », « les Communaux », « La Varenne », « Le Vaché sauvage », « Les Charbonniéres » « Saisons », « climats », « journaux », « perches » sont les unités de mesures employées : « La Veuve de Nicolas Menetrier, trois huitiemes de journal trente-cinq perches », « La cure dEssertenne, un quart de journal vingt-quatre perches ». Au total, ce sont 1 077 + 93 parcelles qui sont ici nommées et mesurées, colossal ouvrage en temps et en énergie avec les instruments et les moyens de lépoque ! Chaudron consacre ensuite les feuillets 46 et 47 à ses « Observations », qui détaillent les unités de mesure utilisées pour son arpentage : « Douze pouces pour 1 pied, neuf pieds six pouces anciens pour 1 perche, et trois cent soixante perches superficielles pour le journal de terre ». Il présente ensuite 3 exemples darpentages et indique que : « Pour lintelligence et vérification du présent arpentage, on a joint à la suite 27 feuilles de plans qui composent la totalité du territoire et prairie dEssertenne ». Ces feuilles comportent 28 plans finement tracés à l'encre rouge et noire, aquarellés et présentant une échelle graduée et lindication de lorientation du « Septentrion » (Nord). Les parcelles représentées sont dune forme et dune superficie extrêmement variable. À noter la forme démesurément allongée des parcelles de jardins et les bois : à lépoque, ils permettaient aux habitants des campagnes de produire une part essentielle de leur alimentation, de cuisiner et de se chauffer. Précieux témoignage du travail dun « géomètre » de la fin de lancien régime, manuscrit superbement exécuté et illustré, dune grande valeur historique pour la richesse de son contenu technique, toponymique et économique. 1 vol in folio handwritten in brown ink. [28] watercolor plans traced in red and black ink including 26 at full page and 2 on one page. Contemp. calf. Remarkable work of mapping the land of a village in Bourgogne, carried out by a surveyor of the king at the end of the old regime, when France was involved in the American War of Independence. Surveying consists of measuring the area of land, especially agricultural land. The technique is at the origin of geometry and was invented in Ancient Egypt in order to survey agricultural areas after the flooding of the Nile. Invested with a quasi-religious significance, its practice was held in high esteem in ancient Rome where these "geometers" were called, depending on the period: decempedator, finitor, metator, mensor castrorum... From the 16th century onwards, the french term "arpenteur", derived from the "arpent" which is the unit of measurement used in the Paris region, gradually came to be used. Even though It was gradually replaced by the term "géometricien", which until then was synonymous with "mathématicien". The Royal Order of 1669 on Eaux et Forêts set the status of the "arptenteur royal", requiring him to verify every year, by means of a survey, the materialization of the perimeters of the royal forests. The Encyclopedia (1756) and its supplement (1776-1780) define the surveyor as one who is capable of measuring land, recognising it, sharing it, evaluating a field and marking its position, measuring it and dividing it. The surveyor's work is materialized in registers made up of surveys and plans, of which this document is an example. The surveyor observes, collects information, makes surveys, measures and makes calculations using specific tools such as a sextant, a theodolite, an alidade, a survey compass, a survey meter and a surveyor's chain. Carried out by the hand of King François Chaudron's surveyor, the work bears his initials on each page. In the preamble, it reads: "Arpentage et déclaration des fonds qui composent le territoire dEssertenne avec les plans à la suite sur 27 feuilles, extrait de la minute et du plan général du finage fait en vertu darrêt de la chambre et cour des comptes aides et domaines et finances du Comté de Bourgogne du 12 mars 1766 de lagrément de messire Claude Lambert Du-Val, chevalier Seigneur dudit Essertenne, par moi François Chaudron, géomètre arpenteur du Roy à la maitrise des Eaux et Forêts et Baillage de Gray y résidant". And at the bottom of sheet 47, Chaudron specifies: " La présente déclaration et plans à la suite ont étés extraits des minutes darpentage du finage et territoire dEsserienne par moy, arpenteur du Roy, soussigné, à linvitation du seigneur et des habitants pour valoir et servir ce quil appartiendra, à Gray, huit janvier mil sept cent quatre-vingt ". The object of his work are the lands surrounding Essertenne, a village in the East of France, today located in the department of Saône-et-Loire, in the Burgundy-Franche-Comté region. The first 47 sheets give the microtoponymy of the places, the description and the surface area of the plots of land as well as the name of their holder or owner: woods, wasteland, farmland, vineyards, gardens... Champ du Moulin, Vigne au bas des montants, Champs Millot, Marnière de la Combe de la Cour, Epie ou saison des Brosses, les Communaux, La Varenne, Le Vaché sauvage, Les Charbonniéres Saisons, Climats, journaux, perches sont les unités de mesures employées: La Veuve de Nicolas Menetrier, trois huitiemes de journal trente-cinq perches, La cure dEssertenne, un quart de journal vingt-quatre perches. In total, 1,077 + 93 plots of land are named and measured here, a colossal work in time and energy with the instruments and means of the time! Chaudron then devotes sheets 46 and 47 to his "Observations", which detail the units of measurement used for his survey: "Douze pouces pour 1 pied, neuf pieds six pouces anciens pour 1 perche, et trois cent soixante perches superficielles pour le journal de terre". He then presents 3 examples of surveys and states that "Pour lintelligence et vérification du présent arpentage, on a joint à la suite 27 feuilles de plans qui composent la totalité du territoire et prairie dEssertenne ". These sheets consist of 28 finely drawn plans in red and black ink, watercolored, with a graduated scale and an indication of the orientation of the "Septentrion" (North). The plots shown are extremely variable in shape and size. Note the inordinately elongated shape of the garden plots and the woods: at the time, they allowed the country dwellers to produce an essential part of their food, to cook and to heat their houses. Precious testimony to the work of a "géométricien" of the end of the old regime, a superbly executed and illustrated manuscript of great historical value for the richness of its technical, toponymic and economic content.

CHOPART (M.).

Essais sur les évolutions navales, suivis de quelques tables destinées à faciliter l'exécution et a en apprecier la durée. Par M. Chopart, Lieutenant de vaisseau, chevalier de la légion d'honneur, ancien élève de l'école polytechnique.

Paris, Imprimerie Royale, 1839. 1839 1 vol. in-4° (260 x 205 mm.) de: [2] ff. ( t, f.t.); viii pp. (dédicace, présentation, introduction); 310 pp.; 4 planches dépliantes. (Tableaux dans le texte). Demi-basane violine d'époque, papier marbré sur les plats, tranches marbrées.

Édition originale, rare, de ce traité dû au lieutenant de vaisseau Chopart, qui fut animé par la volonté de diffuser à tous les officiers de la Marine les connaissances inhérentes aux manuvres de la Flotte, lacunes considérées comme désastreuses par Chopart puisqu'il n'existait qu'un manuel à bord des bâtiments, la "Tactique", destiné au seul capitaine. Provenance : Jacques Lapierre, enseigne de vaisseau (dédicace manuscrite de lauteur). 1 vol. in-4°. Contemp. half sheep. Scarce original edition of this treaty by naval Lieutenant Chopart, which was animated by the desire to disseminate to all officers of the Navy knowledge inherent in the maneuvers of the Fleet, deficiencies considered disastrous by Chopart since it existed at the time only a manual on board the ships, the "Tactic", intended for the captain alone. Provenance: Jacques Lapierre, navy officer (handwritten dedication by the author).

[CLAUSTRE (A. De) - CERCEAU (Jean-Antoine du)].

Histoire de Thamas Kouli-Kan, nouveau Roi de Perse. Ou histoire de la dernière révolution de Perse arrivée en 1732.

Paris, Briasson, 1742. 1742 1 vol in-12° (173 x 100 mm.) de:[2] ff. (faux titre, titre); 455 pp. (dont table); [6] pp. (errata, approbation, privilège); 1 frontispice gravé (portrait de Thamas Kouli-Kan); 1 carte dépliante (« Carte de la Perse et des états du Mogol pour servir l'histoire de Thamas KOULI KAN »). Cachet humide dune bibliothèque allemande sur le faux titre. (Corps très frais). Plein veau glacé d'époque, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge, filet à froid encadrant les plats, roulette dorée sur les coupes, tranches rouges mouchetées (état superbe).

Édition originale due à lAbbé de Claustre et Jean-Antoine du Cerceau de cette biographie du fondateur de la dynastie des Afsharides, Thamas Kouli-Kan, inconnu de naissance qui s'éleva jusqu'au trône de Perse. De son vrai nom Nadir Châh (1688-1747), il entre au service de Tahmasp, le fils du Shah Husayn et prend le nom de Tahmasp Kouli-Khan (ce qui signifie l'esclave de Tahmasp). Il lutte contre les Turcs avec succès, et quand, en 1732, le Shah transforme sa victoire en désastre par une paix conciliante, Nadir le renverse. Le fils de Tahmasp, Abbas III est alors placé sur le trône avec Nadir comme régent. En 1736, il renverse Abbas à son tour et se proclame Shah, mettant ainsi fin au règne de la dynastie des Safavid. Il a mené de nombreuses campagnes militaires qui connurent un grand succès et sont souvent comparées à celles de Napoléon et de Gengis Khan. En 1747, lors dune campagne contre les rebelles Kurdes, Nadir Shah est assassiné par les officiers de sa propre garde. Bien que la dynastie qu'il fonda - la dynastie d'Afshar (1736-49) - fût de courte durée, Nadir est généralement considéré comme lun des plus grands et plus puissants dirigeants de la Perse. LAbbé de Claustre (XVIIIe siècle-XVIIIe siècle), prêtre du diocèse de Lyon, poursuit d'abord une carrière ecclésiastique et est nommé chanoine en 1736. Il est ensuite le précepteur du comte de Gisors, Louis Marie Fouquet (1732-1758), fils du maréchal de Belle-lsle ; c'est ce que laisse entendre l'épître dédicatoire de son Dictionnaire de mythologie (1745). Puis Claustre devient le précepteur de Jean Benjamin de La Borde (1734-1794), futur fermier-général et valet de chambre de Louis XV (voir G. Thirion, La Vie privée des financiers au XVIIIe siècle, Paris, Plon, 1895, p. 438). Jean-Antoine du Cerceau (1670-1730) est un prêtre jésuite français, poète, auteur dramatique et homme de lettres. Enseignant dans plusieurs collèges de son ordre, il compose pour ses élèves plusieurs pièces, en vers latins ou français, qui ont été jouées dans ces collèges. Il est le plus populaire des auteurs dramatiques jésuites: ses comédies sont imprimées durant plus d'un siècle. Son succès est tel quil est produit à la cour du Roi. Il devient précepteur du prince de Conti et périt accidentellement, tué par son élève qui le frappa involontairement en maniant un fusil! Dans leur ouvrage, les auteurs Claustre et Cerceau nous apportent avec précision les connaissances de l'époque sur la géographie, les richesses, les murs et l'histoire du royaume iranien. En outre, louvrage contient des descriptions du roi perse, Tahmasp II, et de la dynastie des Safavids. L'un des récits les plus célèbres décrits dans ce livre est celui du pillage par Nader Shah des trésors du Grand Moghol. Lillustration se compose dun portrait-frontispice gravé par Pesselier de Thamas Kouli-Kan en ainsi dune dune carte dépliante de la Perse et des États du Mogol pour servir l'histoire de Thamas Kouli Kan. Superbe exemplaire, intérieur très frais. 1 vol. 12mo (173 x 100 mm.) of : [2] ff. (false title, title) ; 455 pp. (including table); [6] pp. (errata, approbation, privilege); 1 engraved frontispiece (portrait of Thamas Kouli-Kan); 1 folding map ("Carte de la Perse et des états du Mogol pour servir l'histoire de Thamas KOULI KAN"). Wet stamp of a German library on the false title. (Very fresh body of text). Full contemporary glazed calf, spine ribbed and decorated, red morocco title-piece, cold fillet framing the boards, gilt roulette on the edges, red speckled edges (superb condition). First edition due to the Abbé de Claustre and Jean-Antoine du Cerceau of this biography of the founder of the Afsharid dynasty, Thamas Kouli-Kan, unknown by birth who rose to the throne of Persia. His real name was Nadir Châh (1688-1747). He entered the service of Tahmasp, the son of Shah Husayn, and took the name "Tahmasp Kouli-Khan" (which means "Tahmasp's slave"). He successfully fought against the Turks, and when in 1732 the Shah turned his victory into a disaster with a conciliatory peace, Nadir overthrew him. Tahmasp's son Abbas III was then placed on the throne with Nadir as regent. In 1736, he overthrew Abbas in his turn and proclaimed himself Shah, thus ending the reign of the Safavid dynasty. He led many successful military campaigns, which are often compared to those of Napoleon and Genghis Khan. In 1747, during a campaign against Kurdish rebels, Nadir Shah was assassinated by the officers of his own guard. Although the dynasty he founded - the Afshar Dynasty (1736-49) - was short-lived, Nadir is generally considered one of the greatest and most powerful rulers of Persia. The Abbé de Claustre (XVIIIth century-XVIIIth century), a priest of the diocese of Lyon, first pursued an ecclesiastical career and was appointed canon in 1736. He was then the tutor of the Count of Gisors, Louis Marie Fouquet (1732-1758), son of the Marshal of Belle-Isle; this is what the dedicatory epistle of his "Dictionnaire de mythologie" (1745) suggests. Then Claustre became the tutor of Jean Benjamin de La Borde (1734-1794), future fermier-général and valet de chambre of Louis XV (see G. Thirion, La Vie privée des financiers au XVIIIe siècle, Paris, Plon, 1895, p. 438). Jean-Antoine du Cerceau (1670-1730) was a French Jesuit priest, poet, playwright and man of letters. A teacher in several colleges of his order, he composed for his students several plays, in Latin or French verse, which were performed in these colleges. He was the most popular Jesuit playwright: his comedies were printed for more than a century. His success was such that he was produced at the King's court. He became a tutor to the Prince of Conti and died accidentally, killed by his pupil who unintentionally hit him while handling a gun! In their work, the authors Claustre and Cerceau bring us with precision the knowledge of the time on the geography, the wealth, the customs and the history of the Iranian kingdom. In addition, the book contains descriptions of the Persian king, Tahmasp II, and the Safavid dynasty. One of the most famous stories described in this book is that of Nader Shah's plundering of the treasures of the Great Mughal. The illustration consists of a portrait-frontispiece engraved by Pesselier of Thamas Kouli-Kan as well as a folding map of Persia and the Mogul states "to serve the history of Thamas Kouli Kan". Superb copy, very fresh inside.

CLEIRAC (Estienne).

Us et coutumes de la mer. Divisés en trois parties. I. De la navigation. II. Du commerce naval, & contrats maritimes. III. De la juridiction de la marine. le tout revu, corrigé et augmenté par lautheur en cette dernière édition.

Rouen, Jean Viret, 1671. 1671 1 vol. in-4° (235 x 163 mm.) de : [4] ff. (faux titre, titre, epitre, extrait du privilège du roi) ; 581 pp. (dont indice des matières) ; 87 pp. (déclarations du roi, ordres) ; [2] pp. (table des déclarations du roi). Plein vélin ancien, dos lisse titré à l'encre, tranches jaspées rouge. (Rares traces de mouillures et rousseurs).

Troisième édition (après 1647 et 1660), la plus complète, de cet ouvrage dEstienne Cleirac (1583-166?), jurisconsulte, maître des requêtes puis procureur du roi, originaire de Bordeaux. Son ouvrage traite des anciennes lois maritimes, dont les fameuses «lois d'Oléron» ou «jugements de la mer» et il contient également quelques commentaires sur la pêche à la baleine. Il est divisé en trois parties : I. « De la navigation », II. « Du commerce naval & contracts maritimes », III. « De la juridiction de la marine : avec un Traicté des termes de marine & reglemens de la navigation des fleuves & rivières ». Deux curieux chapitres sont consacrés à ses compatriotes basques (« Expédition ou Voyage des Basques dans la mer de Groetland », et « Première découverte de l'Amérique par les Basques ») où l'auteur affirme que les Basques ont découvert Terre-Neuve et le Canada cent ans avant Colomb. Il ajoute : « Le pilote, lequel porta la première nouvelle à Christophe Colomb et lui donna la cognaissance et ladresse de ce monde nouveau, fut un de nos basques terreneuvier » ! L'ouvrage est abondamment commenté dans l'Encyclopedia Britannica (11 e éd.), dans le chapitre Sea Laws: «La version de Cleirac tient toutefois probablement au style supérieur dans lequel il a été édité et à l'importance des autres traités sur les questions maritimes qu'il avait proposés. réunis pour la première fois en un seul volume, semble avoir obtenu une préférence en Angleterre par rapport au texte de Garcie et une traduction en anglais de celui-ci a été introduite dans le "Livre noir de l'amirauté" ». Bel exemplaire, conservé dans sa reliure en vélin dorigine, de ce rare traité. Seuls quelques exemplaires sont passés en vente publique ces 30 dernières années. Catalogue général des livres composant les bibliothèques du Ministère de la Marine et des colonies : 875 - D279; Alden & Landis 671/76 ; Brunet V: 1020; JCB (1919) III, p. 213; Kress 1286. 1 vol. in-4°. Contemp. velum. Third edition (after 1647 and 1660), the most complete, of this work of Estienne Cleirac (1583-166?), Jurisconsult, master of the requests then prosecutor of the king, native from Bordeaux. His work deals with the old maritime laws, including the famous "laws of Oléron" or "judgments of the sea" and it also contains some comments on whaling. It is divided into three parts: I. "Of navigation", II. "Naval Trade & Maritime Contracts", III. "Of the jurisdiction of the navy: with a Traicté of the terms of marine & regulations of the navigation of the rivers & rivers". Two curious chapters are devoted to his Basque compatriots ("Expedition or Voyage of the Basques in the Sea of Greenland", and "First discovery of America by the Basques") where the author claims that the Basques discovered Newfoundland and Canada one hundred years before Columbus. He adds: "The pilot who brought the first news to Christopher Columbus and gave him the cognition and the address of this new world, was one of our Basque terreneuvier"! The book is extensively commented on in the Encyclopedia Britannica (11th ed.), In the Sea Laws chapter: "The version of Cleirac, however, is probably due to the higher style in which it was published and the importance of the other treatises on the maritime issues he had proposed. For the first time, in a single volume, it seems to have obtained a preference in England over Garcie's text, and an English translation of it has been introduced in the "Black Book of the Admiralty". Fine copy, preserved in its original vellum binding, of this rare treat: Only a few copies have gone on sale in the last 30 years.

CLEYER (Andreas).

Specimen medicinae sinicae, sive opuscula medica ad mentem sinensium.

Frankfurt, Johann Peter Zubrodt, 1682. 1682 1 vol in-4° (190 x 155 mm) de: [2] ff. (titre et privilège) ; 48 pp. (de nombreux schémas dans le texte) ; 99 pp. (3 schémas dans le texte) ; [11] pp. (dont une planche gravée sur pleine page) ; 54 pp. ; [1] f. blanc ; 16 pp. (de nombreux schémas dans le texte) ; 29 planches gravées sur pleine page. (Manque un titre gravé, quelques feuillets rognés courts avec atteintes au texte, rousseurs et feuillets roussis). Plein vélin ancien à recouvrement, dos lisse titré à l'encre, tranchefils traversant les coiffes, titre manuscrit, boitier de rangement de demi chagrin brun en toile.

Edition originale du premier ouvrage illustré sur la médecine chinoise publié en Europe. Ces traductions du latin résultent d'une version médiévale tardive du Mo cheh (Instructions relatives au pouls) et d'autres courts textes sont l'uvre du jésuite polonais Michael Boym (1612-1659). Ils ont été publiés, sans mention de Boym, par Andreas Cleyer (1634-1697), un médecin de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales qui uvrait à Java dans les années 1660 et plus tard au Japon. Le seul ouvrage occidental imprimé antérieurement sur la médecine chinoise était une courte collection non illustrée de traductions jésuites d'uvres chinoises similaires intitulées : « Secrets de la médecine chinoise » (Grenoble 1671). Les textes traduits ici, dont plusieurs sont de Vam Xo Ho (ou Wang Shu-ho), traitent principalement des théories relatives au pouls, et le lien étroit avec l'acupuncture est largement discuté. Lun des chapitres donne des remèdes pour différents types de troubles du pouls, tandis quun autre sur la matière médicale énumère et décrit 289 plantes, avec des transcriptions phonétiques de leurs noms chinois, et leurs noms latins où les plantes ont été identifiées. La dernière section contient 36 descriptions de divers symptômes pathologiques tels que l'apparence de la langue, illustrés par des gravures sur bois de langues avec des légendes décrivant la décoloration localisée, etc. Les curieuses gravures, copiées d'une source chinoise, probablement Lei ching de Chang Chieh-Pin (1624) comprennent plusieurs gravures anatomiques d'organes ainsi que "les premières cartes d'acupuncture publiées en Occident, malheureusement qualifiées « danatomiques » par les écrivains occidentaux, provoquant beaucoup de confusion et de mauvaises critiques" (Norman). Une partie de la traduction de Boym de la section sur le pouls a été abrégée et paraphrasée en anglais dans le deuxième volume de la montre dimpulsion du Médecin de John Floyer (1707-10). Floyer, vraisemblablement influencé par les théories chinoises, est le premier médecin européen à préconiser des observations régulières du pouls. Choulant-Frank, pp. 362-369; Cordier Sinica II, 1470-71; Garrison-Morton 6492; Lust 1183; Morrison II, 438; NLM/Krivatsy 1734-35; Norman 489; Pfister pp. 274-75; Waller 9107; Wellcome II, p. 359. 1 vol in-4° of: [2] ff. ; 48 pp. ; 99 pp. ; [11] pp. ; 54 pp. ; [1] f. blank ; 16 pp. ; 29 plates engraved on full page and numerous woodcut text. (Lacking an engraved title, a few short trimmed leaves with damage to the text, freckles and scorched leaves). Ancient vellum. First edition of the first illustrated work on Chinese medicine published in Europe. These Latin translations of a late medieval version of the Mo cheh (Instructions relating to the pulse) and other short texts were the work of the Polish Jesuit Michael Boym (1612-1659). They were published, with no mention of Boym, by Andreas Cleyer ( 1634-1697), a physician with the Dutch East India Company who served in Java in the 1660s and later in Japan. The only earlier printed Western work on Chinese medicine was a short unillustrated collection of Jesuit translations of similar Chinese works entitled Secrets de la medicine chinoise (Grenoble 1671). The texts translated here, of which several are by Vam Xo Ho (or Wang Shu-ho), deal primarily with theories relating to the pulse, and the closely related subject of acupuncture is discussed extensively. One chapter gives remedies for various types of disorders of the pulse, while the chapter on materia medica lists and describes 289 plants, with phonetic transcriptions of their Chinese names, and their Latin names where the plants have been identified. The final section contains 36 descriptions of various pathological symptoms as manifested in the appearance of the tongue, illustrated by woodcuts of the tongue with captions describing localized discoloration, etc. The curious engravings, copied from a Chinese source, probably Chang Chieh-Pin's Lei ching (1624) include several anatomical engravings of organs as well as the first acupuncture charts published in the West; unfortunately, these were dubbed 'anatomical' by Western writers, causing much confusion and misguided criticism. A portion of Boym's translation of the section on the pulse was abridged and paraphrased in English in the second volume of John Floyer's Physician's pulse-watch (1707-10). Floyer, presumably influenced by Chinese theory, was the first European physician to advocate regular observations of the pulse.

COLUMBUS (Fernando).

La vie de Cristofle Colomb, et la decouverte quil a faite des Indes occidentales, vulgairement appellées le Nouveau monde. Traduite en François. [par Charles Cotolendy].

Paris: Claude Barbin et Christophe Ballard, 1681. 1681 2 parties reliées en 1 vol. in-12° (167 x 96 mm.) de: (12) ff. ; 262 pp. ; (1) f. bl. ; (12) ff., 260 pp. (Salissures, défauts d'usage, 2 ff. restaurés, divers ex-libris et cachets humides anciens sur les p. de titre). Pleine basanne 18 ème, dos lisse, titre de maroquin brun, tranche-fils de papier bleuté. (Dos discrétement restauré).

Première édition française, traduite de l'original italien (1571, Venise) de cette biographie de Christophe Colomb par un de ses contemporains qui le connaissait le mieux : son fils Ferdinand. Henry Vignaud, critique sévère des origines de la soi-disant légende de Columbus, l'a jugé "la plus importante de nos sources d'information sur la vie du découvreur de l'Amérique", et Washington Irving l'a honoré comme "la pierre angulaire". de l'histoire du continent américain. " Un historien plus récent, Benjamin Keen, traducteur et éditeur de Historie de Ferdinand - publié sous le titre « The Life of Admiral Christopher Columbus by his sohn Ferdinand (1959) la considère comme «une uvre de grande autorité» et continue: « L'Histoire de Ferdinand est plus ... qu'une source riche et fidèle d'informations sur Christophe Colomb, c'est aussi un document personnel émouvant qui recrée l'atmosphère morale et intellectuelle du monde de Colomb et les passions tourbillonnantes dont il était le centre ». « Pour le reste, le livre de Ferdinand a les vertus irrésistibles d'une histoire d'aventure splendide : c'est en grande partie un récit d'action direct ... le moment haletant de découverte, naufrage, tempête, bataille avec des mutins ou Indiens, ou marronnage. » Ferdinand accompagna son père, Amiral de la Mer Océan, lors de son quatrième voyage en Amérique en 1502-1504, l'aventure la plus difficile et la plus désastreuse de toutes. Il écrit donc pour partie de son expérience, du récit de son père concernant les autres voyages et de l'accès unique à ses papiers. Que la première édition de l'Historie n'ait été publiée que plus de trente ans après la mort de son auteur, et en italien plutôt qu'en espagnol, est expliquée dans ce passage de la vie de Columbus par l'amiral Samuel Eliot Morison (1942) : «Ferdinand commença très tôt la biographie que nous ne connaissons pas, mais elle ne fut achevée que peu de temps avant sa mort: le manuscrit, disparu depuis, fut emmené par D. Luis Colon, petit-fils de l'amiral, en Italie en 1568 avant qu'une édition espagnole est pu été imprimée, et le seul texte qui subsiste est une traduction italienne d'Alfonso Ulloa imprimée à Venise en 1571. » Don Luis, fils de Diego, était le «petit-fils playboy du découvreur» (Keen), qui s'intéressait à des sujets plus vivants que les papiers de famille. Ainsi, il cédat le manuscrit de l'Histoire de Ferdinand à un riche médecin génois, Baliano de Formari, qui a assuré la traduction et la publication, et à qui l'ouvrage est dédié. A noter : au cours du siècle dernier, l'Américain Henry Harrisse a émis des doutes quant à la paternité de Ferdinand sur la base de preuves qui semblaient impressionnantes à l'époque. La découverte de preuves ultérieures tend à réfuter fortement la conclusion de Harrisse et démontre les pièges de la conjecture bibliographique, même quand faite par des experts.) Quand Ferdinand Columbus (né en 1488) était un jeune garçon il est devenu page auprès de l'héritier espagnol, le prince Juan, et plus tard de la mère du prince, la reine Isabelle. À treize ans, en 1602, il se rendit en Amérique avec son père, puis de nouveau, en 1609, avec son frère aîné, Diego, qui était gouverneur d'Hispaniola (St Domingue). Par la suite, il voyagea beaucoup en Europe, servit le gouvernement espagnol avec sa connaissance des colonies et de la géographie, et agit comme conseiller juridique de Diego dans ses différends avec la Couronne sur les droits des héritiers du Découvreur. Il est probable que son historique basé en partie sur des documents rassemblés pour servir sa défense en cas de litige. La part de Ferdinand dans la succession de son père comprenait les revenus du travail de 400 esclaves à Hispaniola, ce qui, avec plusieurs sinécures royales, en fit un homme riche. Une grande partie de son argent qu'il a dépensé pour les livres et les manuscrits et la collection est devenue sa dépense la plus importante. Sa bibliothèque de plus de 15 000 volumes a été léguée au chapitre de la cathédrale de Séville. En raison de siècles de négligence, la collection s'est réduite à environ 2.000 volumes, mais la « Bibliotheca Colombina », comme on l'appelle, reste néanmoins l'un des grands trésors des livres. 2 parts in 1 vol. in-12°. 18th cent. sheep. First French edition, translated from the original Italian (1571, Venise), of the first biography of Christopher Columbus, by one of his contemporaries who knew him best, his portside son, Ferdinand. Henry Vignaud, severe critic of the origins of the so-called Columbus Legend, judged it to be "the most important of our sources of information on the life of the discoverer of America," and Washington Irving honored it as "the corner-stone of the history of the American continent." A more recent historian, Benjamin Keen, translator and editor of Ferdinand's Historie - published as The Life of Admiral Christopher Columbus by His Son Ferdinand, New Brunswick, N. J. (Rutgers University Press), 1959 - calls it "a work of great authority," and continues: "Ferdinand's Historie is more than a rich and faithful source of information about Columbus. It is also a moving personal document that vividly re-creates the moral and intellectual atmosphere of Columbus's world and the swirling passions of which he was the center. . . .."For the rest, Ferdinand's book has the irresistible virtues of a splendid adventure story. It is in large part a straightforward narrative of action . . . the breathless moment of discovery, shipwreck, storm, battle with mutineers or Indians, or a marooning." Ferdinand accompanied his father, Admiral of the Ocean Sea, on his fourth voyage to America in 1502-1504, the most difficult and disastrous adventure of them all. He wrote, therefore, from participation, from verbal narrative from his father's lips concerning the other voyages, and from unique access to his father's papers. That the first edition of the Historie was not published till more than thirty years after its author's death, and in Italian rather than the Spanish in which it was written, is accounted for in this passage from Admiral Samuel Eliot Morison's life of Columbus (1942). "How early Ferdinand began the biography we do not know, but it was not finished until shortly before his death. The manuscript, which has since disappeared, was taken by D. Luis Colon, the Admiral's grandson, to Italy in 1568, before any Spanish edition had been printed; and the sole surviving text is an Italian translation by Alfonso Ulloa printed at Venice in 1571." Don Luis, son of Diego, was the "playboy grandson of the Discoverer" (Keen), who was interested in livelier matters than family papers. He sold the manuscript of Ferdinand's Historie to a wealthy Genoese physician, Baliano de Formari, who underwrote the translation and publication, and to whom the work is dedicated. (Parenthetically, in the past century doubt of Ferdinand's authorship was cast by the able Americanist, Henry Harrisse, on the basis of evidence which seemed impressive at the time. Discovery of subsequent evidence strongly tends to refute Harrisse's conclusion and demonstrates the pitfalls of bibliographical conjecture, even when made by experts.) When Ferdinand Columbus (born in 1488) was a young boy he became a page to the Spanish heir apparent, Prince Juan, and later to the Prince's mother, Queen Isabella. At thirteen, in 1602, he went to America with his father, and again, in 1609, with his elder brother, Diego, who was Governor of Hispaniola (Espafiola). Thereafter, he traveled widely in Europe, served the Spanish government with his knowledge of the colonies and of geography, and acted as Diego's legal adviser in the latter's disputes with the Crown over the rights of the heirs of the Discoverer. It is likely that his Historic based in part upon documents gathered to present his case, grew naturally out of this litigation. Ferdinand's share of his father's estate included the income from the labor of 400 slaves in Hispaniola, which, along with several royal sinecures, made him a wealthy man. Much of his money he spent for books and manuscripts and collecting became his most important pursuit. His library of more than 15,000 volumes was bequeathed to the cathedral chapter of Seville. Because of centuries of neglect the collection has shrunk to about 2,000 volumes, but the Bibliotheca Colombina, as it is known, nevertheless remains one of the great treasure-houses of books.

COMBLES (Charles-Jean, de).

L'ecole du jardin potager. Contenant la description exacte de toutes les plantes potageres [...] Troisieme edition, augmentee du Traite de la Culture des Pêchers.

Paris, Didot le jeune, Delalain, 1780. 1780 2 vol. in-12° (171 x 104 mm.) de : I. 1 frontispice gravé, vi, 512 pp., 120 pp. (traité de la maniére de semer); II. [1] f. (t.), 396 pp.; xii, 167 pp. (traité de la culture des pêcher). Pleine basanne d'époque, dos à nerfs orné, titre et tomaison de maroquin rouge et noir. (Défauts d'usage aux coins et coiffes).

Nouvelle édition augmentée de cet ouvrage de référence sur le jardinage de lagronome et écrivain français Charles-Jean de Combles (1741-1803). Né à Lyon il publie plusieurs traités sur son passe-temps favori quil développe à Naples, le jardinage. Plus tard, il se lance dans la publication douvrages historiques et érotiques. Il meurt sans doute vers 1770. Dans ces deux volumes, explication est faite de tout ce quil est bon de savoir pour pratiquer le jardinage : « les plantes potagères, leur culture, les terres, leur situation, les climats qui leur sont propres, leurs propriétés, les différents moyens de les multiplier, le temps de recueillir leurs graines, leurs durée etc. ». Sont ainsi expliquées, les cultures de la laitue, la capucine ou encore du fenouil. Lécole du jardin potager est considérée comme son ouvrage le plus abouti. Bel exemplaire. 2 vol. in-12°. Contemp. sheep. New expanded edition of this reference book on gardening by the French agronomist and writer Charles-Jean de Combles (1741-1803). Born in Lyon he published several treatises on his favorite pastime he developed in Naples: gardening. Later, he starts publishing historical and erotic books. This work gives explanations of all that is good to know to practice gardening: "the vegetable plants, their culture, the lands, their situation, the climates, the different ways of multiplying them, the time to collect their seeds, their duration, and so on... The school of the vegetable garden is considered as his most successful work. Fine copy.

[COMPAGNIE DES INDES HOLLANDAISE/DUTCH WEST INDIA COMPANY].

Ordonnances, privileges, franchises, et assistances octroyez & concedez. Par les tres-hauts & puissans Seigneurs, les Estats Generaux des Prouinces unies du Pays-bas. A la Compagnie des Indes Occidentales, par leurs Edicts du 9. Iuin 1621. 10. Iuin 1622. & lAmpliation du 21. Iuin 1623.

Paris, Jean Anthoine Joallin, 1623. 1623 1 vol in-12 (150 x 92 mm). 36 pp. Cartonnage de papier marbré moderne.

Première édition en français traduite du néelandais de cette charte de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, une société commerciale et colonisatrice, affrétée par les États généraux de la république hollandaise en 1621 et organisée en 1623. Aux termes de cette charte, aucun citoyen des Pays-Bas ne pouvait commercer avec n'importe quel point sur la côte africaine entre le tropique du Cancer et le cap de Bonne-Espérance ou sur la côte américaine entre Terre-Neuve et le détroit de Magellan sans la permission de la compagnie. La compagnie était responsable devant les États généraux dans des affaires plus vastes, comme la déclaration de guerre, mais disposait par ailleurs d'un pouvoir administratif et judiciaire presque complet sur son territoire. 1 vol in-4°. 36 pp. Modern marbled boards. First edition in French of this charter of the Dutch West India Company: trading and colonizing company, chartered by the States-General of the Dutch republic in 1621 and organized in 1623. By the terms of the charter no citizen of the Netherlands could trade with any point on the African coast between the Tropic of Cancer and the Cape of Good Hope or on the American coast between Newfoundland and the Straits of Magellan without the companys permission [see p.3]. The company was responsible to the States-General in larger matters, such as declaring war, but otherwise had almost complete administrative and judicial power in its territory.

CORNIL (Gaston).

[Carnet de croquis et de dessins]. [Notebook of sketches and drawings].

Paris, 1918-1919 1918 1 vol. in-folio (270 x 220 mm.) de : [59] ff. (regroupant 32 croquis, esquisses, dessins en noir ou en couleurs utilisant différentes techniques : mine de plomb, fusain, crayon, gouache, aquarelle, paste) ; certains dessins légendés ; un dessin signé. Pleine toile écrue, dos lisse muet, lacet de maintien et foureau pour crayon, pointillets de prédécoupage à la base des feuillets dont une partie ont été détachés par l'artiste.

Charmant carnet dartiste composé de croquis et dessins exécutés vers 1918-1919. Son auteur, le peintre Gaston Cornil, né en 1883, figure dans le « Dictionnaire des peintres de Montmartre ». Artiste paysagiste, portraitiste, illustrateur, il est aussi lauteur de séries de cartes postales et daffiches publicitaires. Dans les années 1910, Cornil expose au « salon de lécole Française », salon dont il deviendra le président après la guerre 14-18. Ce salon de prestige, créé en 1903 par le peintre Paul de Plument de Bailhac proposait un art classique : post-paysagiste dans la lignée de l'école de Barbizon et l'art du portrait mondain. Organisé pendant des décennies au Grand Palais, puis au Musée du Luxembourg, ce salon se tient aujourdhui dans les salles royales de la Madeleine. A lépoque ou Gaston Cornil en devient le président, le salon présente de nombreux peintres postimpressionistes. D'autres artistes les rejoignent dont certains du groupe "Montparnasse" réunis sous le vocable de "la Horde". Ont également participé à ce salon des membres de l'Institut et autres grands artistes reconnus tels que : Boudin, Landowsky, Grange, Cheyssial, Decaris, Belmondo, Lartigue, Cocteau, Marais, Mac Avoy, Deplanque, Terzieff, Falcucci, Poirier, Ciry, de Solère, Tchepik, Coquillay... Les uvres de Gaston Cornil, assez rares sur le marché, figurent dans les ventes publiques en Europe et aux EU depuis les années 1960. Par deux fois, en 1955 et 1960, lÉtat Français s'est porté acquéreur de ses uvres. Le présent carnet est, daprès nos recherches, le seul connu de cet artiste disparu sans ayant-droits. Il se compose de 32 croquis, dessins au crayon noir et en couleurs utilisant différentes techniques (mine de plan, fusain, crayon, gouache, aquarelle, pastel). Outre des paysages de Paris et de sa région joliment exécutés et représentatifs de luvre connue de lartiste, ce carnet est garni de nombreux portraits pris sur le vif : dont une quinzaine de personnages féminins, un ouvrage à la main, en tenue de sortie ou de soirée ou dans leur intimité. Ces dessins sont particulièrement réussis, de la simple esquisse au dessin en couleur parfaitement achevé. Dans dautres dessins, lartiste exprime son humour : 2 officiers anglais marchand sur les Champs Elysées en aout 1918, soldats français, personnages burlesques A noter une étude préparatoire dune affiche similaire à celle quil a produit pour la « Compagnie Hypmobile », ainsi quune carte postale de sa série consacrée à la grande crue de la Seine de 1909. Emouvant témoignage sur Paris à lorée des « années folles ». 1 vol. in-folio of : [59] ff. (grouping 32 sketches, sketches, drawings in black or color using different techniques: graphite, charcoal, pencil, gouache, watercolor, paste); some drawings with captions; one signed drawing. Full cloth. Charming artist's notebook composed of sketches and drawings made around 1918-1919. Its author, the painter Gaston Cornil, born in 1883, appears in the "Dictionnaire des peintres de Montmartre". Landscape artist, portraitist, illustrator, he is also the author of series of postcards and advertising posters. In the 1910s, Cornil exhibited at the "Salon de l'Ecole Française", a salon of which he became president after the First World War. This prestigious salon, created in 1903 by the painter Paul de Plument de Bailhac, proposed a classical art: post-landscape painting in the tradition of the Barbizon school and the art of worldly portraiture. Organized for decades at the Grand Palais, then at the Musée du Luxembourg, this exhibition is now held in the royal rooms of the Madeleine. At the time when Gaston Cornil became its president, the exhibition presents many post-impressionist painters. Other artists joined them, including some from the "Montparnasse" group, which was known as "la Horde". Members of the Institute and other great artists such as: Boudin, Landowsky, Grange, Cheyssial, Decaris, Belmondo, Lartigue, Cocteau, Marais, Mac Avoy, Deplanque, Terzieff, Falcucci, Poirier, Ciry, de Solère, Tchepik, Coquillay... also participated in this exhibition. The works of Gaston Cornil, quite rare on the market, have appeared in public sales in Europe and the USA since the 1960s. Twice, in 1955 and 1960, the French State acquired his works. The present notebook is, according to our research, the only one known of this artist who disappeared without any rights. It is composed of 32 sketches, drawings in black and color pencil using different techniques (pencil lead, charcoal, pencil, gouache, watercolor, pastel ...). In addition to beautifully executed landscapes of Paris and its region, representative of the artist's known work, this notebook is filled with many portraits taken on the spot: including about fifteen female characters, a work in hand, in their outgoing or evening dress or in their intimacy. These drawings are particularly successful, from a simple sketch to a perfectly finished color drawing. In other drawings, the artist expresses his humor: 2 English merchant officers on the Champs Elysées in August 1918, French soldiers, burlesque characters... Note a preparatory study for a poster similar to the one he produced for the "Compagnie Hypmobile", as well as a postcard from his series devoted to the great flood of the Seine in 1909. Moving testimony on Paris at the beginning of the "Roaring Twenties".

CORROYER (E.).

Description de l'abbaye du Mont Saint-Michel et de ses abords.

Paris, Dumoulin, 1877. 1877 1 vol. in-8° (225 x 140 mm.) de : XVI ; 434 pp. ; [3] ff. ; 1 grand plan dépliant hors-texte rehaussé en couleurs ; 1 frontispice ; 5 eaux-fortes gravées par L. Gaucherel d'après l'auteur ; plus de 130 figures gravées sur bois dont deux dépliantes. Index. Demi-veau à coins d'époqe, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, tranche supérieure dorée, gouttière et tranche de queue non-rognées. (Corps d'ouvrage et reliure trés frais ainsi que la reliure).

Edition originale de cet ouvrage du à l'architecte français Édouard-Jules Corroyer (1835-1904), qui reçu en 1878 la mission de restaurer le Mont-Saint-Michel. Son ouvrage constitue la premiere publication technique sérieuse consacrée au Mont-Saint-Michel. Somptueux travail typographique et un des rares exemplaires tirés sur papier de Hollande. 1 vol. in-8° (225 x 140 mm.) of : XVI ; 434 pp. ; [3] ff ; 1 large colored folding plan ; 1 frontispiece ; 5 etchings engraved by L. Gaucherel after the author; more than 130 woodcut figures, including two foldings. Index. Contemp. half calf with corners, ribbed and ornate back, red morocco title piece, gilt upper edge, gutter and tail section untrimmed. (Very fresh book block and binding). Original edition of this work by the French architect Édouard-Jules Corroyer (1835-1904), who in 1878 received the mission to restore Mont-Saint-Michel. His work constitutes the first serious technical publication devoted to Mont-Saint-Michel. Sumptuous typographical work and one of the rare copies printed on paper from Holland.

COTTEAU (Edmond).

Six mille lieues en soixante jours.

Auxerre, Imprimerie de Gustave Perriquet, 1877. 1877 1 vol. in-8° (247 x 158 mm) de : 138 pp. (dont titre) ; [1] f. (table) ; 1 carte dépliante. Brochage éditeur. (Traces de mouillures claires et rousseurs).

Journaliste et photographe, Edmond Cotteau (1833-1896) devient collaborateur pour Le Temps et Le Tour du monde, menant une vie de globe-trotter et prenant des clichés d'une rare qualité pour son époque. Il voyage dans les Amériques en 1876-1877, les Indes en 1878-1879, en Europe centrale, au Japon et revient en Chine et en Indochine en 1881-1882. Il réalise un tour du monde par la mer en 1883-1884, en 364 jours, largement couvert par la presse française. Il est aussi agent secret au service de la France. Il fournit dans ses récits de voyages de nombreux détails sur larchitecture et les murs des peuples rencontrés. 1 vol. in-8° (247 x 158 mm) of : 138 pp. (including title) ; [1] f. (table) ; 1 folding map. Publisher broaching. (Traces of clear dampstaining and foxing). Journalist and photographer Edmond Cotteau (1833-1896) became a contributor to Le Temps and Le Tour du monde, leading a globe-trotting life and taking pictures of a rare quality for his time. He traveled to the Americas in 1876-1877, India in 1878-1879, Central Europe, Japan and returned to China and Indochina in 1881-1882. He made a circumnavigation of the world by sea in 1883-1884, in 364 days, widely covered by the French press. He was also a secret agent in the service of France. In his accounts of his travels, he provides many details on the architecture and customs of the people he met.

CRAPELET (Georges Adrien).

Souvenirs de Londres en 1814 en 1816, suivis de l'histoire et de la description de cette ville dans son état actuel.

Paris, Crapelet, 1817. 1817 1 vol. in-8° (210 x 133 mm.) de : VI -281 (1) pp. ; [1] ff. ; 1 plan dépliant de Londres gravé par Moisy et de 12 planches hors-texte. Cartonnage de papier à la colle bleu d'époque, étiquette de titrage éditeur au dos, non rogné, emboitage moderne de protection.

Intéressante description de Londres et de ses habitants, inspirée dauteurs anglais tels que : Fitzstephen, Maitland ou encre Clarendon. Exemplaire dans son brochage éditeur dorigine, publié en 1817 par la célèbre imprimerie Carpelet à Paris et illustré par Jean-Jérôme Baugean. Cet ouvrage est un récit pittoresque de la capitale anglaise, ses monuments et son économie, sa qualité de vie, la mentalité des anglais à cette époque et surtout l'ambiance qui y régnait à deux périodes différentes. Lensemble comporte 12 planches illustrant la capitale ainsi quun plan dépliant de cette dernière. 1 vol. in-8°. Publisher rappers. Interesting description of London and and its inhabitants, inspired by English authors such as: Fitzstephen, Maitland or Clarendon ink. Copy in original publisher rappers, published in 1817 by the famous printing press Carpelet in Paris and illustrated by Jean-Jérôme Baugean. This book is a picturesque account of the English capital, its monuments and its economy, its quality of life, the mentality of the English at that time and especially the atmosphere that reigned there at two different periods. The work includes 12 plates illustrating the capital and a folding map in-fine.

D'ABBEVILLE (Claude).

Histoire de la mission des pères capucins en l'isle de Maragnan et terres circonvoisines, où est traicté des singularitez admirables et des murs merveilleuses des Indiens habitans de ce pais. (...).

Paris, François Huby, 1614. 1614 1 vol. in-12° (167 x 110 mm.) de : [8] ff. (Titre-frontispice gravé, épître, permission et approbations, privilège, table des chapitres) ; 395 ff. (Dont préface, erreurs de pagination sans incidence) ; 7 pl. hors-texte ; [35] pp. (table des choses les plus remarquables contenues en cette histoire). Bandeaux et lettrines. (Petites taches et mouillures marginales, quelques feuillets roussis par oxydation du papier, travaux de vers dans les marges, ensemble assez frais et beau tirage des gravures). Plein vélin d'époque, tranche-fils traversant les coiffes, trace de à lacets, dos à nerfs titré à l'encre brune, tranches jaspées.

Exemplaire de toute rareté d'une des premières publications consacrées aux tentatives françaises de colonisation du Brésil et précieuse source, en partie unique, dinformations ethnographiques et géographiques. A lorée du 16ème siècle, les Français mènent plusieurs tentatives de colonisation en Amérique, avec des succès au Nord (fondation de la Nouvelle France par Samuel Champlain), et quelques installations avortées au Sud. Claude d'Abbeville, né à Abbeville, est un missionnaire capucin qui participe, en 1612, à la tentative de colonisation française de la France équinoxiale au Brésil (Saint Louis de Maragnan, située dans lembouchure de la rivière Mearim). L'éphémère colonie s'implante avec le soutien de la reine régente Marie de Médicis qui nomme les Sieurs de La Ravardière et de Razilly « Lieutenants du Roi de France en l'île de Maragnan» et envoie des missionnaires Capucins pour exercer leur apostolat auprès des tribus tupinambas. De cette expérience coloniale est issu un corpus d'écrits composé de lettres apologétiques envoyées du Brésil par les Capucins et surtout de deux importants récits. Le premier est le présent ouvrage publié en 1614, récit complet du voyage à Maranhão de son auteur, le père Claude d'Abbeville, jusqu'à son retour en France accompagné du Sieur de Razilly et de six ambassadeurs tupinambas. La publication de ce livre, dans une édition luxueuse, ainsi que les cérémonies solennelles et l'impression des gravures représentant les ambassadeurs visaient à encourager de nouveaux commanditaires et à préparer une possible émigration vers la colonie brésilienne. Il sagit ainsi en partie dun ouvrage de « propagande » comparable à celui de Marc Lescarbot (Histoire de la Nouvelle France, 1609) publié dans le but dencourager des français à tenter l'aventure. La situation n'est plus la même un an plus tard : en 1615, quand le capucin Yves d'Évreux fait publier le second ouvrage intitulé « Suite de l'Histoire des choses mémorables advenues en Maragnan, des années 1613 & 1614 [] ». Ce dernier n'a cependant jamais été connu du public, car le tirage a été détruit dans les ateliers de l'imprimeur François Huby. Néanmoins, François de Razilly réussit à sauver un seul exemplaire du livre, hélas endommagé. Le fait nous est raconté dans une lettre qu'il fait imprimer et relier soigneusement avec le récit, et qu'il offre au roi Louis XIII en 1617. Conscient des intérêts politiques qui menaçaient de compromettre l'entreprise coloniale, Razilly y révèle les circonstances qui ont conduit la « faction espagnole », qui soutenait le projet de mariage du jeune Louis XIII avec l'infante Anne d'Autriche, à exercer des pressions pour que les Français quittent le Maranhão. C'est pour ces raisons que la couronne de France renonce à soutenir davantage sa colonie brésilienne, démantelée en novembre 1615 par les forces portugaises. En France, la dimension politique et religieuse du projet missionnaire du Maranhão trouve sa meilleure expression lors de la réception des ambassadeurs tupinambas à Paris, en 1613-1614. Toujours accompagnés de Claude d'Abbeville et du Sieur de Razilly, les deux ambassadeurs sont menés au Louvre afin de rendre hommage au roi de France et de soumettre « leur terre & leurs personnes à son sceptre», le reconnaissant comme «leur Roy & Souverain Monarque de leur païs » (pp.340-341). Le présent ouvrage de Claude d'Abbeville est publié à deux reprises au début de l'année 1614, dans ce contexte d'euphorie lié, d'une part, à la présence des Tupinambas à Paris, de l'autre, à l'urgence du départ d'une deuxième compagnie vers le Maranhão, pour pourvoir aux besoins matériels et humains de la France Équinoxiale. La présente édition est publiée immédiatement après la première, imprimée à la hâte à son retour quelques mois plus tôt et rapidement épuisée. Sortis des mêmes presses, les deux tirages ne diffèrent que par quelques différences typographiques mineures (fautes de la premier corrigées entrainant la suppression de lerrata et index amplifié, passant de 27 à 35 pp.) Depuis la parution, en 1551, du livret signalant la participation d'une cinquantaine de « sauvages » à la fête brésilienne organisée pour l'Entrée Royale d'Henri II à Rouen, toute une série de documents attestent la présence de « brésiliens » en France. C'est aussi à Rouen, en 1562, que Montaigne rencontre les trois Brésiliens présentés au roi Charles IX, qui leur « parla à eux long temps », et auxquels on « fit voir nostre façon, nostre pompe, la forme d'une belle ville » (Essais, Livre I, chapitre XXI). En 1566, à Bordeaux, un autre défilé avec des Indiens du Brésil avait été organisé en hommage à Charles IX. La propagande monarchique qui inspire les cérémonies parisiennes de 1614 suit de près les principes apostoliques modernes chers aux capucins. D'une part, les missions constituent un temps fort du progrès du sentiment divin habitant virtuellement tout homme. De l'autre, la dévotion collective participe du processus politique d'émergence d'une communauté catholique universelle, qui embrasserait ainsi l'île des Tupinambas aussi bien que le royaume de France. Louvrage de Claude dAbbeville débute par un très beau frontispice finement gravé figurant des scènes de dévotion et dhistoire religieuse. Le récit de D'Abbeville offre la première description imprimée de Maranhao (Sabin), et « nous donne des informations précieuses concernant la religion et l'astronomie des Tupis, qui ne se trouvent dans aucun autre écrit (Borba de Moraes) ». Une gravure placée en regard de la p. 90 représente lérection dune croix sur le rivage par les membres de lexpédition : « La croix estant plantée, comme il est dit, lIsle fut aussi beniste, pendant que du fort et de nos vaisseaux on tiroit force canonades en signe de rejouissance ». DAbbeville nous livre en outre de larges descriptions des coutumes, des lois et de la vie sociale de ces insulaires chasseurs-cueilleurs : « Cest un peuple à la vérité qui ne veut être conduit par la rigueur, ainsi seulement par la douceur et par la raison. Ils sont fort ingenieux et industrieux pour faire tout ce quils ont de besoin, soit par la chasse, soit pour la pesche, soit pour la guerre. Ils ont mille façons jolies pour enjoliver et embellir leurs arcs, leurs flèches, leurs ornements de plumes, et pour faire tous leurs outils et ce dont ils se servent ordinairement. » (p.316). La dernière partie du livre contient le récit du voyage en France des six indiens Tupinamba. Malheureusement, ces sud-américains contractent des maladies européennes et trois d'entre eux périssent avant de pouvoir être « correctement honorés ». Le récit de ce périple peu banal pour lépoque est illustré de gravures représentant ces insulaires, avec leur nom gravé en haut : François Carypyra, Jacques Patoua et Anthoine Manen représentés dans leurs tenues traditionnelles, vêtu dun pagne de feuilles, avec arcs et flèches. Le corps du premier est entièrement couvert dun tatouage à motif géométrique. Suivent Louis Marie, Louis Henri et Louis de Saint Jehan quant à eux en habits dapparats européens avec fraises, des chapeaux à plumes et des fleurs en main. Autant que l'efficacité de la propagande de l'uvre missionnaire capucine, c'est l'image de l'indien bon, disposé à se convertir, qui est ici diffusée. Dans ces récits et images qui participent d'une occidentalisation plus générale, les indiens sont « décontextualisés », abstraits de ce qu'on peut appeler « la coutume indigène ». Ainsi s'exprime Claude d'Abbeville lors de son arrivée en France : « [...] nous estions avides de faire voir aux François les fruits de nostre Mission & comme les premières greffes de nostre nouvelle Colonie » (p.334). Tels des « greffes » de la nouvelle France, les Tupinambas sont détachés de la « réalité sauvage » et servent le spectacle de la conversion à la religion et à la civilisation des français. Nul ne se doutait, alors, que le Maranhão ne serait jamais français. Ni que Saint-Louis survivrait malgré tout sur ces terres équinoxiales, dans des corps métis. [A noter que deux estampes ont été imprimées avant la parution du récit de Claude d'Abbeville et divulguées à Paris. Elles montraient les Tupinambas en spectacle exotique et édifiant, intégrés à l'ordre monarchique et catholique des cérémonies solennelles. La première de ces estampes est une gravure sur cuivre, diffusée vers avril et juin 1613, sur laquelle six sauvages sont représentés, trois de face et trois de dos. Ils semblent exécuter une danse, des hochets à la main. Deux d'entre eux portent sur la tête des plumages qui leur tombent au long du dos et le reste de leur costume est français (la fraise, le justaucorps, les culottes bouffantes, les bas roulés, les souliers lacés et la croix en pendentif). La seconde gravure, réalisée cette même année 1613 et vendue à « Paris, chez Michel de Malebourse à la rue Monorgueil », représente la scène du Baptême des trois Tupinambas dans l'église des Capucins. Cette fois, trois Indiens catéchumènes sont à genoux devant le Roi, en présence des capucins, de la Régente et des représentants de la Cour. Trois strophes versifiées, placées sous l'image, évoquent l'ordre monarchique et catholique dans lequel s'inscrit la présence des « étrangers » à la Cour française, venus « s'instruire en la religion » et rendre hommage au Roi.] Le présent ouvrage est considéré comme une véritable rareté : les historiens Alfred Métraux et Jacques Lafaye, dans leur introduction à la réédition du présent ouvrage en 1963, ne notent que 10 exemplaires encore existants : « il ne reste plus actuellement qu'une dizaine d'exemplaires au monde de l'édition originale, celle de l'imprimerie de François Huby à Paris. » Dès 1878, Leclerc qualifie cette édition aussi importante que rare : « ouvrage aussi important que rare ». Nos recherches nont révélé quun seul exemplaire complet passé en vente ces 45 dernières années (Sotheby's, New York, 12 novembre 2017, lot 21). Bel exemplaire conservé dans sa reliure dorigine non restaurée. 1 vol. 12mo (167 x 110 mm.) of : [8] ff. (engraved title-frontispice, epistle, permission and approvals, privilege, table of chapters); 395 ff. (Including preface, pagination errors without incidence) ; 7 pl. hors-texte ; [35] pp. (table of the most remarkable things contained in this history). (Small marginal stains and foxing, a few leaves foxed by oxidation of the paper, worm work in the margins, overall quite fresh and nice edition of the engravings). Full contemporary vellum, edgewires through the headpieces, trace of laces, spine titled in brown ink, edges speckled. A very rare copy of one of the first publications devoted to French attempts to colonize Brazil and a valuable source, in part unique, of ethnographic and geographic information. At the beginning of the 16th century, the French made several attempts to colonize America, with successes in the North (founding of New France by Samuel Champlain), and a few abortive settlements in the South. Claude d'Abbeville, born in Abbeville, was a Capuchin missionary who participated in the 1612 French attempt to colonize equinoctial France in Brazil (Saint Louis de Maragnan, located at the mouth of the Mearim River). The short-lived colony was established with the support of Queen Regent Marie de Médicis, who appointed the Sieurs de La Ravardière and de Razilly "Lieutenants of the King of France in the island of Maragnan" (translated from French) and sent Capuchin missionaries to exercise their apostolate among the Tupinambas tribes. From this colonial experience came a body of writings composed of apologetic letters sent from Brazil by the Capuchins and especially of two important accounts. The first is the present work published in 1614, a complete account of the journey to Maranhão of its author, Father Claude d'Abbeville, until his return to France accompanied by the Sieur de Razilly and six Tupinambas ambassadors. The publication of this book, in a luxurious edition, as well as the solemn ceremonies and the printing of the engravings representing the ambassadors aimed to encourage new sponsors and to prepare a possible emigration to the Brazilian colony. It is thus partly a work of "propaganda" comparable to that of Marc Lescarbot (Histoire de la Nouvelle France, 1609) published with the aim of encouraging French people to try the adventure. The situation was not the same a year later, in 1615, when the Capuchin Yves d'Évreux published a second work entitled "Suite de l'Histoire des choses mémorables advenues en Maragnan, des années 1613 & 1614 [...]". However, the latter was never made public, because the print run was destroyed in the workshops of the printer François Huby. Nevertheless, François de Razilly managed to save a single copy of the book, alas damaged. The story is told in a letter that he had printed and bound carefully with the story, and that he offered to King Louis XIII in 1617. Aware of the political interests that threatened to compromise the colonial enterprise, Razilly reveals the circumstances that led the "Spanish faction", which supported the project of marriage of the young Louis XIII with the Infanta Anne of Austria, to exert pressure so that the French would leave the Maranhão. It was for these reasons that the French crown renounced further support for its Brazilian colony, which was dismantled in November 1615 by Portuguese forces. In France, the political and religious dimension of the missionary project of Maranhão found its best expression during the reception of the Tupinambas ambassadors in Paris, in 1613-1614. Always accompanied by Claude d'Abbeville and the Sieur de Razilly, the two ambassadors were taken to the Louvre to pay homage to the king of France and to submit "their land and their persons to his scepter", recognizing him as "their King and Sovereign Monarch of their country" (translated from French, pp.340-341). The present work by Claude d'Abbeville was published twice at the beginning of 1614, in a context of euphoria linked, on the one hand, to the presence of the Tupinambas in Paris, and on the other hand, to the urgency of the departure of a second company to Maranhão, to provide for the material and human needs of Equinoxial France. The present edition is published immediately after the first one, printed in a hurry on his return a few months earlier and quickly sold out. Coming out of the same presses, the two editions differ only by some minor typographical differences (errors of the first one corrected leading to the suppression of the errata and index amplified, passing from 27 to 35 pp.) Since the publication, in 1551, of the booklet reporting the participation of about fifty "savages" in the Brazilian festival organized for the Royal Entry of Henri II in Rouen, a whole series of documents attest to the presence of "Brazilians" in France. It is also in Rouen, in 1562, that Montaigne met the three Brazilians presented to King Charles IX, who "spoke to them for a long time", and to whom they "showed our way, our pomp, the shape of a beautiful city" (translated from French: Essais, Book I, chapter XXI). In 1566, in Bordeaux, another parade with Indians of Brazil had been organized in homage to Charles IX. The monarchical propaganda that inspired the Parisian ceremonies of 1614 closely followed the modern apostolic principles dear to the Capuchins. On the one hand, the missions constitute a strong time of progress of the divine feeling inhabiting virtually every man. On the other hand, collective devotion participates in the political process of the emergence of a universal Catholic community, which would thus embrace the island of Tupinambas as well as the kingdom of France. Claude d'Abbeville's work begins with a beautiful and finely engraved frontispiece depicting scenes of devotion and religious history. D'Abbeville's account offers the first printed description of Maranhao (Sabin), and "gives us valuable information concerning the religion and astronomy of the Tupis, which is not found in any other writing (Borba de Moraes) (translated from French). An engraving placed opposite of p.90 represents the erection of a cross on the shore by the members of the expedition: "The cross being planted, as it is said, the island was also blessed, while from the fort and from our ships one fired force canonades as a sign of rejoicing (translated from French). D'Abbeville also provides us with extensive descriptions of the customs, laws and social life of these hunter-gatherer islanders: "It is a people that does not want to be led by rigor, but only by gentleness and reason. They are very ingenious and industrious to do everything they need, either by hunting, or for fishing, or for war. They have a thousand pretty ways to embellish and beautify their bows, their arrows, their feather ornaments, and to make all their tools and what they usually use. " (translated from French, p.316). The last part of the book contains the story of the journey to France of the six Tupinamba Indians. Unfortunately, these South Americans contracted European diseases and three of them perished before they could be "properly honored" (translated from French). The account of this unusual journey for the time is illustrated with engravings of these islanders, with their names engraved at the top: François Carypyra, Jacques Patoua and Anthoine Manen represented in their traditional clothes, dressed in a leafy loincloth, with bows and arrows. The body of the first is entirely covered with a tattoo with a geometric pattern. Louis Marie, Louis Henri and Louis de Saint Jehan follow in European dress with feathered hats and flowers in hand. As much as the effectiveness of the propaganda of the Capuchin missionary work, it is the image of the good Indian, ready to convert, that is spread here. In these stories and images, which are part of a more general westernization, the Indians are "decontextualized", abstracted from what can be called "indigenous custom". This is how Claude d'Abbeville expressed himself upon his arrival in France: "[...] we were eager to show the French the fruits of our Mission & as the first grafts of our new Colony" (translated from French, p.334). Like "grafts" of the new France, the Tupinambas are detached from the "savage reality" and serve the spectacle of the conversion to the religion and to the civilization of the French. Nobody suspected, then, that Maranhão would never be French. Nor that Saint Louis would survive in spite of everything on these equinoctial lands, in mixed race bodies. [Note that two plates were printed before the publication of Claude d'Abbeville's account and divulged in Paris. They showed the Tupinambas in an exotic and edifying spectacle, integrated into the monarchical and Catholic order of the solemn ceremonies. The first of these prints is a copperplate engraving, circulated around April and June 1613, in which six savages are represented, three from the front and three from the back. They appear to be performing a dance with rattles in their hands. Two of them wear feathers on their heads that fall down their backs and the rest of their costume is French (the justaucorps, the bloomers, the rolled stockings, the laced shoes and the cross in pendant). The second engraving, made in the same year 1613 and sold in "Paris, chez Michel de Malebourse à la rue Monorgueil", represents the scene of the Baptism of the three Tupinambas in the Capuchin church. This time, three Indian catechumens are kneeling before the King, in the presence of the Capuchins, the Regent and the representatives of the Court. Three versified stanzas, placed under the image, evoke the monarchic and Catholic order in which the presence of the "foreigners" at the French Court, who had come to "learn in religion" and pay homage to the King, was inscribed]. The present work is considered a true rarity: the historians Alfred Métraux and Jacques Lafaye, in their introduction to the republication of the present work in 1963, note only 10 copies still in existence: "there are only about ten copies left in the world of the original edition, that of the printing house of François Huby in Paris." (translated from French). As early as 1878, Leclerc describes this edition as important as it is rare: "work as important as it is rare" (translated from French). Our research has revealed only one complete copy that has come up for sale in the last 45 years (Sotheby's, New York, 12 November 2017, lot 21). A fine copy preserved in its original unrestored binding.

DALIDO (Pierre)

Jersey, Ile Agricole Anglo-normande. Etude de sociographie. Préface de Lucien Febvre.

Vannes, Imprimerie A. Chaimeron, 1951. 1951 1 vol. in-8° (239 x 155 mm.) de : [2] ff. (faux titre, titre) ; vi (préface) ; 450 p. (erreur de pagination sans incidence) ; [3] ff. (table des graphiques, table des illustrations, achevé dimprimer) ; 39 planches et 20 photos hors-texte. Papier éditeur.

Précieuse étude, remarquablement détaillée et documentée sur lile de Jersey, réalisée au milieu du 20éme siècle, à lépoque ou la plus vaste des iles anglo-normandes avait encore une importante activité agricole. 1 vol. in-8° (239 x 155 mm.) of : 2] ff. (false title, title); vi (preface); 450 p. (pagination error without incidence) ; [3] ff. (table of graphs, table of illustrations, colophon) ; 39 plates and 20 photos. Publisher paperback. A valuable, remarkably detailed and documented study of the island of Jersey, carried out in the middle of the 20th century, at a time when the largest of the Channel Islands still had significant agricultural activity.

DARWIN (Erasmus).

Zoonomie, ou Lois de la vie organique, par Erasme Darwin, Docteur en Médecine, Membre de la Société royale de Londres, Auteur du Jardin botanique, etc. Traduit de l'anglais sur la troisième Édition, et augmenté d'Observations et de Notes, par Joseph-François Kluyskens, Professeur de Chirurgie à l'École élémentaire de Médecine, et Chirurgien en chef des Hôpitaux civils de Gand, Membre correspondant de la Société de l'École de Médecine de Paris, et de plusieurs Sociétés savantes.

A Gand, chez P. F. de Goesin-Verhaeghe; rue Haute-porte, n°229, 1810-1811. 1810 4 vol. in-8° (212 x 138 mm.) de: I. [3] ff. (faux-titre, titre, épigraphe); 20 pp. (préface du traducteur); [1] f. (titre de la première partie); 23 pp. (reprise de la pagination à 19, préface de l'auteur); [1] p. (table); 614 pp.; [1] p. (errata); 3 planches aquarellées ; II. [2] ff. (titre, table); 659 pp.; [2] pp. (errata, avis au relieur); 4 planches (3 aquarellées, 1 gravée); III. XIV pp. (titre, titre de la deuxième partie, préface de l'auteur); 586 pp.; 3 planches gravées; IV. [1] f. (titre); 570 pp. (dont table); 1 planche dépliante gravée. Un total de 11 planches (dont 1 dépliante et 6 à l'aquarelle). (Corps douvrage très frais). Demi-basane d'époque, plats recouverts de papier marbré, dos lisses ornés, titre et tomaison de maroquin noir, tranches jaspées. (Quelques petites rousseurs).

Première édition en français, traduite de l'anglais par Joseph-François Kluyskens et due à Erasmus Darwin (E.O. : 1795 et 1799). Le présent ouvrage est considéré comme son uvre principale pour ce qui touche aux sciences naturelles et à la médecine. Erasmus Darwin (1731-1802) est un poète, médecin, botaniste et inventeur britannique. 70 ans avant les travaux de son célèbre petit-fils et face au créationnisme alors dominant, il amorce de façon significative les réflexions sur l'origine de la vie et son évolution. Médecin, il exerce son art avec un grand succès à Lichfield. On a de lui un poème célèbre, le Jardin botanique (1781), divisé en deux parties, intitulées : l'Économie de la végétation et les Amours des plantes, et un ouvrage fort original, la Zoonomie ou Lois de la vie organique (1794) : il y classe les maladies de l'homme d'après une méthode analogue à celle adoptée par Carl von Linné (1707-1778, naturaliste suédois) pour les plantes, et les explique toutes par l'excitabilité, comme Thomas Brown (1785-1862, naturaliste et un malacologiste britannique). Dans cet ouvrage, de même que dans le poème posthume The Temple of Nature, il expose des idées évolutionnistes. Sa curiosité le conduit à s'interroger sur les raisons de la présence de coquillages fossilisés présents au fond des mines ainsi que sur le développement des bactéries qu'il observe au microscope. Il mène également des recherches sur les nuages. Dans ses travaux et sa réflexion, il en vient à remettre en cause la doctrine alors dominante du créationnisme. Il fait jouer un rôle à la sélection sexuelle dans l'évolution des espèces, idée que son petit-fils soutiendra lui aussi et qui intitulera Zoonomia le premier manuscrit de l'Origine des espèces. Également inventeur dans divers domaines, Erasmus Darwin laisse cependant d'autres s'attribuer certaines de ses inventions, craignant pour sa réputation en tant que médecin. On lui attribue ainsi :le moulin à vent horizontal de Josiah Wedgwood (grand-père d'Emma Wedgwood, épouse de Charles Darwin) ; un type de chariot qui ne se renverse pas (1766) ; une machine parlante (1771) ; l'ascenseur à caisson du canal à charbon du Somersetshire ; un dispositif géométrique de liaison dans la direction d'un véhicule (1758), préfigurant la géométrie directionnelle d'Ackermann ; un puits artésien ainsi que divers appareils de météorologie. Le traducteur, Joseph-François Kluyskens, décrit cette oeuvre de Darwin comme telle: Faire connaître les lois qui gouvernent tous les corps organisés ; réduire toutes ces lois qui ont rapport à la vie organique en classes, ordres, genres et espèces, et les faire servir enfin à l'explication des causes des maladies ; tel fut le but que se proposa le Docteur Darwin lorsqu'il composa la Zoonomie, ouvrage sublime qui lui a coûté plus de vingt années de travail, et les plus profondes méditations (Préface du traducteur, vol. 1). Louvrage est illustré de 11 planches, dont plusieurs rehaussées à laquarelle, représentant la rétine et le spectre oculaire. A noter l'impressionnante gravure du fauteuil pour corriger la distorsion de la colonne vertébrale. Rare exemplaire dont ne dénombre que 2 exemplaires passés en vente ces 50 dernières années. Bel exemplaire conservé dans sa reliure dépoque. 4 vol. 8vo (212 x 138 mm.) of : I. [3] ff. (faux-title, title, epigraph); 20 pp. (preface by the translator); [1] f. (title of the first part); 23 pp. (resumption of pagination at 19, preface by the author); [1] pp. (table) ; 614 pp. ; [1] p. (errata); 3 watercolor plates; II. [2] ff. (title, table) ; 659 pp. ; [2] pp. (errata, notice to the binder); 4 plates (3 watercolors, 1 engraved); III. XIV pp. (title, title of the second part, preface by the author) ; 586 pp. ; 3 engraved plates ; IV. [1] f. (title) ; 570 pp. (including table) ; 1 engraved folding plate. A total of 11 plates (including 1 folding and 6 in watercolor). (Body of the book very fresh). Contemporary half-basane, boards covered with marbled paper, spines decorated with smooth edges, title in black morocco, edges speckled. (A few small freckles). First edition in French, translated from English by Joseph-François Kluyskens and due to Erasmus Darwin (E.O.: 1795 and 1799). The present work is considered to be his main work on natural sciences and medicine. Erasmus Darwin (1731-1802) was a British poet, physician, botanist and inventor. Seventy years before the work of his famous grandson and in the face of the then dominant creationism, he significantly initiated reflections on the origin of life and its evolution. As a physician, he practiced his art with great success in Lichfield. He wrote a famous poem, the "Jardin botanique" (1781), divided into two parts, entitled "l'Économie de la végétation" and "Amours des plantes", and a very original work, the "Zoonomie ou Lois de la vie organique" (1794): he classifies the diseases of man according to a method similar to the one adopted by Carl von Linné (1707-1778, Swedish naturalist) for plants, and explains them all by excitability, like Thomas Brown (1785-1862, British naturalist and malacologist). In this work, as well as in the posthumous poem "The Temple of Nature", he exposes evolutionary ideas. His curiosity led him to question the reasons for the presence of fossilized shells at the bottom of mines as well as the development of bacteria, which he observed under a microscope. He also conducted research on clouds. In his work and his reflection, he came to question the then dominant doctrine of creationism. He gave a role to sexual selection in the evolution of species, an idea that his grandson would also support and even entitled "Zoonomia" the first manuscript of the Origin of Species. Also an inventor in various fields, Erasmus Darwin allowed others to take credit for some of his inventions, fearing for his reputation as a doctor. He is credited with: Josiah Wedgwood's horizontal windmill (grandfather of Charles Darwin's wife Emma Wedgwood); a type of carriage that does not tip over (1766); a talking machine (1771); the Somersetshire Coal Canal box elevator; a geometric device for linking the direction of a vehicle (1758), prefiguring Ackermann's directional geometry; an artesian well; and various meteorological devices. The translator, Joseph-François Kluyskens, describes Darwin's work as follows: "To make known the laws which govern all organized bodies; to reduce all these laws which relate to organic life into classes, orders, genera, and species, and finally to make them serve as an explanation of the causes of disease; such was the aim which Doctor Darwin proposed to himself when he composed Zoonomy, a sublime work which cost him more than twenty years of work, and the deepest meditations (translated from french). The work is illustrated with 11 plates, several of them enhanced with watercolors, representing the retina and the ocular spectrum. Note the impressive engraving of the chair "to correct the distortion of the spine" (translated from french). Rare and beautiful copy, preserved in its original binding, of which only 2 copies have been sold in the last 50 years.

[DAULIER DESLANDES (André) & MAROT (Louis)].

Les Beautez de la Perse ou La Description de ce qu'il y a de plus curieux dans ce Royaume, enrichie de la Carte du Païs, & de plusieurs Estampes dessignées sur les lieux. Par le Sieur A.D.D.V. Avec une Relation de quelques avantures maritimes de L.M.P.R.D.G.D.F.

A Paris, Chez Gervais Clouzier, au Palais, sur les degrez en montant pour aller à la Sainte Chapelle, à l'Enseigne du Voyageur. M. DC. LXXIII. 1673. 1673 1 vol. petit in-4° (217 x 161 mm.) composé de 2 textes avec pagination continue: [6] ff. (titre, épître); 133 pp.; [2] pp. (extrait du privilège); 1 titre gravé; 1 carte dépliante; 7 planches (dont 5 dépliantes). Bandeaux et lettrines. Ex-libris manuscrit à l'encre brune sur le titre: "Ex lib Gallin père". (Petits comblements et renforts discrets de papier au dos de quelques ff. et de 2 planches, taches et salissures). Pleine basane d'époque, dos à nerfs orné et titré à l'or, tranches mouchetées de rouge. (Restaurations anciennes au dos et aux coiffes, exemplaire agréable, à grandes marges).

Première et seule édition de cette rare relation richement illustrée sur la Perse due à André Daulier-Deslandes. André Daulier-Deslandes (1621-1715) est issu d'une famille de Moutoire en Vendomois. En 1664, il accompagne dans son sixième voyage, le célèbre voyageur et pionnier du commerce de diamants Jean-Baptiste Tavernier (1605-1689) à Téhéran. Il est amené à côtoyer la cour du chah Abbas II de Perse et fait la connaissance de Jean de Thévenot (1633-1667 ; voyageur français connu pour avoir introduit la fève de café à Paris) avec qui il voyage pendant quelque temps à travers la Perse. A son retour, il séjourne deux ans à Bordeaux où il est à la tête de la Compagnie des Indes, avant de s'installer à Paris en 1673 où il se verra attribuer des terres de la Nouvelle France par la Compagnie, qu'il appellera Terrebonne. Il est considéré aujourd'hui comme le fondateur de cette province du Québec. La même année, il publie Les Beautez de la Perse (1673). Ami de Jean de Thévenot, lauteur rend notamment hommage aux connaissances géographiques de celui-ci dans son ouvrage contant son voyage entrepris en 1664 avec Jean-Baptiste Tavernier. Daulier Deslandes confie la gravure des planches et carte (d'après ses propres croquis) à Israël Sylvestre (1621-1691 ; dessinateur, graveur, conseiller du roi en son Académie royale de peinture et de sculpture et collectionneur dart) et Antoine Paillet (1626-1701 ; peintre français du règne de Louis XIV) qui réalisent un travail remarquable d'exécution et de précision. Lauteur ajoute dans sa préface: "les desseins que j'en avois faits ayant esté trouvés curieux, je les ay fait graver par une main qui ne vous fera pas trouver le présent indigne de vous." Lillustration se compose dun titre gravé montrant un cheval monté par son cavalier tenant un bouclier sur lequel est apposé le titre de louvrage: Les Beautez de la Perse ; dune carte dépliante représentant litinéraire de ce voyage en Perse ainsi que de 7 planches dessinées par Daulier : Habillements des Perses ; Vue de la ville d'Ispahan, capitale de Perse, en venant de Tabriz ; Le Meidan, ou la place d'Ispahan, en Perse ; Le pont qui conduit de Sepahan à Djoulfa ; Tchelminar, ou les ruines de l'ancienne Persépolis ; Figures de Tchelminar (Persépolis) / Kuh-e Rahmat proche de Shiraz ; Vue de la ville de Shiraz en venant d'Ispahan. La seconde partie est consacrée aux aventures de Louis Marot, Pilote Réal des Galères de France originaire de la Ciotat. Dans son ouvrage, il narre le récit de son voyage maritime dans les ports de Méditerranée qui le mène jusquà Constantinople en passant par Malte, Tunis, Alger, Alexandrie. Il conte notamment son esclavage qui dura plus de 12 ans sous le joug des Turcs, ses évasions et d'autres événements étranges survenus par la suite : Je vous laiffe à juger de la joye que jeus apres un fi long, & fi cruel efsclavage, ma mère qui par hazard fe trouva fur le Port, lorfque je me debarquay penfa mourir de joye, lorfque je me fis connoiftre à elle, me voyant de retour, & en plein de fanté, apres mavoir tant de fois pleuré comme mort. (pp.121-122). Provenance : bibliothèque Gallin (ex-libris manuscrit à lencre brune sur le titre). (Un exemplaire du manuscrit original de cet ouvrage, couplé avec un autre manuscrit et une édition originale, s'est vendu en vente publique pour plus de 100,000 ). Exemplaire conservé dans sa reliure dépoque, à larges marges, ouvrage recherché en raison de la finesse de ses planches. 1 vol. small 4to (217 x 161 mm.) composed of 2 texts with continuous pagination : [6] ff. (title, epistle) ; 133 pp. ; [2] pp. (excerpt from the privilege) ; 1 engraved title ; 1 folding map ; 7 plates (5 of them folding). Bands and lettering. Handwritten bookplate in brown ink on the title: "Ex lib Gallin père". (Small fillings and discrete reinforcements of paper on the back of some ff. and 2 plates, stains and soiling). Full contemporary basane, spine ribbed and titled in gold, edges speckled with red. (Old restorations to the spine and headpieces, pleasant copy, with large margins). First and only edition of this rare and richly illustrated report on Persia by André Daulier-Deslandes. André Daulier-Deslandes (1621-1715) came from a family of Moutoire in Vendomois. In 1664, he accompanied the famous traveler and pioneer of the diamond trade Jean-Baptiste Tavernier (1605-1689) to Tehran on his sixth trip. He was brought into contact with the court of Shah Abbas II of Persia and met Jean de Thévenot (1633-1667; French traveler known for having introduced the coffee bean in Paris) with whom he traveled for some time through Persia. Upon his return, he spent two years in Bordeaux where he was head of the Compagnie des Indes, before moving to Paris in 1673 where he was granted land in New France by the Company, which he called Terrebonne. He is considered today as the founder of the province of Quebec. The same year, he published "Les Beautez de la Perse" (1673). A friend of Jean de Thévenot, the author pays tribute to the latter's geographical knowledge in his book recounting his journey undertaken in 1664 with Jean-Baptiste Tavernier. Daulier Deslandes entrusted the engraving of the plates and map (from his own sketches) to Israël Sylvestre (1621-1691; draughtsman, engraver, adviser to the king in his royal academy of painting and sculpture and art collector) and Antoine Paillet (1626-1701; French painter of the reign of Louis XIV) who realized a remarkable work of execution and precision. The author adds in his preface: "the designs I had made having been found curious, I had them engraved by a hand that will not make you find the present unworthy of you." (translated from French). The illustration consists of an engraved title showing a horse mounted by its rider holding a shield on which is affixed the title of the work: "Les Beautez de la Perse" ; a folding map representing the itinerary of this journey in Persia as well as 7 plates drawn by Daulier: Clothes of the Persians; View of the city of Isfahan, capital of Persia, coming from Tabriz; The Meidan, or the square of Isfahan, in Persia; The bridge that leads from Sepahan to Djoulfa; Tchelminar, or the ruins of ancient Persepolis; Figures of Tchelminar (Persepolis) / Kuh-e Rahmat near Shiraz; View of the city of Shiraz coming from Isfahan (translated from French). The second part is devoted to the adventures of Louis Marot, Real Pilot of the Galleys of France from La Ciotat. In his book, he tells the story of his maritime journey in the ports of the Mediterranean that leads him to Constantinople through Malta, Tunis, Algiers, Alexandria. He tells in particular his slavery which lasted more than 12 years under the yoke of the Turks, his escapes and other strange events occurred thereafter: "I let you judge the joy I had after a fi long, & fi cruel efsclavage, my mother who by chance fe found fur the Port, lorfque I disembarked penfa die of joy, lorfque I made me connoiftre to her, seeing me back, & in full of fanté, after having so many times cried me as dead. " (translated from French, pp.121-122). Provenance: Gallin library (handwritten bookplate in brown ink on the title). (A copy of the original manuscript of this work, coupled with another manuscript and an original edition, sold at public auction for more than 100,000 ). A copy preserved in its original binding, with wide margins, a sought-after work because of the fineness of its plates.

DAUZATS (Adrien) & DUMAS (Alexandre).

Le Sinaï. (Impressions de voyages.) par A. Dauzats et Alexandre Dumas.

New York, Foreign and Classical Bookstore, 94 Broadway, 1838. 1838 1 vol. in-8° (224 x 144 mm.) de: 462 pp. (dont faux titre, imprimeur, titre gravé). Etiquette au dos du 1er plat: "Library of D. Mathews, Burlington, Wis. Numéro 61 Oliver". (Très rares rousseurs, petites traces de mouillures). Demi-veau vert d'époque à coins, dos à nerfs orné titré en lettres dorées. (Usures aux mors, coiffe supérieure restaurée).

Très rare édition originale, publiée à New-York, de cette relation due à Alexandre Dumas et André Dauzats retraçant la relation de voyage de Dauzats et du baron Taylor d'Alexandrie jusqu'au Sinaï. Alexandre Dumas (1802-1870) est un célèbre écrivain français auquel on doit, entre autres, Le Comte de Monte-Cristo", Les Trois Mousquetaires, La Reine Margot, Vingt ans après et La Dame de Monsoreau. L'uvre de Dumas est universelle, avec un total de 2 540 traductions, il vient au treizième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère. L'Orient occupe une place importante dans les écrits de Dumas, en particulier dans le Comte de Monte-Cristo, et plus qu'une couleur locale ou qu'une recherche d'exotisme, il apporte au texte un contrepoint à la déchéance de l'Occident. Adrien Dauzats (1804-1868) est artiste peintre orientaliste, aquarelliste, illustrateur et lithographe français. Il est reconnu comme un des grands peintres romantiques orientalistes de son époque. Ses contemporains Victor Hugo, Théophile Gautier, Prosper Mérimée, Eugène Delacroix lui ont témoigné leur admiration. Alexandre Dumas, avec qui il entretient une longue correspondance de 1834 à 1851, le cite à plusieurs reprises dans ses romans (Le comte de Monte-Cristo, Le capitaine Pamphile...). Écrit en collaboration entre Dauzats et Dumas, louvrage Le Sinaï relate le voyage effectué par Dauzats et le baron Taylor (1789-1879 ; dramaturge, précurseur du mouvement romantique, homme d'art et philanthrope français) du nord de lEgypte vers le sud du pays. DAlexandrie, ils se rendent à Damanhour, Rosette, Le Caire puis à Mourad où ils visitent les Pyramides. Sur leur route, ils rencontrent le colonel Selves (1788-1860 ; officier français de l'Empire passé par la suite au service de l'Égypte de Méhémet Ali, considéré comme le fondateur de l'Égypte moderne) ainsi que Clot-Bey (1793-1868), un médecin français connu pour avoir exercé en Égypte. Ils continuent leur périple et traversent la ville des Califes, la vallée de l'Égarement, le couvent du Sinaï et arrivent enfin au Mont-Horeb (aussi appelé Mont Sinaï) puis à Thor, au bord de la Mer Rouge. Au Khamsin, ils rendent visite au gouverneur de Suez puis font route de Saint-Louis à Damiette. Le récit de leur périple se termine sur un chapitre consacré à la bataille de Mansourah, épisode de la septième croisade survenu en Égypte à proximité de Mansourah du 8 au 11 février 1250. Extrait dun passage sur Le Caire: Le lendemain, au point du jour, on leva l'ancre, et nous approchâmes rapidement des pyramides, qui, de leur côté, semblaient venir au-devant de nous et s'incliner sur nos têtes. Au bas de la chaîne libyque, nue et stérile, à travers les va peurs sablonneuses qui épaississent l'atmosphère, nous commençons à apercevoir les tours et les dômes des mosquées surmontés de leurs croissants de bronze. (pp.65-66) Provenance : "Library of D. Mathews, N°61 Oliver" (étiquette gravée contrecollée sur le premier contreplat). Nous navons trouvé aucun exemplaire passé en vente ces 50 dernières années. Bel exemplaire en reliure d'époque. 1 vol. 8vo (224 x 144 mm.) of : 462 pp. (including false title, printer, engraved title). Label on the back cover : "Library of D. Mathews, Burlington, Wis. Number 61 Oliver". (Very rare foxing, small traces of wetness). Green half calf with corners, spine titled in gilt letters. (Wear to the spines, top of spine restored). Very rare first edition, published in New-York, of this relation due to Alexandre Dumas and André Dauzats tracing the travel relation of Dauzats and Baron Taylor from Alexandria to Sinai. Alexandre Dumas (1802-1870) was a famous French writer who wrote, among others, Le Comte de Monte-Cristo, Les Trois Mousquetaires, La Reine Margot, Vingt ans après and La Dame de Monsoreau. Dumas' work is universal, with a total of 2,540 translations, he is the thirteenth most translated author in foreign languages. The Orient occupies an important place in Dumas' writings, particularly in Le Comte de Monte-Cristo, and more than a local color or a search for exoticism, it brings to the text a counterpoint to the decline of the West. Adrien Dauzats (1804-1868) is a French orientalist painter, watercolorist, illustrator and lithographer. He is recognized as one of the great romantic orientalist painters of his time. His contemporaries Victor Hugo, Théophile Gautier, Prosper Mérimée, Eugène Delacroix showed him their admiration. Alexandre Dumas, with whom he had a long correspondence from 1834 to 1851, quoted him several times in his novels (Le Comte de Monte-Cristo, Le capitaine Pamphile...). Written in collaboration between Dauzats and Dumas, the work "Le Sinaï" relates the journey made by Dauzats and Baron Taylor (1789-1879; playwright, precursor of the Romantic movement, French man of art and philanthropist) from the north of Egypt to the south. From Alexandria, they went to Damanhour, Rosetta, Cairo and then to Murad where they visited the Pyramids. On their way, they met Colonel Selves (1788-1860; French officer of the Empire who later passed to the Egyptian service of Mehemet Ali, considered as the founder of modern Egypt) as well as Clot-Bey (1793-1868), a French doctor known for having practiced in Egypt. They continue their journey and cross the city of the Caliphs, the Valley of the Misguidance, the convent of Sinai and finally arrive at Mount Horeb (also called "Mount Sinai") and then at Thor, on the Red Sea. At Khamsin, they visit the governor of Suez and then make their way from Saint-Louis to Damietta. The account of their journey ends with a chapter devoted to the battle of Mansourah, an episode of the seventh crusade that occurred in Egypt near Mansourah from February 8 to 11, 1250. Excerpt from a passage on Cairo: "The next day, at daybreak, we weighed anchor, and we approached quickly the pyramids, which, on their side, seemed to come in front of us and to incline on our heads. At the bottom of the Libyan chain, naked and sterile, through the sandy sandy peaks which thicken the atmosphere, we begin to see the towers and the domes of the mosques surmounted of their bronze crescents." (translated from French, pp.65-66) Provenance : "Library of D. Mathews, N°61 Oliver" (engraved label pasted on the first counterpart). We have not found any copy sold in the last 50 years. Beautiful copy in period binding.

De BUSSIERES De LAMURE (François-Bourguignon).

[MANUSCRIT / MANUSCRIPT]. Matière médicale de Mr De LAMURE, professeur en médecine dans l'Université de Montpellier.

Montpellier, le quinzième may 1755. 1755 1 vol. in-6° (229 x 159 mm.) entièrement manuscrit à l'encre noire de : [3] ff. (dont titre) ; 924 pages (erreurs de pagination sans incidence) ; [10] ff. (table). Cartonnage d'époque, plats recouverts de papier à la colle bleu, dos lisse, étiquette titrée à l'encre. (Défauts d'usage à la reliure).

Manuscrit contemporain dun cours sur les matières médicales donné par de Lamure durant ses premières années d'enseignement. Né en Martinique d'une famille originaire de Provence, François-Bourguignon de Bussières de Lamure (1717-1787) étudie la médecine à Montpellier dans la plus ancienne faculté de médecine au monde fondée en 1220. Il entre à la Société royale des Sciences de Montpellier en 1742 et est nommé professeur en 1750. Il devient ensuite doyen des professeurs royaux de médecine de la faculté de Montpellier en 1767. De part son éloquence et son savoir, ses cours connaissent un grand succès et circulent en copie, comme c'était l'usage à l'époque. Ils seront publiés par ses élèves en 1784 sous le nom: Nouveaux éléments de matière médicale, extraits des leçons publiques de M. de Lamure,... avec des réflexions judicieuses... pour la connaissance des maladies, et l'application des médicaments... recueillis et mis en ordre par M***, docteur en médecine au LudoviceŽe de Montpellier." dont on ne trouve aucun exemplaire passé en vente. Le manuscrit traite de pharmacologie et spécifie les actions thérapeutiques de différents médicaments ainsi que de la façon de les employer: émétiques, purgatifs, persil, borax, sabine, fleurs de violette, tabac, coloquinte, cloportes, chardon, fenouil, asperges, euphorbe, etc. Son cours contient une partie très intéressante sur le scorbut (pp.905-915), époque durant laquelle aucun remède efficace na été trouvé. Lauteur expose les symptômes de cette maladie et propose des façons de la traiter grâce à différentes plantes (le cresson, la roquette, le raifort, la véronique des ruisseaux et le trèfle deau). Précieux document pour lhistoire de la médecine et de la prestigieuse faculté de Montpellier. 1 vol. in-6° manuscript in black ink of : [3] ff. ; 924 pages ; [10] ff. Contemp. cardboard. Contemporary manuscript of a course on medical subjects given by de Lamure during his early years of teaching. Born in Martinique to a family from Provence, François-Bourguignon de Bussières de Lamure (1717-1787) studied medicine in Montpellier at the oldest medical school in the world founded in 1220. He entered the Royal Society of Sciences of Montpellier in 1742 and was appointed professor in 1750. He then became dean of the royal professors of medicine at the faculty of Montpellier in 1767. Because of his eloquence and knowledge, his lectures were very successful and circulated in copies, as was the custom at the time. They will be published by his students in 1784 under the name: Nouveaux éléments de matière médicale, extraits des leçons publiques de M. de Lamure,... avec des réflexions judicieuses... pour la connaissance des maladies, et l'application des médicaments... recueillis et mis en ordre par M***, docteur en médecine au LudoviceŽe de Montpellier" of which one does not find any copy passed on sale. The manuscript deals with pharmacology and specifies the therapeutic actions of various drugs and how to use them: emetics, purgative, parsley, borax, sabine, violet flowers, tobacco, coloquint, sowbugs, thistle, fennel, asparagus, euphorbia, etc.. His course contains a very interesting section on scurvy (pp.905-915), a time when no effective remedy has been found. The author explains the symptoms of this disease and suggests ways to treat it with different plants (watercress, rocket, horseradish, stream speedwell and water clover). Precious document for the history of medicine and the prestigious faculty of Montpellier.

[DE LA BIBIOTHEQUE DE FERNAND COLOMB : "Colombina Biblioteca"] - [GAUTIER DE METZ (f. 13th century)].

[Image du monde. Nouvellement imprimée a Paris par Alain Lotrian]. Sensuyt lymaige du monde contenant en soy tout le Monde mis en III parties, cestassavoir , Asie, Affrique et Europe. Avec les pays, provinces et citez et les merveilleuses et diverses creatures qui sont dedans...

Paris, [Lotrian], [circa 1520-1530. 1530 1 vol in-8° (187 x 140 mm.) de: [26] ff. (dont titre gravé et 1 blason gravé sur le dernier f.). Plein maroquin rouge XIXe, dos à faux nerfs orné et titré à l'or, encadrements de frises dorées sur les plats avec le navire de Christophe Colomb dans chaque angle, encadrement intérieur, emboitage moderne en demi maroquin rouge et toile (Reliure signée par Chambolle-Duru pour le Baron Pichon). (étiquette "288" de la bibliothèque de Charles Fairfax Murray; ex-libris à l'or sur maroquin rouge du Baron Pichon avec sa devise "MEMOR FVI DIERVM ANTIQVORV PS. CXLII."; inscription en page de garde à l'encre "exemplaire de Fernand Colomb mort en 1539, fils de Christophe Colomb. Acheté en 1885. hez. Edition non citée.")

Rare exemplaire de cet ouvrage géographique populaire constitué dun recueil médiéval de géographie, d'astronomie et d'autres sciences physiques, texte qui a circulé sous forme de vers et de prose depuis le 13ème siècle. Il est attribué à Gautier de Metz, poète et prêtre français qui laurai produit (vers 1246), se basant sur le texte latin médiéval « Imago mundi » d'Honorius Inclusus. Le poème de Gautier est l'un des nombreux ouvrages médiévaux «encyclopédiques» qui décrivent la création, la géographie et l'astronomie avec des passages factuels et imaginaires. Des monstres, des trésors et des terres lointaines sont évoqués dans ce poème pseudo-scientifique, qui a été traduit en plusieurs langues au moyen âge et magnifiquement illustré dans de nombreux manuscrits. Le poème "Mappemonde", attribué à Gautier de Metz, fut probablement transformé en prose par Maistre Gossouin en 1265. La présente édition reproduit celle de 1485 due Cailant, mais avec quelques ajouts à la fin. Un exemplaire similaire est présent dans les collections de la NY public library. Ferdinand Columbus (1488-1539), fils du découvreur du Nouveau Monde, accompagna son père lors de son quatrième voyage en Amérique entre 1502-1504. Après sa mort, Il rentra en Espagne, puis voyagea dans toute l'Europe et constitua une bibliothèque de plus de 15 000 livres. Il semble avoir eu un intérêt particulier pour les éditions de l'Image du Monde. Ce livre et d'autres tels que l'Imago Mundi de Pierre d'Ailly ont inspiré les premiers plans de découverte de son père. La bibliothèque de Ferdinand fut confiée à la bibliothèque de la cathédrale Saint-Paul de Séville. Pendant les XVIe et XVIIe siècles la bibliothèque, comme d'autres bibliothèques de la Renaissance, elle fut négligée. Ainsi, Lorsque la bibliothèque fut inventoriée en 1684, son contenu avait diminué à 5000 volumes. Les livres de la bibliothèque de Ferdinand Columbus sont extrêmement rares sur le marché. Daprès nos recherches, aucun autre volume de la « Colombina Biblioteca » nest passé en salle des ventes ces cinquante dernières années. Provenance: de la bibliothèque de Ferdinand Columbus (ex-libris, "Colombina Biblioteca"), puis du baron Pichon ("acheté en 1885") avec son ex-libris de cuir rouge au dos du premier plat, puis de Charles Fairfax Murray (avec l'étagère "288" au verso du premier plat). Selon Murray, c'est le seul exemplaire connu de cet ouvrage de cosmographie. 1 vol in-8°. 2 wood cuts. 19th cent morroco. Scarce copy of this popular geographical work consisting of a medieval collection of geography, astronomy and other physical sciences, a text that has circulated in the form of verse and prose since the 13th century. The work is attributed to Gautier de Metz, French poet and priest who produced it around 1246, based on the Medieval Latin text "Imago mundi" by Honorius Inclusus. Gautier's poem is one of the many "encyclopedic" medieval works that describe creation, geography and astronomy with factual and imaginary passages. Monsters, treasures and distant lands are evoked in this pseudo-scientific poem, which has been translated into several languages during the Middle Ages, and beautifully illustrated in numerous manuscripts. The poem "Mappemonde", attributed to Gautier de Metz, was probably transformed into prose by Maistre Gossouin in 1265. This edition reproduces that of 1485 due Cailant, but with some additions at the end. A similar copy is present in the collections of the NY public library. Provenance: from the library of Ferdinand Columbus (ex-libris, "Colombina Biblioteca"), then from Baron Pichon ("bought in 1885") with his ex-libris in red leather on the front, then Charles Fairfax Murray (with shelf "288" on the back of the cover). According to Murray, this is the only known copy of this edition. Ferdinand Columbus (1488-1539), son of the discoverer of the New World, accompanied his father during his fourth voyage to America between 1502-1504. After his death, he returned to Spain, then traveled all over Europe and set up a library of more than 15,000 books. He seems to have had a particular interest for the editions of the Image du Monde. This book, and others such as Imago Mundi by Pierre d'Ailly, inspired his father's first discovery plans. Ferdinand's library was entrusted to the library of St. Paul's Cathedral in Seville. During the 16th and 17th centuries the library, like other Renaissance libraries, was neglected. Thus, when the library was inventoried in 1684, its contents had decreased to 5000 volumes. The books of the Ferdinand Columbus Library are extremely rare on the market. According to our research, no other volume of the Colombina Biblioteca" has been sold in auction for the last fifty years.

DE LA HUERTA (Jose Lopez).

Examen de la Posibilidad de fixar la significacion de los Sinonimos de la Lengua Castellana.

Valencia, Jose Estevan, 1811. 1811 2 parties en 1 vol in-8° ( 153 x 105 mm.) de: xxxii pp., [2] ff., 216 pp.; 224 pp. Pleine basanne marbrée, dos lisse orné.

Fourth edition, first published in 1789, providing synonyms and antonyms in Catalan, arranged by word pairs. 1 vol. in-8°. Contemporary marbled sheep, spine gilt. Provenance: J.M. Guardia (signature). Fourth edition, first published in 1789, providing synonyms and antonyms in Catalan, arranged by word pairs. '

DELESSERT (Adolphe).

Souvenirs d'un voyage dans l'Inde exécuté de 1834 à 1839.

Paris, imp. Bétrune et Plon pour Fortin, Masson et Cie & Langlois et Leclerq, 1843. 1843 2 parties en 1 fort vol. in-8° (250 x 176 mm) de : [3] ff. (faux titre, titre, hommage) ; III ; 134 pp. ; 107 pp. (dont table) ; [1] f. (titre deuxième partie) ; 27 planches dont 24 coloriées et 1 carte repliée. Demi-maroquin à coins noir dépoque, dos à cinq nerfs, pièce de titre de maroquin blond, plats recouverts de papier marbré. (Quelques feuillets fragiles).

Rare unique édition de la relation du voyage en Inde dAdolphe Delessert. Louvrage est composé de deux parties : Delessert décrit dabord la route de lexpédition scientifique, avant dentrer dans le cur de son sujet, lhistoire naturelle de lInde, illustrée de 27 planches (24 aquarellées) qui représentent des animaux, oiseaux et insectes parmi lesquels 11 sont consacrées aux lepidoptera (papillons). 2 parts in 1 vol. in-8°. 35 lithographs (24 hand-coloured), 1 large folding outline hand coloured lithographed map. Contemp. black quarter morocco. Rare unique edition of the report of Adolphe Delessert's trip to India. The work is composed of two parts: Delessert first describes the route of the scientific expedition, before going into the heart of his subject, the natural history of India, illustrated with 27 plates (24 watercolors) representing animals, birds and insects, among which 11 are devoted to lepidoptera (butterflies). Fine copy.

[DELLON (Charles)].

Histoire de l'Inquisition de Goa.

Amsterdam, Mortier, 1697. 1697 1 vol. in-12° (157 x 92 mm.) de: [8] ff. (titre en rouge et noir, vignette gravée et collée sur la page de titre: «Misericordia et Institia», épître, avertissement, table); 251 pp. (dont 1 gravure dans le texte répétée en tête de chapitre) ; [13] pp. (table); 6 planches dépliantes; bandeaux, lettrines et culs de lampe. (Quelques mouillures, rousseurs et défauts d'usage, déchirure à la p. 11, galerie de vers discrètement comblée dans la marge inférieure sur les 10 derniers ff. avec perte de quelques lettres). Pleine basane d'époque, dos à nerfs orné, roulette dorée sur les coupes, tranches jaspées rouges. (Petits défauts dusage).

Jolie et rare édition d'Amsterdam avec titre en rouge et noir de cette célèbre dénonciation de l'inquisition due à Charles Dellon, texte qui fut condamné et mis à l'index en 1690 (Edition pirate : Leyde, 1687 ; E.O.: Paris, 1688). Charles Dellon (1649-1709), né à Agde dans un milieu de petite bourgeoisie marchande catholique, s'embarque à dix-sept ans pour les Indes Orientales sur un vaisseau de la Compagnie du même nom. Il allait chercher fortune comme médecin, quoiqu'il n'ait pas le titre. A la suite de nombreuses péripéties, il s'établit en mars 1673 à Daman, l'un des comptoirs portugais de la côte occidentale de la péninsule indienne. En août, il est arrêté par le commissaire local de l'inquisition et transféré au Saint Office de Goa pour y être jugé. Dellon est accusé de nier le sacrement du baptême et davoir blasphémé contre ladoration dun crucifix (davoir refusé dadorer un crucifix), mais surtout de remettre en cause lInquisition. Il fut excommunié et fut penitencié lors de l'autodafé du 12 janvier 1676, condamné à la confiscation de ses biens et à cinq ans de galères, exécutables au Portugal. Transporté à Lisbonne, il est libéré peu après, sur intervention diplomatique française obtenue par l'intermédiaire de Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704 ; homme d'Église, évêque, prédicateur et écrivain français). De retour, Dellon passe son doctorat en médecine et entre au service des princes de Conti, qu'il suit à la guerre en Hongrie (1685). Installé à Paris, il consacre son temps à lécriture. En 1685, il publie sa Relation d'un voyage des Indes orientales quil dédie à son libérateur, Bossuet, ainsi que son Traité des maladies particulières aux pays orientaux, et dans la route, et de leurs remèdes, qui lui vaudra une place dans l'histoire de la médecine tropicale. Cependant, La Relation de l'Inquisition de Goa (1687) reste son grand uvre. Dellon y conte les quatre terribles années de captivité passées aux mains de l'Inquisition portugaise en Indes Orientales ainsi que son procès. Dellon, on s'en doute, n'aime pas l'Inquisition. Il se livre même à l'une des dénonciations les plus fortes, car des mieux informées, qui en ait été faite. Son uvre est une arme. Arme de Louis XIV contre la papauté en 1688, alors que la tension entre Paris et Rome est vive ; arme des protestants contre l'Église catholique ; arme des Lumières contre l'Église tout court. Par la comparaison des récits que donne Dellon avec les papiers conservés des inquisitions de Goa et d'Evora, ainsi que ceux du Conseil de l'Inquisition à Lisbonne, ils montrent que non seulement il a bien vécu les péripéties qu'il s'attribue, mais encore que son information est d'une grande précision. La Relation est bel et bien un témoignage de première main, le récit d'un témoin oculaire, de l'intérieur, sur le fonctionnement d'un tribunal d'Inquisition. Il convient d'insister sur la rareté des textes de ce genre: les accusés de l'Inquisition étaient sommés, à l'issue de leur procès, de garder le silence sur ce qu'ils avaient vécu au tribunal. La plupart d'entre eux l'ont fait, ou du moins n'ont pas laissé de témoignage écrit. On dispose d'une dizaine d'ouvrages au total, tous évidemment publiés en dehors des territoires soumis à la juridiction du tribunal. Le présent ouvrage jouera un rôle capital dans le combat contre l'intolérance à l'époque des Lumières. Voltaire s'en inspirera dans Candide, mais également Bayle, Limborch, Lesage, Montesquieu, le marquis d'Argens, d'Alembert, l'abbé Morellet, Beccaria, Buchanan, sans oublier la presse qui se servit de ce témoignage au parfum de roman d'aventure doublé d'un redoutable pamphlet politique et religieux. Lillustration se compose de 6 planches dépliantes retraçant les étapes du jugement de l'Inquisition dont une terrible scène de suppliciés mis au bûcher. Rare ouvrage dont on dénombre seulement 3 exemplaires passés en vente ces 100 dernières années. 1 vol. 12mo (157 x 92 mm.) of : [8] ff. (title, engraved vignette pasted on the title page : "Misericordia et Institia", epistle, warning, table) ; 251 pp. (including 1 engraving in the text repeated at the head of the chapter); [13] pp. (table); 6 folding plates; bands, lettering and lamp-ends. (Some wetness, foxing and wear, tear on p. 11, wormhole discreetly filled in the lower margin on the last 10 ff. with loss of some letters). Full contemporary basane, spine ribbed and decorated, gilt roulette on the edges, red speckled edges. (Small defects of use). Nice Amsterdam edition of this famous denunciation of the inquisition by Charles Dellon, a text that was condemned and put on the index in 1690 (Pirate edition: Leiden, 1687; E.O.: Paris, 1688). Charles Dellon (1649-1709), born in Agde into a middle-class Catholic merchant family, embarked at the age of seventeen for the East Indies on a vessel of the Company of the same name. He was going to seek his fortune as a doctor, although he did not have the title. After many adventures, he settled in March 1673 in Daman, one of the Portuguese trading posts on the west coast of the Indian peninsula. In August, he was arrested by the local commissioner of the inquisition and transferred to the Holy Office in Goa to be tried. Dellon was accused of denying the sacrament of baptism and of blaspheming against the worship of a crucifix, but above all of questioning the Inquisition. He was excommunicated and was penitentiated during the autodafé of January 12, 1676, condemned to the confiscation of his goods and to five years of galleys, executable in Portugal. Transported to Lisbon, he was freed shortly afterwards, thanks to a French diplomatic intervention obtained through Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704; French churchman, bishop, preacher and writer). On his return, Dellon received his doctorate in medicine and entered the service of the princes of Conti, whom he followed to war in Hungary (1685). Settled in Paris, he devoted his time to writing. In 1685, he published his "Relation d'un voyage des Indes orientales" which he dedicated to "his liberator", Bossuet, as well as his "Traité des maladies particulières aux pays orientaux, et dans la route, et de leurs remèdes", which will earn him a place in the history of tropical medicine. However, "La Relation de l'Inquisition de Goa" (1687) remains his great work. In it, Dellon recounts the four terrible years of captivity spent at the hands of the Portuguese Inquisition in the East Indies as well as his trial. Dellon, as one can imagine, does not like the Inquisition. He even makes one of the strongest and most informed denunciations of it. His work is a weapon. A weapon of Louis XIV against the papacy in 1688, when tensions between Paris and Rome were high; a weapon of the Protestants against the Catholic Church and a weapon of the Enlightenment against the Church itself. By comparing the accounts that Dellon gives with the preserved papers of the inquisitions of Goa and Evora, as well as those of the Council of the Inquisition in Lisbon, they show that not only did he live through the events that he attributes to himself, but also that his information is of great precision. The Relation is indeed a first-hand account, an eyewitness account, from the inside, of the workings of an Inquisition tribunal. It is worth emphasizing the rarity of texts of this kind: the accused of the Inquisition were ordered, at the end of their trial, to keep silent about what they had experienced in court. Most of them did so, or at least did not leave any written testimony. There are about ten books in total, all obviously published outside the territories subject to the jurisdiction of the tribunal. The present work has played a capital role in the fight against intolerance during the Enlightenment. Voltaire was inspired by it in Candide, but also Bayle, Limborch, Lesage, Montesquieu, the Marquis d'Argens, d'Alembert, the Abbé Morellet, Beccaria, Buchanan, without forgetting the press which used this testimony with the perfume of an adventure novel doubled with a formidable political and religious pamphlet. The illustration is composed of 6 folding plates retracing the stages of the Inquisition's judgment, including a terrible scene of tortured people being burned at the stake. Rare work of which only 3 copies have been sold in the last 100 years.

DESMAREST (Nicolas).

Dissertation sur lancienne jonction de lAngleterre à la France.

Amiens et Paris, Godart, Ganeau, 1753. 1753 1 vol. in-8° de : [4] ff., 157 pp. [1] pp. et 1 carte gravée dépliante aquarellée in fine. Cartonnage XIXe recouvert de de papier beige, dos lisse titré.

Édition originale de cet ouvrage de Desmarest, décrivant la côte ouest de la Grande-Bretagne du canal de Bristol au cap-Wrath. Dans cet ouvrage, Nicolas Desmarest (1725-1815), géographe français, poursuit son propos sur de la jonction entre lAngleterre et la France. Afin de permettre au lecteur de suivre son raisonnement, il joint une carte des côtes ainsi quune carte topographique remarquablement précise du fond de la mer de la Manche et de la mer dAllemagne, elle-même dressée par Philippe Buache. Bel exemplaire. 1 vol in-8 °. [4] ff., 157 pp. [1] pp. and 1 colored map. Contemp. cardboard binding. First edition of this work describing the west coast of Great Britain from the Bristol Channel to Cape Wrath. In this book, Nicolas Desmarest (1725-1815), a French geographer, goes on about the junction between England and France. To allow the reader to follow his reasoning, he joins a chart of the coast and a remarkably accurate topographic map of the bottom of the Channel Sea and the German Sea, itself drawn by Philippe Buache. Fine copy.

DESNOS (Louis Charles).

Atlas chorographique, historique, et portatif des élections du royaume.

Paris, Desnos, 1763. 1763 1 vol in-4° (277 x 210 mm) de : VIII, XXXIV pp., 122, XI pp., [1] ff. (errata et avis) 27 cartes sur double-pages, dont 1 titre et 1 frontispice. Plein maroquin rouge d'époque, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, armes dorées (non identifiées) sur les plats et encadrement de filets dorés, tranches dorées. Ex-libris sur cuir "Jacques Lacour Gayet".

Première édition de cet atlas chorographique par Louis Charles Desnos (1725-1805). L'ingénieur, géographe et libraire parisien, fut nommé « ingénieur géographe pour les globes et les sphères de Sa Majesté Danoise » pour le Roi du Danemark. Il tenait une boutique rue Saint-Jacques, au Globe. Cependant, il a passé la plus grande partie de sa vie en tant que fabricant de globe et éditeur de cartes à Paris. Il travailla avec les plus importants cartographes de son temps et collabora souvent avec Brion de la Tour. Dans cet ouvrage, Desnos fait la description des : « Paroisses et des feux, la position des villes, des bourgs, des villages, des hameaux et Abbayes, des bois, des prairies, des montagnes, des étangs », le tout accompagné de renseignements pertinents quant à : « lhistoire particulière de chaque ville, sa situation, ses embellissements, ses principaux édifices ». Bel exemplaire bien conservé en maroquin rouge dépoque. 1 vol in-4 °; 27 double-page maps, including 1 title and 1 frontispiece. Full red morocco period, back with ornate nerves, gilded arms. First edition of this chorographic atlas by Louis Charles Desnos (1725-1805). This Parisian engineer, geographer and bookseller was named "geographer for the globes and spheres of His Danish Majesty" for the King of Denmark. He ran a shop on Rue Saint-Jacques. However, he spent most of his life as a globe maker and map publisher in Paris. He worked with the most important cartographers of his time and often collaborated with Brion de la Tour. In this work, Desnos describes the "Parishes and fires, the position of towns, villages, hamlets and abbeys, woods, meadows, mountains, ponds ...", all accompanied by relevant information: "the particular history of each city, its location, its embellishments, its main buildings ...". Great copy, well preserved red morocco period.

DESNOS (Louis Charles), BRION de la TOUR (Louis), ZANNONI.

[ATLAS] Coup dil général sur la France [] pour servir dintroduction au Tableau analytique et géographique de ce Royaume.

A Paris, chez Grangé, imprimeur-libraire, au Cabinet Littéraire, Pont Notre-Dame, près la Pompe ; chez Guillyn, Libraire, Quai des Augustins ; chez Despilly, Libraire, rue Saint-Jacques, à la Croix d'or ; chez Durand Neveu, Libraire, rue Saint Jacques, à la Sagesse ; chez Rozet, Libraire, au coin de la rue Zacharie : chez Delalin, Libraire, rue Saint-Jacques ; chez Desnos, Ingénieur-Géographe, rue Saint Jacques, à l'Enseigne du Globes & de la Spère, 1765-(1766-1767). 1765 1 vol. in-4° (298 x 217 mm.), 15 pp. (titre, av. Propos et division du Royaume), (2) ff. (état des cartes) puis 3 parties: - DESNOS. Tableau analytique de la France []. Paris, 1766. Un titre gravé, un « Plan trigonométrique de la France » replié, 29 cartes générales ou partielles de la France, coloriées ou rehaussées de couleurs, et 2 « Carte [s] odographique [s] » circulaires (datés 1763 et 1766), dont un « Tableau des distances des principales villes du Royaume ». - RIZZI-ZANNONI. Le Petit Neptune français, ou Carte des côtes maritimes du Royaume. Paris, 1767. Un titre gravé et colorié, une carte de la France gravée et repliée et trois cartes coloriées. - MICHEL & DESNOS. LIndicateur fidèle ou Guide des voyageurs qui enseigne toutes les routes royales et particulières de la France []. Paris, 1767. Un titre et une dédicace gravés et 19 cartes gravées et coloriées, dont 10 repliées. Relié in fine : le « Prospectus du Guide des voyageurs », suivi du « Catalogue alphabétique des routes royales et particulières, que contiennent toutes les feuilles de lIndicateur Fidèle. » (6 et 10 pp). (Quelques taches au verso de certaines cartes, occasionnés par les pigments). Demi-veau dépoque, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, tranches rouges.

Bel ensemble réunissant ces 3 publications cartographiques. Louis Brion de la Tour fut ingénieur-hydrographe du Roi, actif de 1756 à sa mort en 1803, il servit donc l'ancien et le nouveau régime. Ses cartes présentent l'intérêt de montrer l'état du réseau routier français avant la Révolution ; elles sont très détaillées et précises. Cette importante réunion de travaux géographiques, topographiques, administratifs et maritimes dus aux cartographes Rizzi Zannoni (1736-1814, géographe de la ville de Venise, chef hydrographe du dépôt de la Marine), Michel par L. Brion de la Tour et Louis-Charles Desnos(1725-1805, ingénieur géographe pour les Globes et les Sphéres) constituent un précieux document présentant la situation de la France à la fin de l'ancien régime. Le travail de gravure (encadrements des cartes...) est très soigné ainsi que la mise en couleurs. Provenance : Ex libris armorié non identifié. Exemplaire très frais et en condition d'époque. Phillips 2990-2993, Tooley's dictionary of mapmakers. 1 vol. in-4°. Contemp. half sheep. Fine set bound together of these 3 cartographic publications. Louis Brion de la Tour was the King's hydrographer-engineer, active from 1756 to his death in 1803, then he served the old and new regimes. His maps shows the state of the French roads before the Revolution; they are very detailed and precise. This important set of geographical, topographical, administrative and maritime works by cartographers Rizzi Zannoni (1736-1814, geographer of the city of Venice, head hydrographer of the Navy depot), Michel by L. Brion de la Tour and Louis-Charles Desnos (1725-1805, geography engineer for Globes and Spheres) gives the situation of France at the end of the old regime. The engraving work (map frames ...) is very nicely done and colored. Provenance: unidentified armored ex-libris . Very fresh copy in period condition.

DHARCOURT (R. & M.).

La Musique des Incas, et ses survivances.

Paris, Librairie orientaliste Paul Gueuthner, 1925. 1925 1 fort vol. in-4° (260 x 195 mm) de : [3] ff. (faux titre, du même auteur, titre, dédicace) ; VII (avant-propos) ; 575 pp. (musique dans le texte ; index bibliographique) ; [1] p. (errata) ; 1 planche ; 1 vol. datlas in-4° (270 x 200 mm) de : [2] ff. (faux titre, du même auteur, titre) ; 23 pp. (table descriptive des planches) ; 39 planches. Texte broché ; atlas sous chemise demi-percaline brune avec lacet dattaches (reliures de léditeur).

Édition originale de ce remarquable travail consacré à la musique et aux instruments de musique des incas. Ce travail dû au couple de musicologue M, et Mme d'Harcourt marque une date dans l'histoire de l'américanisme. La bibliographie très complète qui termine l'ouvrage permet de se rendre compte que c'est là le premier travail d'ensemble sur la musique indienne sud-américaine, la première synthèse sur un art indigène qui jusqu'alors n'avait pas retenu l'attention des ethnologues. L'étude de la musique incasique forme le centre du présent travail, leurs recherches s'étendant à un domaine beaucoup plus vaste comprenant le Mexique, l'Amérique centrale et toutes les régions sud-américaines sur lesquelles subsistent des documents. La première partie même, qui traite des instruments utilisés tant à l'époque précolombienne que depuis la découverte, est une élude ethnographique qui- englobe le Nouveau Monde tout entier. Elle est composée d'une série de véritables monographies incluant une description technique et très poussée de chaque instrument, l'étude de sa répartition dans l'Amérique entière. Ainsi sont passés successivement en revue les sonnailles et les bruiteurs, les tambours et les xylophones, la trompe, la syrinx, la flûte verticale et le flageolet, les sifflets et les ocarinas et les instruments à cordes. La seconde partie de louvrage est entièrement consacrée aux fêtes et aux danses de lancien Pérou et du Mexique. Le 3e chapitre traite de la musique indienne et tout particulièrement de la musique péruvienne au point de vue technique. Y sont répertoriées 204 mélodies, la plupart notées sur place ou recueillies auprès de personnes natives dAmérique du sud. Les auteurs parviennent ainsi à distinguer ce qui est vraiment indien de ce qui a subi l'influence européenne, la musique précolombienne de la musique métissée. À noter encore un chapitre sur la poésie incasique, et un autre sur les chanteurs et instrumentistes. Louvrage est accompagné d'un superbe album de 39 planches en phototypie, dont plusieurs en couleur. Bel exemplaire, très frais. 1 vol. in-4° + 1 atlas in-4° of 39 plates. Publisher binding. First edition of this remarkable work devoted to music and musical instruments of the Incas. This work, due to the couple of musicologist M, and Mrs. d'Harcourt, marks a date in the history of Americanism. The complete bibliography that completes the book makes it possible to realize that this is the first overall work on South American Indian music, the first synthesis on an indigenous art that until then had not retained the attention of ethnologists. The study of Incaic music forms the center of the present work, their research extending to a much larger field including Mexico, Central America and all South American regions on which documents remain. The first part, which deals with the instruments used both in the pre-Columbian period and since the discovery, is an ethnographic study that encompasses the entire New World. It is composed of a series of real monographs including a technical and very detailed description of each instrument, the study of its distribution in the whole of America. Thus, bells and noisemakers, drums and xylophones, trumpet, syrinx, vertical flute and flageolet, whistles and ocarinas and stringed instruments were successively reviewed. The second part of the book is entirely devoted to the festivals and dances of ancient Peru and Mexico. The third chapter deals with Indian music and especially Peruvian music from a technical point of view. There are 204 melodies recorded, mostly noted on the spot or collected from people native of South America. The authors thus manage to distinguish what is truly Indian from what has undergone European influence, the pre-Columbian music of mixed music. There is another chapter on Incasic poetry, and another on singers and instrumentalists. The set includes a superb album of 39 collotype plates, many in color. Fine copy, very fresh.

DOUBILLE.

[Alguier de la Martinique / Seaweeds herbarium of the Martinique]. La Martinique, 1856-1863.

1856 1 vol. in-folio (501 x 342 mm.) de : [63] ff. (avec 1 à 3 spécimens pour un total de 112) ; [27] ff. bl. Pleine percaline d'époque, dos coins renforcés par une toile noire. (Défauts d'usage).

Important alguier comportant 112 spécimens dalgues collectés en Martinique entre mai 1856 et juillet 1863, travail soigné portant la mention manuscrite de son auteur: Doubille. Cest à partir de 1820 que, dans le même esprit que les herbiers, des scientifiques développent la technique des herbiers dalgues ou 'alguiers, moyen pratique pour étudier les spécimens dalgues et leur évolution. Certains firent même lobjet dune publication à petit nombre, comme celui des frères Crouan (Brest, 1852, 50 ex.). Il avait fallu 15 ans à ces pharmaciens de Brest pour réaliser leur alguier de 404 spécimens qui recense la flore marine du Finistère. Complexes à réaliser, les alguiers anciens sont beaucoup plus rares que les herbiers. Or, avec la baisse inquiétante de la biodiversité, les alguiers du milieu du 19eme siècle, véritables photographies dune flore marine en partie disparue, sont dune valeur inestimable pour les biologistes. Le présent alguier en est un très bel exemple: les spécimens sont en bon état de conservation, le travail de collecte et de collage sur papier est parfaitement exécuté et la taille du recueil permet dy exposer les algues dans leur entièreté. Réalisé à la Martinique (mentions manuscrites de lieu et de date), cet alguier est particulièrement intéressant car il permet détudier les algues présentes sur cette île au milieu du XIXe siècle, offrant la possibilité de les comparer avec les spécimens actuels et ainsi dobserver leur évolution. Son auteur na pas noté le nom des spécimens. Pourtant la qualité de son travail laisse à penser quil sagit de l'uvre dun scientifique. Le nom de Doubille est inscrit à lencre sur certaines planches. Il est probable que ce dernier ait séjourné plusieurs années en Martinique car les dates de prélèvements indiquées sétalent sur 7 ans, entre 1856 et 1863. Le recueil comporte au total 63 feuillets volants encartés (permettant denlever et de remettre les spécimens aisément) dont 18 à pleine page (318 x 243 mm.) et 45 à demi-page (248 X 161 mm.), avec 1 à 3 spécimens par feuillet. Parmi ces algues, nous avons pu identifier: la Laitue de mer (Ulva lactuca), la Dulse (Palmaria palmata), la Dictyota, les Rhodophytes (algues rouges), la Padina Jamaicensis, les Stypopodium Natans et Zonale ou encore la Sargasse (Sargassum). Précieuse et rare collection conservée dans sa reliure dorigine de percaline brune. Références bibliographiques pour les algues: algaebase et INPN MNHN. 1 vol. in-folio of : [63] ff. (with 1 to 3 specimens for a total of 112); [27] ff. bl. Full period cloth, back corners reinforced with black canvas. Important seaweed herbarium containing 112 specimens collected in Martinique between May 1856 and July 1863, meticulous work bearing the handwritten mention of its author: Doubille. It was from 1820 that, in the same spirit as herbariums, scientists developed the technique of seaweed herbariums or "alguiers" in French, a practical means of studying algae specimens and their evolution. Some were even published in small numbers, such as that of the Crouan brothers (Brest, 1852, 50 copies). It took 15 years for these pharmacists from Brest to produce their alguier of 404 specimens which lists the marine flora of Finistère. Complex to achieve, early alguiers are much rarer than herbarium. However, with the worrying decline in biodiversity, seaweed herbarium from the middle of the 19th century, a time capsule of partly extinct marine flora, is of inestimable value to biologists. This alguier is a very good example: the specimens are in good condition, the way of collecting and gluing them on paper is perfectly executed and the size of the " alguier " allows the algae to be exposed in their entirety. Made in Martinique (handwritten notes of place and date), this Alguier is particularly interesting because it allows to study the algae present on this American island in the middle of the 19th century, offering the possibility of comparing them with current specimens and thus to observe their evolution. Its author did not specify the names of the specimens. Yet the quality of his work suggests that he is a scientist. The name "Doubille" is written in ink on some plates. It is likely that he spent several years in Martinique because the dates of the samples indicated are spread over 7 years, between 1856 and 1863. The collection comprises a total of 63 inset loose leaves (allowing specimens to be removed and returned easily) including 18 full pages (318 x 243 mm.) and 45 half-page (248 X 161 mm.), with 1 to 3 specimens per sheet. Among these algae, we were able to identify: Sea lettuce (Ulva lactuca), Dulse (Palmaria palmata), Dictyota, Rhodophytes (red algae), Padina Jamaicensis, Stypopodium Natans and Zonale or Sargassum (Sargassum). Precious and rare collection preserved in its original brown percaline binding.

DOUGLAS (Capt. Andrew Snape).

A log of the proceedings of His Majestys Ship Southampton, of 32 guns and 200 men, Captain Andrew Snape Douglas, Commander, kept by himself.

[A bord], 1786-1787. 1 vol. in-4° (205 x 165 mm.) de : [61] pp. manuscrites à l'encre brune ; [14] ff. bl. ; et 1 tableau in-folio à l'encre brune (200 x 160 mm.) donnant la liste des escales. Cartonnage recouvert de papier à la colle rose.

Journal de bord manuscrit original d'un voyage en méditerranée du H.M.S. Southampton. Il comporte des tables dans lesquelles lécriture semble être deux mains différentes, l'une étant celle du capitaine Douglas, l'autre probablement celle d'un de ses officiers. La feuille repliée glissée dedans donne "Une liste des différents endroits où j'ai été à H: Majs Ship Southampton A. S. Douglas Esqr. Commr de quitter le Little Nore. Sept 1786 au [titre inachevé] ', signé' J. Baikies (?). ' Andrew Snape Douglas était un capitaine de marine écossais distingué dans la Royal Navy pendant les révolutions américaine et française. Il commandait le HMS Southampton, de 32 canons, qui avait été nommé navire de garde à Weymouth, lorsque le roi George III lui rendit visite. Douglas conduisit le roi lors de son premier voyage à bord d'un navire de guerre et, le 13 septembre 1789, le roi George nomma Douglas chevalier. Le manuscrit débute le 18 juillet 1786 avec le récit de sa remise de commandement du Southampton. Il décrit l'armement du navire et les divers ordres de lamirauté qu'il a reçus lors de ses voyages à Lisbonne, dans la baie de Gibraltar, dans la baie de Tanger, dans la baie d'Alger, à ville de Franche, à Marseille et à Toulon. 1 vol. in-4°. Manuscript on paper. Card board binding. Original manuscript log from a Mediterranean voyage of H.M.S. Southampton. It includes tables in what appear to be two different hands, one being Captain Douglas's, the other possibly in the hand of one of his officers. The laid-in sheet provides A list of the different places I have been at in H: Majs Ship Southampton A. S. Douglas Esqr. Commr from leaving the Little Nore. Sept 1786 to the [title unfinished]', signed 'J. Baikies(?).' Andrew Snape Douglas was a distinguished Scottish sea captain in The Royal Navy during the American and French Revolutions. He was in command of the 32-gun HMS Southampton, which had been appointed the guard ship at Weymouth, when the town was visited by King George III. Douglas conducted the King on his first voyage aboard a warship, and on 13 September 1789 King George appointed Douglas a knight bachelor. Douglas' manuscript opens on 18 July 1786 with an account of his receiving on that day the commission to command the Southampton. He describes the fitting of the ship and the various orders from Admiralty he was given during travels to Lisbon, Gibraltar Bay, Tangier Bay, Algier Bay, Ville Franche, Marseilles, and Toulon.

DOUNOT (DIDIER)

Confutation de l'invention des longitudes ou de la mecometrie de l'eymant. Cy devant mise en lumiere souz le nom de Guillaume le nautonnier.

Paris, François Huby, 1611. 1611 1 vol in-4° ( x mm.), ff. [4], 42, Vignette gravée sur le titre, bandeaux et lettrines, shémas dans le texte. Plein vélin, tranches rouges. Marquage brun de la marge du titre et du feuillet de dédicace du à la reliure.

Édition originale de ce texte de toute rareté du à Didier Dounot, uvre critique de la « Mécométrie de l'aimant, c'est-à-dire, la manière de mesurer les longitudes » (Venes, 1603) de Guillaume le Nautonier de Castelfranc (1560-1620). Ce pasteur protestant passionné de mathématiques et d'astronomie rechercha un moyen de calculer les longitudes. Son livre lui avait valut d'être nommé géographe ordinaire du roi Henri IV, en 1609. Aussi, à peine imprimé, louvrage fut utilisé, dés sa première expédition de 1603, par Samuel de Champlain, pour ses travaux cartographiques en Nouvelle-France. En 1611 , Dounot fait parraitre sa « Confutation de l'invention des longitudes ou de la mecometrie de l'eymant », critique très argumentée de louvrage de Dounot quil accuse de ne pas démontrer ses affirmations et de rejeter comme fausses toutes les observations sur la déclinaison de la boussole qui ne corroboraient pas sa théorie, présentant et discutant les théories et observation de plusieurs auteurs contemporains concernant le calcul des longitudes et la déclinaison du compas. Mercator est le premier, au XVIe siècle, à tenter de déterminer la longitude en la mesurant. Parallèlement, le médecin britannique William Gilbert établit les tables de cette déclinaison. Louvrage de Nautonnier est l'un des premiers à spéculer sur le lien entre la longitude et la déclinaison de l'aimant. Inspiré par les ouvrages de ses prédécesseurs : Jean-Baptiste de la Porte, Michel Coignet, Sanutus, Bessard, Il défend l'idée de deux pôles magnétiques fixes, vers lesquels l'aiguille des aimants est orientée en permanence. Didier Dounot (1574-1640), qui enseigna les mathématiques à Paris et fut l ami de Descartes et de Marin Mersenne, critique ici sa théorie sur le géomagnétisme émise par Nautonnier en 1603. Reprenant et réfutant point par point ses théories et se référant aux observations des navigateurs ( dont celles faites à St Helene, aux iles Tristan de Concha et à Canton en Chine). Enfin il consacre son dernier chapitre à la critique des observations de Samuel Champlain en Nouvelle France sur la micrométrie, non sans un certain humour : « Que le sieur de Castel-Franc vouloit conclure universellement pour toute la terre, mes démonstrations précédentes lempêcheront. Car encore quil ait cinq cent sieurs de Champlain observant en cinq cent endroits de la terre, et que toutes leurs observations conviennent avec la mecometrie, je ne veux que deux ou trois petites observations contraires pour ruiner tout. Et quil dit tant quil voudra quune hirondelle ne fait pas le printemps, il ne faut quune induction particulière pour détruire une proposition universelle. Mais je voudrais bien savoir quelle certitude peut avoir le Sieur Champlain quune longitude observée par la mecometrie, à la Nouvelle France, sera véritable ? Aura-t-il point trouvé en Canada quelques Ptolémée manuscript, qui contiennent les longitudes diceluy. » Lalande, p. 156. Houzeau & Lancaster, n°10324. Jérôme Lamy, «Le problème des longitudes en mer dans les traités d'hydrographie des Jésuites aux XVIIe et XVIIIe siècles» in Histoire & Mesure, 2006. 1 vol. in-4°. woodcut device on title, woodcut initials and headpieces, woodcut diagrams. Later vellum. Original edition of this text of any rarity from Didier Dounot (1574-1640), critical work of the « Mécométrie de l'aimant, c'est-à-dire, la manière de mesurer les longitudes » (Venes, 1603) by Guillaume de Nautonier de Castel-franc (1560-1620), a book that earned him the title of Ordinary Geographer to King Henry IV in 1609. Just printed, his work was used by Samuel de Champlain (circa 1570-1635) during his first expedition of 1603 for his cartographic work of New France. In 1611, Dounot published his " Confutation de l'invention des longitudes", a very well-argued criticism of Dounot's work, which he accuses of not demonstrating his claims and rejecting them as false. Mercator was the first in the sixteenth century to attempt to determine longitude by measuring it. In parallel, the British doctor William Gilbert establishes the tables of this declination. Nautonnier's work is one of the first to speculate on the link between the longitude and the declination of the magnet. He defends the idea of two fixed magnetic poles, towards which the needle of the magnets is oriented permanently. Dounot, mathematics teacher in Paris and friend of Descartes, criticizes here Nautonniers theory on geomagnetism. Repeating and refuting point by point his theories and referring to the observations of navigators (including those made made in St Helena, Tristan de Concha and Canton in China). Finally, he devotes his last chapter to the criticism of Samuel Champlain's observations in New France using the mecrometry, not without some humor: "That the Sieur de Castel-Franc wanted to conclude universally for all the earth, my previous demonstrations will prevent it. For although he has five hundred Sieurs de Champlain observing in five hundred places of the earth, and all their observations agree with the mecometrie, I want only two or three small contrary observations to ruin everything. And that he says as long as he wants a swallow does not make spring, it only takes a particular induction to destroy a universal proposition. But I would like to know what certainty Sieur Champlain may have that a longitude observed by mecometrie in New France will be true? Will he not have found in Canada some Ptolemy manuscript, which contain the longitudes of the place?. "

DRALET (Etienne François).

Considérations sur l'Histoire Naturelle des Poissons, sur la Pêche et les Lois qui la régissent.

Toulouse, Douladoure, 1821. 1821 1 vol. in-8° (204 x 129 mm.) de : [1] f. (avis de décès de Madame Jeanne-Sabine De Pendaries, la sur de Dralet) ; [1] f. bl. ; 116 pp. (dont table). Ex-libris gravé de la bibliothèque de Laussat au dos du premier plat. E.a.s. à lencre noire de lauteur à M. Chauvet. Basane racinée d'époque, dos lisse orné, pièce de titre de maroquin rouge titré à l'or, guirlande dorée encadrement les plats, roulette dorée sur coupes.

Rare et seule édition de cet ouvrage ichtyologique due à EŽtienne-Francžois Dralet. Fils dun arpenteur forestier, Étienne-François Dralet (1760-1844), étudie les mathématiques et la jurisprudence à Paris, puis le droit à Pau. Il est reçu avocat à Auch en 1786, mais il n'exerce pas et gère le domaine de la famille Montesquiou-Fézensac. En 1801, il devient conservateur des Eaux et Forêts à Toulouse, une fonction quil exerçe jusquà sa retraite, en 1833. Administrateur avisé et intègre, il sattache à rendre à lÉtat les forêts usurpées par des particuliers ou des communes et à rétablir une ressource très dégradée pendant la Révolution. Il est également membre de l'Académie Royale des Sciences et des Belles Lettres de Toulouse et l'un des 40 mainteneurs (membre) de lAcadémie des Jeux Floraux, une société littéraire qui doit son nom aux fêtes célébrées à Rome en l'honneur de la déesse Flore et qui récompensent chaque 3 mai les auteurs des meilleures poésies en français et en occitan. Écrivain prolifique, Dralet publie de 1812 à 1824 une série de traités dans lesquels il se montre partisan et premier théoricien du traitement en futaie jardinée des forêts. En écrivant dans son traité du hêtre de 1824, Aidez la nature en limitant, et elle récompensera promptement vos moindres soins, Dralet semble avoir été le premier auteur, bien avant Adolphe Parade (1837 ; forestier français, directeur de l'école des Eaux et Forêts), dune grande idée : Imiter la nature et hâtez son uvre qui inspira ensuite toute la sylviculture française. Dans cet ouvrage consacré à lhistoire naturelle des poissons, Dralet décrit les espèces les plus courantes de poissons d'eau douce et d'eau salée (carpe, truite, saumon, brème, lamproie, etc.): Lesturgeon est connu à Bordeaux sous le nom créac, en Provence et en Languedoc sous le nom de sturium. Les cinq rangées parallèles décailles osseuses qui donnent à ce poisson la forme dun pentagone, le distingue des autres poissons du même genre [...] (p.48). Lauteur poursuit avec un chapitre consacré aux diverses méthodes de pêche: Parmi les moyens pour prendre le poisson, on distingue principalement, 1° les lignes de diverses espèces, qui toutes sont terminées par un crochet recouvert dun appât; 2° les rets ou filets, quune main habile emploie à envelopper le poisson, à le couvrir, ou à lenlever du fond de leau; 3° les engins de bois qui présentent une entrée facile, mais dont ne peuvent plus sortir les poissons qui sy sont engagés; 4° les procédés mis en usage pour attirer le poisson, lenivrer ou le faire périr. (p.51). Louvrage se termine avec un chapitre traitant de la législation réglementant la pêche en mer, dans les rivières et les lacs accompagnée des observations de lauteur à ce sujet. Exemplaire truffé de lavis de décès de Madame Jeanne-Sabine De Pendaries, la sur de lauteur ainsi que dun envoi autographe adressé à M. Chauvet (1761-1852 ; administrateur des forêts). Provenance : bibliothèque de Laussat (ex-libris gravé au dos du premier plat). Bel ouvrage dont on ne dénombre aucun exemplaire passé en vente dans les 50 dernières années et seulement 9 en fonds publics. 1 vol. in-8° (204 x 129 mm.) of : [1] f. (death notice of Madame Jeanne-Sabine De Pendaries, Dralet's sister); [1] bl. f.; 116 pp. (including table). Engraved bookplate of the Laussat library on the back of the first side. Signed autograph in black ink from the author to M. Chauvet. Contemporary sheep, smooth spine gilt, red morocco label, gilt garland framing the boards, gilt roulette on the edges. Rare and only edition of this ichthyological work due to Etienne-Francois Dralet. Son of a forest surveyor, Étienne-François Dralet (1760-1844), studied mathematics and jurisprudence in Paris, then law in Pau. He was admitted as a lawyer in Auch in 1786, but he did not practice law and managed the estate of the Montesquiou-Fézensac family. In 1801, he became curator of Water and Forests in Toulouse, a position he held until his retirement in 1833. A wise and honest administrator, he endeavored to return to the State the forests usurped by private individuals or municipalities and to restore a resource that had been very degraded during the Revolution. He was also a member of the Royal Academy of Sciences and Belles Lettres of Toulouse and one of the 40 "maintainers" (members) of the Academy of Floral Games, a literary society which owes its name to the festivals celebrated in Rome in honor of the goddess Flora and which rewarded the authors of the best poems in French and Occitan every May 3rd. A prolific writer, Dralet published from 1812 to 1824 a series of treatises in which he showed himself to be a proponent and the first theorist of the treatment of forests in the form of planted forests. By writing in his 1824 treatise on beech, "Help nature by imitating her, and she will promptly reward your least care" [translated from French], Dralet seems to have been the first author, well before Adolphe Parade (1837; French forester, director of the Ecole des Eaux et Forêts), of a great idea: "Imitate nature and hasten her work" [translated from French], which later inspired all French silviculture. In this work devoted to the natural history of fish, Dralet describes the most common species of freshwater and saltwater fish (carp, trout, salmon, bream, lamprey, etc.): "The sturgeon is known in Bordeaux under the name créac, in Provence and Languedoc under the name sturium. The five parallel rows of bony scales which give this fish the shape of a pentagon, distinguish it from other fish of the same genus [...]" (translated from French, p.48). The author continues with a chapter devoted to the various methods of fishing: "Among the means of catching fish, we distinguish principally, 1° lines of various kinds, all of which are terminated by a hook covered with a bait; 2° rets or nets, which a skilful hand employs to envelop the fish, to cover it, or to remove it from the bottom of the water; 3° wooden devices which present an easy entrance, but from which the fish which have been engaged in them can no longer get out; 4° the processes put into use to attract the fish, to inebriate them, or to cause them to die. " (translated from French, p.51). The work ends with a chapter dealing with the legislation regulating fishing in the sea, in rivers and lakes, accompanied by the author's observations on this subject. Copy with the death notice of Mrs. Jeanne-Sabine De Pendaries, the author's sister, as well as an autograph letter addressed to Mr. Chauvet (1761-1852; administrator of the forests). Provenance : Laussat library (ex-libris engraved on the back cover). Beautiful work of which there is no copy sold in the last 50 years and only 9 in public funds.

DRASLE DE GRAND PIERRE.

Relation de divers voyages faits dans l'Afrique, dans l'Amérique et aux Indes Occidentales. La description du royaume de Juda et quelques particularitez touchant la vie du Roy regnant. La relation d'une isle nouvellement habitée dans le détroit de Malacca en Asie, et l'histoire de deux princes de Golconde, par sieur Draslé...

Paris, Jombert, 1718. 1718 1 vol. in-12° (165 x 95 mm.) de : [3] ff. (titre, table) ; 352 pp. ; [2] ff. (approbation, privilège). Plein veau d'époque, dos à nerfs orné, titre de marocain brun, roulette sur les coupes, tranches rouges. Ex libris gravé J. B.T.A (Jean, Baptiste, Thomas, Antoine) de Chauliac (1765...), Chr de St Louis, Lt colonel de cavalerie. (Coiffe supérieure accidentée).

Rare édition originale (les suivantes sont de 1726 et 1728) de cette précieuse relation d'un périple effectué entre 1700 et 1718. Ces voyages, dont l'auteur nous livre les souvenirs, sont de constantes allées et venues entre les continents; fait prisonnier par les anglais, il est contraint de visiter certaines parties de l'Afrique noire. Libéré, il revient en Amérique et cherche à participer à des faits militaires. Ses récits sont tissus d'anecdotes souvent pleines d'intérêt et parfois cocasses (cf: p. 7, à propos de Buénos-Aires: "Les femmes y sont belles, vives, spirituelles, et galantes, et assez bien prévenues des François, à qui elles font volontiers des avances, comme si elles vouloient les consoler de l'incivilité de leurs pères ou de leurs maris, qui sont toujours un peu dominés à notre égard par leur antipathie Espagnole. Cependant, il faut rendre justice à ceux qui habitent Buenos-Aires, je ne les ay point trouvés jaloux comme les autres, et ils ont méme des usages assez François à l'égard de leurs épouses, à qui nous allions rendre visite avec beaucoup de liberté, et sans qu'ils le trouvassent mauvais. Il semble que quelque air de Paris ait passé en ce pays, et qu'il en ai chassé la jalousie Espagnole...") et parsemés de descriptions de villes et de royaumes tropicaux. Liste des pays traversés : Amérique du Sud. Brésil. Argentine. Mexique. Afrique. Guinée. Bénin. Martinique. Asie. Indonésie. Ile de la Pierre Blanche. Inde. Bel exemplaire dans sa reliure d'origine. 1 vol. in-12° of : [3] ff. ; 352 pp. ; [2] ff. Contemp. calf. Rare first edition (the following are from 1726 and 1728) of this precious relation of a journey made between 1700 and 1718. These trips, that author gives us the account, are constant comings and goings between continents : taken prisoner by the English, he is forced to visit parts of Black Africa. Released, he returns to America and seeks to participate in military events. His stories are anecdotes often full of interest and sometimes funny (see: p. 7, about Buenos-Aires: "Women are beautiful, lively, witty, and gallant, and quite well prevented from Francis, to whom they willingly make advances, as if they wished to console them for the incivility of their fathers or their husbands, who are always a little dominated by Spanish antipathy, but we must render justice to those who live. Buenos Aires, I did not find them jealous like the others, and they even used French enough with regard to their wives, to whom we went to visit with a lot of freedom, and without them finding it bad. It seems that some air of Paris has passed into this country, and that it has expelled the Spanish jealousy ... ") and strewn with descriptions of cities and tropical kingdoms. List of countries crossed: South America. Brazil. Argentina. Mexico. Africa. Guinea. Benign. Martinique. Asia. Indonesia. White Stone Island. India. Fine copy, in its original binding.

[DUGUAY-TROUIN] DU GUE-TROUIN (René).

Memoires de Du Gué-Trouin, Chef d'Escadre Des Armées De S. M. T. C. et Grand-Croix de l'Ordre Militaire de S. Louis.

Amsterdam, Pierre Mortier, 1732. 1732 1 vol. in-12° (143 x 83 mm.): [3] ff. (titre en rouge et noir, épître); 290 pp. (erreurs de pagination sans manque). Plein veau d'époque, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge, filet à froid encadrant les plats, filet doré sur les coupes, tranches jaspées de rouge. (Rares taches et salissures).

Bel exemplaire de l'édition originale "pirate" en second tirage de ce célèbre récit de marin. En 1720 ou 1721, date probable de la première rédaction de ses mémoires, Duguay-Trouin (1673-1736) a cessé de naviguer. A l'exception d'une brève démonstration de force en Méditerranée en 1731, pour impressionner le Dey d'Alger, l'homme de la fameuse "prise de Rio" ne reprit pratiquement plus la mer. La sincérité et le soucis de vérité, choses bien rares dans les Mémoires -fort nombreux- publiés à cette époque et l'absence de toute pause dans le texte tiennent pour une part au fait que ce texte n'était nullement destiné à la publication. Écrit à la demande de son frère et de ses amis, il resta longtemps à l'état de manuscrit car son auteur ne voulait alors pas le publier. Aussi, sans souci de paraître, ni la volonté de dissimuler, Duguay-Trouin se livre tout entier dans ses Mémoires. Loin de chercher à composer un personnage, il ne dissimule rien de ce qu'il a connu et ressenti dans sa vie de marin: "L'aveu sincere que je fais des égaremens de ma jeunesse, et mon inclination trop violente pour les femmes, servira de leçon aux jeunes gens pour les engager à éviter de pareils éceuils, et à ne pas se livrer à cette passion tyrannique qui nous rend esclave le reste de nôtre vie." Il fut très irrité de voir ses Mémoires publiés sans son autorisation à Amsterdam, en 1730, à partir sans doute d'une copie du manuscrit original que Duguay-Trouin avait prêté au cardinal Dubois en 1723 et qu'il n'avait récupéré, grâce à l'intervention du Régent, qu'après la mort du Premier Ministre, la même année. Cette édition clandestine de 1730, rééditée jusqu'à la parution de l'officielle de 1740, porte le titre: « Mémoires de M. Du Gué-Trouin ». Elle est due à Pierre de Villepontoux et le texte est non expurgé. Dans son épître datée de Londres, du 7 mars 1730, Villepontoux écrit: « Permettez que j'aye l'honneur de vous offrir vôtre propre ouvrage... » Le titre de cet ouvrage portait une double injure qui augmentait encore le ressentiment de Duguay-Trouin: L'orthographe favorite de son nom n'était pas respectée et le titre glorieux de Grand-Croix de l'ordre de Saint-Louis qui lui était attribué était usurpé puisqu'il n'était, depuis le 1er mai 1728, que commandeur de cet ordre. Moins dédaigneux du succès de son auteur, Villepontoux avait complaisamment reproduit ses aventures de jeunesse que Duguay-Trouin, sur les conseils du Cardinal de Fleury, avait retranchées de son manuscrit. Lédition officielle que fit paraître son exécuteur testamentaire en 1740 est évidement emputée des fameux « égarements de jeunesse » du grand marin et son style très spontané y est totalement remanié. Le Nepvou de Carfort, dans sa biographie de Duguay-Trouin, déclare que des deux, c'est celle de Villepontoux qu'il préfère, malgré ses imperfections car elle est daprès lui beaucoup plus proche des textes originaux dont il fut le redécouvreur. Bel exemplaire en reliure dépoque. 1 vol. 12mo (143 x 83 mm.) : [3] ff. (title in red and black, epistle); 290 pp. (pagination errors without missing). Full contemporary calf, spine ribbed and decorated, red morocco title-piece, cold fillet framing the boards, gilt fillet on the edges, edges speckled with red. (Rare stains and soiling). A well preserved copy of this second printing of the original "pirate" edition. In 1720 or 1721, soon after he stopped sailling, Duguay-Trouin (1673-1736) started to write his memoirs. With the exception of a brief show of force in the Mediterranean sea in 1731, which was meant to impress the Dey of Algiers, the man of the famous capture of Rio hardly ever sailed again. The sincerity and the commitment to truth, which are very rare in the many Memoirs published at that time, as well as the absence of any pause in the text are partly due to the fact that this text was not intended for publication. Written at the request of his brother and his friends, it remained for a long time in the form of a manuscript because its author did not want to publish it. The exceptional sincerity of the text is due to the fact that Duguay-Trouin did not want to make a character out of himself nor to dissimulate parts of his life. Far from trying to compose a character, he conceals nothing of what he knew and felt in his life as a sailor: The sincere confession that I make of the errors of my youth, and my too violent inclination for women, will serve as a lesson to young people to urge them to avoid similar pitfalls, and not to give themselves up to this tyrannical passion which makes us slaves for the rest of our lives. (translated from French) He was very irritated to see his Memoirs published without his authorization in Amsterdam, in 1730, from a copy of the original manuscript that Duguay-Trouin had lent to Cardinal Dubois in 1723 and that he had recovered, thanks to the intervention of the Regent, only after the death of the Prime Minister, which happened in the same year. This clandestine edition of 1730, which was republished until the publication of the official one of 1740, bears the title: Mémoires de M. Du Gué-Trouin. It is due to Pierre de Villepontoux and the text was not expurgated. In his epistle dated London, March 7, 1730, Villepontoux wrote: "Allow me to have the honor of offering you your own work... (translated from French)" The title of this work carried a double insult which irritated Duguay-Trouin even more: his favorite spelling of his name was not respected and the glorious title of Grand-Croix of the order of Saint-Louis which was attributed to him was usurped since he was, since May 1, 1728, only commander of this order. Less disdainful of the success of his author, Villepontoux had complacently reproduced his youthful adventures which Duguay-Trouin, on the advice of Cardinal de Fleury, had cut out of his manuscript. In the official edition published by his executor in 1740, the famous youthful misadventures of the great sailor were obviously removed and his very spontaneous style was totally reworked. Le Nepvou de Carfort, in his biography of Duguay-Trouin, declares that of the two, he prefers Villepontoux's edition, in spite of its imperfections, because it is, according to him, much closer to the original texts of which he was the rediscoverer.

DUHAMEL DU MONCEAU (Henri-Louis).

Élémens de l'Architecture navale, ou Traité pratique de la Construction des Vaisseaux. Par M. Duhamel du Monceau, de l'Académie royale des Sciences, de la Société Royale de Londres, Honoraire de la Société d'Edimbourg & de l'Académie de Marine, Inspecteur Général de la Marine. Seconde Edition revue, corrigée & augmentée par l'Auteur.

A Paris, rue Dauphine, chez Charles-Antoine Jombert, Imprimeur-Libraire du Roi pour l'Artillerie & le Génie, à l'Image Notre-Dame, M. DCC. LVIII. 1758 1 vol. in-4° (262 x 200 mm.) de : XLIV (titre avec vignette gravée, dédicace, préface) ; 49 pp ; XXIX (table alphabétique, page du titre de la partie paginé 49, première page de la table paginée II) ; 484 pp. (reprise de la pagination à 51 et non 50 car page impaire, dont table des matière et explication); 1 frontispice gravé et 11 bandeaux gravés d'après N. Ozanne (10) et Chedel (1) ; 24 planches gravées dépliantes (planches 8 et 9 sur un seul feuillet dépliant). (Rares rousseurs mais corps d'ouvrage assez frais). Plein veau marbré d'époque, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin brun, roulette dorée sur les coupes, tranches rouges. (Mors supérieur, coiffes et coins discrètement restaurés).

Seconde édition, en partie originale, la meilleure de cet ouvrage de référence, très populaire au 18ème siècle, le premier qui aborde la construction navale de manière scientifique et accessible à tous (E.O. : 1752, même adresse). Son auteur, Henri-Louis Duhamel du Monceau (1700-1782) est lun des grands esprits scientifiques du 18ème siècle, souvent en désaccord avec les Encyclopédistes, il est lun des fondateurs de lagronomie et de la sylviculture modernes, et laissa une uvre importante dans des domaines variés, et spécialement dans celui de marine et de la construction navale. Étant propriétaire terrien en Gâtinais et dans une aisance financière certaine, il put à loisir se consacrer à ses deux premières passions: la botanique et l'agronomie. Lié avec les principaux savants de son époque, et notamment Buffon, Malesherbes, Jussieu, il fut reçu dès 1728 à l'Académie des Sciences et lui fournit plus de soixante mémoires relatifs à l'agriculture, au commerce, à la marine et aux arts mécaniques. En 1731, il se voit confier létude de lamélioration du bois destiné à la construction navale, ce qui lui vaudra dêtre reconnu en premier lieu comme spécialiste de la filière bois. A partir de 1731, il collabore, à la demande de Maurepas avec Buffon, qui travaille à la traduction de Hales, dont luvre influence sensiblement celle de Duhamel. Une première rupture entre les deux hommes a lieu en 1738, où Buffon présente à lAcadémie un texte que Duhamel considère comme un plagiat de ces propres travaux, puis lannée suivante où Buffon supplante Duhamel en devenant intendant du Jardin du Roi, ce qui explique que Duhamel se tourne vers la marine. Avec Richelieu, mais surtout Colbert, la France sest dotée dune marine de guerre puissante, capable de rivaliser avec la flotte britannique et la construction navale est au centre de ce grand projet militaire et industriel. Les connaissances de Duhamel sur le bois le recommandent particulièrement pour lapplication des principes scientifiques à la construction navale. En 1737, il se rend en Angleterre et aux Pays-Bas avec le constructeur de vaisseaux Blaise Ollivier, et le 1er août 1739, il est nommé au poste dInspecteur Générale de la Marine pour le Ponant et le Levant par Maurepas, selon la décision de Louis XV. A cette époque, si la technique sappuie sur des règles chiffrées, elles sont obtenues empiriquement, et aucun théoricien na réellement réussi à appliquer des principes mathématiques à la construction navale (tentatives de Goubert et Andrault de Langeron). Avec le présent ouvrage, Duhamel parvient pour la première fois à établir une science de la construction navale. Rédigés à partir de notes à usage personnel qui sont jugées intéressantes pour linstruction par des officiers et des constructeurs, les Elémens dArchitecture navale, est une uvre de vulgarisation qui met à jour les secrets des constructeurs jusqualors jalousement gardés. Véritable manuel pratique, l'ouvrage présente des notions élémentaires sur les charpentes et les principales pièces du navire, précise les normes et références techniques des différents types de vaisseaux, traite des plans et donne des méthodes de calcul directement applicables. Il connaîtra un véritable succès et fera rapidement l'objet de traductions. L'illustration gravée en taille-douce comprend un frontispice par Chedel d'après Ozanne, un fleuron sur le titre et une vignette en tête de la dédicace réalisée par Ozanne ainsi que dix ravissantes vignettes en tête des chapitres signées Chedel (chapitre 10) ou Ozanne (chapitres 1 à 9) représentent des ingénieurs maritimes devant des maquettes et scènes de chantiers navals, des scènes de stéréotomie du bois, des arsenaux et des vues avec des voiliers et enfin 23 planches dépliantes non signées, dont une avec 2 sujets (pl. VIII et IX), formant en tout 24 sujets. Cette seconde édition est augmentée du 10ème chapitre : « Méthode pour connoître sur un plan si le vaisseau qu'on projette portera la voile ». Dans cette volonté de réformer la marine française, Duhamel du Monceau crée en 1741 une première école de marine qui sera fermée en 1758 pour des questions budgétaires. C'est en 1765 qu'il fonde, sous le patronage du duc de Choiseul, lÉcole des ingénieurs-constructeurs des vaisseaux royaux, ancêtre de lÉcole nationale supérieure de techniques avancées. Maurepas accepte le projet à la condition que Duhamel en assure la direction, ce qu'il fait jusqu'à sa mort, et bien que le poste ne soit pas rémunéré. Avec des professeurs comme Pierre Bouguer, Étienne Bézout ou encore Charles Étienne Louis Camus, les élèves s'imposent rapidement par leurs compétences, à l'image d'Antoine Groignard, de Léon Guignace, de Joseph Marie Blaise Coulomb ou de Jacques-Noël Sané, contribuant ainsi à donner corps au projet royal. Duhamel visite les ports et les côtes, préconise des aménagements. Il procède à des inspections dans les arsenaux, vastes ensembles de bâtiments administratifs (casernement des troupes, salle d'armes, bagne des forçats) et d'ateliers (corderie, atelier de fabrication des voiles, atelier des poulies), préfigurant ainsi la réorganisation des arsenaux entreprise à partir de 1763 avec Antoine Choquet de Lindu et la grande ordonnance de 1765. Soucieux des conditions dhygiène dans lesquelles vivent les marins embarqués, il exprime ses vues en la matière dans un ouvrage paru en 1759 intitulé Moyens de conserver la santé aux équipages des vaisseaux. Le don de sa collection de modèles de navires et de machines darsenaux au roi Louis XV en 1748 doit être considéré comme lacte fondateur dune collection nationale. Il reste conservateur de la Salle de Marine jusquà sa mort en 17829. Il convient encore de signaler que Duhamel aide lofficier orléanais Bigot de Morogues à fonder lAcadémie de Marine. Bel exemplaire de cet ouvrage majeur dans lhistoire de la Marine française. 1 vol. in-4° (262 x 200 mm.) of : XLIV (title with engraved vignette, dedication, preface) ; 49 pp ; XXIX (alphabetical table, title page of the part paginated 49, first page of the table paginated II) ; 484 pp. (resumption of pagination at 51 and not 50 because odd page, including table of contents and explanation) ; 1 engraved frontispiece and 11 engraved bands after N. Ozanne (10) and Chedel (1) ; 24 engraved folding plates (plates 8 and 9 on a single folding leaf). (Rare foxing or faded leaves). Full contemporary marbled calf, spine ribbed and decorated, brown morocco title-piece, gilt roulette on the edges, red edges. Second edition, partly original, the best of this reference work, very popular in the 18th century, the first one that approaches shipbuilding in a scientific way and accessible to all (OE: 1752, same address). Its author, Henri-Louis Duhamel du Monceau (1700-1782) is one of the great scientific minds of the 18th century, often at odds with the Encyclopedists, he is one of the founders of modern agronomy and forestry, and left an important body of work in various fields, and especially in that of marine and shipbuilding. Being a landowner in Gâtinais and in a certain financial ease, he could at leisure devote himself to his two first passions: botany and agronomy. In 1728, he was admitted to the Académie des Sciences and submitted more than sixty memoirs on agriculture, commerce, the navy and the mechanical arts. In 1731, he was entrusted with the study of the improvement of wood for shipbuilding, which earned him recognition as a specialist in the wood industry. From 1731, he collaborated, at the request of Maurepas, with Buffon, who was working on the translation of Hales, whose work had a significant influence on that of Duhamel. A first break between the two men occurred in 1738, when Buffon presented to the Academy a text that Duhamel considered as a plagiarism of his own work, and then the following year when Buffon supplanted Duhamel by becoming intendant of the King's Garden, which explains why Duhamel turned to the Navy. With Richelieu, but especially Colbert, France had acquired a powerful navy, capable of competing with the British fleet, and shipbuilding was at the center of this great military and industrial project. Duhamel's knowledge of wood particularly recommended him for the application of scientific principles to shipbuilding. In 1737, he went to England and the Netherlands with the shipbuilder Blaise Ollivier, and on August 1, 1739, he was appointed Inspector General of the Navy for the Ponant and the Levant by Maurepas, according to the decision of Louis XV. At that time, if the technique was based on numerical rules, they were obtained empirically, and no theorist had really succeeded in applying mathematical principles to shipbuilding (attempts by Goubert and Andrault de Langeron). With the present work, Duhamel succeeds for the first time in establishing a science of shipbuilding. Written from notes for personal use that were considered interesting for instruction by officers and builders, the Elémens d'Architecture navale is a work of popularization that brings to light the secrets of builders that were previously jealously guarded. A true practical manual, the work presents elementary notions on the frameworks and the main parts of the ship, specifies the standards and technical references of the different types of ships, deals with plans and gives directly applicable calculation methods. It was a real success and was quickly translated. The intaglio illustration includes a frontispiece by Chedel after Ozanne, a fleuron on the title and a vignette at the head of the dedication by Ozanne as well as ten delightful vignettes at the head of the chapters signed by Chedel (chapter 10) or Ozanne (chapters 1 to 9) representing maritime engineers in front of models and shipyard scenes, scenes of wood stereotomy, arsenals and views with sailing ships and finally 23 unsigned folding plates, including one with 2 subjects (pl. VIII and IX), making a total of 24 subjects. This second edition is augmented by the 10th chapter: "Méthode pour connoître sur un plan si le vaisseau qu'on projette portera la voile". In this desire to reform the French navy, Duhamel du Monceau created in 1741 a first naval school which was closed in 1758 for budgetary reasons. In 1765, under the patronage of the Duke of Choiseul, he founded the School of Royal Shipbuilding Engineers, the forerunner of the École nationale supérieure de techniques avancées. Maurepas accepted the project on the condition that Duhamel would direct it, which he did until his death, and although the position was unpaid. With teachers such as Pierre Bouguer, Étienne Bézout and Charles Étienne Louis Camus, the students quickly made a name for themselves with their skills, such as Antoine Groignard, Léon Guignace, Joseph Marie Blaise Coulomb and Jacques-Noël Sané, thus helping to give substance to the royal project. Duhamel visited the ports and the coasts and recommended improvements. He carried out inspections in the arsenals, which were vast complexes of administrative buildings (troop barracks, arms room, convict prison, etc.) and workshops (rope works, sail making workshop, pulley workshop, etc.), thus prefiguring the reorganization of the arsenals undertaken from 1763 onwards with Antoine Choquet de Lindu and the great order of 1765. Concerned about the hygienic conditions in which sailors lived, he expressed his views on the subject in a work published in 1759 entitled Moyens de conserver la santé aux équipages des vaisseaux (Means of maintaining the health of ship's crews). The gift of his collection of ship models and arsenal machines to King Louis XV in 1748 must be considered as the founding act of a national collection. He remained curator of the Salle de Marine until his death in 17829. It should also be noted that Duhamel helped the Orléans officer Bigot de Morogues to found the Académie de Marine. Beautiful copy of this major work in the history of the French Navy.

DULAGUE (Vincent François).

Leçons de navigation.

Paris, Delalain, 1814. 1814 1 vol. in-4° (210 x 135 mm) de : XXIV (faux titre, prix, titre avec vignette, signature, table des matières) ; 358 pp. ; 95 pp. (tables astronomiques) ; 8 planches dépliantes (figures géométriques). Pleine basane marbré d'époque, dos lisse orné et titré, tranche rouge. (Rares rousseurs, coiffes arrasées et défauts d'usage).

Édition revue et augmentée de ce célèbre ouvrage destiné à linstruction des marins et des hydrographes, due à Dulague (EO: 1768). Vincent François Jean-Noël Dulague (1729 - 1805) est président de lacadémie des sciences, des belles lettres et des arts de Rouen et professeur dhydrographie à lécole au collège royal de la même ville. La présente édition est divisée en 5 parties. Louvrage débute par une introduction contenant les notions élémentaires de la science de la navigation (notions et définitions de la géométrie, de la sphère et de ses cercles, des astres...). Dans la seconde partie, Dulague aborde les calculs astronomiques indispensables à la navigation (calcul du temps, des phases de la lune et des marées) ainsi que les moyens pour trouver la latitude et la longitude grâce aux astres. Cette section se termine par des problèmes astronomiques accompagnés de leur solution. Lauteur consacre la troisième et quatrième partie de son ouvrage à la façon de diriger un navire, à lutilisation de la boussole, aux cartes marines ainsi que la manière de naviguer grâce à la règle du compas ou le quartier de réduction (outil graphique permettant de faire un point par estime). La dernière partie est consacrée à la détermination de la longitude par la mesure des distances de la lune au soleil ou aux étoiles. Louvrage se termine par un abrégé de trigonométrie rectiligne et sphérique servant de supplément aux leçons de navigation accompagné de nombreuses tables astronomiques. Le succès de son livre est tel qu'il est adopté comme texte de référence par toutes les écoles de navigation et dhydrographie de lépoque. Lillustration se compose de 8 planches dépliantes représentant des figures géométriques, astronomiques et nautiques ainsi que de nombreux tableaux et calculs mathématiques dans le texte. Exemplaire conservé dans sa reliure dorigine. 1 vol. in-4° (210 x 135 mm) of : XXIV (false title, price, title with vignette, signature, table of contents) ; 358 pp. ; 95 pp. (astronomical tables) ; 8 folding plates (geometrical figures). Full contemporary marbled basane, smooth back decorated and titled, red edge. (Rare foxing, torn crowns and defects of use). Revised and enlarged edition of this famous work intended for the instruction of sailors and hydrographers, due to Dulague (EO: 1768). Vincent François Jean-Noël Dulague (1729 - 1805) was president of the Academy of Sciences, Fine Arts and Letters of Rouen and professor of hydrography at the Royal College of the same city. The present edition is divided into 5 parts. The work begins with an introduction containing the elementary notions of the science of navigation (notions and definitions of geometry, of the sphere and its circles, of the stars...). In the second part, Dulague discusses the astronomical calculations essential for navigation (calculation of time, moon phases and tides) as well as the means to find latitude and longitude using the stars. This section ends with astronomical problems and their solutions. The author devotes the third and fourth part of his book to the way to steer a ship, the use of the compass, nautical charts and the way to navigate thanks to the compass rule or the "quarter reduction" [translated from French] (a graphic tool allowing to make a point by dead reckoning). The last part is devoted to the determination of longitude by measuring the distances from the moon to the sun or stars. The book ends with a "compendium of rectilinear and spherical trigonometry" [translated from French] as a supplement to the navigation lessons accompanied by numerous astronomical tables. The success of his book was such that it was adopted as a reference text by all schools of navigation and hydrography of the time. The illustration consists of 8 folding plates representing geometrical, astronomical and nautical figures as well as numerous tables and mathematical calculations in the text. Copy preserved in its original binding.

DUPLESSIS.

Traité du Globe-Plat, ou Mappe-Monde, d'une Projection Nouvelle : contenant un recueil alphabétique & géographique des Empires, Royaumes, Etats, Pays, Isles, Villes, Caps, Mers.

A Paris chez Grangé, Imprimeurs-Libraire et chez l'Auteur 1769. 1769 1 vol. in-12° (155 x 90 mm.) de : [1] f. (faux titre) ; 159 pp. (dont titre, épitre dédicatoire au Prince de Conti et avis au lecteur, erreur de pagination sans incidence ; [5] pp. (approbation, privilège, errata); 1 grand tableau dépliant et culs-de-lampe. Cartonnage d'époque de papier gris non-rogné, dos lisse titré à l'encre brune. (Salissures, défauts d'usage aux bords des feuillets, papier du tableau jauni, le reste frais).

Unique édition, de toute rareté, de ce traité alphabétique et géographique des parties les plus connues du monde par le Sieur Duplessis. Peu dinformations sont disponibles sur la biographie de Duplessis, cependant il publie en 1767 une brochure intitulée Calendrier Perpétuel" dont la dernière page le décrit comme un vendeur de documents géographiques en tout genre. Ce traité était dailleurs en vente chez lauteur comme en atteste cette inscription en bas du tableau dépliant : Se vend à Paris chez Duplessis, à lentrée du Pont Notre Dame, près le Quai de Gesvres. Cet ouvrage est une explication de sa carte du monde, Globe-Plat ou Mappe-Monde dun Projection Nouvelle, dans lequel il dresse un tableau de lancien et du nouveau Monde réunis en un seul point de vue. Ce traité, ainsi que sa carte, serviront de préparation aux premières études géographiques ainsi quà faire connaître les lignes et cercles importants du globe terrestre : le méridien, léquateur, le zodiaque, lhorizon, les tropiques et les deux cercles polaires. Dans une première partie, Duplessis traite des climats, de la répartition des habitants, de la façon à employer pour trouver lheure peu importe sa position et de la déclinaison du soleil. Dans une seconde partie, lauteur présente des observations détaillées et par ordre alphabétique pour chacun des lieux présents sur sa carte (courte description du lieu accompagnée de ses coordonnées géographiques): Lima, ville célèbre de lAmérique méridionale capitale du Pérou, & la résidence du Viceroi, long. 301., lat. mérid. 12. 15. P. long. 79. occ. (p. 114). Lillustration se compose dun grand tableau dépliant détaillant "la Population des Etats du Monde les plus connus". Ouvrage dune grande rareté dont on répertorie seulement 2 exemplaires en bibliothèque séparés de leur carte (à part la BNF qui a les deux mais considère quils ne forment pas un ensemble). 1 vol. in-12 ° of : [1] f.; 159 pp.; [5] pp.; 1 large folding table and culs-de-lamp. Original gray cardboard binding, untrimmed. Unique and rare edition of this alphabetical and geographical treatise of the most famous parts of the world by Sieur Duplessis. Little information is available on Duplessis' biography, however, in 1767, he published a brochure entitled Perpetual Calendar [translated from French], the last page of which describes him as a seller of all kinds of geographical documents. This treatise was also on sale at the authors shop as evidenced by this inscription at the bottom of the folding table: For sale in Paris at Duplessis, at the entrance to the Pont Notre Dame, near the Quai de Gesvres [translated from French]. This work is an explanation of his map of the world, Globe-Plat or Mappe-Monde of a New Projection [translated from French], in which he paints a picture of the old and the new world united in a single point of view. This treatise, as well as its map, has served for the preparation of the first geographical studies as well as to make known the important lines and circles of the terrestrial globe: the meridian, the equator, the zodiac, the horizon, the tropics and the two polar circles. In the first part, Duplessis deals with climates, the distribution of inhabitants, the way to find the time regardless of the position and the declination of the sun. In a second part, the author presents detailed observations in alphabetical order for each of the places on his map (short description of the place accompanied by its geographical coordinates): Lima, famous city of South America, capital of Peru, & the Viceroy's residence, long. 301 ., Lat. merid. 12 . 15 . P. long. 79 . occ. [translated from French] (p. 114). The illustration consists of a large fold-out table detailing "The Population of the World's Most Famous States" [translated from French]. Very rare work of which only 2 copies are listed in the library separate from their map (apart from the BNF which has both but considers that they do not form a set).

DURANTI DE LIRONCOURT (G.-A. de.).

Instruction élémentaire et raisonnée sur la construction-pratique des vaisseaux, en forme de dictionnaire.

Paris, J.B.G. Musier fils, 1771. 1771 1 vol. in-8° (200 x 132 mm.) de : XXXII pp. (faux titre, titre avec vignette, avant-propos, table, approbation, privilège du roi) ; 271 pp. (erreur de pagination sans incidence). Provenance: le Comte de Pontevès Giens (inscription manuscrite à l'encre brune du propriétaire sur la première page de garde: "Jappartiens à Monsieur le Comte de Pontevès Giens" et sur la seconde page de garde:"epg 1785"). 2 tables dépliantes. Plein veau dépoque, dos à nerfs orné. (Coins émoussés).

Edition originale de ce rare manuel de construction navale due au chevalier Duranti de Lironcourt, exemplaire du comte de Pontevès Giens, célèbre officier de marine français, membre fondateur de la Société des Cincinnati. Gustave-Adolphe, chevalier Duranti de Lironcourt (1743-1792) est un officier de marine français, lieutenant de Vaisseaux et commissaire du roi dans la marine française pour le commerce entre la France et la Hollande. Estimé par le bureau des consulats qui reconnaît son "grand zèle et son esprit", il reçoit une gratification de 3 000 livres pour son rôle dans la guerre d'indépendance américaine. Il est fait chevalier de l'ordre militaire de Saint-Louis en 1775. Son ouvrage actuel fut principalement publié à l'usage des Gardes de la Marine, essentiellement pour les étudiants du Collège Naval Royal distribué. Produit sous forme de dictionnaire, avec uniquement 2 tableaux et sans aucune planche, avec l'intention de forcer les étudiants à apprendre par observation dans les chantiers navals; "c'est sur le chantier naval, et le livre en main, qu'un jeune homme doit suivre la description imprimée: si le texte était accompagné de chiffres, le lecteur serait tenté de rester dans sa chambre" (p.xxix). Provenance : ex-libris manuscrit " Jappartiens à Monsieur le Comte de Pontevès Giens ". Henri Jean Baptiste de Pontevès-Gien, comte de Pontevès-Gien (1738-1790) est un officier de marine français qui s'illustre lors de la guerre dindépendance Américaine. Commandant la frégate de 32 canons La Résolue dans la division navale de Vaudreuil, il participe à la prise de Saint-Louis du Sénégal (31 janvier 1779), puis enlève et détruit les établissements anglais de Gambie, de Sierra Leone et de la Côte de l'Or (11 février-24 mai 1779). Après avoir pris le fort James, il pille tous les comptoirs anglais sur les deux rives de la Gambie, s'empare du fort de l'île de Tasso, détruit l'établissement de l'île de Los et de l'île de Bense, le fort d'Apollonie, celui de Succondée, etc. Il prend dans cette campagne 14 bâtiments, 96 pièces de canon et fait de nombreux prisonniers. Il reçoit une commission de capitaine de vaisseau le 13 mars 1779 et rejoint ensuite le théâtre dopérations américain au sein de la flotte placée sous les ordres du comte de Guichen. Il prend part aux trois combats de la Dominique (17 avril, 15 et 19 mai 1780), contre la flotte britannique de l'amiral Rodney. Il participe, sur la Résolue, à la bataille de la Grenade, dans les Petites Antilles, le 6 juillet 1779, bataille entre la flotte britannique de lamiral Byron et la flotte française du comte dEstaing. Il est promu major du Corps royal dinfanterie de la Marine le 6 novembre 1780, major de la Marine et des armées navales le 20 août 1784. Membre fondateur de la Société des Cincinnati de France le 7 janvier 1784, il est nommé membre adjoint de lAcadémie de Marine en 17852 et promu Major général de la Marine et des armées navales le 1er mai 1786. Commandant à partir du 20 septembre 1788 le vaisseau LIllustre (74) et la station navale des îles du Vent, Pontevès-Gien meurt d'une fièvre épidémique à la Martinique, à bord de son bâtiment, le 23 juillet 1790, en rade de Fort-Royal. Très bel exemplaire conservé dans sa reliure dorigine, très frais. 1 vol. in-8°. 2 fold. tables. Contemporary full calf. First edition of this rare shipbuilding manual by the chevalier Duranti de Lironcourt, copy of the Comte de Pontevès Giens, famous French marine officer, founder member of the Society of the Cincinnati. Gustave-Adolphe, chevalier Duranti de Lironcourt (1743-1792), lieutenant de Vaisseaux, and Commissaire of the king in the French navy for the trade between France and Holland. Estimated by the Office of the consulates which recognizes his " great zeal and spirit ," he received a gratuity of 3,000 pounds for his role in the American war of independence . He became a knight of the military order of St. Louis in 1775. His present work was mostly published for the use of the Gardes de la Marine, essentially the students of a distributed Royal Naval College. Produced in dictionary form, without plates, with the intention of forcing the students to learn by observation in the shipyards; "it is on the shipyard, and with the book in hand, that a young man should follow the printed description: if the text was accompanied by figures, the reader would be tempted to stay in his room" (p.xxix). Provenance : handwritten ex-libris "I belong to Monsieur le Comte de Pontevès Giens". Henri Jean Baptiste de Pontevès-Gien, Count of Pontevès-Gien (1738-1790) is a French naval officer who distinguished himself during the American War of Independence. Commanding the 32-gun frigate La Résolue in the naval division of Vaudreuil, he took part in the capture of Saint-Louis from Senegal (January 31, 1779), then removed and destroyed the English establishments in Gambia, Sierra Leone and the Côte de Gold (February 11-May 24, 1779). After taking Fort James, he plundered all the English trading posts on both shores of the Gambia, seized the fort of Tasso Island, destroyed the settlement of Los Island and Bense Island, the fort of Apollonia, that of Succondée, etc. In this campaign, he took 14 buildings, 96 pieces of cannon and made many prisoners. He received a commission as a captain on March 13, 1779, and then joined the American theater of operations as part of the fleet under the orders of the Comte de Guichen. He took part in the three battles of Dominica (April 17, May 15 and 19, 1780), against the British fleet of Admiral Rodney. He took part inboard the Resolute in the Battle of Grenada in the Lesser Antilles on 6 July 1779, a battle between Admiral Byron's British fleet and Count d'Estaing French fleet. He was promoted major of the Royal Corps of Infantry of the Navy on November 6, 1780, major of the Navy and of the naval armies on August 20, 1784. Founding member of the Société des Cincinnati on January 7, 1784, he was appointed deputy member of the Marine Academy in 1785 and promoted to Major General of the Navy and the naval armies on May 1, 1786. Commanding from September 20, 1788 the ship L'Illustre (74) and the naval station of the Windward Islands, Pontevès- Gien died of an epidemic fever in Martinique, on board his vessel, on July 23, 1790, in the harbor of Fort-Royal. Fine copy preserved in its original binding, very fresh interior.

DUREY (J.)

[Scéne annimée d'une baie en Méditerranée / ANIMATED SCENE OF A BAY IN THE MEDITERRANEAN].

SLND (Circa 1850]. 1850 1 feuille ( 455 x 700 mm.), dessin au au crayon, au pastel, et à la gouache, signé.

Grand et beau dessin exécuté au pastel et à la gouache, figurant une scène de vie animée d'une baie en Méditerranée, signé J. Duret. Au premier plan, plusieurs navires de toute tailles sont échoué sur une grève. Lun deux a les mats brisés à mi-hauteur, des marins saffairent sur deux des embarcations dont lune est gréée. Au loin, 2 autres bateaux naviguent à la voile. Sur la gauche, on distingue les murs dune cité fortifiée aux pieds desquels se tiennent plusieurs personnages. En face, sur un caillou escarpé, se dresse la haute tour dun phare. Un ciel coloré de lever du jour éclaire dune douce lumière ce coin de cote qui pourrait se situer en Espagne. 1 sheet (455 x 700 mm.). Drawing in pencil, pastel, and gouache, signed. Large and beautiful drawing executed in pastel and gouache, depicting a lively scene of life in a bay in the Mediterranean, signed J. Duret. In the foreground, several ships of all sizes are stranded on a beach. One of them has its masts broken halfway up, sailors bustle about two of the boats, one of which is rigged. In the distance, 2 other boats are sailing. On the left, we can see the walls of a fortified city at the feet of which several figures stand. Opposite, on a steep pebble, stands the high tower of a lighthouse. A colorful sky at dawn shines a soft light on this corner of the coast which could be located in Spain.

[ENGELMANN et GRAF]

Livre d'Heures d'après les Manuscrits de la Bibliothèque Royale.

Paris, Engelmann et Graf, 1846. 1846 1 vol. in-12° (155 x 115 mm.) de : CLXXXIV (texte enluminé et réhaussé l'or, dont titre et table) ; 17 Illustrations à pleine page (comprises dans la pagination). Plein chagrin noir d'époque, dos et plats orné de croix dorées et à froid, titre en plein, tranches dorées, dentelle dorée sur les chasses, gardes doublées de moire rouge avec monograme frappé à l'or.

Magnifique exemplaire de cette édition classée parmi les « incunables de de la chromolithographie », exemple des possibilités dimpression offertes par cette technique. Texte en rouge, bleu, or et noir, illustrations et riches ornements à lor et couleurs vives. Principalement lithographié par H. Moulin d'après A. Ledoux et H. Soltau & Coffetier. Pour l'invention de la chromolithographie, Godefroy Engelmann reçut le prix "Société d'Encouragement" en 1838. Chromolithographies à pleine page, lettrines et encadrements inspirés des enluminures médiévales. 1 vol. in-12 ° of: CLXXXIV (illuminated text enhanced with gold, title and table); 17 Full-page illustrations. Full black chagrin of time, spine and covers adorned with gilded crosses, golden hedges, guards lined with red moire. Beautiful copy of this edition classified among the "incunabula of chromolithography", an example of the printing possibilities offered by this technique. Text in red, blue, gold and black, illustrations and rich gold ornaments and bright colors. Mainly lithographed by H. Moulin after A. Ledoux and H. Soltau & Coffetier. For the invention of chromolithography, Godefroy Engelmann was awarded the "Société d'Encouragement" prize in 1838. Full-page chromolithographs, initials and frames inspired by medieval illuminations.

ENGEL (Samuel).

Extraits raisonnés des voyages faits dans les parties septentrionales de l'Asie et de l'Amérique, ou nouvelles preuves de la possibilité d'un passage aux Indes par le nord.

Lausanne, Jules Henri Pott, 1779. 1779 1 vol. in-4° (242 x 197 mm.) de : [1] f. (faux titre) ; XXIV (titre avec vignette, épître, avertissement, indice, errata, nouvelles corrections) ; 268 pp. ; 2 cartes gravées dépliantes (Carte de la partie Septentrionale et Occidentale de l'Amérique, Carte de la partie Septentrionale et Orientale de l'Asie). Ex-libris manuscrit à l'encre brune sur le titre: "Martin". (Petite déchirure discrètement restaurée à la base de la première carte). Demi-veau à coins de parchemin d'époque, plats recouvert de papier à la colle bleue, dos lisse orné, pièce de titre de maroquin rouge, tranches marbrées de bleu.

Rare exemplaire de cette géographie extrêmement importante des régions septentrionales de lAsie et de lAmérique et du passage par le nord, mais probablement plus remarquable pour le rejet de Engel de la croyance persistante de beaucoup de ses contemporains géographes et cartographes que la Californie était une île. Samuel Engel (1702-1784) est un savant bibliothécaire, magistrat, géographe et agronome suisse. Président de la Société économique de Berne, il étudia et résolu des questions dutilité générale, coopéra à la fondation en Suisse de greniers dabondance et dun hôpital, soccupa très activement de propager la culture des pommes de terre qui furent dune grande ressource pendant la disette de 1772. Dans son ouvrage, Engel aborde la controverse Buache-Delisle et Muller-Bering concernant la fiabilité des découvertes topographiques de la côte nord-ouest de l'Amérique et nord-est de lAsie ainsi que des cartes produites à cet égard. Après avoir comparé scrupuleusement les découvertes et examiné avec diligence les cartes de la partie septentrionale de lAsie et de lAmérique de nombreux géographes et cartographes (Kirilov, Buache, Delisle, Muller, Gmelin, etc.), Engel publie ses conclusions accompagnées de 2 grandes cartes dépliantes: Carte de la partie Septentrionale et Occidentale de l'Amérique et la Carte de la partie Septentrionale et Orientale de l'Asie. Son travail comporte quatre parties: 1° Parties septentrionales de lAsie ; 2° Parties septentrionales de lAmérique ; 3° Sur la probabilité dun passage par les mers Septentrionales ; 4° Sur lutilité dun établissement dans une des régions au Nord de la mer du Sud. En discutant des erreurs dans les longitudes et les latitudes des cartes quil a étudiés, Engel censure notamment Muller pour avoir ajouté, sans fondement, 30 degrés à la largeur de la Sibérie vers l'est, et le soupçonne de vouloir s'attirer les faveurs du gouvernement russe en représentant la Russie plus vaste que ce quelle nest. L'opinion d'Engel est partagée par de Vaugondy, qui réduit considérablement l'étendue de la Sibérie à l'est sur sa carte de 1774 (1). "Dans cet ouvrage, la fiction qui existait depuis longtemps concernant une Californie insulaire a été définitivement supprimée" (Sabin). En effet, Engel affirme sans équivoque que la Californie n'est pas une île mais une presqu'île" (p.176). La plupart des questions que Engel a soulevées gagneraient à être étudiées de nos jours pour voir sil avait raison ou tort dans ses affirmations et conjectures. Remarquable travail de synthèse pour lépoque. (1) Breitfuss, L. Early Maps of North-Eastern Asia and of the Lands around the North Pacific. Controversy between G. F. Müller and N Delisle. Imago Mundi, vol. 3, 1939, pp. 8799. 1 vol. in-4° (242 x 197 mm.) of : [1] f. (false title) ; XXIV ; 268 pp. ; 2 folding engraved maps (Map of the Northern and Western part of America, Map of the Northern and Eastern part of Asia). Handwritten bookplate in brown ink on the title: "Martin". (Small tear discreetly restored at the base of the first map). Half contemporary calf, red morocco label. A rare copy of this extremely important geography of the northern regions of Asia and America and the passage through the north, but probably most notable for Engel's rejection of the persistent belief of many of his geographer and cartographer contemporaries that California was an island. Samuel Engel (1702-1784) was a learned Swiss librarian, magistrate, geographer, and agronomist. President of the Economic Society of Bern, he studied and solved questions of general utility, cooperated in the foundation of granaries and a hospital in Switzerland, and was very active in the propagation of the cultivation of potatoes, which were a great resource during the famine of 1772. In his book, Engel discusses the Buache-Delisle and Muller-Bering controversy concerning the reliability of the topographic findings of the northwest coast of America and northeast Asia as well as the maps produced in this regard. After a careful comparison of the discoveries and a diligent examination of the maps of the northern part of Asia and America by numerous geographers and cartographers (Kirilov, Buache, Delisle, Muller, Gmelin, etc.), Engel publishes his conclusions accompanied by 2 large folding maps: "Carte de la partie Septentrionale et Occidentale de l'Amérique" (Map of the Northern and Western Part of America) and the "Carte de la partie Septentrional et Orientale de l'Asie" (Map of the Northern and Eastern part of Asia). His work is divided into four parts: 1. northern parts of Asia; 2. northern parts of America; 3. on the probability of a passage through the northern seas; 4. on the utility of a settlement in one of the regions north of the South Sea. In discussing the errors in the longitudes and latitudes of the maps he studied, Engel censured Muller in particular for having added, without foundation, 30 degrees to the width of Siberia towards the east, and suspected him of wanting to attract the favours of the Russian government by representing Russia larger than it is. Engel's opinion is shared by de Vaugondy, who considerably reduces the extent of Siberia to the east on his map of 1774 (1). "In this work, the long-existing fiction of an island California has been definitely suppressed" (Sabin). Indeed, Engel unequivocally states that "California is not an island but a peninsula" (translated from French, p.176). Most of the issues Engel raised would benefit from being studied today to see if he was right or wrong in his assertions and conjectures. A remarkable work of synthesis for its time. (1) Breitfuss, L. "Early Maps of North-Eastern Asia and of the Lands around the North Pacific. Controversy between G. F. Müller and N Delisle." Imago Mundi, vol. 3, 1939, pp. 87-99.

EXPILLY (Jean Joseph).

Le géographe manuel, Contenant la description de tous les pays du monde, leurs qualités, leur climat, le caractère de leurs habitants, leurs villes capitales, avec leurs distances de Paris, & des routes qui y mènent, tant par terre que par mer; les changes & les monnaies des principales places de l'Europe, en correspondance avec Paris; la manière de tenir les écritures de chaque nation de l'Europe, &c par l'abbé EXPILLY, ci-devant secrétaire d'Ambassade de sa Majesté Sicilienne, & ensuite examinateur & auditeur Général de l'Evêché de Sagone troisième édition.

Paris, Bauche, 1759. 1759 1 vol in-12° (123 x 70 mm.) de : [5] ff. (faux titre, titre, préface et approbation) ; 438 pp. ; [2] ff. Plein veau d'époque, dos lisse orné, titre de maroquin fauve. Provenance: Madame Ranville (signature). (coiffes et coins discrètement restaurés).

Troisième édition de ce géographe manuel très complet sur tous les pays du monde par Jean-Joseph Explilly (1719-1793). Ecclésiastique français, auteurs de plusieurs ouvrages historiques et géographiques, l'abbé Expilly fut secrétaire d'ambassade du roi de Sicile, examinateur et auditeur général de l'évêché de Sagona en Corse ainsi que chanoine trésorier du chapitre de Sainte-Marthe de Tarascon. Cest à lissue de ses voyages en Europe quil recueille de nombreuses observations sur les pays qu'il visite, et quil en tire des ouvrages qui étaient encore estimés au XIXe siècle pour leurs détails sur le climat, les murs, la population et la vie politique des différents pays. Bel exemplaire de cet ouvrage de référence sur les différences géographiques mais aussi culturelles de tous les pays du globe. 1 vol in-12°. Contemp. calf. Third edition of this very complete manual of geography on all countries of the world by Jean-Joseph Explilly (1719-1793). French priest, author of several historical and geographical works, the Abbe Expilly was Secretary of Embassy of the King of Sicily, examiner and auditor general of the bishopric of Sagona in Corsica and canon treasurer of the chapter of St. Martha of Tarascon. It is after his travels in Europe that he receives many observations on the countries he visited, and draws from them works that were still estimated in the nineteenth century for their details on the climate, manners, the population and the political life of the different countries. Fine copy of this reference book on the geographical and cultural differences of all the countries of the globe.

[FAUVEL, (Robert)].

OBSERVATIONS CURIEUSES SUR LE VOYAGE DU LEVANT fait en MDCXXX par Messieurs FERMANEL, FAUVEL, BAUDOUIN, STOCKOVE. Où l on voit ce que nos géographes ont écrit de plus curieux des Royaumes de CORSE, de SARDAIGNE, de la SICILE, et d autres iles...

Rouen, Jean Viret, 1668. 1668 1 vol. in-4° (240 x 175 mm.) de: [4] ff. (titre, au lecteur, table); 882 pp. (dont table); [2] ff. (bois gravé représentant la signature du sultan «Amurath fils du sultan Achmet, toujours victorieux"); bandeaux et culs de lampes. Ex-libris manuscrit à l'encre brune sur la page de garde: "Semichon". (Très rares rousseurs). Pleine basane d'époque, dos à nerfs orné et titré à l'or, tranches mouchetées de rouge. (Quelques défauts dusage).

Édition originale de cette relation décrivant le voyage au Levant entre 1630-1632 contenant des détails sur les îles grecques et les côtes de l'Asie mineure effectué par les voyageurs Fauvel, Fermanel, de Launay et Stochove. Leurs noms sont inscrits sur la page de titre sans préciser lauteur, néanmoins les bibliographies saccordent pour attribuer ce récit à Robert Fauvel. En effet, trois de ces voyageurs - Fauvel, Fermanel et Stochove - ont successivement publiés le récit de leur voyage sous des titres, formats et contenus différents: Le Voyage d'Italie et du Levant [...] (1630, 1664, 1670, 1687) ; Voyage de Levant [...] (1650, 1662) et Observations curieuses sur le voyage du Levant [...] (1668, 1703). Comparé aux autres récits, Observations curieuses sur le voyage du Levant [...] est louvrage le plus complet de par son grand format in-4° et son nombre de pages. Notre exemplaire est une impression rouennaise de Jean Viret de 1668. Le privilège placé in fine indique les noms de deux autres imprimeurs de Rouen (Jacques Hérault et la veuve d'Antoine Ferrand) à lenseigne desquels est également paru ce texte la même année. Robert Fauvel, sieur de Doudeauville (fin du XVIe - 1661) est voyageur français et maître en la cour des comptes de Rouen, il est connu pour avoir beaucoup de dévotion et la passion des voyages. Fauvel effectue, en compagnie de MM. de Fermanel (fin du XVIe-1672), conseiller au Parlement de Normandie, Baudoin de Launay et Vincent Stochove de Sainte-Catherine (1605-1679), gentilhomme flamand, un voyage en Palestine, pour visiter les Lieux Saints. Partis de Paris le 15 mars 1630, ils sont de retour le 4 août 1632. Ce long récit de 882 pp. conte leur périple et donne de précieuses observations géographiques, religieuses et ethnographiques. Extrait dun passage sur Constantinople: "Cette ville fut premièrement bâtie par Byzance fils de Neptune & de Ceroesse, qui la fit appeler de son nom Byzance. Quelques-uns soutiennent que ce fut Byzes Amiral de la Flotte des Mégariens, et qu'il y conduisit la première colonie; & ceux-là ajoutent qu'ayant formé le dessein de bâtir une ville, il alla consulter l'Oracle, pour apprendre de lui le lieu où il Ia pourrait placer plus avantageusement [...] (p.340) ainsi quun second extrait sur la prière musulmane: Ils ont accoutumé de prier cinq fois le jour, au lever du soleil, sur les neuf heures du matin, à midi, à trois heures après midi, & au coucher du soleil, & ils sont si religieux de les faire à ces heures-là qu'il n'y manquent jamais pourvu qu'il soit en leur pouvoir de les faire. (p.667) In fine est placée une vaste table de 47 pages permettant de naviguer aisément dans louvrage. Suit une traduction du grec en français du passeport délivré aux voyageurs par le Grand Turc à Constantinople le 4 mars 1040, soit lan chrétien de 1631. Sur ce bois gravé intitulé Passeport du Grand Turc se trouve une reproduction du tugra (monogramme des sultans ottomans) de Mourad IV aussi connu comme le "Sultan Amurath, fils du sultan Achmet, toujours victorieux". Provenance: Semichon (ex-libris manuscrit à lencre brune sur la page de garde). Rare ouvrage dont on ne dénombre que 5 exemplaires passés sur le marché ces 50 dernières années. Bel exemplaire conservé dans sa reliure dépoque, intérieur très frais. 1 vol. 4to (240 x 175 mm.) of : [4] ff. (title, to the reader, table) ; 882 pp. (including table) ; [2] ff. (woodcut representing the signature of the sultan "Sultan Amurath, fils du sultan Achmet, toujours victorieux") ; headbands and footnotes. Handwritten bookplate in brown ink on the title page: "Semichon". (Very rare foxing). Full contemporary basane, spine ribbed and titled in gold, edges speckled with red. (Some defects of use). First edition of this relation describing the voyage to the Levant between 1630-1632 containing details on the Greek islands and the coasts of Asia Minor made by the travelers Fauvel, Fermanel, de Launay and Stochove. Their names are inscribed on the title page without specifying the author, nevertheless bibliographies agree in attributing this account to Robert Fauvel. Indeed, three of these travelers - Fauvel, Fermanel and Stochove - successively published the account of their voyage under different titles, formats and contents: "Le Voyage d'Italie et du Levant [...]" (1630, 1664, 1670, 1687); "Voyage de Levant [...]" (1650, 1662) and "Observations curieuses sur le voyage du Levant [...]" (1668, 1703). Compared to the other accounts, "Observations curieuses sur le voyage du Levant [...]" is the most complete work because of its large format in-4° and its number of pages. Our copy is a Rouen printing by Jean Viret from 1668. The privilege placed in fine indicates the names of two other printers of Rouen (Jacques Hérault and the widow of Antoine Ferrand) under whose sign this text also appeared the same year. Robert Fauvel, sieur de Doudeauville (end of the 16th century - 1661) was a French traveler and master of the court of accounts in Rouen, he was known to have a lot of devotion and a passion for travel. Fauvel made a trip to Palestine to visit the Holy Places in the company of Messrs. de Fermanel (late 16th-1672), a counselor at the Parliament of Normandy, Baudoin de Launay and Vincent Stochove de Sainte-Catherine (1605-1679), a Flemish gentleman. They left Paris on March 15, 1630 and returned on August 4, 1632. This long account of 882 pp. tells of their journey and gives valuable geographical, religious and ethnographical observations. Extract from a passage on Constantinople: "This city was first built by Byzantium, son of Neptune and Ceroesse, who called it Byzantium by his name. Some maintain that it was Byzantium, Admiral of the Fleet of the Megarians, and that he led the first colony there; & those add that having formed the intention to build a city, he went to consult the Oracle, to learn from him the place where he could place it more advantageously [...]" (translated from French, p.340). Extract of a passage on the Moslem prayer: "They are accustomed to pray five times a day, at sunrise, at nine o'clock in the morning, at noon, at three o'clock in the afternoon, & at sunset, & they are so religious to do them at these hours that they never fail to do them as long as it is in their power to do them. (translated from French, p.667). In fine is placed a vast table of 47 pages allowing to navigate easily in the work. Follows a translation from Greek into French of the passport issued to travelers by the Grand Turk in Constantinople on March 4, 1040, the Christian year of 1631. On this woodcut entitled "Passport of the Great Turk" (translated from French) is a reproduction of the tugra (monogram of the Ottoman sultans) of Murad IV also known as "Sultan Amurath, son of Sultan Achmet, always victorious" (translated from French) . Provenance: "Semichon" (handwritten bookplate in brown ink on the title page). Rare work of which only 5 copies have been sold in the last 50 years. Beautiful copy preserved in its original binding, very fresh inside.

[FOIGNY, Gabriel de].

[UTOPIE / UTOPIA]. Les Avantures de Jacques Sadeur, dans la découverte et le Voyage de la Terre Australe contenant les moeurs & les Coutumes des Australiens, leur Religion, leurs Exercices, leurs Etudes, leurs Guerres & leurs Animaux...

Amsterdam, David Mortier, 1732. 1732 1 vol. in-12° (163 x 100 mm.) de: [8] ff. (titre, préface, table) ; 341 pp. ; [2] pp. (approbation, privilège). Pleine basane marbrée dépoque, dos lisse orné, titre de maroquin fauve, tranches rouges, gardes de papier dominoté à motifs floraux.

Dernière édition du plus célèbre roman utopique du XVIIe siècle sur la terre australe (E.O.: 1676) et ses habitants par Gabriel de Foigny (1630-1692). Moine défroqué et penseur libertin, Foigny fait au départ partie de lordre des Cordeliers, au sein duquel il est réputé excellent prédicateur. Ce nest quen 1666 quil se détourne du catholicisme et sinstalle en Suisse. Dès lors, il publie quelques leçons dont les manuels : « La Facilité et l'élégance des langues latine et françoise comprises en XCI leçons (1673) » ou encore « L'Usage du jeu royal de la langue latine (1674) ». Jusqualors peu remarqué, il fait paraître son roman utopique en 1676 et ce dernier suscite de vives réactions et indignations. En effet, ce récit fictif sur la terre australe, terre dont on ignore pratiquement tout à lépoque, est interdit à la vente dans plusieurs régions et notamment à Genève en raison de sa description des murs et coutumes peu orthodoxes des « Australiens ». Parut à lorigine sous le titre : « La Terre australe connue, c'est-à-dire la description de ce pays inconnu jusqu'ici, de ses murs et de ses coutumes, par M. Sadeur », louvrage dépeint une société utopique dont le merveilleux vire à la parodie. Le personnage principal, Jacques Sadeur, lui aussi imaginaire, découvre une contrée : « sans règles et sans préceptes », dans laquelle il ny a ni pouvoir ni classes et où lanarchie qui y règne crée une certaine harmonie. Lidée nest pas sans rappeler « LAbbaye de Thélème », décrite dans Gargantua de Rabelais, paru en 1534. Foigny imagine un pays peuplé de bons sauvages commandés par la raison « qui les unit entre eux et les porte à tout ce qu'il y a de meilleur et de plus juste ». On peut lire que ce pays : « peut passer pour une image parfaite de l'état de l'homme jouissant de la béatitude naturelle sur la Terre ». Au fil des pages, lauteur dépeint ainsi une société peuplée d'hermaphrodites égalitaires et végétariens, qui, malgré leur douceur et leur tolérance, massacre tout individu sexué, ces derniers étant vus comme des demi-hommes. Jacques Sadeur, lui-même hermaphrodite est ainsi accepté et vit durant 35 ans au sein de cette société imaginaire. Nul besoin de sétendre sur les raisons de la censure dun tel récit à cette époque. Foigny est logiquement contraint de sexpliquer devant la justice sur le contenu de son livre scandaleux. Afin d'échapper à la justice et daffirmer sa bonne foi, il se fait passer pour simple traducteur et non auteur de luvre incriminée. Gabriel de Foigny meurt, selon les auteurs, dans un couvent de son ordre en Savoie en 1692. En raison de ses déboires, louvrage connaît de nombreuses éditions dont celle-ci est la dernière, toutes rares sur le marché. Provenance : Léopold P. de Lowenstein (ex-libris manuscrit à lencre brune en bas du feuillet de préface). Bel exemplaire très frais. 1 vol. in-12° (163 x 100 mm.) of : [8] ff. (title, preface, table) ; 341 pp. ; [2] pp. (approval, privilege). Full contemporary marbled basane, smooth spine decorated, fawn morocco title, red edges, endpapers of dominoté paper with floral motifs. Last edition of the most famous utopian novel of the 17th century about the southern land (OE: 1676) and its inhabitants by Gabriel de Foigny (1630-1692). A defrocked monk and libertine thinker, Foigny was initially a member of the Cordeliers order, where he was considered an excellent preacher. It was not until 1666 that he turned away from Catholicism and moved to Switzerland. From then on, he published a few lessons including the manuals: "La Facilité et l'élégance des langues latine et françoise comprend en XCI leçons (1673)" and "L'Usage du jeu royal de la langue latine (1674)". His utopian novel was published in 1676 and provoked strong reactions and indignation. Indeed, this fictional account of the southern land, a land of which practically nothing was known at the time, was forbidden to be sold in several regions, including Geneva, because of its description of the unorthodox mores and customs of the "Australians". Originally published under the title: "La Terre australe connue, i.e. the description of this hitherto unknown country, its manners and customs, by Mr. Sadeur", the work depicts a utopian society whose marvellousness turns into parody. The main character, Jacques Sadeur, also imaginary, discovers a country: "without rules and without precepts" (translated from French), in which there is neither power nor classes and where the anarchy which reigns there creates a certain harmony. The idea is reminiscent of "L'Abbaye de Thélème", described in Gargantua by Rabelais, published in 1534. Foigny imagines a country populated by good savages commanded by reason "which unites them and leads them to all that is best and most just" (translated from French). One can read that this country: "can pass for a perfect image of the state of the man enjoying the natural bliss on the Earth" (translated from French). Throughout the pages, the author depicts a society populated by egalitarian and vegetarian hermaphrodites, who, in spite of their gentleness and tolerance, massacre all sexual individuals, the latter being seen as half-men. Jacques Sadeur, himself a hermaphrodite, is thus accepted and lives for 35 years in this imaginary society. There is no need to dwell on the reasons for the censorship of such a story at that time. Foigny was logically forced to explain the content of his scandalous book to the courts. In order to escape justice and to affirm his good faith, he pretended to be a simple translator and not the author of the incriminated work. Gabriel de Foigny died, according to the authors, in a convent of his order in Savoy in 1692. Because of its setbacks, the work has known many editions of which this is the last one, all rare on the market. Provenance : Leopold P. de Lowenstein (handwritten bookplate in brown ink at the bottom of the preface leaf). A nice and fresh copy.

FORCE (Jean Aimar Piganiol de la).

Nouveau voyage de France, avec un itineraire, et des cartes qui marquent exactement les routes quil faut suivre pour voyager dans toutes les provinces de ce Royaume.

Paris, Guillaume Desprez, 1755. 1755 2 vol. in-12° (175 x 100 mm.) de: xxi, [3], 392 pp., 7 cartes dépliantes; iv, 404 pp., 8 cartes dépliantes. Plein veau glacé d'époque, dos à nerfs orné, titres et tomaison de maroquin rouge et vert, tranches marbrées. (Ensemble très frais).

Nouvelle édition en deux volumes de cet ouvrage de référence sur les itinéraires de voyage en provinces de France de Jean-Aimar Piganiol de La Force (1669-1753). Né à Aurillac, conseiller du Roy, contrôleur des guerres mais aussi gouverneur des pages du Comte de Toulouse, Piganiol de La Force est lauteur de nombreux ouvrages de géographie sur la France. Il publie notamment : « Nouvelle description des chasteaux et parcs de Versailles », « Nouvelle description de la France » ou encore « Description de Paris et de ses environs ». Dans cet ouvrage, il fait la description précise et détaillée de toutes les routes de France indispensables à connaître pour y voyager, à destination des français comme des étrangers. Les itinéraires sont au départ de Paris et sont accompagnés de cartes dépliantes représentant la route à suivre. L'ouvrage contient également quelques tables chronologiques ainsi que des informations historiques et touristiques sur ces destinations fameuses. Bel exemplaire. 2 vol. in-12°. 7 + 8 fold. maps. Contemp calf. New edition in two volume of this reference book on the travel routes to the French provinces by Jean-Aimar Piganiol de La Force (1669-1753). Born in Aurillac, councilor of the king, controller of the wars, Piganiol de la Force is the author of many works of geography on France. He published in particular: "New description of the chasteaux and parks of Versailles", "New description of France" or "Description of Paris and its surroundings". In the present work, he gives detailed description of all the roads of France essential to know to travel, for the French and the foreigners. The routes are from Paris and are accompanied by folding maps showing the route to follow. The book also contains some chronological tables as well as historical and tourist information on these famous destinations. Fine fresh copy.

FOUCAULT (R.).

[CARNETS DE DESSINS / SKETCH BOOKS].

s.l.n.d. Fin XIXe. 2 vol. in-8° (195 x 235 mm. et 195 x 255 mm.) de : I. 25 croquis encadrés (parfois titrés, annotés voir en couleur) ; II. 16 croquis encadrés (parfois titrés, annotés voire en couleur). Cartonnage d'époque avec renfort de craft au dos, étiquette de titrage manuscrit sur l'un d'eux. Ensemble contenu dans une chemise cartonnée avec dos entoillé maintenue avec des cordelettes.

Ensemble de deux carnets abondamment illustrés dus à R. Foucault, élève en deuxième année dhistoire de lart, constituant un intéressant exemple dart comparé tel quenseigné en France à la fin du 19e siècle. Le premier carnet contient une vingtaine de dessins, la plupart en couleur et légendés, représentant des monuments et des ornements de différentes périodes: Antiquité, Moyen- ge et Temps Modernes. Foucault sattarde sur lart byzantin, grec, romain, ogival, egyptien, arabe, chinois, hindou et japonais. Lélève dessine des croquis du Sphinx, dun chapiteau campaniforme, du Parthénon, des ornements de lordre ionique et corinthien mais aussi lArc de Titus, des chapiteaux mauresques, un portail d'église à Arles, la galerie dun cloître, des cathédrales Le second cahier est la suite du premier et comporte une quinzaine de croquis, la plupart en couleur et légendés. Foucault dessine des croquis dart ogival, notamment des détails de châteaux-forts du XII et XIIIe siècle, mais aussi des décorations de cadre. Sensuit lart italien avec larchitecture du Palazzo Vecchio de Florence et la Renaissance française avec des détails du bâtiment du Louvre et un panneau François Ier. Puis vient le XVIIe siècle avec l'Église des Invalides et un cartouche de la Porte de la vieille Sorbonne. Un des croquis le plus impressionnant de par ses détails et sa finesse est celui dune cheminée daprès Jean Lepautre servant dexemple à larchitecture du siècle de Louis XIV. Lélève représente également le profil dune théière en argent, une barrière de jardin vue de face, un fauteuil sous différents angles et le dessus dune grille en fer forgé. Ces dessins sont, pour la plupart, accompagnés d'explications sur la période artistique étudiée et dexemples darchitecture, de peinture et de sculpture à travers le monde montrant louverture, déjà à lépoque, à lart en dehors de lEurope. Beau travail exécuté avec soin. 2 vol. in-8° of : I. 25 framed sketches ; II. 16 framed sketches. Contemp. cardboard with craft reinforcement on the back, handwritten titling label on one of them. Set of two abundantly illustrated notebooks by R. Foucault, a second year art history student, constituting an interesting example of comparative art as taught in France at the end of the 19th century. The first notebook contains about twenty drawings, mostly in color and captioned, representing monuments and ornaments from different periods: Antiquity, the Middle Ages and Modern Times. Foucault focuses on Byzantine, Greek, Roman, Ogival, Egyptian, Arabic, Chinese, Hindu and Japanese art. He drew sketches of the Sphinx, a campaniform capital, the Parthenon, ornaments of the Ionic and Corinthian order, but also the Arch of Titus, Moorish capitals, a church portal in Arles, the gallery of a cloister, cathedrals... The second notebook is the continuation of the first one and contains about fifteen sketches, most of them in color and with captions. Foucault draws sketches of ogival art, notably details of 12th and 13th century castles, but also frame decorations. Italian art follows with the architecture of the Palazzo Vecchio in Florence and the French Renaissance with details of the Louvre building and a panel of Francis I. Then comes the seventeenth century with the Church of the Invalids and a cartouche of the Door of the Old Sorbonne. One of the most impressive sketches for its details and finesse is that of a fireplace after Jean Lepautre serving as an example of the architecture of the century of Louis XIV. Foucault also represents the profile of a silver teapot, a garden fence seen from the front, an armchair from different angles and the top of a wrought iron gate. These drawings are, for the most part, accompanied by explanations of the artistic period studied and examples of architecture, painting and sculpture from around the world showing the openness, already at the time, to art outside Europe. Beautiful work executed with care.

FRANCISCI (Erasmus).

Ost- und West-Indischer wie auch Sinesischer Lust- und Stats-Garten.

Nuremberg, Johann A. Endters and Wolfgang Sel, 1668. 1668 3 parties reliées en 2 vol. in-folio (318 x 202 mm. de: [20] ff. (frontispice gravé, titre en rouge et noir, armes de Leopold I gravées par C.N. Schurtz, dédicace, liste des auteur), 1762 pp. ; [18] ff. (tables) ; 65 gravures à pleine page numérotées de 1 à 63, avec les planches 45 et 47 doublées (titre et feuillet de dédicace rognés courts, petite découpe comblée dans la marge du titre). Reliure à paneaux mosaïqués d'époque, dos à nerfs orné, titres de maroquin rouge, tranches marbrées ( dos restauré avec dos ancien conservé).

Edition originale de cet ouvrage du à Erasmus Francisci (Lübeck 1627, Nuremberg 1694). Polymath, il est surtout connu pour sa collection infatigable de toutes sortes de folklore, d'histoire naturelle et d'ethnographie; ses études massives, souvent publiées sous des pseudonymes de société, ont été des best-sellers dans l'Europe du XVIIe siècle. Il est considéré comme lune des personnalités les plus influentes de la période baroque allemande. Dans son présent ouvrage, les descriptions d'histoire naturelle sont entrecoupées de réflexions ethnographiques, de conseils homéopathiques sur les médecines traditionnelles et d'histoire de l'exploration et de l'expansion européennes, à la fois réelles et fabuleuses. Les trois livres de ce vaste ouvrage traitent de l'histoire naturelle, des coutumes et des curiosités des Indes orientales et occidentales et les Amériques, avec beaucoup de détails très curieux, dont une spéculation sur un combat entre un tigre et un dragon, l'anatomie des sirènes et les tortues volantes de Chine. Liconographie de louvrage présente des sujets multiples, beaucoup sont consacrées à la botanique. Avec une somptueuse série de planches détaillées, dont deux vues de Batavia (fondée en 1623), montrant le port rempli de jonques et divers navires. Bel exemplaire. 3 parts connected in 2 vol. in-folio of: [20] ff. ; 1762 pp., [18] ff. ; 65 full-page engravings numbered from 1 to 63, with plates 45 and 47 line. 17th-century paneled calf gilt. First edition of this work by Erasmus Francisci (Lübeck 1627, Nuremberg 1694). Polymath, he is best known for his indefatigable collection of all kinds of folklore, natural history and ethnography. His massive studies, often published under pseudonyms of society, were best-sellers in the seventeenth century Europe. He is considered one of the most influential personalities of the German Baroque period. In his present work, descriptions of natural history are interspersed with ethnographic reflections, homeopathic advice on traditional medicine and history of European exploration and expansion, both real and fabulous. The three books of this vast work deal with the natural history, customs and curiosities of the East and West Indies and the Americas, with many very curious details, including a speculation about a fight between a tiger and a dragon, the Anatomy of the sirens and flying turtles from China. The iconography presents multiple subjects, many devoted to botany. With a sumptuous series of detailed planks, including two views of Batavia (founded in 1623), showing the harbor filled with junks and various ships. Fine copy.

FREMINVILLE (Chevalier de).

Nouvelle relation du voyage à la recherche de La Pérouse.

Brest, Lefournier, 1838. 1838 1 vol. in-8° (204 x 133 mm) de : 358 pp. (dont faux-titre, titre et préface) ; [4] ff. (table). Provenance: ex-libris monogrammé "M.A." (discret cachet humide sur le titre et répété dans le corps d'ouvrage). Demi-vélin vert d'époque à coins, dos lisse, titre de maroquin noir, plats recouverts de papier marbré. (Mors fendus, coiffe supérieure arasée).

Très rare et unique édition de cet ouvrage dû au Chevalier de Fréminville actualisant les dernières informations de lépoque concernant le destin funeste de lexpédition de La Pérouse. Christophe-Paulin de La Poix de Fréminville, dit le Chevalier de Fréminville (1787-1848), est un officier de marine, naturaliste, archéologue et écrivain français. Inspiré par les voyages du capitaine James Cook, qu'il aurait lu pour la première fois à l'âge de 8 ans, Fréminville gravit rapidement les échelons. Il entre dans la marine en 1801 et obtient, en 1811, le grade de lieutenant de vaisseau. Capitaine des frégates du roi, il est fait chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis et de celui de l'ordre du Christ de Portugal. Entre les années 1823 et 1829, il navigue le long du littoral de l'Amérique centrale et de l'Amérique du Sud et, comme dans tous ses voyages, il dessine des profils et des vues de côtes, ainsi que des spécimens de créatures exotiques, dont certaines ont été nommées en son honneur, notamment un certain nombre d'espèces marines, mais surtout la raie aigle (Myliobatis Fremonvillei). Après sa retraite, en 1831, il se consacre exclusivement à l'histoire naturelle et l'archéologie et publie de nombreuses notes et mémoires, il est notamment membre des sociétés de philomathique et d'histoire naturelle de Paris. Dans le présent travail, Fréminville reprend minutieusement le fastidieux journal de dEntrecasteaux contant son l'expédition de 1791 à la recherche des infortunés navigateurs français des deux frégates "La Boussole" et "L'Astrolabe" commandées par La Pérouse. Il sinspire également du travail de lun des principaux officiers de lexpédition, le chevalier de Rossel (1765-1829), ainsi que Jacques-Julien Houtou de La Billardière (1755-1834), lun des naturalistes de lexpédition. Fréminville critique ardemment autant le travail de Rossel que celui de La Billardière quil qualifie d un pamphlet dicté par lesprit de parti le plus exalté, et dans lequel lauteur sattache sur toute chose, à calomnier dune manière virulente les officiers de marine ses compagnons de voyage [...]. Fréminville décrète alors quil n[est] pas hors de propos [...] de remettre sous les yeux du public, une relation de cet intéressant voyage [..] (Préface). Extrait du chapitre premier: M. de la Pérouse, commandant les frégates du Roi la Boussole et lAstrolabe, était parti de Brest en 1785, pour exécuter sur lordre de Sa Majesté, un Voyage autour du monde, dans le but de compléter les découverte quavaient laissées imparfaites la mort prématurée de lillustre capitaine Cook (p.19). Son ouvrage comprend également les dernières informations sur la localisation de l'épave ainsi quune liste très précise du contenu des deux navires de recherche, "L'Espérance" et "La Recherche". Le plus remarquable de ce travail est la liste complète des équipages de ces deux vaisseaux. Daprès nos recherches, seulement quelques exemplaires du présent ouvrage sont conservés en fonds publics et un seul est passé en vente publique. Le récit le plus détaillé et le plus exact sur les aventures de La Pérouse. 1 vol. 8vo (204 x 133 mm) of : 358 pp. (including false-title, title and preface); [4] ff. (table). Provenance: monogrammed bookplate "M.A." (discreet wet stamp on the title and repeated in the body of the book). Contemporary green half vellum with corners, smooth spine, black morocco title, marbled paper covered boards. (Joint cracked, top of spine damaged). Very rare and unique edition of this work by the Chevalier de Fréminville updating the latest information of the time concerning the disastrous fate of La Pérouse's expedition. Christophe-Paulin de La Poix de Fréminville, known as the Chevalier de Fréminville (1787-1848), was a French naval officer, naturalist, archaeologist and writer. Inspired by the voyages of Captain James Cook, which he is said to have read for the first time at the age of 8, Fréminville quickly climbed the ranks. He entered the navy in 1801 and obtained the rank of lieutenant in 1811. Captain of the King's frigates, he was made a knight of the Royal and Military Order of St. Louis and of the Order of Christ of Portugal. Between the years 1823 and 1829, he sailed along the coast of Central and South America and, as in all his travels, he drew profiles and views of coasts, as well as specimens of exotic creatures, some of which were named in his honor, notably a number of marine species, but especially the eagle ray (Myliobatis Fremonvillei). After his retirement in 1831, he devoted himself exclusively to natural history and archaeology and published numerous notes and memoirs. He was a member of the philomathic and natural history societies of Paris. In the present work, Fréminville takes up in detail the fastidious journal of d'Entrecasteaux telling of his expedition of 1791 in search of the unfortunate French navigators of the two frigates "La Boussole" and "L'Astrolabe" commanded by La Pérouse. He was also inspired by the work of one of the main officers of the expedition, the Chevalier de Rossel (1765-1829), as well as Jacques-Julien Houtou de La Billardière (1755-1834), "one of the naturalists of the expedition" (translated from French). Fréminville ardently criticizes as much Rossel's work as La Billardière's, which he qualifies as "a pamphlet dictated by the most exalted party spirit, and in which the author is attached to everything, to slander in a virulent way the naval officers, his companions of voyage [...]" (translated from French). Fréminville then decides "that it is not out of place [...] to give under the eyes of the public, a relation of this interesting voyage [...] (translated from French: Preface). Excerpt from the first chapter: "M. de la Pérouse, commander of the King's frigates the Boussole and the Astrolabe, had left Brest in 1785, to carry out on the orders of His Majesty, a voyage around the world, with the aim of completing the discoveries that had been left imperfect by the premature death of the illustrious Captain Cook" translated from French : p.19). His work also includes the latest information on the location of the wreck as well as a very precise list of the contents of the two research ships, "L'Espérance" and "La Recherche". The most remarkable part of this work is the complete list of the crews of these two ships. According to our research, only a few copies of the present work are preserved in public collections and only one has passed through public sale. The most detailed and accurate account of La Pérouse's adventures.

FROGER (François).

Relation d'un Voyage Fait en 1695, 1696 & 1697 aux Côtes d'Afrique, Détroit de Magellan, Brezil, Cayenne, & Isles des Antilles, par une Escadre des Vaisseaux du Roy, commandée par Monsieur de Gennes. Faite par le Sieur Froger, Ingénieur Volontaire sur le Vaisseau le Faucon Anglois. Enrichie de grand nombre de Figures dessinées sur les lieux.

A Paris, Chez Nicolas Le Gras, au troisiéme Pilier de la grande Salle du Palais, à l'L couronnée. M. DC. XCIX. 1699. 1699 1 vol. in-8° (179 x 110 mm) de: [6] ff. (titre, épître, préface); 219 pp. (dont privilège); 1 frontispice gravé; 29 planches et cartes (17 planches et 12 cartes). Ex-libris gravé contrecollé au dos du premier plat : «Cournault». (Quelques taches et défauts d'usage). Plein veau moucheté d'époque, dos à nerfs orné, titre de maroquin brun, roulette dorée sur les coupes, tranches jaspées de rouge. (Reliure discrètement restaurée. Rares petites taches et salissures).

Impression identique à l'originale (1698) avec même pagination et page de titre renouvelée de cet ouvrage d'exploration et de piraterie qui marque le début des expéditions maritimes et commerciales des Français au Sud de l'Amérique, par le détroit de Magellan. François Froger (1676-1715), ingénieur et cartographe français, sembarque en 1695, alors âgé de dix-neuf ans, sur lun des six bateaux (le « Faucon Anglais ») qui composent lescadre commandée par le capitaine Jean-Baptiste de Gennes. Cette expédition part de La Rochelle en juin 1695 dans le but de nuire au commerce anglais et détablir une colonie dans la région du Détroit de Magellan. Les navires prennent dabord le chemin de lAfrique, où ils remportent une victoire sur les Anglais en semparant du Fort James situé en Sénégambie et de ses richesses, puis de Gennes pour se diriger vers lAmérique du Sud faisant escale à Rio de Janeiro. Froger arrive aux abords du Détroit de Magellan en février 1696, mais est arrêté par les violentes tempêtes courantes dans cette région, qui le forçe à renoncer à son entreprise de colonisation. Les hommes de lescadre reprennent alors la route de lAtlantique abordant San Salvadore (au Brésil), Cayenne (en Martinique) et différents ports des Antilles, où ils mènent une vie de corsaire, causant un grand tort au commerce anglais. Ils rentrent à La Rochelle en avril 1697. A lépoque, si l'expédition est considérée comme une réussite sur le plan commercial, elle lest encore plus sur le plan scientifique, la relation du sieur Froger comportant notamment la première carte imprimée précise de Rio de Janeiro, ainsi que de nombreuses informations sur la géographie, l'ethnographie et l'histoire naturelle des pays visités. A son approche de la Terre de Feu (le 11 février 1696), Froger consigne de précieuses observations sur les indigènes de Patagonie : « Sur les côtes du détroit, on vit bientôt de grands feux allumés par les sauvages, qu'il était impossible d'approcher, car le vent soufflait en tempête, en soulevant d'énormes vagues. On parvint, cependant, à mouiller plus loin, dans une anse abritée, entourée de bois qui ombrageaient de belles sources, des terres fertiles, couvertes de légumes, de groseilles, de céleris, et où pullulaient les outardes, les canards, les grives, et aussi les renards (). Ceux des navigateurs qui descendirent à terre, purent, pour la première fois, se rapprocher des sauvages qui étaient de couleur olivâtre, avec des chevaux noirs et longs, le visage et une partie du corps peints en blanc, et sans autres vêtements, malgré la rigueur de la température, que quelques peaux sur leurs épaules. Ces sauvages étaient armés d'arcs et de flèches, ayant en pointe, des pierres taillées en langue de serpent ; ils construisaient un canot d'écorce d'arbres, et avaient avec eux quelques petits chiens. Les flibustiers, qui accompagnaient les navigateurs, pour les guider, leur expliquèrent que ces indigènes n'avaient aucune religion, bien qu'ils eussent l'habitude de regarder la lune avec respect ; et que, sans demeures fixes, ils se contentaient d'abris momentanés faits de terre et de branchages ». Les détails sur le commerce triangulaire sont également très intéressants. Hill considère que louvrage est particulièrement estimable pour ses sujets dhistoire naturelle et la qualité des cartes de Froger. Borba de Moraes remarque quant à lui les descriptions du Brésil : «The maps are good and the views of cities and ports very accurate. The book is written in a simple and very factual state, making interesting reading. The part about Brazil is excellent. He describes Rio and Bahia vividly and gives a most remarkable commentary on the Jesuit convent in Bahia... Seven of the plates are of Brazilian subjects (flora, fauna, maps, and two folding views of Rio and Bahia)». Ces réflexions, écrites dans un style simple et vif, sont complétées par des gravures tirées de ses propres dessins, qui firent le succès de l'ouvrage. Lillustration comporte 14 planches (dont 5 dethnologie concernant par exemple le commerce et le traitement des esclaves noirs par les Portugais, 4 de botanique représentant la « Poire de Mapou » ou encore un « Fruit inconnu trouvé dans l'Isle grande au Brésil », et 5 de zoologie comprenant des gravures de poissons, doiseaux ou de rongeur), 2 larges vues panoramiques détaillées et légendées de St Sébastien et St Salvador, 12 cartes et plans pour la plupart dépliants : la rivière de Gambie, l'Isle de Gorée, le fort St Jacques, lentrée de la rivière Ianeyro, le Detroit de Magellan, la « Baye Françoise » et lembouchure de la rivière de Gennes, le Port Famine au Detroit de Magellan, le Port Galant, la Baye de tous les Saints, le gouvernement de Cayenne, puis la ville et le fort de Cayenne, et pour finir, le débouquement des Antilles par lîle de St. Thomas. Bel exemplaire, grand de marges, de cet ouvrage captivant et richement illustré de cette première relation française d'un voyage au détroit de Magellan, comportant la première carte imprimée précise de Rio de Janeiro. 1 vol. 8vo (179 x 110 mm) of : [6] ff. (title, epistle, preface) ; 219 pp. (including privilege); 1 engraved frontispiece; 29 plates and maps (17 plates and 12 maps). Engraved bookplate pasted on the back of the first plate : " Cournault ". (Some stains and defects of use). Full contemporary speckled calf, spine ribbed and decorated, brown morocco title, gilt roulette on the edges, edges spotted with red. (Binding discreetly restored, few small stains and soiling). Identical printing to the original (1698) with the same pagination and renewed title page of this work of exploration and piracy which marks the beginning of the maritime and commercial expeditions of the French to the South of America, through the Strait of Magellan. François Froger (1676-1715), a French engineer and cartographer, embarked in 1695, at the age of nineteen, on one of the six ships (the "Faucon Anglais") that made up the squadron commanded by Captain Jean-Baptiste de Gennes. This expedition left La Rochelle in June 1695 with the aim of interfering with English trade and establishing a colony in the Strait of Magellan region. The ships first sailed to Africa, where they won a victory over the English by seizing James Fort in Senegambia and its riches, and then left Gennes to head for South America, stopping in Rio de Janeiro. Froger arrived on the shores of the Strait of Magellan in February 1696, but was stopped by the violent storms common in this region, which forced him to abandon his colonization venture. The men of the squadron then took the Atlantic route again, landing in San Salvadore (Brazil), Cayenne (Martinique) and various ports in the West Indies, where they led a privateering life, causing great harm to English trade. They returned to La Rochelle in April 1697. At the time, if the expedition was considered a success from a commercial point of view, it was even more so from a scientific point of view, as Froger's report included the first accurate printed map of Rio de Janeiro, as well as a lot of information on the geography, ethnography and natural history of the visited countries. At his approach of Tierra del Fuego (February 11, 1696), Froger recorded precious observations on the natives of Patagonia: "On the coasts of the strait, one saw soon big fires lit by the savages, that it was impossible to approach, because the wind blew in storm, by raising enormous waves. We managed, however, to anchor further on, in a sheltered cove, surrounded by woods that shaded beautiful springs, fertile lands, covered with vegetables, gooseberries, celery, and where bustards, ducks, thrushes, and also foxes (...). Those of the navigators who went ashore, could, for the first time, approach the savages who were of olive color, with black and long horses, the face and part of the body painted in white, and without other clothing, in spite of the rigor of the temperature, only some hides on their shoulders. These savages were armed with bows and arrows, having at the tip, stones cut into the tongue of a snake; they built a canoe of tree bark, and had with them some small dogs. The freebooters, who accompanied the navigators, to guide them, explained to them that these natives had no religion, although they were accustomed to look at the moon with respect; and that, without fixed dwellings, they were satisfied with temporary shelters made of earth and branches". The details on triangular trade are also very interesting. Hill considers the work particularly valuable for its natural history subjects and the quality of Froger's maps. Borba de Moraes notes the descriptions of Brazil: "The maps are good and the views of cities and ports very accurate. The book is written in a simple and very factual state, making interesting reading. The part about Brazil is excellent. He describes Rio and Bahia vividly and gives a most remarkable commentary on the Jesuit convent in Bahia... Seven of the plates are of Brazilian subjects (flora, fauna, maps, and two folding views of Rio and Bahia). These thoughts, written in a simple and lively style, are accompanied by engravings taken from his own drawings, which made the book a success. The illustration includes 14 plates (5 of which are ethnological - concerning, for example, the trade and treatment of black slaves by the Portuguese, 4 botanical plates representing the "Mapou Pear" or an "Unknown Fruit found in Isle Grande in Brazil", and 5 zoological plates including engravings of fish, birds or rodents), 2 large detailed and captioned panoramic views of St. Sebastian and St. Salvador, 12 maps and plans, most of them folding: the Gambia River, the Isle of Goree, Fort St. Jacques, the entrance to the Ianeyro River, the Magellan Strait, the "Baye Françoise" and the mouth of the Gennes River, the Port Famine at the Magellan Strait, the Port Galant, the Baye de tous les Saints, the government of Cayenne, then the city and fort of Cayenne, and finally the débouquement of the West Indies through the island of St. Thomas. A beautiful copy, with large margins, of this captivating and richly illustrated work of this first French report of a voyage to the Strait of Magellan, including the first accurate printed map of Rio de Janeiro.